IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

Intelligence artificielle Discussion :

Des milliers d'artistes accusent Midjourney d'avoir utilisé leurs œuvres pour former un modèle d'IA


Sujet :

Intelligence artificielle

  1. #101
    Membre à l'essai
    Homme Profil pro
    Mangeur de fayots
    Inscrit en
    Juillet 2022
    Messages
    4
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Haute Garonne (Midi Pyrénées)

    Informations professionnelles :
    Activité : Mangeur de fayots
    Secteur : Finance

    Informations forums :
    Inscription : Juillet 2022
    Messages : 4
    Points : 12
    Points
    12
    Par défaut
    "la communauté artistique de l'IA": burp

    "les images elles-mêmes étaient "l'expression directe de ma créativité"": re-burp

    Quelle vaste blague, merci l'IA pour faire croire à tous ces neuneus qu'ils sont de grands artistes.

  2. #102
    Membre averti
    Profil pro
    Inscrit en
    Septembre 2012
    Messages
    192
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : Septembre 2012
    Messages : 192
    Points : 311
    Points
    311
    Par défaut
    Citation Envoyé par Anthony Voir le message
    Que pensez-vous de cette décision de l'Office US du droit d'auteur ? Trouvez-vous qu'elle est pertinente ?
    Non, pas du tout. La génération n'est pas le fruit du hasard. Elle est une réponse à un envoi (un prompt) qui a du sens et donc traduit une intentionnalité. De surcroit, l'auteur se lance dans un processus itératif de création. Et bien souvent, une retouche se poursuit à la sortie de l’œuvre.
    Et quand bien même l'auteur placerait le hasard au centre de sa démarche, la paternité de l’œuvre ne pourrait être remis en cause. C'est le cas de bon nombres d'artistes comme Victor Hugo et ses tâches, Jackson Pollock et ses coulures de peintures... Bref, il est étonnant que l'Office américain du droit d'auteur soit amnésique quant à l'histoire de l'art.
    Mais l'affaire est donc loin d'être conclue : l'avocat de de Midjourney et l'auteur de "Zarya of the Dawn", Kris Kashtanova, affirme que la décision de l'office est contradictoire.
    Une action en justice se profile pour trancher cette curieuse décision. Mais bon, l’Amérique sans procédure judiciaire n'est pas l'Amérique.

  3. #103
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 286
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 286
    Points : 194 444
    Points
    194 444
    Par défaut Les auteurs risquent de perdre leurs droits s'ils ne déclarent pas qu'ils ont fait appel à une IA
    Les auteurs risquent de perdre leurs droits s'ils ne déclarent pas qu'ils ont fait appel à une IA,
    prévient le US Copyright Office dans de nouvelles directives

    Alors que les technologies d'IA génératives telles que GPT-4 et Midjourney sont rapidement devenues plus sophistiquées et que leur utilisation créative a explosé en popularité, le US Copyright Office a publié des directives pour clarifier quand le matériel généré par l'IA peut être protégé par le droit d'auteur.

    Les directives interviennent après que le Bureau du droit d'auteur a décidé qu'un auteur ne pouvait pas protéger les images d'IA individuelles utilisées pour illustrer une bande dessinée, car chaque image a été générée par Midjourney, et non par un artiste humain. En prenant sa décision, le Bureau du droit d'auteur s'est engagé à respecter la définition légale de longue date selon laquelle les auteurs d'œuvres créatives doivent être humains pour enregistrer des œuvres. Pour cette raison, les responsables ont confirmé que les technologies d'IA ne peuvent jamais être considérées comme des auteurs.

    Ce n'était pas le seul cas à avoir influencé les nouvelles directives, mais c'était le plus récent. La lutte avec les questions complexes sur la paternité de la bande dessinée a incité le Bureau du droit d'auteur à lancer une initiative à l'échelle de l'agence pour continuer à explorer un plus large éventail de problèmes de droit d'auteur survenant à mesure que les modèles d'IA utilisés pour générer du texte, de l'art, de l'audio et de la vidéo continuent d'évoluer.

    Avant de publier les directives, le guide à rappeler le contexte.

    Le Bureau du droit d'auteur (le «*Bureau*») est l'agence fédérale chargée d'administrer le système d'enregistrement du droit d'auteur, ainsi que de conseiller le Congrès, d'autres agences et le pouvoir judiciaire fédéral sur le droit d'auteur et les questions connexes.

    Parce que le Bureau a supervisé l'enregistrement du droit d'auteur depuis ses origines en 1870, il a développé une expérience et une expertise substantielles concernant « la distinction entre les œuvres protégeables et non protégeables par le droit d'auteur ». Le Bureau est habilité par la Loi sur le droit d'auteur à établir la demande utilisée par les demandeurs qui demandent l'enregistrement de leurs œuvres protégées par le droit d'auteur.

    Bien que la loi identifie certaines exigences minimales, le registre peut déterminer que des informations supplémentaires sont nécessaires pour que le Bureau puisse évaluer « l'existence, la propriété ou la durée du droit d'auteur ».

    Étant donné que le Bureau reçoit environ un demi-million de demandes d'enregistrement chaque année, il constate de nouvelles tendances dans les activités d'enregistrement qui peuvent nécessiter la modification ou l'élargissement des informations à divulguer sur une demande.

    L'un de ces développements récents est l'utilisation de technologies sophistiquées d'intelligence artificielle ("IA") capables de produire du matériel expressif. Ces technologies « s'entraînent » sur de grandes quantités d'œuvres préexistantes d'auteurs humains et utilisent les inférences de cette formation pour générer de nouveaux contenus. Certains systèmes fonctionnent en réponse à une instruction textuelle de l'utilisateur, appelée « invite ».

    La sortie résultante peut être textuelle, visuelle ou audio, et est déterminée par l'IA en fonction de sa conception et du matériel sur lequel elle a été formée. Ces technologies, souvent décrites comme « IA générative », soulèvent la question de savoir si le matériel qu'elles produisent est protégé par le droit d'auteur, si les œuvres composées à la fois de matériel d'auteur humain et de matériel généré par l'IA peuvent être enregistrées, et quelles informations doivent être fournies au Bureau par les demandeurs cherchant à les enregistrer.

    Ce ne sont plus des questions hypothétiques, car le Bureau reçoit et examine déjà les demandes d'enregistrement qui revendiquent le droit d'auteur sur le matériel généré par l'IA. Par exemple, en 2018, le Bureau a reçu une demande pour une œuvre visuelle que le demandeur a décrite comme « créée de manière autonome par un algorithme informatique exécuté sur une machine ».

    La demande a été rejetée parce que, sur la base des représentations du demandeur dans la demande, l'examinateur a conclu que l'œuvre ne contenait aucune paternité humaine. Après une série d'appels administratifs, la commission de révision du Bureau a rendu une décision finale affirmant que l'œuvre ne pouvait pas être enregistrée car elle avait été réalisée « sans aucune contribution créative d'un acteur humain ».

    Plus récemment, le Bureau a examiné un enregistrement pour une œuvre contenant des éléments d'auteur humain combinés à des images générées par l'IA. En février 2023, l'Office a conclu qu'un roman graphique composé d'un texte d'origine humaine combiné à des images générées par le service d'intelligence artificielle Midjourney constituait une œuvre protégeable par le droit d'auteur, mais que les images individuelles elles-mêmes ne pouvaient pas être protégées par le droit d'auteur.

    Le Bureau a reçu d'autres demandes qui ont désigné la technologie de l'IA comme l'auteur ou le co-auteur de l'œuvre ou qui ont inclus des déclarations dans les sections «*Auteur créé*» ou «*Note au Bureau du droit d'auteur*» de la demande indiquant que l'œuvre a été produite par ou avec l'aide de l'IA. D'autres déposants n'ont pas divulgué l'inclusion de matériel généré par l'IA, mais ont mentionné les noms des technologies d'IA dans le titre de l'œuvre ou la section « Remerciements » du dépôt.

    Sur la base de ces développements, le Bureau conclut que des orientations publiques sont nécessaires sur l'enregistrement des œuvres contenant du contenu généré par l'IA. Cet énoncé de politique décrit comment le Bureau applique l'exigence de paternité humaine de la loi sur le droit d'auteur aux demandes d'enregistrement de telles œuvres et fournit des conseils aux demandeurs.

    Le Bureau reconnaît que les œuvres générées par l'IA impliquent d'autres problèmes de droit d'auteur non abordés dans cette déclaration. Il a lancé une initiative à l'échelle de l'agence pour approfondir un large éventail de ces questions. Entre autres choses, le Bureau a l'intention de publier un avis d'enquête plus tard cette année pour solliciter les commentaires du public sur d'autres sujets juridiques et politiques, y compris la manière dont la loi devrait s'appliquer à l'utilisation d'œuvres protégées par le droit d'auteur dans la formation à l'IA et le traitement des résultats qui en résulte.


    Nom : BD.png
Affichages : 8240
Taille : 598,7 Ko
    Les images de cette bande dessinée ont été générées par IA

    Les directives

    Les directives offrent des détails sur ce qui n'est pas éligible au droit d'auteur lorsqu'il s'agit d'œuvres d'IA générées uniquement par des invites (sans aucune modification) que le Bureau du droit d'auteur assimile à donner des « instructions à un artiste mandaté ». Ces œuvres n'ont pas la paternité humaine et, par conséquent, ne seront pas enregistrées.

    Lorsque « la technologie de l'IA reçoit uniquement une invite d'un humain et produit des œuvres écrites, visuelles ou musicales complexes en réponse, les "éléments traditionnels de la paternité" sont déterminés et exécutés par la technologie, et non par l'utilisateur humain », explique le guide. « Sur la base de la compréhension du Bureau des technologies d'IA génératives actuellement disponibles, les utilisateurs n'exercent pas de contrôle créatif ultime sur la façon dont ces systèmes interprètent les invites et génèrent du matériel ».

    Cependant, comme dans le cas de Midjourney, un auteur qui organise l'IA générative dans une séquence spécifique (comme la conception de la mise en page d'une bande dessinée) peut potentiellement protéger cette séquence d'images, si l'arrangement est « suffisamment créatif ». Une logique similaire s'applique si un auteur ou un artiste a modifié du matériel généré par l'IA et que « les modifications respectent la norme de protection du droit d'auteur ». Des exemples pourraient être la modification d'une image AI dans Adobe Photoshop ou la modification de l'audio généré par l'IA à l'aide de pédales d'effets guitare, indique le guide.

    Toutefois, il est clair que le Bureau du droit d'auteur n'en est qu'aux premières étapes de la gestion de ces affaires complexes, et les conseils restent quelque peu vagues. En fin de compte, les responsables qui se demandent si les œuvres assistées par l'IA ont été conçues par des humains ou par des machines prendront des décisions au cas par cas, selon les directives.

    « La réponse dépendra des circonstances, en particulier du fonctionnement de l'outil d'IA et de la manière dont il a été utilisé pour créer le travail final », indique le guide.

    Tout contenu généré par l'IA doit être mentionné

    L'aspect le plus important des directives est peut-être le « devoir d'un auteur de divulguer l'inclusion de contenu généré par l'IA dans une œuvre soumise à l'enregistrement ».

    Lors de l'enregistrement d'œuvres, les auteurs doivent distinguer quel contenu est d'origine humaine et quel contenu est généré par l'IA. Si les candidats ne savent pas comment faire référence au contenu généré par l'IA, le Bureau du droit d'auteur recommande de fournir une déclaration générale indiquant que l'œuvre contient du contenu généré par l'IA. Cela incitera le bureau à faire un suivi pour aider chaque auteur à remplir les blancs dans une demande.

    Pour les artistes qui ont des demandes en attente ou qui ont déjà enregistré des œuvres contenant du contenu généré par l'IA, le Bureau du droit d'auteur suggère de corriger le dossier public en soumettant un enregistrement supplémentaire. Toute incapacité à refléter avec précision le rôle de l'IA dans les œuvres protégées par le droit d'auteur pourrait entraîner la « perte des avantages de l'enregistrement », a averti le bureau. Cela pourrait laisser les œuvres vulnérables à la copie, avec peu ou pas de recours légaux pour les réclamations pour violation du droit d'auteur.

    Le défaut de divulguer le contenu généré par l'IA est le seul type d'infraction abordé dans le guide. Des critiques comme Alex J. Champandard, cofondateur de Creative.ai, un groupe de hackers et d'artistes intéressés par l'IA générative, ont tweeté pour dire que les directives actuelles placent les auteurs dans une situation précaire.

    Citation Envoyé par Alex J. Champandard
    Le U.S. Copyright Office a publié un document contenant des directives pour les œuvres qui incluent des matériaux générés par #AI.
    • Vous avez toujours besoin d'une entrée/contrôle humain au-delà des invites.
    • Vous devez divulguer l'utilisation de l'IA ou votre inscription peut être affectée.

    Il n'y a aucune mention d'infraction, sauf que vous auriez des ennuis si vous ne divulguez pas l'IA et que quelqu'un intente une action contre vous.

    C'est donc le hic 22*: en divulguant l'IA, vous vous exposez à une violation, mais en ne divulguant pas l'IA, c'est plus sûr mais c'est en violation de l'USCO*[ndlr. U.S. Copyright Office] !
    Une consultation publique

    Quoiqu'il en soit, le Bureau du droit d'auteur sait qu'il a encore beaucoup de travail à faire pour clarifier pleinement quand le contenu assisté par l'IA peut être enregistré. À cette fin, il a prévu une série de séances d'écoute en avril et en mai pour recueillir les commentaires du public. Le bureau a également lancé une page Web dédiée à la publication de mises à jour sur les actualités et les événements liés à l'IA, il est donc plus facile de suivre les conseils à mesure que les règles sont mises à jour.

    Le 19 avril, les sessions d'écoute démarrent avec un événement dédié aux œuvres littéraires générées par l'IA. Suivent une session sur les arts visuels le 2 mai, les œuvres audiovisuelles le 17 mai et la musique et les enregistrements sonores le 31 mai.

    Les artistes, les acteurs de l'industrie créative, les développeurs d'IA, les chercheurs en IA et les avocats sont tous encouragés à s'inscrire pour assister à ces sessions. Mais comme la participation sera nécessairement limitée, le Bureau du droit d'auteur a également indiqué dans les directives publiées qu'il y aura des opportunités supplémentaires pour les parties prenantes d'intervenir au-delà de la participation à ces sessions.

    « Le Bureau a l'intention de publier un avis d'enquête plus tard cette année pour solliciter les commentaires du public sur d'autres sujets juridiques et politiques, y compris la manière dont la loi devrait s'appliquer à l'utilisation d'œuvres protégées par le droit d'auteur dans la formation à l'IA et le traitement des résultats qui en résulte », indique le guide.

    Source : Bureau du droit d'auteur

    Et vous ?

    Que pensez-vous de cette initiative ?
    Devrait-on, selon vous, protéger une œuvre générée entièrement ou partiellement par une IA ? Dans quelle mesure ?
    Que dit la loi à ce propos dans votre pays ?

    Voir aussi :

    Une plainte en recours collectif est déposée contre Stability AI, Midjourney et DeviantArt pour violations du droit d'auteur, sous le couvert d'une prétendue « intelligence artificielle »
    Un artiste opposé aux images générées par IA se sert de Mickey Mouse pour déclencher des poursuites en copyright : « le savoir-faire, les efforts et les idées des gens sont pris sans consentement... »
    Dall-E 2 permet de générer des images à partir de quelques mots, mais le produit est-il votre ? Votre illustration numérique générée par l'IA pourrait ne pas être protégée par le droit d'auteur
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  4. #104
    Membre expert
    Homme Profil pro
    ingénieur qualité
    Inscrit en
    Mars 2015
    Messages
    1 070
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : ingénieur qualité
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2015
    Messages : 1 070
    Points : 3 277
    Points
    3 277
    Par défaut
    Je ne condamne pas la création d'images aidées par l'IA
    MAIS
    ce week end Youtube s'est subitement mis à me proposer des dizaines de chaines (AIden quelquechose, AI blabla etc) qui propose des vidéos de dizaines d'images générées par IA, essentiellement du "DragonBall Z façon X0's".
    Les previews des vidéos sont des daubes qui n'ont d'intérêts que parce que les couleurs sont ultra saturées.
    Ces gens me donnent envie de condamner ça, surtout quand je vois la tête de Vegeta sur la morphologie de Goku dans une preview qui est sensée être le top de la vidéo.

  5. #105
    ALT
    ALT est déconnecté
    Membre émérite
    Avatar de ALT
    Homme Profil pro
    Retraité
    Inscrit en
    Octobre 2002
    Messages
    1 223
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 64
    Localisation : France, Indre et Loire (Centre)

    Informations professionnelles :
    Activité : Retraité
    Secteur : Service public

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2002
    Messages : 1 223
    Points : 2 307
    Points
    2 307
    Par défaut
    Moi, je me pose une question : au vu de certaines œuvres (l'illustration de cet article en est un exemple), comment fait-on pour distinguer le travail d'une IA de celui d'un humain ?
    Si quelqu'un a une réponse, je suis preneur.
    « Un peuple qui est prêt à sacrifier un peu de liberté contre un peu de sécurité, ne mérite ni l'une, ni l'autre, et finira par perdre les deux. »
    Attribué indistinctement à :
    Thomas Jefferson
    Benjamin Franklin
    Albert Einstein !

  6. #106
    Membre chevronné

    Homme Profil pro
    Consultant informatique
    Inscrit en
    Avril 2015
    Messages
    438
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Vendée (Pays de la Loire)

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant informatique
    Secteur : Finance

    Informations forums :
    Inscription : Avril 2015
    Messages : 438
    Points : 1 939
    Points
    1 939
    Par défaut
    Citation Envoyé par ALT Voir le message
    Moi, je me pose une question : au vu de certaines œuvres (l'illustration de cet article en est un exemple), comment fait-on pour distinguer le travail d'une IA de celui d'un humain ?
    Si quelqu'un a une réponse, je suis preneur.
    C'est là que la notion d'oeuvre devient intéressante. Qu'est-ce qui fait que Picasso est devenu extraordinairement célèbre pour ses portraits en morceaux, moches, alors qu'il dessinait avec grand talent par ailleurs, et que Madame Michu se fait conspuer alors qu'elle s'applique à dessiner ses jolis bouquets de chrysanthèmes ?
    Qui définit ce qu'est l'art, et selon quelle légitimité ?
    A mon point de vue, du moment que ça trouve un écho chez nous, nous pouvons considérer que c'est de l'art. Quel qu'en soit l'auteur. Ou même l'autrice ! Après vient la notion de plagiat, et là l'IA pourrait facilement se trouver en faute puisqu'elle exploite des banques de données existantes.
    Mais Picasso a aussi dessiné des nez, bien qu'ils les ait placés à des endroits étranges souvent. Va-t-on lui reprocher d'avoir copié la Venus de Milo parce qu'elle aussi avait un nez ?

  7. #107
    ALT
    ALT est déconnecté
    Membre émérite
    Avatar de ALT
    Homme Profil pro
    Retraité
    Inscrit en
    Octobre 2002
    Messages
    1 223
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 64
    Localisation : France, Indre et Loire (Centre)

    Informations professionnelles :
    Activité : Retraité
    Secteur : Service public

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2002
    Messages : 1 223
    Points : 2 307
    Points
    2 307
    Par défaut
    Oui, d'autant que tous les auteurs s'inspirent de leurs prédécesseurs. Et à moins d'une rupture très brutale, comme le cubisme, ils extrapolent : même les artistes de la Renaissance ont été influencés par ceux du Moyen-Âge ou leurs contemporains.
    D'où les « styles » : gothique, néoclassique, Art-Déco, romantique... Dans tous les arts. Et pourtant, chacun a son genre : René Descartes n'écrivait pas comme François de Malherbe. Et Johann Sebastian Bach ne composait pas comme Wolfgang Amadeus M.

    Alors qu'une IA s'inspire d'[autres] artistes...
    « Un peuple qui est prêt à sacrifier un peu de liberté contre un peu de sécurité, ne mérite ni l'une, ni l'autre, et finira par perdre les deux. »
    Attribué indistinctement à :
    Thomas Jefferson
    Benjamin Franklin
    Albert Einstein !

  8. #108
    Expert éminent sénior
    Avatar de Mat.M
    Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    Novembre 2006
    Messages
    8 334
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France, Rhône (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2006
    Messages : 8 334
    Points : 20 311
    Points
    20 311
    Par défaut
    toute la question à se poser c'est de savoir si l'art est quelque chose de substantiel ou non...
    je dirais forcément oui car dans les compositions d'u Mozart ou les peintures d'un Leonardo de Vinci l'âme et la singularité de l'artiste transparaît.
    Formulé autrement un artiste qui peint un tableau il y met ses "tripes" quelque part.
    Contrairement à un artefact que l'on commande à une machine et qui est donc généré mécaniquement.
    Après ça amène à l'éternel débat entre l'universel et le particulier.
    Mais pour emboiter les pas de mon prédesseurs ALT au Musée du Quai Branly une chercheuse m'avait dit que les statuettes mayas il y a des milliers d'années étaient déjà produites de manière industrielle au Mexique

    De rajouter que le problème de la production artistique générée automatiquement c'est le manque de "totemisation" ou de sacralisation.
    Le tableau de Mona Lisa au Louvre après tout ça tient quasiment du sacré de fait parce que la renommée de cette oeuvre est intemporelle

  9. #109
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Dirigeant
    Inscrit en
    Juin 2016
    Messages
    3 160
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Dirigeant
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2016
    Messages : 3 160
    Points : 66 245
    Points
    66 245
    Par défaut Le modèle d'IA de génération d'images Midjourney suspend son offre gratuite après l'augmentation des deepfakes
    Le modèle d'IA de génération d'images Midjourney suspend les essais gratuits après que les deepfakes sont devenus viraux
    mais la société impute ce choix à la création excessive de comptes jetables

    Midjourney a discrètement mis fin aux essais gratuits de son modèle d'IA de génération d'images après avoir constaté "un afflux soudain de nouveaux utilisateurs et un abus de l'offre gratuite". Cette décision intervient après que Midjourney s'est retrouvé au cœur d'une attention indésirable ces dernières semaines. Son modèle d'IA a été utilisé pour créer des deepfakes de Donald Trump en train de se faire arrêter et du pape François portant un manteau à la mode. Le PDG de Midjourney, David Holz, a déclaré mardi que l'entreprise a tenté de résoudre les problèmes d'abus avec des correctifs de sécurité, mais que ces changements n'ont malheureusement pas suffi.

    Midjourney est une IA qui génère des images en fonction des instructions fournies par l'utilisateur. Aussi absurdes ou irréalistes que soient les requêtes, Midjourney est capable d'en produire au moins l'essentiel. Il existe de nombreux autres modèles d'IA de ce type, dont les plus populaires sont DALL-E et Stable Diffusion. Cependant, bien qu'ils soient impressionnants et utiles à certains égards, ces nouveaux outils d'IA ont également malheureusement enclenché l'ère des images réalistes et facilement trompeuses générées par l'IA. Midjourney, DALL-E et Stable Diffusion ont propulsé le réalisme des deepfakes à un niveau supérieur, compliquant ainsi leur détection.

    Midjourney a récemment mis fin aux essais gratuits de son service, évoquant un afflux soudain de nouveaux utilisateurs. David Holz, cofondateur et PDG de Midjourney, a annoncé le changement mardi, affirmant que "la décision est due à un nombre massif de personnes créant des comptes jetables pour obtenir des images gratuites". Holz a déclaré que Midjourney a tenté de résoudre les problèmes d'abus avec des correctifs de sécurité, mais les changements tentés n'ont pas pu résoudre les problèmes : « nous avons essayé de réactiver les essais avec de nouvelles sécurités contre les abus, mais cela n'a pas semblé suffisant. Nous les désactivons à nouveau ».

    Nom : 8a93ec755b51adeae33d9a85bde0dd76.png
Affichages : 2095
Taille : 316,0 Ko

    Le service payant de l'entreprise reste disponible et, bien que les essais gratuits soient interrompus pour l'instant, ils pourraient revenir à tout moment. L'utilisation du terme "abus" par Holz dans ses messages sur Discord a laissé penser que l'interruption de l'offre gratuite est intervenue après que des deepfakes générés grâce à son outil d'IA sont devenus viraux. En fait, les utilisateurs de Midjourney ont créé de fausses images montrant Donald Trump qui tente de résister tant bien que mal à une arrestation, mais également des images montrant l'ancien président des États-Unis en tenue de détenu et faisant du nettoyage dans une enceinte pénitentiaire.

    Midjourney a également permis aux internautes de créer des images montrant le pape François dans un manteau à la mode et le président français Emmanuel Macron ramassant des ordures dans les rues de Paris ou se mêlant aux forces de l'ordre pour encadrer des manifestants. Bien que les images aient été rapidement identifiées comme des deepfakes, il est à craindre que des acteurs malveillants utilisent Midjourney, DALL-E, Stable Diffusion ou d'autres outils similaires pour diffuser de fausses informations avec des images très réalistes à l'appui. Mais Holz a affirmé que la décision n'a pas été motivée par le souci de limiter la prolifération des deepfakes.

    En parlant d'un rapport publié par le Washington Post, Holz explique : « l'article contient de gros malentendus. Nous avons arrêté les essais en raison du nombre massif de personnes qui créaient des comptes jetables pour obtenir des images gratuites. Cela s'est produit en même temps qu'une pénurie temporaire de GPU. Les deux choses se sont conjuguées et ont entraîné une baisse du service pour les utilisateurs payants ». Les rapports affirment également que les récents deepfakes viraux ont été créés grâce à la dernière version de Midjourney, Midjourney v5, mais Holz a déclaré sur Discord que l'offre gratuite n'a jamais inclus l'accès à cette version.


    Midjourney v5 a considérablement amélioré la qualité des images représentant des personnes. Par exemple, les mains difformes qui étaient auparavant une caractéristique des images générées par l'IA posent désormais moins de problèmes. L'éclairage et les tissus sont également plus réalistes, et le système est capable de générer des images d'innombrables célébrités et personnalités publiques. En raison de ces améliorations, mais également d'améliorations similaires ou plus avancées apportées par les rivaux tels que DALL-E et Stable Diffusion, l'utilisation des modèles d'IA de génération d'images pour créer des deepfakes a le vent en poupe.

    Sur les réseaux sociaux, vous avez peut-être rencontré des images du président russe Vladimir Poutine face à un tribunal de La Haye, ou encore de l'ancien président des États-Unis John F. Kennedy pointant un fusil par la fenêtre. Toutes ces images ont été créées à l'aide de Midjourney, mais Holz affirme que ces images ne sont pas une raison suffisante pour restreindre ou fermer l'accès à Midjourney. Au contraire, l'entreprise affirme que son interdiction actuelle des essais gratuits est une forme de protection des bénéfices. Elle souhaite que les utilisateurs passent de l'essai gratuit à un abonnement payant, et non à un autre essai gratuit.

    La réponse de Midjourney à l'escalade de la menace politiquement sensible des fausses images a jusqu'à présent été fragmentaire, sans révision significative de ses politiques de modération. Les restrictions de contenu de Midjourney sont plus permissives que certains services concurrents (comme DALL-E), mais plus restrictives que d'autres (comme Stable Diffusion). Holz a néanmoins déclaré que Midjourney s'efforçait d'améliorer la modération : « je crois que nous essayons encore de trouver les bonnes politiques de modération. Nous prenons en compte les commentaires des experts et de la communauté et nous essayons d'être vraiment réfléchis ».


    « Nous avons déjà de nouveaux systèmes qui devraient être livrés prochainement », a-t-il ajouté. Les difficultés de Midjourney, et de ses rivaux, à mettre un terme à l'essor de fausses images divertissantes, mais potentiellement dangereuses et trompeuses, illustrent les questions obscures de la réglementation de l'IA. Comment les créateurs d'IA générative parviendront-ils à trouver un équilibre entre la pression pour l'accès, la "liberté d'expression" et la fabrication d'un produit que les gens veulent réellement utiliser, d'une part, et la responsabilité sociale et le risque d'abus flagrant, d'autre part ? Quels rôles les régulateurs auront-ils à jouer ?

    Pour l'instant, les réponses restent floues, y compris pour les PDG des entreprises technologiques. Mercredi, lors d'une session Discord en direct, Holz a reconnu qu'il a du mal à établir des politiques en matière de contenu, en particulier en ce qui concerne l'utilisation d'images de personnes réelles. « Il y a un argument en faveur d'un Disney total ou d'un Far West total, et tout ce qui se trouve au milieu est un peu pénible. Nous sommes en quelque sorte au milieu en ce moment, et je ne sais pas ce que je dois en penser », aurait déclaré le PDG de Midjourney, selon certains rapports. Le moratoire sur l'accès gratuit à Midjourney ne résout pas le problème.

    Et, une fois de plus, le PDG affirme que la décision d'arrêter les essais gratuits n'est pas du tout le résultat de la diffusion de deepfake. Mais peut-être que cela pourrait ralentir le problème en limitant le nombre de personnes qui peuvent produire des photos effrayantes, vraies et fausses de presque tout ce qu'elles veulent. Pour 10, 30 ou 60 dollars par mois, ceux qui sont prêts à payer pour accéder à Midjourney peuvent toujours opter pour le chaos du contenu. Par ailleurs, selon un message de Holz datant d'octobre, Midjourney tient à jour une liste de mots interdits liés à des sujets dans différents pays, sur la base de plaintes d'utilisateurs de ces pays.


    Holz a ajouté que l'entreprise ne partage pas la version complète de cette liste afin de minimiser les "drames". Mais l'entreprise a élargi cette liste au fur et à mesure que ses contrefaçons devenaient virales, interdisant récemment le terme "arrêté", par exemple. Cette mesure semble avoir été prise après la publication des images montrant Donald Trump en train d'être arrêté. Ces images auraient été créées par le journaliste d'investigation Eliot Higgins, qui a depuis affirmé que Midjourney l'a banni. Il est toutefois facile de contourner de telles restrictions. Par exemple, il suffit d'utiliser des synonymes ou de formuler sa phrase autrement pour obtenir des résultats.

    Source : David Holz, cofondateur et PDG de Midjourney

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Que pensez-vous de la décision de Midjourney de suspendre son offre gratuite ?
    Quel est votre avis sur la raison évoquée par le PDG de Midjourney ?
    Selon vous, comment ces entreprises d'IA pourraient-elles lutter contre la prolifération des deepfakes ?

    Voir aussi

    « J'ai perdu tout ce qui me faisait aimer mon travail à cause du modèle d'IA Midjourney », affirme un artiste 3D qui raconte comment l'IA lui a arraché son travail du jour au lendemain

    L'IA de génération d'images la plus avancée de la Chine bloque déjà les contenus politiques, des entrées telles que "place Tiananmen" et "Xi Jinping" ne produisent aucun résultat

    Les nouveaux outils de clonage de voix par l'IA ajoutent "de l'huile sur le feu" de la désinformation, une voix de Joe Biden générée par l'IA prononce un discours "hilarant" sur l'état de l'Union

    Des images truquées par l'IA de l'arrestation imaginaire de Donald Trump circulent sur Twitter, montrant Donald Trump résistant à l'arrestation et traîné par la police
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  10. #110
    Membre éprouvé
    Homme Profil pro
    Développeur .net - Office - Quadiant
    Inscrit en
    Février 2020
    Messages
    557
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Loir et Cher (Centre)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur .net - Office - Quadiant
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : Février 2020
    Messages : 557
    Points : 1 028
    Points
    1 028
    Par défaut
    Bonjour,

    Pour moi c'est hyper dangereux les gens vont partir en live sur n'importe quelle photo.

  11. #111
    ALT
    ALT est déconnecté
    Membre émérite
    Avatar de ALT
    Homme Profil pro
    Retraité
    Inscrit en
    Octobre 2002
    Messages
    1 223
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 64
    Localisation : France, Indre et Loire (Centre)

    Informations professionnelles :
    Activité : Retraité
    Secteur : Service public

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2002
    Messages : 1 223
    Points : 2 307
    Points
    2 307
    Par défaut
    Citation Envoyé par ONTAYG
    Pour moi c'est hyper dangereux les gens vont partir en live sur n'importe quelle photo.
    Oui, dans un premier temps.
    Néanmoins, je crois qu'ils finiront vite par ne plus s'y fier & donc ne leur prêter aucune attention autre que la simple curiosité. Et effet, il y aura tellement d'images contradictoires (Trump en taule, Trump à Tahiti, Trump sur Pluton, Trump fusillé..., pour ne prendre qu'un exemple) que leur crédibilité en sera nulle.
    Le danger est qu'il sera plus difficile de s'informer. Ceci dit, avant la photographie, il y avait des images (donc dessinées) dans les journaux & elles n'avaient aucun rôle informatif, le dessinateur ayant eu une grande liberté. Elles servaient juste d'illustration à l'article.
    Et, de toute façon, avec les outils actuels on peut déjà réaliser des prouesses absolument indétectables par le public. Seuls les experts peuvent découvrir la supercherie. Encore faut-il les consulter &... les écouter !
    Par conséquent, rien de bien nouveau en matière d'information. Ou de désinformation.
    « Un peuple qui est prêt à sacrifier un peu de liberté contre un peu de sécurité, ne mérite ni l'une, ni l'autre, et finira par perdre les deux. »
    Attribué indistinctement à :
    Thomas Jefferson
    Benjamin Franklin
    Albert Einstein !

  12. #112
    Membre éclairé
    Homme Profil pro
    Analyste d'exploitation
    Inscrit en
    Juin 2022
    Messages
    242
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 39
    Localisation : France, Puy de Dôme (Auvergne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Analyste d'exploitation

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2022
    Messages : 242
    Points : 850
    Points
    850
    Par défaut
    Le pire... C'est que les deux photos du Pape (il signe la Lambo, et il prend le micro) sont des vraies photos

  13. #113
    Membre expert

    Homme Profil pro
    Consultant
    Inscrit en
    Janvier 2006
    Messages
    1 376
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Yvelines (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant

    Informations forums :
    Inscription : Janvier 2006
    Messages : 1 376
    Points : 3 533
    Points
    3 533
    Par défaut
    Du coup, si ça s'trouve La Joconde, De Vinci il l'a fait avec l'AI... Cet escroc, depuis le début il nous ment.
    "La révolution informatique fait gagner un temps fou aux hommes, mais ils le passent avec leur ordinateur !"

  14. #114
    Membre chevronné
    Profil pro
    Développeur Web
    Inscrit en
    Février 2008
    Messages
    1 971
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur Web

    Informations forums :
    Inscription : Février 2008
    Messages : 1 971
    Points : 2 008
    Points
    2 008
    Par défaut
    Lancez voir une recherche sur "bannie parce que trop belle".
    Et dites que ça ne vous rappelle rien ...

  15. #115
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 286
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 286
    Points : 194 444
    Points
    194 444
    Par défaut L’intelligence artificielle face au droit d’auteur : le procès qui pourrait changer la donne pour l’art
    Quand l’IA copie l’art : des artistes ont intenté une action en justice contre Midjourney et Stability AI pour violation de droit d'auteur,
    le procès pourrait changer la donne à l'ère de l'IA

    Des artistes numériques ont intenté une action en justice contre Midjourney et Stability AI, deux entreprises qui ont lancé des générateurs d’images basés sur l’intelligence artificielle et qui peuvent transformer des textes simples en images réalistes. Les artistes affirment que ces entreprises ont violé leurs droits d’auteur en utilisant leurs images, ainsi que celles de dizaines de milliers d’autres artistes, pour entraîner leurs générateurs d’images et produire des œuvres dérivées.

    La plainte, déposée devant le tribunal de district des États-Unis pour le district nord de la Californie, pourrait avoir des implications importantes pour l’avenir de l’art et du droit d’auteur à l’ère de l’intelligence artificielle.


    Les entreprises Midjourney et Stability AI ont lancé leurs générateurs d’images au public l’année dernière, et ont attiré plus de 10 millions d’utilisateurs. DeviantArt, une plateforme en ligne pour les artistes numériques, a également intégré la technologie de Stability AI dans son site.

    Autrefois réservés à un groupe restreint d'initiés de la technologie, les systèmes d'IA texte-image sont de plus en plus populaires et puissants. Ces outils, qui offrent généralement quelques crédits gratuits avant d'être facturés, peuvent créer toutes sortes d'images avec seulement quelques mots, y compris celles qui évoquent clairement les œuvres de très nombreux artistes (si elles ne semblent pas avoir été créées par le même artiste). Les utilisateurs peuvent désigner ces artistes par des mots tels que « dans le style de » ou « par », accompagnés d'un nom spécifique. Et les utilisations actuelles de ces outils peuvent aller de l'amusement personnel à des cas plus commerciaux. Mais la découverte par des artistes que leur travail est utilisé pour entraîner l'IA soulève une préoccupation fondamentale : leur propre art est effectivement utilisé pour entraîner un programme informatique qui pourrait un jour s'attaquer à leur gagne-pain.

    Quiconque génère des images avec des systèmes tels que Stable Diffusion ou DALL-E peut ensuite les vendre, les conditions spécifiques concernant le droit d'auteur et la propriété de ces images varient. « Je ne veux pas du tout participer à la machine qui va dévaloriser ce que je fais », a déclaré Daniel Danger, un illustrateur et graveur qui a appris qu'un certain nombre de ses œuvres avaient été utilisées pour entraîner Stable Diffusion.

    Ces résultats sont loin d'être magiques : pour qu'un de ces systèmes puisse ingérer vos mots et produire une image, il doit être entraîné sur des montagnes de données, qui peuvent comprendre des milliards d'images extraites d'Internet, associées à des descriptions écrites.

    Les accusations des artistes

    Les artistes qui ont intenté le procès affirment que les entreprises d’IA ont utilisé leurs images, ainsi que celles de dizaines de milliers d’autres artistes, sans leur consentement pour entraîner leurs générateurs d’images. Ils soutiennent que cela constitue une violation flagrante de leurs droits de propriété intellectuelle, selon le code américain du droit d’auteur (17 U.S. Code § 106), la loi sur le droit d’auteur numérique (Digital Millennium Copyright Act) et la loi sur la concurrence déloyale.

    Ils affirment également que les générateurs d’images produisent des œuvres dérivées, c’est-à-dire des œuvres qui incorporent suffisamment d’éléments de l’œuvre originale pour qu’il soit évident qu’elles en découlent. Ils estiment que ces œuvres dérivées portent atteinte à leur droit moral et à leur réputation, et qu’elles créent une concurrence déloyale sur le marché de l’art.

    En outre, ils accusent les entreprises d’IA d’avoir permis aux utilisateurs de créer ce qu’ils appellent des « faux », c’est-à-dire des imitations du style ou de la signature d’un artiste. Par exemple, après la mort de l’illustrateur coréen Kim Jung Gi, un développeur logiciel qui se fait appeler 5you a utilisé la Stable Diffusion pour créer un modèle qui pouvait produire des images dans le style de Kim. D’autres artistes ont rapporté des exemples similaires d’utilisateurs créant des œuvres dans leur style.

    Nom : image.png
Affichages : 3828
Taille : 708,2 Ko
    Ces images sont générées par IA

    Les arguments juridiques invoqués par les entreprises d'IA

    Les entreprises d’IA ont demandé au tribunal de rejeter le procès des artistes, en invoquant plusieurs arguments juridiques.

    Tout d’abord, elles affirment que l’utilisation des images des artistes pour entraîner leurs générateurs d’images relève de la doctrine du « fair use » (usage loyal), qui crée des exceptions au droit d’auteur pour des fins telles que la critique, le commentaire, le reportage, l’enseignement, la recherche ou la production créative « transformatrice ».

    Elles soutiennent que leurs générateurs d’images ont un but éducatif et scientifique, qu’ils n’affectent pas le marché de l’art et qu’ils ne reproduisent pas les images des artistes de manière substantiellement similaire. Elles invoquent également le fait que leurs organisations sont basées en dehors des États-Unis (Stability AI au Royaume-Uni et Midjourney en Allemagne) et que le droit d’auteur américain ne s’applique pas à leurs activités.

    Ensuite, elles affirment que les images générées par l’IA ne sont pas des œuvres dérivées, mais des œuvres originales et indépendantes. Elles prétendent que leurs générateurs d’images ne copient pas le style ou la signature des artistes, mais qu’ils créent des images nouvelles et uniques à partir de textes aléatoires.

    Elles font valoir que le style artistique n’est pas protégé par le droit d’auteur, mais qu’il relève du domaine public. Elles ajoutent que leurs générateurs d’images ne violent pas le droit moral des artistes, car ils ne portent pas atteinte à leur intégrité ou à leur réputation.

    Enfin, elles affirment que les artistes n’ont pas qualité pour agir en justice, car ils n’ont pas identifié les images spécifiques qui auraient été utilisées pour entraîner leurs générateurs d’images ni celles qui auraient été produites par l’IA. Elles estiment que les artistes n’ont pas démontré qu’ils ont subi un préjudice réel ou imminent du fait de leurs générateurs d’images.


    Quelles sont les conséquences potentielles du procès ?

    Le procès des artistes contre les entreprises d’IA pourrait avoir des conséquences importantes pour l’avenir de l’art et du droit d’auteur à l’ère de l’intelligence artificielle.

    Si les artistes obtiennent gain de cause, ils pourraient obtenir des dommages-intérêts et une injonction interdisant aux entreprises d’IA d’utiliser leurs images sans leur autorisation. Ils pourraient également créer un précédent juridique qui limiterait l’utilisation des œuvres protégées par le droit d’auteur pour entraîner ou générer des œuvres basées sur l’IA.

    Cela pourrait affecter non seulement les générateurs d’images, mais aussi d’autres types de générateurs basés sur l’IA, comme ceux qui produisent du texte, du son ou du code. Cela pourrait également inciter les créateurs à protéger davantage leurs œuvres en ligne ou à demander une compensation pour leur utilisation par les entreprises d’IA.

    Si les entreprises d’IA obtiennent gain de cause, elles pourraient continuer à utiliser les images des artistes sans leur consentement ni rémunération. Elles pourraient également créer un précédent juridique qui favoriserait le “fair use” et la liberté de création à l’aide de l’IA.

    Cela pourrait encourager le développement et la diffusion des générateurs d’images et d’autres outils basés sur l’IA, qui offrent de nouvelles possibilités de création et d’expression. Cela pourrait également inciter les créateurs à s’adapter aux changements technologiques et à explorer de nouvelles formes d’art numérique.

    Nom : genere.png
Affichages : 3538
Taille : 792,3 Ko
    Ces images sont générées par IA

    Des opinions divergentes sur le sujet

    Le procès des artistes contre les entreprises d’IA suscite des opinions divergentes parmi les experts du droit et de l’art.

    Certains experts soutiennent la position des artistes et estiment que les entreprises d’IA ont violé leurs droits d’auteur en utilisant leurs images sans leur consentement ni rémunération. Ils considèrent que les générateurs d’images basés sur l’IA ne sont pas des outils créatifs, mais des outils de copie et de plagiat. Ils craignent que ces outils ne nuisent à la valeur et à la singularité de l’art, et qu’ils ne dévalorisent le travail et le talent des artistes.

    D’autres experts soutiennent la position des entreprises d’IA et estiment qu’elles ont respecté le droit d’auteur en utilisant les images des artistes dans le cadre du “fair use”. Ils considèrent que les générateurs d’images basés sur l’IA sont des outils innovants et transformatifs, qui ouvrent de nouvelles possibilités de création et d’expression. Ils pensent que ces outils ne menacent pas l’art, mais qu’ils le renouvellent et le diversifient.

    Le procès des artistes contre les entreprises d’IA n’est pas le premier ni le dernier à aborder la question du droit d’auteur à l’ère de l’intelligence artificielle. D’autres procès similaires ont été intentés ou sont en cours dans différents pays, comme celui de Getty Images contre Stability AI au Royaume-Uni ou celui de Microsoft, GitHub et OpenAI aux États-Unis.

    Ces procès soulèvent des défis juridiques et éthiques complexes, qui nécessitent une réflexion approfondie et une mise à jour des lois existantes. Ils interrogent également la nature et la finalité de l’art, ainsi que le rôle et la responsabilité des artistes et des entreprises d’IA dans la société.

    L'Europe, pour sa part, est bien décidée à réguler le secteur. Il y a quelques jours, les législateurs ont voté en faveur de la loi de l'UE sur l'intelligence artificielle (AI Act), initialement proposée en avril 2021 pour faire face à l'influence grandissante de l'IA dans notre vie quotidienne. Certains regrettent que l'UE n'aborde pas les licenciements massifs envisagés par de nombreux experts. C'est le cas de Marsupial qui déclare :

    Concernant les droits fondamentaux et la dignité humaine, rien dans cette loi ne parle de l'accès au travail en concurrence avec l'IA. Je crois qu'il s'agit d'une des principales préoccupations du peuple que l'accès à l'emploi, ou sa conservation, et la peur du grand remplacement. Peut-être un revenu universel en Europe ?
    Source : plainte

    Et vous ?

    Quelle est votre opinion sur le procès des artistes contre les entreprises d’IA ? Pensez-vous que les artistes ont raison de défendre leurs droits d’auteur ou que les entreprises d’IA ont le droit d’utiliser leurs images pour créer de nouvelles œuvres ?
    Quelle est votre définition de l’art ? Pensez-vous que les images générées par l’IA sont des œuvres d’art originales et indépendantes ou des copies et des plagiat des œuvres des artistes ?
    Quels sont les avantages et les inconvénients des générateurs d’images basés sur l’IA pour la création et l’expression artistiques ? Pensez-vous que ces outils favorisent l’innovation et la diversité ou qu’ils nuisent à la valeur et à la singularité de l’art ?
    D'ailleurs seriez-vous disposé à acheter une image créée par l'IA auprès d'un individu si vous pouviez simplement taper vous même les requêtes pour obtenir la même ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  16. #116
    Membre expert
    Homme Profil pro
    ingénieur qualité
    Inscrit en
    Mars 2015
    Messages
    1 070
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : ingénieur qualité
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2015
    Messages : 1 070
    Points : 3 277
    Points
    3 277
    Par défaut
    Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
    Quelle est votre opinion sur le procès des artistes contre les entreprises d’IA ? Pensez-vous que les artistes ont raison de défendre leurs droits d’auteur ou que les entreprises d’IA ont le droit d’utiliser leurs images pour créer de nouvelles œuvres ?
    Les artistes auraient tort de laisser ce concurrent ultra agressif entrer sur le marché.
    Combien d'entreprises ne repectent pas les droits d'auteur et utilisent des images (ou musiques ou ...) pour leur communication, les artistes se retournent contre elles régulièrement et ce n'est pas un mal de mon point de vue. L'IA fait une mise à l'echelle exponentielle de ce problème.
    Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
    Quelle est votre définition de l’art ? Pensez-vous que les images générées par l’IA sont des œuvres d’art originales et indépendantes ou des copies et des plagiat des œuvres des artistes ?
    Pour moi l'art est un processus de création dont le résultat va être emetteur/transmetteur d'émotion.
    La plupart des ouvres de l'IA ne sont pas des oeuvres d'art de mon point de vue, mais il en est de même pour les créations humaines donc je ne suis pas sur que cette distinction soit pertinente.
    La plupart des produits de l'IA sont sans interet dont certains éléments sont tellement génériques ou dont la référence est tellement claire qu'on ne peut plus parler de création originale.
    Je trouve que l'IA a malgré tout cette faculté de faire des oeuvres proches d'une certaine réalité mais qui ont des éléments incohérents qui font tiquer et donnent une dimension dérangeante que je trouve interressante.
    Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
    Quels sont les avantages et les inconvénients des générateurs d’images basés sur l’IA pour la création et l’expression artistiques ? Pensez-vous que ces outils favorisent l’innovation et la diversité ou qu’ils nuisent à la valeur et à la singularité de l’art ?
    Depuis combien de temps les gens se plaignent de ne pas avoir d'oeuvre originale au cinéma (on a des suites, des adaptations, des remakes, des plagiats) et vont malgré tout voir chaque film du MCU, star wars ou la Nième adaptation d'une nouvelle de Philip K Dick ou Stephen King?
    Biensur que si le générateur d'image qui sert à faire une image complète nuit à l'innovation parce que le consommateur ne cherche pas quelquechose d'innovant mais quelquechose qui marque. Combien de vues de New York en noir et blanc avec un détail en couleur dans les salons Français?
    Mais j'ai aussi vu un photographe supprimer un élément de sa photo et gagner un temps monstre en faisant générer un détail qui était masqué par Midjourney et l'integrer dans sa photo.
    Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
    D'ailleurs seriez-vous disposé à acheter une image créée par l'IA auprès d'un individu si vous pouviez simplement taper vous même les requêtes pour obtenir la même ?
    Ma réalité est qu'aucune de mes tentatives de faire une image avec une IA était satisfaisante donc je ne peux, a priori, pas faire une oeuvre digne de quelques € avec une IA.
    Est ce que je suis pret à acheter un tableau généré par IA? Oui, au même prix qu'une oeuvre originale? Probablement pas.
    Saurais je faire la différence? Là est la vraie question, je suppose que si l'artiste y met sufisamment de soin il n'y a aucune chance.

  17. #117
    Expert confirmé

    Homme Profil pro
    .
    Inscrit en
    Octobre 2019
    Messages
    1 336
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 41
    Localisation : France, Aube (Champagne Ardenne)

    Informations professionnelles :
    Activité : .
    Secteur : Conseil

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2019
    Messages : 1 336
    Points : 5 329
    Points
    5 329
    Par défaut
    ces algos de toute manière vol le travail de millions de personnes (légalement mais aussi illégalement).
    que ce soit midjourney ou chatgpt.
    Ils pillent le contenu des forums, les code source de projet open source...etc

    Il faut que les forums et les codes inclus de base dans leurs licences et chate d'utilisation l'interdiction d'entrainement de model d'ia a des fin commercial.
    Même chose pour les images, si des artistes partage sur DeviantArt leurs œuvres c'est pas pour qu'une boite se fasse de la tune avec en entrainement son ia dessus et reproduise le style de l'artiste.

    Quand chatgpt répond a une question, sa réponse est une synthèse de plusieurs site web.
    sauf dans des cas de niche ou il y'a peu de sujet sur internet et la chatgpt ressort mots pour mots la même réponse que le site web qui en parle et c'est assez facile de découvrir le vol de propriété intellectuel.


    quand a ceux que ca dérange pas de se faire piller leurs savoirs, dite vous bien que chatgpt peut vous tuer à terme. Si j'ai mes réponses sur chatgpt pourquoi es ce que je m'emmerderai a aller chercher des infos sur developpez.net et wikipedia.
    Donc je ne verrai plus les pub sur developpez.net et je ferai plus de don sur Wikipédia donc ces sites vont inéluctablement mourir. Ensuite chatgpt va lui aussi devenir inutile car il n'aura plus de nouvelles infos dans son dataset.

    les outils comme chatgpt sont super intéressant et il ne faut pas les interdire mais il faut trouver un bon équilibre pour concilier les intérêts de tous le monde.
    Ces algos n'invente rien, il ne font que répéter, si demain les entreprises vire les artistes ou les dev ou les avocats ou autres, ce sera la fin de l'innovation, enfin tout du moins un gros ralentissement.

    Il faut pas oublier que beaucoup de dev qui ont un emploi pas trop mal payé et stable, profite du taff en entreprise pour maintenir leurs compétence et de leurs temps libre pour utiliser leurs connaissance pour faire des libs et code opensouce qui seront massivement utilisé par la suite par pleins d'entreprises gratuitement.
    si demain on vire massivement beaucoup de dev ce seront fatalement moins de contributions a ces projets et donc très peu d'innovation.
    c'est la même chose pour les artistes. Un artistes qui n'arrive pas a s'acheter à manger pour ces repas ne fera pas de contribution bénévole et ne fera aucune innovation car pas d'argent pour nnover.

  18. #118
    ALT
    ALT est déconnecté
    Membre émérite
    Avatar de ALT
    Homme Profil pro
    Retraité
    Inscrit en
    Octobre 2002
    Messages
    1 223
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 64
    Localisation : France, Indre et Loire (Centre)

    Informations professionnelles :
    Activité : Retraité
    Secteur : Service public

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2002
    Messages : 1 223
    Points : 2 307
    Points
    2 307
    Par défaut
    Un artistes qui n'arrive pas a s'acheter à manger pour ces repas [...] ne fera aucune innovation
    Faux : aux siècles précédents, la plupart des artistes étaient indigents. Leur créativité n'en était pas affectée.
    « Un peuple qui est prêt à sacrifier un peu de liberté contre un peu de sécurité, ne mérite ni l'une, ni l'autre, et finira par perdre les deux. »
    Attribué indistinctement à :
    Thomas Jefferson
    Benjamin Franklin
    Albert Einstein !

  19. #119
    Membre à l'essai
    Homme Profil pro
    Inscrit en
    Octobre 2009
    Messages
    37
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Seine Saint Denis (Île de France)

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2009
    Messages : 37
    Points : 16
    Points
    16
    Par défaut Que l'artiste soit, il fut
    Je pose la question,
    Si l'IA est une entité humaine, donc, elle est vivante et par conséquent a le droit a un procès.
    Si l'IA est une machine, c'est son créateur qui a la joie du procès.
    .
    Dans les deux cas: Ils perdent leurs procès puisque chacun d'eux viole les droits d'auteur. par plagia. La copie étant interdite sans l'accord de l'auteur.
    Ceci reste mon avis en tant qu'auteur.
    Ce n'est pas pour rien que dans une émission de télé en direct, on vous fait signer un papier autorisant la régie a utiliser votre image et ce qui en découle dans le cadre du sujet.

  20. #120
    Membre régulier
    Homme Profil pro
    Inscrit en
    Mars 2011
    Messages
    62
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Maine et Loire (Pays de la Loire)

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2011
    Messages : 62
    Points : 122
    Points
    122
    Par défaut
    Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
    Elles ajoutent que leurs générateurs d’images ne violent pas le droit moral des artistes, car ils ne portent pas atteinte à leur intégrité ou à leur réputation.
    Ils peuvent sûrement refuser (droit moral sur leurs oeuvres) que celles-ci soient utilisées pour contribuer à une pratique trompeuse : une image générée par IA veut donner l'impression qu'elle exprime dans son intégralité (à l'instar de ce que réalise un artiste) une intention ou un travail, ce qui n'est pas le cas. Seuls les mots-clés de la requête traduisent une intention ou sont le résultat d'un travail. Le reste de l'image est un "hasard" statistique orienté.

Discussions similaires

  1. Réponses: 0
    Dernier message: 31/05/2022, 20h56
  2. Réponses: 3
    Dernier message: 31/12/2021, 10h14
  3. Réponses: 0
    Dernier message: 10/07/2019, 17h16
  4. Réponses: 2
    Dernier message: 29/11/2017, 11h52
  5. Réponses: 1
    Dernier message: 04/06/2015, 21h48

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo