63 % des informaticiens craignent que l'IA ne prenne leur travail et 56 % d'entre eux pensent que l'IA profite davantage aux employeurs qu'aux employés, selon un rapport d'Ivanti.

Si de nombreux informaticiens voient les avantages de l'IA en termes de productivité, 56 % d'entre eux pensent qu'elle profite davantage aux employeurs qu'aux employés. En outre, 63 % d'entre eux craignent que les outils d'IA générative ne leur prennent leur emploi dans les cinq prochaines années, contre 44 % des employés de bureau en général.

Telles sont quelques-unes des conclusions d'un nouveau rapport d'Ivanti. Ce rapport se penche également sur l'expérience numérique (DEX) et révèle que 58 % des personnes interrogées préfèrent encore traiter avec un humain plutôt qu'avec un chatbot.

"Les organisations du monde entier sont aux prises avec la façon d'optimiser l'expérience numérique des employés (DEX) pour l'ensemble du personnel", déclare Jeff Abbott, PDG d'Ivanti. "Les organisations les plus performantes considèrent le DEX comme un outil puissant pour améliorer l'accessibilité, la fidélisation des employés et la sécurité de leur organisation. Cependant, avec les progrès rapides de l'IA et de l'automatisation, la véritable opportunité DEX consiste pour les organisations à améliorer la productivité, la rapidité et la création de valeur des employés avec la meilleure plateforme de solutions informatiques possible."

Nom : 1.PNG
Affichages : 791
Taille : 211,6 Ko

Parmi les travailleurs du savoir, 78 % déclarent qu'ils pourraient être plus productifs avec différents outils, tandis que 57 % signalent des frictions sérieuses au moins une fois par semaine lors de l'utilisation de la technologie sur le lieu de travail. 17 % déclarent qu'ils ont démissionné à cause d'une mauvaise technologie ou qu'ils envisageraient de le faire, et ce chiffre est presque deux fois plus élevé pour la génération Z. 61 % déclarent que les expériences technologiques négatives affectent le moral des troupes.

Il est intéressant de noter que les professionnels de l'informatique chargés de mettre en œuvre le DEX dans l'entreprise n'en tirent pas toujours les bénéfices. Si la grande majorité d'entre eux (84 %) souhaitent continuer à travailler à distance au moins une partie du temps, ils sont également beaucoup plus susceptibles de rencontrer un large éventail de problèmes technologiques sur leur lieu de travail que les autres employés de bureau.

Parmi les informaticiens interrogés, 85 % passent au moins une partie de la semaine à la maison, mais plus d'un quart d'entre eux (27 %) affirment que leurs outils technologiques ne sont pas aussi efficaces lorsqu'ils travaillent à distance. 39 % se plaignent d'un trop grand nombre de connexions, 47 % d'un trop grand nombre de notifications numériques et 42 % d'un trop grand nombre d'outils/plates-formes requis comme problèmes techniques rencontrés au travail. Par ailleurs, une personne sur cinq déclare ne pas avoir une visibilité totale des applications utilisées par les employés sur leur lieu de travail.

Source : Ivanti

Et vous ?

Pensez-vous que ce rapport est crédible ou pertinent ?
Faut-il craindre que l'IA remplace le travailleur ?

Voir aussi :

« Elle a presque doublé notre charge de travail » : l'IA est censée faciliter les tâches. Ces travailleurs ne sont pas d'accord. Quand l'IA complique le travail au lieu de le simplifier

[URL="https://intelligence-artificielle.developpez.com/actu/345403/L-intelligence-artificielle-generative-va-revolutionner-l-efficacite-au-travail-72-pourcent-des-repondants-declarent-qu-elle-ameliorera-la-productivite-de-maniere-significative-d-apres-une-enquete-de-KPMG/"]L'intelligence artificielle générative va révolutionner l'efficacité au travail, 72 % des répondants déclarent qu'elle améliorera la productivité de manière significative, d'après une enquête de KPMG/URL]

Le développement de l'IA au travail est une menace pour les salariés et les entreprises, pour 65 % des Français d'après un rapport d'Oracle