Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    Emacs : la communauté se demande comment accroître son attractivité et voudrait d'un Emacs plus « moderne »
    Emacs : la communauté se demande comment accroître son attractivité,
    certains suggèrent plus de modernité et Richard Stallman se prête au jeu des échanges d'idées

    Emacs est une famille d'éditeurs de texte disposant d'un ensemble extensible de fonctionnalités et qui est très populaire parmi les développeurs et plus généralement des technologues. Emacs inclut un grand nombre de bibliothèques Emacs Lisp, et de nombreuses autres, indépendantes, peuvent être trouvées sur Internet. Beaucoup de bibliothèques proposent des facilités pour les développeurs, reflétant la popularité d'Emacs parmi les professionnels de l'informatique. Emacs peut être utilisé comme un éditeur de texte permettant aux développeurs de modifier, compiler et déboguer leur code depuis une unique interface.

    Voici quelques-unes des caractéristiques d'intérêt pour les développeurs :
    • Un très puissant éditeur, permettant le chercher-remplacer sur les chaînes et les expressions régulières (motifs), sauter à la fin ou au début d'un bloc, etc.
    • Menus déroulants et aide en ligne.
    • Colorisation syntaxique en fonction du langage et indentation.
    • Totalement personnalisable.
    • Vous pouvez compiler et déverminer des programmes dans Emacs.
    • Sur erreur de compilation, vous pouvez aller directement à la ligne de code source fautive.
    • Une interface amicale au programme info utilisé pour lire la documentation hypertexte GNU, incluant la documentation sur Emacs elle-même.
    • Une interface agréable à gdb, vous permettant de voir le code source au fur et à mesure que vous vous déplacez dans votre programme.
    • Vous pouvez lire les nouvelles Usenet et envoyer des e-mails pendant que votre programme est en compilation.

    Dans la culture UNIX, Emacs est traditionnellement l'un des deux belligérants de la guerre des éditeurs, son opposant étant vi (ou son équivalent amélioré Vim).

    En août, l’équipe responsable de son développement a annoncé la disponibilité de GNU Emacs 27.1 qui est livrée avec :
    • la possibilité d'utiliser la bibliothèque HarfBuzz pour la mise en forme de texte. HarfBuzz est un moteur de mise en forme de texte. Si vous donnez à HarfBuzz une police et une chaîne contenant une séquence de points de code Unicode, HarfBuzz sélectionne et positionne les glyphes correspondants dans la police, en appliquant toutes les règles de mise en page et les caractéristiques de la police. HarfBuzz vous renvoie ensuite la chaîne sous une forme adaptée à la langue et au système d'écriture.
    • La prise en charge de l’analyse native JSON.
    • Un support intégré pour les entiers de taille arbitraire.
    • Le support des conventions XDG pour les fichiers init.
    • Etc.

    Depuis, une discussion intéressante a surgi au sein de la communauté. Le sujet du débat portait sur les mesures à prendre pour rendre l'éditeur à nouveau populaire. Fait intéressant, Richard Stallman voulait également intervenir pour donner son avis.

    Cette discussion découle de l'évidence. Emacs n'est pas populaire. Connu principalement par ceux qui utilisent GNU / Linux, ou par ceux qui abordent ce monde par d’autres canaux, il affecte un nombre relativement faible d'utilisateurs. Son énorme potentiel, entre autres, est souvent assombri par une courbe d'apprentissage assez abrupte et (malheureusement ?) par une concurrence de plus en plus féroce


    Selon cette enquête de 2019, le taux d'adoption de Vim est plus de 5 fois plus élevé.

    Un Emacs plus moderne

    Le fil de discussion initial a été lancé par le développeur dénommé Ergus le 6 septembre dans un contexte où les utilisateurs proposaient de considérer certains changements pour la version Emacs 28. Plutôt que de se concentrer sur de nouvelles fonctionnalités, cependant, Ergus a proposé de rendre certaines fonctionnalités existantes plus accessibles :

    « Ce sont principalement des changements "visibles" qui profiteront aux nouveaux utilisateurs et aux premières impressions, car je ne comprends pas pourquoi on cache les meilleures fonctionnalités jusqu'à ce que l'utilisateur apprenne à les configurer (ainsi que quelques lisp). »

    Beaucoup de suggestions sont revenues dans les discussions suivantes, en commençant par l'idée que le thème par défaut pour Emacs devrait être amélioré. En particulier, Ergus a suggéré l'adoption d'un thème sombre par défaut « pour rendre Emacs plus moderne ». Il a souvent été mentionné au cours de la discussion qu'Emacs a besoin d'un aspect et d'une convivialité plus « modernes », bien qu'il y ait, naturellement, une certaine divergence d'opinions sur ce que signifie « moderne ».

    Un thème sombre par défaut pourrait ne pas être déployé dans le futur, mais il semble y avoir un accord général sur le fait qu'Emacs pourrait bénéficier d'une meilleure approche plus centralisée des thèmes de couleur, plutôt que d'avoir des noms de couleur codés en dur dans divers packages Elisp. À partir de là, un moteur de thème approprié pourrait être pris en charge, rendant les thèmes sombres et autres facilement accessibles à ceux qui les souhaitent.

    Il y a eu une discussion sur l'adoption de la palette de couleurs Solarized en particulier. Cependant, comme l'a souligné Dmitry Gutov, Solarized offre une expérience à faible contraste; un coup d'œil à cette capture d'écran d'Emacs avec des couleurs Solarized le rend assez clair.


    Emacs avec des couleurs Solarized

    Un autre domaine où Emacs n'est pas suffisamment « moderne », semble-t-il, concerne les liaisons clavier et souris. Du côté du clavier, les utilisateurs s'attendent à certaines actions de certaines frappes; ^ X pour couper une sélection, ^ V pour la coller, etc. Ces liaisons se font facilement en activant le mode Cua, mais les nouveaux utilisateurs ont tendance à ne pas connaître ce mode ni comment l'activer. De nombreux participants à la discussion ont déclaré que ce mode devrait être activé par défaut.

    Cela, bien sûr, briserait la mémoire d'un grand nombre d'utilisateurs Emacs existants, qui n'apprécieraient probablement pas la perturbation. Ou, comme l'a dit Richard Stallman :

    « Il n'est pas possible de modifier ces raccourcis clavier de base pour imiter d'autres éditeurs plus récents. Cela créerait un éditeur différent vers lequel nous, les utilisateurs d'Emacs, ne passerions jamais. Il est dommage que les personnes qui ont implémenté les nouveaux éditeurs aient choisi l'incompatibilité avec Emacs.
    Pour le meilleur ou pour le pire, cependant, les "nouveaux éditeurs" semblent avoir gagné à cet égard. Les liaisons par défaut dans Emacs peuvent ne pas changer de sitôt, mais cela ne signifie pas qu'Emacs ne peut pas fournir un moyen aux utilisateurs d'obtenir ce comportement sans avoir besoin d'apprendre d'abord Lisp ».

    La situation avec le comportement de la souris est similaire; comme l'ont souligné plusieurs participants à la discussion, les utilisateurs d'interfaces graphiques en sont venus à s'attendre à ce qu'un clic droit produise un menu des actions disponibles. Dans Emacs, à la place, ce bouton marque une région ("sélection"), avec un second clic au même endroit en tirant ("coupant") le texte sélectionné. De nombreux utilisateurs expérimentés d'Emacs en sont venus à aimer ce comportement, mais il est surprenant pour les nouveaux arrivants. Le bouton droit de la souris avec la touche de contrôle enfoncée produit un menu défini par le mode majeur actuel, mais ce n'est évidemment pas ce qui est demandé ici; ce menu, disent certains, devrait présenter des actions globales plutôt spécifiques au mode.

    Stallman a suggéré d'offrir un « mode remanié » qui amènerait le menu contextuel à un clic droit sans ornement, et qui y ajouterait également certaines des commandes d'édition de base attendues. Ce serait relativement facile à faire, a-t-il dit, car les liaisons de souris sont séparées de tout le reste. En outre, comme il l'a noté, le comportement actuel de la souris est dérivé de « ce qui était la norme dans X Windows vers 1990 ».

    Découvrabilité

    En général, Emacs a toutes les capacités que les nouveaux utilisateurs pourraient souhaiter avoir (et plus), mais ces capacités peuvent être difficiles à découvrir et à utiliser. Ainsi, un certain nombre des changements proposés concernaient la facilitation de la découverte. Cela a été une surprise apparente pour certains développeurs Emacs, qui ont longtemps pensé que la barre de menus en haut de chaque fenêtre était un moyen facile pour les utilisateurs de découvrir les fonctionnalités. Mais évidemment, il est courant de désactiver la barre de menus pour Emacs; comme l'a dit Gregory Heytings, « les menus ne sont pas "modernes"». Pour être « moderne », une application doit soit attacher ses menus au bouton droit de la souris, soit au plus fournir un « menu hamburger » à partir d'un seul bouton.

    Emacs pourrait certainement passer à ce mode, du moins jusqu'à ce que les barres de menus soient à nouveau à la mode. Mais il existe également d'autres idées pour améliorer la découvrabilité. L'une d'elles serait d'offrir une « visite guidée » aux nouveaux utilisateurs lors de la première invocation de l'éditeur qui introduirait rapidement les fonctionnalités de base d'Emacs; ce serait une amélioration du tutoriel qui existe maintenant. Il y a également eu une discussion sur la production d'une série de vidéos, ou peut-être simplement sur l'utilisation des nombreuses vidéos qui existent actuellement. Stefan Monnier a suggéré de courtes vidéos pour correspondre à la capacité d'attention perçue des jeunes utilisateurs, « idéalement drôles et sexy, peut-être avec un chat ».

    Un pas au-delà de la visite guidée serait une sorte « d'assistant de configuration » qui fonctionnerait à la première invocation d'Emacs. Il pourrait offrir des visites guidées, mais cela donnerait également à l'utilisateur la possibilité de configurer l'éditeur de manière à mieux répondre à ses attentes. Des fonctionnalités telles que le mode Cua pourraient être activées, par exemple, les liaisons de la souris ajustées et un thème sombre sélectionné sans qu'il soit nécessaire de taper une seule parenthèse. Cela pourrait suffire à surmonter le choc initial d'exposition à Emacs pour de nombreux nouveaux utilisateurs.

    Une autre suggestion qui a été fréquemment soulevée est d'activer divers modes qui ne sont pas activés par défaut dans Emacs; en effet, plusieurs d'entre eux ne sont pas du tout livrés avec Emacs. Par exemple, Ibuffer est généralement considéré comme supérieur à la liste de tampons Emacs standard, donc beaucoup pensent qu'il devrait remplacer la liste standard. Le mécanisme « d'annulation » d'Emacs est plus performant que ce qui est fourni dans de nombreux autres éditeurs, mais il est également considéré comme difficile à utiliser; certains utilisateurs pensent que le mode d'annulation de l'arborescence facilite l'annulation et devrait être livré avec Emacs et activé par défaut. Il existe plusieurs modes qui améliorent les capacités de recherche de commandes et d'autocomplétion de l'éditeur, notamment Ivy, Helm et Ido. Beaucoup de ces derniers, soutient-on, fournissent un comportement plus conforme aux attentes actuelles et améliorent la découvrabilité ; l'un d'entre eux devrait être adopté et choisi par défaut.

    Attirer les développeurs

    Un problème avec beaucoup de ces paquets est qu'ils ne font pas réellement partie de GNU Emacs. Changer cela obligerait souvent l'auteur à signer les droits d'auteur à la Free Software Foundation, ce qui n'est pas quelque chose que tous les auteurs sont prêts à faire. Des problèmes similaires se posent avec de nombreuses « distributions » dérivées d'Emacs, telles que spacemacs ou Doom, qui ont clairement facilité le chemin vers Emacs pour certains utilisateurs. Certaines des idées trouvées dans ces distributions méritent peut-être d'être incluses dans Emacs, mais cela ne se produit pas. Le responsable d'Emacs, Eli Zaretskii, s'est plaint que les créateurs de ces distributions ne contribuent pas à leur travail.

    Cela pointe vers une idée qui n'a pas vraiment surgi dans la discussion, mais qui devrait être prise en compte: une partie de la clé pour rendre Emacs plus attractif pour les utilisateurs pourrait être de rendre sa communauté de développement plus attrayante pour les contributeurs. L'adoption de certains des outils les plus axés sur la forge et préférés par les jeunes développeurs pourrait aider à cet égard, tout comme un modèle de gouvernance moins centralisé. Emacs reste un projet GNU à l'ancienne, un fait qui fait parfois grincer les dents de ses développeurs. Augmenter la pertinence d'Emacs dans les années à venir nécessitera plus que de nouvelles combinaisons de touches et des vidéos de chats; il faudra sans doute s’attacher à améliorer l’expérience à tous les niveaux.

    Sources : liste de diffusion (Ergus, Dmitry Gutov, Richard Stallman, Jonathan Corbet, Gregory Heytings, Stefan Monnier, Eli Zaretskii)

    Et vous ?

    Quel environnement de développement ou éditeur utilisez-vous ? Sur quel système d'exploitation ?
    Quels sont les éléments qui vous intéressent le plus sur l'outil dont vous vous servez ?
    Que pensez-vous d'Emacs ?
    Que pensez-vous des suggestions proposées ?
    Quelle serait, selon vous, l'illustration d'un Emacs plus « moderne » ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Nouveau membre du Club
    Puissant mais terriblement austère
    À l'Université, le corps des enseignant-chercheurs m'a toujours vendu Emacs comme le meilleur des outils, puissant, configurable, personalisable et c'était limite si on pouvait pas faire le café avec. Certains cours, l'utilisation d'Emacs était même obligatoire, dès la première année, de quoi destabiliser bon nombre d'étudiants dès leurs premiers pas en programmation.

    Ma première impression: une interface horriblement austère et qui me semblait rigide, des raccourcis claviers contre-intuitifs parfois, une modulation de l'espace de travail pas toujours simple à manipuler avec une interface qui semblait ne pas avoir mué depuis 30 ans. De ce constat, pourquoi m'évertuer à utiliser un outil qui, à première vue, ne me correspond pas ? Je me suis donc tourné vers d'autres outils, faciles à prendre en main et esthétiquement plus sympathiques tout en étant suffisant pour mes utilisations.

    Plus tard, j'ai découvert qu'il existait de nombreux forks, paliant certains problèmes que j'ai pu évoquer plus haut. Mais n'ayant pas pris le pas la première fois, je n'y vois pas d'interêts de m'y mettre aujourd'hui personnellement.

    À chaque outil, ses utilisateurs. Il n'y en a pas fondamentalement ni de bon, ni de mauvais. Je n'ai juste pas été conquis par Emacs, mais je ne lui ferme pas complétement la porte.

  3. #3
    Rédacteur/Modérateur

    Emacs... Un outil tellement puissant qui ne supporte le JSON que depuis août 2020 si j'en crois l'article.
    C'est surtout un outil complètement à la traîne, à côté de son sujet, et dont les responsables justifient les archaïsmes par des arguments du type : "on ne va pas adapter Emacs aux utilisateurs, c'est aux utilisateurs de s'adapter à Emacs."
    Une mentalité que je déteste.
    Tutoriels et FAQ TypeScript

  4. #4
    Expert confirmé
    Citation Envoyé par yahiko Voir le message
    Emacs... Un outil tellement puissant qui ne supporte le JSON que depuis août 2020 si j'en crois l'article.
    C'est l'analyseur natif qui est récent. Emacs se configure avec du LISP (qui est autrement plus puissant que JSON), donc ce n'était pas vraiment un besoin prioritaire. Sinon, bien évidemment que le JSON est "supporté" depuis longtemps.

    Citation Envoyé par yahiko Voir le message
    C'est surtout un outil complètement à la traîne, à côté de son sujet...
    Et donc, à part l'interface qui ne clignote pas de partout et les raccourcis clavier différents, en quoi est-il "à la traine" ?

  5. #5
    Membre à l'essai
    Citation Envoyé par SimonDecoline Voir le message

    Et donc, à part l'interface qui ne clignote pas de partout et les raccourcis clavier différents, en quoi est-il "à la traine" ?
    Le manque d'asynchronicité quand on installe des plugins (Fetching Mepla... mais on peut pas écrire car ça freeze).
    Les termes à la ramasse "yank" "electric indent", d'après le wiki :

    [th]Common Term[/th]
    [th]Emacs Term[/th]
    selection region
    cut kill
    paste yank
    window frame
    pane window
    workspace or document buffer
    shortcut key sequence/chord
    wrap fill
    syntax highlighting font-lock

    A frame is a window-manager “window”.
    A window is a frame pane, that is, a subframe.

    Donc frame c'est un window mais window c'est une partie de la frame ? Quoi ?

    Mais bon, ça va, le wiki propose des exercices pour apprendre le jargon (Élitisme à la con ? Résistance au changement ?)

    Les buffers qui s'ouvrent n'importe comment. Parfois dans le buffer courant, parfois ça en ouvre un nouveau à droite ou en bas.
    Pour développer dans un langage, il faut des plugins pour l'autocomplétion, le débuggage, et la coloration.
    Pour éditer du javascript (js-mode) dans une page html (html-mode) il faut un mode spécial "web-mode" et passer du temps à l'installer et le configurer, comme tout le reste.
    Mon clavier a des touches Ctrl, Alt et Maj, pas Ctrl, Meta, Super d'un clavier des années 1978.
    Emacs n'utilise pas mon gestionnaire de fichier préféré mais le sien.
    Les thèmes qui sont des scripts eLisp, donc on se retrouve avec des possibles failles de sécurité. Je peux proposer un thème qui lit ou supprime les fichiers de l'utilisateur.

    Sublime text me surligne les résultats de ma recherche et de mes regex en temps réel pendant que je tape avant de valider. Avec le bouton souris milieu ça me fait une sélection en bloc, ou le multicurseur, comme ctrl+clic gauche.
    Sublime text propose une liste de commandes à la M-x, mais avec une recherche floue plus pratique.
    Un éditeur de texte qui lit les mails, navigue sur le web et joue au Tetris je sais pas si ça correspond à la philosophie Unix...

    Pas mal comme éditeur de texte, et son principe pour l'indentation est géniale, mais il y a aussi mieux ailleurs.
    Après il faut aussi avoir en tête le type d'utilisateur et ses besoins. Pour du C# ou du Java, avoir un IDE et tout ses outils sur-mesure c'est indispensable, mais pas pour un dév web qui fait du CSS ou du Javascript pas autant. Donc ériger emacs en tant que "meilleur" d'accord, mais pour qui ?

  6. #6
    Membre éprouvé
    je note surtout que les plus populaire sont notepad++ et vscode (les outils que j'utilise)

    j'utilisais eclipse avant mais je suis passé à vscode.
    pourquoi ais-je abandonner eclipse au profit de vscode ? pourquoi j'utilise jamais vi/vim (j'utilise notepad++ et si pas d'ihm alors j'utilise nano) ou emacs ?

    j'aime les interfaces moderne, épuré, réactive avec des beaux boutons qui clignote.
    eclipse comme visual studio ou des ide d'intelliji sont pour moi des gros mamouth trop lent trop lourd et qui ont trop de fonctionnalité ce qui les rends trop compliqué a mon gout.
    vs code c'est épuré et rapide, j'installe mes 2-3 plugins pour faire ce que je veux et uniquement ce que je veux et voila je peu bosser, j'ai pas besoin d'un mastodonde qui va pomper 8 coeurs de cpu de et 2go de ram pour analyser le code chaque seconde, builder maven, analyser le code assembleur ou que sais je encore.


    j'ai juste besoin de 4 boutons: pull, commit, push et run test.

    donc pour moi jamais j'utiliserais emacs a moins d'une grosse refonte de l'ihm et des raccourcie clavier standard, c'est pas a moi de m'adapter j'ai déjà des outils qui ce sont adapté à moi (vs code) et vu leurs popularité je suis pas le seul.
    alors oui je suis pas un élite qui frime avec emacs ou vim et je m'en moque de passer pour un noob avec mon vscode ou mon notepad++ pour déboguer un script rapidement.

    on est en 2020 et la concurrence et féroce donc je suis très exigent: je ne dois pas utiliser la ligne de commande ou éditer un fichier de conf pour utiliser mon éditeur, tout doit ce faire dans une belle IHM
    et j'ai la flemme de lire une doc donc l'ihm doit être intuitif en plus d’être agréable a utiliser et d’être jolie.

    edit: j'ai installé emacs pour tester:
    Déja les raccourcies clavier standard marche pas (des trucs standards dans pleins d'ide)
    je ne sais pas a quoi sert la partie inférieure (50% de l'interface) et j'ai la flemme de chercher.
    il manque dans les gros boutons en haut: un bouton pour gérer git, un bouton pour compiler/lancer le code
    le thème sombre par défaut serait pas de refus mais bon c'est assez facile de le changer donc c'est pas un problème.

    emacs c'est de la merde ? non il n'est juste pas destiné à moi ni d’ailleurs à la majorité des dev. Il est conçu pour répondre à une communauté bien spécifique donc il ne gagnera jamais en popularité mais il pourra compter sur une communauté faible en nombre mais fidèle.

  7. #7
    Membre averti
    Comme beaucoup de monde j'ai essayé à plusieurs reprises d'utiliser Emacs, et son côté trop austère m'a à chaque fois repoussé. Donc si l'équipe cherche enfin à le moderniser, c'est plutôt une bonne nouvelle. À voir ce qu'il en sera dans les futures versions.

    Vim a aussi sa façon de faire bien à lui, et donc compliqué à apprendre à bien utiliser. Mais il est installé par défaut sur toutes les distributions, et il est au final pas si compliqué à utiliser. Et il est surtout plus performant et personnalisable que ses concurrents directs tel que nano, même si ce dernier est plus intuitif.

    Mon historique en terme d'EDI est le suivant : Notepad++ quand j'ai débuté en développement web sous Windows en 2005, puis Vim, Kate et Gedit vers 2007/2008, et il y a quelques mois je suis passé à Geany qui me correspond parfaitement pour le moment.

    J'ai toujours trouvé les autres EDI trop inutilement lourd. Comme par exemple Eclipse, qui semble performant pour de nombreux langages orientés objet (logique vu qu'à la base c'est avant tout un EDI Java), mais est une véritable usine à gaze. De même pour Bluefish que j'ai également essayé.

    Après mon choix porte avant tout sur des EDI libre. D'où mon intérêt pour Emacs. Et le fait qu'il soit Open Source ne suffit pas à m'attirer. Visual Studio Code m'a fait de l'œil avant de passer à Geany, ainsi que sa version libre VSCodium dépourvu de la télémétrie de Microsoft.
    Mais l'atout de Geany c'est d'être dans le dépôt de Debian, et certainement sur d'autres distributions également.

    Voilà pour mon « petit » tour d'horizon concernant mon ressenti et mon modeste retour d'expérience des EDI que j'ai utilisé ^^

  8. #8
    Membre à l'essai
    je m'excuse par avance mais je ne peux pas m'en empécher :

    QUE FAIT EMACS ?

    réponse en anglais bien sûr :

    EMACS DO NALD !

    où est la sortie ? Ah oui c'est là, j'y vais...

  9. #9
    Membre averti
    Tout ce que je retiens d'EMACS ce sont des cauchemars durant mes études. Tout le monde galérait avec l'outil avant de galérer sur l'exercice ou le TP en lui même. Ca remonte à 2004 - 2005, mais de ce que je vois ici, ça n'a pas beaucoup évolué. Je revois le terme du buffer ici, ça me donne des boutons.

    Le logiciel est peut être le plus optimal du monde en terme de raccourci clavier etc, vu qu'il est le seul dans cette configuration ça ne peut pas marcher, tout le monde est habitué à une certaine norme.

    C'est mort pour EMACS, soit ils changent tout et ça n'est plus EMACS, ou ils continuent par petites modifications et ils conservent le même public.
    Infinity - To The Top, shoot'em up développé en Haxe / OpenFL pour FLASH et Android, piou piou rythmé dans l'espace

  10. #10
    Membre expérimenté
    Quand j'ai vu le sujet, je me suis dit, ça va être la guère de camp sur le forum et je n'ai pas été déçu.
    J'adore la quantité de pouces en bas sans aucun contre argument ou réponse aux commentaires ainsi descendu en flamme (mis à part SimonDecoline qui au moment ou j'écris est le seul pro Emacs a avoir argumenté).

    Quand quelqu'un dit "J'ai essayé, mais il ne m'a pas convenu", comment peut-on mettre un pouce vers le bas ?

    Mais je comprend : oser ne pas aimer Emacs ou lui préférer autre chose ?
    --
    vanquish

  11. #11
    Membre à l'essai
    Emacs est vraiment un super éditeur sur CLI (mon préféré même devant vim), mais IMO il n'a aucun sens sur un GUI où des Sublime, Atom, Notepad++, etc. sont bien plus pratiques, beaux, abordables et donnent un rapport foncionalité/temps-d'appentissage bien plus rentable. Même combat pour ceux qui utilisent emacs comme IDE... Les Eclipse, IntelliJ, VisualStudio, etc. sont de loin bien plus efficaces qu'emacs dans ce domaine.
    Adapter/changer emacs pour du GUI "grand publique" a vraiment peu de valeur ajoutée (et aucune chance, IMO) vu le niveau de qualité de la concurence (et la mentalité rétrograde de son créateur).

    Sur la forme, "déverminer", faut arrêter votre extremisme tricolore les gars, en informatique on parle de bugs

  12. #12
    Membre éprouvé
    Je vais appliquer le précepte que j'aime le plus en photo dans ce cas précis :

    Le meilleur outil c'est celui qu'on utilise.

    Je n'utilise pas Emacs, et j'en ressent pas le besoin, je pense pas que c'est un rajout de fonctionnalité qui me ferait changer.

  13. #13
    Modérateur

    Le meilleur outil c'est celui qui se fait oublier.

    Tous les éditeurs comme emacs , vi , vim , etc ... sont très loin de se faire oublier , au moins pendant la période d'apprentissage/adaptation qui est généralement assez conséquente.

    C'est là ou les éditeurs type vscode tire leur épingle du jeu. Il sont assez simple pour ne rebuter personnes au premier lancement mais suffisamment puissant pour faire à peut près tout ce qu'on veux.

    Perso je déteste avoir un editeur qui fait tout , j'aime avoir une distinction dans mes outils :
    - Backend web : phpstorm
    - Front end : vscode
    - C++ : VS2019/Clion
    - Java : AndroidStudio/Intellij

    C'est déjà assez compliqué de switcher de langage en permanence , si je fait tout au même endroit je mélange tout

    Pour le coup je pense que Stallman à raison quand il dit qu'il ne faut pas adapter l'outil aux nouveaux utilisateurs. Ce genre d'éditeur vise un public bien particulier qui ont des attentes qui leur son propre.
    Pry Framework php5 | N'oubliez pas de consulter les FAQ Java et les cours et tutoriels Java

  14. #14
    Expert confirmé
    Citation Envoyé par vanquish Voir le message
    (mis à part SimonDecoline qui au moment ou j'écris est le seul pro Emacs a avoir argumenté)
    Je ne suis pas du tout un "pro Emacs". Je l'ai appris à la fac mais je ne l'utilise plus depuis des années. Par contre, j'ai lu plusieurs fois des news d'éditeurs concurrents qui annoncaient fièrement des "nouveautés" alors que ça existait déjà dans Emacs. Donc quand je vois des gens dire qu'Emacs est "à la traine", je me pose la question. Et franchement, à part "le thème de base est moche" et "il faut apprendre à l'utiliser", je n'ai toujours pas de réponse.

  15. #15
    Membre émérite
    eclipse comme visual studio ou des ide d'intelliji sont pour moi des gros mamouth trop lent trop lourd et qui ont trop de fonctionnalité ce qui les rends trop compliqué a mon gout.
    vs code c'est épuré et rapide, j'installe mes 2-3 plugins pour faire ce que je veux et uniquement ce que je veux et voila je peu bosser,
    Prends des mesures de CPU et de RAM consomme par les differents IDE et les sous-processes, tu verras que VSCode est aussi dans la categorie "mammouth". Et qu'au final, pour faire les memes choses que les autres IDEs, il devient tres vite moins epure, mons rapide et presente beaucoup de fonctionalites... Bref, VSCode est deja dans la categorie gros IDEs, sauf que pendant ce temps, Eclipse IDE devient de plus en plus leger, alors que VSCode et d'autres ne font que grossir...
    Bref, il peut y avoir de bonnes raisons d'utiliser VSCode, mais la perf et la scalabilite a mon avis n'en font pas partie.
    Pour du HTML, CSS, JavaScript, TypeScript, JSon, Yaml, Node... dans Eclipse IDE, installe Eclipse Wild Web Developer
    Pour du Rust dans Eclipse IDE, installe Eclipse Corrosion
    Follow me on twitter

  16. #16
    Membre actif
    Quel environnement de développement ou éditeur utilisez-vous ? Sur quel système d'exploitation ?
    Éditeur Kate dans le gestionnaire de fenêtre KDE3 (donc Linux)

    Quels sont les éléments qui vous intéressent le plus sur l'outil dont vous vous servez ?
    L'habitude de l'usage.

    Que pensez-vous d'Emacs ?
    Je l'associe aux idées ou émotions suivantes: Très nombreuses fonctionnalités, inaccessible, rétrograde, indigeste, regrets… comme presque tous les intervenants sur ce*fil de discussion.

    Que pensez-vous des suggestions proposées ?
    Bien qu'il soit toujours possible de dégrader une situation (je pense à OpenOffice ), je crois que dans le cas d'Emacs, toute modification ne peut-être que bienvenue !

    Quelle serait, selon vous, l'illustration d'un Emacs plus « moderne » ?
    IU du type Kate version KDE3 !

  17. #17
    Membre à l'essai
    Remarque sur le terme courbe d'apprentissage
    Bonjour,

    Juste un remarque:
    Son énorme potentiel, entre autres, est souvent assombri par une courbe d'apprentissage assez abrupte...
    Sauf erreur de ma part, une courbe d'apprentissage c'est Temps en abscisse et Connaissance/Compétence en ordonnée, donc si la courbe est abrupte l'apprentissage est très facile...
    Je retrouve de plus en plus cette phrase dans les articles spécialisés et il me semble que c'est une erreur surtout sur un forum de cette qualité. Oui, le terme est usité mais il décrit l'inverse de la représentation graphique qu'elle exprime.
    Je dis ça je dis rien...

    Bonne journée.

  18. #18
    Membre habitué
    tuto
    D'après ce que je comprend on a pas droit au "petit" vimtutor qui est tellement : ) pour Emacs?

###raw>template_hook.ano_emploi###