IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #201
    Membre expert
    Profil pro
    programmeur du dimanche
    Inscrit en
    Novembre 2003
    Messages
    783
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : programmeur du dimanche
    Secteur : Santé

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2003
    Messages : 783
    Points : 3 369
    Points
    3 369
    Par défaut
    Citation Envoyé par 23JFK Voir le message
    Ça fait 30 ans que je boycotte Apple, et ça n'est pas près de changer.
    Je n'ai jamais rien acheté chez eux non plus, mais ils ont quasi 30% du marché mobile en France et le double aux USA. Et c'est plus élevé si le revenu augmente. Si je fais un truc pour les gens et que ça ne marche pas sur leur téléphone, il y aura comme une incompréhension...

  2. #202
    Membre expert
    Profil pro
    undef
    Inscrit en
    Février 2013
    Messages
    957
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France, Lot (Midi Pyrénées)

    Informations professionnelles :
    Activité : undef

    Informations forums :
    Inscription : Février 2013
    Messages : 957
    Points : 3 525
    Points
    3 525
    Par défaut
    Citation Envoyé par Fagus Voir le message
    ...
    Vous êtes alors sur une quête de part de marché... En seconde intention, face à un succès sur une autre plateforme : Pourquoi pas... Mais, Apple ne serait en aucun un marché essentiel à conquérir pour moi.

  3. #203
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 443
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 443
    Points : 197 520
    Points
    197 520
    Par défaut PDG Epic Games: Apple a cassé les applications web de l'iPhone dans l'UE pour des raisons anticoncurrentielles
    Apple a cassé les apps web (PWA) de l'iPhone dans l'UE pour des raisons anticoncurrentielles, selon le PDG d'Epic Games,
    les PWA pouvant faire concurrence aux apps natives sans être taxées

    Après qu'Apple a confirmé avoir supprimé les applications web pour les clients de l'UE en raison de sa conformité avec la réglementation européenne Digital Markets Act (DMA), le PDG d'Epic Games, Tim Sweeney, suggère dans un post sur X qu'il y a une autre raison derrière la décision d'Apple : les applications web pour l'iPhone ne rapportent pas d'argent à Apple. Sweeney, dont l'entreprise a poursuivi Apple pour des raisons antitrust liées aux frais d'utilisation de l'App Store, est évidemment une source partiale sur le sujet, mais il soulève une question qui préoccupe tout le monde.

    Apple a-t-elle supprimé les applications web de l'iPhone parce qu'elle cherchait à protéger ses clients des risques de sécurité liés aux moteurs de navigation tiers, comme elle le prétend, ou cette décision visait-elle plutôt à écarter une menace potentielle pour ses activités ? En d'autres termes, Apple irait-elle jusqu'à dégrader l'expérience du consommateur sur l'iPhone pour protéger ses revenus ?


    Une progressive web app (PWA) est une application conçue pour le Web et offrant une expérience semblable à celle d'une application mobile. Les PWA sont rapides et offrent de nombreuses fonctionnalités disponibles sur les appareils mobiles. Par exemple, elles peuvent fonctionner hors connexion et envoyer des notifications.

    Dans une mise à jour de son site web pour les développeurs, Apple indique qu'elle supprime les applications de l'écran d'accueil pour les utilisateurs de l'UE parce que leur mise en conformité avec le Digital Markets Act (DMA) impliquerait « une architecture d'intégration entièrement nouvelle » qu'il n'est « pas pratique » de construire en plus des autres changements qu'elle a été forcée d'apporter. L'un de ces changements exige qu'Apple laisse les navigateurs tiers utiliser leurs propres moteurs sur iOS.

    Dans son billet, Apple affirme que les applications web sont construites « directement sur WebKit » - le moteur utilisé par Safari - ce qui permet aux applications web de « s'aligner sur le modèle de sécurité et de confidentialité des applications natives sur iOS ». Avec le changement apporté à iOS 17.4, les sites web ajoutés à l'écran d'accueil n'agissent plus que comme des signets qui ouvrent un nouvel onglet dans votre navigateur, plutôt que comme des services (potentiellement) autonomes capables d'envoyer des notifications et d'afficher des badges, une fonctionnalité qu'Apple a ajoutée aux applications web l'année dernière.

    Les applications web progressives sur iOS sont également capables de stocker des données séparément de l'instance de votre navigateur, ce qui s'avère pratique si vous souhaitez accéder rapidement à un site sans avoir à vous connecter en permanence. Certains services, comme Facebook Gaming, utilisent les applications web pour contourner l'App Store d'Apple et ses frais.

    Maintenant que des moteurs de navigateur alternatifs sont proposés dans l'UE, Apple affirme qu'il s'agit d'un risque pour la sécurité, notant que « des applications web malveillantes pourraient lire les données d'autres applications web et récupérer leurs autorisations pour accéder à l'appareil photo, au microphone ou à la localisation d'un utilisateur sans son consentement ». Elle affirme également que les navigateurs pourraient installer des applications web à l'insu de l'utilisateur, même si les téléphones Android proposent des applications web avec différents types de navigateurs depuis des années.

    Nom : ios.png
Affichages : 10347
Taille : 53,2 Ko

    Choix du navigateur, exigences en matière de sécurité

    Un changement lié au navigateur sera immédiatement visible pour les utilisateurs de l'UE lorsqu'ils installeront la nouvelle version d'iOS. « Lorsque les utilisateurs de l'UE ouvriront Safari sur iOS 17.4 pour la première fois, ils seront invités à choisir leur navigateur par défaut et se verront proposer une liste des principaux navigateurs web disponibles sur leur marché à sélectionner comme navigateur par défaut », indique la FAQ d'Apple à l'intention des développeurs.

    Apple a expliqué qu'elle avait dû se préparer avec soin à l'obligation de permettre aux développeurs d'utiliser d'autres moteurs de navigateur, car ces derniers « sont constamment exposés à des contenus non fiables et potentiellement malveillants et ont une visibilité sur les données sensibles des utilisateurs », ce qui en fait « l'un des vecteurs d'attaque les plus courants pour les acteurs malveillants ».

    Apple a déclaré qu'elle exigeait des développeurs qui utilisent des moteurs de navigateur alternatifs qu'ils respectent certaines normes de sécurité :

    Citation Envoyé par Apple
    Afin d'assurer la sécurité des utilisateurs en ligne, Apple n'autorisera les développeurs à mettre en œuvre des moteurs de navigateur alternatifs qu'après avoir satisfait à des critères spécifiques et s'être engagé à respecter un certain nombre d'exigences permanentes en matière de confidentialité et de sécurité, y compris des mises à jour de sécurité opportunes pour faire face aux menaces et aux vulnérabilités émergentes. Apple fournira aux développeurs autorisés d'applications de navigateur dédiées l'accès à des mesures d'atténuation de la sécurité et à des fonctionnalités leur permettant de créer des moteurs de navigateur sécurisés, et d'accéder à des fonctions telles que les clés d'accès pour une connexion sécurisée de l'utilisateur, les capacités du système multiprocessus pour améliorer la sécurité et la stabilité, les bacs à sable de contenu web qui luttent contre les menaces de sécurité en constante évolution, et bien plus encore.
    Tim Sweeney, PDG d'Epic Games, n'en croit pas un mot

    Apple affirme que cette décision est motivée par la protection des utilisateurs contre les risques de sécurité liés à l’utilisation de moteurs de navigateur tiers, qui ne garantissent pas l’isolation du stockage ni le contrôle des accès aux fonctionnalités sensibles, comme la caméra, le microphone ou la localisation. Sans cette isolation et ce contrôle, des applications web malveillantes pourraient lire les données d’autres applications ou accéder aux informations personnelles des utilisateurs sans leur consentement, selon Apple.

    Toutefois, cette explication ne convainc pas tout le monde, et certains y voient une stratégie anticoncurrentielle de la part d’Apple, qui chercherait à éliminer une menace potentielle pour son modèle économique.

    Parmi les critiques les plus virulentes, on trouve celle du PDG d’Epic Games, Tim Sweeney, qui a poursuivi Apple en justice pour des motifs antitrust liés aux frais de l’App Store. Sweeney a suggéré sur Twitter qu’Apple avait cassé les applications web pour iPhone dans l’UE parce qu’il se rendait compte que des navigateurs concurrents pourraient offrir un meilleur support pour les PWA, et les transformer en concurrents légitimes et non taxés des applications natives :

    Je pense que la véritable raison pour laquelle Apple a tué les PWA est qu'elle s'est rendu compte que les navigateurs web concurrents pourraient faire un bien meilleur travail de prise en charge des PWA - contrairement aux fonctionnalités web intentionnellement paralysées de Safari - et transformer les PWA en concurrents légitimes et non taxés des applications natives.
    De son côté, Open Web Advocacy a déclaré :

    Apple considère les applications Web comme une menace potentielle pour l'App Store depuis 2011. Dans un courriel intitulé "HTML5 Poses Threat to Flash and the AppStore", des cadres d'Apple déclarent : "Je pense qu'un jour nous verrons un défi de la part... d'une solution basée sur le web"
    Bien que Sweeney ait sans doute un compte à régler avec Apple, il y a peut-être une part de vérité dans ses affirmations. Dans l'explication fournie par Apple pour justifier la fin de la prise en charge des applications web dans l'UE, la société admet qu'il existe une solution technique au problème de sécurité, mais qu'elle a simplement choisi de ne pas la mettre en œuvre.

    Apple a écrit (l'emphase est notre) :

    Pour résoudre les problèmes complexes de sécurité et de confidentialité associés aux applications web utilisant d'autres moteurs de navigateur, il faudrait construire une architecture d'intégration entièrement nouvelle qui n'existe pas actuellement dans iOS et qui n'était pas pratique à entreprendre compte tenu des autres exigences de la DMA et de la très faible adoption par les utilisateurs des applications web de l'écran d'accueil.
    En résumé, Apple affirme qu'elle sait comment résoudre le problème, mais qu'elle a décidé de ne pas le résoudre parce qu'elle a dû se conformer à la DMA, qui a nécessité « plus de 600 nouvelles API et une large gamme d'outils pour les développeurs ».

    Conclusion

    S'il n'est pas facile de construire « une architecture d'intégration entièrement nouvelle », ce n'est pas non plus comme si Apple avait été surprise par le DMA, une réglementation en cours d'élaboration depuis des années. Elle a eu le temps de s'y préparer. Pour se dédouaner de toute culpabilité, Apple suggère que les gens ne verront pas d'inconvénient à ce qu'elle ait cassé les applications web de l'écran d'accueil, étant donné leur « faible adoption par les utilisateurs ».

    Mais les propres actions d'Apple contredisent cette explication. Au contraire, Apple s'est efforcé de rendre les PWA plus utiles au fil des ans, en ajoutant des fonctionnalités qui ont permis aux applications web de fonctionner davantage comme des applications natives et d'être facilement distribuées en dehors de l'App Store. Entre-temps, l'adoption par les utilisateurs a augmenté, au lieu de diminuer. Les analystes estiment que le marché des PWA atteindra 10,44 milliards de dollars d'ici à 2027, à un taux de croissance annuel composé de 31,9 %.

    Il est tout à fait possible que d'autres moteurs de navigateur rendent les PWA encore plus utiles, comme l'affirme Sweeney, ce qui constituerait une menace pour les activités de l'App Store d'Apple, étant donné que les applications web sont désormais presque aussi fonctionnelles que les applications natives.

    L’affaire des applications web pour iPhone n’est qu’un exemple des nombreux changements que le DMA impose à Apple dans l’UE, et qui pourraient avoir un impact significatif sur son écosystème et sa rentabilité. Apple devra notamment proposer aux utilisateurs de choisir leur magasin d’applications par défaut, de désinstaller les applications préinstallées, et de partager les données des utilisateurs avec les développeurs tiers. Apple a déclaré qu’il respecterait le DMA, mais qu’il continuerait à défendre les intérêts de ses utilisateurs et de ses développeurs.

    Dans l'ensemble, Apple a déclaré que ses préparatifs en vue de la DMA ont impliqué « un énorme travail d'ingénierie pour ajouter de nouvelles fonctionnalités et capacités pour les développeurs et les utilisateurs de l'Union européenne, y compris plus de 600 nouvelles API et une large gamme d'outils pour les développeurs ».

    Source : Tim Sweeney

    Et vous ?

    Que pensez-vous de la décision d’Apple de désactiver les applications web sur l’écran d’accueil des iPhone et des iPad dans l’UE ?
    Croyez-vous que cette décision soit motivée par des raisons de sécurité ou par des raisons anticoncurrentielles ?
    Pensez-vous que les applications web soient une alternative viable aux applications natives sur iOS ?
    Quels sont les avantages et les inconvénients des applications web par rapport aux applications natives ?
    Comment le DMA va-t-il changer l’écosystème et la rentabilité d’Apple dans l’UE ?
    Quels sont les autres acteurs du marché numérique qui pourraient bénéficier ou pâtir du DMA ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  4. #204
    Membre expert
    Profil pro
    programmeur du dimanche
    Inscrit en
    Novembre 2003
    Messages
    783
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : programmeur du dimanche
    Secteur : Santé

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2003
    Messages : 783
    Points : 3 369
    Points
    3 369
    Par défaut
    Citation Envoyé par Tim Sweeney
    Je pense que la véritable raison pour laquelle Apple a tué les PWA est qu'elle s'est rendu compte que les navigateurs web concurrents pourraient faire un bien meilleur travail de prise en charge des PWA - contrairement aux fonctionnalités web intentionnellement paralysées de Safari - et transformer les PWA en concurrents légitimes et non taxés des applications natives.
    ça c'est déjà plus cohérent comme explication. Les PWA étaient sans grand mystère implémentées sur iOS avec diverses limitations supplémentaires par rapport à Android.

  5. #205
    Expert confirmé

    Homme Profil pro
    mad scientist :)
    Inscrit en
    Septembre 2019
    Messages
    2 711
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : mad scientist :)

    Informations forums :
    Inscription : Septembre 2019
    Messages : 2 711
    Points : 5 390
    Points
    5 390
    Par défaut Apple a 100% raison
    Ils tirent simplement les conséquences du DMA qui conduisent vers un nivellement par le bas de la sécurité informatique… il est naturel qu’Apple clarifie les choses. S’il ne peuvent pas contrôler la sécurité de bout en bout ( une des raisons pour lesquelles de nombreux utilisateurs choisissent Apple), il ne maintiennent pas certaines fonctionnalités incontrôlables.

    Ceux qui ne sont pas Apple, ça ne change rien pour eux, je ne vois même pas pourquoi ils prennent le temps de commenter, ils ne voient de toutes façons pas la valeur ajoutée.

    Ceux qui sont Apple, conservent la sécurité de la plateforme s’ils n’optent pas pour des téléchargements hors écosystème, je pense que ce sera la majorité des utilisateurs et que les stores alternatifs vont pas bien fonctionner.

    Ceux qui iront télécharger n’importe quoi prendront des risques… c’est leur problème…

  6. #206
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 443
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 443
    Points : 197 520
    Points
    197 520
    Par défaut Quand Apple se moque de la CE : ses conditions pour la distribution d'iOS en UE loin des objectifs du DMA
    Quand Apple se moque de la Commission européenne : ses conditions pour la distribution d'iOS en UE sont loin des objectifs du DMA,
    selon un professeur en droit

    Apple a récemment proposé des modifications à ses conditions générales d’utilisation pour la distribution d’applications iOS dans l’Union européenne (UE). Cependant, ces changements semblent rejeter les objectifs du Digital Markets Act (DMA), une législation visant à réguler les plateformes numériques. C'est en tout cas ce que pense Damien Geradin, associé fondateur de Geradin Partners, professeur de droit à l'université de Tilburg et professeur invité à l'University College London.

    Avec l'adoption du DMA, Apple a été contraint de modifier son modèle en UE. Sans surprise, l'entreprise l'a fait d'une manière largement insuffisante. Il faut dire que dans les tribunaux, les enquêtes et ailleurs, la position d'Apple a été de défendre au maximum ses pratiques contre tout changement. Elle estime que seule Apple peut protéger la sécurité et la vie privée des utilisateurs et qu'elle est la seule à pouvoir innover sur ces marchés.

    Si les chefs d'entreprises et les développeurs, directement concernés, ont fait par de leur colère, Damien Geradin, professeur de droit, s'est laissé allé à son analyse.

    Tout d'abord, il rappelle qu'Apple n'a pas d'autre choix que d'autoriser d'autres magasins d'applications, mais l'entreprise souhaite conserver un large contrôle.

    Geradin y voit des étapes onéreuses, rappelant « qu'à plusieurs reprises, Apple a cherché à introduire des frictions pour rendre les changements difficiles (par exemple, en réponse aux conclusions de l'autorité néerlandaise de la concurrence selon lesquelles elle avait commis un abus de position dominante) ».

    Deuxièmement, Apple a également l'obligation de permettre le "sideloading" (c'est-à-dire la possibilité de télécharger des applications directement à partir d'un site web, comme les logiciels peuvent être téléchargés à partir de sites web sur les PC), mais interprète cette obligation de manière extrêmement restrictive : « Le sideloading fait référence au téléchargement d'applications iOS en dehors d'une place de marché d'applications officielle - et dans l'UE, les utilisateurs auront la possibilité de télécharger d'autres places de marché qui proposent des applications à télécharger ».

    En d'autres termes, le téléchargement direct d'applications ne sera pas possible à partir du web (bien que cela soit parfaitement possible à partir des PC, y compris les iMacs). Curieusement, Apple affirme que « le téléchargement latéral est l'une des nombreuses raisons pour lesquelles, dans l'Union européenne, les modifications apportées par le DMA aboutiront à un système moins sûr que le modèle en place dans le reste du monde », et s'en sert comme excuse pour introduire une série de contrôles qui brouilleront ses obligations au titre de l'article 6, paragraphe 4, du DMA. Par exemple, les applications devront être notariées, la notarisation étant définie comme « un examen de base qui s'applique à toutes les applications, quel que soit leur canal de distribution, axé sur les politiques de la plateforme en matière de sécurité et de protection de la vie privée et sur le maintien de l'intégrité de l'appareil ». Si c'est le cas, on ne voit pas pourquoi les applications notariées ne peuvent pas être téléchargées directement depuis le web.

    Nom : dma.png
Affichages : 22295
Taille : 132,0 Ko

    Apple veut contraindre les développeurs à se servir de sa solution de paiement

    Troisièmement, Apple a fait l'objet d'une enquête de la part de diverses autorités de la concurrence pour avoir obligé les développeurs d'applications qui vendent des produits et des services numériques à utiliser sa solution de paiement in-app. Apple n'a pas réussi à convaincre les régulateurs de la nécessité de l'IAP obligatoire, et l'article 5, paragraphe 7, du DMA le rend désormais illégal. Apple n'a donc pas d'autre choix que de permettre aux développeurs d'applications d'utiliser un autre prestataire de services de paiement ("PSP") ou d'établir un lien pour l'achat. Mais cette possibilité est soumise à une série de conditions qui dissuaderont les développeurs d'applications d'utiliser des PSP alternatifs :
    • Tout d'abord, Apple a décidé de rendre difficile l'utilisation de ces options en obligeant les développeurs d'applications désireux d'utiliser d'autres PSP à passer par de multiples étapes. Apple introduit des avertissements destinés à dissuader les utilisateurs d'utiliser les applications.
    • Deuxièmement, les développeurs d'applications utilisant d'autres options de paiement seront toujours soumis à la commission intégrale d'Apple (voir ci-dessous). Cela dissuadera financièrement les développeurs d'applications d'utiliser ces options, car ils n'ont que très peu (voire rien) à y gagner.
    • Enfin, et surtout, les développeurs ne seront pas autorisés à "proposer à la fois l'achat dans l'application et d'autres PSP et/ou un lien d'achat aux utilisateurs dans leur application App Store sur la même vitrine". Voilà pour le choix de l'utilisateur. Cette mesure place également les développeurs d'applications dans une position délicate. S'ils décident d'utiliser une autre option de paiement, non seulement ils ne seront pas incités financièrement à le faire, mais ils perdront probablement des revenus en raison de la réduction du taux de conversion associée aux frictions.



    Des conditions commerciales défavorables au changement

    Quatrièmement, Apple propose de nouvelles conditions commerciales alternatives pour les applications iOS dans l'UE. Celles-ci comportent trois éléments principaux :
    • "Commission réduite - Les applications iOS sur l'App Store paieront une commission réduite de 10 % (pour la grande majorité des développeurs, et pour les abonnements après leur première année) ou de 17 % sur les transactions de biens et services numériques, quel que soit le système de traitement des paiements choisi" ;
    • "Frais de traitement des paiements - Les applications iOS sur l'App Store peuvent utiliser le traitement des paiements de l'App Store moyennant des frais supplémentaires de 3 %. Les développeurs peuvent utiliser un fournisseur de services de paiement dans leur application ou relier les utilisateurs à un site web pour traiter les paiements sans frais supplémentaires de la part d'Apple" ;
    • "Frais de technologie de base (CTF) - Pour les applications iOS à très fort volume distribuées à partir de l'App Store et/ou d'une place de marché d'applications alternative, les développeurs paieront 0,50 € pour chaque première installation annuelle au-delà d'un seuil de 1 million. Selon les nouvelles conditions commerciales pour les applications européennes, Apple estime que moins de 1 % des développeurs paieront des frais de technologie de base pour leurs applications européennes".

    Ainsi, pour les développeurs qui utilisent l'IAP, ce que la plupart d'entre eux continueront à faire pour les raisons exprimées ci-dessus, la commission totale sera de 17 %/10 % + 3 % + la redevance de technologie de base.

    Si l'on exclut la redevance technologique de base ou CTF, la commission standard pour les développeurs d'applications utilisant l'IAP a donc été réduite de 10 %, bien que pour les petits développeurs d'applications et les abonnements après la première année, la réduction ne soit que de 2 %. Pour les développeurs d'applications utilisant des méthodes de paiement alternatives, la commission standard est réduite de 13 % et la commission pour les petits développeurs d'applications et les abonnements après la première année de 5 %, mais ils doivent payer les frais de traitement des paiements à leur propre PSP. Les frais de traitement des paiements varient en fonction d'un certain nombre de considérations. Le recours à d'autres prestataires de services de paiement ne permettra pas de réaliser beaucoup d'économies.

    Quant à la taxe sur la technologie de base, il s'agit d'une nouvelle taxe "inutile" qui affectera de manière disproportionnée les développeurs d'applications dont les revenus sont limités, mais dont les applications sont largement téléchargées. Il semble qu'il s'agisse d'une façon intelligente pour Apple de récupérer les commissions réduites. Il est à noter que les développeurs de places de marché d'applications alternatives paieront le CTF pour chaque première installation annuelle de l'application, y compris les installations qui ont lieu avant que le seuil d'un million ne soit atteint. Ainsi, si un développeur d'applications décide de distribuer ses applications par l'intermédiaire d'un magasin d'applications tiers, il ne paiera aucune commission à Apple, à l'exception du CTF et de la commission qui sera facturée par le magasin d'applications en question.

    Nom : ios.png
Affichages : 6550
Taille : 57,3 Ko

    L'analyse

    La question est bien sûr de savoir si les développeurs d'applications devraient se réjouir de ces commissions réduites et si ces commissions sont FRAND (et donc conformes à l'article 6(12) du DMA).

    Pour ce qui est de savoir si les développeurs d'applications devraient se réjouir de la réduction des commissions, la question est à la fois oui et non. Oui, parce que certains d'entre eux paieront théoriquement moins (bien que dans le cas de ceux qui paient la commission réduite, la réduction supplémentaire soit faible). Mais ils doivent maintenant payer le CTF, ce qui représentera une lourde charge pour les applications qui ont des revenus limités, mais dont les applications sont très téléchargées. Ces développeurs d'applications pourraient se retrouver dans une situation plus défavorable qu'avec les conditions actuelles (et s'en tiendront donc à celles-ci, ce qui est une possibilité offerte par Apple ; mais dans ce cas, ils ne peuvent pas utiliser d'autres méthodes de paiement). Or, même une commission réduite représente encore beaucoup d'argent. Un développeur d'applications de taille moyenne réalisant un chiffre d'affaires de 5 millions de dollars devra encore payer 1 million de dollars de commission, simplement pour figurer dans l'App Store, sans même compter le CTF.

    Cela ne tient pas compte non plus du fait que les développeurs d'applications offrent une valeur immense à Apple. Sans la présence de millions d'applications sur son App Store, Apple ne serait pas en mesure de vendre beaucoup d'iPhone. Pour illustrer la raison pour laquelle un taux de 20 % est excessif, Damien a proposé l'expérience de pensée suivante. Apple maintiendrait-elle un App Store si la commission standard était ramenée à 5 % ? Oui. Et si la commission était de 0 % ? Elle le ferait quand même parce qu'elle n'aurait pas le choix. Les gens s'attendent à pouvoir télécharger Netflix, Uber, Tinder, Spotify et bien d'autres applications sur leur iPhone. Sans applications, pas de ventes d'iPhone, qui représentent l'essentiel des revenus d'Apple. En d'autres termes, la commission n'est rien d'autre qu'une illustration du pouvoir de goulot d'étranglement d'Apple.

    Quant à la question de savoir si les commissions réduites sont conformes à la norme FRAND, la réponse est un non sans équivoque. Ces commissions ne sont pas équitables et raisonnables. Mais elles sont également discriminatoires. En effet, les développeurs d'applications dont les applications vendent des biens et services numériques et ceux dont les applications n'en vendent pas utilisent en fait les mêmes services de l'app store, mais sont traités différemment. Seuls les premiers paient une commission. Comme indiqué ailleurs, il est difficile de comprendre pourquoi Tinder doit payer une commission de 17 %, alors qu'Uber n'en paie aucune. Les applications à grand succès telles que Facebook, Amazon, etc. ne paieront aucune commission alors qu'elles consomment certainement plus de services de l'App Store que, par exemple, une application d'actualités à succès modéré. Cela n'a aucun sens.

    Source : Damien Geradin

    Pensez-vous que l’utilisation obligatoire du système de paiement intégré d’Apple est justifiée ? Certains soutiennent que cela garantit une expérience utilisateur cohérente, tandis que d’autres estiment que cela limite la concurrence et entraîne des coûts plus élevés pour les développeurs.
    Pensez-vous que les frais annuels de 0,50 euro par téléchargement imposés par Apple sont justifiés ? Comment cela pourrait-il affecter les développeurs d’applications gratuites ?
    La commission continue de 17 % prélevée par Apple sur les achats d’applications et les paiements récurrents est-elle équitable ? Devrait-il y avoir plus de flexibilité pour les développeurs en matière de méthodes de paiement ?
    Que pensez-vous de l’attitude d’Apple envers le Digital Markets Act (DMA) ? Est-ce que leur proposition de contourner la loi tout en prétendant se conformer est acceptable ?
    Quelles alternatives à l’App Store devraient être encouragées ? La Commission européenne a ouvert la voie à des places de marché d’applications alternatives. Pensez-vous que cela bénéficiera aux développeurs et aux utilisateurs ?
    Comment cela affecte-t-il les petites entreprises et les startups ? Les nouvelles règles d’Apple ont-elles un impact disproportionné sur les nouveaux acteurs du marché des applications ?
    Quelles autres mesures pourraient être prises pour favoriser une concurrence saine dans l’écosystème des applications iOS en Europe ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  7. #207
    Membre averti

    Homme Profil pro
    Directeur de projet
    Inscrit en
    Juillet 2003
    Messages
    106
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 43
    Localisation : France, Bouches du Rhône (Provence Alpes Côte d'Azur)

    Informations professionnelles :
    Activité : Directeur de projet
    Secteur : Transports

    Informations forums :
    Inscription : Juillet 2003
    Messages : 106
    Points : 354
    Points
    354
    Par défaut Apple joue avec le feu en effet
    La Commission Européenne a été très claire concernant les règles et les sanctions liées au DMA. Apple a décidé de jouer, mais risque de perdre gros !

  8. #208
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Traductrice Technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    901
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Traductrice Technique

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 901
    Points : 63 383
    Points
    63 383
    Par défaut Lettre ouverte à Tim Cook : "Saboter les applications Web est indéfendable"
    Lettre ouverte à Tim Cook : "Saboter les applications Web est indéfendable", les utilisateurs ne sont pas d'accord avec la décision d'Apple de supprimer les applications Web dans l'UE.

    Voici une lettre ouverte à Tim Cook, intitulée "Saboter les applications web est indéfendable". Elle a été signée par 766 individus et 94 organisations à travers le monde. La lettre exprime le désaccord des utilisateurs avec la décision d'Apple de supprimer les applications Web (PWA) d'iOS et de Safari dans l'Union européenne.

    Cher Tim Cook,

    Nous vous écrivons pour vous faire part de notre inquiétude face à la décision d'Apple de supprimer les applications Web (PWA) d'iOS et de Safari dans l'Union européenne (UE), et pour faire valoir nos droits en vertu de la loi sur les marchés numériques (Digital Markets Act, DMA).

    Apple considère les applications Web comme l'alternative ouverte à l'App Store, et les mesures prises pour les supprimer ont suscité de vives inquiétudes au sein de la communauté du web. Le fait qu'iOS réduise les applications Web à des raccourcis menace la perte de données et compromet le web en tant que plateforme fiable pour les utilisateurs d'iOS. Ces changements introduits silencieusement menacent des fonctionnalités essentielles telles que l'intégration avec iOS, les notifications push, le décompte des pages non lues et la possibilité de fonctionner en plein écran. Leur suppression brisera les Web Apps des étudiants, des gouvernements, des institutions de santé, des journalistes et des startups.

    Des catégories entières d'applications ne seront plus viables sur le web. Plus inquiétant encore, nous savons qu'iOS n'inclura pas non plus d'API permettant aux navigateurs concurrents de mettre en œuvre ces fonctionnalités. Les utilisateurs, les développeurs et les entreprises, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'Union européenne, subiront ainsi un préjudice considérable, immédiat et permanent.

    Les justifications d'Apple vont dans le sens de la sécurité et de la protection de la vie privée, mais elles sont au mieux infondées. Les applications web offrent une informatique sûre qui permet aux utilisateurs de contrôler leur navigateur, et l'ouverture d'iOS à des moteurs de navigateur concurrents renforcera la sécurité et la vie privée au lieu de les éroder. Les web apps propulsées par des navigateurs concurrents peuvent être plus sûres et plus performantes que les apps actuelles, et la suppression du support ne peut pas être justifiée par des raisons de sécurité. Les arguments d'Apple concernant la sécurité des navigateurs concurrents ont été rejetés de manière concluante par les régulateurs du monde entier, et cette situation n'est pas différente.

    Nous, soussignés, "utilisateurs finaux" et "utilisateurs professionnels", invoquons nos droits au titre des articles 5 et 6 du DMA de l'UE. En particulier, nous faisons valoir notre droit au titre de l'article 6, paragraphe 7, qui garantit aux entreprises une interopérabilité effective avec les fonctionnalités logicielles du système d'exploitation.

    En vertu de ces droits, Apple est tenu de préserver la fonctionnalité permettant à Safari et à d'autres navigateurs iOS d'ajouter des applications Web à l'écran d'accueil, de les exécuter dans des activités de premier niveau (et non dans des onglets), de les intégrer aux paramètres et autorisations iOS, d'activer les notifications push et le badge des icônes de l'écran d'accueil, et de les exécuter en mode plein écran.

    En outre, nous affirmons que les changements proposés par Apple violent l'article 13 du DMA qui interdit les efforts anti-contournement par les gardiens désignés. Plus précisément, l'article 13(6) stipule ce qui suit :

    Loi sur les marchés numériques de l'UE, article 13(6) :(accentuation ajoutée)
    "6. Le gardien ne doit pas dégrader les conditions ou la qualité des services de la plate-forme principale fournis aux utilisateurs professionnels ou aux utilisateurs finaux qui se prévalent des droits ou des choix prévus aux articles 5, 6 et 7, ou [...]."

    Il est encore possible pour Apple de faire marche arrière et de préserver les fonctionnalités essentielles sur lesquelles les utilisateurs et les développeurs iOS s'appuient depuis 2007, lorsque Steve Jobs a introduit les applications Web pour l'iPhone. La dégradation de ces fonctionnalités dans iOS et Safari n'est pas requise par le DMA. Nous encourageons Apple à s'engager avec toutes les parties prenantes de manière urgente, transparente et de bonne foi pour restaurer et améliorer ces fonctionnalités essentielles.

    Préserver ces fonctionnalités, les mettre à la disposition des concurrents et permettre le choix du navigateur dans le monde entier est la seule voie à suivre de bonne foi, et nous vous demandons de vous conformer aux obligations légales d'Apple et de permettre une concurrence loyale et efficace sur vos plateformes dans le monde entier. Apple a la capacité d'affronter la concurrence par les mérites, plutôt que de s'appuyer sur le verrouillage et l'autoréférencement.

    Nous vous prions d'agréer, Monsieur le Président, l'expression de nos salutations distinguées.

    Source : Open Letter to Tim Cook, Sabotaging Web Apps Is Indefensible

    Et vous ?

    Pensez-vous que cette lettre est crédible ou pertinente ?
    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi :

    Apple a cassé les apps web (PWA) de l'iPhone dans l'UE pour des raisons anticoncurrentielles, selon le PDG d'Epic Games, les PWA pouvant faire concurrence aux apps natives sans être taxées

    Quand Apple se moque de la Commission européenne : ses conditions pour la distribution d'iOS en UE sont loin des objectifs de la DMA, selon un professeur en droit

    DMA : les développeurs se révoltent contre les nouvelles règles de l'App Store d'Apple qui menacent leur liberté et leur rentabilité et dénoncent une violation du règlement européen
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  9. #209
    Membre régulier Avatar de Coudrak
    Profil pro
    Inscrit en
    Avril 2002
    Messages
    66
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : Avril 2002
    Messages : 66
    Points : 90
    Points
    90
    Par défaut
    C'est bon, Apple a changé d'avis, il conserve les PWA, rien ne change (en forçant l'utilisation de Webkit comme avant).

  10. #210
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 443
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 443
    Points : 197 520
    Points
    197 520
    Par défaut Spotify, Epic Games et d'autres soutiennent que les changements à l'App Store ne sont pas conformes à la DMA
    Spotify, Epic Games et d'autres soutiennent que les changements apportés par Apple à l'App Store ne sont pas conformes à la DMA,
    la transformant même en une « mascarade »

    Spotify, Epic Games, Deezer, Paddle et plusieurs autres développeurs et associations européennes ont envoyé une lettre commune à la Commission européenne pour se plaindre du « système proposé par Apple pour se conformer » à la loi sur les marchés numériques (DMA). Les 34 entreprises et associations estiment que les projets d'Apple « ne répondent pas aux exigences de la loi ». Les changements proposés par Apple « ne tiennent pas compte de l'esprit et de la lettre de la loi » et, s'ils restent inchangés, « tourneront en dérision la loi sur les marchés numériques », selon la lettre. Plusieurs éléments spécifiques du plan d'Apple sont mis en évidence, notamment les frais de technologie de base, le processus de notarisation et les conditions que les développeurs doivent accepter.

    Le 1er mars 2024, un groupe de 34 entreprises et associations, dont Spotify, Epic Games, Deezer, Paddle et Proton, a envoyé une lettre à la Commission européenne pour exprimer ses préoccupations concernant les nouvelles règles que Apple compte appliquer à son App Store dans l’Union européenne.

    Selon les signataires de la lettre, les plans d’Apple ne respectent ni l’esprit ni la lettre du DMA et en font même une « mascarade ». Ils estiment qu’Apple cherche à maintenir et à renforcer sa position dominante sur les services de plateforme numérique, tels que les moteurs de recherche en ligne, les magasins d’applications, les services de messagerie, etc.

    Les entreprises et les associations demandent instamment à l'Union européenne de prendre « des mesures rapides, opportunes et décisives à l'encontre d'Apple ». La façon dont la Commission européenne répondra à la proposition d'Apple « servira de test décisif pour la loi sur les marchés numériques et permettra de déterminer si elle peut être utile aux citoyens et à l'économie de l'Europe ».

    Nom : spotify.png
Affichages : 7775
Taille : 91,5 Ko

    Ce que dénoncent ces entreprises et associations

    Nous sommes 34 entreprises et associations opérant dans un large éventail de secteurs numériques, notamment l'aviation, l'édition/la presse, les jeux, les radios commerciales, le streaming audio, les logiciels d'application, les communications, le marketing, les paiements, la fintech, la crypto et les places de marché. Ensemble, nous représentons des dizaines de milliers d'entreprises de toutes tailles et nous servons des centaines de millions de clients à travers l'Europe.

    Nous sommes très préoccupés par le fait que le plan proposé par Apple pour se conformer à la loi sur les marchés numériques (DMA), tel que communiqué le 25 janvier 2024, ne répondra pas aux exigences de la loi, empêchant ainsi notre capacité à fournir les avantages de la DMA aux consommateurs dès que possible.

    Les nouvelles conditions d'Apple non seulement ignorent l'esprit et la lettre de la loi, mais si elles restent inchangées, elles tournent en dérision le DMA et les efforts considérables déployés par la Commission européenne et les institutions de l'UE pour rendre les marchés numériques compétitifs.

    Il y a une myriade d'éléments dans l'annonce d'Apple qui ne sont pas conformes à la DMA. Nous profitons de l'occasion pour souligner certains des éléments les plus évidents et les plus flagrants :
    • Apple propose aux développeurs d'applications un choix irréalisable entre le maintien de ses conditions actuelles - qui ne sont manifestement pas conformes à la DMA - et l'adoption de nouvelles conditions, ce qui implique que seuls les développeurs d'applications qui acceptent les nouvelles conditions bénéficieront de la DMA. Il s'agit d'un faux choix qui ne fait qu'ajouter une complexité et une confusion inutiles. Aucune des deux options n'est conforme à la DMA et les deux options ne feraient que consolider la mainmise d'Apple sur les marchés numériques.
    • La nouvelle structure tarifaire des nouvelles conditions proposées semble conçue pour maintenir et même amplifier l'exploitation par Apple de sa domination sur les développeurs d'applications. Avec des frais de transaction élevés et des frais de technologie de base (CTF), peu de développeurs d'applications accepteront ces conditions injustes. Ces frais dissuaderont les développeurs d'applications de proposer aux consommateurs des expériences in-app transparentes et entraveront la concurrence loyale avec d'autres fournisseurs de paiement potentiels.
    • Apple prétend que "les changements incluent de nouveaux contrôles et divulgations, ainsi que des protections étendues pour réduire les risques de confidentialité et de sécurité créés par le DMA". Il s'agit de masquer des préoccupations infondées en matière de protection de la vie privée et de sécurité au détriment du choix de l'utilisateur. L'approche d'Apple - telle que l'introduction d'"écrans d'effroi" - ne fera qu'induire en erreur et dégrader l'expérience de l'utilisateur, le privant d'un véritable choix et des avantages de l'accord de gestion des données.
    • Pour réussir, la DMA doit créer des opportunités pour une réelle concurrence, y compris des magasins d'applications alternatifs et le chargement latéral. Les nouveaux magasins d'applications sont essentiels pour stimuler la concurrence et le choix, tant pour les développeurs d'applications que pour les consommateurs. Le téléchargement latéral donnera aux développeurs d'applications un véritable choix entre l'App Store d'Apple ou leur propre canal de distribution et leur propre technologie. Les nouvelles conditions d'Apple ne permettent pas le transfert latéral et rendent l'installation et l'utilisation de nouveaux magasins d'applications difficiles, risquées et financièrement peu attrayantes pour les développeurs. Au lieu de créer une concurrence saine et de nouveaux choix, les nouvelles conditions d'Apple érigeront de nouvelles barrières et renforceront la mainmise d'Apple sur l'écosystème de l'iPhone.

    La réponse de la Commission européenne à la proposition d'Apple servira de test décisif pour la DMA et permettra de déterminer si elle peut être utile aux citoyens et à l'économie de l'Europe.

    En l'absence de propositions matériellement différentes de la part d'Apple, nous demandons instamment à la Commission européenne de prendre des mesures rapides, opportunes et décisives à l'encontre d'Apple, afin de protéger les développeurs et de bénéficier aux consommateurs, et ce dès que les obligations du DMA s'appliqueront. C'est la seule façon de garantir que le DMA reste crédible et qu'il permette de créer des marchés numériques compétitifs.

    Des changements conformes au DMA, selon Apple

    Apple maintient que ses changements sont conformes à la loi sur les marchés numériques tout en étant nécessaires pour protéger les appareils de ses utilisateurs de l'UE contre les risques de sécurité qui, selon elle, sont introduits par la nouvelle loi. « L'approche d'Apple vis-à-vis du Digital Markets Act a été guidée par deux objectifs simples : se conformer à la loi et réduire les risques inévitables et accrus que le DMA crée pour nos utilisateurs européens », déclare Julien Trosdorf, porte-parole d'Apple. « Cela signifie qu'il faut créer des garanties pour protéger les utilisateurs de l'UE dans toute la mesure du possible et pour répondre aux nouvelles menaces, notamment les nouveaux vecteurs de logiciels malveillants et de virus, les possibilités d'escroquerie et de fraude, et les défis à relever pour garantir le fonctionnement des applications sur les plateformes d'Apple ».

    Apple est tenu de se conformer à la loi sur les marchés numériques d'ici le 7 mars, et les modifications apportées à l'écosystème des applications sont intégrées à iOS 17.4. Nous nous attendons à ce qu'iOS 17.4 soit publié au début de la semaine prochaine, et c'est à ce moment-là que les places de marché d'applications alternatives, les méthodes de paiement alternatives et les nouvelles conditions qu'Apple a conçues pour les développeurs entreront en vigueur.

    Nom : dma.png
Affichages : 1593
Taille : 77,7 Ko

    Apple publie un livre blanc parlant de sa mise en conformité à la loi sur les marchés numériques

    À l'appui des changements qu'elle met en œuvre, Apple a publié vendredi 1er mars un livre blanc décrivant les risques qu'elle tente d'atténuer avec le processus de notarisation et d'autres exigences auxquelles doivent se soumettre les places de marché d'applications alternatives et les applications installées par l'intermédiaire de ces places de marché.

    Avec la prochaine mise à jour iOS 17.4, les utilisateurs d'iPhone de l'Union européenne pourront installer des applications sur des places de marché alternatives plutôt que sur l'App Store. Plusieurs entreprises travaillent sur des places de marché, Setapp et Epic Games ayant confirmé leur intention de proposer une alternative à l'App Store.

    Atténuer les risques via un processus de notarisation

    Les applications installées par l'intermédiaire des places de marché sont essentiellement des « téléchargements latéraux » et ne sont pas soumises au processus d'examen standard de l'App Store. Afin de minimiser les risques de logiciels malveillants et de fraude, Apple a mis en place un processus de notarisation auquel doivent se soumettre les places de marché d'applications et les applications qui y sont vendues.

    Ce processus comprend une analyse automatisée et un examen humain pour s'assurer que les applications ne contiennent pas de logiciels malveillants, qu'elles fonctionnent comme annoncé et qu'elles ne font pas l'objet de « tentatives de fraude flagrantes ». Une application ne peut être installée sur un iPhone à l'aide du chargement latéral que si elle est signée par Apple par le biais de la notarisation, et Apple demande aux développeurs d'avoir un compte Developer et de fournir des informations légitimes telles que le nom, l'adresse et le numéro de téléphone. Les applications devront expliquer pourquoi elles ont besoin d'accéder à des données sensibles comme le microphone, l'appareil photo, Face ID, les données de santé, et plus encore, et le consentement de l'utilisateur sera également requis pour que ces fonctions marchent après l'installation d'une application.

    En revanche, la notarisation ne permet pas d'examiner le contenu des applications. Les applications installées par l'intermédiaire de places de marché alternatives peuvent contenir des contenus pour adultes, des contenus protégés par des droits d'auteur, des contenus liés à la drogue et d'autres fonctionnalités qui ne seraient pas autorisées dans l'App Store. Apple tentera d'arrêter les applications qui usurpent l'identité d'autres applications ou qui présentent des fonctionnalités non documentées, mais l'entreprise prévient que les applications chargées latéralement ne seront pas aussi sûres que celles qui sont installées via l'App Store.

    Des modes de paiement alternatif

    Les places de marché d'applications alternatives doivent adhérer à des critères de base qui les obligent à s'engager à surveiller et à supprimer les applications malveillantes et à fournir une assistance aux utilisateurs. Les remboursements, par exemple, devront être assurés par la place de marché d'applications, car les places de marché utilisent des méthodes de paiement alternatives plutôt que des achats in-app. Les modes de paiement alternatifs sont également acceptés dans les applications de l'App Store dans le cadre de la DMA.

    Les utilisateurs européens qui installent une application en dehors de l'App Store se verront présenter une fiche d'installation de l'application contenant le nom de l'application, le nom du développeur, la description de l'application, des captures d'écran et des évaluations. Les fiches peuvent être désactivées pour une place de marché dans l'application Paramètres, et elles disparaissent également si une place de marché est définie comme magasin par défaut.

    Des informations similaires sont également fournies pour les applications qui utilisent des méthodes de paiement alternatives. Apple prévient que des fonctionnalités telles que l'annulation facile de l'abonnement et la demande d'achat ne sont pas disponibles, et qu'il n'y a pas de protection contre les prix abusifs.

    Le livre blanc présente plusieurs risques auxquels les mobinautes devront faire face

    Apple affirme avoir reçu de nombreux courriels d'utilisateurs européens et d'agences gouvernementales qui s'inquiètent des risques liés aux places de marché d'applications alternatives, et promet de « travailler sans relâche » pour protéger les utilisateurs « dans la mesure où la loi le permet ». Les utilisateurs n'ont aucun moyen de se soustraire aux changements apportés par la DMA, et Apple laisse entendre que certaines personnes pourraient être contraintes d'utiliser des applications alternatives contre leur gré. Les employeurs et les écoles peuvent exiger une application qui n'est disponible que sur une place de marché, par exemple.

    Une grande partie du livre blanc d'Apple présente les risques auxquels les utilisateurs d'iPhone devront faire face et le travail que les opérateurs de places de marché d'applications alternatives devront accomplir pour assurer la sécurité des utilisateurs.

    Apple indique notamment que les changements qu'elle apporte ont été discutés avec la Commission européenne et qu'aucune préoccupation n'a été soulevée. La DMA reconnaît les risques pour la vie privée associés aux places de marché d'applications alternatives, et Apple affirme vouloir faire tout son possible pour protéger et éduquer les utilisateurs dans le cadre des nouvelles lignes directrices.

    Les propriétaires d'iPhone dans l'Union européenne qui ont d'autres inquiétudes concernant les places de marché d'applications alternatives peuvent lire le PDF complet d'Apple pour avoir une meilleure idée des protections de sécurité et de sûreté qu'Apple a mises en place et des risques qui subsistent.

    Sources : lettre , livre blanc d'Apple

    Et vous ?

    Que pensez-vous des changements que Apple compte apporter à son App Store dans l’Union européenne ? Apple se conforme-t-elle à la loi ou ?
    Croyez-vous que ces changements respectent le DMA et favorisent la concurrence et l’innovation sur les marchés numériques ou pensez-vous qu'Apple use de moyens détournés pour ne pas en respecter l'esprit ?
    Quels sont les avantages et les inconvénients du téléchargement direct d’applications (sideloading) et de l’utilisation de nouveaux magasins d’applications ?
    Quel est le rôle de la Commission européenne dans la régulation des services de plateforme numérique comme Apple ?
    Quelles sont les conséquences potentielles des plans d’Apple pour les utilisateurs, les développeurs et les autres acteurs de l’écosystème numérique ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  11. #211
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    525
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 525
    Points : 9 606
    Points
    9 606
    Par défaut Google ajoute de nouveaux frais dans le cadre de la mise en conformité du Play Store au DMA de l'UE
    Google ajoute de nouveaux frais pour les développeurs dans le cadre du plan de mise en conformité du Play Store avec le DMA
    l'entreprise marche dans les pas d'Apple et suscite la polémique

    Google imite Apple en imposant de nouveaux frais aux développeurs dans l'Union européenne dans le cadre la mise en conformité du Play Store avec la loi sur les marchés numériques (Digital Markets Act - DMA). L'entreprise facilitera le téléchargement d'applications et de boutiques d'applications tierces, mais a précisé qu'elle facturerait les développeurs même s'ils n'utilisent pas le Play Store. Les détails indiquent que Google facturera deux nouveaux frais aux développeurs. Ces frais font l'objet de contestation, mais Google affirme qu'ils reflètent la valeur fournie par Android et le Play Store et qu'ils soutiennent ses investissements continus dans ces deux plateformes.

    Le 6 mars marque un changement majeur attendu depuis longtemps : c'est la date limite à laquelle les plus grands "gardiens" de la technologie doivent se conformer au DMA. Google a attendu le dernier moment pour annoncer les changements qu'il compte apporter pour se conformer au DMA. L'entreprise avait précédemment annoncé qu'elle se conformait déjà au DMA (par exemple, en autorisant le chargement latéral des applications). Cependant, elle n'avait pas encore donné de précisions sur les frais qui s'appliqueraient aux développeurs, déclarant que de plus amples informations seraient communiquées cette semaine.

    Nom : 1.png
Affichages : 6888
Taille : 117,7 Ko

    Mercredi, Google a révélé qu'il facturerait les développeurs même s'ils n'utilisent pas le Play Store, tout comme Apple l'a fait avec l'App Store. Selon de nouveaux détails trouvés dans la section d'aide de la Play Console, l'entreprise facturera deux nouveaux frais :

    1. des frais d'acquisition initiaux : ils s'élèvent à 10 % pour les achats intégrés ou à 5 % pour les abonnements de deux ans. Google explique que ces frais représentent la valeur que le Play Store a apportée en facilitant l'acquisition initiale d'utilisateurs. (Google a inclus le tableau ci-dessous pour montrer comment les frais s'appliqueront à une hypothétique "Fantastiq App".) ;
    2. des frais de services continus : ils s'élèvent à 17 % pour les achats intégrés ou à 7 % pour les abonnements. Google explique que ces frais reflètent la valeur plus large que le Play Store apporte aux utilisateurs et aux développeurs, y compris les services permanents tels que le contrôle parental, l'analyse de sécurité, la prévention des fraudes et les mises à jour permanentes des applications.


    Les développeurs peuvent se désengager des frais permanents après deux ans si les utilisateurs sont d'accord, mais les services Play permanents ne s'appliqueront plus. « Étant donné que les utilisateurs ont acquis l'application via Play en s'attendant à bénéficier de services tels que le contrôle parental, l'analyse de sécurité, la prévention des fraudes et les mises à jour continues de l'application, l'interruption des services nécessite également le consentement de l'utilisateur », a déclaré Google dans son communiqué . L'entreprise explique que le consentement des utilisateurs est nécessaire pour des raisons de sécurité.

    Avec ces frais, Google suit l'exemple d'Apple, qui a réduit ses commissions sur l'App Store dans l'UE afin de se conformer au DMA, mais a mis en place une nouvelle taxe sur les technologies de base qui oblige les développeurs à payer 0,50 € pour chaque première installation annuelle au-delà d'un seuil d'un million pour les applications distribuées en dehors de l'App Store. Ce nouveau frais a suscité un tollé dans la communauté. Apple s'est justifié en expliquant que les services qu'il fournit aux développeurs vont au-delà du traitement des paiements et comprennent le travail qu'il effectue pour soutenir tout l'écosystème iOS.

    Selon Apple, ce travail concerne notamment le soutien à la création et la découverte d'applications, la création d'API, de frameworks et d'outils pour soutenir le travail de création d'applications des développeurs, la lutte contre la fraude et bien d'autres choses encore. Apple a également entrepris de saboter les applications Web progressives dans le cadre de sa mise en conformité avec le DMA, une approche que les critiques jugent indéfendable. Spotify, Epic Games et d'autres soutiennent que les changements apportés par Apple à l'App Store ne sont pas conformes à l'esprit du DMA, et transforment la loi en une "mascarade".

    Mercredi, Google a également justifié ses nouveaux frais en vantant la valeur qu'il apporte à l'écosystème Android : « les frais de Play soutiennent notre investissement dans Android et Google Play et reflètent la valeur fournie par Android et Play, notamment en nous permettant de distribuer Android gratuitement et de fournir la suite d'outils et de services en constante évolution qui aide les développeurs à créer des entreprises prospères, tout en maintenant nos plateformes sûres et sécurisées pour des milliards d'utilisateurs dans le monde entier ». Google a présenté cela comme un nouveau programme d'offres externe.

    Google précise que les développeurs devraient s'inscrire au programme en tant qu'entreprise, et non en tant qu'individu. Il a également précisé que les développeurs peuvent continuer à utiliser le système de facturation de Google Play tout en participant au programme d'offres externes. Indépendamment du programme d'offres externes, Google lance deux autres programmes visant à permettre l'utilisation d'autres systèmes de facturation pour les achats intégrés. Ces programmes s'étendent cette semaine à tous les développeurs dont les applications sont destinées aux utilisateurs de l'EEE (Espace économique européen).

    De nombreuses analystes dénoncent les plans de Google et Apple pour se conformer au DMA, alléguant que ces géants de la technologie cherchent à maintenir leur monopole sur la distribution des applications mobiles. Les déclarations de Google suggèrent que si vous êtes un développeur et que vous tenez absolument à ne pas faire affaire avec le Play Store de Google, contrairement à Apple, vous êtes libre de dire aux utilisateurs de télécharger votre application à partir de votre propre site Web. Vous perdrez certes la visibilité qu'offre le Play Store, mais c'est la raison pour laquelle Google facture ces frais aux développeurs.

    Par contre, sur iOS, le fait de ne pas accepter les conditions d'Apple vous empêche de distribuer entièrement votre application sur la plateforme de l'entreprise. Selon les analystes, ni Apple ni Google n'ont aucune intention de respecter le DMA, et tous deux usent de subterfuges afin de maintenir le statu quo pour continuer à soutirer aux développeurs des milliards de dollars par an. Les analystes s'accordent à dire que les récents changements apportés par Apple à l'écosystème iOS, y compris le sabotage des applications Web progressives (PWA), s'écartent complètement des objectifs du DMA et constituent un pied de nez à l'UE.

    Le DMA de l'UE est une législation de grande envergure qui vise à garantir une concurrence plus équitable entre les géants de la technologie, désigne certaines grandes entreprises en ligne et leurs services comme des "gardiens". Les entreprises qui ont reçu cette désignation (Alphabet, Amazon, Apple, ByteDance, Meta, Microsoft, etc.) devront satisfaire à de nouvelles exigences strictes visant à réduire les comportements anticoncurrentiels. Apple, Meta et TikTok ont fait appel de leur désignation. Les critiques du DMA affirment que la loi épargne les entreprises européennes, tout en visant essentiellement les entreprises américaines.

    Source : Google (1, 2)

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Que pensez-vous des nouveaux frais annoncés par Google ?
    Ces nouvelles commissions sont-elles conformes aux exigences du DMA ?
    En quoi ces conditions sont-elles avantageuses ou désavantageuses pour les développeurs ?
    Comment l'UE peut-elle lutter contre les tentatives des Big Tech pour échapper aux exigences du DMA ?

    Voir aussi

    Quand Apple se moque de la Commission européenne : ses conditions pour la distribution d'iOS en UE sont loin des objectifs de la DMA, selon un professeur en droit

    Spotify, Epic Games et d'autres soutiennent que les changements apportés par Apple à l'App Store ne sont pas conformes à la DMA, la transformant même en une « mascarade »

    DMA : la Commission européenne désigne six grandes enseignes du numérique qui seront soumises à ses nouvelles règles antitrust, notamment cinq entreprises américaines et une entreprise chinoise

  12. #212
    Membre averti
    Profil pro
    Inscrit en
    Avril 2013
    Messages
    106
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : Avril 2013
    Messages : 106
    Points : 378
    Points
    378
    Par défaut
    Je voulais attendre la fin du support officiel de mon smartphone par le fabricant (un oneplus), mais je pense que je vais franchir le pas vers LineageOS + Fdroid bien plus rapidement. D'autant plus que Lineage fourni déjà la version 14 d'android pour mon modèle alors que la version officiel du fabricant n'est pas prête d'arriver.

    D'ailleurs je me pose la question de l'impact sur les version AOSP, vu que Google a l'air de vouloir justifier cette facturation par le fait qu'ils "fournissent" Android (en tout cas ils participent au projet Android). Peuvent-il imposer cette facturation à des devs qui ne fournissent leur logiciel que sur des stores type Fdroid, car ils ne sont pas responsable si un utilisateur installe une application depuis Fdroid sur un Android non AOSP mais avec les services inclus.

  13. #213
    Expert confirmé
    Homme Profil pro
    Développeur
    Inscrit en
    Août 2003
    Messages
    1 264
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 37
    Localisation : France, Charente Maritime (Poitou Charente)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur

    Informations forums :
    Inscription : Août 2003
    Messages : 1 264
    Points : 4 060
    Points
    4 060
    Par défaut
    Ca fait plus de 2 ans que j'ai entamé une démarche de me dégoogliser et arrêter d'autres services cloud mais ça prend du temps (changer ses habitudes, trouver et essayer les services, s'auto-héberger).

    Pour la boite mail je suis passé chez Infomaniak donc elle fonctionne sans problème avec FairEmail pour Android.
    Simple SMS, Etar (calendrier), Amaze (fichiers), Aegis (2FA), Barcode Scanner, Fennec (navigateur), NewPipe (Youtube), Magic Earth (GPS), ... pour Android font l'affaire (c'est ce que j'ai sur mon téléphone de secours).
    A côté j'ai l'Aurora Store qui me permet d'installer les application du Play Store (LeBonCoin, Signal, ...). Je n'ai pas testé pour la banque, avez-vous des retours sur les applications bancaires qui fonctionnent ou non sur LineageOS/GrapheneOS/CalyxOS ?

  14. #214
    Expert confirmé

    Homme Profil pro
    .
    Inscrit en
    Octobre 2019
    Messages
    1 412
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 41
    Localisation : France, Aube (Champagne Ardenne)

    Informations professionnelles :
    Activité : .
    Secteur : Conseil

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2019
    Messages : 1 412
    Points : 5 587
    Points
    5 587
    Par défaut
    Citation Envoyé par smarties Voir le message
    Ca fait plus de 2 ans que j'ai entamé une démarche de me dégoogliser et arrêter d'autres services cloud mais ça prend du temps (changer ses habitudes, trouver et essayer les services, s'auto-héberger).

    Pour la boite mail je suis passé chez Infomaniak donc elle fonctionne sans problème avec FairEmail pour Android.
    Simple SMS, Etar (calendrier), Amaze (fichiers), Aegis (2FA), Barcode Scanner, Fennec (navigateur), NewPipe (Youtube), Magic Earth (GPS), ... pour Android font l'affaire (c'est ce que j'ai sur mon téléphone de secours).
    A côté j'ai l'Aurora Store qui me permet d'installer les application du Play Store (LeBonCoin, Signal, ...). Je n'ai pas testé pour la banque, avez-vous des retours sur les applications bancaires qui fonctionnent ou non sur LineageOS/GrapheneOS/CalyxOS ?
    labanquepostal ne voulait pas s'executer sur mon smartphone android rooté sans les google service.
    depuis j'ai quitté la banquepostal et je suis chez boursorama. Chez boursorama tout peux se faire depuis un navigateur web (firefox) sans nécessiter une app. J'ai N26 pour l'étranger, tout se fait via une page web aussi.

    Donc pour moi le mieux c'est d'aller dans une banque ou y'a pas besoin d'app.


    Je n'utilise plus les services google depuis longtemps, en dehors de youtube, et parfois google map depuis firefox quand faut trouver une adresse que me trouve pas osmand ou avoir des horaire d'un bureau de poste ou autres.

  15. #215
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Anthony
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Novembre 2022
    Messages
    912
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Gironde (Aquitaine)

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2022
    Messages : 912
    Points : 15 050
    Points
    15 050
    Par défaut Avec l'entrée en vigueur du DMA, la neutralité des appareils commence à devenir une réalité tangible dans l'UE
    Avec l'entrée en vigueur ce jour du Digital Markets Act, la neutralité des appareils commence à devenir une réalité tangible dans l'UE, mais il ne s'agit que d'une première étape, souligne la FSFE

    La loi européenne sur les marchés numériques (Digital Markets Act ou DMA) n'a pas modifié l'ADN anticoncurrentiel des grandes entreprises technologiques, déclare la Free Software Foundation Europe (FSFE). Le groupe de pression souhaite d'autres changements, à commencer par la neutralité des appareils.

    Ce jeudi 7 mars, la loi européenne sur les marchés numériques est entrée en vigueur, obligeant les grandes sociétés "gatekeepers" à jouer franc-jeu avec leurs petits rivaux.

    La loi a déjà déçu ceux qui espéraient que les entreprises de plateformes comme Apple réagiraient de bonne foi plutôt que de se conformer à ce qui a été qualifié de malveillant. La Free Software Foundation Europe a décidé que la réglementation ne devrait être que le début d'une réforme plus large.


    Les appareils numériques deviennent des outils de plus en plus importants dans les tâches quotidiennes, et nous sommes de plus en plus nombreux à les utiliser dans différents domaines de la vie. Cependant, en tant qu'utilisateurs finaux, nous perdons le contrôle de ces appareils - en particulier la possibilité d'exécuter des logiciels libres - en raison de pratiques déloyales de la part des fabricants d'appareils, des vendeurs et des plates-formes.

    La neutralité des appareils vise à rétablir le contrôle de l'utilisateur final sur les appareils en garantissant la liberté des logiciels dans les appareils, en protégeant les utilisateurs contre les verrouillages et en favorisant leur contrôle sur les données dans les appareils. Elle vise à permettre aux utilisateurs finaux d'exécuter les logiciels de leur choix et d'utiliser les services indépendamment du contrôle exercé par les fabricants de matériel, les vendeurs et les plateformes, connus sous le nom de "gatekeepers" (gardiens).

    Certains aspects de la neutralité des appareils sont imposés aux grandes entreprises technologiques par la loi sur les marchés numériques, une loi récente de l'UE qui entre en vigueur le 7 mars, afin de rétablir des niveaux de concurrence plus élevés sur les marchés numériques. La loi sur les marchés numériques s'appliquera donc à six "gatekeepers" : Alphabet, Amazon, Apple, Bytedance, Meta et Microsoft.

    La FSFE a été impliquée dans le DMA tout au long du processus législatif et elle accueille favorablement son entrée en vigueur, qui rend plusieurs éléments de la neutralité des appareils juridiquement applicables. Cependant, bien que le DMA représente une étape très importante dans la responsabilisation des "gatekeepers" pour leurs perturbations et distorsions négatives sur les marchés numériques, la loi seule n'est pas suffisante pour promouvoir la neutralité des appareils dans la mesure nécessaire pour redonner à l'utilisateur final le contrôle de ses appareils.

    La loi sur les marchés numériques : un premier pas vers la neutralité des appareils

    Dans un premier temps, l'application de la loi sur les marchés numériques sera difficile, car elle porte sur divers aspects des appareils, notamment la (non-)installation de logiciels, l'utilisation de magasins d'applications et de systèmes de paiement tiers, les obligations d'interopérabilité pour les systèmes d'exploitation et les applications de messagerie, ainsi qu'un certain degré de portabilité des données en temps réel. L'imposition d'obligations légales sur de tels éléments nécessitera des efforts considérables en matière d'application de la loi et un contrôle approprié des solutions techniques mises en œuvre par les "gatekeepers".

    En outre, comme dans le cas de la liberté des routeurs, où les opérateurs de réseaux créent divers obstacles pour que les utilisateurs finaux puissent exercer ce droit, les gatekeepers peuvent s'efforcer d'éviter de mettre en œuvre des solutions qui profiteront pleinement aux utilisateurs finaux, mais peuvent plutôt utiliser la loi de manière à entraver les droits des utilisateurs finaux liés à la neutralité des appareils. Par exemple, l'entreprise technologique Apple - l'un des gardiens - a déjà saisi la justice pour se soustraire aux obligations de la DMA et a décidé de mettre en œuvre une stratégie absurde contre les boutiques d'applications tierces qui aura un impact négatif sur la capacité d'alternatives telles que F-Droid à entrer dans les environnements iOS.

    Pour ces raisons, la FSFE collaborera avec la Commission européenne et d'autres régulateurs pour contrôler le respect du DMA, afin que celui-ci agisse comme un catalyseur de la neutralité des appareils plutôt que comme un obstacle supplémentaire.

    "La DMA représente une étape audacieuse de la part de l'UE pour réglementer les grandes entreprises qui agissent comme des gardiens sur les appareils. Cependant, la mise en œuvre correcte de la loi sera difficile et nécessitera une surveillance stricte de la part de la société civile afin de préserver la neutralité des appareils. L'Internet ouvert a besoin de la neutralité des appareils. Les logiciels libres sont essentiels pour y parvenir", déclare Lucas Lasota, responsable du programme juridique de la FSFE.

    Aller au-delà des très grandes plateformes

    Le RGPD est limité aux grandes entreprises technologiques. La loi ne s'applique qu'aux entreprises fournissant des services à au moins 45 millions d'utilisateurs finaux actifs mensuels établis ou situés dans l'UE sur une base annuelle. Compte tenu des autres restrictions quantitatives, la loi ne protège la neutralité des appareils que contre une poignée de "gatekeepers". Des entreprises plus petites peuvent également adopter un comportement prédateur à l'encontre de la neutralité des appareils, ce qui a un impact négatif sur les droits des utilisateurs finaux. Cependant, elles ne sont pas couvertes par le DMA.

    C'est pourquoi la FSFE promeut la neutralité des dispositifs dans un contexte beaucoup plus large, afin d'inclure non seulement les grandes entreprises, mais aussi tout fabricant, vendeur ou plateforme d'appareils. La FSFE est convaincue que la liberté logicielle doit être la norme par défaut et que les utilisateurs finaux ne doivent pas être enfermés dans des carcans. Les entreprises technologiques ne doivent pas enfermer les utilisateurs dans des jardins clos qui limitent ce qu'ils peuvent faire avec leurs appareils.

    Parallèlement à son engagement auprès de la DMA, la FSFE lance un nouveau site web sur la neutralité des appareils afin de sensibiliser le public aux questions relatives à la neutralité des appareils. Ce site propose des informations approfondies sur la neutralité des appareils et les logiciels libres, du matériel promotionnel téléchargeable et des moyens de faire passer le message.

    Soutenir les travaux sur la neutralité des appareils

    Des degrés plus élevés d'ouverture et d'égalité dans les marchés numériques ne peuvent être atteints que lorsque les utilisateurs finaux peuvent jouir de la liberté logicielle avec leurs appareils. Le DMA est la première étape, et la FSFE continuera à travailler pour la neutralité des appareils dans différents domaines : surveiller la mise en œuvre du DMA, superviser la conformité, collaborer avec les régulateurs et les décideurs politiques, promouvoir la sensibilisation du public, et étendre l'agenda au-delà des gatekeepers. Pour cela, la FSFE compte sur votre soutien. Soyez actif et aidez l'organisation à vous donner les moyens de reprendre le contrôle de vos appareils.

    Source : La Free Software Foundation Europe

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi :

    DMA : la Commission européenne désigne six grandes enseignes du numérique qui seront soumises à ses nouvelles règles antitrust, notamment cinq entreprises américaines et une entreprise chinoise

    Google ajoute de nouveaux frais pour les développeurs dans le cadre du plan de mise en conformité du Play Store avec le DMA, l'entreprise marche dans les pas d'Apple et suscite la polémique

    DMA : les développeurs se révoltent contre les nouvelles règles de l'App Store d'Apple qui menacent leur liberté et leur rentabilité et dénoncent une violation du règlement européen
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  16. #216
    Membre averti

    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    Février 2006
    Messages
    82
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Drôme (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : Février 2006
    Messages : 82
    Points : 386
    Points
    386
    Billets dans le blog
    2
    Par défaut
    Les développeurs sont traités comme des vaches à lait par les GAFAM !
    Google pourrait très bien facturer Android aux utilisateurs ou aux constructeurs de téléphones au lieu de le fournir soi-disant "gratuitement" et de se remplir les poches autrement, grâce à la publicité, à la vente de données et aux frais exorbitants imposés aux développeurs.

    Ces pratiques asphyxient le marché et empêchent l'émergence d'une véritable concurrence.

    N'oublions pas que ce sont les applications tierces, créées par des millions de développeurs comme nous, qui font la richesse des plateformes. Mais les géants de la technologie se fichent bien de ça ! Regardez ce qui est arrivé à Windows Mobile, fauché en plein essor faute d'avoir su attirer les développeurs tiers.

    À ce rythme, ils finiront par tuer eux-mêmes les applications mobiles natives !
    Ne vaudrait-il pas mieux se concentrer sur le développement de WebApps ?
    Nous devons réagir avant qu'il ne soit trop tard !

  17. #217
    Responsable Systèmes


    Homme Profil pro
    Gestion de parcs informatique
    Inscrit en
    Août 2011
    Messages
    17 434
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Gestion de parcs informatique
    Secteur : High Tech - Matériel informatique

    Informations forums :
    Inscription : Août 2011
    Messages : 17 434
    Points : 43 065
    Points
    43 065
    Par défaut
    Tant que des développeurs développerons pour leur plateforme ... Mais comment faire autrement ?

    D’où le besoin de législation. Facturer des frais malgré la non utilisation du store natif ne devrait pas être permis.
    Ma page sur developpez.com : http://chrtophe.developpez.com/ (avec mes articles)
    Mon article sur le P2V, mon article sur le cloud
    Consultez nos FAQ : Windows, Linux, Virtualisation

  18. #218
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Graphic Programmer
    Inscrit en
    Mars 2006
    Messages
    1 545
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Graphic Programmer
    Secteur : High Tech - Multimédia et Internet

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2006
    Messages : 1 545
    Points : 3 941
    Points
    3 941
    Par défaut
    ce qui est drole c'est qu'il nous font payer la DMA mais vont continuer a voler les meta données comme avant. je gage que dans quelques années on decouvrira que rien n'avait changé sur leur spoil systeme.

  19. #219
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 443
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 443
    Points : 197 520
    Points
    197 520
    Par défaut Apple bloquera les MàJ des boutiques d'applications tierces si votre iPhone quitte l'UE pendant un mois
    DMA : Apple bloquera les mises à jour des boutiques d'applications tierces si votre iPhone quitte l'UE pendant un mois,
    quelles sont les implications de cette restriction pour les voyageurs européens ?

    Apple ne permettra pas à votre iPhone de mettre à jour les logiciels installés par des magasins d'applications tiers si vous quittez l'Union européenne pendant plus de 30 jours. Dans une mise à jour de sa page d'assistance jeudi, Apple indique que vous pouvez continuer à utiliser des applications de marchés alternatifs lorsque vous voyagez pendant de longues périodes, mais vous devrez revenir dans l'UE pour obtenir la dernière version.

    Peu après l'entrée en vigueur, mercredi, de la loi européenne sur les marchés numériques (DMA), les utilisateurs ont remarqué une page d'assistance d'Apple indiquant que les utilisateurs « perdraient l'accès à certaines fonctionnalités » lorsqu'ils quitteraient l'Union européenne « pour un voyage de courte durée ». Désormais, Apple a précisé cette politique en prévoyant un délai de grâce de 30 jours.

    En fait, la mise à jour logicielle iOS 17.4 d'Apple a été publiée en début de semaine et a notamment permis la prise en charge des boutiques d'applications tierces dans les pays membres de l'Union européenne. Surnommées « autres plates-formes de vente d’apps » par Apple, l'accès à ces boutiques d'applications tierces est imposé par la nouvelle loi sur les marchés numériques dans l'Union européenne, mais aucune exigence de ce type n'existe à l'extérieur de l'Union. Apple a donc décidé de n'autoriser ces plateformes alternatives de ventes d'applications que dans l'Union européenne, laissant les autres utilisateurs se contenter de l'App Store. Mais les choses ne sont pas aussi simples.

    Pour qu'Apple puisse prendre en charge ces plateformes de ventes, il faut que les utilisateurs disposent d'un identifiant Apple européen et que l'iPhone se trouve physiquement dans un pays de l'Union européenne. Il s'agit de s'assurer que des personnes situées dans d'autres parties du monde ne puissent pas accéder à des plateformes alternatives de ventes en prétendant être dans l'UE, et cette position n'est pas totalement surprenante. Toutefois, l'obligation de disposer d'un GPS européen peut poser des problèmes, par exemple lorsque les gens partent en vacances.

    Citation Envoyé par Apple
    Que sont les autres plates-formes de vente d’apps ?

    Les autres plates-formes de vente d’apps sont un type spécifique d’app iOS que vous pouvez utiliser pour installer d’autres apps sur votre iPhone. Elles peuvent être utilisées en plus de l’App Store. Les utilisateurs de l’Union européenne peuvent installer une autre plate-forme de vente d’apps sur leur iPhone en la téléchargeant directement depuis le site web de son développeur.

    Les apps disponibles sur les autres plates-formes de vente d’apps sont soumises à un processus de notarisation qui permet de vérifier que chaque app répond aux normes de base en matière d’intégrité de la plate-forme. Toutefois, il appartient à chaque plate-forme de vente d’apps d’examiner les apps conformément à ses propres processus et politiques.

    L’iPhone, iOS et l’App Store font partie d’un système intégré conçu pour protéger la sécurité et la confidentialité des utilisateurs et pour leur offrir une expérience simple et intuitive. Certaines fonctionnalités des apps téléchargées depuis d’autres plates-formes de vente d’apps peuvent ne pas fonctionner comme prévu. Aucune assistance n’est fournie pour certaines fonctionnalités, telles que les restrictions sur les achats intégrés dans le temps d’écran, le partage d’achats avec votre groupe de partage familial et l’option Demande d’autorisation d’achat, car l’App Store et son système d’achats intégrés privé et sécurisé n’encouragent pas les achats sur d’autres plates-formes de vente d’apps. La fonctionnalité Temps d’écran, le contrôle parental et Spotlight continuent de fonctionner et de respecter les normes de sécurité et de confidentialité d’Apple.

    Les autres plates-formes de vente d’apps ne sont ni créées ni gérées par Apple, et la capacité d’Apple à fournir une assistance aux utilisateurs concernés par des problèmes liés aux apps téléchargées en dehors de l’App Store (y compris sur d’autres plates-formes de vente d’apps) est limitée. Pour obtenir une assistance,contactez le développeur de l’autre plate-forme de vente d’apps ou le développeur de l’app. Les autres plates-formes de vente d’apps ont leurs propres politiques en matière de curation de contenu, d’assistance et de remboursement. Ces politiques peuvent différer de celles concernant l’App Store.
    Qu’est-ce que cela signifie pour les utilisateurs d’iPhone ?

    En substance, si un utilisateur d’iPhone quitte l’UE pour plus de 30 jours, il ne pourra plus mettre à jour les applications tierces installées sur son appareil jusqu’à son retour. Les applications déjà téléchargées continueront de fonctionner, mais les mises à jour via des magasins d’applications tiers ne seront pas possibles, forçant ainsi les utilisateurs à dépendre exclusivement de l’App Store d’Apple pour toute mise à jour.

    Citation Envoyé par Apple
    Disponibilité dans l'Union européenne

    Pour refléter les modifications apportées à la législation sur les marchés numériques, les utilisateurs de l’Union européenne peuvent installer d’autres plates-formes de vente d’apps, ainsi que les apps proposées par le biais d’autres plates-formes de vente d’apps sous iOS 17.4 ou une version ultérieure. Le pays ou la région associés à votre identifiant Apple doivent être définis sur l’un des pays ou régions de l’Union européenne, et vous devez vous trouver physiquement dans l’Union européenne.

    L’éligibilité de votre appareil aux autres plates-formes de vente d’apps est déterminée par le traitement sur l’appareil, avec seulement un indicateur d’éligibilité envoyé à Apple. Pour préserver votre confidentialité, Apple ne récupère pas la position de votre appareil.

    Si vous quittez l’Union européenne pour faire un voyage de courte durée, vous aurez toujours accès aux autres plates-formes de vente d’apps pendant une période de grâce. Si vous vous absentez trop longtemps, vous perdrez l’accès à certaines fonctionnalités, y compris l’installation de nouvelles autres plates-formes de vente d’apps. Les apps que vous avez installées depuis d’autres plates-formes de vente d’apps continueront à fonctionner, mais elles ne pourront pas être mises à jour par la plate-forme depuis laquelle vous les avez téléchargées.
    Les implications de cette restriction

    Cette décision soulève plusieurs questions, notamment sur la portabilité des services numériques et la liberté de choix des consommateurs. Elle pourrait également avoir un impact significatif sur les voyageurs fréquents et les expatriés qui passent de longues périodes hors de l’UE. De plus, elle met en lumière les tensions entre les grandes entreprises technologiques et les régulateurs cherchant à promouvoir la concurrence et à protéger les droits des utilisateurs.

    Réactions et conséquences potentielles

    La réaction de la communauté en ligne a été mitigée, certains utilisateurs exprimant leur frustration face à ce qu’ils perçoivent comme une limitation inutile imposée par Apple. D’autres soulignent que cette mesure pourrait être une réponse directe aux exigences du DMA, qui vise à ouvrir les écosystèmes fermés des géants de la tech.

    En conclusion, cette politique d’Apple, bien qu’elle soit en réponse à la nouvelle réglementation européenne, soulève des préoccupations légitimes sur l’équilibre entre conformité réglementaire et expérience utilisateur. L’avenir nous dira comment les utilisateurs s’adapteront à cette nouvelle réalité et comment Apple naviguera dans le paysage réglementaire en constante évolution.

    Source : Apple

    Et vous ?

    Quelle est votre opinion sur la décision d’Apple de restreindre les mises à jour d’applications tierces pour les utilisateurs hors de l’UE ?
    Pensez-vous que cette politique d’Apple est une réponse appropriée aux exigences du DMA, ou est-elle trop restrictive pour les consommateurs ?
    Comment cette restriction pourrait-elle affecter votre utilisation quotidienne de l’iPhone si vous voyagez fréquemment ou vivez en dehors de l’UE ?
    Croyez-vous que cette mesure d’Apple influencera la portabilité des services numériques et la liberté de choix des consommateurs à l’avenir ?
    Quelles pourraient être les alternatives pour les utilisateurs d’iPhone souhaitant mettre à jour leurs applications tierces tout en étant à l’étranger ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  20. #220
    Expert confirmé
    Homme Profil pro
    Développeur
    Inscrit en
    Août 2003
    Messages
    1 264
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 37
    Localisation : France, Charente Maritime (Poitou Charente)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur

    Informations forums :
    Inscription : Août 2003
    Messages : 1 264
    Points : 4 060
    Points
    4 060
    Par défaut
    Comme dit précédemment, sur F-Droid, il y a des applications de qualité qui répondent bien aux besoins courants et sans trackers.

    Quand je vois ce que le Google Play Services prend en taille (plus de 500Mo) sur mon Pixel, j'ai hâte de m'en séparer. Et généralement quand on se fait voler son téléphone il est flashé rapidement donc localiser son téléphone doit être fait rapidement et il existe des applications de ce type sur F-Droid.

    Ce qui est embêtant, ce sont les banque avec l'autorisation de paiement en ligne qui demande leur application qui ne fonctionne pas sur un téléphone déverrouillé.

Discussions similaires

  1. Réponses: 0
    Dernier message: 11/01/2023, 09h22
  2. Réponses: 5
    Dernier message: 12/01/2022, 22h57
  3. Réponses: 0
    Dernier message: 02/09/2020, 19h21
  4. Réponses: 1
    Dernier message: 02/03/2020, 15h02
  5. Réponses: 5
    Dernier message: 26/04/2017, 06h19

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo