IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #21
    Expert éminent sénior
    Avatar de Escapetiger
    Homme Profil pro
    Administrateur système Unix - Linux
    Inscrit en
    Juillet 2012
    Messages
    1 484
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 61
    Localisation : France, Hauts de Seine (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur système Unix - Linux

    Informations forums :
    Inscription : Juillet 2012
    Messages : 1 484
    Points : 11 109
    Points
    11 109
    Par défaut
    Citation Envoyé par totozor Voir le message
    Des terroristes potentiels, quoi.
    Des militants ou des journalistes ont déjà été espionnés comma ça, alors si on ouvre les portes, les dérives de passé sont la norme d'aujourd'hui mais que va-t-on faire des dérives d'aujourd'hui?

    D'ailleurs merci de ne pas vous renseigner sur le chiffrement de vos données vous pourriez être des terroristes
    Comme marsupial supra, merci pour ce lien également; en tant qu'ancien militaire informaticien de l'Armée de l'Air (~ 80s), j'en reste bouche bée, quelle inculture numérique :

    Alors que ses connaissances s’avéreront finalement éloignées de ce qu’avançait la DGSI – elle n’est ni informaticienne ni versé·e dans l’art de la cryptographie – le juge d’instruction n’hésitera pas à inscrire que cette personne a « installé le système d’exploitation Linux sur ses ordinateurs avec un système de chiffrement ». Soit un simple clic sur « oui » quand cette question lui a été posée lors de l’installation.

    La simple détention de documentation informatique est elle aussi retenue comme un élément à charge. Parmi les documents saisis suite aux arrestations, et longuement commentés, se trouvent des notes manuscrites relatives à l’installation d’un système d’exploitation grand public pour mobile dégooglisé (/e/OS) et mentionnant diverses applications de protection de la vie privée (GrapheneOS, LineageOS, Signal, Silence, Jitsi, OnionShare, F-Droid, Tor, RiseupVPN, Orbot, uBlock Origin…).
    « Developpez.com est un groupe international de bénévoles dont la motivation est l'entraide au sens large » (incl. forums developpez.net)
    Club des professionnels en informatique

  2. #22
    Expert éminent sénior
    Avatar de Escapetiger
    Homme Profil pro
    Administrateur système Unix - Linux
    Inscrit en
    Juillet 2012
    Messages
    1 484
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 61
    Localisation : France, Hauts de Seine (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur système Unix - Linux

    Informations forums :
    Inscription : Juillet 2012
    Messages : 1 484
    Points : 11 109
    Points
    11 109
    Par défaut
    Citation Envoyé par marsupial Voir le message
    Je viens de lire ton excellent lien, c'est grave. Je n'ai pas une hygiène numérique aussi irréprochable que les mis en examen mais la DGSI se trouve dans la théorie du complot.
    A propos d'hygiène numérique ...

    Nothing to Hide (Wikipedia) 2017 :

    Nothing to Hide est un documentaire franco-allemand de Marc Meillassoux et Mihaela Gladovic, qui s'intéresse aux effets de la surveillance de masse sur les individus et la société.

    Synopsis
    Le film aborde la question de la surveillance de masse et son degré d'acceptation par la population résumé par l'argument « je n'ai rien à cacher ». Le fil rouge du documentaire est une expérience d'espionnage volontaire mené sur Mister X, jeune comédien vivant à Berlin. Avec son accord, les métadonnées de son ordinateur et de son smartphone sont récoltées durant un mois à l'aide d’un logiciel espion, puis analysées par des chercheurs. Cela afin d'illustrer le fait qu'il est alors possible d'extraire de nombreuses informations personnelles à partir des services en ligne, réseaux sociaux et applications mobiles (Google, Facebook, WhatsApp, etc.). Cette expérience est entrecoupée d'interventions de lanceurs d'alerte, hackers ou victimes de la surveillance.

    Le documentaire s'intéresse également aux dérives récurrentes des États ayant recours à la surveillance de masse que ce soit à l'époque de la Stasi, police d'État en Allemagne de l'Est (RDA) ou aujourd'hui dans des États dits démocratiques. Le documentaire présente enfin des solutions pour aider les utilisateurs à protéger leurs données en ligne comme le recours aux logiciels libres, au chiffrement des communications (messagerie Signal, PGP) ou au navigateur anonyme Tor.
    (.../...)

    Disponible sur PeerTube, YouTube & Vimeo
    « Developpez.com est un groupe international de bénévoles dont la motivation est l'entraide au sens large » (incl. forums developpez.net)
    Club des professionnels en informatique

  3. #23
    Candidat au Club
    Homme Profil pro
    Lycéen
    Inscrit en
    Janvier 2023
    Messages
    1
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Bouches du Rhône (Provence Alpes Côte d'Azur)

    Informations professionnelles :
    Activité : Lycéen
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : Janvier 2023
    Messages : 1
    Points : 4
    Points
    4
    Par défaut Big Brother Is Watching You !
    Non mais sérieux... Un ministre des plus c()ns (oups, ma langue a fourché ) corrompus propose une loi digne de 1984 ou Adolf H. Et, de une, on ne lui reproche rien, et en plus c'est adopté... Là, ça ne va pas plaire à tout le monde, mais bravo les merd€ux (oups, cette langue, décidément... ) macronistes !!! Là on les entend plus !!!
    Bon retour en empire de France ! Vous irez demander à Big Brother comment il va !
    P.S : pour ceux qui n'ont pas la ref, il y a un livre écrit par George Orwell dans les années 50, ou le monde n'est plus divisé qu'en 3 pays. Dans ce livre nous suivons un bon citoyen vivant dans un de ces trois pays, dont la démocratie...... N'existe pas. (Il y a aussi un film et une BD, je vais pas vous spoiler !) Big Brother est le chef de cet empire, et ça s'appelle 1984.

  4. #24
    Expert éminent
    Avatar de Pyramidev
    Homme Profil pro
    Développeur
    Inscrit en
    Avril 2016
    Messages
    1 477
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Haute Garonne (Midi Pyrénées)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur

    Informations forums :
    Inscription : Avril 2016
    Messages : 1 477
    Points : 6 125
    Points
    6 125
    Par défaut
    Dans le même registre, si vous cherchez à éviter le pistage par le téléphone, alors vous vous inspirez des Blacks Blocks et êtes des terroristes.

    Nom : 2023-06-22-12h08-Allan Barte.jpg
Affichages : 1524
Taille : 783,7 Ko

    Considérant d'autre part que le groupement SLT diffuse à ses membres et sympathisants, via ses réseaux sociaux, des modes opératoires directement inspirés de ceux des « Blacks Blocks » ; que parmi ces préconisations figurent le port de tenues interdisant leur identification par les forces de l'ordre, en contradiction avec les habitudes des militants écologistes de manifester à visage découvert, le fait de laisser son téléphone mobile allumé à son domicile ou de le mettre en « mode avion » en arrivant sur les lieux de la manifestation pour éviter le bornage, le fait de ne pas communiquer les codes de déverrouillage de l'appareil ou de ne pas répondre aux forces de l'ordre en cas d'interpellation
    Source : https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/...XT000047709318

  5. #25
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 546
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 546
    Points : 199 536
    Points
    199 536
    Par défaut Le gouvernement français estime que les utilisateurs de WhatsApp sont des terroristes potentiels
    Le gouvernement français estime que les utilisateurs de WhatsApp, Signal, Telegram et autres sont des terroristes potentiels
    dans l'affaire dite du « 8 décembre »

    La Quadrature du Net dénonce la façon dont les pratiques numériques de sept personnes mises en examen pour « association de malfaiteurs terroristes » dans l’affaire dite du « 8 décembre » sont utilisées par la police et la justice comme des preuves de leur culpabilité. Au premier rang de cette affaire figure l’utilisation de messageries chiffrées grand public : l'association regrette que celles-ci soient instrumentalisées comme autant de « preuves » d’une soi-disant « clandestinité » qui ne peut s’expliquer que par l’existence d’un projet terroriste.

    De quoi s'agit-il ?

    L'affaire du 8 décembre 2020 est une affaire controversée de peines de détention préventive, dont une peine préventive de seize mois à l'isolement, et d'intentions terroristes supposées sans qu'aucun acte terroriste ni projet d'acte terroriste ne soit reproché aux prévenus.

    Sept personnes seront jugées par la 16e chambre du tribunal judiciaire de Paris en octobre 2023.

    L'affaire commence en 2018 avec la surveillance par la Direction générale du renseignement intérieur (DGSI) de personnes revenues du Rojava (Syrie) où elles sont parties combattre Daesh aux côtés des forces kurdes du YPG.

    L'affaire se fait surtout connaître à travers le traitement réservé à l'un d'entre eux, Florian D., qui prend le nom de Libre Flot une fois en prison et qui est maintenu seize mois à l'isolement en détention provisoire. Il est remis en liberté sous bracelet électronique le 7 avril 2022 après avoir mené une grève de la faim.

    La Quadrature du Net dénonce

    L'association note deux phrases emblématiques des autorités :
    • celle de la DGSI : « Tous les membres contactés adoptaient un comportement clandestin, avec une sécurité accrue des moyens de communication (applications cryptées, système d’exploitation Tails, protocole TOR permettant de naviguer de manière anonyme sur internet et wifi public). » Cette phrase apparaîtra des dizaines de fois dans le dossier. Écrite par la DGSI, elle sera reprise sans aucun recul par les magistrat·es, au premier titre desquels le juge d’instruction, mais aussi les magistrat·es de la chambre de l’instruction et les juges des libertés et de la détention. Durant la phase d’enquête, l’amalgame entre chiffrement et clandestinité est mobilisé pour justifier le déploiement de moyens de surveillance hautement intrusifs comme la sonorisation de lieux privés. La DGSI les juge nécessaires pour surveiller des « individus méfiants à l’égard du téléphone » qui « utilisent des applications cryptées pour communiquer » ;
    • et celle du juge d'instruction : « L’ensemble des membres de ce groupe se montraient particulièrement méfiants, ne communiquaient entre eux que par des applications cryptées, en particulier Signal, et procédaient au cryptage de leurs supports informatiques […]. »

    Voici quelques-unes des habitudes numériques qui sont, dans cette affaire, instrumentalisées comme autant de « preuves » de l’existence d’un projet criminel :

    • l’utilisation d’applications comme Signal, WhatsApp, Wire, Silence ou ProtonMail pour chiffrer ses communications ;
    • le recours à des outils permettant de protéger sa vie privée sur Internet comme un VPN, Tor ou Tails ;
    • le fait de se protéger contre l’exploitation de nos données personnelles par les GAFAM via des services comme /e/OS, LineageOS, F-Droid ;
    • le chiffrement de supports numériques ;
    • l’organisation et la participation à des sessions de formation à l’hygiène numérique ;
    • la simple détention de documentation technique.
    Elle rappelle que les inculpés rejettent l’accusation de terrorisme et dénoncent un procès politique, une instruction à charge et une absence de preuves. Elle souligne que la police reconnaît qu’aucun « projet précis » n’a été identifié après dix mois de surveillance intensive, et que l’État a été condamné pour le maintien à l’isolement du principal inculpé pendant 16 mois. Elle mentionne également le soutien de nombreuses personnalités, médias et collectifs aux inculpés.

    Nom : chiif.png
Affichages : 6107
Taille : 372,5 Ko

    Criminalisation de l'utilisation de messageries chiffrées comme WhatsApp, Signal, Telegram et ProtonMail

    Dans son billet, la Quadrature s'est concentrée sur la criminalisation des pratiques numériques des inculpés, qui sont présentées par la police et le juge d’instruction comme des signes de « clandestinité » et de « conspiration ». Il s’agit notamment de l’utilisation de messageries chiffrées grand public comme Signal, du système d’exploitation Tails, du protocole Tor ou du wifi public. L’article dénonce le mélange de fantasmes, de mauvaise foi et d’incompétence technique qui caractérise cette interprétation, et qui vise à construire un récit policier autour de ces pratiques.

    Citation Envoyé par Quadrature
    Après leurs arrestations, les mis·es en examen sont systématiquement questionné·es sur leur utilisation des outils de chiffrement et sommé·es de se justifier : « Utilisez-vous des messageries cryptées (WhatsApp, Signal, Telegram, ProtonMail) ? », « Pour vos données personnelles, utilisez-vous un système de chiffrement ? », « Pourquoi utilisez-vous ce genre d’applications de cryptage et d’anonymisation sur internet ? ». Le lien supposé entre chiffrement et criminalité est clair : « Avez-vous fait des choses illicites par le passé qui nécessitaient d’utiliser ces chiffrements et protections ? », « Cherchez-vous à dissimuler vos activités ou avoir une meilleure sécurité ? ». Au total, on dénombre plus de 150 questions liées aux pratiques numériques [...].

    Le PNAT consacrera un chapitre entier aux « moyens sécurisés de communication et de navigation » au sein d’une partie intitulée… « Les actions conspiratives ». Sur plus de quatre pages, le PNAT fait le bilan des « preuves » de l’utilisation par les inculpé·es de messageries chiffrées et autres mesures de protection de la vie privée. L’application Signal est particulièrement visée.

    Citons simplement cette phrase : « Les protagonistes du dossier se caractérisaient tous par leur culte du secret et l’obsession d’une discrétion tant dans leurs échanges, que dans leurs navigations sur internet. L’application cryptée signal était utilisée par l’ensemble des mis en examen, dont certains communiquaient exclusivement [surligné dans le texte] par ce biais ».

    Le juge d’instruction suivra sans sourciller en se livrant à un inventaire exhaustif des outils de chiffrement qu’ont « reconnu » – il utilisera abondamment le champ lexical de l’aveu – utiliser chaque mis·e en examen : « Il reconnaissait devant les enquêteurs utiliser l’application Signal », « X ne contestait pas utiliser l’application cryptée Signal », « Il reconnaissait aussi utiliser les applications Tails et Tor », « Il utilisait le réseau Tor […] permettant d’accéder à des sites illicites ».
    « Défendre le droit au chiffrement c’est s’opposer aux dérives autoritaires d’un pouvoir cherchant à étendre, sans fin, les prérogatives de la lutte antiterroriste  »

    La Quadrature a défendu le droit au chiffrement des communications, la lutte contre l’exploitation des données personnelles par les GAFAM, le droit à l’intimité et la vie privée ainsi que la diffusion et l’appropriation des connaissances en informatique. Elle affirme que ces pratiques numériques sont des gestes politiques légitimes et nécessaires face à la surveillance généralisée et aux atteintes aux libertés fondamentales. Elle appelle à ne pas se laisser intimider par la répression et à continuer à utiliser ces outils.

    À l’heure de conclure cet article, l’humeur est bien noire. Comment ne pas être indigné·e par la manière dont sont instrumentalisées les pratiques numériques des inculpé·es dans cette affaire ?

    Face au fantasme d’un État exigeant de toute personne une transparence totale au risque de se voir désignée comme « suspecte », nous réaffirmons le droit à la vie privée, à l’intimité et à la protection de nos données personnelles. Le chiffrement est, et restera, un élément essentiel pour nos libertés publiques à l’ère numérique.

    Soyons clairs : cette affaire est un test pour le ministère de l’Intérieur. Quoi de plus pratique que de pouvoir justifier la surveillance et la répression de militant·es parce qu’ils et elles utilisent WhatsApp ou Signal ?

    Auditionné par le Sénat suite à la répression de Sainte-Soline, Gérald Darmanin implorait ainsi le législateur de changer la loi afin qu’il soit possible de hacker les portables des manifestant·es qui utilisent « Signal, WhatsApp, Telegram » en des termes sans équivoque : « Donnez-nous pour la violence des extrêmes les mêmes moyens que le terrorisme ».

    Pour se justifier, il avançait qu’il existe « une paranoïa avancée très forte dans les milieux d’ultragauche […] qui utilisent des messageries cryptées » ce qui s’expliquerait par une « culture du clandestin ». Un véritable copier-coller de l’argumentaire policier développé dans l’affaire du 8 décembre. Affaire qu’il citera par ailleurs – au mépris de toute présomption d’innocence – comme l’exemple d’un « attentat déjoué » de « l’ultragauche » pour appuyer son discours visant à criminaliser les militant·es écologistes.
    Source : La Quadrature du Net

    Et vous ?

    Que pensez-vous de l'argumentation de la Quadrature ?
    Quelle est votre position sur le procès du 8 décembre ?
    Quelles sont les pratiques numériques que vous utilisez pour protéger votre vie privée et vos données personnelles ?
    Quels enjeux et défis du chiffrement des communications voyez-vous dans le contexte actuel ?

    Voir aussi :

    France : le Sénat dit "oui" à une disposition d'un projet de loi prévoyant d'allumer les micros et caméras de téléphone à distance dans certaines enquêtes
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  6. #26
    Membre expert
    Homme Profil pro
    ingénieur qualité
    Inscrit en
    Mars 2015
    Messages
    1 162
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : ingénieur qualité
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2015
    Messages : 1 162
    Points : 3 577
    Points
    3 577
    Par défaut
    Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
    Le gouvernement français estime que les utilisateurs de WhatsApp, Signal, Telegram et autres sont des terroristes potentiels
    Ce qui n'est pas faux.
    On pourrait dire que les utilisateurs de voiture sont des terroristes potentiels.
    On pourrait dire que les utilisateurs de vélo sont des terroristes potentiels.
    On pourrait dire que les utilisateurs de trottinette sont des terroristes potentiels.
    On pourrait dire que les pietons sont des terroristes potentiels.

    Nous sommes tous des terroristes potentiels en fait
    Mais l'utilisation de ces applications n'est probablement même pas un indice de fait qu'on en est un ou pas.

    De toute façon la moindre action organisée et désapprouvée par le gouvernement semble être du terrorisme, des militants des soulèvement de la terre sont en garde à vue pour 96h pour avoir arraché de salades.
    Comment peut on parler de terrorisme quand on ne s'attaque pas directement ou indirectement à la sécurité de personnes. Quels groupe de la population se sent en danger après qu'ils aient arrachés des salades.

  7. #27
    Expert éminent Avatar de marsupial
    Homme Profil pro
    Retraité
    Inscrit en
    Mars 2014
    Messages
    1 764
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Autre

    Informations professionnelles :
    Activité : Retraité

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2014
    Messages : 1 764
    Points : 7 189
    Points
    7 189
    Par défaut
    L'affaire commence en 2018 avec la surveillance par la Direction générale du renseignement intérieur (DGSI) de personnes revenues du Rojava (Syrie) où elles sont parties combattre Daesh aux côtés des forces kurdes du YPG.
    Si les membres de la DGSI (ou de la DGSE) sont défendus par le confidentiel défense, il est peut être normal que d'anciens combattants se protègent des représailles potentielles de l'Etat islamique. Samuel Paty est mort pour bien moins que cela. En tous les cas, il s'agit d'une action inouïe, révoltante de la DGSI.


    Quelles sont les pratiques numériques que vous utilisez pour protéger votre vie privée et vos données personnelles ?
    J'utilise Whatsapp surtout dans un groupe de communication de ma famille paternelle. uBlock origin ghostery et no script dans firefox pour être le moins traçable possible. Fut un temps j'utilisais tor mais trop lent et le darkweb ne m'a jamais attiré hors curiosité et éventuellement veille technologique.


    Quels enjeux et défis du chiffrement des communications voyez-vous dans le contexte actuel ?
    Depuis que je suis passé par Thales de 2015 à 2018 et que je suis confidentiel défense, je suis sur écoute. Donc pour préserver ma vie privée, whatsapp est bien suffisant. Je chiffre mon linux et je laisse mon smartphone tel quel. Si je suis sur écoute c'est autant pour me surveiller que pour me sécuriser ainsi je pense qu'une fois mes discussions privées protégées, pas de raison de mettre des bâtons dans les roues de mon chien de garde.
    Ce qui me chagrine le plus ce sont les écoutes des GAFAM, eux-mêmes sur écoute de la NSA. Mais de ce côté là je suis top secret et ma famille aussi depuis 1996 au moins si ce n'est 1978. Je ne m'en soucie pas trop mais un peu quand même ne pouvant m'exprimer réellement librement sur certains sujets de mon passé douloureux.

    De tout ça pour moi il est facile de me protéger avec une hygiène numérique qui fait passer pour terroriste le citoyen lambda et j'estime qu'il est légitime de vouloir protéger sa vie privée des écoutes indiscrètes que ce soit les GAFAM ou les divers services de renseignement du monde entier. Protéger sa vie privée, c'est aussi pouvoir s'exprimer librement donc indispensable.

    Pour conclure, si utiliser une messagerie chiffrée ou un VPN suffit à être un terroriste potentiel, la DGSI ne va plus savoir où donner de la tête et potentiellement il faudrait mettre toute la population en prison !

    edit : il existe des lascars bien plus dangereux à surveiller pendant 10 mois... et il ne me semble pas que la DGSI soit en surplus de moyens.
    Repeat after me
    Le monsieur lutte pour la défense des libertés individuelles et collectives

    Repeat after me...

  8. #28
    Membre expert
    Profil pro
    programmeur du dimanche
    Inscrit en
    Novembre 2003
    Messages
    796
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : programmeur du dimanche
    Secteur : Santé

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2003
    Messages : 796
    Points : 3 423
    Points
    3 423
    Par défaut
    Citation Envoyé par totozor Voir le message
    Ce qui n'est pas faux.

    Nous sommes tous des terroristes potentiels en fait
    Mais l'utilisation de ces applications n'est probablement même pas un indice de fait qu'on en est un ou pas.
    En France, selon Médiamétrie, en février 2023 WhatsApp™ compte 38,7 millions de visiteurs uniques par mois et 19 millions de visiteurs uniques moyens par jour
    ça fait clairement beaucoup de gens à mettre sur écoute pour usage d'une messagerie suspecte... Si on ajoute la liste des "habitudes numériques qui sont, dans cette affaire, instrumentalisées comme autant de « preuves » de l’existence d’un projet criminel12 :", on peut mettre tous les informaticiens du pays aussi.

    D'autant que si on a des trucs secrets à se dire, c'est sans doute pas en utilisant une messagerie grand public sur un groupe dont une personne au moins aura un téléphone grand public pas à jour... Ces trucs là, c'est juste pour éviter d'avoir les mecs des gafam qui matent nos messages coquins.

  9. #29
    Membre averti
    Homme Profil pro
    Consultant informatique
    Inscrit en
    Février 2018
    Messages
    82
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Côte d'Or (Bourgogne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant informatique

    Informations forums :
    Inscription : Février 2018
    Messages : 82
    Points : 429
    Points
    429
    Par défaut
    Bientôt une sonde annale avec gps et micro intégré et encore le "gouvernement" trouvera que cela ne va pas assez loin

  10. #30
    Membre extrêmement actif Avatar de Jon Shannow
    Homme Profil pro
    Responsable de service informatique
    Inscrit en
    Avril 2011
    Messages
    4 398
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 60
    Localisation : France, Ille et Vilaine (Bretagne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Responsable de service informatique
    Secteur : High Tech - Électronique et micro-électronique

    Informations forums :
    Inscription : Avril 2011
    Messages : 4 398
    Points : 9 838
    Points
    9 838
    Par défaut
    Citation Envoyé par Nym4x Voir le message
    Bientôt une sonde annale avec gps et micro intégré et encore le "gouvernement" trouvera que cela ne va pas assez loin
    Tout dépend de la taille de la sonde...
    Au nom du pèze, du fisc et du St Estephe
    Au nom du fric, on baisse son froc...

  11. #31
    Membre actif
    Homme Profil pro
    Développeur .NET
    Inscrit en
    Juillet 2021
    Messages
    84
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 34
    Localisation : France, Isère (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur .NET

    Informations forums :
    Inscription : Juillet 2021
    Messages : 84
    Points : 263
    Points
    263
    Par défaut
    à quand la régularisation des rideaux et volets ?

  12. #32
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Patrick Ruiz
    Homme Profil pro
    Redacteur web
    Inscrit en
    Février 2017
    Messages
    1 882
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Redacteur web
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : Février 2017
    Messages : 1 882
    Points : 52 319
    Points
    52 319
    Par défaut Un député LFI veut interdire l’espionnage des sextoys par la police
    Un député LFI veut interdire l’espionnage des sextoys par la police
    Dans le cadre des discussions d’un projet de loi qui vise l’activation à distance des ordinateurs, téléphones et autres appareils connectés

    Le projet de loi en question est celui d’orientation et de programmation de la justice 2023-2027. Le sénat a dit « oui » (courant juin) en première lecture à une disposition en son sein prévoyant d’activer à distance des ordinateurs, téléphones et autres objets connectés dans le cadre d’affaires de terrorisme, de délinquance ou de crime organisé. L’Assemblée nationale vient d’adopter à 80 voix contre 24 et une abstention ledit projet. Un député de la France Insoumise a porté un amendement de repli afin d’interdire l’espionnage des sextoys par la police, mais ce dernier a été rejeté par 119 voix contre 30 et deux abstentions.

    « Vous allez trop loin. Vous n’avez aucune limite, aucune décence. Vous êtes sur une pente glissante en matière de surveillance. Je ne suis pas pour qu’on pénètre ainsi dans la vie privée des gens. C’est un scandale que nous puissions mettre sur écoute n’importe quel objet connecté », a lancé le député du groupe LFI au ministre de la Justice.

    Sa prise de position avait à voir avec l’article 3 du projet de loi d’orientation et de programmation de la justice 2023-2027 qui prévoit une « extension des techniques spéciales d’enquête pour permettre l’activation à distance des appareils connectés aux fins de géolocalisation et de captations de sons et d’images. »

    Ce texte, porté par le groupe Les Républicains, autorise notamment les services de renseignement à activer à distance les caméras ou les micros des téléphones portables ou des ordinateurs des personnes suspectées de menacer la sécurité nationale.

    Cette mesure est autorisée pour les enquêteurs, soit pour géolocaliser une personne, soit pour réaliser des captations de sons et d’images (des écoutes). La géolocalisation est autorisée sur requête du procureur de la République, ou du juge d’instruction, pour des affaires relatives à un crime ou à un délit puni d’au moins dix ans d’emprisonnement, tandis que les écoutes pourront être autorisées par un juge dans des enquêtes relevant du terrorisme ou du crime organisé. Dans le texte initial, cette procédure concernait les infractions punies d’au moins 5 ans de prison, mais un amendement du président du groupe LR, Bruno Retailleau, l’élevant à 10 ans a déjà fait l’objet d’adoption.

    La gauche a tenté sans succès de supprimer totalement ou partiellement des dispositions jugées « disproportionnées ». « L’atteinte est particulièrement grave, car la captation concerne aussi des personnes tierces. Le suspect va prendre son portable dans le métro. Toutes les conversations autour seront alors captées. Pareil, s’il va au restaurant. Toute conversation dans l’espace public est alors sous écoute », a objecté le sénateur écologiste, Guy Benarroche en défendant un amendement de suppression de ces dispositions. C'est « la porte ouverte à une surveillance généralisée », a-t-il affirmé.

    Une surveillance généralisée qui se met en place et rapproche l’UE du modèle chinois

    L'Union européenne a franchi un cap décisif dans sa lutte contre la pédophilie, la pédopornographie et toute autre forme d'abus que peuvent subir les enfants en ligne en approuvant – à mi-parcours de l’année 2021 – la ePrivacy Derogation. Une majorité de membres du Parlement de l’UE avait adopté la loi qui permet aux fournisseurs de services de scanner toutes les correspondances privées. La proposition de la Commission en entente de présentation vient saler l’addition : Chatcontrol 1.0 prévoyait que la fouille des chats, messages et courriels privés soit effectuée par les fournisseurs de services en ligne de façon volontaire. Chatcontrol 2.0 (le texte en attente de présentation) les y oblige et s’applique aux communications chiffrées.

    Nom : 1.jpg
Affichages : 3022
Taille : 68,5 Ko

    Les conséquences de la possible adoption de ce projet sont :

    • toutes les conversations en ligne et tous les courriels seront automatiquement fouillés pour détecter tout contenu suspect. Rien ne reste confidentiel ou secret. Il ne sera pas nécessaire d'obtenir une ordonnance du tribunal ou d'avoir un soupçon initial pour effectuer une recherche dans les messages ;
    • si un algorithme classe le contenu d'un message comme suspect, les photos privées ou intimes pourront être consultées par le personnel et les sous-traitants de sociétés internationales et les autorités policières. Ces mêmes contenus pourront être consultés par des personnes inconnues ou se retrouver entre les mains d’individus mal intentionnés ;
    • les conversations intimes pourront être lues par le personnel et les sous-traitants de sociétés internationales et les autorités policières, car les filtres de reconnaissance de texte qui ciblent la "sollicitation d'enfants" signalent souvent à tort les conversations intimes ;
    • des tiers pourront être faussement signalés et faire l'objet d'enquêtes pour diffusion présumée de matériel d'exploitation sexuelle d'enfants. Les algorithmes de contrôle des messages et des chats sont connus pour signaler des photos de vacances tout à fait légales d'enfants sur une plage, par exemple. Selon les autorités de la police fédérale suisse, 86 % de tous les signalements générés par des machines s'avèrent sans fondement ;
    • lors d’un voyage à l'étranger, l’on peut se retrouver face à de gros problèmes. Les rapports générés par les machines sur les communications pourront être transmis à d'autres pays, comme les États-Unis, où la confidentialité des données demeure très mal encadrée, ce, avec des résultats incalculables ;
    • ce serait la porte ouverte pour les services de renseignement et les pirates sur les conversations et courriels.

    Plus de 80 % des participants à un sondage de la Commission européenne sur la question ont exprimé leur défaveur à l’application de cette loi en gestation aux communications chiffrées.

    Source : Hugo Bernalicis

    Et vous ?

    Que pensez-vous de la proposition de loi autorisant l’activation à distance des caméras ou des micros des téléphones ?
    Êtes-vous favorable ou opposé à ce dispositif ?
    Selon vous, cette mesure est-elle efficace pour lutter contre le terrorisme et le cyberespionnage ?
    Craignez-vous que cette mesure porte atteinte à votre vie privée ou à vos données personnelles ?
    Pensez-vous que cette mesure respecte le droit européen et le principe de subsidiarité (qui permet aux États membres de l’Union européenne de prendre des mesures adaptées à leur situation spécifique) ?
    Un Internet sur le modèle chinois, c’est-à-dire contrôlé par les gouvernements, relève-t-il de l’inéluctable ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  13. #33
    Expert confirmé
    Homme Profil pro
    Développeur
    Inscrit en
    Août 2003
    Messages
    1 282
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 37
    Localisation : France, Charente Maritime (Poitou Charente)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur

    Informations forums :
    Inscription : Août 2003
    Messages : 1 282
    Points : 4 149
    Points
    4 149
    Par défaut
    J'en conclus :
    - désactiver les données cellulaire quand on en a pas besoin (ce que je fais)
    - acheter une housse portefeuille de téléphone pour masquer un peu quand on oublie le point ci-avant (ou si on est en wifi) et que le téléphone est posé

    C'est pas parfait mais ça limite

  14. #34
    Membre chevronné
    Homme Profil pro
    Chargé de projets
    Inscrit en
    Décembre 2019
    Messages
    424
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 33
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Chargé de projets
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2019
    Messages : 424
    Points : 1 846
    Points
    1 846
    Par défaut
    Quelque chose de gros se prépare. Macron prévoit de nouvelle loi pour les réquisitions dans la loi de programmation militaire 2024 2030 (mais forcément les "debunker" disent que c'est de l'intox, ils n'ont visiblement pas lu le titre 1er chapitre 2 de la loi de programmation qui commence comme ça :
    « Chapitre II
    « Principes généraux
    « Art. L. 2212-1. – En cas de menace, actuelle ou prévisible, pesant sur les activités essentielles à la vie de la Nation, à la protection de la population, à l’intégrité du territoire ou à la permanence des institutions de la République ou de nature à justifier la mise en œuvre des engagements internationaux de l’État en matière de défense, la réquisition de toute personne, physique ou morale, et de tous les biens et les services nécessaires pour y parer peut être décidée par décret en Conseil des ministres. Ce décret précise les territoires concernés et, le cas échéant, l’autorité administrative ou militaire habilitée à procéder à ces mesures.
    « Ces mesures peuvent être mises en œuvre sans préjudice des autres régimes légaux de réquisition.
    « Art. L. 2212-2. – Lorsqu’il n’est pas fait application de l’article L. 2212-1 et sans préjudice de l’article L. 4231-5, en cas d’urgence, si la sauvegarde des intérêts de la défense nationale le justifie, le Premier ministre peut ordonner, par décret, la réquisition de toute personne, physique ou morale, de tout bien ou de tout service.
    « Il peut également habiliter l’autorité administrative ou militaire qu’il désigne à procéder aux réquisitions.
    L'Europe à mis en place la surveillance généralisée à la Chinoise, le crédit social avec la taxe carbone, et nous on est encore la comme des bisounours à vouloir "défendre notre démocratie" alors qu'il n'en reste déjà plus rien.

    Franchement on vit dans une vaste farce avec la 5ème république, dont il ne reste que les dorures sur les palais.

  15. #35
    Membre chevronné Avatar de denisys
    Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    Mai 2002
    Messages
    1 131
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2002
    Messages : 1 131
    Points : 1 966
    Points
    1 966
    Par défaut
    Jules34
    Le 06/07/2023 à 11:04
    ...
    L'Europe à mis en place la surveillance généralisée à la Chinoise..
    Oui , sans oublier .
    Que l'Europe critique le modèle sécuritaire de la Chine .
    En le pointant du doit et déclarant que cette nation est anti-démocratique !.
    Ne pas savoir n’est pas une faute si l’on cherche à combler ses lacunes.

    "Il n'y a pas d'obstacles infranchissables , il y a des volontés plus ou moins énergiques voilà tous" Jules Vernes

  16. #36
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Michael Guilloux
    Homme Profil pro
    Data Consultant
    Inscrit en
    Juillet 2013
    Messages
    2 896
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 33
    Localisation : Côte d'Ivoire

    Informations professionnelles :
    Activité : Data Consultant
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Juillet 2013
    Messages : 2 896
    Points : 87 356
    Points
    87 356
    Billets dans le blog
    2
    Par défaut Après le Sénat, l'Assemblée nationale approuve l'activation des micros et caméras de téléphone à distance
    Après le Sénat, l'Assemblée nationale approuve l'activation des micros et caméras de téléphone à distance
    dans le cadre d'affaires de terrorisme, de délinquance ou de crime organisé

    Après leurs homologues du Sénat, les députés français ont adopté mercredi une disposition controversée du projet de loi Justice du gouvernement, qui prévoit d'allumer les micros et caméras de téléphone à distance, dans le cadre d'affaires de terrorisme, de délinquance ou de crime organisé. Le processus n'est certes pas encore terminé, mais l'adoption de cette mesure est presque certaine.

    L'Assemblée nationale a approuvé ce mercredi une disposition clé du projet de loi justice donnant la possibilité aux services de renseignement d'activer à distance des téléphones portables pour écouter et filmer à leur insu des personnes visées dans certaines enquêtes. Les députés ont approuvé l'article par 80 voix contre 24. Les députés du camp présidentiel, de LR et du RN ont voté pour. Ceux de la Nupes ont voté contre, comme le président du groupe Liot, Bertrand Pancher.

    Le Sénat avait déjà adopté en première lecture, mercredi 7 juin 2023, ce texte porté par le groupe Les Républicains. Cette mesure est autorisée pour les enquêteurs dans deux cas possibles : soit pour géolocaliser une personne, soit pour réaliser des captations de sons et d’images (des écoutes).

    La géolocalisation est autorisée sur requête du procureur de la République, ou du juge d’instruction, pour des affaires relatives à un crime ou à un délit puni d’au moins cinq ans d’emprisonnement, tandis que les écoutes pourront être autorisées par un juge dans des enquêtes relevant du terrorisme ou du crime organisé.

    Le Sénat, lors de son vote, a voulu circonscrire cette mesure aux crimes et délits passibles de 10 ans d'emprisonnement, mais l'Assemblée nationale est revenue à la version du gouvernement.


    La gauche a tenté sans succès de supprimer totalement ou partiellement des dispositions jugées « disproportionnées ». « L’atteinte est particulièrement grave, car la captation concerne aussi des personnes tierces. Le suspect va prendre son portable dans le métro. Toutes les conversations autour seront alors captées. Pareil, s’il va au restaurant. Toute conversation dans l’espace public est alors sous écoute », avait averti le sénateur écologiste, Guy Benarroche en défendant un amendement de suppression de ces dispositions. C'est « la porte ouverte à une surveillance généralisée», a-t-il affirmé.

    Toutefois, pour le garde des Sceaux, Éric Dupond-Moretti, il n'y a pas de raison de s'affoler vu qu'il s'agit de techniques déjà autorisées. Il affirme que les forces de l’ordre utilisent déjà des techniques de surveillance et de mise sur écoute, comme la pose de balises sous une voiture ou de mouchards sur les suspects. Mais « la crainte d’attirer l’attention des délinquants faisant l’objet d’enquête pour des faits de criminalité organisée, de révéler la stratégie établie ou tout simplement parce qu’elle exposerait la vie des agents chargée de cette mission » justifie la mise en place de ces nouveaux outils. « L’idée est de faire prendre le moins de risques possible aux officiers de police judiciaire, de les protéger », a-t-il argumenté.

    D'ailleurs, ces mesures sont « entourées de garanties importantes », a assuré le ministre, Éric Dupond-Moretti. Il a également rappelé que ces techniques étaient subordonnées à l’autorisation d’un juge.

    En commission, les députés ont essayé de renforcer ces « garde-fous » avec davantage de professions « protégées » de ces techniques d’enquête : médecins et journalistes s’ajoutant aux avocats, magistrats et parlementaires. La France insoumise (LFI), si opposée à la mesure dans son ensemble, a toutefois fait retirer par amendement les huissiers et notaires des professions « protégées », estimant qu’il n’y avait pas de raison valable qu’elles le soient, et pas le reste de la population.

    Si l'examen du projet de loi poursuit son cours jusqu'à la fin de la semaine prochaine, il n'y aura probablement pas de surprise en ce qui concerne son adoption définitive. Malgré les protestations de la gauche contre un risque d’écoute généralisée, la majorité des parlementaires estime qu'il n'y a pas de raison de s'inquiéter de cette disposition controversée du projet de loi de programmation pour la justice.

    Source : Assemblée nationale

    Voir aussi

    France : le Sénat dit "oui" à une disposition d'un projet de loi prévoyant d'allumer les micros et caméras de téléphone à distance dans certaines enquêtes

    Le gouvernement français estime que les utilisateurs de WhatsApp, Signal, Telegram et autres sont des terroristes potentiels dans l'affaire dite du « 8 décembre »
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  17. #37
    Expert éminent
    Avatar de Pyramidev
    Homme Profil pro
    Développeur
    Inscrit en
    Avril 2016
    Messages
    1 477
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Haute Garonne (Midi Pyrénées)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur

    Informations forums :
    Inscription : Avril 2016
    Messages : 1 477
    Points : 6 125
    Points
    6 125
    Par défaut
    Informations complémentaires :

    Quels députés ont voté pour et lesquels ont voté contre : https://www2.assemblee-nationale.fr/.../16/(num)/2141

    Le dossier législatif : https://www.assemblee-nationale.fr/d.../DLR5L16N47779

    L'article 3 qui a été voté porte sur plusieurs sujets, dont les activations à distance des appareils électroniques, mais pas seulement. Voici un copié-collé de l'article 3 en mettant en gras les occurrences de "activation à distance" :

    Article 3 : Dispositions relatives à l’enquête, à l’instruction, au jugement et à l’exécution des peines

    Présence de l’avocat d’une personne gardée à vue pour les opérations de prises d’empreintes digitales ou palmaires ou de photographies réalisées sans son consentement, et information de l’avocat avec un délai de carence de deux heures [CL844 de M. Balanant, rapporteur].

    Suppression de la condition d’imminence du risque d’atteinte à la vie ou à l’intégrité physique pour la réalisation d’une perquisition de nuit [CL846 de M. Balanant, rapporteur].

    Ajout des complices du crime parmi les personnes dont l’interpellation peut justifier une perquisition nocturne [CL847 de M. Balanant, rapporteur].

    Suppression de la disposition, ajoutée par le Sénat, tendant à ce que la possibilité de recourir à une téléconsultation lors de la prolongation de la garde à vue soit limitée aux cas où la personne a déjà fait l’objet d’un examen physique lors de la garde à vue [CL785 du Gouvernement et identique CL52 de Mme Brulebois (RE)].

    Possibilité pour le médecin d’évaluer lui-même la qualité, la confidentialité et la sécurité des échanges avec la personne gardée à vue avant de procéder à une téléconsultation [CL645 de M. Iordanoff (Ecolo‑NUPES)].

    Mention explicite dans la loi de l’impossibilité de recourir à une téléconsultation lorsqu’elle souffre de blessures physiques apparentes, lorsqu’elle est enceinte ou a subi, avant ou pendant la garde à vue, une perte de connaissance, lorsque son état n'est manifestement pas compatible avec le recours à la téléconsultation, ou lorsqu’elle a été placée en garde à vue pour des faits impliquant les forces de l’ordre [CL848 de M. Balanant, rapporteur].

    Délai unique de deux ans pour la durée de l’enquête préliminaire après un premier acte d’audition libre, de garde à vue ou de perquisition, que la personne ait fait ou non demandé à ce que cette durée n’excède pas deux ans [CL689 de M. Rebeyrotte (RE)].

    Effectivité du droit à l’accès au dossier avant l’audition ou l’interrogatoire des parties [CL78 de Mme Yadan (RE) et identique CL343 de Mme K/Bidi (GDR-NUPES)].

    Précisions concernant la compétence du juge des libertés et de la détention pour l’examen des demandes de modification ou de mainlevée des mesures de contrôle judiciaire, à la place de la juridiction de jugement saisie, ainsi que sur les délais dans lesquels le JLD doit statuer et pour l’appel [CL787 du Gouvernement].

    Information de la personne détenue au plus tard cinq jours ouvrables avant la tenue du débat contradictoire relatif à la prolongation de sa détention provisoire, dans le même esprit que la procédure prévue en appel devant la chambre de l’instruction [CL866 de M. Balanant, rapporteur].

    Harmonisation des modalités d’audition des témoins sur commission rogatoire avec ce qui est prévu au cours de l’enquête par les articles 62 et 78 du code de procédure pénale [CL868 de M. Balanant, rapporteur].

    Possibilité pour le témoin assisté de préciser, dans sa demande d’expertise, les questions qu’il souhaiterait voir traitées par l’expert [CL869 de M. Balanant].

    Possibilité pour le témoin assisté d’adresser à l’expert ses observations en vue du rapport définitif, sur la base du rapport d’étape [CL870 de M. Balanant].

    Possibilité pour le témoin assisté de demander à l’expert d'effectuer certaines recherches ou d'entendre toute personne nommément désignée qui serait susceptible de leur fournir des renseignements d'ordre technique [CL39 de M. Balanant et identique CL76 de Mme Yadan].

    Possibilité pour le témoin assisté de saisir la chambre de l’instruction si le juge n’a pas statué dans un délai d’un mois lorsqu’il rejette une demande d’expertise ou une demande tendant à ce que soient désignés plusieurs experts [CL873 de M. Balanant].

    Extension aux témoins assistés des modalités d’appel reconnues aux parties [CL872 de M. Balanant].

    Retour au texte initial du projet de loi pour permettre l’activation à distance d’un appareil électronique aux fins de géolocalisation pour les délits punis d’au moins cinq ans d’emprisonnement, et non dix ans [CL778 du Gouvernement et identiques CL436 de Mme Bordes (RN) et CL551 de M. Schreck (RN)].

    Exclusion du recours à la géolocalisation pour les appareils électroniques des journalistes, médecins, notaires et huissiers [CL702 de Mme Moutchou (HOR)].

    En cas de comparution différée, comparution du prévenu devant le tribunal au plus tard le troisième jour ouvrable suivant la décision du juge des libertés et de la détention estimant non nécessaire la détention provisoire [CL818 de M. Balanant, rapporteur].

    Obligation, sur les demandes de mainlevée et de modification de contrôle judiciaire dans le cadre des procédures rapides, de faire appel des décisions du JLD devant la chambre de l’instruction dans un délai de 24 heures [CL788 du Gouvernement].

    Précision sur les modalités d’instruction des pourvois dont est saisie la chambre criminelle de la Cour de cassation, avec la possibilité de désigner deux rapporteurs, de procéder à une séance d’instruction préalable au rapport, et de saisir une autre chambre pour avis [CL779 du Gouvernement].

    Possibilité pour la juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Fort-de-France de recourir à la visioconférence, lorsqu’un tel recours est justifié et permet de surmonter des difficultés logistiques et matérielles dirimantes [CL961 de M. Sacha Houlié (RE)].

    Exclusion de toute retranscription, après utilisation d’un dispositif de captations d’images et de son par activation à distance d’un appareil connecté, des données relatives aux échanges avec un avocat relevant de l'exercice des droits de la défense et couvertes par le secret professionnel de la défense et du conseil, des données relatives aux échanges avec un journaliste permettant d'identifier une source, et des données collectées grâce à l’activation à distance d’un appareil qui se trouvait dans un lieu « protégé » dans lesquels les perquisitions sont strictement encadrées [CL704 de Mme Moutchou (HOR) et identiques CL884 de M. Balanant, rapporteur, et CL681 de M. Caroline Abadie (RE)].

    Exclusion du dispositif de captation d’images et de son par l’activation à distance d’un appareil connecté pour les appareils électroniques utilisés par un député, un sénateur, un magistrat, un avocat, un médecin, un notaire, un huissier ou un journaliste [CL885 de M. Balanant, rapporteur].

    Possibilité pour le procureur de la République d’avancer la date d’audience initialement prévue afin de faire comparaître le mineur encore détenu ou de modifier la juridiction initialement saisie, à savoir le tribunal pour enfants en lieu et du juge des enfants, au sein d’un même tribunal judiciaire [CL794 de M. Terlier, rapporteur].

    Possibilité, en matière de justice pénale des mineurs, de recourir à un seul acte d’huissier et donc un seul acte de procédure lorsque le mineur est absent à l’audience de culpabilité, s’agissant de la signification du jugement sur la culpabilité et des citations à l’audience de sanction [CL793 de M. Terlier, rapporteur].

  18. #38
    Membre expérimenté
    Homme Profil pro
    retraité
    Inscrit en
    Septembre 2014
    Messages
    608
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : retraité

    Informations forums :
    Inscription : Septembre 2014
    Messages : 608
    Points : 1 453
    Points
    1 453
    Par défaut
    Citation Envoyé par Jules34 Voir le message
    Quelque chose de gros se prépare. Macron prévoit de nouvelle loi pour les réquisitions dans la loi de programmation militaire 2024 2030 (mais forcément les "debunker" disent que c'est de l'intox, ils n'ont visiblement pas lu le titre 1er chapitre 2 de la loi de programmation qui commence comme ça :


    L'Europe à mis en place la surveillance généralisée à la Chinoise, le crédit social avec la taxe carbone, et nous on est encore la comme des bisounours à vouloir "défendre notre démocratie" alors qu'il n'en reste déjà plus rien.

    Franchement on vit dans une vaste farce avec la 5ème république, dont il ne reste que les dorures sur les palais.
    Attention, les articles de loi modifiés dans ce projet législatif font référence au Code de la Défense Nationale, en vigueur depuis 2011...
    https://www.legifrance.gouv.fr/loda/...041/2022-10-20

    Article L2211-1Version en vigueur depuis le 30 juillet 2011
    Modifié par LOI n°2011-892 du 28 juillet 2011 - art. 4
    Dans les cas prévus à l'article L. 1111-2, les prestations nécessaires pour assurer les besoins de la défense sont obtenues par accord amiable ou par réquisition. Le droit de réquisition est ouvert dans les conditions prévues aux articles L. 1111-2 et L. 2141-3 pour tout ou partie de ces prestations sur tout ou partie du territoire.

    Dans les mêmes cas, le bénéfice du droit de réquisition prévu par l'article L. 2221-2 peut être étendu par décret à tout ou partie des formations constituées du service de sécurité nationale.

    Ce droit est exercé dans les conditions et suivant les modalités prévues au chapitre 3 du présent titre, ainsi qu'aux chapitres 3 et 4 du titre III du présent livre.

    Les versions :

    Article L2211-1 du code de la défense

    Comparer
    2011 - 1 version
    Version en vigueur depuis le 30 juillet 2011

    Codifié par Loi n°2005-1550 du 12 décembre 2005 - art. 1
    Codifié par Ordonnance n° 2004-1374 du 20 décembre 2004
    Modifié par LOI n°2011-892 du 28 juillet 2011 - art. 4
    2004 - 1 version

    Oui, oui, 2004.

    Pour une vue plus globale du texte en vigueur : https://www.legifrance.gouv.fr/loda/...TA000006151492

    La loi de programmation militaire ne fait que rajouter des précisions.
    Donc, non Macron ne prépare pas une dictature à la chinoise : s'il devait le faire, il faudrait multiplier par 20 les effectifs de police, gendarmerie, justice, pénitentiaire, environ. Surtout au vu des évènements actuels : l'Etat a perdu le contrôle de l'ordre sur une très grande partie du territoire national, les grands caïds de la drogue ont sifflé la fin de partie. Pour le moment. Mais quand les armes parleront, ce sera le chaos total.
    Vu l'état de nos finances (environ 3000 MILLIARDS d'euros de dette souveraine), on voit mal comment serait possible une telle "dictature à la chinoise"...








  19. #39
    Membre expérimenté
    Homme Profil pro
    retraité
    Inscrit en
    Septembre 2014
    Messages
    608
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : retraité

    Informations forums :
    Inscription : Septembre 2014
    Messages : 608
    Points : 1 453
    Points
    1 453
    Par défaut
    Franchement, LFI est un parti politique plus que malsain, non ?
    Ca va loin, leur bouffonnerie...

    Sandrine Rousseau en roue libre, dans une pente forte : elle craint, la meuf...

    https://twitter.com/PoliceSCSI/statu...93039519166466

    Officiers et Commissaires de police
    Pour Sandrine Rousseau, « en cas de #terrorisme le tir ne doit pas être l’option privilégiée » Les #policiers doivent-ils privilégier l’envoi d’un bouquet de fleurs ?Après réflexion, elle retire finalement ses 2 derniers tweets…

  20. #40
    Membre expert
    Homme Profil pro
    ingénieur qualité
    Inscrit en
    Mars 2015
    Messages
    1 162
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : ingénieur qualité
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2015
    Messages : 1 162
    Points : 3 577
    Points
    3 577
    Par défaut
    Citation Envoyé par TotoParis Voir le message
    Franchement, LFI est un parti politique plus que malsain, non ?
    Ca va loin, leur bouffonnerie...
    Clairement c'est le seul gros parti qui a voté contre cette loi.

    Rappel : les enqueteurs se plaignent que les manifestants laissent leurs smartphones chez eux quand ils partent en manifs ou qu'ils utilisent des GSM plus rudimentaires. Pourquoi? C'est étrange quand même...
    Scoop : quand je pars en festival je ne prend pas mon téléphone, je risque trop de le perdre, le casser me le faire voler etc. Est ce que ça fait de moi un terroriste ou un militant radical?

    Prochaine loi : vous ne devez pas vous éloigner de plus de 1m de votre smartphone...

Discussions similaires

  1. Réponses: 7
    Dernier message: 17/12/2017, 22h16

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo