IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

Emploi Discussion :

Programmation : les travailleurs doivent-ils disposer d’un plan B avant leurs 40 ans ?


Sujet :

Emploi

  1. #21
    Expert éminent sénior

    Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    novembre 2006
    Messages
    7 489
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France, Rhône (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2006
    Messages : 7 489
    Points : 17 548
    Points
    17 548
    Par défaut
    Citation Envoyé par foetus Voir le message
    En lisant les fils de discutions sur ce site, j'ai l'impression que le métier informatique c'est simple : tu peux trouver facilement un emploi, tu peux changer de domaines facilement, ....
    effectivement par nature le métier de développeur est fait de compétences "transverses"...
    mais c'est pas si simple que ça malgré les apparences car si par exemple un logiciel pour le milieu bancaire s'apparente à n'être que des lignes de codes tout le monde n'est pas forcément fait pour les métiers de la banque.
    Car après il faut comprendre les métiers, un projet logiciel ce n'est évidemment pas que des lignes de code...
    Il en va de même pour l'industrie ou d'autres domaines professionnels

  2. #22
    Membre extrêmement actif

    Homme Profil pro
    .
    Inscrit en
    avril 2014
    Messages
    1 037
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : .

    Informations forums :
    Inscription : avril 2014
    Messages : 1 037
    Points : 2 190
    Points
    2 190
    Par défaut
    Citation Envoyé par benjani13 Voir le message
    J'ai deux éléments de réflexions à apporter sur ce qui a été dit précédemment:

    - Vous semblez tous parler de SSII, quid des postes en internes dans les grosses boites ou chez un éditeur? ?
    En terme de recrutements, 90% des offres d'emploi se font en ssii. De olus lorsque tu es en interne, tu es peinard, donc pas obliger de courir partout tel le poulet sans tête pour éviter de devenir obsolète.

  3. #23
    Membre régulier
    Homme Profil pro
    dev
    Inscrit en
    octobre 2006
    Messages
    36
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : dev
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : octobre 2006
    Messages : 36
    Points : 80
    Points
    80
    Par défaut
    J'ai presque 62 ans et toujours en activité sur les anciennes et "nouvelles" technologies. Et de plus je suis consultant.

    Bon c'est vrai que c'est pas facile tous les jours et que c'était plus facile il y a quelques années.

  4. #24
    Invité
    Invité(e)
    Par défaut
    Citation Envoyé par yolle Voir le message
    De olus lorsque tu es en interne, tu es peinard, donc pas obliger de courir partout tel le poulet sans tête pour éviter de devenir obsolète.
    C'est une belle vision quelque peu utopiste
    En interne, ce n'est pas non plus le total paradis tout de même.

  5. #25
    Membre extrêmement actif
    Avatar de benjani13
    Homme Profil pro
    Consultant en sécurité
    Inscrit en
    février 2010
    Messages
    615
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Ain (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant en sécurité

    Informations forums :
    Inscription : février 2010
    Messages : 615
    Points : 2 814
    Points
    2 814
    Par défaut
    Citation Envoyé par yolle Voir le message
    En terme de recrutements, 90% des offres d'emploi se font en ssii. De olus lorsque tu es en interne, tu es peinard, donc pas obliger de courir partout tel le poulet sans tête pour éviter de devenir obsolète.
    C'était le sens de ma question. Est-ce que obtenir un poste en interne est le saint graal pour pérenniser sa situation? Je relativiserai tout de même ta réponse.

    En interne ou chez un éditeur tu retombe sur ma deuxième réflexion, l'hyper spécialisation. Quand t'as passé 15 piges chez un éditeurs ou en interne, à bosser sur des techno et frameworks internes et avec des outils de gestions internes, tu marque quoi sur ton CV quand tu veux changer de boite? Perso j'ai refusé un poste chez un éditeur suite à un apprentissage pour ces raisons là : C++ à l'ancienne, tous les frameworks venant des devs internes, aucune techno open source donc, gestionnaire de code qui était un vieux machins racheté il y a 20 ans.

    En revanche chez l'éditeur en question il y avait beaucoup de profils séniors en dev, notamment les vieux de la vieille qui étaient là depuis le début de la boite et qui y ont fait toute leur carrière.

