IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #21
    Expert éminent sénior

    Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    novembre 2006
    Messages
    7 359
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France, Rhône (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2006
    Messages : 7 359
    Points : 16 971
    Points
    16 971
    Par défaut
    Citation Envoyé par Jarodd Voir le message
    Donc parce qu'il y a eu un crack il y a 15 ans (justifié selon moi, avec de nombreuses sociétés qui ont levé des fonds sur du vent), il ne faudrait rien retenter ? Je suis désolé que tu aies fait 6 mois de chômage. Mais c'est une raison pour ne rien faire, ne rien tenter ? Parce des chômeurs il y en a des millions, et c'est justement par des initiatives (publies comme privées) qu'on aura moins de chômeurs...

    .
    Rien tenter ce n'est pas ce que j'ai voulu signifier
    Disons qu'il faut faire preuve un peu de prudence.
    Il y a des start-up pour un peu n'importe quoi
    Mais la personne qui pense avoir un bon projet il faut lui dire "fonce !"
    Qu'est ce qui est petit et marron ? Un marron ( Kaamelott)

  2. #22
    Expert éminent sénior
    Profil pro
    Inscrit en
    décembre 2007
    Messages
    6 457
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2007
    Messages : 6 457
    Points : 30 207
    Points
    30 207
    Par défaut
    Citation Envoyé par Mat.M Voir le message
    (.../...)
    Mais la personne qui pense avoir un bon projet il faut lui dire "fonce !"
    Il faut surtout ne pas lui dire "si tu te plantes, c'est que tu est nul, donc personne ne voudra plus jamais de toi". Parceque bon, les gens que je connais qui sont passés par des start-ups et qui n'ont pas fait fortune, se font systématiquement tailler là-dessus en entretien(même si parfois ils arrivent à compenser quand même).
    Les 4 règles d'airain du développement informatique sont, d'après Michael C. Kasten :
    1)on ne peut pas établir un chiffrage tant qu'on a pas finalisé la conception
    2)on ne peut pas finaliser la conception tant qu'on a pas complètement compris toutes les exigences
    3)le temps de comprendre toutes les exigences, le projet est terminé
    4)le temps de terminer le projet, les exigences ont changé
    Et le serment de non-allégiance :
    Je promets de n’exclure aucune idée sur la base de sa source mais de donner toute la considération nécessaire aux idées de toutes les écoles ou lignes de pensées afin de trouver celle qui est la mieux adaptée à une situation donnée.

  3. #23
    Expert éminent sénior

    Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    novembre 2006
    Messages
    7 359
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France, Rhône (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2006
    Messages : 7 359
    Points : 16 971
    Points
    16 971
    Par défaut
    Citation Envoyé par el_slapper Voir le message
    Il faut surtout ne pas lui dire "si tu te plantes, c'est que tu est nul, donc personne ne voudra plus jamais de toi". Parceque bon, les gens que je connais qui sont passés par des start-ups et qui n'ont pas fait fortune, se font systématiquement tailler là-dessus en entretien(même si parfois ils arrivent à compenser quand même).
    ok mais je n'ai pas voulu écrire cela.
    Ce que j'ai voulu signifier ( certainement que cela a été mal rédigé) c'est qu'il faut faire attention où on va, faire preuve de réalisme et de pragmatisme
    Contrairement au discours ambiant qui sublime les entrepreneurs de Start-Up,l'air de dire que tout ce qui vient de la Silicon Valley c'est génial...
    moi j'écris qu'il faut juste du gros bon sens , faire attention où on va parce que si tu montes une start-up mais que tu n'as pas de rentrées d'argent eh bien tu risques d'y laisser ta chemise;c'est de la bête économie d'entreprise or le discours ambiant tend à totalement occulter cela

    Pour finir je m'échine à écrire ( comme je l'ai écris maintes fois dans le forum programmation jeux vidéos) c'est que être bon ou être mauvais en hi-tech/informatique ça ne veut absolument plus rien dire maintenant....
    si tu est nul tu peux toujours t'améliorer en faisant preuve de motivation
    Remember le slogan politique d'Obama "Yes We Can" en trois mots ça veut tout dire
    or en France on est encore totalement bloqué là-dessus,la mentalité française c'est l'Académisme,le prix de l'excellence,la sélection par les diplômes...
    Qu'est ce qui est petit et marron ? Un marron ( Kaamelott)

  4. #24
    Expert éminent sénior

    Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    novembre 2006
    Messages
    7 359
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France, Rhône (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2006
    Messages : 7 359
    Points : 16 971
    Points
    16 971
    Par défaut
    Citation Envoyé par fredoche Voir le message
    Mais le gros du business se fait surtout à paris, et à paris aussi il y a des pépinières technologiques. J'ai rencontré par exemple les gens d'Exalead il y a plus de 10 ans dans l'une d'elle.
    Même époque j'ai rencontré les gens de Lucid'IT à Nancy dans une pépinière financée par la ville, le département, la région. Des bonnes idées, des moyens, des gens intelligents, soutien anvar et tout et tout, mais ils sont morts depuis 5 ans au moins.
    merci pour ce témoignage intéressant.
    Ceci dit ce que je ne comprends pas c'est pourquoi les start-ups françaises ne percent pas à l'International..
    comme tu l'écris si bien c'est qu'elles attendent peut-être que tout vienne d'en haut
    Qu'est ce qui est petit et marron ? Un marron ( Kaamelott)

  5. #25
    Membre expert
    Profil pro
    Inscrit en
    décembre 2003
    Messages
    1 590
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2003
    Messages : 1 590
    Points : 3 750
    Points
    3 750
    Par défaut
    Je ne sais pas honnêtement pour l'international

    Toutes ces facilités et les éventuelles subventions ou participations apportées par les collectivités et les institutions sont une forme de financement en soi.

    Ensuite l'entreprise doit rencontrer un marché, faire du développement.
    Je ne sais pas quelle est la réalité de la connexion des acteurs publics avec cette logique de marché. Je pense qu'ils en sont très éloignés.

    Ca devient gênant quand de l'argent public devient investi à perte, sous forme de prêt non remboursable en cas d'échec, ou sous d'autres formes

    Tu peux faire des recherches sur "réussite Oséo Anvar" avec l'ami google, tu y liras des choses sympathiques.

    Je pense que les "business angels " qui risquent leur propre fric sont certainement plus lucides sur qui/quoi investir.
    Tandis que ceux du secteur public ont rarement une culture d'entreprise mais plutôt un parcours de fonctionnaire ou bien de copinage/parrainage/pistonnage et se contente de distribuer l'argent du contribuable, de la collectivité. Ils n'ont aucun enjeu personnel, aucun risque, et leur implication au risque de l'argent public investi est nul.

    A noter que mon poste à sa création devait être financé par l'ANVAR Bourgogne. Ils ont finalement refusé ce financement, je n'étais pas BAC +5 (licence de psycho, ce qui ne devait rien arranger) et ils ne tenaient pas compte de mon expérience professionnelle, de mon parcours ou de la qualification du poste que j'occupais.
    Sauf que 11 ans après je suis bel et bien toujours en poste, que l'entreprise s'est développée sur mes seules compétences, qu'elle existe toujours et qu'elle est rentable.

  6. #26
    Futur Membre du Club
    Femme Profil pro
    Analyste d'exploitation
    Inscrit en
    novembre 2014
    Messages
    1
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : France, Loire Atlantique (Pays de la Loire)

    Informations professionnelles :
    Activité : Analyste d'exploitation
    Secteur : Conseil

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2014
    Messages : 1
    Points : 6
    Points
    6
    Par défaut quelle honte !!!!!
    qu'est-ce que c'est que ce gouvernement qui oublie de défendre la langue francaise et privilégie l'anglais dès lors qu'il faut lancer de nouveaux projets et labels....avec l'autre brasseur de vent à la marinière, Pellerin a aussi fait la promotion de l'a "silver Economy", des MOOCS, du FUN...entre autre; jamais on aura vu un gouvernement piétiner autant la culture francaise et notre identité...honte à eux !...est-ce que cela viendrait du fait qu'ils ont fait l'ENA, science po ou l'ESSEC où l'enseignement est essentiellement en anglais ?....ce n'est pas en allant dans le sens du monde anglo-saxon que nous irons mieux et que la croissance repartira, bien au contraire car à chaque fois que l'on valorise l'anglais au détriment du francais on leur donne des débouchés supplémentaires car l'économie c'est une grosse part de culture, mais bon on doit pas apprendre cela à l'ENA (?).
    Après on pourra toujours parler de la "touche francaise", mais celle-ci n'existera plus dans quelques générations car elle est intimement liée à la culture et à la langue principaux vecteurs de l'imaginaire francais.....difficile à comprendre pour des gouvernants anglophiles adulant le modèle libéral anglo-saxon.

  7. #27
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    5 822
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 5 822
    Points : 145 691
    Points
    145 691
    Par défaut Axelle Lemaire annonce le French Tech Visa qui ambitionne d'attirer entrepreneurs
    Axelle Lemaire annonce le French Tech Visa qui ambitionne d'attirer entrepreneurs,
    talents mais également investisseurs dans l'Hexagone

    Le Demo Day est un programme de 12 mois, avec un soutien financier pouvant atteindre 25 000 euros qui a su attirer 22 entreprises, dont 18 ont continué leur activité dans l'Hexagone. À l’occasion du Demo Day des start-ups internationales du French Tech Ticket dont l’objectif est d’attirer des entrepreneurs étrangers en France, Axelle Lemaire a annoncé la création du « French Tech Visa ». Ce dernier va faire partie intégrante du « passeport talent » qui a été lancé en automne 2016. Pour rappel, cette carte de séjour disposant d’une procédure simplifiée d’une durée maximale de 4 ans, renouvelables et avec accueil possible du conjoint, a pour objectif de rendre plus lisible le droit au séjour des talents que la France veut accueillir en plus grand nombre. Elle concerne 10 catégories qui correspondent aux réalités économiques actuelles :
    • les jeunes diplômés qualifiés salariés ou salariés d’une jeune entreprise innovante ;
    • les travailleurs hautement qualifiés (carte bleue européenne) ;
    • les salariés en mission ;
    • les chercheurs ;
    • les créateurs d’entreprise ;
    • les porteurs d’un projet économique innovant ;
    • les investisseurs économiques ;
    • les mandataires sociaux ;
    • les artistes interprètes ;
    • les étrangers ayant une renommée nationale ou internationale (domaine scientifique, littéraire, artistique, intellectuel, éducatif ou sportif).

    « Dans ce contexte tendu en matière d’immigration, en matière de sécurité, il y a une nécessité politique à affirmer un message pas facile à faire entendre : la France veut attirer des créateurs. Nous avons lancé le French Tech Ticket, nous avons lancé en octobre dernier le passeport talent, et bien aujourd’hui les deux programmes vont se marier en quelque sorte », a déclaré la ministre. Elle explique que le French Tech Ticket va entrer dans un programme plus large qui s’appelle le French Tech Visas qui va concerner également les artistes, les designers, les architectes, des salariés d’entreprises privées qui veulent venir en France avec un projet créatif et qui sont considérés comme talentueux dans leur domaine.

    La ministre n’a pas manqué de souligner le caractère flexible du nombre de places disponibles : « c’est plus de 100 personnes que nous pourrions accueillir avec le French Tech Visa, mais ce pourrait être 1000, ce pourrait être 2000. En fait le nombre n’est pas décidé à l’avance » a-t-elle expliqué, promettant un « accès premium à notre pays » si les talents venaient à opter pour aller en France.

    Axelle Lemaire a rappelé que la French Tech est une politique d’accompagnement étant donné que l’outil est décentralisé et qu’il s’agit plus d’une manière de dire aux entrepreneurs « vous avez les clés de la maison, dites-nous ce dont vous avez besoin ».Elle a rappelé que la première promotion (2014 - 2015) disposait de 48 startups, la seconde disposait de 66 et les candidatures de la promo 2016 - 2017 continue d’être déposées. Pour souligner l’impact de la French Tech, elle a rappelé que « depuis cette promotion (2015 - 2016), 1123 emplois nets ont été créés. Parmi ces entreprises, 5 d’entre elles ont levé chacune plus de 15 millions d’euros et en moyenne chacune de ces entreprises a connu une croissance du chiffre d’affaires de 186 % ».


    Parlant de la French Tech, le président François Hollande n’a pas manqué de donner quelques statistiques : « l’année dernière, nous avions fixé le nombre de places à 50 et nous avons reçu 1400 candidats, un véritable concours. Et cette année, nous avons voulu aller plus loin et avons multiplié par 4 le nombre de visas et de bourses. Il y a donc 200 lauréats qui ont été retenus pour 2700 candidats issus de 90 pays, notamment d’Inde, des États-Unis, du Brésil, de Russie, du Royaume-Uni ». Le chef de l’État a assuré que la French Tech est un signe d'ouverture sur le monde, une manifestation d’une France ouverte qui considère que le monde peut lui apporter beaucoup comme elle peut également contribuer à l’avenir du monde.

    site dédié French Tech Visa

    Source : Vidéo des allocutions

    Et vous ?

    Que pensez-vous de cette initiative ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

Discussions similaires

  1. Réponses: 2
    Dernier message: 14/10/2011, 18h40
  2. Réponses: 0
    Dernier message: 14/10/2011, 16h01
  3. Réponses: 0
    Dernier message: 28/09/2010, 00h24
  4. Réponses: 0
    Dernier message: 01/06/2010, 16h28

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo