Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1101
    Membre éclairé
    En soi l'avis est intéressant mais à nuancer car les situations d'expat sont rarement la réalité du pays qui les accueille (2 fois le salaire moyen US dans ce qu'il poste, informatique donc certainement boite correct avec les plans adéquats).

    Est ce que c'est la réalité du plus grand nombre ?
    “Some of those that work forces, are the same that burn crosses.”

  2. #1102
    Rédacteur

    ha mince un coming out !!!!

    Citation Envoyé par ElementaryJoe Voir le message
    Le fameux argument de la santé.
    J'aimerais que tu me dise, combien de fois par an, tu va au médecin ?
    Vous venez de dévoiler une partie de votre vie intime en nous informant que vous et votre médecin aviez des relations sexuelles... En effet, il existe une différence sensible entre aller au médecin et aller chez le médecin. La vache va au taureau, histoire de faire de petits veaux et chez le vétérinaire pour se soigner....



    Cet argument tiens uniquement pour ceux ayant des problèmes de santé et pour les aléas de la vie.

    L'argument de la santé en France, c'est le même principe de l'arnaque à l'assurance.
    Pour être plus clair, tu va payer une assurance toute ta vie, pour au final soit ne jamais l'utiliser, soit, lorsque tu va l'utiliser, ne pas pouvoir réellement en profiter puisque celle-ci trouvera bien une raison de ne pas pouvoir être appliquée.

    Effectivement, aux US, tu as une police d'assurance, ce qui est à mon sens plus sensé.
    Entre avoir ton salaire x5 voir x10 et avoir l'inverse en France puisque tout part dans des charges qui au final sont mal utilisée, il y a clairement un faussée.
    Sachez que pour le traitement d'un cancer, le coût moyen direct en santé est de 100 000 € en France et 400 000 e aux USA.
    https://www.lesechos.fr/2017/09/canc...tements-182868
    Même si vous gagnez 10 fois plus au USA, vous n'aurez jamais les moyens d'avoir cette somme sur le laps de temps du traitement.
    En imaginant que vous soyez payé 4 000 € net par mois en France et 40 000 € aux USA, il vous restera 2 800 € après impôt en France et 24 000 aux USA '40 % d'impôt max)...
    Sans assurance vous ne pourrez pas payer les 400 000 € du traitement de chimio qui est de quelques mois. Faites le calcul sur 9 mois (grand max) cela représente près de 45 000 € par mois... Plus que votre salaire... et pendant ce temps, vous ne pouvez travailler, donc plus de revenu...
    C'est pourquoi toutes les assurances aux USA sont limitées dans le temps et le montant des remboursements, alors qu'en France il n'y a aucune limite...


    Je comprends parfaitement ton argument car tu es né dans ce système, et je suis loin de dire que les US sont un paradis, bien au contraire.
    Je me réfère au sujet: L'argent.

    Concernant le prix d'un médecin aux US, ça n'est pas exacte.
    Ma dernière consultations aux USA, il y a 10 ans pour une violente rhinopharyngite, c'était 125 $... et dans un centre médical...

    A +
    Cette signature n'a pas pu être affichée car elle comporte des erreurs.

  3. #1103
    Membre habitué
    Citation Envoyé par SQLpro Voir le message
    ha mince un coming out !!!!



    Vous venez de dévoiler une partie de votre vie intime en nous informant que vous et votre médecin aviez des relations sexuelles... En effet, il existe une différence sensible entre aller au médecin et aller chez le médecin. La vache va au taureau, histoire de faire de petits veaux et chez le vétérinaire pour se soigner....

    Sachez que pour le traitement d'un cancer, le coût moyen direct en santé est de 100 000 € en France et 400 000 e aux USA.
    https://www.lesechos.fr/2017/09/canc...tements-182868
    Même si vous gagnez 10 fois plus au USA, vous n'aurez jamais les moyens d'avoir cette somme sur le laps de temps du traitement.
    En imaginant que vous soyez payé 4 000 € net par mois en France et 40 000 € aux USA, il vous restera 2 800 € après impôt en France et 24 000 aux USA '40 % d'impôt max)...
    Sans assurance vous ne pourrez pas payer les 400 000 € du traitement de chimio qui est de quelques mois. Faites le calcul sur 9 mois (grand max) cela représente près de 45 000 € par mois... Plus que votre salaire... et pendant ce temps, vous ne pouvez travailler, donc plus de revenu...
    C'est pourquoi toutes les assurances aux USA sont limitées dans le temps et le montant des remboursements, alors qu'en France il n'y a aucune limite...Ma dernière consultations aux USA, il y a 10 ans pour une violente rhinopharyngite, c'était 125 $... et dans un centre médical...

    A +
    L'homophobie est donc votre seul argument, qui, dans votre tête, semble valable ? comment donner de la considération à une personne qui prouve dès son introduction qu'elle est idiote.

    Admettons, que j'oublie cela, "Sachez que pour le traitement d'un cancer, le coût moyen direct en santé est de 100 000 € en France et 400 000 e aux USA."

    Mais, honnêtement, mettez y les pieds au moins. Moi j'y vis depuis 2003, donc je me permets en connaissance de cause de commenter ici quand je vois des ineptie étant donné que je continue de travailler aussi sur du secteur Français.
    Peu importe le coût moyen, cela pourrait être un milliard de $, ça ne changerais rien, c'est votre assurance qui prends cela en charge. Vous comprenez ?
    Vous savez, le truc que vous payez et qui trouve toujours une excuse pour ne pas fonctionner lorsque vous en avez besoin en France ?

    Mais admettons, de toute manière, je ne suis pas là à faire l'éloge des US, il est clair que ça n'est pas un modèle non plus, je suis dans la continuité de l'article, l'argent, une fois de plus.
    Le système de sante, encore une fois, n'est pas un argument recevable, pour la simple raison qu'en France, vous êtes prélevés des sommes astronomiques pour une chose que vous utilisez peu voir jamais.

    Cela s'appelle une arnaque.
    Vous payez dans la prévision de l'une des seules choses qui arrivent le moins souvent.

    Le fameux, seul et unique argument opposé à toutes ces charges injustifiées en France qui est le système de santé et le pire des arguments à évoquer par la faiblesse de cet argument et malgré tout, vous réitérer et aimez cela.

    C'est comme ci demain le futur président Français disait, on va mettre une taxe à la météorite, il y en a une qui est tombée durant le jurassique, on ne sais jamais, alors vous serez prélevée 40% de votre salaire car si cela arrive, vous serez bien content d'avoir de l'aide du pays le jour ou ça arrivera !

    En attendant, cela n'arrive pas, ça vous pompe de manière injustifiée votre salaire et à la fin au delà de vous asphyxier ça empêche les initiatives qui se retrouves bloquées par le manque de moyens.

    Lors-qu’effectivement, par malheur il vous arrive de devoir aller à l’hôpital, le système Français devient utile, et le ratio / proportion de la population Française est donc mal équilibré compte tenu de cela, pour avoir à payer ce que vous coûtez.

    La seule et unique réalité pour le soi disant système de santé dont on a vite vu les limites avec le COVID, dont on vois les limites tous les jours avec les grèves constante depuis sa mise en place, est que c'est le piège à con idéale.

    Preuves en est, vous le défendez comme un veau décérébré ...

    Pour finir, le problème de la France, est que les charges sont beaucoup trop élevée. Si ces charges étaient réellement justifiées et était le fruit de calcul adaptées de manières constantes à la réalité de ce pays, alors les entreprises n'userais pas de malice pour pouvoir ne pas les payer, et le fait de les forcer à payer ces charges complètement WTF va juste faire fuir des entreprises qui clairement pèse à elles seules plus que toute la France.

    C'est la réalité du monde, on est pas chez les bisounours à coup de "on a notre système de santé nous au moins, peu importe si il me reste deux euros à la fin du mois", en attendant, moi, j'ai quasiment 8000 euros par mois alors qu'en France pour le même travail j'aurais moins de 3000. Et l'argument que j'entends aussi souvent qui est, ici il y a la retraite... Oui c'est sur, avec tes 750 euros de retraites par mois, tu vas aller loin lol.

    A moins que tu ne vives jusqu'à 150 ans, sachant que ta retraite tu l'a a 64 ans, ce qui est déjà pas mal avancé pour ne pas y passer deux ans après ta retraite, tu aura bien travailler toute ta vie à être pris pour un con.

    Bien sur, j'extrapole volontaire le trait afin de pousser au débat, pour autant, la réalité est belle et bien celle-ci, trop de charges, tue les charges.

  4. #1104
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par ElementaryJoe Voir le message
    Le système de sante, encore une fois, n'est pas un argument recevable, pour la simple raison qu'en France, vous êtes prélevés des sommes astronomiques pour une chose que vous utilisez peu voir jamais.

    Cela s'appelle une arnaque.
    Vous payez dans la prévision de l'une des seules choses qui arrivent le moins souvent.
    Tu n'as donc pas non plus d'assurance auto ? Sinon j'espère que tu la rentabilises en ayant au moins un accident ou deux par an.

    Tu as un point de vue incroyablement puéril et naïf. La sécurité sociale aux USA fonctionne pour les gens qui ont du bol, ou le mérite peut-être de ton point de vue, de naître dans la bonne famille, au bon endroit. Ou alors pour ceux qui ont le grand mérite, là aussi, de ne jamais tomber malade, de ne jamais avoir d'accident grave. On paie pour les autres parce que l'autre, ça peut éventuellement être nous-même. Après si tu as une méthode pour calculer exactement combien de frais de santé sur toute une vie ça risque d'intéresser un paquet de gens, je te conseille de faire brevet le concept.
    Citation Envoyé par Un expert en programmation
    D'ailleurs il croit toujours que le JS c'est de la POO

  5. #1105
    Membre actif
    ben la loi du plus fort est toujours la meilleur rien de neuf sous le soleil

  6. #1106
    Nouveau Candidat au Club
    Il faut résister et graver dans le marbre cette taxe GAFA
    Oui il faut graver cette taxe GAFA dans le marbre.
    C'est peut être rien pour certain mais c'est un tournant historique dans la répartitions des richesse d'aujourd'hui en France mais demain dans le monde.
    C'est pour cela qu'Amazon ne veux rien lâcher car il sont conscient que l'Europe va suivre et les autres continent aussi.

    Mais ce qui est rigolo c'est que ce système de répartitions des richesses va sauver leur modèle économique de demain.
    Et c'est pour cela que certains de la GAFA accepte, peut être aussi qu'il sont moins directement toucher de front

    Dans tous les cas Amazone ferait mieux de mettre de l'eau dans son vin car sur le marcher il y d'autre expéditeur (chine), et web-commerce (chine) qui fleurissent et taxer ses clients, c'est en perdre une partie.
    En plus un nouveau modèle de vente émerge, le commerce local qui pour moi va prendre son essor (car écologique) , car on l'oublie mais la taxe carbone a été mis en suspend mais on y passera un jour c'est certains.

    Il pourrait disparaitre aussi vite qui sont arrivé 1997 c'est pas si vieux 23ans pour une entreprise.

  7. #1107
    Membre habitué
    incomparable comparution
    Les réactions le clament: le régime de santé comme celui qui règle l'activité des entreprises ne relèvent pas des mêmes prémisses mais dans les deux cas la conclusion est une disparité chronique des traitements et de la répartition des richesses. Que ce soit à l'échelle de l'individu ou de l'entreprise, aux USA ou en Europe dans une situation critique le pauvre sera toujours plus pauvre et le riche le restera davantage (cqfd). La situation des GAFA ne peut pas être accueillie de la même façon d'un côté comme de l'autre de l'Atlantique sans discussion préalable (le texte) et la position inflexible de l'Europe n'est qu'une traduction de l'éloignement des liens qu'entretiennent les populations (les péons) avec ces multinationales et d'avec celles-ci: fort, notamment comme des acteurs prégnant lors de la pandémie (véritables prospectus du déficit, commercial(amazon), social(facebook), culturel(google), bureautique(apple et microsoft)...).
    Comparaison n'est pas raison et même si la conclusion des américains peut choquer la sensibilité européenne il ne faut pas en déduire qu'ils protègent leurs paroissiens.
    En l'occurrence les dissonances sont réciproques quand aux valeurs du système de santé (littéralement incapable de venir au secours des populations bien que dévoué) comme de celle des entreprises (système D, hubris,...): ces gafa méritent peut-être de s'arrêter quelques instants, le temps du covid, sur leur bénéfice (on parle d'externalités positives), avant d'être obnubilé par leur coût (manque à gagner), en terme d'économie de l'environnement et de sa valeur ainsi que celle du paysage. C'est un véritable travail d'écriture qu'il reste à faire, pas une transcription des lois existantes.

  8. #1108
    Chroniqueur Actualités

    Les États-Unis annoncent, mais reportent des représailles contre la taxe numérique française
    Les États-Unis annoncent, mais reportent des représailles contre la taxe numérique française,
    Ils pourraient imposer des droits de douane sur environ 500 millions de dollars de produits français

    Ce jeudi, Robert Lighthizer, le représentant américain au Commerce, a déclaré que l'administration Trump annoncera des actions contre la France au sujet de sa taxe numérique des multinationales de la technologie, mais les reportera. Au même moment, la France reporte la perception des impôts des entreprises technologiques américaines. Les actions, qui devraient être annoncées ce vendredi sont liées à une enquête américaine en vertu de l'article 301 sur la taxe numérique en France, qui, selon Washington, discrimine les entreprises technologiques américaines telles que Google, Facebook et Apple Inc.

    Fin janvier, 137 pays s’étaient entendus pour aboutir d’ici à la fin 2020 à un accord sur la taxation des multinationales de la technologie, sous l’égide de l’OCDE. Mais Washington avait déclaré qu'il se retirait des négociations avec les pays européens sur les nouvelles règles fiscales internationales concernant les entreprises numériques, affirmant que les pourparlers n'avaient pas progressé. Ce retrait a suscité de nombreuses réactions de la part des dirigeants européens. Pour Paris, cette décision de quitter les discussions mondiales sur la façon de taxer les grandes entreprises numériques telles que Google, Amazon et Facebook était une « provocation » et l'UE a déclaré qu'elle pouvait imposer des taxes même si aucun accord n'était conclu d'ici la fin de l'année.


    L’administration Trump avait en effet fait savoir que les États-Unis avaient décidé de « faire une pause dans les pourparlers de l’OCDE sur la fiscalité internationale au moment où les gouvernements du monde entier se concentrent sur la réponse à la pandémie de covid-19 et sur la réouverture en toute sécurité de leurs économies », selon un communiqué de Monica Crowley, chargée des affaires publiques. Les négociations visent à parvenir à un accord d'ici la fin de 2020, mais cette échéance est désormais hors de portée avec la dernière initiative de Washington et l'élection présidentielle américaine de novembre, selon Reuters.

    « Nous allons prendre certaines sanctions contre la France », a déclaré Lighthizer lors d'un événement en ligne organisé par le think tank basé à Londres Chatham House. Les responsables de la délégation de l'Union européenne et de l'ambassade de France à Washington n'étaient pas immédiatement disponibles pour commenter. Selon Reuters, une source proche du dossier aurait déclaré que le Bureau du représentant américain au commerce (USTR) pourrait annoncer ce vendredi une action se réservant le droit d'imposer des droits de douane sur environ 500 millions de dollars de produits français qui figuraient sur une liste plus longue publiée en décembre, tout en différant la mise en œuvre.

    En décembre, l'USTR avait déclaré qu'il pourrait imposer des droits punitifs allant jusqu'à 100 % sur 2,4 milliards de dollars d'importations en provenance de France, y compris des produits tels que le champagne, les sacs à main et le fromage, après avoir conclu que la taxe française nuirait aux entreprises technologiques américaines. La liste ciblait certains produits qui ont été épargnés par les droits de douane de 25 % imposés par les États-Unis sur les subventions accordées par l'Union européenne, notamment les vins mousseux, les sacs à main et autres.

    Cette question sera abordée lors des réunions des ministres des Finances des économies avancées du Groupe des Sept et du Groupe des 20 grandes économies au cours des prochaines semaines. Pour rappel, la taxe française applique un prélèvement de 3 % sur les revenus des services numériques perçus en France par les entreprises dont le chiffre d'affaires dépasse 25 millions d'euros (28 millions de dollars) en France et 750 millions d'euros dans le monde. La France s’est engagée dans une initiative nationale en début 2019 lorsque les tentatives de l’UE s’enlisaient à cause de l’opposition à la réforme de certains États membres. Mais une taxe numérique nationale, sans accord mondial, ne tente plus certains États européens.

    Source : Reuters

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi

    Taxe numérique : voici la liste des 29 entreprises qui seraient concernées par la mesure française d'après un cabinet d'étude

    Les États-Unis jugent la taxe GAFA française « extrêmement discriminatoire » et menacent la France d'une riposte

    La taxe sur le numérique publiée au Journal officiel sans contrôle du Conseil constitutionnel malgré la promesse de Bruno Le Maire

    Trump affirme que les USA pourraient taxer le vin français en représailles de la taxe numérique dont l'équité est remise en doute par l'USTR
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  9. #1109
    Membre expert
    Bonjour,

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Au final la taxation de biens manufacturés sera plus pénalisante pour la France qu des services numériques US . Si la France s'acharne a faire cavalier seul, cela sera se tirer une balle dans le pied. Pas le choix , besoin d'une taxe EU pour peser plus lourd. Un agglomérat de pays ne peut pas se laisser faire face à un pays poids lourd ...

  10. #1110
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par tanaka59 Voir le message
    Pas le choix , besoin d'une taxe EU pour peser plus lourd.
    C'est impossible car dans le protocole actuel les lois qui concernent la fiscalité sont voté à l'unanimité, ce qui signifie que sur 27 pays, si un pays dit non, la loi ne passe pas.
    Il y a des paradis fiscaux membre de l'UE qui aiment bien être arrangeant avec les grosses entreprises :
    • Luxembourg
    • Irlande
    • Pays-Bas
    • Irlande
    • Malte
    • Chypre

    Donc après l'Irlande peut aller voir un pays comme la Bulgarie et lui dire "je te file 50€ si tu votes contre le projet de loi" et voilà ! La loi ne passe pas.

    Le Luxembourg, l'Irlande et les Pays-Bas continueront à convaincre les grosses entreprises d'organiser leur déficit en France pour envoyer l'argent chez eux, là où le taux d'imposition est personnalisé.

    =====
    Edit :
    Justement en parlant de fiscalité au sein de l'UE :
    L’élection de l’Irlandais Donohoe à l’Eurogroupe, une défaite pour la France et l’Allemagne
    Il y a néanmoins un dossier sur lequel le ministre de l’économie irlandais fait nettement moins l’unanimité en Europe : la fiscalité. Vigoureusement opposé à l’idée d’une taxe européenne sur les géants du numérique, il a été l’une des personnes-clés qui ont fait capoter le projet.
    Keith Flint 1969 - 2019

  11. #1111
    Chroniqueur Actualités

    Les USA annoncent des taxes supplémentaires de 25 % sur les produits français après l'adoption de la taxe GAFA
    Les États-Unis annoncent des taxes supplémentaires de 25 % sur les produits français suite à l'adoption de la taxe GAFA,
    des mesures de rétorsion qui sont reportées de six mois

    Pour avoir instauré une taxe sur les grandes enseignes technologiques américaines, l'administration Trump a annoncé vendredi 10 juillet des mesures de rétorsion visant des produits français : des taxes supplémentaires de 25% sur les cosmétiques, les sacs à main et autres produits d'importations en provenance de la France, ce qui représente 1,3 milliard de dollars (environ 1,15 milliard d’euros). D'autres produits emblématiques, tels que le champagne, le camembert ou le roquefort sont épargnés par ce nouveau droit de douane.

    Cependant, l'administration a décidé de geler l'application de cette nouvelle taxe de 180 jours (six mois) pour permettre de trouver une résolution négociée au conflit.

    « Le bureau du représentant américain au commerce a décidé aujourd’hui d’imposer des droits de douane supplémentaires de 25 % sur les produits français d’une valeur commerciale de 1,3 milliard de dollars en réponse à l’adoption par la France d’une taxe sur les services numériques qui cible injustement les entreprises de technologie numérique américaines », ont annoncé les services de Robert Lighthizer, le représentant américain au commerce.

    Et d'expliquer « qu'afin de laisser plus de temps pour tenter de résoudre ce litige, notamment par le biais de discussions en cours au sein de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), et en reconnaissance de l’accord de la France de retarder la perception de sa taxe jusqu’à la fin de l’année, le représentant au commerce a décidé de suspendre l’application de ces droits de douane supplémentaires pendant cent quatre-vingts jours », selon l’administration américaine.

    Cette décision d'attendre une discussion au sein de l'OCDE reflète également l’accord de la France de différer la perception de sa taxe de 3 % sur les services numériques. En effet, à l’automne 2019, le dossier semblait sur la voie d’une résolution diplomatique. Le projet d’accord prévoyait alors de laisser en place le nouvel impôt français sur l’activité des grands groupes de technologie jusqu’à l’entrée en vigueur d’un nouveau plan fiscal international négocié dans le cadre de l’OCDE. Celui-ci a pour objectif de mieux appréhender les activités des entreprises de ce secteur dont les substantiels profits échappent à de nombreux fiscs dans le monde. Mais ces discussions multilatérales ont, pour l’heure, échoué.

    Une mesure adoptée en représailles

    Le Parlement français avait définitivement adopté, le 11 juillet 2019, l’instauration d’une taxe dite taxe GAFA, faisant de la France un pays pionnier en matière d’imposition des « GAFA » et autres multinationales accusées d’évasion fiscale. La veille, les États-Unis ont lancé une enquête menée en vertu de l'article 301 aux États-Unis. L’enquête du bureau du représentant américain au commerce (USTR) s’était achevée en janvier et avait conclu que la taxe était « déraisonnable » et discriminatoire à l’égard des entreprises américaines telles que Google, Facebook et Apple Inc. Elle a été suivie d’une période de commentaires et de demandes d’exemptions pour certaines marchandises, qui vient donc de s’achever.


    Rappelons que sur Twitter, Donald Trump, qui a pris des mesures tarifaires agressives contre ses alliés et ses rivaux, avait menacé de droits de douane à 100 % sur les produits français, notamment les fromages, les produits de beauté et les sacs à main. « La France vient d'imposer une taxe numérique à nos grandes entreprises technologiques américaines. Si quelqu'un les taxe, cela devrait être leur pays d'origine, les États-Unis. Nous annoncerons sous peu une action réciproque substantielle sur la folie de Macron. J'ai toujours dit que le vin américain était meilleur que le vin français! », avait-il déclaré en juillet.

    La France et d'autres pays considèrent les taxes sur les services numériques comme un moyen d'augmenter les revenus des opérations locales des grandes entreprises technologiques qui, selon eux, profitent énormément des marchés locaux tout en ne contribuant que de manière limitée aux coffres publics. Le représentant américain au commerce, Robert Lighthizer, a dévoilé pour la première fois jeudi son intention d'imposer de nouveaux tarifs sur les produits français avec mise en œuvre différée. Les 1,3 milliard de dollars de marchandises font partie d'une liste publiée pour la première fois par l'USTR en décembre.

    Les États-Unis ont lancé des enquêtes similaires au titre de l'article 301 sur les taxes sur les services numériques adoptées ou envisagées par 10 autres pays, dont la Grande-Bretagne, l'Inde et la Turquie, ce qui pourrait entraîner des droits de douane sur leurs marchandises.

    Les pourparlers de l'OCDE visant à développer une solution multilatérale pour taxer les services numériques n'ont donné aucun résultat, les négociations étant compliquées par la pandémie de coronavirus. Le mois dernier, le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, a surpris les pays européens en suggérant une pause dans les pourparlers de l'OCDE étant donné le manque de progrès sur ce dossier.

    Le FMI appelle à la résolution du conflit, mais l'Europe pourrait proposer une solution en cas d'échec des pourparlers à l'OCDE

    Vendredi, le Fonds monétaire international (FMI) a exhorté à un accord pour résoudre ce conflit. Dans un entretien avec l’Agence France-Presse (AFP), Vitor Gaspar, directeur du département des affaires fiscales du FMI, a déclaré : « Il est très important d’éviter les guerres commerciales, il est important d’éviter les guerres sur les fiscalités ». Et de poursuivre en disant « un accord serait très important (…) pour l’économie mondiale », ne manquant pas de souligner que réduire le plus possible l’évasion fiscale permettrait aux États de trouver de nouvelles sources de revenus et réduire ainsi leur dette publique.

    Selon lui, la démarche amorcée dans le cadre de l’OCDE était « très importante, dans la mesure où il y a une perception selon laquelle des entreprises extrêmement profitables et qui rayonnent à l’échelle mondiale ne paient pas leur juste part en matière de fiscalité ». « Il y a la perception que le système de fiscalité internationale qui avait été négocié dans le cadre de la Société des Nations il y a environ cent ans n’est plus adapté à son objectif », a-t-il poursuivi.

    Un porte-parole de l'Union européenne a déclaré à Reuters plus tôt que Bruxelles pourrait proposer sa propre solution si les pourparlers de l'OCDE ne parvenaient pas à un accord. Il a exhorté Washington à reprendre les pourparlers.

    Source : Reuters

    Voir aussi :

    USA : les amendements au projet de loi EARN IT donnent aux États le pouvoir de restreindre le chiffrement, des défenseurs des droits numériques appellent les Sénateurs à le supprimer
    USA : des chercheurs affirment que l'outil de vote en ligne OmniBallot utilisé dans 5 États présente des risques de sécurité, les fraudeurs peuvent falsifier les bulletins de vote sans être détectés
    Loi contre la haine en ligne : l'EFF, la FABA USA et Nadine Strossen s'inquiètent à leur tour d'un risque d'autocensure, résultant de l'instauration du non-retrait comme nouveau délit
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  12. #1112
    Membre extrêmement actif
    Eh bien laissons-le jouer à bébé pas content dans son coin encore un peu. Quand il aura taxé l'ensemble de la planète et qu'il ne restera plus que des produits américains sur le marché, les gens en auront peut-être marre et ne voteront plus pour ce dégénéré.
    Citation Envoyé par Un expert en programmation
    D'ailleurs il croit toujours que le JS c'est de la POO

  13. #1113
    Membre extrêmement actif
    Comme disait Monsieur François Mitterrand :
    « La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l’Amérique. Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique, une guerre sans mort apparemment. Oui, ils sont très durs les Américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde. C’est une guerre inconnue, une guerre permanente, sans mort apparemment et pourtant une guerre à mort. »

    Les USA ne sont pas nos amis. On sera toujours en guerre contre eux.
    Keith Flint 1969 - 2019

###raw>template_hook.ano_emploi###