  6. #26
    Membre émérite
    Profil pro
    engeneer
    Inscrit en
    juin 2007
    Messages
    934
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : engeneer

    Informations forums :
    Inscription : juin 2007
    Messages : 934
    Points : 2 878
    Points
    2 878
    Par défaut
    Citation Envoyé par 7gyY9w1ZY6ySRgPeaefZ Voir le message
    C'est une belle vision quelque peu utopiste
    En interne, ce n'est pas non plus le total paradis tout de même.
    En interne tu as une meilleure sécurité mais faut avouer que les projets sont merdiques surtout quand tu l'as fini, faire de la maintenance évolutive voilà quoi . Franchement, si c'est pour rester QUE dev, je préférais faire consultant pour le coup mais pas en SSII plus freelance pour la paie .

  7. #27
    Membre actif
    Profil pro
    Inscrit en
    août 2007
    Messages
    136
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : août 2007
    Messages : 136
    Points : 238
    Points
    238
    Par défaut
    Citation Envoyé par olivier50 Voir le message
    Bonjour, je pense qu'on peut être développeur toute sa carrière, tant que la passion est là on arrive à développer son expertise et donc à durer.
    Moi aussi je pensais et disais ça avant d'atteindre les 50 ans. Mais suite à un licenciement pour cause "économique" on m'a bien fait comprendre que j'étais "trop vieux" quelque soit le type de société dans lesquelles j'ai postulé.
    J'en déduis donc que tu n'as pas passé ce cap
    "Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre, et finit par perdre les deux."
    Benjamin Franklin

  8. #28
    Membre actif
    Profil pro
    Inscrit en
    août 2007
    Messages
    136
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : août 2007
    Messages : 136
    Points : 238
    Points
    238
    Par défaut
    Citation Envoyé par BLeguillou Voir le message
    J'ai presque 62 ans et toujours en activité sur les anciennes et "nouvelles" technologies. Et de plus je suis consultant.

    Bon c'est vrai que c'est pas facile tous les jours et que c'était plus facile il y a quelques années.
    Moi je dis "bravo" et je suppose que tu es sur Paris pour pouvoir maintenir un réseau dynamique et suffisamment important.
    PS j'ai le même âge et même si je fais du dev java/android en plus de quelques sites php/drupal/wordpress c'est la galère, et du coup je n'aurais pas assez de trimestres pour ma retraite même si je continue encore 10 ans
    Du coup, à l'attention des jeunes "prévoyez un plan B, et même C )"
    "Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre, et finit par perdre les deux."
    Benjamin Franklin

  9. #29
    Nouveau membre du Club
    Inscrit en
    janvier 2011
    Messages
    28
    Détails du profil
    Informations forums :
    Inscription : janvier 2011
    Messages : 28
    Points : 31
    Points
    31
    Par défaut Competences mesurees et entretien d'embauche
    Le amis, vous vous prenez la tete sur des points de details, dev web, serveurs rapides, gestion project etc.

    1) Pourquoi tout le monde se referre a des buzz word et des titre theoriques et personne ne mentionne ce qu'il se passe vraiment en entretien d'embauches ?
    2) Pourquoi personne ne mentionne la difference enorme entre les methodes de recrutements des grands groupes vs, les PME, qui different enormement et recherche nt souvent des profils tout a fait differents : concretement profils tres specialises vs profil autonomes, et tres polyvalents ?!


    En entretien sauf exception, il est difficile de dire je suis competent en X Y Z language, et je suis BAC+5, et de ne pas etre capable de demontrer une repartie instantanees sur des questions fondamentales + tests de programmation.

    Pour ma part jai bosse en France, Ecosse, Nouvelle Zelande, des pays avec des phylosophies de travail et recrutement bien differentes, mais il n'en reste pas moins qu'une boite qui veut vraiment un candidat competent dans un ou plusieurs domaines particuliers ne laissera pas la phase de recrutement au hasard.

    Pour ma part jai eu a faire des entretiens, longs de plusieurs heures, multiples, dans lesquels on fait face aux travailleurs, pas aux rectruteurs dans les etapes finales, dans lesquels on ne parle meme plus de diplomes, d'age ou de couleur de peau, mais on se refere a la qualite des reponses donnees aux problemes a resoudres et aux tests de connaissances.

    Enfin particularite Francaise constatee entre 2013 et 2015 : Certains grands groupes ont des criteres bien rigides, et considere qu'un developpeur doit se commuer en chef de projet, alors que les mecs qui sont dans les vifs du sujets savent pertinemment que developeur et gestion de projets, et d'equipe sont 2 choses bien differentes, comme comparer patissier et menuisier, ca sonne pareil mais c'est pas la meme chose, ne reclame pas du tout les meme competences.

    Au royaume uni ou Nouvelle Zelande, le titre compte peux y compris dans les grands groupes, et pour avoir bosse dans une boite comme Cadence(.com) sur des logiciels C/C++ linux de 25 ans d'age et qq millions de lignes de code, comme Virtuoso (design de microprocesseurs mixte et analogiques), les developpeurs de 50 ans et plus sont:
    - la majorite,
    - sont les pilliers des equipes de dev
    - les chefs de projects coordonnent les equipes et ne mettent pas les mains dans le code, sont souvent issues de branche totalements differentes que le dev
    - la progression du developpeur se fait par promotions officielles liees a l'anciennete un peu mais a la progression en competences surtout, mais qui prend du temps naturellement
    - les developpeurs experimentes sont bichonnes car difficilement remplacables, meme pas par quelqu'un de competent mais sans experience d'au moins 2 ou 3 ans sur le produit, vu la necessite de connaitre parfaitement l'historique du code pour etre efficace.

    Donc ces considerations generalisante sur l'age des developpeurs sont peut etre plus valables dans le context des "nouvelles technologies" le web, les app mobiles ou le dev est assez repetitifs et les projets de courtes duree, donc la complexite souvent basse ou moyenne.

    Des que l'on touche a des projets de plus grande complexite algorithmique ou structurelle, et qui durent plus longtemps, rectruter des seniors n'est pas une option.= meme pour un grand groupe avec des regles rigides.

    Sans expertise certains problemes ne se resolvent pas ou trop lentement.

    Encore faut t il avoir travaille sur de tels projets pour s'en rendre compte.

    A 25 ans je gagnais 27K, 28ans 45K et maintenant 55K, et jusqu'a prevue du contraire ca continue.

    Aussi jamais fait de gestion de projet par contre former et aider les dev juniors sur des problematiques de defaut de pages, optimisation utilisation memoire cache, temps de demarrage d'une appli, etc, des trucs qui ne s'apprenent pas a l'ecole et pas en un jour, ca se monnaie et compare a certains avec qui jai bosse je ne suis qu'un petit poisson en termes d'expertise et rapidite de resolution de problemes pas simples.

    Romain 33 ans, dev c/c++ embarque et outils CAD, pas issue de grandes ecoles aux titres plaque Or, mais DUT + universite + apprentissage dans l'industrie comme tout le monde + des choix pertinents pour ne pas toujours faire la meme chose et apprendre qq competences monnayables au passage.

  10. #30
    Invité
    Invité(e)
    Par défaut
    Tout ce qui est dit dans les posts précédent fait sens dans un environnement franco-français. On va encore faire la comparaison avec le milieu anglo-saxon mais ça ne fonctionne pas du tout comme ça pour nos collègues anglais, américains, australiens et autres.

    Les développeurs avec des bonnes références d'anciens employeurs n'ont absolument aucun problème pour trouver un emploi, et sont perçus comme une main d’œuvre difficile à obtenir. Depuis 3 ans que je bosse dans ce pays, je pense que je reçois en moyenne 1 à 2 offres d'emplois par mois via des recruteurs sur Linkedin qui veulent me débaucher pour des postes très bien payés, et je n'ai absolument pas un profil démentiel en tant que reconverti autodidacte. En France je serais probablement pris de haut par beaucoup (à tord ou à raison peu importe).

    Comme partout chaque emploi à un plafond de verre en terme de salaire, et si vous voulez plus il faut faire plus, ce qui ne me semble pas inconcevable. La différence c'est que un dev sénior même en simple dev va être écouté car peu importe votre job si vous avez 15 ans de boite on estime que votre avis est important et a une vraie valeur. De même, le dît plafond salarial est bien plus élevé que dans notre hexagone.

    Les SSII sont un mal principalement français qui permet aux entreprises "d'embaucher" des développeurs sans les contraintes salariales et patronales qui sont astronomiques en France contrairement aux autres pays. Les charges c'est une chose et c'est chiffrable, mais le plus dommageable dans ce cas c'est la difficulté pour se séparer des mauvais salariés. C'est pas trop gênant à l’échelle d'une grande boite, mais pour une PME qui pourrait ouvrir un pôle informatique de quelques personnes ou même une TPE, c'est un risque colossal car si vous tombez sur un charlot, ça peut couler votre boite. Et avant de parler de bon process recrutement je vous invite à considérer la réalité des TPE/PME.

    Du coup face à tout ça, beaucoup de boites qui pourraient embaucher ne le font pas et passent par les SSII avec les effets pervers que ça implique, comme la non-compétitivité des programmeurs à partir d'un certain age.

  11. #31
    Nouveau membre du Club
    Inscrit en
    janvier 2011
    Messages
    28
    Détails du profil
    Informations forums :
    Inscription : janvier 2011
    Messages : 28
    Points : 31
    Points
    31
    Par défaut
    Citation Envoyé par Mrsky Voir le message
    Tout ce qui est dit dans les posts précédent fait sens dans un environnement franco-français. On va encore faire la comparaison avec le milieu anglo-saxon mais ça ne fonctionne pas du tout comme ça pour nos collègues anglais, américains, australiens et autres.
    Carrement. En France pour avoir passe des entretiens grands groupe / trou du *** francais limite au petit monde d'un seul pays, parfois des gens qui croient que seuls les francais savent coder, ou developer ou gerer, se referrent a leur grille salariale, leur titre dores francais, leurs ecoles favorites, et meme si le candidat passe l'entretient car demontre des competences certaines, ils te proposent un salaire risible, du fait que tu tu ne sors pas de leur petit monde ecoles francaises, bien etrqiue.

    Ce qu'il se passe alors c'est que le candidat competent s'en va voir une entreprise qui cherche a payer pour des competences et non pour un titre plaque or bleu blanc rouge.
    Au final la perte de talent se trouve du cote de ces employeurs bornes au bleu blanc rouge.

    Mais les seniors competents qui ont vraiment une competences monnayable ne seront que mieux chez un employeur qui a vraiment besoin d'eux, et l'ordre naturel lie a cette competence s'instaure ensuite rapidement dans une equipe, celui qui a les bonnes reponses, et debloque les tuyaux bouches systematiquement devient de fait un leader, pas le mec qui a des titres, le tuyaux en general ne se debouche pas avec un bout de papier bleu blanc rouge ;-) mais avec de l'astuce et de la reflexion, quelle qu'en soit sa provenance.

  12. #32
    Inactif  

    Homme Profil pro
    Écrivain public, Économiste et Programmeur Free Pascal
    Inscrit en
    août 2005
    Messages
    350
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 45
    Localisation : France, Ille et Vilaine (Bretagne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Écrivain public, Économiste et Programmeur Free Pascal
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : août 2005
    Messages : 350
    Points : 943
    Points
    943
    Billets dans le blog
    40
    Par défaut Plan B depuis 2006
    Mon plan B a été de m'épanouir en participant mondialement à Lazarus BPM bénévolement, parce que j'avais travaillé pour Le Duff et on m'a autorisé à partager le travail réalisé pour eux.

  13. #33
    Expert éminent sénior
    Avatar de Glutinus
    Homme Profil pro
    Freelance EURL / Business Intelligence ETL
    Inscrit en
    avril 2005
    Messages
    5 521
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Freelance EURL / Business Intelligence ETL
    Secteur : Finance

    Informations forums :
    Inscription : avril 2005
    Messages : 5 521
    Points : 26 060
    Points
    26 060
    Billets dans le blog
    3
    Par défaut
    Citation Envoyé par benjani13 Voir le message
    C'était le sens de ma question. Est-ce que obtenir un poste en interne est le saint graal pour pérenniser sa situation? Je relativiserai tout de même ta réponse.

    En interne ou chez un éditeur tu retombe sur ma deuxième réflexion, l'hyper spécialisation. Quand t'as passé 15 piges chez un éditeurs ou en interne, à bosser sur des techno et frameworks internes et avec des outils de gestions internes, tu marque quoi sur ton CV quand tu veux changer de boite? Perso j'ai refusé un poste chez un éditeur suite à un apprentissage pour ces raisons là : C++ à l'ancienne, tous les frameworks venant des devs internes, aucune techno open source donc, gestionnaire de code qui était un vieux machins racheté il y a 20 ans.

    En revanche chez l'éditeur en question il y avait beaucoup de profils séniors en dev, notamment les vieux de la vieille qui étaient là depuis le début de la boite et qui y ont fait toute leur carrière.
    Il y a quelques années, j'ai bossé pour un éditeur, en tant que prestataire.
    Pour l'historique, ils avaient un produit A qu'ils voulaient faire évoluer en Java (c'était la mode) et avaient pris une floppée de consultants.
    Ce qu'on a appris :
    - Pourquoi des consultants ? Parce que le produit avait été en fait racheté à un autre éditeur, tout le monde s'était cassé.
    - Une fois signé, les consultants ont été mis sur la maintenance de la vieille techno et le java a été exporté en Inde, avec tous les fracas qui vont avec.
    - Les seuls sachants étaient des développeurs en near-shore au Maroc, qu'ils ont fait venir en faisant miroiter les papiers, et puis ils se sont mis tous en freelance à 1000€+ / jour. Enc*lade de l'enc*leur.
    - Et évidemment, encore plus de recrutement de freelance copains-copains. Ma chef m'a fait remarqué qu'elle a commencé à bosser en 82, j'ai rétorqué que j'étais pas encore né et franchement un CdP sorti d'école chez Atos ferait mieux qu'elle.

    Donc effectivement, techno complètement obsolète, process merdique. Tu parles de gestionnaire de version ? Ca a été mis en place quand je suis parti (moi j'étais seul sur mon projet donc ça va, j'arrivais quand même à versionner correctement). Je bossais sur un outil développé en interne et les gars avaient réussi à entuber la boite en l'externalisant et le vendant eux-mêmes comme éditeur ; l'outil était au final un simple ordonnanceur et interpréteur de variables.

    Bref, les éditeurs c'est pas pour moi, et ça fait trois missions de suite où on essaie d'intégrer des progiciels, qui plus est étrangers donc barrière de langues, de distance, de fuseaux horaires... Et franchement, ils sont bien à plaindre, ils s'en prennent plein la gueule, pour le moindre truc qui honnêtement est simple ou va dans le bon sens, faut des mois de développement, le dernier patch arrive 6h avant la grosse MEP annuelle...
    - So.... what exactly is preventing us from doing this?
    - Geometry.
    - Just ignore it !!
    ****
    "The longer he lived, the more he realized that nothing was simple and little was true" A clash of Kings, George R. R. Martin.
    ***
    Quand arrivera l'apocalypse, il restera deux types d'entreprise : les pompes funèbres et les cabinets d'audit. - zecreator, 21/05/2019

  14. #34
    Expert confirmé
    Homme Profil pro
    Responsable informatique, développeur tout-terrain
    Inscrit en
    juin 2004
    Messages
    910
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 53
    Localisation : France, Puy de Dôme (Auvergne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Responsable informatique, développeur tout-terrain
    Secteur : High Tech - Électronique et micro-électronique

    Informations forums :
    Inscription : juin 2004
    Messages : 910
    Points : 4 504
    Points
    4 504
    Par défaut
    Citation Envoyé par pierre++ Voir le message
    Moi je dis "bravo" et je suppose que tu es sur Paris pour pouvoir maintenir un réseau dynamique et suffisamment important.
    Je suis dans le dév depuis plus de trente ans (autodidacte) et ce qui est dit ici révèle bien le mal français :
    - Sentiment de passage obligé par les SSII (Tout le monde veut y passer même on sait que c'est de la merde)
    - Parisianisme du réseautage (Y'a pas qu'a Paris qu'on peut se faire un réseau)

    Même les politiques qui pleurent l'absence de GAFA français ignorent complétement ce qui se passe ailleurs qu'a Paris

    En Auvergne par exemple on cherche à débaucher des développeurs dans les grandes villes (pas des pisseurs de code, des vrais développeurs), et si les salaires sont généralement moins élevés (prévoir 200/300 d'euros de moins) que dans les grandes métropoles la vie y est aussi beaucoup moins chère et le turn-over moins important... Pour ma part je suis depuis 15 ans dans ma boite (une PME de 20 personnes), je travaille sur des projets variés, en France mais aussi pour d'autres pays (Suède, Croatie, Italie, Espagne, Maroc, Chine, etc... et même les US, puis Singapour récemment)...

    Ici les dév seniors qui ont de l'expérience et peuvent suivre un projet de bout en bout sont recherchés, pas comme dans les SSII qui les fuient comme la peste...

    Le mal français c'est aussi :
    - La faute des développeurs qui croient tous qu'il faut ABSOLUMENT faire carrière à Paris (voir le post de Pierre++)
    - Les employeurs (SSII principalement) qui veulent baisser les marges (car ils sont pléthore sur la place et c'est en jouant les moins-disant qu'ils peuvent percer)
    - Les recruteurs, qui sont étrangers au boulot et qui se basent plus sur le diplôme que sur les compétences (qu'ils sont incapables d'évaluer)
    - Les politiques qui ignorent la situation et ne distribuent les aides qu'aux entreprises des métropoles et ne comprennent pas qu'il y a des entreprises innovantes partout en France...
    - Les fraichement diplômés qui sortent et croient qu'ils vont gagner 50K dans leur premier job et parce qu'ils connaissent une techno à la mode pensent qu'ils sont le monde entre leurs mains (ils déchantent quelques années après)
    - L'éducation nationale et les établissements privés qui sont dans leur tour d'ivoire et s’intéressent peut (voir pas du tout) aux industries et au marché de l'emploi (y'a qu'a voir l'intitulé - et le programme - des formations)
    - Et enfin les banques qui la plupart du temps ne jouent pas le jeu... (Sauf quand on est une "Startup" et que l'on est parisien de surcroit)

    C'est pour toutes ces raisons qu'il n'y aura jamais de GAFA français....

    Tout ça me fait penser à une déclaration d'un ministre il y a quelques années (c'était sous Hollande ou Sarkozy je ne sais plus) qui disait :

    "C'est pas le patron de la petite PME de Clermont-Ferrand qui va aller travailler au Japon..."

  15. #35
    Membre émérite
    Profil pro
    engeneer
    Inscrit en
    juin 2007
    Messages
    934
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : engeneer

    Informations forums :
    Inscription : juin 2007
    Messages : 934
    Points : 2 878
    Points
    2 878
    Par défaut
    Citation Envoyé par sergio_is_back Voir le message
    Je suis dans le dév depuis plus de trente ans (autodidacte) et ce qui est dit ici révèle bien le mal français :
    - Sentiment de passage obligé par les SSII (Tout le monde veut y passer même on sait que c'est de la merde)
    - Parisianisme du réseautage (Y'a pas qu'a Paris qu'on peut se faire un réseau)

    Même les politiques qui pleurent l'absence de GAFA français ignorent complétement ce qui se passe ailleurs qu'a Paris

    En Auvergne par exemple on cherche à débaucher des développeurs dans les grandes villes (pas des pisseurs de code, des vrais développeurs), et si les salaires sont généralement moins élevés (prévoir 200/300 d'euros de moins) que dans les grandes métropoles la vie y est aussi beaucoup moins chère et le turn-over moins important... Pour ma part je suis depuis 15 ans dans ma boite (une PME de 20 personnes), je travaille sur des projets variés, en France mais aussi pour d'autres pays (Suède, Croatie, Italie, Espagne, Maroc, Chine, etc... et même les US, puis Singapour récemment)...

    Ici les dév seniors qui ont de l'expérience et peuvent suivre un projet de bout en bout sont recherchés, pas comme dans les SSII qui les fuient comme la peste...

    Le mal français c'est aussi :
    - La faute des développeurs qui croient tous qu'il faut ABSOLUMENT faire carrière à Paris (voir le post de Pierre++)
    - Les employeurs (SSII principalement) qui veulent baisser les marges (car ils sont pléthore sur la place et c'est en jouant les moins-disant qu'ils peuvent percer)
    - Les recruteurs, qui sont étrangers au boulot et qui se basent plus sur le diplôme que sur les compétences (qu'ils sont incapables d'évaluer)
    - Les politiques qui ignorent la situation et ne distribuent les aides qu'aux entreprises des métropoles et ne comprennent pas qu'il y a des entreprises innovantes partout en France...
    - Les fraichement diplômés qui sortent et croient qu'ils vont gagner 50K dans leur premier job et parce qu'ils connaissent une techno à la mode pensent qu'ils sont le monde entre leurs mains (ils déchantent quelques années après)
    - L'éducation nationale et les établissements privés qui sont dans leur tour d'ivoire et s’intéressent peut (voir pas du tout) aux industries et au marché de l'emploi (y'a qu'a voir l'intitulé - et le programme - des formations)
    - Et enfin les banques qui la plupart du temps ne jouent pas le jeu... (Sauf quand on est une "Startup" et que l'on est parisien de surcroit)

    C'est pour toutes ces raisons qu'il n'y aura jamais de GAFA français....

    Tout ça me fait penser à une déclaration d'un ministre il y a quelques années (c'était sous Hollande ou Sarkozy je ne sais plus) qui disait :

    "C'est pas le patron de la petite PME de Clermont-Ferrand qui va aller travailler au Japon..."
    Purée, ça sent la rage contre le système fr dans ce post

    Je me permets d'apporter un peu mon point de vue sur certaines choses dans le post.

    - Pour la partie on finance trop les grosses agglo et pas assez les villes, plus petites, je vois pas en quoi ça empêcherait l'émergence de bonnes startup. Aux USA, les investisseurs bossent essentiellement au alentour de San Francisco ou Los Angeles, pas de bled plus paumé. Tu rajoutes à la tradition centraliste de la France, tu te retrouves avec 80% (chiffre pris au hasard mais vous voyez l'idée ) des fonds d'investissement, dév, etc. en Ile-de-france. Vois du coup Paris comme une sorte d'équivalent de San Francisco (en bien plus merdique évidemment faut pas déconner )
    - De plus, les gens pour rapport à leurs vies privées, avantagent surtout les grosses agglo car + de services disponibles (crèches, aéroport, sorties, etc.), c'est un peu comme les médecins, ils vont principalement privilégier les grosses villes. Hors Paris, si tu as un salaire potable dans une grosse agglo comme Lyon par ex, tu vis aussi bien à Lyon que Clermont. Par ex: un dev se faisant 3000 net à Lyon mais seulement 2000 net à Clermont va avoir le même niveau de vie à peu près avec tous les avantages de la grosse ville qu'est Lyon (transport, sorties, etc.). Je dis pas que c'est bien ou mal, cela relève simplement de choix personnels et je comprends ceux qui préfèrent vivre à Paris par exemple .
    - Pour l'éducation, je trouve qu'on a de très bonnes formations en France pour l'informatique. Pour un prix dérisoire, tu peux avoir une très bonne formation et ensuite à toi de faire ton trou mais je demande à une université de créer des personnes autonomes et critiques d'abord, pas de supers techniciens comme dans certaines écoles privées comme SupInfo ou Epitech.
    - Quant au politique, ceux-ci sont d'abord là pour se faire réélire. Donc il n'y a rien à attendre d'eux. Ils iront toujours là où il y aura du blé et plus de monde pour les réélire.

  16. #36
    Membre expérimenté
    Profil pro
    Inscrit en
    février 2004
    Messages
    1 817
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : février 2004
    Messages : 1 817
    Points : 1 539
    Points
    1 539
    Par défaut
    Je pense qu'il n'y a pas de réponse "oui" ou "non" à cette question, ni de bons ou mauvais conseils.

    C'est trop subjectif par rapport aux individus / entreprises. On peut se spécialiser sur de vieilles technos et être très recherché dans peu de secteurs d'activité (ou fortement localisé géographiquement) et ça peut fonctionner. Tout comme se spécialiser sur une techno et le vent tourne en quelques années.

    On peut aussi se spécialiser dans un ou deux secteurs d'activité et puis là aussi les mentalités évoluent ainsi que les habitudes des consommateurs, et on perd notre expertise mais si on général un secteur d'activité est moins mouvant qu'une techno.

    Le monde va vite et nos décisions, nos choix, portent toujours une part d'incertitude et de bonne étoile.

    Une bonne question à se poser est si l'on a un esprit plutôt créatif ou plutôt constructif ou plutôt productif. Un dev de 60 piges n'est pas pareil qu'il soit passionné de techno ou passionné par l'un des métiers qu'il a croisé durant sa carrière ou un excellent rusher. Pour ma part je sais que j'ai le couple créatif / logistique ce qui fait que je suis bon là où je suis actuellement où je suis plus consultant métier qu'autre chose.

    Mais en start'up je suis tout pourri car c'est avant tout la productivité sans réfléchir que l'on va demander, le reste étant porté par les apprentis sorciers de chez HEC qui veulent conquérir l'univers intergalactique et au delà, donc ça colle pas avec ma personnalité tandis que d'autres adorent ça.
    "Heureusement qu'il y avait mon nez, sinon je l'aurais pris en pleine gueule" Walter Spanghero

  17. #37
    Membre à l'essai
    Homme Profil pro
    Développeur COBOL
    Inscrit en
    avril 2019
    Messages
    9
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Maroc

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur COBOL
    Secteur : Finance

    Informations forums :
    Inscription : avril 2019
    Messages : 9
    Points : 23
    Points
    23
    Par défaut
    Par rapport à l'aspect "pisseurs de code", ma petite expérience récente : J'ai passé des entretiens dans un grand groupe bancaire Français pour un poste de dev. Ils ont insisté sur le fait que le groupe se rend compte que le schéma experts/devs prestataires et chefs de projet/managers internes n'est pas forcément la meilleure idée, et qu'ils cherchent donc à "ré-équilibrer" leurs effectifs (donc reprendre plus de profils techniques en interne), et à proposer des perspectives d'évolution satisfaisantes pour les personnes qui ne cherchent pas à faire du management.
    Reste à voir si cette politique sera bien appliquée, et jusqu'a quelle mesure.

  18. #38
    Expert éminent
    Homme Profil pro
    Analyste/ Programmeur
    Inscrit en
    juillet 2013
    Messages
    4 070
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Bouches du Rhône (Provence Alpes Côte d'Azur)

    Informations professionnelles :
    Activité : Analyste/ Programmeur

    Informations forums :
    Inscription : juillet 2013
    Messages : 4 070
    Points : 9 133
    Points
    9 133
    Par défaut
    Citation Envoyé par Mat.M Voir le message
    mais c'est pas si simple que ça malgré les apparences car si par exemple un logiciel pour le milieu bancaire s'apparente à n'être que des lignes de codes tout le monde n'est pas forcément fait pour les métiers de la banque.
    Car après il faut comprendre les métiers, un projet logiciel ce n'est évidemment pas que des lignes de code...
    Pas trop d'accord je suis convaincu qu'en étant développeur généraliste, passer d'un domaine à domaine nécessite qu'un petit temps de formation entre 3 et 6 mois sur les processus métiers/ apprentissage techno.
    Après ce n'est pas du 100% possible, mais en grande partie.
    Et pendant cette formation, le développeur fera essentiellement de la maintenance (bogues, tests, ...)

    Mais les entreprises ne peuvent pas / ne veulent pas - refusent de le faire

    Et ainsi, cela éviterait que les recruteurs recherchent un mouton à 5 pattes opérationnel ASAP avec des profils dont les recruteurs rajoutent des compétences à qui mieux mieux.
    Mais également, peut-être, que ce temps de formation permettrait un investissement des développeurs pour le domaine et limiterait le turn-over. On ne serait plus en mode mission : client balek, je fais mon temps, je prends mon chèque et au moindre problème j'appelle mon commercial.

    Lorsque je vois les offres C++ en salle de marché, le seul point bloquant pour moi c'est le mode commando : développer le + rapidement avec une mise à la poubelle très forte.
    Mais, sinon il y a quoi de différent par rapport à un autre projet C++ ?
    Les statistiques - les mathématiques ? c'est trop haut perché pour une personne autre qu'un docteur. Alors le développeur osef, lui a juste connaitre la grosse base

    Dans les banques, les finances ? Pareil il y a quoi de différent par rapport à un autre projet ? On ne peut pas former sur les outils ?

  19. #39
    Membre actif
    Profil pro
    Inscrit en
    août 2007
    Messages
    136
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : août 2007
    Messages : 136
    Points : 238
    Points
    238
    Par défaut
    Citation Envoyé par sergio_is_back Voir le message
    Je suis dans le dév depuis plus de trente ans (autodidacte) et ce qui est dit ici révèle bien le mal français :
    ...
    Pour ma part je suis depuis 15 ans dans ma boite (une PME de 20 personnes), je travaille sur des projets variés, en France mais aussi pour d'autres pays (Suède, Croatie, Italie, Espagne, Maroc, Chine, etc... et même les US, puis Singapour récemment)...
    30 ans de dev dont les 15 dernières dans la même boite, du coup le plan B n'a effectivement pas de sens sauf si ta boite coule, ou est rachetée/fusionnée etc... et ce n'est que dans ce cas que tu toucheras du doigt le problème des + de 40 ans.
    Mais tant que tu restes dans la même et qu'elle fonctionne, cela ne te concerne effectivement pas.
    De mon côté je suis dans le sud-est ( jamais travaillé à Paris même si j'y connais des dev qui bougent beaucoup et qui ont développé un très bon réseau) et la problématique du plan B qui est posée a vraiment du sens, que je n'avais pas anticipé trop confiant dans mes capacités et compétences
    "Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre, et finit par perdre les deux."
    Benjamin Franklin

  20. #40
    Invité
    Invité(e)
    Par défaut
    les compositeurs ont écrit leurs plus grands projets après 40 ans, Cousteau avait bien plus de connaissances après
    40 qu'avant 40 ans.


    Vu tout ce qu'il y a à apprendre au niveau des mathématiques, des solveurs et de la recherche opérationnelle, c'est clair qu'il faut des 10 zaines d'années avant de maitriser le sujet , surtout si on décide d'en faire vers 35 ans par exemple.
    Dernière modification par Invité ; 07/08/2019 à 01h31.

Discussions similaires

  1. Réponses: 11
    Dernier message: 02/05/2017, 14h21
  2. Réponses: 1
    Dernier message: 17/03/2016, 10h50
  3. Réponses: 3
    Dernier message: 03/04/2015, 16h25
  4. Les programmeurs ont-ils besoin d’un code d’éthique ?
    Par Amine Horseman dans le forum Actualités
    Réponses: 23
    Dernier message: 31/12/2014, 14h51
  5. Les éditeurs doivent-ils écouter leurs clients ?
    Par Hinault Romaric dans le forum Actualités
    Réponses: 20
    Dernier message: 08/08/2013, 09h48

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo