IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

Affichage des résultats du sondage: Préféreriez-vous rester en télétravail de façon permanente dans le futur ?

Votants
277. Vous ne pouvez pas participer à ce sondage.
  • Oui

    157 56,68%
  • Non

    117 42,24%
  • Je ne sais pas

    3 1,08%
  1. #81
    Nouveau membre du Club

    Femme Profil pro
    Chargé de référencement
    Inscrit en
    Octobre 2022
    Messages
    11
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Chargé de référencement
    Secteur : Finance

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2022
    Messages : 11
    Points : 28
    Points
    28
    Billets dans le blog
    3
    Par défaut
    Oui psychologiquement être renfermé c'est terrible mais si on vois les bons côté des choses, le télétravail aide beaucoup d'entre nous heureusement et personnellement je veux que ça continue ainsi, sans oublier le fait qu'on consacre beaucoup plus de temps a nos famille.

  2. #82
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Mai 2018
    Messages
    2 135
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Âge : 33
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2018
    Messages : 2 135
    Points : 158 410
    Points
    158 410
    Par défaut Les Australiens se battent pour le droit de travailler à domicile en permanence
    Les Australiens se battent pour le droit de travailler à domicile en permanence, en attaquant en justice la plus grande banque du pays et en luttant avec le gouvernement fédéral

    Avant que la pandémie de Covid-19 ne renvoie un tiers de la main-d'œuvre mondiale au travail à domicile, l'entreprise d'arpentage de Melbourne qui emploie Nicholas Coomber, opérateur de drones, convoquait ses 180 employés au bureau tous les jours à 9 heures pour leur confier des missions.

    Maintenant qu'ils travaillent à domicile, les géomètres se rendent directement sur le terrain dès 7h30, ce qui permet à Nicholas Coomber d'aller chercher ses enfants à la crèche plus tôt qu'avant la pandémie.


    "S'ils disaient "tout le monde retourne au bureau", je demanderais probablement une augmentation", a déclaré M. Coomber, qui se rend encore au bureau une ou deux fois par semaine. "On a plus de temps pour la famille. On peut finir le travail à 17 heures, au lieu de finir à 17 heures et de passer 45 minutes à essayer de rentrer chez soi."

    Alors que les dirigeants d'entreprise, de Jamie Dimon, PDG de JPMorgan Chase, à Elon Musk, patron de Tesla et de Twitter, appellent à la fin des régimes de travail à distance de l'ère pandémique, les syndicats australiens créent un précédent et ripostent, en attaquant en justice la plus grande banque du pays et en luttant avec le gouvernement fédéral pour exiger que le travail à distance, comme on l'appelle, devienne la norme.

    "Tous les changements profonds survenus sur le marché du travail australien sont le fruit de crises. En cas de choc, on ne revient jamais à la situation antérieure", explique John Buchanan, directeur du réseau de recherche sur la santé et le travail de l'université de Sydney.

    "Nous sommes toujours en tête du peloton dans le monde anglophone, par rapport au Royaume-Uni, aux États-Unis ou à la Nouvelle-Zélande."

    Fort du taux de chômage le plus bas depuis un demi-siècle, le personnel de la Commonwealth Bank of Australia a saisi le tribunal du travail pour contester une directive imposant de travailler depuis le bureau la moitié du temps, ce qui représente un montant de 170 milliards de dollars australiens (114 milliards de dollars américains).

    En avril, le PDG de la troisième banque australienne, la National Australia Bank, a ordonné à 500 cadres supérieurs de revenir au bureau à temps plein. En juillet, la NAB a accepté un accord syndical qui donne à tous les employés, y compris les 500 cadres, le droit de demander un travail à temps plein, tout en limitant les motifs de refus.

    La même semaine, le syndicat du secteur public a conclu un accord qui permet aux 120 000 employés fédéraux australiens de demander un nombre illimité de jours de travail à domicile.

    À titre de comparaison, les travailleurs fédéraux canadiens ont mis fin à une grève de deux semaines en mai en concluant un accord salarial qui ne prévoyait pas les protections du télétravail qu'ils souhaitaient. Dans l'Union européenne, les législateurs négocient encore la mise à jour des protections du "télétravail", vieilles de plusieurs décennies, afin de les adapter à une économie post-fermeture, où la fréquentation réelle des bureaux est en baisse par rapport aux niveaux de 2019, allant d'un cinquième à Tokyo à plus de la moitié à New York, selon la société immobilière mondiale Jones Lang Lasalle.

    "Le génie est sorti de sa bouteille : le travail à domicile est un phénomène qui perdurera bien au-delà du COVID et de la pandémie", a déclaré Melissa Donnelly, secrétaire du Community and Public Sector Union, qui a négocié l'accord fédéral australien.

    "Ce qui était possible en matière de travail à domicile a été absolument transformé", a-t-elle ajouté. "C'est ce que cet accord permet de réaliser. Il aura un effet d'entraînement sur les différents secteurs d'activité."

    La CBA et la NAB affirment que, même avant les accords syndicaux, leurs politiques autorisaient des modalités de travail flexibles, qui étaient largement utilisées.

    Nom : work-from-home-quotes.jpg
Affichages : 8836
Taille : 35,9 Ko

    Une confrontation historique

    Bien que le nombre de jours de télétravail demandés par les salariés diffère selon les pays et les secteurs d'activité, l'écart entre les demandes de télétravail des salariés et les ordres de retour au bureau de leurs patrons est une constante mondiale, a déclaré Mathias Dolls, directeur adjoint de l'ifo Center for Macroeconomics and Surveys à Hambourg, qui a interrogé 35 000 travailleurs et employeurs dans 34 pays dans le cadre d'un projet mené avec l'université de Stanford.

    Parmi les salariés ayant une expérience du travail à domicile, 19 % souhaitent retourner au bureau à temps plein, selon l'enquête. Les travailleurs souhaitaient deux jours de temps libre par semaine, soit le double de ce que voulaient les patrons, et "l'écart ne se réduit pas", a déclaré M. Dolls. "Je ne pense pas que nous verrons les niveaux de temps de travail revenir à ceux d'avant la pandémie".

    Jim Stanford, directeur du Centre for Future Work de l'Australia Institute, un groupe de réflexion, a déclaré que les accords syndicaux individuels ne mettraient pas nécessairement fin à l'impasse, car les employeurs auraient plus de pouvoir de négociation si le chômage augmentait, une conséquence largement attendue de la hausse des taux d'intérêt.

    "Le poids global de l'opinion parmi les travailleurs est qu'ils aimeraient fortement continuer à le faire et je pense qu'une majorité émergente d'employeurs pense que non, ils veulent que les gens retournent au travail", a déclaré M. Stanford.

    "Cela ouvre la voie à une confrontation historique."

    Une main-d'oeuvre modifiée

    Le passage au travail à distance, qui ne représentera que 2 % des heures travaillées en Australie en 2019 et qui deviendra la norme pour les cols blancs, a déjà perturbé le modèle économique des propriétaires de bureaux, qui signalent une baisse de la valeur des immeubles en raison des inquiétudes suscitées par la réduction de l'espace loué par les entreprises.

    Environ un sixième de l'espace de bureau de la capitale australienne est vacant, un record sur plusieurs années, selon les données du secteur, alors que la fréquentation en personne reste au moins un tiers en dessous des niveaux d'avant la pandémie.

    Si le travail à domicile est synonyme de souffrance pour les investisseurs, les employés comme M. Coomber, opérateur de drones, n'y voient que des avantages : les modalités de travail flexibles lui ont récemment permis, ainsi qu'à sa femme, de continuer à travailler pendant deux semaines alors que leurs enfants étaient trop malades pour aller à la crèche.

    "Cela nous aide à traverser la vie un peu plus facilement", a-t-il déclaré.


    Source : Jim Stanford, directeur du Centre for Future Work à l'Australia Institute

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur la situation ?
    Êtes-vous pour ou contre le travail à domicile en permanence en France ?

    Voir aussi :

    Emploi : 64 % des travailleurs envisagent de démissionner si on leur demande de retourner au bureau à temps plein, dans un contexte où les entreprises multiplient les appels au retour sur les sites

    « Le télétravail permanent pour les startups est l'une des pires erreurs de l'industrie technologique », d'après Sam Altman, d'avis que les meilleurs produits sont créés en équipe, au bureau

    Le télétravail semble être là pour rester, en particulier pour les femmes et les diplômés de l'enseignement supérieur, selon une enquête réalisée par le gouvernement américain
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  3. #83
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    Octobre 2017
    Messages
    1 812
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Suisse

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2017
    Messages : 1 812
    Points : 5 826
    Points
    5 826
    Par défaut
    Les Australiens se battent pour le droit de travailler à domicile en permanence
    Le droit de rester à son domicile contre un salaire???

    Certains semblent oublier un léger détail... Un patron a le droit d'engager ou pas un candidat, un patron a le droit de se séparer d'un collaborateur qui ne répond pas aux attentes du poste pour lequel il a été engagé...

    A force de nommer "talent" n'importe quel salarié, bon ou mauvais, certains finissent par se croire calife à la place du calife... A force de nous vendre de la pénurie de personnel (perso, j'ai jamais eu de problème à trouver des candidats pour nos postes d'ingénieurs ou d'informaticiens. Quand les conditions offertes sont bonnes, la pénurie n'existe pas!), certains se croient indispensables et pouvoir profiter de la situation.

    Alors que l'on soit clair même si le discours ne plait pas aux nombreux lecteurs de ce forum qui considèrent leur état d'âme comme faisant loi, en tant que responsable, je définis les conditions de travail, définis les objectifs de l'entreprise et ce n'est pas parce qu'un collaborateur se propose de venir au bureau nu comme un ver ou accompagné de son poisson rouge et de son iguane des iles Galápagos qu'il a le moindre "droit" de le faire.

    Je propose un environnement de travail agréable, si quelqu'un n'en veut pas, il a "un droit"... Celui d'aller voir ailleurs!

  4. #84
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Décembre 2008
    Messages
    9 644
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 36
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2008
    Messages : 9 644
    Points : 18 578
    Points
    18 578
    Par défaut
    Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
    Celui d'aller voir ailleurs!
    Exactement ! Si un ingénieur veut faire du télétravail et que son entreprise n'en propose pas, il faut qu'il démissionne le plus vite possible.
    Tous les candidats qui veulent du télétravail ne doivent pas déposer de candidature pour cette entreprise.

    Il est probable que de plus en plus d'employés de bureau souhaitent pouvoir travailler depuis chez eux au moins 3j par semaine.
    Ça fait des candidats en moins pour les entreprises qui ne proposent pas de télétravail.

    Bon après il doit encore y avoir beaucoup de gens qui aiment le bureau, parce que ça permet de fuir leur vie de famille.
    Il y a des gens qui restent au bureau tous les jours jusqu'à 20h pour éviter de participer aux tâches ménagères.

    Présentéisme : alibi masculin pour éviter les tâches ménagères ?

    Le présentéisme serait ce phénomène touchant les salariés, et plus particulièrement les cadres, qui se sentiraient obligés d’arriver tôt le matin et de partir tard le soir pour montrer qu’ils sont motivés et disponibles pour l’entreprise. Dans d’autres pays, ce phénomène de présence dans l’entreprise, en dehors des horaires habituels, est synonyme d’inefficacité aussi bien pour les salariés qui ne savent pas organiser leur temps de travail, que pour l’entreprise qui n’est pas capable de repérer les talents en privilégiant les salariés qui font de l’excès de zèle (certains diraient du «lèche-bottes»).
    Rester tard au bureau ça craint, ça veut dire que tu n'es pas capable d'atteindre tes objectifs à temps.
    Keith Flint 1969 - 2019

  5. #85
    Membre expert
    Homme Profil pro
    ingénieur qualité
    Inscrit en
    Mars 2015
    Messages
    1 162
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : ingénieur qualité
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2015
    Messages : 1 162
    Points : 3 573
    Points
    3 573
    Par défaut
    Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
    A force de nommer "talent" n'importe quel salarié, bon ou mauvais, certains finissent par se croire calife à la place du calife... A force de nous vendre de la pénurie de personnel (perso, j'ai jamais eu de problème à trouver des candidats pour nos postes d'ingénieurs ou d'informaticiens. Quand les conditions offertes sont bonnes, la pénurie n'existe pas!), certains se croient indispensables et pouvoir profiter de la situation.
    Et il y a aussi la tendance inverse : les gens talentueux qui ne sont pas identifés comme tel finissent par se frustrer et partir.
    Je vois quelques entreprises (dont la mienne) "s'appauvrir" comme ça. Je pense que ça marche à court terme mais elles y perdent vraiment à long terme en déclenchant deux mouvements qui amplifient le cercle vicieux : les "talents des RH" deviennent de plus en plus prétentieux, les "talents du terrain" se barrent. , ne laissant que la médiocrité en place, cherchant les boucs emissaires de plus en plus rares pour expliquer ses échecs.
    Alors que l'on soit clair même si le discours ne plait pas aux nombreux lecteurs de ce forum qui considèrent leur état d'âme comme faisant loi, en tant que responsable, je définis les conditions de travail, définis les objectifs de l'entreprise et ce n'est pas parce qu'un collaborateur se propose de venir au bureau nu comme un ver ou accompagné de son poisson rouge et de son iguane des iles Galápagos qu'il a le moindre "droit" de le faire.
    Je propose un environnement de travail agréable, si quelqu'un n'en veut pas, il a "un droit"... Celui d'aller voir ailleurs!
    Je suis d'accord mais il a aussi le droit de profiter des limites des conditions et du droit du travail pour rester au maximum en emmerdant son employeur.
    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    Exactement ! Si un ingénieur veut faire du télétravail et que son entreprise n'en propose pas, il faut qu'il démissionne le plus vite possible.
    Pourquoi le plus vite possible?
    S'il met du temps à trouver un autre boulot qu'il considère plus interressant qu'il prenne son temps de le trouver.
    La relation employeur/employé devient de plus en plus symétrique et je trouve que c'est globalement une bonne chose. Les entreprises qui cherche du personnel de qualité commencent à se pencher sérieusement sur le bien être au travail (Je ne parle pas venir au travail en chemise à fleur mais de prévenir et traiter les accidents du travail, les burn-outs, etc) et je trouve que c'est une bonne chose.
    Les employés commencent à se rendre compte que le départ de l'entreprise n'est pas forcément une mauvaise chose et gagnent donc une marge de négociation.

  6. #86
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    Octobre 2017
    Messages
    1 812
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Suisse

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2017
    Messages : 1 812
    Points : 5 826
    Points
    5 826
    Par défaut
    Citation Envoyé par totozor Voir le message
    Je suis d'accord mais il a aussi le droit de profiter des limites des conditions et du droit du travail pour rester au maximum en emmerdant son employeur.
    Théorie typique d'un collaborateur qui ne fait pas long feu chez nous! Qui plus est, un collaborateur indigne de profiter du télétravail: Qui veut croire un seul instant qu'avec ce genre de remarque, ce collaborateur va travailler sérieusement chez lui pour son employeur plutôt que de jouer à la play station affalé dans le fauteuil du salon?

    Et le mec de nous jouer la petite musique du "je suis plus productif à la maison"... Mon c...l! Heureusement que ses managers sont des cons bien incapables de mesurer sa vraie "productivité"

    Pour votre information totozor, il y a des entreprises qui ont des rapports normaux avec leur employés, des rapports basés sur la confiance!


    Et pour info, les employeurs ne sont pas des autistes qui se cachent dans leur caves... Ils discutent entre-eux. Quand un "collaborateur" (est-ce que dans le cas présent, il mérite encore ce qualitatif?) fournit ce genre de "prestations", il trouve porte close chez tous les employeurs sérieux...

    Et après le bonhomme se plaint que personne ne veut l'embaucher...

  7. #87
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Décembre 2008
    Messages
    9 644
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 36
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2008
    Messages : 9 644
    Points : 18 578
    Points
    18 578
    Par défaut
    Citation Envoyé par totozor Voir le message
    Pourquoi le plus vite possible?
    Je vais reformuler : si un employé de bureau souhaite continuer le télétravail, mais que son entreprise veut enlever cette option, il doit rapidement chercher mieux ailleurs.

    Il y a des bons travailleurs qui se barrent pour ça.
    Pour certaines personnes le télétravail est important.
    Par exemple pour celui qui doit faire 1h30 de trajet pour se rendre au travail.

    T'as pas besoin d'être au bureau chaque jour de travail.

    Plus il y aura de travailleurs qui démissionneront à cause du manque de télétravail, et plus il y aura de candidats qui refuseront des postes parce qu'ils ne proposent pas de télétravail, plus les entreprises donneront la possibilité de télétravailler.

    Admettons que 50% des employés de bureau veulent du télétravail et que 50% des employés n'en veulent pas du tout.
    Si une entreprise dit "vous pouvez faire 0, 1, 2, 3 jours de télétravail par semaine" elle aura un pool de candidats plus grand que l'entreprise qui dit "chez nous c'est 0 télétravail".
    Keith Flint 1969 - 2019

  8. #88
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    Octobre 2017
    Messages
    1 812
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Suisse

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2017
    Messages : 1 812
    Points : 5 826
    Points
    5 826
    Par défaut
    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    Admettons que 50% des employés de bureau veulent du télétravail et que 50% des employés n'en veulent pas du tout.
    Si une entreprise dit "vous pouvez faire 0, 1, 2, 3 jours de télétravail par semaine" elle aura un pool de candidats plus grand que l'entreprise qui dit "chez nous c'est 0 télétravail".
    Comme on est dans la projection futuriste, admettons que sur le 100% des employés de bureau aujourd'hui, il y aura dans le futur 80% d'entre-eux qui se feront virer parce que remplacer par de l'IA, il se passera quoi avec les 50% qui exigent du télétravail???

    Un RH leur dira simplement "Vous allez être content, vous allez pouvoir rester de manière définitive à la maison... sans salaire!"

    Toute vos théories fumeuses me font penser à la multinational Nestlé ou à la Poste Suisse qui ont virer leur personnel informatique en Suisse pour ouvrir des centres au Portugal, Explications "Mais vous voyez monsieur, madame, on ne trouve pas les compétences en Suisse" et quand un chargé de communication de Nestlé intervient au Téléjournal de 20H pour s'expliquer, voilà qu'il nous dit "On ne licencie pas nos salariés... On leur propose bien évidemment un poste au Portugal"... Et après un court silence, il ajoute "aux conditions salariales locales bien sûr!"

    C'est sûr qu'un pays où le salaire minimum est à 600 euro en lieu et place d'un job payé plus de 6 000 euro, cela fait envie

  9. #89
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Décembre 2008
    Messages
    9 644
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 36
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2008
    Messages : 9 644
    Points : 18 578
    Points
    18 578
    Par défaut
    Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
    il y aura dans le futur 80% d'entre-eux qui se feront virer parce que remplacer par de l'IA
    On est en loin. C'est la théorie la plus fumeuse.
    Déjà il faudrait que le client soit capable d'exprimer correctement son besoin, il y a peu de chance que ça arrive.
    Je ne pense pas que l'IA sera capable de continuer le développement d'un logiciel qui est en développement depuis des années.

    Peut-être qu'on peut facilement remplacer un manager par une IA, mais remplacer un développeur c'est plus compliqué.

    Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
    Un RH leur dira simplement "Vous allez être content, vous allez pouvoir rester de manière définitive à la maison... sans salaire!"
    Pourquoi l'entreprise resterait borner à ce point ?
    Il n'y a que des bons côtés à mettre un peu de télétravail.

    L'entreprise ferait des économies de loyer, les employés seraient plus efficace et plus inspiré, leur santé psychique serait meilleure.
    Et il y a même moyen de proposer des salaires un peu plus faible, parce que si un ingénieur qui aime le télétravail à le choix entre un job sans télétravail qui paie très bien, et un job avec télétravail mais qui paie 10% de moins, il pourrait préférer le job avec télétravail.

    ===
    C'est réel, il existe vraiment des travailleurs qui se disent "si je dois revenir au bureau tous les jours, je démissionne" :
    64% of workers would consider quitting if asked to return to the office full-time

    Will Employees Quit if They Are Forced Back into the Office?
    Nearly 7 in 10 employees (68 percent) said they would rather look for a new job than return to the office, according to a survey from Clarify Capital, a financial consultancy in New York City that surveyed more than 1,000 remote workers. That figure is even higher among Generation Z workers, of which 79 percent said they would look for a new job over returning to the office.
    Il y aura des démissions dans les entreprises qui refusent d'être moderne.
    Pourquoi aller se faire chier au bureau tous les jours ?
    Surtout dans les open spaces qui servent à placer beaucoup de travailleurs dans peu de place.
    Keith Flint 1969 - 2019

  10. #90
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Technicien de maintenance / Developpeur PHP
    Inscrit en
    Mai 2015
    Messages
    428
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Loire (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Technicien de maintenance / Developpeur PHP
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2015
    Messages : 428
    Points : 1 627
    Points
    1 627
    Par défaut
    Alors que l'on soit clair même si le discours ne plait pas aux nombreux lecteurs de ce forum qui considèrent leur état d'âme comme faisant loi, en tant que responsable, je définis les conditions de travail, définis les objectifs de l'entreprise et ce n'est pas parce qu'un collaborateur se propose de venir au bureau nu comme un ver ou accompagné de son poisson rouge et de son iguane des iles Galápagos qu'il a le moindre "droit" de le faire.
    @Anselme45
    Oui, enfin en ce qui concerne le côté "vous définissez les conditions de travail" (aka "c'est qui l'patron"), j'ai envie de dire oui et non.

    Etant donné qu'il faut être au moins deux pour signer un contrat et dès lors que vous avez un besoin (un poste à pourvoir est un besoin) et que vous êtes donc en demande, vous êtes bien obliger d'accepter les offres qui vous sont faites non ?

    Mais admettons que vous trouviez tout de même un candidat qui semble correspondre à vos besoins.
    J'aurai un doute sur le fait qu'il s'agissent du meilleur pour le poste, s'il semble résolut à accepter toutes vos conditions sans rechigner un minimum.

    Un contrat de travail, c'est une relation commerciale sensé être donnant/donnant, si l'un des deux partis se sens lésé ça va forcement mal ce finir si l'autre ne veut pas y mettre du sien.

  11. #91
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    Octobre 2017
    Messages
    1 812
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Suisse

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2017
    Messages : 1 812
    Points : 5 826
    Points
    5 826
    Par défaut
    Citation Envoyé par defZero Voir le message
    Oui, enfin en ce qui concerne le côté "vous définissez les conditions de travail" (aka "c'est qui l'patron"), j'ai envie de dire oui et non.
    Votre commentaire est à l'image de la situation en France... Vos arguments transpirent la théorie du "salaud de patron profiteur qui saignent ses malheureux employés surchargés de travail jusqu'à mourir de burn-out"...

    Vous me faites marrer, sortez de la France, allez bosser dans un pays étranger et vous aurez la surprise de constater ce que le monde entier sait déjà: C'est en France où l'on travaille le moins et où l'employé est le mieux protégé par les règlements étatiques...

    Comparons la loi sur le travail entre 2 pays voisins: En France, c'est une encyclopédie de milliers de pages écrites en caractères nécessitant une loupe. En Suisse, c'est 30 pages écrites en gros caractères... Question: Le flux de travailleur va dans quel sens? Il y a des flots de suisses qui passent la frontière pour travailler en France ou des flots de français qui viennent tous les jours travailler en Suisse?

    Pourquoi est-ce que une même entreprise dans le même domaine d'activité peut offrir en Suisse un salaire entre 3 et 4 fois supérieur à celui offert par son homologue français?

    Au 2ème trimestre 2023, 390 878 européens quittent tous les jours leur pays pour venir travailler en Suisse dont 221 782 frontaliers français (frontalier = personne habitant en France mais venant travailler en Suisse) auxquels s'ajoutent 200 000 français établis sur sol suisse...

    Très certainement un demi-million de français qui n'ont rien compris (certainement des déviants masochistes, des aliénés du neurones) et qui subissent les conditions inacceptables de ces salauds de patrons, qui plus est suisses... Beurk!

  12. #92
    Membre expert
    Homme Profil pro
    ingénieur qualité
    Inscrit en
    Mars 2015
    Messages
    1 162
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : ingénieur qualité
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2015
    Messages : 1 162
    Points : 3 573
    Points
    3 573
    Par défaut
    Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
    Pour votre information totozor, il y a des entreprises qui ont des rapports normaux avec leur employés, des rapports basés sur la confiance!
    Je le pensais aussi, jusqu'à ce que mon entreprise laisse un collègue partir malgré nos nombreuses alertes.
    Mes rapports sont "normaux" avec mon entreprise mais quand je la vois ne pas agir pour une collègue je me demande pourquoi agirait elle pour moi?
    Conclusion : tant que ça se passe bien RAS, mais je commence à sérieusement envisager une porte de sortie.
    Et pour info, les employeurs ne sont pas des autistes qui se cachent dans leur caves... Ils discutent entre-eux.
    Biensur que nous le savons mais on se demande quelle est leur grille de lecture, deux ex-empoyés ont redéposés leur CV, un seul a été embauché, vu leur passif avec l'entrprise j'aurais fait le choix inverse.
    Quand un "collaborateur" (est-ce que dans le cas présent, il mérite encore ce qualitatif?) fournit ce genre de "prestations", il trouve porte close chez tous les employeurs sérieux...
    On appelle ça un employé, vous avez un rapport avec lui couvert par le droit du travail (que vous avez tendance à mieux connaitre que lui), chacun profites de ce système.
    Et après le bonhomme se plaint que personne ne veut l'embaucher...
    non, ça va, je ne suis pas spécialement bon à l'exercice de l'entretien mais mes collègues (notamment aux RH) rattrapent facilement la marche

    Pour être honnete, ce ne sont pas des branleurs qui démissionnent quand on leur demande de revenir au travail. Les branleurs sont experts dans le domaine et ne rien foutre à la maison ou au travail ne leur pose pas problème.
    Les premiers à quitter le navires sont le bosseurs qui n'ont pas de mal à trouver du boulot mieux payé ailleurs, ils n'ont notamment pas de mal parce que le CV n'arrive pas aux RH par mail mais via un ancien collègue. (J'ai relancé des recherche pour sonder le marché, ce sont des anciens collègues qui me l'ont réclamé).

  13. #93
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Patrick Ruiz
    Homme Profil pro
    Redacteur web
    Inscrit en
    Février 2017
    Messages
    1 868
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Redacteur web
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : Février 2017
    Messages : 1 868
    Points : 52 058
    Points
    52 058
    Par défaut Êtes-vous pour le télétravail en permanence ? Pour quelles raisons préférez-vous cette formule ?
    Êtes-vous pour le télétravail en permanence ? Pour quelles raisons préférez-vous cette formule ?
    Quelles sont celles pour lesquelles vous pencheriez plutôt pour le bureau ?

    Un sondage sur développez.com a révélé que la majorité, soit 56,57 %, des votants sont pour rester en télétravail de façon permanente après la crise. C’était une espèce de redite du positionnement des travailleurs de divers pays qui ont exprimé leur faveur à l’approche télétravail. Les réactions au sondage avaient permis de révéler les raisons pour lesquelles ces travailleurs préfèrent le travail à distance en permanence. Celles pour lesquelles la minorité des votants penchaient plutôt pour le bureau à temps plein ou à minima pour l’approche hybride n’avaient pas manqué d’être mises en avant.

    Télétravail en permanence : Quels arguments ?

    Les arguments mis en avant en faveur du télétravail par les tiers en confinement sont : horaires de travail flexibles, moins de stress lié au trajet, les économies, meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée, les gains de productivité et de temps, ainsi que le calme. En effet, d’après un sondage de Zippia qui a porté sur plus de 500 Américains, plus de 44 % des sondés disent être plus productif en mode travail à distance. Si Deskeo ne fait pas dans le détail avec un chiffre lié à la productivité, l’opérateur de bureau flexible présente un autre susceptible de justifier le lien entre productivité et télétravail. D’après l’entreprise française en effet, 27 % des participants à l’une de ses enquêtes (portant sur les retours de 2915 professionnels) valorisent le fait de pouvoir travailler au calme pour plus de concentration. Quant à ce qui est du dernier avantage, 38 % des participants au sondage Deskeo apprécient plus le télétravail pour ceci qu’il évite de perdre du temps dans les transports.

    C’est pour ces raisons que les Australiens se battent pour le droit de travailler à domicile en permanence. En effet, au mois d’avril de l’année en cours, le PDG de la troisième banque australienne, la National Australia Bank (NAB), a ordonné à 500 cadres supérieurs de revenir au bureau à temps plein. En juillet, la NAB a accepté un accord syndical qui donne à tous les employés, y compris les 500 cadres, le droit de demander un travail à temps plein, tout en limitant les motifs de refus. La même semaine, le syndicat du secteur public a conclu un accord qui permet aux 120 000 employés fédéraux australiens de demander un nombre illimité de jours de travail à domicile. Les travailleurs fédéraux canadiens ont pour leur part mis fin à une grève de deux semaines en mai en concluant un accord salarial qui ne prévoyait pas les protections du télétravail qu'ils souhaitaient.


    C’est toujours en lien avec les avantages du travail à distance que des employés ont démissionné de leurs postes au sein d’entreprises sans politique de travail à distance flexible. En effet, une enquête de Prudential Beneficial qui porte sur un échantillon de 1046 participants américains indique que 87 % sont désireux de poursuivre en télétravail à minima 1 jour dans la semaine. 73 % sont d’avis que les employeurs doivent continuer d’offrir et même étendre les options de travail à distance. 42 % de ce lot sont prêts à quitter leur emploi si l’option télétravail ne leur est pas offerte sur le long terme.

    Nom : 1.png
Affichages : 2358
Taille : 34,8 Ko

    Ces chiffres s’alignent avec ceux d’un sondage de Microsoft sur un échantillon mondial de 31 000 employés disséminés dans 31 pays. « Le fait de pouvoir travailler à distance a ouvert de nouvelles possibilités pour de nombreux travailleurs. Si l’on n'a plus besoin d'être physiquement présent dans un bureau, l’employeur peut, en théorie, être situé n'importe où. C'est peut-être pour cette raison que 41 % des employés envisagent de quitter leur employeur actuel cette année », indique l’entreprise américaine. Les résultats de son enquête laissent penser que les employeurs pensent à s’arrimer à ce qui est susceptible de s’imposer comme le standard du post pandémique. En effet, 73 % des participants au sondage sont désireux de voir les options flexibles de télétravail demeurer et 66 % des décideurs pensent à aller dans ce sens.

    Nom : 2.png
Affichages : 1659
Taille : 27,8 Ko

    Le manque d’interaction avec les collègues, l’impact négatif sur la productivité des travailleurs reviennent toujours parmi les arguments mis en avant par les anti-télétravail

    Qui de l’employé en télétravail ou de celui dans un bureau est le plus créatif et productif ? La question revient sur la table dans un contexte de multiplication des appels au retour au bureau par les entreprises. Sam Altman, PDG d'OpenAI et créateur de ChatGPT, estime que le télétravail doit encore être considéré comme une expérience. Il considère que c'est l'une des pires erreurs commises par l'industrie technologique que de penser que tout le monde peut travailler à distance sans perdre sa créativité.

    Sam Altman a dans son viseur le télétravail en permanence qui est la formule adoptée par des entreprises comme Gitlab. Sa récente sortie sur la question est une redite de précédentes dans lesquelles il laisse entendre que le présentiel est le modèle sur lequel il faut s’appuyer pour obtenir le maximum de productivité et de créativité des employés.

    Nom : 3.png
Affichages : 1658
Taille : 53,4 Ko

    Ce dernier ne s’écarte pas de l’argumentaire de la plupart des dirigeants d’entreprises selon lesquels le travail « en équipe » au bureau permet l’atteinte de cimes de productivité que l’approche télétravail ne permet pas.

    « Travailler ensemble sur un problème à l'aide d'un tableau blanc procure un réel sentiment de satisfaction », souligne le PDG de Lyft après avoir indiqué que le télétravail a isolé ses employés. Ces prises de position s’accordent avec celle de Marissa Meyer PDG de Yahoo en 2013 : « certaines des meilleures décisions et idées viennent de discussions de couloir et de cafétéria, en rencontrant de nouvelles personnes et dans des réunions d'équipe improvisées » avant d’ajouter que « la rapidité et la qualité sont souvent sacrifiées lorsque nous travaillons à la maison » et qu'avoir un Yahoo! uni « commence par être physiquement ensemble ». En 2017, IBM a mis en avant des arguments allant dans le même sens pour mettre fin au télétravail. Comme quoi, le présentiel serait un plus dans la stimulation de la productivité des employés.

    La question de la productivité des employés en télétravail se posait déjà avant la survenue de la pandémie de coronavirus et revient sur la table avec acuité dans l’actuel contexte. Microsoft a initié un sondage sur un échantillon de 20 000 personnes dans des entreprises disséminées dans 11 pays pour y voir plus clair. Résultat : 87 % des participants à l’enquête disent être plus productifs en télétravail et 88 % des dirigeants émettent des doutes quant à ce que leurs employés en télétravail puissent être plus productifs que dans un bureau.

    Dans bien de pays au monde, la journée de travail a une durée de 8 heures. Pour un employé de bureau, on arrive au lieu de service, s’installe sur un siège devant un ordinateur et se lance dans ses activités. Mais, lesquelles ? De quoi s’agit-il dans la réalité ? De « 8 heures de travail » ou « 8 heures au travail » ? En d’autres termes, pour combien de temps les travailleurs sont-ils productifs sur une journée de travail ? Dans une publication parue il y a 3 ans, Invitation Digital Ltd – une firme de marketing basée au Royaume-Uni – répond aux questions …

    L’étude d’Invitation Digital Ltd a porté sur près de 2000 (1989 pour être exact) employés de bureau (à temps plein) âgés de plus de 18 ans et disséminés sur l’ensemble du territoire du Royaume-Uni. En réponse à la question de savoir s’ils se considèrent comme productifs tout au long d’une journée de travail, la grande majorité (soit 79 %) avait répondu non. D’après les résultats de l’étude, seul le cinquième (donc les 21 % restants) a répondu par l’affirmative. Le sondage avait ensuite révélé que la durée moyenne de productivité sur le lieu de service est de 2 h 53 min, soit moins de 3 h.

    Nom : 4.png
Affichages : 1656
Taille : 150,4 Ko

    D’après l’enquête, si les travailleurs se retrouvaient avec moins de 3 h de productivité sur une journée de travail c’est parce qu’ils étaient la plupart du temps distraits par des activités comme : surfer sur les réseaux sociaux - 47 % (des répondants au sondage) ; lire les sites Web d'actualités - 45 % ; discuter des activités en dehors du travail avec des collègues - 38 % ; préparation de boissons chaudes - 31 % ; pauses cigarette - 28 % ; messagerie texte et messagerie instantanée – 27 % ; manger par petits bouts - 25 % ; faire de la nourriture au bureau - 24 % ; téléphoner à son partenaire/à ses amis - 24 % ; recherche d'un nouvel emploi – 19 %.

    Et vous ?

    Êtes-vous pour le télétravail ? Pour quelles raisons préférez-vous cette approche ? Quels sont les motifs pour lesquels vous pencheriez plutôt pour le bureau ou à minima pour la formule hybride ?
    Que pensez-vous de ces tendances ? Sont-elles cohérentes avec la réalité dont vous êtes au fait ?
    Partagez-vous de l’argument des employeurs selon lequel les employés en télétravail sont moins productifs ?
    Télétravail ou bureau : dans quelle situation êtes-vous le plus productif ? Pour quelles raisons ?
    Télétravail permanent ou télétravail à temps partiel : de quel bord êtes-vous ?

    Voir aussi :

    Twitter encourage fortement tous ses employés du monde entier à travailler à domicile pour réduire la probabilité de propagation du coronavirus
    Coronavirus : après avoir recommandé le travail à domicile, Twitter demande à ses employés de travailler chez eux, une mesure adoptée par les grandes enseignes de la tech comme Google
    Télétravail : cinq raisons pour lesquelles les entreprises lui disent non, Gagnerait-il à être plus largement adopté ?
    Le coronavirus ralentit la production d'écrans LCD, et les prix des TV et moniteurs devraient monter en conséquence, cinq usines de fabrication à Wuhan étant actuellement touchées, selon un rapport
    Une IA aurait fourni les premières alertes sur l'épidémie du coronavirus de Wuhan à l'aide du big data pour suivre et anticiper la propagation des maladies infectieuses les plus dangereuses au monde
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  14. #94
    Expert éminent sénior
    Profil pro
    Inscrit en
    Décembre 2007
    Messages
    6 803
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2007
    Messages : 6 803
    Points : 32 061
    Points
    32 061
    Par défaut
    Je suis mieux au bureau. Je constate que ce n'est pas vrai pour tout le monde. De nombreux collègues souffrent au bureau, et respirent les jours de télétravail. Je constate aussi que si le travail en équipe sur un seul lieu est productif, les situations ou il faut réfléchir tous ensemble sont finalement rares, hors grands chefs. Il faut bien bosser. Et si mes collègues sont mieux chez eux, je ne vois pas de raisons de les torturer.
    Les 4 règles d'airain du développement informatique sont, d'après Michael C. Kasten :
    1)on ne peut pas établir un chiffrage tant qu'on a pas finalisé la conception
    2)on ne peut pas finaliser la conception tant qu'on a pas complètement compris toutes les exigences
    3)le temps de comprendre toutes les exigences, le projet est terminé
    4)le temps de terminer le projet, les exigences ont changé
    Et le serment de non-allégiance :
    Je promets de n’exclure aucune idée sur la base de sa source mais de donner toute la considération nécessaire aux idées de toutes les écoles ou lignes de pensées afin de trouver celle qui est la mieux adaptée à une situation donnée.

  15. #95
    Modérateur
    Avatar de grunk
    Homme Profil pro
    Lead dév - Architecte
    Inscrit en
    Août 2003
    Messages
    6 691
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 39
    Localisation : France, Côte d'Or (Bourgogne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Lead dév - Architecte
    Secteur : Industrie

    Informations forums :
    Inscription : Août 2003
    Messages : 6 691
    Points : 20 227
    Points
    20 227
    Par défaut
    Je travail en distanciel complet dans une société qui ne fonctionne que comme ca (on a pas de bureau). Ca marche parfaitement bien car c'est l'ADN de la société et que tous les process sont orientés dans ce sens.
    Pas d'horaire flexible , mais une qualité de vie qui est bien meilleure :
    • Pas de trajet
    • Pause dans le confort de sa maison (canap, douche, etc ...)
    • Un bureau aménagé comme je l'entends ; Si je veux un clavier qui fait clic clic j'emmerde personne , si je veux une chaise a paillettes je fais ce que je veux.
    • Du temps perso regagné (trajet en moins , pause avec les enfants plutôt que a la machine a café, etc ...)
    • Peu ou pas dérangement. Je choisi quand traiter les sollicitations des autres et ca c'est un vrai plus en terme de productivité

    J'aurais vraiment du mal actuellement a revenir a du présentiel.

    Le télétravail partiel (1 à 2j) dans une société plus conventionnel peux fonctionner aussi. On a tous du travail a faire qui ne nécessite pas d'intéraction avec les autres et c'est cool de pouvoir le faire chez sois pour ceux qui le souhaite.

    Par contre je crois très moyennement (pour pas dire pas du tout) au mix. Une partie d'équipe sur place ou en hybride , une autre en full remote , forcément la communication va avoir des raté à un moment donné et ca va être dur de créer un esprit d'équipe fort.
    Pry Framework php5 | N'oubliez pas de consulter les FAQ Java et les cours et tutoriels Java

  16. #96
    Membre expérimenté Avatar de AaâÂäÄàAaâÂäÄàAaâÂäÄ
    Homme Profil pro
    db@
    Inscrit en
    Septembre 2021
    Messages
    460
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : db@

    Informations forums :
    Inscription : Septembre 2021
    Messages : 460
    Points : 1 328
    Points
    1 328
    Par défaut
    Mes derniers employeurs commençaient à manquer de place pour tout le monde, donc le télétravail a permis de réorganiser les espaces de travail avec des bureaux non assignés et plus assez de place pour avoir 100% du personnel sur place.
    Dans les TI, ça ne fait pas une grosse différence d'être sur place - sauf pour les admins serveurs qui doivent parfois mettre les mains dans les racks, mais comme y en a un qui habite à côté...
    Dans mon cas, la contrainte est de venir à la grosse réunion mensuelle et à une réunion mensuelle de mon groupe. Et encore, on peut avoir une bonne raison pour ne pas y être de temps en temps. J'ai des collègues qui habitent jusqu'à 200 km du bureau !

    Et un dernier point, je me suis fait une triple fracture de la cheville et le télétravail m'a permis de reprendre plus rapidement la travail que si j'avais eu l'obligation de me rendre sur place.
    Mon boss aurait du attendre 2 mois de plus si j'avais eu besoin de me déplacer par métro et bus...

  17. #97
    Modérateur
    Avatar de escartefigue
    Homme Profil pro
    bourreau
    Inscrit en
    Mars 2010
    Messages
    10 157
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Loir et Cher (Centre)

    Informations professionnelles :
    Activité : bourreau
    Secteur : Finance

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2010
    Messages : 10 157
    Points : 38 961
    Points
    38 961
    Billets dans le blog
    9
    Par défaut
    J'ai du mal à imaginer de travailler uniquement à distance, le contact réel est un élément important qui participe à la qualité de la vie et à la sociabilité.
    Dans certaines situations, le travail à distance est un handicap, par exemple quand on veut discuter autour d'un schéma vite fait sur un tableau, c'est bien plus pratique que sur un document partagé sur skype ou autre outil collaboratif.

    Pour autant, le télétravail est un réel progrès, je gagne 1h30 à 2h par jour en temps de transport, c'est déjà beaucoup, c'est bon pour mon porte-monnaie et bon pour la planète et le fait de pouvoir organiser ma journée comme je le souhaite est un vrai plus.
    Seul bémol, je n'ai pas de vrai bureau consacré au travail, je dois donc installer et désinstaller mon poste tous les jours, ce qui n'est pas très pratique, mais rien d'insurmontable.

    En résumé, je préfère un équilibre entre travail sur site et télétravail, c'est la solution idéale dans ma situation, car d'évidence, la bonne solution dépend du contexte de chacun.

  18. #98
    Membre expert
    Homme Profil pro
    ingénieur qualité
    Inscrit en
    Mars 2015
    Messages
    1 162
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : ingénieur qualité
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2015
    Messages : 1 162
    Points : 3 573
    Points
    3 573
    Par défaut
    Citation Envoyé par grunk Voir le message
    Le télétravail partiel (1 à 2j) dans une société plus conventionnel peux fonctionner aussi. On a tous du travail a faire qui ne nécessite pas d'intéraction avec les autres et c'est cool de pouvoir le faire chez sois pour ceux qui le souhaite.
    Par contre je crois très moyennement (pour pas dire pas du tout) au mix. Une partie d'équipe sur place ou en hybride , une autre en full remote , forcément la communication va avoir des raté à un moment donné et ca va être dur de créer un esprit d'équipe fort.
    Ma société autorise jusqu'à deux jours de télétravail par semaine (avec quelques contraintes supplémentaires), la norme étant que les gens prennent 1 jour fixe (souvent lundi ou vendredi) et parfois un jour "opportuniste" (le gamin est à la maison, le plombier passe etc).
    Ca fonctionne bien à un détail près : les réunions récurrentes mixtes (une salle bien remplie et deux personnes à distance) ne fonctionnent pas, les personnes à distances sont involontairement mise à l'écart. Donc la majorité de ces réunions sont devenues 100% "distancielles".

    Nos directions sont globalement contre le télétravail mais sur le terrain les gens ont tendance à le faciliter, il n'est pas rare d'avoir une réunion avec un enfant en invité surprise sans que ça ne pose problème.
    Le télétravail partiel est un bon moyen de gérer la pression qui s'est intensifiée depuis le covid.

  19. #99
    Expert confirmé

    Homme Profil pro
    .
    Inscrit en
    Octobre 2019
    Messages
    1 449
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 41
    Localisation : France, Aube (Champagne Ardenne)

    Informations professionnelles :
    Activité : .
    Secteur : Conseil

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2019
    Messages : 1 449
    Points : 5 698
    Points
    5 698
    Par défaut
    le télétravail va devenir la norme pour plusieurs raisons:
    la pénurie de logement locatif rendant très difficile la mobilités de potentiels futur "talents".
    l'explosion du prix d'achat de l'immobilier et l’entassement urbains rendant les transports en commun et routes saturés.
    et pour augmenté le bénéfice de plus en plus de boite dont la mienne réduise leurs surfaces et n'ont plus assez de bureau pour loger tous le monde.

    Donc à minima le télétravail partiel devient même obligatoire.

    Y'a des pénuries dans certains secteurs, dans le cloud et la cybersécurité, j'ai 1 chasseurs de têtes qui me contactes chaque jours.
    seulement les postes a Annecy, Paris ou Sofia non merci, l'immobilier coute trop cher, et je remarque l'option full remote ou "venir 1 fois par mois dans les bureaux a paris, trajet tgv payé par la boite" devient de plus en plus fréquent.



    Mon 1er critere d'une boite c'est la localisation, proche de chez moi ou en full remote.
    ensuite le salaire
    ensuite le management, mais ça c'est une fois en période d'essaie qu'on peut le voir. J'ai horreur d'avoir un mec derrière mon dos qui me flic. L'employeur doit me faire confiance, si je fournie un travail qualitatif, le manager doit me foutre la paix, il m'envoie pas 50mails ou message teams par jours pour me demander ce que je fais. Je suis assez autonome.

  20. #100
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Décembre 2008
    Messages
    9 644
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 36
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2008
    Messages : 9 644
    Points : 18 578
    Points
    18 578
    Par défaut
    Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
    Partagez-vous de l’argument des employeurs selon lequel les employés en télétravail sont moins productifs ?
    La plupart des employés de bureau sont plus productif chez eux qu'au bureau.

    Il y a plusieurs conditions à rassembler pour que ça se passe bien, par exemple :
    - être autonome
    - avoir des bonnes conditions de travail à la maison

    Un collègue vient de changer d'entreprise, il aurait pu passer en 100% télétravail, mais il a demandé à avoir accès à un bureau, parce que le mercredi il y a ses enfants chez lui et c'est plus compliqué de travailler dans ses circonstances.

    Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
    Télétravail permanent ou télétravail à temps partiel : de quel bord êtes-vous ?
    Ça doit être bizarre d'être en 100% télétravail.
    Mais ça apporte un gros avantage : ça permet de travailler depuis n'importe où.

    Et là on peut atteindre le rêve que partagent beaucoup de gens : vivre dans un petit village paumé et ne pas avoir à se déplacer pour travailler.
    Pendant les périodes de confinement certains ont pu gouter à ce rêve, ils ont quitté leur grande ville de merde, ils sont partis à la campagne, ils étaient bien, quand il a fallut repartir en ville, dans leur petit appartement hors de prix, ça a du bien les faire chier.
    Il y aussi des gens qui font plus d'1 h de route pour aller bosser à Paris

    L'autre avantage du 100% télétravail c'est qu'on peut-être mobile.
    Imaginons que la femme d'un gars devienne CEO qu'une grande multinationale et qu'il faille déménager à 700km, ben c'est pas grave, le gars peut suivre sa femme sans avoir à démissionner et trouver un autre job.
    Sinon le gars aurait du rester vivre dans la ville A, sa femme partait dans la ville B, et ils ne se verraient pas très souvent.
    Keith Flint 1969 - 2019

Discussions similaires

  1. Réponses: 80
    Dernier message: 17/05/2020, 05h55
  2. Êtes-vous pour ou contre le fait de divulguer des failles ?
    Par Stéphane le calme dans le forum Sécurité
    Réponses: 10
    Dernier message: 02/09/2018, 16h06
  3. Réponses: 23
    Dernier message: 10/11/2017, 10h28
  4. Êtes-vous pour ou contre les "strict type hints" ?
    Par RideKick dans le forum Langage
    Réponses: 44
    Dernier message: 21/03/2012, 21h18

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo