Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Responsable .NET

    Le W3C valide une spécification sur la confidentialité des internautes proposée par Microsoft
    Le W3C publie la proposition du standard "Do Not Track"
    Et pose dans deux brouillons les fondements de la protection anti-traçage publicitaire

    Mise à jour du 15 novembre 2011 par Idelways


    Les premiers objectifs sont atteints par le groupe de travail « Tracking Protection » du W3C, dédié à la standardisation d'une solution de protection antitraçage publicitaire.

    Créé à l'initiative « Do Not Track » de Microsoft et Mozilla, le groupe du consortium mondial vient de publier deux brouillons de spécifications que les éditeurs de navigateurs et créateurs de sites devront implémenter à terme pour rendre l'utilisation du Web plus privée et plus sûre.

    Pour mémoire, « Do Not Track » vise à donner aux internautes le choix d'exclure leurs données personnelles et leurs habitudes de navigation en ligne du suivi des régies publicitaires, des firmes marketing et des sites Web de manière générale.

    « Nous savons qu'il y a plusieurs types d'utilisateurs. Certains sont enthousiastes aux avantages des services Web personnalisés, tandis que d'autres passent leur confidentialité avant tout le reste, explique Aleecia M. Mcdonald, chercheuse en sécurité à la fondation Mozilla et co-présidente du groupe Track Protection. Do Not Track donne le contrôle aux utilisateurs, de sorte qu'ils peuvent déterminer les compromis qui leur conviennent », souligne-t-elle.

    Le premier brouillon « Tracking Preference Expression » définit les mécanismes techniques qui permettent aux utilisateurs d'exprimer leurs préférences en terme de suivi. Il définit de même le standard permettant aux sites Web de signaler s'ils honorent les préférences des utilisateurs et de quelle manière ils le font.

    Sont aussi définis par ce brouillon les en-têtes HTTP envoyés par le navigateur aux sites, et l'interface du DOM HTML qui permettra aux scripts clients de lire ces préférences.

    Moins technique, le second brouillon, appelé « Tracking Compliance and Scope » (suivi de conformité et de la portée), pose et définit les fondements des préférences DNT (Do Not Track) et exprime clairement les pratiques auxquelles doivent se conformer les sites Web.

    15 organisations ont participé à l'élaboration de ce standard. Tous les éditeurs des navigateurs majeurs y sont désormais représentés. Google, Apple et Opera Software ne boudent plus cette initiative.

    La version finale du standard devrait sortir à l'été 2012.


    Détails de Tracking Preference Expression (DNT)
    Détails de Tracking Compliance and Scope

    Source : l'annonce du W3C

    Et vous ?

    Que pensez-vous de cette nouvelle proposition de standard ?
    Do Not Track saura-t-il s'imposer ?



    Le W3C crée un groupe de travail de protection anti-traçage
    Google et Opera continuent de tourner le dos à la standardisation de Do Not Track

    Mise à jour du 12 septembre 2011 par Idelways


    Après l'appel à candidature, le W3C annonce la création du groupe de travail « Tracking Protection » dans le cadre de ses efforts pour standardiser les solutions qui permettent à l'utilisateur de choisir de ne plus être suivi par sa présence en ligne.

    Parallèlement, la fondation Mozilla couronne sa proposition Do Not Track (DNT) par la publication de la première édition du « Guide de terrain de Do Not Track », une collection d'études de cas, tutoriels, exemples de code et documents de référence sur la proposition et le débat qui l'entoure.

    Ce guide sera d'ailleurs l'un des premiers documents de contribution au nouveau groupe de travail, de concert avec la spécification Web Tracking Protection soumise et validée par Microsoft (lire ci-devant) et les rapports de la Commission fédérale de commerce américaine (FTC)...

    Une participation que le groupe de travail cherche à enrichir, par l'implication d'autres acteurs majeurs du Web, comme Google, pour qui le marketing ciblé et l'analyse comportementale sont le cœur de métier, et qui fait cavalier seul, avec sa propre implémentation sur Chrome et s'oppose activement à une loi « Do Not Track ».

    Le groupe sera coprésidé par Aleecia M. McDonald, qui a récemment rejoint la fondation Mozilla en tant que Chercheur principal en confidentialité, et un autre responsable qui n'a pas encore été nommé.

    Une réunion téléphonique est prévue pour le 14 septembre en préparation du premier meeting qui aura lieu le 21 et 22 septembre prochain.

    « Notre tâche ici est d'offrir un ensemble de standards qui permettent aux individus de manifester leurs choix et préférences concernant le suivi en ligne, et offrir plus de transparences au sujet des activités de traçage pour les utilisateurs », résume le consortium sur son Blog.

    Le groupe W3C se montre conscient qu'il joue actuellement l'avenir du potentiel futur standard tel qu'il a été proposé par Microsoft et Mozilla :

    « L’élément déterminant dans le succès d'un groupe est d'avoir une large participation, nous attendons avec impatience de compter parmi nous des éditeurs de navigateurs, moteurs de recherche, réseaux de publicité, autorités de régulation, participants de la société civile et beaucoup d'autres parties qui veulent s'impliquer dans le travail que nous allons accomplir », invite le W3C.


    Source : Blog du W3C

    Et vous ?

    Que pensez-vous de l'évolution de cette spécification au sein du W3C ?
    Google, Opera et autres vont-ils d'après vous finir par rejoindre ces efforts et implémenter le standard ?
    Ou y-a-t-il beaucoup trop d'enjeux pour le confier à un organisme non lucratif ?



    Le W3C valide une nouvelle spécification proposée par Microsoft
    Pour lutter contre le traçage des internautes


    Un nouveau standard Web, fondé sur la fonctionnalité « Tracking protection » d'Internet Explorer 9 pour aider les utilisateurs à mieux contrôler le traçage de leur activité en ligne, avait été proposée par Microsoft au W3C. Elle vient d'être validée.

    Dans un billet, Microsoft affirme que l’organisme de normalisation responsable de la définition des standards du Web a récemment porté son attention sur la protection de la vie privée en ligne et a trouvé sa proposition « opportune et en phase avec ses propres objectifs et priorités ».

    Pour Dean Hachamovitch, vice-président du développement d’Internet Explorer, cette nouvelle norme aura pour but de rendre la protection de la vie privée accessible à tous : « la présentation du contrôle de la confidentialité de Microsoft au W3C veille à ce que la protection soit entièrement interopérable et utilisée universellement. Microsoft estime que tous les utilisateurs devraient avoir la possibilité de contrôler leur expérience en ligne ».

    La spécification « Web Tracking protection » soumise par Microsoft s'appuie sur une fonctionnalité de contrôle du traçage via les cookies présente dans IE9 (le « Tracking protection » donc) et la transmission des préférences des utilisateurs par en-tête HTTP aux sites Web.

    En quelque sorte une combinaison de « Tracking protection » et du « Do Not Track » de Mozilla.

    Pour mémoire la fonctionnalité « Tracking protection » de IE9 utilise une liste (la « Tracking Protection List (TPL) ») prédéfinie de sites s'engageant à respecter la confidentialité voulue par les internautes.

    La validation de la spécification par le W3C annonce le début des travaux de normalisation pour ce nouveau standard.

    Quant à la date de fin de ces travaux, bien heureux celui qui pourrait en donner une estimation.

    Source : Documents de soumission du W3C, Microsoft

    Et vous ?

    Que pensez-vous de cette nouvelle spécification ?
    Vous souhaitez participer aux rubriques .NET ? Contactez-moi

    Si déboguer est l’art de corriger les bugs, alors programmer est l’art d’en faire
    Mon blog, Mes articles, Me suivre sur Twitter
    En posant correctement votre problème, on trouve la moitié de la solution

  2. #2
    Membre chevronné
    C'est une bonne chose.
    Mais Google et Mozilla ont-ils aussi demandé une validation du W3C pour leur système ou c'est que Microsoft ?
    If it's free, you are not the customer, you are the product.

  3. #3
    Rédacteur

    Citation Envoyé par Neko Voir le message
    C'est une bonne chose.
    Mais Google et Mozilla ont-ils aussi demandé une validation du W3C pour leur système ou c'est que Microsoft ?

    Ils n'ont rien demandé car il n'ont rien d'équivalent.
    Les règles du forum
    Le trio magique : FAQ + Cours + fonction rechercher
    Mes articles
    Pas de questions par messages privés svp

    Software is never finished, only abandoned.

  4. #4
    Membre régulier
    Si je comprend bien, il s'agit d'une spécification qui valide que... le site s'est engagé à respecter la privacy ?
    Des gens comme vous vous parlent de leurs journées. Leurs problèmes, leurs solutions sont ils les mêmes que les vôtre ?

  5. #5
    Expert éminent sénior
    Le W3C crée un groupe de travail de protection anti-traçage
    Google et Opera continuent de tourner le dos à la standardisation de Do Not Track

    Mise à jour du 12 septembre 2011 par Idelways


    Après l'appel à candidature, le W3C annonce la création du groupe de travail « Tracking Protection » dans le cadre de ses efforts pour standardiser les solutions qui permettent à l'utilisateur de choisir de ne plus être suivi par sa présence en ligne.

    Parallèlement, la fondation Mozilla couronne sa proposition Do Not Track (DNT) par la publication de la première édition du « Guide de terrain de Do Not Track », une collection d'études de cas, tutoriaux, exemples de code et documents de références sur la proposition et le débat qui l'entoure.

    Ce guide sera d'ailleurs l'un des premiers documents de contribution au nouveau groupe de travail, de concert avec la spécification Web Tracking Protection soumise et validée par Microsoft (lire ci-devant) et les rapports de la Commission fédérale de commerce américaine (FTC)...

    Une participation que le groupe de travail cherche à enrichir, par l'implication d'autres acteurs majeurs du Web, comme Google, pour qui le marketing ciblé et d'analyse comportementale sont au coeur de métier, et qui fait cavalier seul, avec sa propre implémentation sur Chrome et s'oppose activement à une loi « Do Not Track ».

    Le groupe sera coprésidé par Aleecia M. McDonald, qui a récemment rejoint la fondation Mozilla en tant que Chercheur principal en confidentialité, et un autre responsable qui n'a pas encore été nommé.

    Une réunion téléphonique est prévue pour le 14 septembre en préparation du premier meeting qui aura lieu le 21 et 22 septembre prochain.

    « Notre tâche ici est d'offrir un ensemble de standards qui permettent aux individus de manifester leurs choix et préférences concernant le suivi en ligne, et offrir plus de transparences au sujet des activités de traçage pour les utilisateurs », résume le consortium sur son Blog.

    Le groupe W3C se montre conscient qu'il joue actuellement l'avenir du potentiel futur standard tel qu'il a été proposé par Microsoft et Mozilla :

    « L’élément déterminant dans le succès d'un groupe est d'avoir une large participation, nous attendons avec impatience de compter parmi nous des éditeurs de navigateurs, moteurs de recherche, réseau de publicité, autorités de régulation, participants de la société civile et beaucoup d'autres parties qui veulent s'impliquer dans le travail que nous allons accomplir », invite le W3C.


    Source : Blog du W3C

    Et vous ?

    Que pensez-vous de l'évolution de cette spécification au sein du W3C ?
    Google, Opera et autres vont-ils d'après vous finir par rejoindre ces efforts et implémenter le standard ?
    Ou y’a-t-il beaucoup trop d'enjeux à confier à un organisme non lucratif ?

  6. #6
    Membre émérite
    Autant que Google ça me surprenne pas, autant je suis surpris qu'Opera soie contre.
    Car c'est bien ce que je comprend quand je lis le sous-titre "tourne le dos".
    D'un autre côté, il n'y à rien dans l'article qui parle de leur attitude, pourrait-on avoir quelques infos de ce côté ci?

    En tout cas, une norme pour éviter d'être tracé est une excellente chose. Ca me fait sourire que ce soit MS qui aie proposé ça, alors que si je me souviens bien, il y a quelques années, ils mettaient des espions dans windows

    Ils ont changé on dirait... Le vent qui tourne?

  7. #7
    Expert éminent sénior
    Le W3C publie la proposition du standard "Do Not Track", et pose les fondements de la protection anti-traçage
    Le W3C publie la proposition du standard "Do Not Track"
    Et pose dans deux brouillons les fondements de la protection anti-traçage publicitaire

    Mise à jour du 15 novembre 2011 par Idelways


    Les premiers résultats sont atteints par le groupe de travail « Tracking Protection » du W3C, dédié à la standardisation d'une solution de protection antitraçage publicitaire.

    Créé à l'initiative « Do Not Track » de Microsoft et Mozilla, le groupe du consortium mondial vient de publier deux brouillons de spécifications que les éditeurs de navigateurs et créateurs de sites devront implémenter à terme pour rendre l'utilisation du Web plus privée et plus sûre.

    Pour mémoire, « Do Not Track » vise à donner aux internautes le choix d'exclure leurs données personnelles et leurs habitudes de navigation en ligne du suivi des régies publicitaires, des firmes marketing et des sites Web de manière générale.

    « Nous savons qu'il y a plusieurs types d'utilisateurs. Certains sont enthousiastes aux avantages des services Web personnalisés, tandis que d'autres passent leur confidentialité avant tout le reste, Explique Aleecia M. Mcdonald, chercheuse en sécurité à la fondation Mozilla et co-présidente du groupe Track Protection. Do Not Track donne le contrôle aux utilisateurs, de sorte qu'ils peuvent déterminer les compromis qui leur conviennent », explique-t-elle.

    Le premier brouillon « Tracking Preference Expression » définit les mécanismes techniques qui permettent aux utilisateurs d'exprimer leurs préférences en terme de suivi. Il définit de même le standard qui permet aux sites Web de signaler s'ils honorent les préférences des utilisateurs et de quelle manière ils le font.

    Sont aussi définis par ce brouillon les en-têtes HTTP envoyés par le navigateur aux sites, et l'interface du DOM HTML qui permettra aux scripts clients de lire ces préférences.

    Moins technique, le second brouillon, appelé « Tracking Compliance and Scope » (suivi de conformité et de la portée), pose et définit les fondements des préférences DNT (Do Not Track) et exprime clairement les pratiques auxquelles doivent se conformer les sites Web.

    15 organisations ont participé à l'élaboration de ce standard. Tous les éditeurs des navigateurs majeurs y sont désormais représentés. Google, Apple et Opera Software ne boudent plus ce standard.

    La version finale des deux brouillons devrait sortir à l'été 2012.


    Détails de Tracking Preference Expression (DNT)
    Détails de Tracking Compliance and Scope

    Source : l'annonce du W3C

    Et vous ?

    Que pensez-vous de cette nouvelle proposition de standard ?
    Do Not Track saura-t-il s'imposer ?

  8. #8
    Membre averti
    Les utilisateurs qui tiennent à ce que leurs données restent privées se fichent bien que les publicités ne soient plus ciblées, ils veulent que leurs données restent privées. Quand bien même ces données ne seraient plus échangeables, les plateformes y auraient toujours accès. Qui à encore confiance en elles ?
    Et puis j'aurais préféré une option "trackable" que l'inverse...

  9. #9
    Expert éminent sénior
    Do-Not-Track : l’industrie publicitaire tente de vider le projet de sa substance
    Le W3C refuse en bloc ses propositions


    Cela ne coûte rien d’essayer. La Digital Advertising Alliance (DAA), un syndicat de l’industrie publicitaire, a envoyé une liste de propositions au W3C pour modifier les spécifications du projet Do-Not-Track.

    Des propositions qui, dans les faits, reviennent à torpiller purement et simplement un projet déjà assez peu contraignant.

    Pour mémoire, Do-Not-Track consiste à envoyer un header spécial qui indique aux sites visités par l’internaute qu’il ne souhaite pas être tracé ni profilé. Trois « états » sont possibles : « je ne veux pas être tracé », « j’accepte d’être tracé », et « je n’ai pas de préférence ».

    Jouant sur les mots, la DAA proposait de pouvoir affirmer respecter le Do-Not-Track tout en continuant à profiler un utilisateur qui ne souhaite pas être tracé.

    Vidant encore un peu plus le projet de sa substance, l’association souhaitait également pouvoir proposer des publicités issues des sites précédemment visités sans être accusée de traçage (le traçage permet de proposer des publicités issues de sites ou de réseaux d'annonceurs non visités).

    Le W3C a rejeté ces propositions. Pour lui, « elles ne marquent pas un changement suffisant par rapport au statu quo ». Elles créeraient également de « la confusion » puisque un utilisateur ayant choisi de ne pas être tracé serait toujours profilé et juste (un peu) moins tracé.


    Le Tracking Protection Working Group au sein du W3C travaille sur la standardisation, côté serveur, du projet.

    Un projet peu contraignant, donc, puisque les sites sont entièrement libres de tenir compte ou non des demandes de l’utilisateur.

    Après la décision de Microsoft de configurer par défaut Internet Explorer 10 sur « je ne veux pas être tracé », Yahoo! et la Fondation Apache ont par exemple annoncé qu’ils passeraient outre au motif qu'il ne s'agit pas d'un choix exprimé par l’utilisateur lui-même mais par Microsoft.

    Une position soutenue par le W3C pour qui le projet n’a réellement de sens que si c’est le libre arbitre de l’utilisateur qui s’exprime.

    En parallèle, la Fondation Mozilla a proposé au WC3 une charte et un jeu d’icônes pour permettre à l’internaute de repérer rapidement et simplement les pratiques des sites en matière de respect de la vie privée.


    Icônes proposées par Mozilla

    Un bon complément au Do-Not-Track. Si tout le monde joue, un jour, le jeu.


    Source : W3C

  10. #10
    Expert éminent
    Citation Envoyé par Gordon Fowler Voir le message
    Jouant sur les mots, la DAA proposait de pouvoir affirmer respecter le Do-Not-Track tout en continuant à profiler un utilisateur qui ne souhaite pas être tracé.
    Enorme... Faut être au bout du rouleau pour demander un truc aussi clair non ?

    « Toujours se souvenir que la majorité des ennuis viennent de l'espace occupé entre la chaise et l'écran de l'ordinateur. »
    « Le watchdog aboie, les tests passent »

  11. #11
    Membre actif
    Faut dire que pour ces gens il y a une perte financière énorme donc je comprend leurs craintes.

    Si je me place du côté utilisateur je me demande si certains sites pourront m'interdire l'accès si je refuse d'être pisté.

    Vous savez comme sur les applications mobiles qui demandent des droits... vous êtes pas d'accord ? bon ben pas d'installation.

  12. #12
    Expert éminent sénior
    Citation Envoyé par sbeex Voir le message
    Faut dire que pour ces gens il y a une perte financière énorme donc je comprend leurs craintes.

    Si je me place du côté utilisateur je me demande si certains sites pourront m'interdire l'accès si je refuse d'être pisté.

    Vous savez comme sur les applications mobiles qui demandent des droits... vous êtes pas d'accord ? bon ben pas d'installation.
    Sur PlayTV par exemple, tu peux accéder au site mais pas au service (diffuser la télévision en flash) si tu as AdBlocks activé pour le site.

    Et c'est normal puisque le modèle économique du site c'est de proposer de la télé contre des pubs.
    Un problème avec Git ? Essayez la FAQ, sinon posez votre question sur le forum.



    "Toute personne croyant qu'une croissance exponentielle peut durer indéfiniment dans un monde fini est soit un fou, soit un économiste."
    Kenneth E. Boulding

    "Les richesses naturelles sont inépuisables, car, sans cela, nous ne les obtiendrions pas gratuitement. Ne pouvant être ni multipliées ni épuisées, elles ne sont pas l’objet des sciences économiques."
    Jean-Baptiste Say, Traité d'économie politique, 1803.

    "/home/earth is 102% full ... please delete anyone you can."
    Inconnu

  13. #13
    Membre éprouvé
    Ca fait longtemps que nombreux sont ceux qui se moquent un peu des décisions du W3C... y compris parmi les grands de l'internet.
    Et donc je ne vois pas en quoi ces propositions, ni leur refus, changeront quelque chose à la donne finale : nous continuerons à recevoir des masses de pubs que nous ne pourrons pas toutes filtrer, nous continuerons à grogner, et nous finirons par accepter cet état de fait.
    Un exemple : qui pense encore à protester contre les pubs à la TV ?
    L'avis publié ci-dessus est mien et ne reflète pas obligatoirement celui de mon entreprise.

  14. #14
    En attente de confirmation mail
    Citation Envoyé par Thorna Voir le message
    Un exemple : qui pense encore à protester contre les pubs à la TV ?
    Nicolas Sarkozy
    (vous pouvez y aller sur les -1, c'est bien mérité)

  15. #15
    Nouveau Candidat au Club
    Citation Envoyé par Thorna Voir le message
    Ca fait longtemps que nombreux sont ceux qui se moquent un peu des décisions du W3C... y compris parmi les grands de l'internet.
    Et donc je ne vois pas en quoi ces propositions, ni leur refus, changeront quelque chose à la donne finale : nous continuerons à recevoir des masses de pubs que nous ne pourrons pas toutes filtrer, nous continuerons à grogner, et nous finirons par accepter cet état de fait.
    Un exemple : qui pense encore à protester contre les pubs à la TV ?
    Je trouve les pubs a la télé insupportables.
    Comme au cinéma d’ailleurs.
    C'est une des raisons pour lesquelles j'ai pas de TV, je préfère ne pas avoir le service que de subir çà.
    De même, je ne visite pas ou moins des sites pleins de pubs.

  16. #16
    Membre expert
    @Thorna @quent57: on parle ici de tracking (pubs ciblées), pas de pubs en général (thématiques par exemple).

    ---
    Debug the Web together!

  17. #17
    Membre averti
    Les pubs à la télé ça passe encore, tu zappe et tu reviens sur ta chaîne quand la pub est finie.

    Le pire c'est les site comme M6 et W9 replay sur lesquels la pub s’arrête quand tu changes d'onglet ou de fenêtre.

  18. #18
    Responsable .NET

    Vers un échec du standard Do Not Track ?
    Les géants du Web trouvent un moyen d’esquiver le système de tracking au détriment des annonceurs

    Le projet « Do Not Track » en cours de standardisation par le W3C (World Wide Web Consortium) se dirige inéluctable vers un échec. D’après des informations relayées par le New York Times, un système basé sur un mécanisme de deux poids, deux mesures ne feraient pas l’unanimité au sein des acteurs du Web.

    Le projet « Do Not Track » revient au-devant de la scène, après une longue période sans pratiquement aucune information sur ce nouveau système qui devrait permettre aux internautes d’être à l’abri du traçage de leurs activités par les annonceurs.

    Présenté, en janvier 2011 par la fondation Mozilla, Do Not Track est une mesure de sécurisation de la vie privée des internautes qui envoie via HTTP une entête particulière aux annonceurs, informant ceux-ci que l’utilisateur ne souhaite pas que son activité en ligne soit tracée pour de la publicité ciblée. Trois « états » sont possibles : « je ne veux pas être tracé », « j’accepte d’être tracé », et « je n’ai pas de préférence ».

    Do Not Track est implémenté dans les navigateurs récents, dont Internet Explorer, Chrome ou encore Firefox. Cependant, pour que le système marche, les annonceurs doivent coopérer et accepter de respecter l’information qui est transmise dans les entêtes HTTP.

    Jusqu’ici, les annonceurs se sont montrés réticents à l’adoption de cette fonctionnalité, y compris Yahoo et Google. Yahoo, par exemple, s’était illustrée en annonçant officiellement qu’elle n’allait pas considérer les informations transmises dans l’entente Do Not Track.

    Face à ces impasses, des entreprises du Web se sont réunies sous la houlette du W3C pour mettre au point un standard qui sera respecté par tous. Parmi ces entreprises, on retrouve des géants du Web tels qu’Adobe, Apple, Facebook, Google ou encore Yahoo.

    Selon le New York Times, ces entreprises auraient proposé un nouveau mécanisme, permettant à celles-ci de passer outre Do Not Track. Elles proposent un système mettant en œuvre deux traitements, en fonction de « la relation que l’utilisateur a avec le contenu tiers présent dans une page Web. »

    Pour un internaute qui surfe, par exemple, avec un compte Google ou Facebook actif, ces entreprises pourront suivre son activité sur les sites tiers contenant leurs widgets (bouton « j’aime » de Facebook, badge Google+, etc.), même si l’option Do Not Track est activée.

    Un système qui favorise donc les géants du Web au détriment des annonceurs. Ce que n’a pas manqué de révéler Fred B. Campbell Jr., un ancien dirigeant de la FCC (Federal Communications Commission) dans son article publié par le New York Times.


    Source : New York Times


    Et vous ?

    Qu’en pensez-vous ? Le projet Do Not Track sera-t-il tué dans l’œuf ?
    Vous souhaitez participer aux rubriques .NET ? Contactez-moi

    Si déboguer est l’art de corriger les bugs, alors programmer est l’art d’en faire
    Mon blog, Mes articles, Me suivre sur Twitter
    En posant correctement votre problème, on trouve la moitié de la solution

  19. #19
    Membre expérimenté
    Ghostery a de beaux jours devant lui.

  20. #20
    En attente de confirmation mail
    Citation Envoyé par Jarodd Voir le message
    Ghostery a de beaux jours devant lui.
    Malheureusement, oui. Il y a des spywares comme Ghostery qui ont étrangement bonne réputation.