IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

Actualités Discussion :

Jon Stewart accuse les PDG de l'industrie de l'IA de faire de « fausses promesses »

  1. #621
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Traductrice Technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    881
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Traductrice Technique

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 881
    Points : 61 986
    Points
    61 986
    Par défaut L'IA rendra certains emplois obsolètes et des travailleurs craignent d'être "laissés pour compte"
    L'IA rendra certains emplois obsolètes, et près de la moitié des travailleurs craignent d'être "laissés pour compte" s'ils ne suivent pas le mouvement, selon une étude de Washington State University.

    Les travailleurs américains tirent la sonnette d'alarme sur la préparation à l'IA sur le lieu de travail. Alors que les entreprises intègrent de plus en plus l'IA dans le travail quotidien, une nouvelle enquête du Washington State University met en lumière la façon dont les professionnels perçoivent l'impact potentiel de la technologie, et ce qu'il reste à faire.

    Selon un nouveau rapport publié par le Carson College of Business de l'université de l'État de Washington, la moitié des professionnels (48 %) craignent d'être "laissés pour compte" dans leur carrière s'ils n'ont pas la possibilité d'apprendre à tirer parti de l'intelligence artificielle (IA) sur le lieu de travail. Le rapport montre que la plupart des professionnels considèrent que l'enseignement supérieur a un rôle essentiel à jouer dans la préparation des futurs diplômés à l'utilisation de l'IA lors de leur entrée sur le marché du travail.

    "Pour les éducateurs, l'évolution de l'IA souligne l'importance de doter nos étudiants d'outils innovants qui remodèlent le travail dans divers secteurs", a déclaré Debbie Compeau, doyenne par intérim du Carson College of Business. "Nous avons constitué un groupe de travail sur l'IA générative afin d'intégrer ces avancées dans nos programmes existants et d'explorer la manière dont l'IA peut transformer l'enseignement des affaires. Lorsque nous embrassons le potentiel de l'IA pour créer de la valeur et transformer le travail - tout en répondant aux préoccupations légitimes concernant son utilisation et son impact - nous créons un environnement d'apprentissage qui permet à nos étudiants d'exceller dans un avenir axé sur l'IA."

    L'étude du Carson College of Business, menée en collaboration avec KRC Research, examine la préparation des travailleurs professionnels américains à l'utilisation de l'IA sur le lieu de travail. Le rapport a interrogé 1 200 adultes travaillant à temps plein aux États-Unis, qui exercent une fonction de direction, une profession libérale ou une activité connexe et qui travaillent avec des ordinateurs ou des appareils technologiques. L'enquête explore la sensibilisation et les attitudes à l'égard de la formation à l'IA et des initiatives de préparation à l'utilisation de l'IA sur le lieu de travail.


    Les principales conclusions sont les suivantes :

    L'impact de l'IA sur le lieu de travail : Aujourd'hui, plus de la moitié des professionnels américains (56 %) déclarent utiliser l'IA, qu'il s'agisse d'analyser des données à partir de tendances prédites (30 %) ou d'utiliser l'IA générative pour produire du contenu ou des communications (24 %), et bien d'autres choses encore.

    • 72 % pensent que l'IA peut avoir un impact important sur le travail dans leur secteur d'activité si elle est utilisée de manière appropriée.
    • Un peu plus de la moitié des professionnels (52 %) pensent que l'IA est susceptible de présenter des dangers pouvant avoir un impact négatif sur leur organisation et sur la sécurité de l'organisation et des employés.
    • Près de la moitié (49 %) des professionnels déclarent que leur organisation n'a pas fourni de ressources ou d'informations sur l'IA et son utilisation au travail, et près de quatre professionnels sur dix (39 %) n'ont profité d'aucune ressource pour apprendre à utiliser l'IA dans le cadre de leur travail.
    • La moitié des professionnels (51 %) craignent que leur organisation ne prenne du retard dans son secteur si elle n'adopte pas l'IA.



    Un rôle essentiel pour l'enseignement supérieur dans la préparation à l'IA : Une majorité de professionnels sont d'accord pour dire que les diplômés d'aujourd'hui devraient être préparés à utiliser l'IA dès leur entrée sur le marché du travail (83 %) et considèrent que l'enseignement supérieur a un rôle essentiel à jouer dans la préparation des futurs diplômés à l'utilisation de l'IA.

    • 74 % des professionnels estiment que les nouveaux diplômés de l'enseignement supérieur devraient déjà avoir une expérience de l'utilisation de l'IA avant d'entrer sur le marché du travail.
    • 88 % pensent que les écoles supérieures et les universités américaines devraient offrir aux étudiants des possibilités d'apprentissage de l'IA et de ses utilisations pratiques.
    • Deux professionnels sur trois (65 %) pensent que les États-Unis deviendront probablement moins compétitifs que d'autres pays si les établissements d'enseignement supérieur et les universités n'offrent pas d'enseignement et de formation spécifiques sur les technologies de l'IA.


    Le sexe comme facteur d'application de l'IA sur le lieu de travail : si les femmes et les hommes partagent de nombreux points de vue sur l'IA sur le lieu de travail et sur le rôle de l'enseignement supérieur dans la préparation des diplômés, l'enquête a révélé des écarts notables entre les sexes en matière d'accès, d'utilisation et d'optimisme.

    • Plus de la moitié des femmes (55 %) affirment que leur organisation ne leur a fourni aucune ressource ou information sur l'IA, contre seulement 43 % des hommes.
    • Seule une femme sur trois (32 %) s'est appuyée sur des mentors ou des ressources professionnelles pour s'informer sur l'utilisation de l'IA dans le cadre de ses fonctions, contre 42 % des hommes.
    • Les femmes sont moins nombreuses à déclarer utiliser l'IA dans leur travail aujourd'hui (41 % contre 47 % des hommes), et elles sont moins nombreuses à se sentir à l'aise pour expliquer l'IA et la manière dont elle peut être utilisée dans leur travail (56 % contre 71 %).
    • Par rapport aux femmes, les professionnels masculins sont plus nombreux à penser que l'IA peut avoir un impact important sur le travail dans leur secteur si elle est utilisée de manière appropriée (76 % contre 68 %).


    "WSU (Washington State University) s'engage à préparer ses étudiants et ses professionnels à l'avenir du travail. Notre rapport révèle que l'IA est déjà une réalité dans de nombreuses industries et secteurs, mais qu'il existe également des lacunes et des défis importants dans son adoption et son utilisation, en particulier pour les femmes", a déclaré Julie Nelsen, professeure adjointe et directrice du Carson College of Business Center for Professional Sales. "Nous encourageons les organisations à créer des ressources et des opportunités d'IA inclusives et accessibles afin de favoriser une culture de curiosité, de collaboration et d'innovation autour de l'IA."

    L'ancienneté sur le lieu de travail et l'engagement envers l'IA : Les professionnels les plus anciens - les hauts responsables et les cadres supérieurs - sont plus engagés dans l'utilisation et l'apprentissage de l'IA, plus optimistes quant à son potentiel au travail et plus unis dans leur sentiment que l'enseignement supérieur devrait préparer les nouveaux diplômés à utiliser l'IA sur le lieu de travail, par rapport aux contributeurs individuels moins anciens (non-managers).

    Par rapport aux contributeurs individuels de niveau inférieur, les cadres supérieurs étaient plus susceptibles de déclarer
    • Avoir reçu des ressources en matière d'IA ou des informations sur l'IA et le travail de la part de leur employeur (68 % contre 36 %).
    • avoir utilisé les ressources fournies par les mentors et les employeurs pour se renseigner sur l'utilisation de l'IA dans le cadre de leurs fonctions (48 % contre 25 %)
    • Se sentir capable d'expliquer l'IA et son utilisation dans le cadre de leur travail (81 % contre 48 %).
    • Croire que l'IA est susceptible de provoquer des changements durables et transformateurs ayant un impact positif sur le travail dans leur secteur (74 % contre 56 %) et sur la fidélisation des employés (39 % contre 20 %).


    À propos de l'enquête

    L'enquête a été menée en ligne par KRC Research, un cabinet d'études de marché, du 28 novembre au 16 décembre 2023, auprès de 1 200 travailleurs professionnels à temps plein aux États-Unis. Tous les répondants sont des adultes qui travaillent dans un secteur de gestion, professionnel ou connexe et qui travaillent au moins 30 heures par semaine dans un rôle qui nécessite de passer au moins une heure chaque jour à utiliser un ordinateur ou un appareil technologique similaire. L'enquête comprend un suréchantillon de 300 professionnels dans les États du nord-ouest du Pacifique (Washington, Oregon et Idaho) ; le suréchantillon et les autres régions géographiques ont été pondérés en fonction des cibles représentatives du recensement américain.

    À propos du Carson College of Business

    Le Carson College of Business de la WSU est accrédité dans toutes les disciplines commerciales au niveau du baccalauréat, de la maîtrise et du doctorat par l'Association to Advance Collegiate Schools of Business (Association pour l'avancement des écoles supérieures de commerce). Les enseignants de toutes les disciplines mènent des recherches scientifiques et appliquées sur le campus principal de Pullman et sur les sites de Vancouver, Everett et Tri-Cities, ainsi que sur le Global Campus. Les activités internationales comprennent des centres universitaires en Chine et en Suisse et des partenariats florissants avec plusieurs écoles dans le monde. Des programmes en ligne innovants complètent les offres en présentiel.

    Source : "2024 Report: AI & Business Readiness" (Washington State University)

    Et vous ?

    Pensez-vous que cette étude est crédible ou pertinente ?
    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi :

    De plus en plus de travailleurs affirment être remplacés par l'intelligence artificielle, alimentant les craintes de voir l'IA générative conduire à un chômage généralisé

    L'IA menace les salaires, pas les emplois jusqu'à présent. Les rapports sur la fin du travail humain par l'IA pourraient être largement exagérés, selon un document de la BCE

    IA et emploi : le PDG d'Indeed déclare que les étudiants pourraient acquérir des compétences qui pourraient devenir « obsolètes », une fois qu'ils seront diplômés, tout cela à cause de l'IA
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #622
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Patrick Ruiz
    Homme Profil pro
    Redacteur web
    Inscrit en
    Février 2017
    Messages
    1 834
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Redacteur web
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : Février 2017
    Messages : 1 834
    Points : 51 335
    Points
    51 335
    Par défaut "L'idée selon laquelle l'IA ne prendra pas les emplois est un mensonge", d'après Donald Clark
    « L’idée selon laquelle l’IA viendra juste rendre les humains plus productifs sans prendre leurs emplois est un mensonge », d’après Donald Clark
    Qui ravive le débat IA : menace ou outil ?

    Bill Gates a procédé à la publication de ses prédictions pour l’année 2024. Un sujet central : l’impact de l’intelligence artificielle sur la société. Deux mots clés dès l’entame de son propos : outil et innovation. Et donc sa vision du futur en une phrase : « Les humains ne perdront pas le contrôle de l’intelligence artificielle. Elle leur servira plutôt d’outil pour améliorer leur productivité et leur capacité à innover. » C’est un avis sujet à controverse. En effet, certains observateurs dont le bloggeur Donald Clark sont d’avis que « l’idée selon laquelle l’intelligence artificielle viendra juste rendre les humains plus productifs sans prendre leurs emplois est un mensonge. »

    « L'idée selon laquelle l'IA ne va pas s’accaparer des emplois est ridicule. Tout d'abord, c'est déjà le cas. Les librairies et le commerce de détail ont tous été durement touchés par Amazon. Nous effectuons désormais nos recherches en ligne et non plus dans les bibliothèques, qui ont donc également été touchées. Les traitements de texte ont détruit les équipes de dactylographes et les tableurs, celles des comptables. Dans le domaine de la traduction, nous assistons déjà à la perte massive d'emplois chez Duolingo et dans toutes les grandes entreprises multilingues du monde. Les sociétés d'enseignement ont été les premières à constater les gains de productivité et ont licencié des milliers de personnes. L'idée qu'il n'y a pas eu ou qu'il n'y aura pas de remplacement d'emplois réels est absurde. C'est une belle phrase à lancer lors de conférences pour obtenir des applaudissements chaleureux, mais elle est dangereusement naïve. Les orateurs ont tendance à vouloir être aimés, plutôt que d'affronter l'inconfortable vérité économique selon laquelle les changements techniques majeurs entraînent TOUJOURS des pertes d'emplois », souligne-t-il.


    C’est une sortie qui fait suite aux conclusions d’une étude de la Washington State University. Cette dernière, menée en collaboration avec KRC Research, examine la préparation des travailleurs professionnels américains à l'utilisation de l'IA sur le lieu de travail. Le rapport a interrogé 1200 adultes travaillant à temps plein aux États-Unis, qui exercent une fonction de direction, une profession libérale ou une activité connexe et qui travaillent avec des ordinateurs ou des appareils technologiques. L'enquête explore la sensibilisation et les attitudes à l'égard de la formation à l'IA et des initiatives de préparation à l'utilisation de l'IA sur le lieu de travail.

    Les principales conclusions en matière d’impact de l’IA sur le lieu de travail sont les suivantes : Plus de la moitié des professionnels américains (56 %) déclarent utiliser l'IA, qu'il s'agisse d'analyser des données à partir de tendances prédites (30 %) ou d'utiliser l'IA générative pour produire du contenu ou des communications (24 %), et bien d'autres choses encore.

    • 72 % pensent que l'IA peut avoir un impact important sur le travail dans leur secteur d'activité si elle est utilisée de manière appropriée.
    • Un peu plus de la moitié des professionnels (52 %) pensent que l'IA est susceptible de présenter des dangers pouvant avoir un impact négatif sur leur organisation et sur la sécurité de l'organisation et des employés.
    • Près de la moitié (49 %) des professionnels déclarent que leur organisation n'a pas fourni de ressources ou d'informations sur l'IA et son utilisation au travail, et près de quatre professionnels sur dix (39 %) n'ont profité d'aucune ressource pour apprendre à utiliser l'IA dans le cadre de leur travail.
    • La moitié des professionnels (51 %) craignent que leur organisation ne prenne du retard dans son secteur si elle n'adopte pas l'IA.



    Quid des développeurs informatique ? Une étude débouche sur la conclusion selon laquelle l’intelligence artificielle générative ne les remplacera pas de sitôt

    Des chercheurs de l'université de Princeton ont développé un cadre d'évaluation basé sur près de 2300 problèmes courants de génie logiciel montés à partir de rapports de bogues et de feature requests soumis sur GitHub afin de tester la performance de divers modèles de grands langages (LLM).

    Les chercheurs ont fourni à différents modèles de langage le problème à résoudre et le code du dépôt. Ils ont ensuite demandé au modèle de produire un correctif réalisable. Ce dernier a ensuite fait l’objet de tests pour s'assurer qu'il était correct. Mais le LLM n'a généré une solution efficace que dans 4 % des cas.

    Nom : 1.png
Affichages : 5075
Taille : 86,1 Ko

    Leur modèle spécialement entraîné, SWE-Llama, n'a pu résoudre que les problèmes d'ingénierie les plus simples présentés sur GitHub, alors que les LLM classiques tels que Claude 2 d'Anthropic et GPT-4 d'OpenAI n'ont pu résoudre que 4,8 % et 1,7 % des problèmes, de façon respective.

    Et l’équipe de recherche de conclure : « le génie logiciel n’est pas simple dans la pratique. La correction d'un bogue peut nécessiter de naviguer dans un grand référentiel, comprendre l'interaction entre des fonctions dans différents fichiers ou repérer une petite erreur dans du code alambiqué. Cela va bien au-delà des tâches de complétion de code. »

    C’est la raison pour laquelle Linux Torvalds a tenu à se désolidariser de tout le battage médiatique autour de l’intelligence artificielle. Il la considère comme un outil au stade actuel de son évolution. Il suggère d’ailleurs la révision de code comme domaine d’application de l’intelligence artificielle. La capacité de l’intelligence artificielle à « deviner » l’intention du développeur lui sera utile pour obtenir du code fiable en un temps réduit. Une condition demeurera toutefois nécessaire : le développeur devra à son tour examiner ce que l’intelligence artificielle lui propose.


    En fait, « le développeur reste l'expert, qui comprend le code et vérifie que ce qui a été synthétisé par l'intelligence artificielle correspond bien à l'intention du développeur », comme le souligne le CEO de GitHub. Grosso modo, l’intelligence artificielle est à un stade d’évolution tel qu’elle ne saurait servir de raccourci à des personnes qui pensent ne plus avoir à faire usage de leur créativité ou de leur esprit critique.

    Même Google le confirme lors de l’annonce selon laquelle son IA Bard peut désormais aider à coder et à créer des fonctions pour Google Sheets : « Bard est encore au stade expérimental et peut parfois fournir des informations inexactes, trompeuses ou fausses tout en les présentant avec assurance. En ce qui concerne le codage, Bard peut vous générer du code qui ne produit pas le résultat escompté, ou vous fournir un code qui n'est pas optimal ou incomplet. Vérifiez toujours les réponses de Bard et testez et examinez soigneusement le code pour détecter les erreurs, les bogues et les vulnérabilités avant de vous y fier. »

    Et vous ?

    Le développeur restera-t-il toujours l'expert qui comprend le code et vérifie que ce qui a été synthétisé par l'intelligence artificielle correspond bien à l'intention du développeur ? L'intelligence artificielle peut-elle finir par atteindre un stade d'évolution qui soit tel que l'intervention humaine ne soit plus requise ?
    Quelles évolutions du métier de développeur entrevoyez-vous dès 2024 au vu de l'adoption de l'intelligence artificielle dans la filière ? Quelles sont celles auxquelles vous assistez déjà du fait de la mise à contribution de l’intelligence artificielle ?

    Source : billet de blog

    Voir aussi :

    « ChatGPT est appelé à changer l'éducation telle que nous la connaissons, pas la détruire comme certains le pensent », affirme Douglas Heaven du MIT Technology Review

    ChatGPT rédige désormais les dissertations des étudiants et l'enseignement supérieur est confronté à un grave problème, la détection des contenus générés par l'IA semble de plus en plus difficile

    51 % des enseignants déclarent utiliser ChatGPT dans le cadre de leur travail, de même que 33 % des élèves, et affirment que l'outil a eu un impact positif sur leur enseignement et leur apprentissage

    Un professeur surprend un étudiant en train de tricher avec le chatbot d'IA ChatGPT : « je suis terrorisé », il estime que ces outils pourraient aggraver la tricherie dans l'enseignement supérieur
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  3. #623
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Décembre 2008
    Messages
    9 580
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 36
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2008
    Messages : 9 580
    Points : 18 464
    Points
    18 464
    Par défaut
    Citation Envoyé par Jade Emy Voir le message
    "Pour les éducateurs, l'évolution de l'IA souligne l'importance de doter nos étudiants d'outils innovants qui remodèlent le travail dans divers secteurs", a déclaré Debbie Compeau, doyenne par intérim du Carson College of Business. "Nous avons constitué un groupe de travail sur l'IA générative afin d'intégrer ces avancées dans nos programmes existants et d'explorer la manière dont l'IA peut transformer l'enseignement des affaires. Lorsque nous embrassons le potentiel de l'IA pour créer de la valeur et transformer le travail - tout en répondant aux préoccupations légitimes concernant son utilisation et son impact - nous créons un environnement d'apprentissage qui permet à nos étudiants d'exceller dans un avenir axé sur l'IA."
    Ça ne sert à rien que trop d'étudiants apprennent à se servir de l'IA, puisqu'avec l'IA il faudra moins d'humains pour réaliser autant de travail.
    Au bout d'un moment ceux qui bossent dans l'IA ne trouveront plus de boulot.

    Si ça se trouve le bon plan c'est de partir totalement à l'opposé.
    L'avenir c'est peut-être l'artisanat sans machine, entièrement fait à la main.
    On ne sait pas, il y aura peut-être des riches près à mettre beaucoup d'argent dans des produits humains.

    Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
    Dans le domaine de la traduction, nous assistons déjà à la perte massive d'emplois chez Duolingo et dans toutes les grandes entreprises multilingues du monde. Les sociétés d'enseignement ont été les premières à constater les gains de productivité et ont licencié des milliers de personnes. L'idée qu'il n'y a pas eu ou qu'il n'y aura pas de remplacement d'emplois réels est absurde. C'est une belle phrase à lancer lors de conférences pour obtenir des applaudissements chaleureux, mais elle est dangereusement naïve. Les orateurs ont tendance à vouloir être aimés, plutôt que d'affronter l'inconfortable vérité économique selon laquelle les changements techniques majeurs entraînent TOUJOURS des pertes d'emplois », souligne-t-il.
    C'est clair que beaucoup de gens vont perdre leur boulot à cause de l'IA.
    Et ils vont galérer à se reconvertir.

    Ce n'est pas dans la conception des IA ou dans la maintenance des robots qu'il y aura beaucoup de boulot.
    Parce qu'il y a besoin de peu d'humains pour faire beaucoup.
    Keith Flint 1969 - 2019

  4. #624
    Membre expérimenté
    Homme Profil pro
    Développeur Java
    Inscrit en
    Mai 2019
    Messages
    477
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Moselle (Lorraine)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur Java

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2019
    Messages : 477
    Points : 1 368
    Points
    1 368
    Par défaut
    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    Ça ne sert à rien que trop d'étudiants apprennent à se servir de l'IA, puisqu'avec l'IA il faudra moins d'humains pour réaliser autant de travail.
    Au bout d'un moment ceux qui bossent dans l'IA ne trouveront plus de boulot.

    Si ça se trouve le bon plan c'est de partir totalement à l'opposé.
    L'avenir c'est peut-être l'artisanat sans machine, entièrement fait à la main.
    On ne sait pas, il y aura peut-être des riches près à mettre beaucoup d'argent dans des produits humains.


    C'est clair que beaucoup de gens vont perdre leur boulot à cause de l'IA.
    Et ils vont galérer à se reconvertir.

    Ce n'est pas dans la conception des IA ou dans la maintenance des robots qu'il y aura beaucoup de boulot.
    Parce qu'il y a besoin de peu d'humains pour faire beaucoup.
    Je me pose quand même la question, toute cette augmentation de productivité, qui va pouvoir en acheter les fruits, si on se retrouve avec des gens sans travail, qui va acheter ce que produit l'IA ?

  5. #625
    Expert confirmé

    Homme Profil pro
    .
    Inscrit en
    Octobre 2019
    Messages
    1 399
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 41
    Localisation : France, Aube (Champagne Ardenne)

    Informations professionnelles :
    Activité : .
    Secteur : Conseil

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2019
    Messages : 1 399
    Points : 5 531
    Points
    5 531
    Par défaut
    Citation Envoyé par L33tige Voir le message
    Je me pose quand même la question, toute cette augmentation de productivité, qui va pouvoir en acheter les fruits, si on se retrouve avec des gens sans travail, qui va acheter ce que produit l'IA ?
    les possédants.
    il faut bien comprendre que la classe moyenne disparait.
    au profit des pauvres et des riches.

    donc les riches vont continuer à consommer. voila pourquoi tu n'a plus que des smartphones de pauvres à 200 balles et des hdg à +1000€
    ou des voitures electrique à 50k-70k.

  6. #626
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Décembre 2008
    Messages
    9 580
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 36
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2008
    Messages : 9 580
    Points : 18 464
    Points
    18 464
    Par défaut
    Citation Envoyé par calvaire Voir le message
    les possédants.
    il faut bien comprendre que la classe moyenne disparait.
    Je pense aussi que la classe moyenne est en train de disparaitre.
    Nous perdons du pouvoir d'achat, nos niveaux de vies se dégradent.

    Profitez d'aujourd'hui demain sera pire.

    Il est possible que dans un futur proche la population humaine diminue. (espérance de vie qui diminue et les gens deviennent stérile)

    Citation Envoyé par calvaire Voir le message
    des smartphones de pauvres à 200 balles et des hdg à +1000€
    Il y a des gens au SMIC qui ont un téléphone à 1000€, ils sont complétement taré les types.

    Citation Envoyé par calvaire Voir le message
    ou des voitures electrique à 50k-70k.
    C'est effectivement un truc de riche.
    Ça a une autonomie faible et une espérance de vie réduite (ça tiendra pas 30 ans et 300 000 km comme une Diesel).

    Les riches peuvent acheter une voiture électrique puisqu'il ont plusieurs grosses voitures thermique à côté.
    Keith Flint 1969 - 2019

  7. #627
    Membre chevronné Avatar de petitours
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement matériel électronique
    Inscrit en
    Février 2003
    Messages
    1 931
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 43
    Localisation : France, Savoie (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement matériel électronique
    Secteur : Industrie

    Informations forums :
    Inscription : Février 2003
    Messages : 1 931
    Points : 1 968
    Points
    1 968
    Par défaut
    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    Il y a des gens au SMIC qui ont un téléphone à 1000€, ils sont complétement taré les types.
    Ils ne sont pas tarés, ils sont tirés vers le bas par des valeurs qui n'ont pas de sens.
    Beaucoup de gens dans la misère ont été précipités dans le trou par cette consommation et ce n'est pas des aides ou des revenus universels qui aident ces gens là, très nombreux ; c'est une épaule, une oreille et une parole bienveillante qui les aide à redonner du sens et une dynamique positive.
    J'en connais un a été technicien usineur en Suisse, qui a acheté une grosse bagnole, consommait dans tous les sens avec son "gros" salaire puis il a eu une fille malade, a du faire de la route et de la route jusqu'à se planter sur la route, a découvert qu'en suisse il n'avait pas de couverture sociale et s'est retrouvé sans un rond pour se soigner... je passe l'histoire sous un pont ; il est aujourd'hui dans une ressourcerie à valoriser les circuits courts et retaper du matériel destiné à la benne, c'est le sens qu'il a découvert et qui je crois le rend heureux aujourd'hui alors qu'il gagne infiniment moins qu'avant.
    Perso je me suis mis à mon compte et je passe beaucoup de temps avec mes gamins + du temps pour des projets énergie citoyen (j'ai arrêté le social, ça me bouffait), je gagne bien 50% de moins que quand j’étais salarié à y a 12ans et je suis bien plus heureux que salarié bien payé et protégé.

    Le pouvoir d'achat c'est ce qui rend malheureux, à regarder ses pieds et ce que le voisin a. Dans les cas où ça rendrait "heureux" on parle de sortir de la misère pas de bien être.
    Il y a 10 sortes de personnes dans le monde : ceux qui comprennent le binaire et les autres

  8. #628
    Membre extrêmement actif Avatar de Jon Shannow
    Homme Profil pro
    Responsable de service informatique
    Inscrit en
    Avril 2011
    Messages
    4 365
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 60
    Localisation : France, Ille et Vilaine (Bretagne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Responsable de service informatique
    Secteur : High Tech - Électronique et micro-électronique

    Informations forums :
    Inscription : Avril 2011
    Messages : 4 365
    Points : 9 674
    Points
    9 674
    Par défaut
    Citation Envoyé par petitours Voir le message
    Ils ne sont pas tarés, ils sont tirés vers le bas par des valeurs qui n'ont pas de sens.
    Beaucoup de gens dans la misère ont été précipités dans le trou par cette consommation et ce n'est pas des aides ou des revenus universels qui aident ces gens là, très nombreux ; c'est une épaule, une oreille et une parole bienveillante qui les aide à redonner du sens et une dynamique positive.
    J'en connais un a été technicien usineur en Suisse, qui a acheté une grosse bagnole, consommait dans tous les sens avec son "gros" salaire puis il a eu une fille malade, a du faire de la route et de la route jusqu'à se planter sur la route, a découvert qu'en suisse il n'avait pas de couverture sociale et s'est retrouvé sans un rond pour se soigner... je passe l'histoire sous un pont ; il est aujourd'hui dans une ressourcerie à valoriser les circuits courts et retaper du matériel destiné à la benne, c'est le sens qu'il a découvert et qui je crois le rend heureux aujourd'hui alors qu'il gagne infiniment moins qu'avant.
    Perso je me suis mis à mon compte et je passe beaucoup de temps avec mes gamins + du temps pour des projets énergie citoyen (j'ai arrêté le social, ça me bouffait), je gagne bien 50% de moins que quand j’étais salarié à y a 12ans et je suis bien plus heureux que salarié bien payé et protégé.

    Le pouvoir d'achat c'est ce qui rend malheureux, à regarder ses pieds et ce que le voisin a. Dans les cas où ça rendrait "heureux" on parle de sortir de la misère pas de bien être.
    L'humain sera plus heureux le jour ou Il mettra le verbe "être" au-dessus du verbe "avoir".
    Au nom du pèze, du fisc et du St Estephe
    Au nom du fric, on baisse son froc...

  9. #629
    Membre chevronné Avatar de petitours
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement matériel électronique
    Inscrit en
    Février 2003
    Messages
    1 931
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 43
    Localisation : France, Savoie (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement matériel électronique
    Secteur : Industrie

    Informations forums :
    Inscription : Février 2003
    Messages : 1 931
    Points : 1 968
    Points
    1 968
    Par défaut
    Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message
    L'humain sera plus heureux le jour ou Il mettra le verbe "être" au-dessus du verbe "avoir".
    c'est tellement vrai. Et ça on a besoin de personne pour le gagner ; ce n'est ni le rôle ni dans les prérogatives de nos dirigeants même si en local beaucoup d'élus ont compris cela et s'impliquent énormément dans ce sens.
    Il y a 10 sortes de personnes dans le monde : ceux qui comprennent le binaire et les autres

  10. #630
    Membre chevronné
    Profil pro
    Développeur Web
    Inscrit en
    Février 2008
    Messages
    2 094
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur Web

    Informations forums :
    Inscription : Février 2008
    Messages : 2 094
    Points : 2 179
    Points
    2 179
    Par défaut
    Citation Envoyé par L33tige Voir le message
    Je me pose quand même la question, toute cette augmentation de productivité, qui va pouvoir en acheter les fruits, si on se retrouve avec des gens sans travail, qui va acheter ce que produit l'IA ?
    Il faut bien voir qu'on se pose cette exacte question depuis le XIXème siècle, et qu'au vu de ce qui s'est passé à l'Assemblée il y a quelques mois, nous n'avons toujours pas appris.

    Le président ne veut pas réformer les retraites, les manifestants ne veulent pas réformer les retraites, personne ne veut réformer. Ah bon, ah ben c'est que tout le monde est satisfait du résultat, alors ?

  11. #631
    Membre expert
    Homme Profil pro
    ingénieur qualité
    Inscrit en
    Mars 2015
    Messages
    1 106
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : ingénieur qualité
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2015
    Messages : 1 106
    Points : 3 390
    Points
    3 390
    Par défaut
    Citation Envoyé par L33tige Voir le message
    Je me pose quand même la question, toute cette augmentation de productivité, qui va pouvoir en acheter les fruits, si on se retrouve avec des gens sans travail, qui va acheter ce que produit l'IA ?
    Citation Envoyé par calvaire Voir le message
    les possédants.
    il faut bien comprendre que la classe moyenne disparait.
    au profit des pauvres et des riches.
    Comme la classe moyenne la moyenne gamme va probablement disparaitre. En vrai elle a déjà disparu pour certains produits.
    Avec des produits de merde qui ne tiennent pas pour les pauvres.
    Et des produits haut de gamme pour les riches. Produits qui ne tiendront pas plus parce qu'une preuve de ta richesse consiste à toujours être au top de la technologie.
    Citation Envoyé par petitours Voir le message
    Le pouvoir d'achat c'est ce qui rend malheureux, à regarder ses pieds et ce que le voisin a. Dans les cas où ça rendrait "heureux" on parle de sortir de la misère pas de bien être.
    Ce n'est pas le pouvoir d'achat qui rend malheureux mais les conventions sociales qui nous encouragent à acheter trop cher pour affirmer un statut social qu'on a pas.
    Citation Envoyé par petitours Voir le message
    [...]ce n'est pas des aides ou des revenus universels qui aident ces gens là, très nombreux[...]
    Et bien je penses que le revenu universel aiderait ces gens parce que son existence amène une refonte de la société et de ses valeurs (raison pour laquelle pas mal de gens sont contre).
    Je connais pas mal de retraités qui continuent de "travailler" mais leur travail est très différent de ce qu'ils faisaient avant pour une raison simple. Leur retraite le permet de vivre (et ce n'est pas le cas de tous les retraités!) et ils ne choisissent pas un travail financièrement efficace mais efficace pour leurs valeurs (entre aide, transmission de savoir, etc).

  12. #632
    Membre chevronné
    Profil pro
    Développeur Web
    Inscrit en
    Février 2008
    Messages
    2 094
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur Web

    Informations forums :
    Inscription : Février 2008
    Messages : 2 094
    Points : 2 179
    Points
    2 179
    Par défaut
    Citation Envoyé par noremorse Voir le message
    D'ici là, je serai à la retraite.....ou pas
    Raté : Macron a eu l'occasion, mais il a refusé de réformer les retraites. Et il a été réélu.

    Donc tu auras mille balles, si c'est avant que ça diminue, et le reste va te passer sous le nez.

    À moins qu'on finisse par se réveiller.

  13. #633
    Membre chevronné
    Profil pro
    Développeur Web
    Inscrit en
    Février 2008
    Messages
    2 094
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur Web

    Informations forums :
    Inscription : Février 2008
    Messages : 2 094
    Points : 2 179
    Points
    2 179
    Par défaut
    Citation Envoyé par L33tige Voir le message
    Je me pose quand même la question, toute cette augmentation de productivité, qui va pouvoir en acheter les fruits, si on se retrouve avec des gens sans travail, qui va acheter ce que produit l'IA ?
    C'est une question du XIXème siècle, et nous avons passé tout le XXème, et particulièrement les 40 dernières années, à faire semblant de ne pas avoir besoin de réponses.

    Et le boomerang nous revient dans la tronche.

  14. #634
    Expert confirmé

    Homme Profil pro
    .
    Inscrit en
    Octobre 2019
    Messages
    1 399
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 41
    Localisation : France, Aube (Champagne Ardenne)

    Informations professionnelles :
    Activité : .
    Secteur : Conseil

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2019
    Messages : 1 399
    Points : 5 531
    Points
    5 531
    Par défaut
    oui enfin avant de dire que les gens dépenses du fric n'importe ou, il serait bon de voir ou passe l'argent:

    déja 60% du salaire (meme le smic) part dans les impots et les taxes.

    dans les 40% restant, 1/3 part dans le loyer
    1/4 dans la voiture, car comme les loyer sont trop cher près de son lieux de travail, il faut une voiture et...une assurance et... payer le gazoil ou la borne de recharge qui taxe à 60%.
    mon assurance (500€/ans dont 120e de taxe...)) me coute plus cher que le prix de ma voiture ou des réparations que je fais dessus sur 1ans.

    enfin le reste part dans l’électricité et le chauffage. Heureusement "grâce" à bruno lemaire, l’électricité n'a pris que 10% et le gaz va augmenter de 5% car les gens ont arrêter d'en consommer .

    au final, un pauvre qui en 10ans a déménager dans un appart pourrave avec un loyer moins cher et ne chauffe plus et utilise juste l’électricité pour allumer une ampoule et le frigo , se retrouve a perdre plus d'argent car le loyer pas cher est devenue plus cher qu'un loyer moyen de gamme de y'a 10ans, l’électricité et le gaz a tellement augmenté que même en consommant rien on se retrouve a payer plus cher que avant quand on consommait.


    et on parle maintenant d'abandonner l'industrie manufacturière pour produire des armes et de lever de faire une levée en masse pour faire des armées citoyennes dans tous les pays européens.
    en en vient rapidement à la conclusion: il faut se barrer de l'occident. le "tier monde" est de plus en plus séduisant. Au moins la bas il fait chaut et y'a du soleil toute l'année, rien que déjà ça c'est bon pour le moral.

    J'en suis a espérer que Donald Trump arrive au pouvoir, pour calmer les va t'en guerre européens. Dans un monde ou c'est Donald Trump qui pronne la paix et la prospérité économique, c'est qu'on a touché le fond.

  15. #635
    Membre chevronné
    Profil pro
    Développeur Web
    Inscrit en
    Février 2008
    Messages
    2 094
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur Web

    Informations forums :
    Inscription : Février 2008
    Messages : 2 094
    Points : 2 179
    Points
    2 179
    Par défaut
    Citation Envoyé par calvaire Voir le message
    et on parle maintenant d'abandonner l'industrie manufacturière pour produire des armes et de lever de faire une levée en masse pour faire des armées citoyennes dans tous les pays européens.
    en en vient rapidement à la conclusion: il faut se barrer de l'occident. le "tier monde" est de plus en plus séduisant. Au moins la bas il fait chaut et y'a du soleil toute l'année, rien que déjà ça c'est bon pour le moral.
    Ça risque bien de se passer comme ça : nous allons tous nous pointer dans le pays des tsunamis.

    Ah oui mais si nous venons avec nos problèmes et qu'ils deviennent ceux du pays d'accueil, est-ce que ça restera intéressant ?

    La démarche est envisagée à plus large échelle : continuer de pourrir notre planète et de la rendre de plus en plus invivable, et se barrer sur une autre laisser les péquenots se débrouiller avec ce qu'on aura laissé.

  16. #636
    Expert confirmé

    Homme Profil pro
    .
    Inscrit en
    Octobre 2019
    Messages
    1 399
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 41
    Localisation : France, Aube (Champagne Ardenne)

    Informations professionnelles :
    Activité : .
    Secteur : Conseil

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2019
    Messages : 1 399
    Points : 5 531
    Points
    5 531
    Par défaut
    j'ai oublié aussi de parlé de la dette 3000 milliards que chaque français devra rembourser. 50000€ par têtes en France.
    mais qui encore augmenté cette année et l'année suivante.

    heureusement que la réforme des retraites a permis d'économiser 10 milliards...rapidement dilapider pour "aider l'ukraine".


    les usa faut pas s'y fier, la situation catastrophique de l'emploi aux USA, valable pour tous les pays occidentaux.
    D'apres Pierre Jovanovic, 62.000 emplois perdus dans les banques occidentales.

    Des tonnes de cas, en vrac :





    En fait les USA sont en recession severe et les chiffres sont ultra maquilles, periode electorale oblige, mais ca se reflete quand meme dans l'emploi, les boites s'alignent sur l'effondrement en cours.

    l'ia n'a rien a voir la dedans.

  17. #637
    Membre chevronné
    Profil pro
    Développeur Web
    Inscrit en
    Février 2008
    Messages
    2 094
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur Web

    Informations forums :
    Inscription : Février 2008
    Messages : 2 094
    Points : 2 179
    Points
    2 179
    Par défaut
    Citation Envoyé par calvaire Voir le message
    j'ai oublié aussi de parlé de la dette 3000 milliards que chaque français devra rembourser. 50000€ par têtes en France.
    mais qui encore augmenté cette année et l'année suivante.


    C'est sûr à 200%.

  18. #638
    Membre chevronné
    Profil pro
    Développeur Web
    Inscrit en
    Février 2008
    Messages
    2 094
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur Web

    Informations forums :
    Inscription : Février 2008
    Messages : 2 094
    Points : 2 179
    Points
    2 179
    Par défaut
    Citation Envoyé par calvaire Voir le message
    J'en suis a espérer que Donald Trump arrive au pouvoir, pour calmer les va t'en guerre européens
    Qu'est-ce que tu penses de ça ?


  19. #639
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Mai 2019
    Messages
    1 838
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2019
    Messages : 1 838
    Points : 36 228
    Points
    36 228
    Par défaut Un économiste du MIT : L'IA pourrait en fait contribuer à la reconstruction de la classe moyenne
    Un économiste du MIT : L'IA pourrait en fait contribuer à la reconstruction de la classe moyenne, elle n'est pas forcément destructrice d'emplois.
    Et offre la possibilité d'étendre notre expert

    Dans son avis, l'économiste du MIT, David Autor, conteste l'idée largement répandue selon laquelle l'intelligence artificielle (IA) serait nécessairement destructive d'emplois. Au contraire, Autor soutient que l'IA pourrait contribuer à la reconstruction de la classe moyenne en élargissant l'accès à des expertises spécialisées. Il met en lumière le fait que la crainte de la diminution des emplois en raison de l'IA est déplacée, car le monde industrialisé est confronté à une pénurie de main-d'œuvre due à des facteurs démographiques.

    Autor explique que l'IA ne va pas simplement automatiser des emplois existants, mais plutôt remodeler la valeur et la nature de l'expertise humaine. Il souligne que l'expertise, définie comme les connaissances ou compétences nécessaires pour accomplir une tâche particulière, est la principale source de valeur du travail dans les économies industrialisées. Il donne l'exemple de métiers similaires, tels que contrôleur aérien et brigadier scolaire, soulignant que la rareté de l'expertise explique les écarts de salaires importants.

    Nom : ia1B.png
Affichages : 28378
Taille : 318,3 Ko

    L'auteur soutient que l'IA offre une opportunité unique d'étendre la pertinence de l'expertise humaine à un plus grand nombre de travailleurs. En permettant aux travailleurs formés d'utiliser l'IA pour la prise de décision, des tâches réservées auparavant à une élite d'experts pourraient être effectuées par un plus grand nombre de personnes. Cela, selon Autor, pourrait contribuer à restaurer le marché du travail composé de travailleurs moyennement qualifiés et de la classe moyenne, qui a été affecté par l'automatisation et la mondialisation.

    L'économiste souligne également que l'IA est un outil, et non un substitut de l'expertise. Il insiste sur le fait que l'utilisation judicieuse de l'IA peut aider les travailleurs qualifiés à accomplir des tâches de plus grande valeur, tout en soulignant que l'IA peut également créer de nouvelles capacités humaines et stimuler la demande pour des expertises encore inconnues. Il met en garde contre une vision déterministe de l'avenir basée sur des inévitabilités technologiques, soulignant que la manière dont l'IA sera utilisée dépend des décisions collectives que la société prendra. Il encourage à maîtriser ces outils et à les utiliser pour améliorer le travail et augmenter les opportunités pour les travailleurs.

    Selon le blogueur Donald Clark, l'idée selon laquelle l'intelligence artificielle ne va pas remplacer les emplois humains et simplement accroître la productivité est fallacieuse. Il souligne que cette affirmation est déjà contredite par des exemples concrets, citant l'impact d'Amazon sur les librairies et le commerce de détail, la transition vers la recherche en ligne au détriment des bibliothèques, et la disparition d'emplois de dactylographes et de comptables due à l'avènement des traitements de texte et des tableurs.

    Clark mentionne également les pertes d'emplois massives dans le domaine de la traduction chez Duolingo et d'autres grandes entreprises multilingues. Il évoque en outre les licenciements massifs dans le secteur de l'enseignement, soulignant que prétendre qu'il n'y aura pas de substitution d'emplois réels est absurde. Selon lui, cette idée est souvent propagée lors de discours pour obtenir des acclamations, mais elle témoigne d'une naïveté dangereuse face à la réalité économique selon laquelle les avancées technologiques majeures entraînent inévitablement des pertes d'emplois.

    Les entreprises technologiques ont déjà supprimé 34 000 emplois depuis le début de l'année pour se tourner vers l'IA. La PDG de United Parcel Service a reconnu que les licenciements massifs étaient en partie attribuables à l'IA, tandis que d'autres sociétés, comme BlackRock, ont annoncé des réductions d'effectifs sans établir explicitement de lien avec l'IA. Les experts estiment que le nombre réel de suppressions d'emplois liées à l'IA est probablement plus élevé que les chiffres officiels. Certaines entreprises, telles qu'IBM, ont déclaré publiquement qu'elles limiteraient les embauches susceptibles d'être remplacées par l'IA.

    Cependant, de nombreuses sociétés opèrent discrètement en ralentissant leurs embauches, et des observateurs avertissent qu'un nombre croissant d'emplois pourraient être éliminés à mesure que l'IA progresse. Bien que certains responsables des ressources humaines voient l'IA comme une opportunité d'amélioration de l'efficacité, d'autres reconnaissent que des emplois seront perdus, tout en soulignant des améliorations possibles. La tension persiste entre les avantages de l'IA pour la productivité et les préoccupations croissantes quant à son impact sur l'emploi.

    L'avenir du travail en péril : Une réalité accentuée par l'avancée de l'IA

    Les décisions que nous prenons aujourd'hui ne façonnent pas seulement les bénéfices du prochain trimestre, mais établissent également les fondations d'un avenir guidé par l'IA qui redéfinit notre manière de travailler. Elon Musk, PDG de Tesla, soutient que l'IA conduira les humains à un stade où « aucun travail ne sera nécessaire ». Des indicateurs suggèrent-ils que cette prédiction est déjà en train de se concrétiser ? Les données médiatisées pourraient laisser penser que c'est le cas.

    « L'IA nous a obligés à le faire » : c'est la nouvelle raison invoquée par les Big Tech pour justifier leurs récents licenciements, lesquels sont désormais présentés comme nécessaires pour rediriger les ressources vers des projets liés à l'intelligence artificielle. Au cours des deux dernières années, les géants de la tech ont licencié des centaines de milliers d'employés dans le but d'économiser des coûts et de réallouer les fonds financiers vers le développement d'outils d'IA destinés à occuper les postes vacants. Les perspectives d'emploi pour la nouvelle année demeurent incertaines, et les analystes redoutent une poursuite de la tendance à la hausse des licenciements.

    L'IA a impacté négativement les opportunités d'emploi dans divers secteurs de l'industrie technologique, notamment pour les ingénieurs logiciels, bien que les compétences en IA restent fortement demandées. Dans une récente interview avec le Premier ministre britannique Rishi Sunak, Elon Musk a proclamé que l'intelligence artificielle était « la force la plus perturbatrice de l'histoire » et a noté qu'« il arrivera un moment où plus aucun emploi ne sera nécessaire". L'année dernière, le parrain de l'IA, Geoffrey Hinton, a conseillé aux gens de « trouver un emploi dans la plomberie ».

    Le message semble clair : pour beaucoup d'entre nous, l'avenir du travail est en péril. Selon un récent sondage Gallup, 75 % des adultes américains pensent que l'IA entraînera une diminution du nombre d'emplois. Selon vous, quel type d'effet l'intelligence artificielle aura-t-elle sur le nombre total d'emplois au cours des dix prochaines années ?

    Nom : Gallup.jpg
Affichages : 7452
Taille : 56,7 Ko

    Selon une étude de Washington State University, l'IA rendra certains emplois obsolètes, et près de la moitié des travailleurs craignent d'être "laissés pour compte" s'ils ne suivent pas le mouvement. « Pour les éducateurs, l'évolution de l'IA souligne l'importance de doter nos étudiants d'outils innovants qui remodèlent le travail dans divers secteurs », a déclaré Debbie Compeau, doyenne par intérim du Carson College of Business.

    « Nous avons constitué un groupe de travail sur l'IA générative afin d'intégrer ces avancées dans nos programmes existants et d'explorer la manière dont l'IA peut transformer l'enseignement des affaires. Lorsque nous embrassons le potentiel de l'IA pour créer de la valeur et transformer le travail - tout en répondant aux préoccupations légitimes concernant son utilisation et son impact - nous créons un environnement d'apprentissage qui permet à nos étudiants d'exceller dans un avenir axé sur l'IA. »

    Mais cette crainte est déplacée indique David Autor

    Selon l’ économiste, le monde industrialisé regorge d'emplois, et cela ne changera pas. De plus, l'IA modifiera le marché du travail, mais pas comme le pensent Musk et Hinton. Elle va plutôt remodeler la valeur et la nature de l'expertise humaine. En d'autres termes, l'expertise désigne les connaissances ou les compétences requises pour accomplir une tâche particulière, comme la prise des signes vitaux, le codage d'une application ou la préparation d'un repas. L'expertise commande une prime de marché si elle est à la fois nécessaire pour atteindre un objectif et relativement rare. Pour paraphraser le personnage de Syndrome dans le film "Les Incroyables", si tout le monde est expert, personne ne l'est.

    L'expertise est la principale source de valeur du travail dans les pays industrialisés. Les emplois qui nécessitent peu de formation ou de certification, tels que les serveurs de restaurant, les concierges, les travailleurs manuels et (même) les gardes d'enfants, se situent généralement au bas de l'échelle des salaires. Prenons par exemple les métiers de contrôleur aérien et de brigadier scolaire. Dans les grandes lignes, il s'agit du même travail : prendre rapidement des décisions de vie ou de mort pour éviter les collisions entre les passagers d'un véhicule et les passants. Mais les contrôleurs aériens percevaient un salaire annuel médian de 132 250 dollars en 2022, soit près de quatre fois le salaire annuel médian de 33 380 dollars des brigadiers scolaires.

    La raison en est l'expertise. Pour devenir contrôleur aérien, il faut des années d'études et d'apprentissage sur le tas - il s'agit d'une compétence rare. À l'inverse, dans la plupart des pays, le métier de brigadier n'exige aucune formation formelle, aucune expertise spécialisée ni aucune certification. La plupart des contrôleurs aériens pourraient répondre à un besoin urgent d'augmentation du nombre de brigadiers, mais l'inverse ne serait pas vrai.

    L'expertise est en constante évolution. Les formes de travail qui, à une époque, représentaient une prime substantielle sur le marché - maréchalerie, composition, piégeage des fourrures, vérification de l'orthographe - sont toutes aujourd'hui soit désuètes, soit automatisées. Parallèlement, bon nombre des emplois les mieux rémunérés dans les économies industrialisées - oncologues, ingénieurs en informatique, juristes spécialisés dans les brevets, thérapeutes, stars de cinéma - n'existaient pas avant que des innovations technologiques ou sociales spécifiques n'en créent le besoin. Mais les domaines d'expertise qui seront éclipsés ou qui gagneront en importance changent d'une époque technologique à l'autre. « L'ère de l'intelligence artificielle annonce une autre transformation de ce type », déclare David Autor.

    L'expertise à l'ère de l'intelligence artificielle

    Comme les révolutions industrielle et informatique avant elle, l'intelligence artificielle marque un point d'inflexion dans la valeur économique de l'expertise humaine. Pour comprendre pourquoi, il faut examiner ce qui distingue l'IA de l'ère informatique que nous sommes en train de laisser derrière nous. Avant l'IA, la principale capacité de l'informatique était l'exécution sans faille et presque sans coût de tâches routinières et procédurales. Son talon d'Achille était son incapacité à maîtriser les tâches non routinières nécessitant des connaissances tacites. Les capacités de l'intelligence artificielle sont précisément l'inverse.

    Par une ironie, l'IA n'est pas digne de confiance avec les faits et les chiffres - elle ne respecte pas les règles. En revanche, elle est remarquablement efficace pour acquérir des connaissances tacites. Plutôt que de s'appuyer sur des procédures codées en dur, l'IA apprend par l'exemple, acquiert une maîtrise sans instruction explicite et acquiert des capacités qu'elle n'a pas été explicitement conçue pour posséder.

    La capacité de l'IA à s'écarter du script, à improviser sur la base de la formation et de l'expérience, lui permet d'exercer un jugement d'expert - une capacité qui, jusqu'à présent, était réservée à une élite d'experts. Bien qu'elle n'en soit qu'à ses débuts, il s'agit là d'un superpouvoir. Au fur et à mesure que la capacité de jugement expert de l'IA deviendra plus fiable, plus incisive et plus accessible dans les années à venir, elle émergera comme une présence quasi omniprésente dans nos vies professionnelles. Son rôle principal sera de conseiller, d'accompagner et d'alerter les décideurs lorsqu'ils appliqueront leur jugement d'expert.

    L'IA comme collaborateur, pas un concurrent

    Dans son analyse approfondie, David Autor explore les transformations fondamentales induites par l'intelligence artificielle sur la valeur économique de l'expertise humaine. Contrairement à la période informatique antérieure, où les systèmes informatiques excellaient dans l'exécution de tâches routinières, l'IA se démarque par sa capacité à acquérir des connaissances tacites et à exercer un jugement d'expert.

    Autor souligne que l'IA ne se limite pas à suivre strictement des procédures codées en dur, mais qu'elle apprend par l'exemple, acquérant ainsi une maîtrise sans instruction explicite. Cette caractéristique lui permet de s'affranchir du script, d'improviser et de prendre des décisions complexes, faisant d'elle un outil puissant pour exercer un jugement expert. L'auteur met également en avant l'idée que l'IA, loin de supplanter l'expertise humaine, pourrait la compléter. En offrant une assistance à la décision en temps réel, elle pourrait permettre à un plus grand nombre de travailleurs non élitistes d'engager des prises de décision cruciales, réduisant ainsi les inégalités et améliorant la qualité des emplois.

    Autor étaye ses arguments avec des exemples concrets, citant les infirmières praticiennes comme un domaine où l'IA pourrait étendre la portée de l'expertise humaine. Il met en lumière des études récentes démontrant que des outils d'IA tels que GitHub Copilot, ChatGPT, et des applications d'IA générative dans le service clientèle ont significativement amélioré la productivité tout en maintenant une complémentarité avec l'expertise humaine.

    Cependant, Autor met en garde contre l'idée que l'IA pourrait rendre l'expertise humaine obsolète. Il souligne que l'expertise demeure cruciale, et bien que l'IA automatise certaines tâches, elle requiert une formation et une acquisition supplémentaire d'expertise pour être utilisée efficacement. En conclusion, l'auteur envisage un avenir où l'IA, en complément de l'expertise humaine, pourrait répondre aux défis de la pénurie de travailleurs dans un contexte de croissance démographique stagnante.

    David Autor déclare: « Plutôt que de catalyser une nouvelle ère d'expertise de masse comme l'avait fait la révolution industrielle, l'informatisation a alimenté une tendance à l'accroissement des inégalités qui dure depuis quatre décennies. » Son analyse suscite des perspectives optimistes quant à l'impact potentiel de l'intelligence artificielle sur l'élargissement de l'accès à des tâches cruciales de prise de décision. Autor suggère que l'IA pourrait permettre à un plus grand nombre de travailleurs, dotés de la formation de base, d'assumer des responsabilités actuellement réservées à une élite d'experts, démocratisant ainsi l'accès à des postes de décision au-delà des barrières traditionnelles.


    Cependant, des voix critiques émergent dans les commentaires, remettant en question la concrétisation de ces avantages potentiels. Certains soulignent que, dans la réalité actuelle, l'IA est souvent perçue comme un simple outil visant à réduire les coûts de main-d'œuvre à court terme, mettant en lumière l'importance des considérations de profit plutôt que le véritable désir d'améliorer la condition des travailleurs.

    Sources : David Autor's blog post, Gallup

    Plus de 20 000 offres d'emploi de Développeur ou en Informatique

    Et vous ?

    Quel est votre avs sur le sujet ?
    Comment percevez-vous l'impact de l'IA sur le monde du travail ?
    Partagez-vous l'opinion selon laquelle l'IA pourrait jouer un rôle dans la reconfiguration de la classe moyenne ?

    Voir aussi :

    L'IA est à l'origine de plus de licenciements que les entreprises ne veulent l'admettre, probablement par crainte des conséquences négatives sur leur réputation

    Les entreprises technologiques ont déjà supprimé 34 000 emplois depuis le début de l'année pour se tourner vers l'IA, afin d'alimenter leur prochaine phase de croissance

    « L'idée selon laquelle l'IA viendra juste rendre les humains plus productifs sans prendre leurs emplois est un mensonge », d'après Donald Clark qui ravive le débat IA : menace ou outil ?

    L'IA menace les emplois en col blanc dans divers secteurs, selon les dirigeants, qui estiment que son évolution rapide signifie que de nombreux emplois pourraient ne jamais réapparaître
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  20. #640
    Membre averti
    Profil pro
    Inscrit en
    Mars 2011
    Messages
    117
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2011
    Messages : 117
    Points : 353
    Points
    353
    Par défaut
    Il y a tellement d'experts qui disent tout et son contraire qu'il y en aura bien un qui finira par avoir raison.

Discussions similaires

  1. Réponses: 0
    Dernier message: 21/09/2023, 22h10
  2. Réponses: 5
    Dernier message: 28/08/2023, 10h32
  3. Réponses: 0
    Dernier message: 02/04/2023, 10h33
  4. Réponses: 0
    Dernier message: 27/06/2022, 11h10
  5. Réponses: 130
    Dernier message: 11/09/2018, 08h48

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo