IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

Emploi Discussion :

Le PDG de Goldman Sachs demande à tous ses employés de retourner au bureau à plein temps


Sujet :

Emploi

  1. #1
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Patrick Ruiz
    Homme Profil pro
    Redacteur web
    Inscrit en
    février 2017
    Messages
    1 395
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Redacteur web
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : février 2017
    Messages : 1 395
    Points : 39 383
    Points
    39 383
    Par défaut Le PDG de Goldman Sachs demande à tous ses employés de retourner au bureau à plein temps
    Le PDG de Goldman Sachs demande à tous ses employés de retourner au bureau à plein temps et seule la moitié se présente
    Dans un contexte où les employés en télétravail ne veulent plus du bureau

    Le PDG de Goldman Sachs, David Solomon, a insisté à plusieurs reprises pour que les employés retournent au bureau à temps plein, ne laissant aucun doute sur le fait qu'il considère le travail à distance comme une aberration. Mais le jour où le géant de la banque d'investissement a rouvert ses bureaux américains en février, après les avoir fermés pendant la vague Omicron, seulement 50 %, soit environ 5000 des 10 000 travailleurs du bâtiment, sont retournés à son siège de New York, malgré un préavis de plus de deux semaines. Le tableau chez Goldman Sachs se présente dans un contexte où les sondages révèlent une tendance pro télétravail importante.

    Nom : 1.png
Affichages : 124724
Taille : 176,1 Ko

    La posture de Goldman Sachs sur la question travail à distance est aux antipodes de celle d’une entreprise comme Twitter dont les employés peuvent travailler à domicile pour toujours ou de là où ils se sentent le plus productifs et créatifs. Twitter rouvrira ses bureaux à partir de la mi-mars. L’entreprise était déjà l’une des rares sinon la seule à permettre à ceux de ses employés dont le poste le permet de rester en télétravail de façon permanente. Elle le réitère en quelque sorte dans le cadre de sa dernière sortie avec une précision supplémentaire : l’employé sera libre de choisir la formule qui lui convient.

    Grosso modo, c’est l’approche hybride qui tend à s’imposer. Apple s’illustre en la matière avec le lancement d’un programme pilote de travail hybride avec 4 semaines de travail à distance maximum par an. Si l’entreprise s’arrime à la donne actuelle, elle montre néanmoins son penchant pour le travail en présentiel au bureau à propos duquel Tim Cook est d’avis qu’il « facilite la créativité et la productivité en comparaison au travail à distance. » « « Lorsque cette pandémie prendra fin, de nombreuses entreprises continueront à fonctionner en mode hybride. Le travail à domicile restera très critique », indique-t-il.

    Nom : 2.png
Affichages : 12321
Taille : 19,1 Ko

    Quid des chiffres ?

    Les nouvelles à propos du dispositif qui se met en place chez Google tombent dans un contexte où de récents sondages font état de ce que les travailleurs lancés sur la formule à distance ne veulent plus retourner au bureau. Les personnes en télétravail aiment de plus en plus cette formule et indiquent sans détour préférer continuer à domicile même si les craintes liées au coronavirus s’estompent. Le nombre de personnes qui citent les fermetures des bureaux pour cause de pandémie comme raison majeure de travailler à domicile est en baisse. C’est désormais plus une question de choix. C’est ce qui ressort d’un récent sondage sur un échantillon de 5889 travailleurs américains.Ce dernier - qui indique que des tiers optent pour le télétravail pour certains des ses avantages - fait suite à un autre selon lequel des travailleurs sont même prêts à accepter des réductions de salaire pour demeurer sur la formule.

    Parmi ceux qui ont un lieu de travail à l'extérieur de leur domicile, 61 % déclarent désormais qu'ils choisissent leur domicile comme lieux d'exercice plutôt que leur lieu de travail. Un précédent sondage du Pew Research Center plus tôt dans la pandémie avait mis en avant une tendance inverse : 64 % indiquaient qu'ils travaillaient à domicile parce que leur bureau était fermé.

    Nom : 3.png
Affichages : 12283
Taille : 53,2 Ko

    D’une étude à l’autre, les avantages mis en avant en faveur du volet télétravail reviennent : horaire de travail flexible, moins de stress lié au trajet, des économies et un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. D'un autre côté, les principales préoccupations sont la diminution des mouvements physiques au cours de la journée, le manque d'interaction avec les collègues, la fatigue de l'écran et l'impossibilité de collaborer ou de communiquer efficacement.

    Cette publication fait suite à un sondage sur developpez.com qui a révélé que la majorité, soit 56,57 %, des votants sont pour rester en télétravail de façon permanente après la crise. C’était une espèce de redite du positionnement des travailleurs de divers pays qui ont exprimé leur faveur à l’approche télétravail. Dans un contexte où les appels au travail en présentiel se multiplient, certains travailleurs lancés sur la formule télétravail se disent prêts à accepter des baisses de salaires pour poursuivre suivant cette approche. C’est ce qui ressort d’un sondage d’Ivanti selon lequel près de 50 % (d’un échantillon de 1000 travailleurs) le feraient.

    Près des deux tiers (63 %) des personnes interrogées dans le cadre de ce sondage déclarent qu'elles préféraient travailler à distance plutôt que d'être promues et près de la moitié (48 %) ont déclaré qu'elles accepteraient une baisse de salaire en échange de la possibilité de travailler de n'importe où. Pour confirmer la tendance, seuls 12 % des répondants ont déclaré vouloir retourner dans un bureau à temps plein à l'avenir.

    Et vous ?

    Que pensez-vous de ces tendances ? Sont-elles cohérentes avec la réalité dont vous êtes au fait ?
    Pour quelles raisons aimeriez-vous (n'aimeriez-vous pas) rester en télétravail ?
    Êtes-vous en télétravail ? Accepteriez-vous une diminution de votre salaire pour y rester après la pandémie ? Que pensez-vous de l’approche travail à distance de façon générale ?

    Voir aussi :

    Microsoft autorise ses employés à travailler à domicile, alors que la nouvelle épidémie de coronavirus continue de se propager dans les pays du monde entier
    En Chine, le coronavirus force la plus grande expérience de travail à domicile au monde, le télétravail semble être la seule solution dont disposent les entreprises
    Coronavirus : après avoir recommandé le travail à domicile, Twitter demande à ses employés de travailler chez eux. Une mesure adoptée par les grandes enseignes de la tech comme Google
    La crise du coronavirus : un afflux massif vers le travail à domicile crée une opportunité pour les pirates informatiques, selon des experts en cybersécurité
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    décembre 2008
    Messages
    8 726
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 34
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2008
    Messages : 8 726
    Points : 16 819
    Points
    16 819
    Par défaut
    Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
    Grosso modo, c’est l’approche hybride qui tend à s’imposer. Apple s’illustre en la matière avec le lancement d’un programme pilote de travail hybride avec 4 semaines de travail à distance maximum par an. Si l’entreprise s’arrime à la donne actuelle, elle montre néanmoins son penchant pour le travail en présentiel au bureau à propos duquel Tim Cook est d’avis qu’il « facilite la créativité et la productivité en comparaison au travail à distance. » « « Lorsque cette pandémie prendra fin, de nombreuses entreprises continueront à fonctionner en mode hybride. Le travail à domicile restera très critique », indique-t-il.
    Je ne suis absolument pas d'accord avec Tim Cook, le travail en présentiel au bureau ne facilite pas la créativité ni la productivité.

    Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
    Près des deux tiers (63 %) des personnes interrogées dans le cadre de ce sondage déclarent qu'elles préféraient travailler à distance plutôt que d'être promues et près de la moitié (48 %) ont déclaré qu'elles accepteraient une baisse de salaire en échange de la possibilité de travailler de n'importe où. Pour confirmer la tendance, seuls 12 % des répondants ont déclaré vouloir retourner dans un bureau à temps plein à l'avenir.
    Pour beaucoup d'employés de bureau, se rendre au travail chaque jour est un calvaire. (et ça n'a pas de sens de se déplacer pour réaliser des tâches que tu pourrais réaliser depuis chez toi)
    Les principaux problèmes sont les collègues, l'ambiance, le bruit, mais en plus il y en a qui passent du temps dans les transports pour se rendre au travail.
    Keith Flint 1969 - 2019

  3. #3
    Membre confirmé
    Homme Profil pro
    ingénieur qualité
    Inscrit en
    mars 2015
    Messages
    122
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : ingénieur qualité
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : mars 2015
    Messages : 122
    Points : 496
    Points
    496
    Par défaut
    Ma vision est peut être caricaturale mais Goldman Sachs n'encourage-t-elle pas ses employés à optimiser le rapport gain/risque depuis des années.
    Comment s'étonner qu'ils optimisent aussi leur rapport salaire/temps de travail?
    Ceci dit je ne m'inquiète pas sur le fait qu'ils vont s'adapter bien vite et se rendre compte que certains sont plus rentables en télétravail et presser les autres pour faire retourner les autres sur site/les licencier etc.

    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    Je ne suis absolument pas d'accord avec Tim Cook, le travail en présentiel au bureau ne facilite pas la créativité ni la productivité.
    N'est ce pas une fausse excuse?
    Il prend très mal les fuites qu'il y a eu, amener tout le monde sur site me semble juste un moyen de mieux contrôler ce risque.

  4. #4
    Expert éminent sénior
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement logiciels
    Inscrit en
    septembre 2012
    Messages
    3 013
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Finistère (Bretagne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement logiciels

    Informations forums :
    Inscription : septembre 2012
    Messages : 3 013
    Points : 16 029
    Points
    16 029
    Par défaut
    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    Je ne suis absolument pas d'accord avec Tim Cook, le travail en présentiel au bureau ne facilite pas la créativité ni la productivité.
    ça dépends totalement de la nature de ton job.

    Si tu as une activité qui nécessite de la concentration et du calme, alors le télétravail à des atouts, si tu es, comme Tim Cook, un décideur, ou un créatif (je sais pas si ça s'applique vraiment à son cas) tu préfères avoir du monde sous la main pour vérifier tes hypothèses/sentiments et discuter des idées en face à face, ce qui est toujours plus efficace qu'en visio ou tu as vite fait de perdre ton auditoire.

    Et pour les métier hybrides, ou tu as à la fois besoin de temps calme pour bosser sur des sujets complexes et de croiser les informations ou de savoir ce qui se passe, en gros la plupart des jobs de chef de projet et même de développeurs, une hybridation est préférable. Trop de télétravail et tu ne sais plus ce que font tes collègues, et le complètement présentiel, je crois que plus personne n'en veut en fait. A part les micro-managers, et les managers qui ne font aucune confiance à leurs équipes.




    Je suis juste pas d'accord sur l'argument du temps de trajet. Pré-pandémie (peu de gens ont bougé pendant la pandémie j'ai l'impression), les gens savaient bien quel serait leur temps de trajet pour aller tous les jours au bureau. Parce que par contre, pour prendre le salaire de la grande ville, là tout le monde trouve ça normal

    A un moment donné tu as fait un choix de vie tu l'assumes ou tu changes de vie. c'est pas si compliqué. Faut juste savoir si tu veux le gros salaire (et les grosses emmerdes de transport en commun) ou un plus petit salaire (et un plus petit emmerdement de transport...)

  5. #5
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    décembre 2008
    Messages
    8 726
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 34
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2008
    Messages : 8 726
    Points : 16 819
    Points
    16 819
    Par défaut
    Citation Envoyé par Carhiboux Voir le message
    A un moment donné tu as fait un choix de vie tu l'assumes ou tu changes de vie. c'est pas si compliqué. Faut juste savoir si tu veux le gros salaire (et les grosses emmerdes de transport en commun) ou un plus petit salaire (et un plus petit emmerdement de transport...)
    C'est beaucoup plus compliqué que ça.
    Déjà on ne choisit pas son entreprise. Admettons qu'il existe une entreprise qui fait exactement ce que vous savez et aimez faire, exactement là vous aimeriez aller travailler, qu'elle propose de gros salaire, etc. Vous pouvez postuler à chaque fois qu'une offre apparait et même faire une candidature spontanée, vous ne vous ferrez probablement jamais embaucher par cette entreprise.
    Il y a plus de demandes que d'offres, il y aura toujours une personne qui se vendra mieux que vous.

    Ensuite il y a un paquet de contrainte qui font qu'on ne fait pas ce qu'on veut.
    - Si on est en couple il faut faire un compromis (le mieux ce serait de vivre dans un endroit équidistant des 2 jobs, mais de toute façon les jobs vont changer)
    - Plus est diplômé plus c'est galère de trouver un job
    - Si on a des enfants on a besoin de place on a donc envie de s'éloigner un peu du centre (j'ai jamais compris pourquoi les entreprises aiment bien s'installer dans des grandes villes, c'est dommage beaucoup d'argent est gaspillé en loyer)

    Ceux qui font beaucoup de route pour le salaire, ce sont ceux qui vivent en France et qui travaillent en Suisse.
    Souvent ils vivent confortablement dans un petit village (grosse maison avec du terrain) et ils gagnent beaucoup plus que les parisiens puisqu'ils touchent un salaire Suisse.
    Il y a des opérateurs à l'usine en Suisse qui gagnent 4500€/net par mois (ça dépend du change), bonne chance pour gagner autant en étant ingénieur de développement en France.
    Il y a des gens qui bossent en Suisse, mais en télétravail depuis chez eux. (là il y a de quoi être envieux)
    Keith Flint 1969 - 2019

  6. #6
    Expert éminent sénior
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement logiciels
    Inscrit en
    septembre 2012
    Messages
    3 013
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Finistère (Bretagne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement logiciels

    Informations forums :
    Inscription : septembre 2012
    Messages : 3 013
    Points : 16 029
    Points
    16 029
    Par défaut
    Si c'est aussi simple que ça.

    Tout ce que tu décris là ce sont des freins, pas des obstacles à proprement parler.

    Pourquoi ce temps de trajet qui était la norme avant les confinement pose soudainement problème? Et est-ce que ce n'est pas ces inconvénients de qualité de vie et de temps de trajet qui justifiaient les hauts salaires de métropole?

    Si tout le monde est en distanciel, quel va être l'intérêt des entreprises des grandes villes à garder de salariés qui vivent dans ces grandes métropoles? Elles vont embaucher des provinciaux au salaire des provinciaux (ou quelque part entre les deux) pour faire le télétravail. Aucune raison de payer aussi cher pour des employés qui ne sont pas/plus en présentiel.

  7. #7
    Membre chevronné
    Homme Profil pro
    Inscrit en
    août 2009
    Messages
    481
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Loire Atlantique (Pays de la Loire)

    Informations forums :
    Inscription : août 2009
    Messages : 481
    Points : 1 970
    Points
    1 970
    Par défaut
    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    C'est beaucoup plus compliqué que ça.
    Déjà on ne choisit pas son entreprise. Admettons qu'il existe une entreprise qui fait exactement ce que vous savez et aimez faire, exactement là vous aimeriez aller travailler, qu'elle propose de gros salaire, etc. Vous pouvez postuler à chaque fois qu'une offre apparait et même faire une candidature spontanée, vous ne vous ferrez probablement jamais embaucher par cette entreprise.
    Il y a plus de demandes que d'offres, il y aura toujours une personne qui se vendra mieux que vous.

    Ensuite il y a un paquet de contrainte qui font qu'on ne fait pas ce qu'on veut.
    - Si on est en couple il faut faire un compromis (le mieux ce serait de vivre dans un endroit équidistant des 2 jobs, mais de toute façon les jobs vont changer)
    - Plus est diplômé plus c'est galère de trouver un job
    - Si on a des enfants on a besoin de place on a donc envie de s'éloigner un peu du centre (j'ai jamais compris pourquoi les entreprises aiment bien s'installer dans des grandes villes, c'est dommage beaucoup d'argent est gaspillé en loyer)

    Ceux qui font beaucoup de route pour le salaire, ce sont ceux qui vivent en France et qui travaillent en Suisse.
    Souvent ils vivent confortablement dans un petit village (grosse maison avec du terrain) et ils gagnent beaucoup plus que les parisiens puisqu'ils touchent un salaire Suisse.
    Il y a des opérateurs à l'usine en Suisse qui gagnent 4500€/net par mois (ça dépend du change), bonne chance pour gagner autant en étant ingénieur de développement en France.
    Il y a des gens qui bossent en Suisse, mais en télétravail depuis chez eux. (là il y a de quoi être envieux)
    Pas d'accord avec toi sur pas mal de choses :
    1 - Plus est diplômé plus c'est galère de trouver un job : Non ! Il y a peut être une exception pour les personnes ayant un doctorat. Mais en info c'est plus facile de trouver du taf si tu es ingé/Bac+5 plutôt que Bac+2. Quand tu es Bac+2 des portes se ferment. Ceci dit les ingé sont souvent sous-utilisés et dans certains bassins d'emploi il y a peu de poste. Dans ma campagne d'origine on recherche des conducteurs d'engin agricole, des ouvriers mais pas beaucoup d'ingé par ex. En effectuant des études, je savais que j'avais de fortes "chances" de ne pas avoir d'emploi dans ma campagne d'origine. C'était mon choix. Les quelques emplois qualifiés dans ma campagnes sont enseignant, médecin ou vétérinaire, je n'ai pas voulu exercer ces professions.
    2 - Dans notre métier, on choisi son employeur. Ce n'est pas l'employeur idéal mais on a la possibilité de le choisir (du moins une fois la première expérience effectuée). C'est un compromis entre nos contraintes familiales et nos aspirations personnelles. Mon employeur actuel n'est pas celui qui paye le mieux mais il est à 10' de chez moi, j'apprécie mes collègues, il propose plus de formation que ses concurrents et cerise sur le gâteau il y a un accord de télétravail. Personnellement si je change d'employeur c'est pour avoir mieux en terme d'intérêt du travail. Je pourrais gagner plus en Suisse mais cela ne me tente pas (plus jeune peut-être mais je n'ai pas franchi le pas , la motivation n'aurait pas été financière mais impliquait des finances).


    Pour revenir au sujet du télétravail, cela va être très difficile pour beaucoup de revenir au full présentiel. Un accord TT sera un élément déterminant pour attirer et conserver le personnel. Les exceptions seront les entreprises à très fortes identités capables de sélectionner les talents. Goldmann Sachs est peut être une exception. Les autres doivent faire des efforts (du moins les entreprises de l'IT).

  8. #8
    Expert éminent sénior
    Avatar de Mat.M
    Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    novembre 2006
    Messages
    7 842
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France, Rhône (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2006
    Messages : 7 842
    Points : 18 763
    Points
    18 763
    Par défaut
    Citation Envoyé par totozor Voir le message
    Comment s'étonner qu'ils optimisent aussi leur rapport salaire/temps de travail?
    à ce que je comprends dans le sens de cette question c'est ni plus ni moins du taylorisme dont vous nous parlez..
    le taylorisme ça consiste à diviser les tâches en entreprise à mesurer la productivité horaire et l'efficacité productive pour fixer le bon salaire.
    Une fois un membre de ce forum ( bref mr el_slapper ) m'avait reproché cette vision des choses
    Bref c'est valable surtout dans l'industrie mais sur un projet de développement logiciel pas certain que ça soit pertinent
    Il y a aussi le principe du lean management qui consiste à chronométrer l'exécution d'une tâche attribuée à un salarié.

  9. #9
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    décembre 2008
    Messages
    8 726
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 34
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2008
    Messages : 8 726
    Points : 16 819
    Points
    16 819
    Par défaut
    Citation Envoyé par Derek Corgan Voir le message
    Mais en info c'est plus facile de trouver du taf si tu es ingé/Bac+5 plutôt que Bac+2.
    Ouais, si tu restes dans le domaine de l'informatique.
    Mais quelqu'un non diplômé peut travailler dans une usine, dans un fastfood, dans une grande surface, dans un bar, etc.
    Alors qu'avec un BAC+5 tu dois trouver un job d'ingénieur informaticien, et dans une ville de 100 000 habitants, il n'y a pas toujours beaucoup d'entreprises qui en recherchent.
    Il faut que les offres en 100% télétravail se développent et là ce serait génial. Je suis veux bien bosser pour une entreprise parisienne si je n'ai jamais à me rendre à Paris.

    Citation Envoyé par Derek Corgan Voir le message
    Pour revenir au sujet du télétravail, cela va être très difficile pour beaucoup de revenir au full présentiel.
    Ouais, j'espère qu'il y aura plein de démissions dans les entreprises qui forceront à faire 5 jours de présentiel par semaine.
    Comme ça les entreprises comprendront plus rapidement que maintenant il faut proposer un minimum de jours de télétravail.
    Keith Flint 1969 - 2019

  10. #10
    Membre confirmé
    Homme Profil pro
    ingénieur qualité
    Inscrit en
    mars 2015
    Messages
    122
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : ingénieur qualité
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : mars 2015
    Messages : 122
    Points : 496
    Points
    496
    Par défaut
    Citation Envoyé par Mat.M Voir le message
    à ce que je comprends dans le sens de cette question c'est ni plus ni moins du taylorisme dont vous nous parlez..
    le taylorisme ça consiste à diviser les tâches en entreprise à mesurer la productivité horaire et l'efficacité productive pour fixer le bon salaire.
    Une fois un membre de ce forum ( bref mr el_slapper ) m'avait reproché cette vision des choses
    Bref c'est valable surtout dans l'industrie mais sur un projet de développement logiciel pas certain que ça soit pertinent
    Il y a aussi le principe du lean management qui consiste à chronométrer l'exécution d'une tâche attribuée à un salarié.
    Pas tout à fait, je suppose, que les employés de Goldman Sachs ont un salaire fixe puis ont des primes par palier pour X$/$ gagner.
    Donc si j'arrive au pic de rentabilité en faisant 80% du temps de travail qu'on attend de moi pourquoi je reviendrais sur site pour faire les 20% en plus.

    Ils sont dans le "haut du panier" donc je suppose qu'ils ont tendance à emaucher ceux qui ont fait les bonnes études ceux qui sont capable de fournir une solution innovante et plus efficace que la moyenne à un objectif.
    Ils auraient donc intérêt à laisser de l'espace à ces gens pour qu'ils proposent une solution complète plutôt que e splitter un problème en 1000 petits problèmes.

    Même si en vrai il y a probablement une personne avec le bon diplôme qui encadre une armée de gens qui ont les bonnes compétences comme dans toute société industrielle "de pointe" qui se respecte.

  11. #11
    Modérateur
    Avatar de gangsoleil
    Homme Profil pro
    Manager / Cyber Sécurité
    Inscrit en
    mai 2004
    Messages
    10 062
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Haute Savoie (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Manager / Cyber Sécurité

    Informations forums :
    Inscription : mai 2004
    Messages : 10 062
    Points : 27 649
    Points
    27 649
    Par défaut
    Hello,

    Ces personnes ne comprennent décidément rien, c'est navrant.

    Ils sont persuadés de mieux savoir que leur employés comment ceux-ci fourniront du bon travail, mais est-ce qu'un employé avec un peu plus de liberté n'est pas plus heureux, et par ricochet plus productif ? Est-ce que tous les créatifs sont plus créatifs dans un open-space dans lequel ils sont moins productifs que dans un environnement calme (c'est pas moi qui le dit, mais les nombreuses études sur la productivité en open-space) ?

    Et si les dirigeants laissaient un peu de libre-arbitre aux employé·e·s ??
    "La route est longue, mais le chemin est libre" -- https://framasoft.org/
    Les règles du forum

  12. #12
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    décembre 2008
    Messages
    8 726
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 34
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2008
    Messages : 8 726
    Points : 16 819
    Points
    16 819
    Par défaut
    Citation Envoyé par gangsoleil Voir le message
    mais est-ce qu'un employé avec un peu plus de liberté n'est pas plus heureux, et par ricochet plus productif ?
    Je ne crois pas que c'est ce que recherche les managers.
    Après ça doit dépendre de la philosophie de l'entreprise, mais parfois dans les grand groupes la stratégie c'est de stresser un maximum les employés.
    C'est un peu comme dans le documentaire "La Mise à mort du travail" t'as un gars qui arrive super enthousiaste et pas longtemps après t'as l'impression qu'il est devenu dépressif. Juste avant de démissionner il a l'air plus mal que juste après s'être fait embaucher.

    Vous avez déjà vu la vidéo "ENCORE VIRÉ DE MON BOULOT : L'histoire de Valeo (et on parle argent)" ?
    Apparemment dans certains services de Valeo c'est un miracle si t'arrives à supporter de travailler là-bas pendant 2 ans.
    Je crois dans le jargon ils disent qu'il y a un "turn-over important".
    Keith Flint 1969 - 2019

  13. #13
    Expert éminent sénior
    Profil pro
    Inscrit en
    décembre 2007
    Messages
    6 718
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2007
    Messages : 6 718
    Points : 31 497
    Points
    31 497
    Par défaut
    j'ai fait mon projet de fin d'études chez Valéo, en 1998. C'était déjà comme ça : "On est presse-citron, c'est vrai. Soit tu restes deux ans et tu vends ça sur ton CV, soit tu aimes ça et tu restes à vie.". Bon, je suis parti au service militaire après 4 mois de PFE, donc je n'ai pas testé. Mais ça se disait déjà ouvertement, en interne, et ça se savait dans les écoles d'ingé. Et je n'ai pas chômé. Sur un projet voué à l'échec, en plus.

    Plus généralement, oui, c'est une question de contrôle. Tous ces gens au sommet de la hiérarchie ne sont pas montés en faisant bien leur boulot, mais en contrôlant à la fois leur image (en faisant de la lèche auprès de qui a le pouvoir de décision), et en contrôlant que les subordonnés ne faisaient rien qui puisse nuire à leur propre image. Pas étonnant que le télétravail - qui casse ces deux contrôles fondamentaux pour la carrière du chef - soit regardé de travers.
    Les 4 règles d'airain du développement informatique sont, d'après Michael C. Kasten :
    1)on ne peut pas établir un chiffrage tant qu'on a pas finalisé la conception
    2)on ne peut pas finaliser la conception tant qu'on a pas complètement compris toutes les exigences
    3)le temps de comprendre toutes les exigences, le projet est terminé
    4)le temps de terminer le projet, les exigences ont changé
    Et le serment de non-allégiance :
    Je promets de n’exclure aucune idée sur la base de sa source mais de donner toute la considération nécessaire aux idées de toutes les écoles ou lignes de pensées afin de trouver celle qui est la mieux adaptée à une situation donnée.

  14. #14
    Membre chevronné
    Homme Profil pro
    Inscrit en
    août 2009
    Messages
    481
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Loire Atlantique (Pays de la Loire)

    Informations forums :
    Inscription : août 2009
    Messages : 481
    Points : 1 970
    Points
    1 970
    Par défaut
    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    Ouais, si tu restes dans le domaine de l'informatique.
    Mais quelqu'un non diplômé peut travailler dans une usine, dans un fastfood, dans une grande surface, dans un bar, etc.
    Alors qu'avec un BAC+5 tu dois trouver un job d'ingénieur informaticien, et dans une ville de 100 000 habitants, il n'y a pas toujours beaucoup d'entreprises qui en recherchent.
    Il faut que les offres en 100% télétravail se développent et là ce serait génial. Je suis veux bien bosser pour une entreprise parisienne si je n'ai jamais à me rendre à Paris.


    Ouais, j'espère qu'il y aura plein de démissions dans les entreprises qui forceront à faire 5 jours de présentiel par semaine.
    Comme ça les entreprises comprendront plus rapidement que maintenant il faut proposer un minimum de jours de télétravail.
    Raisonnement douteux : un Bac+5 peut probablement faire le boulot d'un non diplômé, l'inverse est faux.
    Si tu ne veux pas subir les contrariété géographique lié à ton diplôme tu doit renoncer aux avantages que procure ce diplôme.

    L'erreur que tu ne veux pas admettre c'est que tu as choisi un diplôme ne correspondant pas à tes choix de vie.

  15. #15
    Membre actif
    Homme Profil pro
    db@
    Inscrit en
    septembre 2021
    Messages
    93
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : db@

    Informations forums :
    Inscription : septembre 2021
    Messages : 93
    Points : 216
    Points
    216
    Par défaut
    Citation Envoyé par Derek Corgan Voir le message
    Raisonnement douteux : un Bac+5 peut probablement faire le boulot d'un non diplômé, l'inverse est faux.
    si c'était vrai ! Et j'ai un bac+5 de math et 60% de ma job de dba peut être fait par n'importe quel diplôme. Les 40% restant, c'est de l'expérience et de la formation hors diplôme.

  16. #16
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    décembre 2008
    Messages
    8 726
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 34
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2008
    Messages : 8 726
    Points : 16 819
    Points
    16 819
    Par défaut
    Citation Envoyé par Derek Corgan Voir le message
    Raisonnement douteux : un Bac+5 peut probablement faire le boulot d'un non diplômé, l'inverse est faux.
    Quand t'as besoin d'un non diplômé généralement t'évites de prendre un diplômé.
    Parce que le recruteur se dit que cette personne va trouver mieux et se barrer (il peut également se dire que le candidat est probablement un branleur, puisqu'il a préféré glander à l'école plutôt que de bosser)

    Je voulais donner des exemples de gens qui ont fait un doctorat et qui n'ont pas trouvé de boulot, mais là ça compte pas c'est une littéraire :
    Une «vraie» chômeuse : 31 ans, bac + 8, deux entretiens...
    Il me faut alors fournir les données complètes du problème : 31 ans, bac + 8.Le drame initial, je le connais depuis un moment : je suis littéraire. Depuis le choix de mon bac, on me rabâche que « ça va être compliqué... » Depuis plusieurs années, on m’explique aussi dans les dîners en ville qu’on « va avoir besoin de gens comme moi ». Parce que les cadres ne savent plus ni lire ni écrire, parce que les formations techniques négligent la question de l’expression, etc. Mais ces ingénieurs, managers et consultants qui se réjouissent dans les soirées mondaines de l’existence des littéraires n’ont jamais le cran de les recruter. J’ai aggravé mon cas en soutenant une thèse. Un diplôme dont on dit souvent qu’il est mal reconnu en France… Doux euphémisme. En sciences humaines, il est aussi et surtout méprisé. Les recruteurs se figurent le docteur ès lettres comme un étudiant attardé n’ayant d’autres passions que les bibliothèques obscures, les livres poussiéreux et les questions pointues dont l’énoncé prête à rire.
    Là c'est plutôt rassurant puisqu'il y a 90% des docteurs qui ont un job :
    Le taux de chômage des bac + 8 est inquiétant
    En 2007, 10% des anciens doctorants étaient au chômage contre 7 % de diplômés niveau Master et 4 % niveau ingénieur.
    Et là aussi puisqu'ils trouvent des stages et des CDD :
    «Tu sors de tes études, tu proposes ton énergie, et personne n’en veut»
    «La durée du "bizutage social" s'est allongée : après un master, il est courant de cumuler quatre à cinq ans de stage et de CDD. L'âge moyen du premier CDI est passé à 29 ans», souligne Camille Peugny. En témoignent ces Grenoblois âgés de 25 à 40 ans et diplômés de bac + 5 à bac + 8 en situation délicate. Tous dénoncent un gâchis humain et portent un regard désabusé, parfois révolté, sur une société qui ne leur donne pas la place qu'ils espéraient et dans laquelle ils ne se reconnaissent pas.
    Et là ça semble régulier :
    GÉNÉRATION Y : JEUNE, DIPLÔMÉ ET SANS EMPLOI ?
    Alors que la courbe du chômage en France continue de faire le yo-yo, le taux d’emploi des jeunes diplômés ne semble pas affecté ni par les périodes de creux, ni par les améliorations du marché de l’emploi. En effet, il stagne : 40% des jeunes diplômés n’ont toujours pas d’emploi un an après avoir obtenu leur diplôme de fin d’étude. Qui est cette génération Y et pourquoi, malgré leurs diplômes, les jeunes peinent-ils à décrocher leur premier emploi ?
    Du coup peut-être que j'ai tort et qu'effectivement il est plus simple de trouver du travail quand on a des diplômes.
    En même temps je ne cherche que les histoires de BAC+5 et de BAC+8 qui n'ont pas de travail, c'est peut-être pour ça que j'avais l'impression que c'était plus facile pour les non-diplômés.
    Mais en fait non c'est encore plus difficile pour eux

    Une petite dernière pour la route :
    Galère des bac+5: les jeunes diplômés sans emploi témoignent
    Grégoire, 26 ans est titulaire d’une licence d’administration publique complétée par un master de management des unités culturelles. Il fait partie de cette génération de bac+5 qui n’arrive pas à trouver de travail dans son secteur. Selon une étude de l’Apec, en 2015 près de 40 % des jeunes bac +5 sont sans emploi un an après leur diplôme.
    Keith Flint 1969 - 2019

  17. #17
    Membre chevronné
    Homme Profil pro
    Inscrit en
    août 2009
    Messages
    481
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Loire Atlantique (Pays de la Loire)

    Informations forums :
    Inscription : août 2009
    Messages : 481
    Points : 1 970
    Points
    1 970
    Par défaut
    Ryu2000, je te propose l'expérience suivante très simple :
    - tu retires tes beaux diplômes de ton CV et tu vois ce que cela donne.

  18. #18
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    décembre 2008
    Messages
    8 726
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 34
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2008
    Messages : 8 726
    Points : 16 819
    Points
    16 819
    Par défaut
    Citation Envoyé par Derek Corgan Voir le message
    tu vois ce que cela donne.
    C'est pas pour les mêmes offres.
    Si tu postules pour être opérateur à l'usine, ou opérateur de caisse dans une grande surface, et que tu mets que t'as été ingénieur pendant des années jusqu'à il y a peu de temps, ça ne va pas t'aider du tout.
    Ce que je disais c'est qu'il y a beaucoup d'offres d'emplois accessible à ceux qui n'ont pas de diplôme. Il y a des jobs non qualifié un peu partout.

    J'ai rencontré quelqu'un qui était docteur dans un truc très technique, son cursus ne lui permettait de trouver du travail que dans peu de villes Françaises, du coup il a fait une licence pro dans un autre domaine pour trouver du travail là où il vit.
    Ça fait chier de devoir abandonner tout le monde et partir vivre à Paris.

    Si tu postules pour un poste d'ingénieur et que t'as pas de diplôme, en France ça va être impossible, ce qui est dommage, parce qu'il y a des non-diplômés très doués et il y a des diplômés nuls.

    =====
    Pour revenir au sujet du topic, il n'y a pas que Goldman Sachs qui arrête le télétravail :
    Genève : le télétravail des frontaliers, ce sera fini, même pour une journée
    « J’ai fait une demande de télétravail une journée par semaine. Mon entreprise m’a dit que ce n’était pas possible. Franchement, je me pose des questions sur le fait de rester. Il faut que j’arbitre entre salaire, intérêt de l’emploi, parce que j’aime mon métier, et qualité de vie. Les trajets tous les jours quand on a perdu l’habitude, c’est dur », raconte ce frontalier informaticien à Genève.
    Bon après ils étaient un peu trop bien les frontaliers en télétravail, ils gagnaient le triple du salaire français, en restant chez-eux.
    Il y a de quoi être envieux.
    Keith Flint 1969 - 2019

  19. #19
    Membre averti

    Homme Profil pro
    Développeur Web
    Inscrit en
    octobre 2013
    Messages
    165
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Pérou

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur Web

    Informations forums :
    Inscription : octobre 2013
    Messages : 165
    Points : 324
    Points
    324
    Par défaut Les chefs
    Je suis (maintenant) convaincu que le problème n'est pas chez l'employé mais chez l'employeur. C'est trop lointain, mais il me semble avoir lu sur CE Forum, que plus de la moitié des chefs d'entreprise ont un problème sérieux et d'ordre psychologique vis-à-vis de l'autorité…

  20. #20
    Membre régulier
    Homme Profil pro
    Architecte technique
    Inscrit en
    juin 2019
    Messages
    42
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 51
    Localisation : France, Haute Savoie (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Architecte technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : juin 2019
    Messages : 42
    Points : 111
    Points
    111
    Par défaut
    Salut,

    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    Déjà on ne choisit pas son entreprise ...
    - Plus est diplômé plus c'est galère de trouver un job
    Oui mais non, ca dépend vraiment de ton profile : si t'as "un beau CV" dans le sens ou tu as des compétences qui ne sont pas forcément très rependues mais recherchées, tu peux faire ton choix.
    Ca m'est arrivé lorsque mon ex-boite a fait un plan social et virer tout les "high cost area" : j'ai été lourdé le lundi, le mardi matin j'ai mis à jour Linkedin, a midi j'avais une propal que je n'ai pas accepté pour prendre le temps de refaire mon CV.
    Après 2 mois, j'ai eu la CHANCE de pouvoir choisir entre 4 propositions (2 sur Suisse, 2 sur France).

    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    même faire une candidature spontanée, vous ne vous ferrez probablement jamais embaucher par cette entreprise.
    Il y a plus de demandes que d'offres, il y aura toujours une personne qui se vendra mieux que vous.
    Ca c'est vraie : aucune de mes candidatures spontanées n'a fonctionné "immédiatement" : certains sont revenus quelques mois plus tard ("nous avions votre CV dans notre base") mais
    1. c'était trop tard
    2. vu qu'ils ne m'avaient pas répondu à l'origine (meme par la négative), ca ne partait déjà pas d'un bon pied



    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    - Plus est diplômé plus c'est galère de trouver un job
    Non, a nouveau, ca dépend surtout des compétences que t'as a vendre. Par exemple, il y a une palanqué de "chef de projet", de "commerciaux" sur le marcher donc évidemment y'a une grande concurrence.
    Mais sur des trucs tendus, ce n'est pas le cas.
    A nouveau, si je prend mon exemple, les seuls qui n'ont pas retrouvé de tafs après 6 mois étaient les "managers" car ils n'ont strictement aucune valeur ajoutée par rapport aux autres postulants.
    Par contre, tout ceux qui sont comme moi étaient très techniques (admin, dev, archi), en quelques mois c'était plié sans "trop" d'efforts.

    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    Ceux qui font beaucoup de route pour le salaire, ce sont ceux qui vivent en France et qui travaillent en Suisse.
    Souvent ils vivent confortablement dans un petit village (grosse maison avec du terrain) et ils gagnent beaucoup plus que les parisiens puisqu'ils touchent un salaire Suisse.
    Je crois que tu ne connais pas le prix de l'immobilier ici Et surtout les interminables bouchons ... une des raisons qui ont fait que je suis revenu sur France une fois le crédit de la maison bien avancé.
    L'autre raison est aussi le manque de sécurité : c'est à l'américaine, tu peux te faire virer du jour au lendemain et parfois sans indemnité (qui ne sont pas encadrée par la lois).

    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    Il y a des gens qui bossent en Suisse, mais en télétravail depuis chez eux. (là il y a de quoi être envieux)
    Un contrat Suisse nécessite un certains nombres de jours travaillés en territoire suisse. Tu ne peux donc pas etre en full télétravail.
    Sinon, tu repars avec un contrat Français.

    A+

Discussions similaires

  1. Réponses: 1
    Dernier message: 10/06/2021, 14h23
  2. Réponses: 0
    Dernier message: 13/08/2009, 15h36
  3. comment vider une table de tous ses enregistrements ?
    Par bertrand_declerck dans le forum Bases de données
    Réponses: 3
    Dernier message: 29/07/2005, 10h19

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo