Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Expert éminent sénior
    Le bitcoin : une valeur spéculative plus fiable que la monnaie fiduciaire en cas de conflit nucléaire
    Le bitcoin : une valeur spéculative plus fiable que la monnaie fiduciaire en cas de conflit nucléaire
    À l’instar des autres cryptomonnaies ?

    Depuis l’avènement de l’arsenal militaire nucléaire au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le monde est plongé dans un état de paix guidé par la dissuasion nucléaire. Mais cette paix est fragile et pourrait prendre fin à tout moment. Et pour cause, au moins 15 ;000 ogives nucléaires sont réparties à travers le monde et plus de 2000 d’entre elles sont déployées et prête à être lancées. L’explosion de l’une de ces bombes pourrait engendrer une apocalypse nucléaire à l’échelle planétaire susceptible de détruire une grande partie de la vie sur Terre.

    Dans un scénario futuriste hypothétique où des missiles balistiques intercontinentaux dotés d’ogives nucléaires venaient à exploser au-dessus des grandes agglomérations, il est fort probable que les institutions bancaires centralisées deviendraient rapidement inopérationnelles. Si l’impensable venait à se produire, le bitcoin, à l’instar des autres monnaies virtuelles actuellement considérées comme des valeurs spéculatives, pourrait très rapidement s’imposer comme le meilleur outil monétaire en période de conflit par rapport à la monnaie fiduciaire qui échouerait pour de multiples raisons.


    La première serait liée au fait que la monnaie fiduciaire existe dans le monde physique et n’est pas une entité numérique comme le bitcoin. Elle est susceptible d’être détruite pendant les attaques nucléaires, de même que les banques qui pourraient instantanément perdre les réserves de liquidités nécessaires à leur fonctionnement.

    En second lieu, on peut aussi citer la contamination radioactive qui serait hautement néfaste pour les banques. Cette contamination empêcherait le personnel des établissements financiers d’assumer leurs fonctions, paralysant ainsi le système économique du monde entier.

    Les fortes impulsions électromagnétiques (IEM) libérées par les explosions nucléaires représentent le troisième facteur handicapant pour la monnaie fiduciaire. Elles sont le résultat de l’émission d’ondes électromagnétiques brève et de très forte amplitude qui peut détruire de nombreux appareils électriques et électroniques (sous tension et non protégés) et brouiller les télécommunications. Une IEM d’origine nucléaire, contrairement aux autres impulsions électromagnétiques, est composée de trois impulsions distinctes : E1, E2 et E3.

    E1 est la plus rapide des IEM nucléaires. E1 est causée par un rayonnement gamma ionisant la haute atmosphère. Les électrons qui en résultent se déplacent en général vers la surface du globe à 90 % de la vitesse de la lumière sous l’influence du champ électromagnétique terrestre. Un fort courant électrique, dont la tension de claquage est supérieure à la plupart des équipements technologiques, circule radialement vers l’extérieur depuis le site de l’explosion nucléaire.

    E2 survient juste après E1. Elle est causée par la diffusion de rayonnement gamma et les neutrons des armes. E2 est similaire à la foudre, mais succède tellement vite à E1 (de 1 microseconde à 1 seconde) que les mesures de protection sont parfois prises au dépourvu.

    E3 est très différente de E1 et E2. C’est une impulsion très lente, qui peut durer des dizaines ou des centaines de secondes. Elle est provoquée par le déplacement du champ magnétique terrestre de son emplacement habituel, causé par l’explosion nucléaire, puis par son retour à la normale. E3 a des similitudes avec une tempête géomagnétique provoquée par une sévère poussée solaire.

    L’action combinée de E1, E2 et E3 suffit à anéantir les infrastructures de télécommunications et de fourniture d’électricité dans un large rayon au-delà de la zone de souffle initiale. Si par exemple, une arme nucléaire explose à 400 kilomètres au-dessus du centre des États-Unis, elle peut causer un IEM destructeur sur la majeure partie du pays. Par conséquent, au cours d’une première frappe nucléaire, une douzaine de détonations nucléaires bien placées pourraient détruire la majeure partie de la technologie dans le monde. Face à une telle situation, tous les systèmes de paiement classiques et les établissements financiers seraient paralysés à la première explosion nucléaire.


    Si on s’intéresse au cas du bitcoin, on se rend compte que les effets d’un conflit nucléaire sur cet outil monétaire sont moins dramatiques puisqu’il n’a aucune présence physique. L’explosion des ogives n’aura aucune incidence sur le stock mondial de bitcoins. Plus important encore, le Bitcoin est basé sur un système décentralisé qui ne peut être mis en échec à cause d’un point de défaillance unique : Tant qu’il y a au moins un nœud exécutant, le réseau Bitcoin continuera à fonctionner.

    Signalons par ailleurs que faire fonctionner une banque ou ce qu’il en reste pendant ou au lendemain d’un conflit nucléaire n’est pas à la portée des premiers venus, alors que le Bitcoin peut être utilisé par n’importe qui, n’importe où, tant qu’il y a une source d’alimentation, une bonne protection contre les IEM et une connexion (idéalement satellitaire) à Internet. Le kit de secours d’un survivant de la période post apocalyptique pourrait donc à l’avenir inclure un Raspberry Pi, des panneaux solaires, des sacs plastiques appropriés ainsi qu’un dispositif pour l’accès à Internet par satellite.

    Au-delà de sa volatilité, de son caractère durable et flexible dans un conflit nucléaire à grande échelle, le bitcoin, à l’instar des autres monnaies cryptographiques, offre sur le plan économique de meilleures chances de conserver ou de gagner de la valeur. La monnaie fiduciaire dépend de la survie du pays qui les émet. Si ce dernier venait à disparaitre ou était en difficulté au lendemain d’un conflit, quelle que soit l’ampleur de ce dernier, elle deviendrait instantanément inutile.

    Et vous ?

    Qu’en pensez-vous ?
    Pensez-vous que les cryptomonnaies sont une solution fiable pour conserver son argent au vue des dernières fluctuations de ce marché ?

    Voir aussi

    Réchauffement climatique : le Bitcoin pourrait nous conduire au chaos dans 20 ans en augmentant la température globale au-delà de la limite critique
    Le créateur de BitTorrent annonce une alternative écologique au Bitcoin moins gourmande en électricité, plus décentralisée et plus sécurisée
    L'utilisation du bitcoin dans le commerce continue son déclin, bien que la volatilité de la monnaie ait diminué, selon une nouvelle étude
    Richard Stallman critique Bitcoin et vante une alternative développée au sein du projet GNU qui s'appelle Taler
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre averti
    Enfin, s'il y a une guerre nucléaire, ma priorité sera plus de savoir comment survivre plutôt que d'aller miner des bitcoins...
    ρs¥

  3. #3
    Expert éminent sénior
    Citation Envoyé par Christian Olivier Voir le message
    Signalons par ailleurs que faire fonctionner une banque ou ce qu’il en reste pendant ou au lendemain d’un conflit nucléaire n’est pas à la portée des premiers venus, alors que le Bitcoin peut être utilisé par n’importe qui, n’importe où, tant qu’il y a une source d’alimentation, une bonne protection contre les IEM et une connexion (idéalement satellitaire) à Internet. Le kit de secours d’un survivant de la période post apocalyptique pourrait donc à l’avenir inclure un Raspberry Pi, des panneaux solaires, des sacs plastiques appropriés ainsi qu’un dispositif pour l’accès à Internet par satellite.
    Non mais sans blague, c'est vraiment ballot que youporn n'accepte pas les paiements en bitcoin parce qu’après avoir survécu à un conflit nucléaire mondial, il est important de pouvoir se changer les idées

  4. #4
    Membre extrêmement actif
    Le bitcoin : une valeur spéculative plus fiable que la monnaie fiduciaire en cas de conflit nucléaire
    Ben voilà une affirmation qui laisse sans voix...

    1. En cas de conflit nucléaire, il n'y aura plus de "spéculateur" pour profiter de ses bénéfices en bitcoin ou en quoique ce soit d'autre

    2. Une explosion nucléaire s'accompagne d'une impulsion électromagnétique nucléaire (IEM) qui détruit définitivement tout composant électronique à proximité. Quand tous les ordinateurs auront "grillés", le "spéculateur" récupère comment ses bitcoins? Il les a gravé sur sa fesse gauche avant le conflit nucléaire?

    Alors, bon peuple de pigeons! Gardez vos euro! Il n'auront pas plus de valeur que les bitcoins après un conflit nucléaire mais au moins vous ne vous serez pas fait escroquer avant l'hypothétique conflit!

    PS:
    Je me suis laissé dire que les bitcoins faisait repousser les cheveux des chauves, retrouver la vue aux aveugles, retrouver la vie au mourant!!!

  5. #5
    Expert éminent sénior
    Qu’en pensez-vous ?
    Je serais curieux de connaitre la source de cet article. Parce que c'est juste du grand n'importe quoi, probablement écrit par des gens qui ont investi dans les crypto-monnaies et qui sont prêts à raconter n'importe quel mensonge pour relancer l’intérêt qu'elles suscitaient, depuis qu'il s'est effondré ces derniers mois.

    Tout d'abord, en cas d'attaque nucléaire majeures, les valeur refuges seront probablement les produits de première nécessité, et les biens tangibles. Des choses aussi abstraites que le bitcoin perdraient immédiatement toute valeur.

    Mais même en ignorant ce point, si les monnaies fiduciaires sont sensibles au IEM, alors que dire des crypto-monnaies ! Car même si le fonctionnement des cryptomonnaies est décentralisé, elle ont besoin de liaisons réseau internationales en bon état pour rester synchronisées.
    En cas d'IEM, les infrastructures réseau seront sévèrement touchées. on peut dire adieu aux connexions internet globales et permanentes actuelles et si cela dure plus de quelques jours, il pourrait y avoir des sérieuses divergences dans les blockchains qui entrainerait plein de faux paiements.

  6. #6
    Membre averti
    Bah oui c'est évident, en cas de conflit nucléaire les protagonistes n’essaieront surtout pas de pas de cibler les les éventuels communications terrestres ou spatial de l'ennemi, ce serait dommage de couper l'accès a pornhub et au bitcoins pour le monde entier. S'en parler de véritable attaque IEM contre eux en faisant exploser des bombe nucléaire dans l'espace histoire d'être sur de griller les infrastructures ennemis. Nan vraiment je ne vois pas pourquoi ils feraient ça.

  7. #7
    Membre expert
    Une explosion nucléaire généralement ça balaye les infrastructures... Alors si ça tombe sur les fermes de minage...


    Le kit de secours d’un survivant de la période post apocalyptique pourrait donc à l’avenir inclure un Raspberry Pi, des panneaux solaires, des sacs plastiques appropriés ainsi qu’un dispositif pour l’accès à Internet par satellite.
    A condition encore que ton Raspberry Pi, tes panneaux solaires, et ton dispositif pour l’accès à Internet par satellite n'aient pas été complétement roussis par les IEM évoquée plus haut dans la dépêche
    Et que le satellite n'ait pas subit l'IEM lui-même (et oui les IEM se propagent aussi dans l'espace, en suivant les lignes du champ magnétique terrestre qui s'étend dans l'espace...)

    Et puis ça donne ça :



    Alors franchement bitcoin ou pas, c'est pas ce qui va changer le désastre pour ceux qui survivront...
    Je crois pas qu'Amazon pourra encore livrer en 24 heures dans la zone après ça, si déjà j'arrivai à commander avec mon smartphone et à payer en B$

  8. #8
    Membre régulier
    En cas de guerre nucléaire .... J'imagine bien qu'il n'y aura pas que des bombes IEM, la réplique automatique qui sera faite n'attendra pas de savoir si les bombes vont exploser en haute altitude ou pas. C'est une arme de dissuasion ... en terme de perte humaine pas de grille pain (j'imagine mal les dirigeants se dirent ... bon on va attendre pour voir si elle pète au dessus de l'agglomération ou sur l'agglomération pour savoir ce qu'on leur balance à notre tour). D'autant qu'on ne sait même pas quelles nouvelles armes ont dans leur stocke les pays qui possède la bombe atomique (Amérique, Russie et Chine .....), si cela se trouve on se prendra bien pire sur la tronche

    Du coup étude à 2 balles ... moi de mon étude je peux dire qu'il vaut mieux spéculer sur l'eau et les denrées alimentaires non irradiées si jamais la planète survie ...

  9. #9
    Modérateur

    Bonjour,

    Après quelques recherches, j'ai trouvé la source (biaisée ?) à l'origine de cet article : si on trouve une idée très similaire sur bitcoinnews, ce n'est a priori pas la source (bien que l'article date du 26/09/2018). La source serait plutôt l'un de ces deux articles (https://elevenews.com/2019/01/26/her...a-nuclear-war/ ou https://blockpublisher.com/heres-why...a-nuclear-war/) qui reprennent une vidéo de Charlie Shrem datant du 20/02/2017.

    Ce qui m'ennuie donc, outre l'absence de source citée, c'est que ce monsieur est pour le moins controversé (je vous laisse lire la page wikipedia sur le sujet). Alors non, ce n'est pas une raison pour ne pas ouvrir le débat, mais oui, c'est important de trouver les sources pour voir à quel point il faut être méfiant.

    Donc, pour en revenir au contenu :
    Après une guerre nucléaire, le plus important est-il de se demander via quel moyen on va à nouveau spéculer ? Je n'en suis pas certain, cela ressemble plus à "comment profiter de la misère des autres" -- mais mon interprétation est peut-être biaisée.
    Quant au fait que le bitcoin puisse résister, oui, c'est le principe de la décentralisation. Sera-t-il plus utilisable au quotidien ? Je crains que non. Sera-t-il toujours aussi volatile par rapport à des monnaies "concrètes" ? Oui, et pour le moment c'est une préoccupation réelle (en 2010, la première transaction réelle était l'échange de 2 pizzas contre 10 000 bitcoins -- qui va aller acheter des légumes avec des bitcoins si du jour au lendemain ils peuvent gagner ou perdre plusieurs milliers de dollars ?
    "La route est longue, mais le chemin est libre" -- https://framasoft.org/
    Les règles du forum

  10. #10
    Nouveau Candidat au Club
    cela ressemble plus à "comment profiter de la misère des autres"
    Le sempiternel commentaire contre les "méchants profiteurs" lors des incidents.

    A part que distribuer gratuitement (ou a faible prix) une denrée rare dans ce cas revient :
    - à créer une émeute publique, avec toutes ses conséquences
    - à faire 0 euros donc pas revenir sur ses frais et encore moins faire de bénef. Et qui fait ça dans la vie réelle ? personne. (je parle pas sur les forums, hein, vous avez grand coeur..)

    Ca s'appelle l'offre et la demande et si on veut qu'elles s'équilibrent il faut qu'il y est un marché libre ... et donc de la spéculation (qui n'est rien d'autre que de la découverte).

    Le spéculateur stock avant la crise, soit il a raison et profite (et fait donc profiter ses acheteurs !), soit il se trompe et paie les conséquences. Rien que de très normal.

    Sera-t-il plus utilisable au quotidien ? Je crains que non.
    A part que quand tu as le choix entre "moins pratique qu'une carte bleu" et rien, bas tu choisis le truc pas pratique.

    Sera-t-il toujours aussi volatile par rapport à des monnaies "concrètes" ? Oui
    Dans l'exemple évoqué les monnaies réelles sont inaccessibles ou en cours d'explosion (à la Vénézuela), donc la volatilité de bitcoin n'aurait pas vraiment d'importance.

    en 2010, la première transaction réelle était l'échange de 2 pizzas contre 10 000 bitcoins (article qui en vaut bien un autre))
    Oui, sur 9 ans, alors qu'il passait d'exactement 0 à l'utilisation mondiale actuelle, après plein de médiatisation, de crises économiques, le bitcoin a pris plein de valeur. Certes.

  11. #11
    Nouveau Candidat au Club
    Une explosion nucléaire généralement ça balaye les infrastructures... Alors si ça tombe sur les fermes de minage...
    N'importe qui peut prendre le relais. Techniquement bitcoin prévoit un délai minimum pour baisser la puissance nécessaire pour écrire une transaction, donc même dans un cas ultra catastrophique où on passe d'une ferme de 1000 GTX2080 à un clampin et sa GTX970 il suffit d'attendre que cet indicateur de puissance retombe pour que bitcoin soit de nouveau accessible.

    (dans la pratique des fermes à bitcoin il doit y en avoir un peu partout et ce sont des infos privé donc je les vois mal toutes disparaitre en meme temps).

  12. #12
    Expert éminent sénior
    Citation Envoyé par Cassoulatine Voir le message
    Ca s'appelle l'offre et la demande et si on veut qu'elles s'équilibrent il faut qu'il y est un marché libre ... et donc de la spéculation (qui n'est rien d'autre que de la découverte).
    C'est un peu plus compliqué que ça. Bien que la spéculation repose sur le principe d d'offre et demande, ça n'est pas complètement lié.

    La loi de l'offre et de la demande et un système qui s'applique assez naturellement au transaction commerciales libres. La vraie spéculation est son utilisation extrême qui nécessite des systèmes bancaire et boursiers très organisés ce qui ne serait plus du tout opérationnels en cas de guerre nucléaire.

    Sans bourse, on se retrouve à manipuler des valeurs plus concrètes et on retombe dans des cas plus classique de transactions commerciales et investissements,qui peuvent aussi poser des problèmes, mais à une échelle différente.

    Citation Envoyé par Cassoulatine Voir le message
    A part que quand tu as le choix entre "moins pratique qu'une carte bleu" et rien, bas tu choisis le truc pas pratique.
    Sauf que là on ne compare pas avec de monnaie complètement dématérialisée comme la carte bleu(qui en effet risque de souffrir autant si ce n'est plus), mais avec de la monnaie fiduciaire (billets, pièces).
    Alors oui elle n'est pas à l’abri de variation de valeur, mais son coté physique la rend infiniment plus rassurante que des valeurs virtuelles qui dépendent de machines probablement impactées par les IEM et du fonctionnement quasi continu d'un réseau informatique mondial.

  13. #13
    Expert éminent sénior
    Citation Envoyé par Cassoulatine Voir le message
    N'importe qui peut prendre le relais. Techniquement bitcoin prévoit un délai minimum pour baisser la puissance nécessaire pour écrire une transaction
    Ce n'est pas tant la puissance de calcul pour le minage qui poserait problème, mais le besoin de synchroniser la blockchain. Pour cela il faut un réseau internet qui fonctionne pour éviter l'accumulation de branches parallèles non intentionnelles.

  14. #14
    Membre chevronné
    ça marche aussi en cas d'invasion extra-terrestre (hostile...) ?

  15. #15
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message

    Alors, bon peuple de pigeons! Gardez vos euro! Il n'auront pas plus de valeur que les bitcoins après un conflit nucléaire mais au moins vous ne vous serez pas fait escroquer avant l'hypothétique conflit!
    Faux! En cas d'effondrement de la civilisation, les billets de banque pourront encore servir de carburant de chauffage

    En cas de guerrre nucléaire, certains pense aux métaux précieux, mais moi je pense que le mieux c'est la nourriture en conserve et les munitions.

    Le pire étant qu'avec les conneries actuelles des Russes et des Américains, une guerre nucléaire est davantage plausible que pendant la plupart de la guerre froide. Mais au moins l'Europe est moins exposée cette fois

  16. #16
    Membre habitué
    c'est évident que internet sera accessible partout, après une attaque nucléaire. Et, dans le cas contraire, free ou orange interviendra très rapidement pour le remettre en fonctionnement.
    c'est marrant de voir que la génération née avec internet dans le biberon pensent que c'est le minimum vital et qu'il ne saurait en être autrement.
    Il suffit de voir juste en cas d'intempéries le temps nécessaire pour remettre les infrastructures basiques en état (électricité et téléphone), alors même que ça ne s'applique qu'à une faible superficie comparée à la surface du pays (rien que pour la France ou les US). Donc si ça devait être généralisé au pays voire au continent, les infrastructures qui seraient rétablies en priorité seraient celles de l'état et des banques, pas des particuliers.
    Quand on voit qu'à ses débuts il a perdu tous ses bitcoins car la société qui les géraient a cessé ses activités, dans en cs de conflit nucléaire, même si les serveurs de l'entreprise étaient encore opérationnels, qui dit qu'elle ne servirait pas en faisant croire que tout était détruit.

  17. #17
    Nouveau membre du Club
    On a aucune chance de survivre à court/moyen terme à un conflit nucléaire généralisé impliquant l'Europe en restant dans l'hemispere nord. Pour rappel la France est un des pays avec les plus de centrales nucléaires sur son son sol qui seront immédiatement laissées à l'abandon voir pire detruites, une centrale nucléaire laissée à l'abandon c'est Fukushima en 100 fois pire, un reacteur ne peut pas être arreté en appuyant sur un bouton, il faut de l'energie et une circulation d'eau pour refroidir le combustible pendant plusieurs mois voir des années sinon il explose et irradie un large secteur bien plus qu'une bombe de 1 mega-tonne et sur une plus longue durée (centaines voir milliers d'années).

    Le seul espoir c'est de se barrer dans un pays non impliqué de l'hemisphere sud.

    Les infrastructures qui tiennent l'internet seraient pour la plupart détruites plus de serveur dns racine par exemple, plus de reseaux de telecommunications, l'attaque nucleaire s'accompagnerait d'attaques informatiques les pays ayant une infrastructure encore en état bloqueraient immédiatement l'accès à leur réseau.

    Par contre effectivement si c'est un conflit qui reste localisé : par exemple la Russie qui rase l'Ukraine, la chine Taiwan ou le Japon, les américains l'Iran ou la CDN, l'Inde le Pakistan. Les monnaies des pays concernés ne vaudront plus rien alors qu'un expatrié avec un portefeuille en bitcoin pourra eventuellement recuperer des fonds une fois en securité.

  18. #18
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par Christian Olivier Voir le message
    La première serait liée au fait que la monnaie fiduciaire existe dans le monde physique et n’est pas une entité numérique comme le bitcoin. Elle est susceptible d’être détruite pendant les attaques nucléaires, de même que les banques qui pourraient instantanément perdre les réserves de liquidités nécessaires à leur fonctionnement.
    Ok il y a des pièces et des billets, mais la plus grande partie de l'argent est virtuelle.
    Il y a des pays qui souhaitent faire disparaître la monnaie physique.
    La disparition de l'argent liquide inquiète la Suède
    Une grande partie des Suédois n'utilisent quasiment plus d'espèces. Un rapport parlementaire se penche sur les risques de ce bouleversement.
    L’argent liquide, espèce en voie de disparition
    Le gouvernement suivra-t-il le rapport qui recommande de supprimer les pièces de 1 et 2 centimes ? La France est déjà l’un des pays européens qui utilise le moins les espèces et la tendance s’accélère avec l’essor du paiement sans contact.
    Economie souterraine : Israël veut limiter les paiements en espèces

    Mais par contre c'est vrai que l'euro, le dollar, le yen, etc, peuvent perdre la totalité de leur valeurs très rapidement.
    C'est comme dans les hyperinflations au bout d'un moment les billets valent moins que du bois.


    Citation Envoyé par Christian Olivier Voir le message
    Signalons par ailleurs que faire fonctionner une banque ou ce qu’il en reste pendant ou au lendemain d’un conflit nucléaire n’est pas à la portée des premiers venus, alors que le Bitcoin peut être utilisé par n’importe qui, n’importe où, tant qu’il y a une source d’alimentation, une bonne protection contre les IEM et une connexion (idéalement satellitaire) à Internet. Le kit de secours d’un survivant de la période post apocalyptique pourrait donc à l’avenir inclure un Raspberry Pi, des panneaux solaires, des sacs plastiques appropriés ainsi qu’un dispositif pour l’accès à Internet par satellite.
    Ouais ok c'est plus facile de faire tourner le système du bitcoin que le système des banques. Mais c'est quand même peu probable que les institutions bancaires centralisées deviennent inopérationnelles à cause d'ogives nucléaire.
    Le bitcoin c'est quand même pas top comme solution... Alors que l'or et de l'argent c'est tout de suite plus facile à faire accepter à tout le monde.

    Si l'euro ne veut plus rien et que t'as le choix entre être payé en pièce d'or ou en bitcoin, personnellement je prend les pièces d'or.
    L'or n'a pas besoin d'une connexion satellitaire pour fonctionner.
    Keith Flint 1969 - 2019

  19. #19
    Membre habitué
    imaginons que nous ayons un gros paquet de bitcoin et, plutôt qu'une guerre nucléaire, il n'y ait qu'une seule mort, celle d'une plateforme d'échange de monnaies virtuelles ou bien du patron d'une grande banque.
    Dans lequel des 2 cas perdrions nous tout notre argent ?
    https://www.franceinter.fr/emissions...8-fevrier-2019

  20. #20
    Membre extrêmement actif
    En cas de conflit nucléaire, la monnaie international de référence sera de nouveau l'or, pas le papier.
    La joie de l'âme est dans la planification -- Louis Hubert Liautey

###raw>template_hook.ano_emploi###