Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    L'Apec estime que 66 700 cadres informaticiens seront recrutés en 2020
    L'Apec estime que 66 700 cadres informaticiens seront recrutés en 2020,
    et que ces profils seront les plus recherchés par les entreprises

    Le marché de l'emploi cadre semble avoir trouvé un bon rythme. Si l'année 2019 a été marquée par le recrutement record de 281 300 cadres, la tendance pourrait se poursuivre cette année d'après les prévisions de l'Apec (Association pour l'emploi des cadres), publiées le 13 janvier. De plus, l'association estime que la barre des 300 000 cadres embauchés sera dépassée à l'horizon 2021-2022.


    « Indépendamment d'une croissance fluctuante, les entreprises continuent de recruter massivement des cadres. Cette dynamique répond aux transformations qu'elles doivent opérer et qui nécessitent toujours plus d'expertises », a déclaré Bertrand Hébert, directeur général de l'Apec dans un communiqué de presse mis en ligne le lendemain de la publication des prévisions.

    2019 : une année record

    L'année dernière, 281 300 cadres ont été recrutés dans l'Hexagone, soit 6 % de plus par rapport à 2018. Les bonnes performances des services expliquent en grande partie l'atteinte de ce chiffre record. Plus précisément, les activités informatiques, l'ingénierie R&D et les activités juridiques, comptables et de conseil ont représenté à elles seules plus de 25 % des recrutements de cadres sur l'année écoulée.

    Si l'Apec n'a pas donné des détails sur les recrutements par secteurs d'activité en 2019 dans ce rapport, elle avait affirmé en novembre dernier que ce sont les cadres informaticiens qui ont été les plus recherchés par les entreprises, prévoyant entre 58 800 et 63 300 embauches l'année dernière, soit une hausse comprise entre 5 % et 13 % par rapport à 2018.

    Les cadres informaticiens seront toujours les plus recrutés cette année

    En 2020, les profils de cadres informaticiens seront les plus recherchés par les recruteurs, avec 66 700 embauches prévues, soit 23 % de la totalité des embauches des cadres et 15 % de plus qu'en 2019.


    Ces profils sont surtout recherchés par les sociétés du secteur des activités informatiques, juridiques, comptables et de conseil ainsi qu'en banque-assurance.
    En effet, ces entreprises ont besoin des cadres informaticiens puisqu'elles sont confrontées aux enjeux autour de la cybersécurité, le big data et la transformation numérique et digitale.

    Tous les profils bénéficieront de la dynamique de recrutement, en particulier les jeunes diplômés qui représenteront 24 % des embauches prévues au sein des entreprises des activités informatiques et télécommunications.

    Malgré ces chiffres en constante augmentation, aucun signe ne montre que les employeurs ont de meilleures chances de trouver le bon profil. De plus, si l'Apec indique que le taux de chômage des cadres est de 3,8 %, soit moins que la moitié du taux global, Bertrand Hébert précise que seulement la moitié des cadres arrive à atteindre la retraite en emploi.

    Source : Apec (1 et 2)

    Et vous ?

    L'emploi IT a-t-il un bon avenir devant lui sur le long terme ?
    La situation des cadres pourrait-elle s'améliorer grâce à la réforme des retraites en cours de négociation ?

    Voir aussi :

    La difficulté à recruter de bons ingénieurs en informatique résulte-t-elle de la baisse générale du niveau scolaire, notamment, en maths et en sciences ?
    Les entreprises ont-elles de plus en plus de difficultés à recruter des informaticiens ? Le rapport de Pôle Emploi
    Emploi en France : découvrez les cinq profils en informatique identifiés comme les plus pénuriques, par Pipler, Yatedo
    Les langages de programmation et les emplois de développeur qui rapportent le plus selon une étude. Outre le salaire, les développeurs recherchent aussi des options de travail plus flexibles
    Syntec Numérique : 34 000 emplois nets ont été créé en 2018 dans le secteur numérique, des emplois un peu moins concentrés en Île-de-France en 2018 au profit des régions
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre éclairé
    "nécessitent toujours plus d'expertises"

    J'ai lu horaires flexibles.

    Faudrait voir ce chiffre en corrélation avec les non cadres + années d’expériences, parceque c'est à se demander si on recrute pas des cadres justement pour les contraintes en moins niveau horaires que cela comporte coté entreprise.

  3. #3
    Membre éprouvé
    Si il y a une chose qui est sur !!!
    Ce n’est pas sur le site de l’apec , que tu trouveras des offres pour cadres informaticiens !!
    Tu n’a qu’à constater le résultat d’une recherche dans le domaine informatique !!
    Ne pas savoir n’est pas une faute si l’on cherche à combler ses lacunes.

    "Il n'y a pas d'obstacles infranchissables , il y a des volontés plus ou moins énergiques voilà tous" Jules Vernes

  4. #4
    Nouveau Candidat au Club
    Citation Envoyé par denisys Voir le message
    Si il y a une chose qui est sur !!!
    Ce n’est pas sur le site de l’apec , que tu trouveras des offres pour cadres informaticiens !!
    Tu n’a qu’à constater le résultat d’une recherche dans le domaine informatique !!
    Il faudrait peut-être voir à utiliser la fonction recherche avancée et préciser que la recherche porte sur un poste informatique…
    Administrateur système, c'est vague et çà porte à confusion.
    Ingénieur système, c'est déjà beaucoup plus précis !

  5. #5
    Membre extrêmement actif
    L'emploi IT a-t-il un bon avenir devant lui sur le long terme ?

    L'article ne parle que de l'emploi IT des cadres, hors le gros de la "main d’œuvre" n'en sont pas.
    De plus d'après l'article "l'Apec n'a pas donné des détails sur les recrutements par secteurs d'activité en 2019 dans ce rapport", donc j'ai tendance à me méfier d'une étude non sourcé et chiffré qui plus est de l'APEC qui a tendance à ne publier que les informations qui vont dans son sens et selon ses intérêts.

    Sans vouloir être alarmiste sur l'avenir de l'emploi informatique en France, mais j'observe de grosses divergences entre les études que l'on nous montre qui sont pour la plupart encourageante et les faits dans la vie courante (cf.: Salaires, horaires, conditions de travail, ...etc).

    Pour en revenir à l'article, on sait qu'il faut in fine un nombre limité de cadre pour dirigé une équipe d' exécutants, donc on sait déjà que la hausse sera limiter ne serait-ce que pour les cadres (pour les exécutants aussi, mais il en faudra factuellement plus pour faire le job).
    En prenant en compte qu'en France, lorsque, par exemple, un dev évolue, on lui propose systématiquement de devenir manager, chef de projet ou autre, n'ayant rien à voir avec son métier.
    S'ajoute à cela les difficultés des + de 30 ans dans la filière.
    Si vous voulez mon avis, tous ça sens pas bon pour le métier à mon avis (pertes / non transmissions des savoirs métier et autres joyeusetés).

    Bref, entre les formations pas top, le job qui n'arrête pas de changer (techno, mais aussi méthodologie et postes), les + de 30 ans qui ne sont plus ou difficilement embauchable et le fait que dès que quelqu'un devient productif (expérience tous ça), on décide de lui faire faire autre chose qui n'as plus rien à voir (alias "promotion") ou de le virer, je sais pas vous mais j'ai un doute que l'on veuille maintenir une "filière" informatique solide en France.

    La situation des cadres pourrait-elle s'améliorer grâce à la réforme des retraites en cours de négociation ?

    Je vois pas le rapport entre la situation des cadres et "la réforme des retraites" qui ne sert qu'a masquer le faite que le système est en bout de course.
    Je rappelle que bien qu'elle ait été présentée comme un changement structurel devant apporter l'équilibre économique du système, cette reforme ne change en rien la structure du dit système, puisque ce sont toujours les travailleurs qui continue à payer les retraites des retraités à hauteur de leurs cotisations passés sur leurs anciens salaires.
    Ça fonctionne quand il y a beaucoup plus de travailleurs que de retraités, mais pas l'inverse.
    Or on ce trouve justement dans le cas ou le système est garantie de ne plus fonctionner et on sais déjà que ça ne va faire qu'empirer.
    Bref, on va payer leurs incompétences avec de la dette, mais jusqu'à quand ça va passer ?
    Ça seules les banques pourrons nous le dire .

  6. #6
    Expert éminent sénior
    Citation Envoyé par defZero Voir le message

    Je vois pas le rapport entre la situation des cadres et "la réforme des retraites" qui ne sert qu'a masquer le faite que le système est en bout de course.
    Le rapport qu'il y a ? C'est que les deux caisses des cadres l'AGIRC et l'ARCCO vont fusionner avec le régime général et étant donné que ces deux caisses étaient bénéficiaires, que l'on me confirme ou pas, ça va boucher les trous on va dire du régime général.
    Ce qui fait que les cadres qui bossent plus de 50 heures par semaine vont cotiser pour les autres voilà le rapport.
    La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne.
    La pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi.
    ( A Einstein)

  7. #7
    Membre confirmé
    Citation Envoyé par tootip Voir le message
    Il faudrait peut-être voir à utiliser la fonction recherche avancée et préciser que la recherche porte sur un poste informatique…
    Quelque soit le filtre, ça va être dur d'atteindre les 66 000 postes sur le site de l'Apec
    surtout que maintenant il n'y a que des SSII sur ce site, donc il faut diviser le nombre affiché

  8. #8
    Expert éminent
    Le chiffre est en effet clairement surévalué avec plein de boîtes qui vont proposer un poste qui pointe sur la même mission.

  9. #9
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par Mat.M Voir le message
    Le rapport qu'il y a ? C'est que les deux caisses des cadres l'AGIRC et l'ARCCO vont fusionner avec le régime général et étant donné que ces deux caisses étaient bénéficiaires, que l'on me confirme ou pas, ça va boucher les trous on va dire du régime général.
    Ce qui fait que les cadres qui bossent plus de 50 heures par semaine vont cotiser pour les autres voilà le rapport.
    Oui, sauf que dans notre système les travailleurs / cadres / indépendants, ...etc (mettez votre régime ici ) paient déjà pour les retraités actuels.
    Tant que le nombre de cotisants est bien supérieur aux nombre de bénéficiaires, ça va, mais comme démographiquement parlant on se dirige (enfin, tous les pays dit "développé") dans l'autre sens et ce quelque soit le régime, avec ou sans cette réforme notre système ne peut pas tenir, c'est un fait.
    Par contre on est bien d'accord que ce que notre gouvernement nous fait, revient à amortir le déclin systémique en distribuant les pertes, pas à le corriger.

    Enfin, ce que tu insinue est très dangereux dans le sens ou ça revient à dire "chacun pour sa gueule".
    Tant que ça fonctionne à peu prêt pour toi, ça va, mais quand tu va basculer de l'autre côté, ne pense pas être bien accueilli.

    Et puis, ça revient aux même que ce que réclames tous les autres systèmes spéciaux bénéficiaire, soit privatiser les gains a quelques bénéficiaires de régimes spéciaux, tant que tout va bien et dans le future, mutualiser les pertes.
    Oui, ne croyez pas que parce que certains régimes sont bénéficiaires actuellement, ils le resteront "ad vitam" et le jours ou ils seront en "perte de vitesse", vous serez bien comptant que le gouvernement prenne les pertes à sont compte pour que vous puissiez toucher vos retraites.

    Ah oui et dans 50-60 ans quand on va venir réduire votre retraite, ne soyez pas étonné, sauf nouveau "baby boom" ce sera normale.

    P.S. : La retraite, c'est quand même un système spéciale.
    Disons que je fasse les bonnes écoles, par ce que j'ai les moyens et / ou les capacités.
    Ensuite j'aurais un boulot qui paye bien et si tout va bien j'engrangerais du capitale pendant ma carrière.
    Enfin, une fois la retraite arrivé et avec tout mon capitale engrangé, j’aurais une pension conséquente indexé sur ce que je touchais en tant que travailleur et donc totalement décorréler de l'argent disponible à ce moment là dans les caisses.

    Ce n'est peut être que moi, mais niveau justice sociale, égalité de traitement, ...etc et surtout, niveau logique, c'est zéro pointé.

  10. #10
    Membre émérite
    Bonsoir,

    A 50 ans, je resonde le marché depuis la semaine dernière: sur le site de l'Apec je note qu'il y a une très bonne consultation des Cvs et cela me semble positif.

    En informatique, ce qui nous sauve et que certes, la compétition est importante mais un commercial qui a faim c'est un commercial qui fera tout pour placer un candidat et vu le nombre de sociétés de services et de placement, nous avons de la chance.

    L'âge n'est pas forcément un problème car quand on est vieux on peut se vendre plus facilement par le biais du portage salarial.

    A+

  11. #11
    Expert confirmé
    Citation Envoyé par defZero Voir le message

    P.S. : Les actions, c'est quand même un système spéciale.
    Disons que je fasse les bonnes écoles, par ce que j'ai les moyens et / ou les capacités.
    Ensuite j'aurais un boulot qui paye bien et si tout va bien j'engrangerais du capitale pendant ma carrière.
    Enfin, une fois que j’arrête de bosser et avec tout mon capitale engrangé, j’aurais des dividendes conséquents indexés sur le travail des plus jeunes et donc totalement dé-corréler de mon travail d'antan.
    J'ai fait une modification de ton texte, perso je trouve pas ça moins "spéciale" .