IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

Actualités Discussion :

L'accord de 21 ans entre Google et Apple serait le « cœur » de l'affaire de monopole

  1. #181
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Dirigeant
    Inscrit en
    Juin 2016
    Messages
    3 160
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Dirigeant
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2016
    Messages : 3 160
    Points : 66 245
    Points
    66 245
    Par défaut Le principal responsable de la lutte antitrust aux USA affirme que les Big Tech ressemblent à la Standard Oil
    Le principal responsable de la lutte antitrust aux États-Unis affirme que les Big Tech ressemblent beaucoup à la Standard Oil
    il les accuse de contrôler Internet et d'empêcher la concurrence

    Jonathan Kanter, le principal responsable de la lutte antitrust au ministère américain de la Justice, a pris les Big Tech pour cible dans un discours à Bruxelles la semaine dernière et dans un autre lors de la conférence State Of the Net lundi. Kanter a déclaré que la corne d'abondance des pratiques commerciales douteuses des Big Tech ressemble beaucoup à l'industrie pétrolière à l'époque de la Standard Oil, un mastodonte qui a accaparé presque la totalité du marché de la distribution du pétrole entre 1870 et 1911 avant d'être démantelé. Ces propos suggèrent que Kanter pourrait durcir le ton face à des entreprises telles que Alphabet, Apple, Meta et Microsoft prochainement.

    La Standard Oil (Standard Oil Company and Trust) fut une société américaine qui, de 1870 à 1911, a constitué l'empire industriel de John Davison Rockefeller et de ses associés, contrôlant la quasi-totalité de la production, du traitement, de la commercialisation et du transport du pétrole aux États-Unis. Le mégamonopole détenu par John Rockefeller a finalement été démantelé en 34 sociétés distinctes dans le cadre de l'une des mesures antitrust les plus sévères de l'histoire des États-Unis. Comme beaucoup aiment le dire aujourd'hui : "les données sont le nouveau pétrole". De ce fait, il n'est pas question de laisser une nouvelle Standard Oil voir le jour.

    L'UE et les États-Unis, ainsi que de nombreux régulateurs dans le monde, partagent le même avis sur le sujet. Jonathan Kanter, procureur général adjoint du ministère américain de la Justice, a déclaré que comme le pétrole avant lui, la technologie en 2023 représente "l'élément vital" de la société moderne. Il s'en est pris violemment aux Big Tech dans un discours à la conférence State Of the Net lundi en comparant leur monopole à celle qu'a exercée autrefois la Standard Oil sur l'industrie pétrolière. Le rappel du démantèlement spectaculaire de la Standard Oil donne aux Big Tech une idée de l'état d'esprit du principal adversaire de leur mégamonopole.


    Kanter a déjà déployé ses armes contre la toute-puissance de Google, qui détient un monopole indiscutable sur le marché de la recherche en ligne, mais également sur celui de la publicité numérique. Google est accusé de profiter des données recueillies par le biais de son moteur de recherche pour optimiser les performances de son activité publicitaire, consolidant sa position dominante sur ces marchés. Ainsi, l'une des actions intentées par le ministère américain de la Justice (DOJ) vise à séparer les activités de recherche de Google de ses activités de publicité numérique, dans ce qui pourrait être l'exemple le plus proche de l'histoire de Standard Oil.

    En janvier, Kanter a annoncé une action en justice explosive du DOJ contre Google, l'accusant de maintenir un monopole illégal sur le marché de la publicité en ligne. Il vise notamment à séparer certaines parties de l'activité publicitaire de Google du reste de l'entreprise. Une autre enquête antitrust en cours sur Google Maps suggère que l'agence pourrait être intéressée par une remise en cause de la domination du géant de Mountain View sur les services de cartographie numérique. Fin février, les avocats du DOJ ont accusé Google de destruction de preuves et ont demandé à un juge fédéral de prendre les mesures appropriées pour sanctionner la société.

    Dans une tribune publiée en janvier dans le Wall Street Journal, le président américain Joe Biden a mis en garde contre le fait que certains acteurs du secteur de la technologie entravent la concurrence loyale, violent les droits à la vie privée des consommateurs et encouragent les discours extrémistes. Il a appelé les républicains et les démocrates du Congrès à travailler ensemble pour adopter une loi bipartisane forte afin de responsabiliser les Big Tech et les mettre au pas. Cet appel intervient quelques jours après que la Chambre, dominée par les républicains, a annoncé une enquête sur une collusion présumée entre la Maison-Blanche et les Big Tech.

    Dans son discours lundi, Kanter a également abordé d'autres sujets de préoccupation potentiels dans l'économie numérique moderne, notamment l'IA, le métavers et la manipulation potentielle des consommateurs par le biais de pratiques "sombres". En ce qui concerne l'IA, Kanter a reconnu qu'il était important de laisser l'industrie respirer afin de préserver les types de points d'inflexion observés lors de l'ascension de l'Internet. Le procureur américain a toutefois ajouté que les autorités chargées de l'application de la loi devaient simultanément veiller à ce que les perturbations causées par la technologie d'IA débouchent sur des "marchés sains".

    Quant au métavers, Kanter a souligné l'importance pour l'agence de rester à la pointe de la technologie. Pour ce faire, Kanter a indiqué que le DOJ recrutait encore plus de scientifiques et d'analystes de données afin de s'assurer que l'agence développe une expertise approfondie dans la compréhension du fonctionnement des données à l'ère moderne. Ainsi, le DOJ pourrait finir par ressembler à la faculté d'une école de commerce universitaire. « Nous devons comprendre comment ces données sont utilisées, affectent l'économie, affectent le potentiel de basculement, la construction de fossés et d'autres dynamiques concurrentielles », a-t-il déclaré.

    En ce qui concerne les schémas sombres, Kanter a déclaré qu'il était important d'examiner la manière dont "l'accumulation de données" par les entreprises peut inciter les utilisateurs à se détourner de certains marchés. Il s'agit d'une forme de pratiques anticoncurrentielles basées sur la technologie qui n'est pas bien comprise dans le contexte de l'application de la législation antitrust de la fin du XXe siècle. En outre, ce n'est pas la première fois que Kanter fait allusion à la Standard Oil pour qualifier le pouvoir des Big Tech. Il l'a déjà fait la semaine dernière lors d'une conférence antitrust à Bruxelles, lorsqu'il parlait des grandes sociétés Internet.

    Kanter a déclaré que ces puissantes plateformes disposaient d'un "large éventail de leviers et de cadrans" pour modifier les marchés et nuire à la concurrence. Il faut noter que lorsque le DOJ trouve des preuves de pratiques anticoncurrentielles, il appartient aux autorités de contrôle d'envisager des "remèdes structurels", comme ce fut le cas pour la Standard Oil. En d'autres termes, le démantèlement est tout à fait envisageable. Les propos du procureur américain suggèrent que le ministère de la Justice n'a pas l'intention de relâcher la pression de sitôt et que des mesures énergiques telles que le démantèlement d'entreprises sont à l'ordre du jour.

    « La logique qui sous-tend cette position s'applique aux marchés des plateformes tout autant, sinon plus, qu'à d'autres secteurs. L'allègement structurel peut briser les structures incitatives qui, autrement, pourraient encourager les plateformes à s'orienter vers des systèmes fermés qui excluent la concurrence », a déclaré Kanter.

    Sources : discours de Jonathan Kanter lors de la conférence Keystone sur l'antitrust à Bruxelles, en Belgique, discours de Jonathan Kanter à l'édition 2023 de la conférence State Of the Net

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi

    Joe Biden appelle le Congrès à adopter des lois sur l'antitrust et la confidentialité des données et à empêcher les Big Tech de privilégier leurs applications sur les boutiques qu'elles détiennent

    Antitrust : les avocats du ministère américain de la Justice accusent Google de destruction de preuves et demandent à un juge fédéral d'appliquer une sanction appropriée à l'entreprise

    La Chambre des représentants, dirigée par les républicains, va enquêter sur la collusion présumée entre la Maison-Blanche et les géants de la Tech pour censurer les voix conservatrices en ligne
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #182
    Expert confirmé Avatar de AoCannaille
    Inscrit en
    Juin 2009
    Messages
    1 409
    Détails du profil
    Informations forums :
    Inscription : Juin 2009
    Messages : 1 409
    Points : 4 709
    Points
    4 709
    Par défaut
    Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
    [
    Kanter a déjà déployé ses armes contre la toute-puissance de Google, qui détient un monopole indiscutable sur le marché de la recherche en ligne, mais également sur celui de la publicité numérique. Google est accusé de profiter des données recueillies par le biais de son moteur de recherche pour optimiser les performances de son activité publicitaire, consolidant sa position dominante sur ces marchés. Ainsi, l'une des actions intentées par le ministère américain de la Justice (DOJ) vise à séparer les activités de recherche de Google de ses activités de publicité numérique
    Ce que fait google est une synergie naturelle (et sans doute souhaitable) entre les composantes d'un groupe industriel, Google n'a aucun interêt à changer ça. A partir de ce constat, qu'attend la justice pour la faire cette scission forcée?

  3. #183
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Dirigeant
    Inscrit en
    Juin 2016
    Messages
    3 160
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Dirigeant
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2016
    Messages : 3 160
    Points : 66 245
    Points
    66 245
    Par défaut Ron DeSantis, gouverneur de Floride, affirme que Google devrait être démantelé
    Ron DeSantis, candidat potentiel à l'élection présidentielle des États-Unis, affirme que Google devrait être démantelé
    et ajoute que les Big Tech sont pires que les monopoles de l'âge d'or

    Le gouverneur de Floride Ron DeSantis, candidat potentiel à la prochaine élection présidentielle des États-Unis, pourrait mener la vie dure aux Big Tech s'il venait à être élu. Il a déclaré que les entreprises technologiques dominantes telles que Google et Meta ruinent les États-Unis et devraient être démantelées. Le gouverneur affirme que les mastodontes de la technologie sont pires pour la société que la Standard Oil et d'autres monopoles de l'âge d'or (Gilded Age). DeSantis a tenu ses propos lors d'un événement à huis clos en 2021, mais la vidéo a été divulguée récemment. Les appels au démantèlement des Big Tech se multiplient depuis quelques années.

    Ronald Dion DeSantis (dit Ron DeSantis), 44 ans, n'a pas hésité à s'en prendre aux Big Tech par le passé, mais l'obscure interview, récemment révélée par ProPublica, est le premier cas connu où il a appelé à une rupture totale. Cette déclaration enflammée le place plus loin dans le camp des personnes anti-Big Tech que la quasi-totalité de ses collègues républicains et qu'un certain nombre de démocrates. Lors de la conversation avec l'entrepreneur conservateur Vivek Ramaswamy, qui a depuis lancé sa candidature à l'élection présidentielle de 2024, DeSantis a affirmé que les grandes entreprises technologiques étaient en train de ruiner les États-Unis.

    « Je pense que des entreprises comme Google devraient être démantelées. Elles sont tout simplement trop grandes et ont trop de pouvoir. Je pense qu'elles exercent une influence plus négative sur notre société que les trusts qui ont été démantelés au début du XXe siècle. Je pense qu'elles ont une influence très négative. Je pense donc qu'il faut être ferme à ce sujet », a-t-il déclaré lors d'une retraite sur invitation pour le réseau conservateur Teneo Network. Le gouverneur a déjà pris position à de nombreuses reprises contre les Big Tech, notamment en accusant les plateformes en ligne telles que Meta et Twitter de faire taire les voix des conservateurs.

    Nom : 412.png
Affichages : 9876
Taille : 371,6 Ko
    Ron DeSantis, gouverneur de Floride

    S'appuyant sur des exemples très médiatisés, notamment la suspension de Donald Trump par Facebook et la décision de Twitter de bloquer brièvement un article sur l'ordinateur portable de Hunter Biden, les républicains affirment que les entreprises technologiques américaines ont systématiquement supprimé les points de vue conservateurs et se sont immiscées dans les élections d'une manière qui a favorisé les démocrates. Ils accusent les entreprises technologiques de soutenir et de défendre les valeurs de gauche. Une étude publiée en 2021 par des chercheurs de l'université de New York a conclu que ces affirmations étaient sans fondement.

    En 2021, DeSantis a signé un projet de loi visant à interdire aux entreprises technologiques, en particulier les sociétés de médias sociaux, de bannir des utilisateurs ou de modérer des contenus sur la base d'opinions politiques. Cependant, la loi reste bloquée devant les tribunaux en raison de contestations du premier amendement. « Je pense que protéger les droits des gens à participer à des discours politiques est un rôle absolument approprié du gouvernement », a-t-il déclaré lors de l'événement qui a eu lieu en 2021. DeSantis a également proposé le mois dernier un projet de loi visant à interdire TikTok sur les appareils du gouvernement de l'État.

    Selon Leonard Leo, président du groupe conservateur Teneo Network, le réseau Teneo vise à "écraser la domination libérale" dans de nombreux domaines de la société américaine. Leo est également un influent activiste juridique et dirigeant de longue date de la Federalist Society, un un groupe conservateur et libertarien qui préconise une interprétation textualiste et originaliste de la Constitution des États-Unis. En plus du gouverneur DeSantis, de nombreux législateurs libéraux et les experts politiques des États-Unis ont également appelé à une application plus stricte de la législation antitrust à l'égard des grandes entreprises technologiques.

    Lors de la course à la présidence de 2020, la sénatrice Elizabeth Warren (D-Mass) a fait campagne sur un programme de démantèlement d'Amazon, de Facebook et de Google. En 2021, les démocrates du Congrès ont présenté des projets de loi visant à scinder les entreprises technologiques, mais ces projets n'ont jamais été adoptés. Matt Stoller, un expert des questions antitrust travaillant pour l'American Economic Liberties Project, a déclaré qu'il était difficile de dire si les commentaires privés de DeSantis traduisaient une véritable inquiétude au sujet de la concentration du pouvoir des entreprises ou simplement une colère contre les Big Tech.

    « Il y a une guerre à droite à propos sur les questions antitrust. Je suis sceptique, mais ouvert à l'idée que DeSantis veuille faire quelque chose de sérieux au sujet du pouvoir économique », a déclaré Stoller. Par ailleurs, selon les observateurs, la rage de DeSantis à l'égard des entreprises technologiques n'est pas toujours répartie équitablement. Le gouverneur de Floride s'en prend régulièrement aux entreprises qu'il considère comme promouvant un "virus de l'esprit éveillé" (en parlant du wokisme), mais selon les observateurs, DeSantis fait en réalité tout ce qu'il peut pour soutenir les entreprises qui adoptent une position opposée.

    Le sentiment de DeSantis à l'égard des Big Tech est néanmoins partagé par Jonathan Kanter, procureur général adjoint du ministère américain de la Justice (DOJ). Il a déclaré à deux reprises au début du mois que la corne d'abondance des pratiques commerciales douteuses des Big Tech ressemble beaucoup à l'industrie pétrolière à l'époque de la Standard Oil. Ces propos suggèrent qu'il pourrait durcir le ton face à des entreprises telles que Alphabet (Google), Apple et Meta à l'avenir. Principal responsable de la lutte antitrust du DOJ, Kanter dirige de nombreuses poursuites contre les Big Tech et milite également pour leur démantèlement.

    Kanter a déjà déployé ses armes contre la toute-puissance de Google, qui détient un monopole indiscutable sur le marché de la recherche en ligne, mais aussi sur celui de la publicité numérique. Google est accusé de profiter des données recueillies par le biais de son moteur de recherche pour optimiser les performances de son activité publicitaire, consolidant sa position dominante sur ces marchés. Ainsi, l'une des actions intentées par le ministère américain de la Justice vise à séparer les activités de recherche de Google de ses activités de publicité numérique, dans ce qui pourrait être l'exemple le plus proche de l'histoire de Standard Oil.

    En janvier, Kanter a annoncé une action en justice du DOJ contre Google, l'accusant de maintenir un monopole illégal sur le marché de la publicité en ligne. Il vise notamment à séparer certaines parties de l'activité publicitaire de Google du reste de l'entreprise. Une autre enquête antitrust en cours sur Google Maps suggère que l'agence pourrait être intéressée par une remise en cause de la domination du géant de Mountain View sur les services de cartographie numérique. Fin février, les avocats du DOJ ont accusé Google de destruction de preuves et ont demandé à un juge fédéral de prendre les mesures appropriées pour sanctionner la société.

    Dans une tribune publiée en janvier dans le Wall Street Journal, le président américain Joe Biden a mis en garde contre le fait que certains acteurs du secteur de la technologie entravent la concurrence loyale, violent les droits à la vie privée des consommateurs et encouragent les discours extrémistes. Il a appelé les républicains et les démocrates du Congrès à travailler ensemble pour adopter une loi bipartisane forte afin de responsabiliser les Big Tech et les mettre au pas. Cet appel intervient quelques jours après que la Chambre, dominée par les républicains, a annoncé une enquête sur une collusion présumée entre la Maison-Blanche et les Big Tech.

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi

    Le ministère US de la Justice poursuit Google pour dominance publicitaire et veut démanteler l'entreprise, ce qui pourrait nuire à sa capacité à fournir de la pub ciblée, selon Paul Gallant

    Le principal responsable de la lutte antitrust aux États-Unis affirme que les Big Tech ressemblent beaucoup à la Standard Oil, il les accuse de contrôler Internet et d'empêcher la concurrence

    Le nouveau plan d'Elizabeth Warren : démanteler les géants Amazon, Google et Facebook pour promouvoir la concurrence dans le secteur technologique

    USA : le rapport antitrust parlementaire propose un démantèlement des GAFA, alors que de nouvelles informations sur l'acquisition d'Instagram par Facebook retardent la remise du rapport
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  4. #184
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 287
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 287
    Points : 194 445
    Points
    194 445
    Par défaut Les États-Unis accusent Google de destruction des preuves dans une affaire antitrust
    Les USA accusent Google de destruction des preuves dans une affaire antitrust parce que l'entreprise a utilisé des « chats sans historique »,
    Google rétorque que les USA avaient l'accès aux informations « matérielles »

    Google a défendu son utilisation de « chats sans historique » pour de nombreuses communications internes, niant l'allégation du gouvernement américain selon laquelle il a intentionnellement détruit les preuves nécessaires dans une affaire antitrust. Le paramètre de désactivation de l'historique entraîne la suppression automatique des messages dans les 24 heures.

    Le gouvernement américain et 21 États ont demandé le mois dernier à un tribunal de sanctionner Google pour avoir prétendument utilisé la fonction de suppression automatique sur les chats pour détruire des preuves et ont accusé Google d'avoir faussement dit au gouvernement qu'il avait suspendu ses pratiques de suppression automatique sur les chats soumis à une suspension légale. Plus tôt ce mois-ci, Google s'est opposé à la requête en sanctions dans le cadre d'un dépôt devant le tribunal de district américain du district de Columbia.

    Google a déclaré qu'il utilise une « approche à plusieurs niveaux » pour préserver les chats. « En cas de litige, Google demande aux employés en attente légale de ne pas utiliser d'applications de messagerie comme Google Chat pour discuter des sujets en cause dans le litige et, s'ils le doivent, de basculer leurs paramètres sur "historique activé" pour les chats concernant les sujets à question dans le litige, afin que ces messages soient préservés », indique le dossier de Google.

    Le dépôt de Google est venu en réponse au gouvernement américain faisant valoir que Google aurait dû désactiver la suppression automatique par défaut au lieu de « déléguer son fardeau aux dépositaires individuels pour préserver le chat 0potentiellement pertinent ».

    « Google a consciemment omis de conserver les preuves pertinentes. La destruction quotidienne des preuves pertinentes était inévitable lorsque Google a défini une valeur par défaut à l'échelle de l'entreprise pour supprimer les messages de chat hors historique toutes les 24 heures, puis a choisi de maintenir ce paramètre de suppression automatique pour les dépositaires soumis à une suspension de litige », ont déclaré les avocats antitrust du ministère américain de la Justice au tribunal le 23 février.

    Le procès des États-Unis et des États contre Google a débuté en octobre 2020 et allègue que Google maintient illégalement des monopoles sur les marchés de la recherche et de la publicité de recherche par le biais de pratiques anticoncurrentielles et d'exclusion. Les États-Unis ont déclaré que Google « avait le devoir de préserver les messages de chat des employés » à partir de 2019, lorsqu'il est devenu clair qu'un litige était imminent.

    Google : les États-Unis en demandent trop

    Google a déclaré que les plaignants du gouvernement « soutiennent que les règles fédérales exigent spécifiquement que Google ait appliqué un historique forcé sur la configuration de tous les dépositaires pour tous les chats créés pendant que le dépositaire était en attente légale, quelle que soit la pertinence possible du message pour le litige ».

    Mais les règles fédérales n'exigent que des « mesures raisonnables pour préserver » les informations, a souligné Google. « Les vastes efforts de préservation de Google ici - et en particulier sa méthodologie en ce qui concerne les chats sans historique - étaient des "étapes raisonnables" en vertu de la règle », a expliqué Google.

    Google a déclaré que les procureurs généraux des États-Unis et des États « ne se sont pas vu refuser l'accès aux informations matérielles nécessaires pour poursuivre ces affaires et qu'ils n'ont fourni aucune preuve que Google a intentionnellement détruit ces preuves ». Google a également fait valoir que les objections sont venues trop tard, alléguant que le gouvernement savait avant le début du litige « qu'il y avait un sous-ensemble de chats qui n'était pas automatiquement retenu ».

    « Les requêtes des plaignants n'ont pas lieu d'être dès le départ, car ils ont été informés de l'approche de Google en matière de chat pendant des années, mais ne se sont opposés que bien après la fin de la découverte. Ces tactiques ne doivent pas être tolérées », a déclaré Google au tribunal.

    Gouvernement des États-Unis : Google a prétendu à tort qu'il avait suspendu la suppression automatique

    Google a déclaré que ses divulgations de novembre 2019 dans un questionnaire ESI (Informations stockées électroniquement) « montrent que la distinction entre les discussions "confidentielles" et les autres discussions était évidente pour quiconque souhaitait poursuivre l'affaire dès le début de l'enquête du DOJ. Par exemple , la réponse au questionnaire ESI précise que les "messages de chat sont généralement conservés pendant une période de 30 jours s'ils ont été enregistrés, et potentiellement plus longtemps si les messages enregistrés sont en attente légale" ».

    Google a également déclaré que « le fonctionnement du produit Google Chat n'est pas un secret », car il s'agit d'un produit accessible au public et le site Web Google Chat explique la fonction d'arrêt de l'historique.

    La motion du ministère de la Justice du mois dernier a déclaré que les choses se sont passées très différemment. « Google a systématiquement détruit une catégorie entière de communications écrites toutes les 24 heures » pendant près de quatre ans, a déclaré la motion du gouvernement, poursuivant :

    Pendant tout ce temps, Google a faussement dit aux États-Unis que Google avait « mis en place une suspension légale » qui « suspend la suppression automatique ». En effet, au cours de l'enquête des États-Unis et de la phase de découverte de ce litige, Google a déformé à plusieurs reprises ses politiques de conservation des documents, ce qui a donné la fausse impression que l'entreprise préservait toutes les conversations pertinentes. Non seulement Google a affirmé sans équivoque au cours de l'enquête que sa suspension légale suspendait la suppression automatique, mais Google a continuellement omis de divulguer - tant aux États-Unis qu'à la Cour - sa politique de suppression automatique 24 heures sur 24. Au lieu de cela, à chaque tournant, Google a réaffirmé qu'il préservait et recherchait toutes les communications écrites potentiellement pertinentes.
    Les discussions sans historique font également l'objet d'un litige dans une action en justice distincte déposée par Epic Games, qui alléguait que Google monopolisait illégalement le marché de la distribution d'applications mobiles et du traitement des paiements par application mobile sur Android. Epic a déposé une requête pour sanctionner Google pour spoliation présumée de preuves en octobre.

    Nom : ron.png
Affichages : 3763
Taille : 329,1 Ko
    Ron DeSantis, gouverneur de Floride

    Le gouverneur de Floride Ron DeSantis estime que Google devrait être démantelé

    « Je pense que des entreprises comme Google devraient être démantelées. Elles sont tout simplement trop grandes et ont trop de pouvoir. Je pense qu'elles exercent une influence plus négative sur notre société que les trusts qui ont été démantelés au début du XXe siècle. Je pense qu'elles ont une influence très négative. Je pense donc qu'il faut être ferme à ce sujet », a-t-il déclaré lors d'une retraite sur invitation pour le réseau conservateur Teneo Network. Le gouverneur a déjà pris position à de nombreuses reprises contre les Big Tech, notamment en accusant les plateformes en ligne telles que Meta et Twitter de faire taire les voix des conservateurs.

    S'appuyant sur des exemples très médiatisés, notamment la suspension de Donald Trump par Facebook et la décision de Twitter de bloquer brièvement un article sur l'ordinateur portable de Hunter Biden, les républicains affirment que les entreprises technologiques américaines ont systématiquement supprimé les points de vue conservateurs et se sont immiscées dans les élections d'une manière qui a favorisé les démocrates. Ils accusent les entreprises technologiques de soutenir et de défendre les valeurs de gauche. Une étude publiée en 2021 par des chercheurs de l'université de New York a conclu que ces affirmations étaient sans fondement.

    En 2021, DeSantis a signé un projet de loi visant à interdire aux entreprises technologiques, en particulier les sociétés de médias sociaux, de bannir des utilisateurs ou de modérer des contenus sur la base d'opinions politiques. Cependant, la loi reste bloquée devant les tribunaux en raison de contestations du premier amendement. « Je pense que protéger les droits des gens à participer à des discours politiques est un rôle absolument approprié du gouvernement », a-t-il déclaré lors de l'événement qui a eu lieu en 2021. DeSantis a également proposé le mois dernier un projet de loi visant à interdire TikTok sur les appareils du gouvernement de l'État.

    Selon Leonard Leo, président du groupe conservateur Teneo Network, le réseau Teneo vise à "écraser la domination libérale" dans de nombreux domaines de la société américaine. Leo est également un influent activiste juridique et dirigeant de longue date de la Federalist Society, un un groupe conservateur et libertarien qui préconise une interprétation textualiste et originaliste de la Constitution des États-Unis. En plus du gouverneur DeSantis, de nombreux législateurs libéraux et les experts politiques des États-Unis ont également appelé à une application plus stricte de la législation antitrust à l'égard des grandes entreprises technologiques.

    Lors de la course à la présidence de 2020, la sénatrice Elizabeth Warren (D-Mass) a fait campagne sur un programme de démantèlement d'Amazon, de Facebook et de Google. En 2021, les démocrates du Congrès ont présenté des projets de loi visant à scinder les entreprises technologiques, mais ces projets n'ont jamais été adoptés. Matt Stoller, un expert des questions antitrust travaillant pour l'American Economic Liberties Project, a déclaré qu'il était difficile de dire si les commentaires privés de DeSantis traduisaient une véritable inquiétude au sujet de la concentration du pouvoir des entreprises ou simplement une colère contre les Big Tech.

    « Il y a une guerre à droite à propos sur les questions antitrust. Je suis sceptique, mais ouvert à l'idée que DeSantis veuille faire quelque chose de sérieux au sujet du pouvoir économique », a déclaré Stoller. Par ailleurs, selon les observateurs, la rage de DeSantis à l'égard des entreprises technologiques n'est pas toujours répartie équitablement. Le gouverneur de Floride s'en prend régulièrement aux entreprises qu'il considère comme promouvant un "virus de l'esprit éveillé" (en parlant du wokisme), mais selon les observateurs, DeSantis fait en réalité tout ce qu'il peut pour soutenir les entreprises qui adoptent une position opposée.

    Le sentiment de DeSantis à l'égard des Big Tech est néanmoins partagé par Jonathan Kanter, procureur général adjoint du ministère américain de la Justice (DOJ). Il a déclaré à deux reprises au début du mois que la corne d'abondance des pratiques commerciales douteuses des Big Tech ressemble beaucoup à l'industrie pétrolière à l'époque de la Standard Oil. Ces propos suggèrent qu'il pourrait durcir le ton face à des entreprises telles que Alphabet (Google), Apple et Meta à l'avenir. Principal responsable de la lutte antitrust du DOJ, Kanter dirige de nombreuses poursuites contre les Big Tech et milite également pour leur démantèlement.

    Kanter a déjà déployé ses armes contre la toute-puissance de Google, qui détient un monopole indiscutable sur le marché de la recherche en ligne, mais aussi sur celui de la publicité numérique. Google est accusé de profiter des données recueillies par le biais de son moteur de recherche pour optimiser les performances de son activité publicitaire, consolidant sa position dominante sur ces marchés. Ainsi, l'une des actions intentées par le ministère américain de la Justice vise à séparer les activités de recherche de Google de ses activités de publicité numérique, dans ce qui pourrait être l'exemple le plus proche de l'histoire de Standard Oil.

    En janvier, Kanter a annoncé une action en justice du DOJ contre Google, l'accusant de maintenir un monopole illégal sur le marché de la publicité en ligne. Il vise notamment à séparer certaines parties de l'activité publicitaire de Google du reste de l'entreprise. Une autre enquête antitrust en cours sur Google Maps suggère que l'agence pourrait être intéressée par une remise en cause de la domination du géant de Mountain View sur les services de cartographie numérique. Fin février, les avocats du DOJ ont accusé Google de destruction de preuves et ont demandé à un juge fédéral de prendre les mesures appropriées pour sanctionner la société.

    Sources : motion de Google , gouvernement américain

    Et vous ?

    Quelle lecture faites-vous de cette situation ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  5. #185
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 287
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 287
    Points : 194 445
    Points
    194 445
    Par défaut Un juge estime que Google a détruit des preuves et a donné à plusieurs reprises de fausses infos au tribunal
    Un juge estime que Google a détruit des preuves et a donné à plusieurs reprises de fausses informations au tribunal,
    dans un litige antitrust qui comprend un recours collectif de consommateurs

    Google d'Alphabet a intentionnellement détruit des preuves de « chat » d'employés dans un litige antitrust en Californie et doit faire face à une éventuelle amende lors du procès, a déclaré mardi un juge américain.

    Le juge de district américain James Donato à San Francisco a déclaré dans son ordonnance que Google « avait manqué de manière frappante » à ses obligations de conservation des archives. La décision fait partie d'un litige qui comprend un recours collectif de consommateurs avec pas moins de 21 millions d'habitants; 38 États et le District de Columbia ; et des sociétés telles que Epic Games Inc et Match Group LLC.

    Les consommateurs et autres plaignants assurent que Google abuse de son monopole pour la distribution d'applications mobiles Android, allégations que Google a démenties. Les plaignants ont réclamé des dommages-intérêts globaux de 4,7 milliards de dollars.


    Un juge fédéral a statué que Google avait intentionnellement détruit des preuves et devait être sanctionné, rejetant l'argument de l'entreprise selon lequel il n'était pas nécessaire de conserver automatiquement les conversations internes impliquant des employés qui devaient être légalement conservées.

    « Après un briefing substantiel des deux parties et une audition de témoins comprenant des témoignages et d'autres preuves, la Cour conclut que des sanctions sont justifiées », a écrit le juge de district américain James Donato. Plus tard dans la décision, il a écrit que les preuves montrent que « Google avait l'intention de renverser le processus de découverte, et que les preuves de Chat ont été "perdues dans l'intention d'empêcher son utilisation dans le cadre d'un litige" et "dans l'intention de priver une autre partie de l'utilisation de l'information dans le litige" ».

    Il a déclaré que les chats produits par Google le mois dernier en réponse à une ordonnance du tribunal « ont fourni des preuves supplémentaires de pratiques très inégales en réponse aux avis de conservation des conversations susceptible d'être pertinentes pour le litige ». Par exemple, Donato a cité un chat nouvellement produit dans lequel « un employé a dit qu'il ou elle était "en legal hold [ndlr. processus qu'une organisation utilise pour conserver toutes les formes d'informations potentiellement pertinentes lorsqu'un litige est en cours ou raisonnablement prévu]" mais qu'il ou elle préférait garder l'historique du chat désactivé ».

    La décision de Donato a été rendue dans une affaire antitrust multi-districts réunissant des poursuites intentées par Epic Games, les procureurs généraux de 38 États et le district de Columbia, le Match Group et une catégorie de consommateurs. L'affaire porte sur le modèle de distribution d'applications Google Play Store, les plaignants alléguant que « Google a monopolisé illégalement le marché de la distribution d'applications Android en se livrant à une conduite d'exclusion, qui a nui aux différents groupes de plaignants de diverses manières », a noté Donato.

    Dans sa conclusion, Donato a estimé que Google avait fourni de fausses informations au tribunal et aux plaignants sur les pratiques de suppression automatique qu'il utilise pour les discussions internes. Google supprime les messages de chat toutes les 24 heures, sauf si le paramètre « historique activé » est activé par des dépositaires de documents individuels.

    Nom : gooogle.png
Affichages : 1570
Taille : 236,0 Ko

    Juge : Google a donné à plusieurs reprises de fausses informations

    Il y a 383 employés de Google qui sont soumis à la suspension légale dans cette affaire, et environ 40 d'entre eux sont désignés comme dépositaires. Google aurait pu définir l'historique des discussions sur « activé » par défaut pour tous ces employés, mais a choisi de ne pas le faire, a écrit le juge.

    « Google a faussement assuré à la Cour dans une déclaration de gestion de l'affaire en octobre 2020 qu'elle avait "pris les mesures appropriées pour préserver toutes les preuves pertinentes aux questions raisonnablement évidentes dans cette action", sans dire un mot sur les Chats ou sa décision de ne pas suspendre automatiquement après 24 heures », a écrit Donato. « Google n'a révélé les pratiques de chat aux plaignants qu'en octobre 2021, plusieurs mois après que les plaignants ont posé des questions à leur sujet pour la première fois ».

    Le juge a ensuite réprimandé Google plus longuement :

    La Cour a depuis dû consacrer une quantité importante de ressources pour découvrir la vérité sur l'affaire, y compris plusieurs audiences, une procédure de preuve de deux jours et d'innombrables heures à examiner de volumineux mémoires. Pendant tout ce temps, Google a tenté de minimiser le problème et a affiché une attitude dédaigneuse mal adaptée à la gravité de sa conduite. Sa défense initiale était qu'elle n'avait pas la "capacité de modifier les paramètres par défaut pour les dépositaires individuels en ce qui concerne le paramètre d'historique de chat", mais les preuves à l'audience ont clairement établi que cette représentation n'était pas véridique.

    Pourquoi cette situation est arrivée est un mystère. Depuis le début de cette affaire, Google a eu toutes les occasions de signaler le traitement réservé aux Chats et de faire part de ses préoccupations concernant la charge potentielle, les coûts et les facteurs connexes. À tout le moins, Google aurait dû informer les plaignants de sa préservation et de l'approche connexe au début du litige, et engager une discussion avec eux. Il a choisi de garder le silence jusqu'à ce qu'il soit contraint de parler par le dépôt de la requête en vertu de l'article 37 et l'intervention de la Cour. La Cour a demandé à plusieurs reprises à Google pourquoi il n'avait jamais mentionné le chat jusqu'à ce que le problème devienne un problème important. Il n'a pas fourni d'explication, ce qui est inquiétant, surtout à la lumière de son accès illimité à un avocat chevronné et de sa longue expérience de l'obligation de conservation des preuves.
    Donato a déclaré qu'une autre « préoccupation majeure est l'intention manifestée à tous les niveaux au sein de Google de cacher toute information relative au chat. Comme indiqué, les utilisateurs individuels étaient conscients des risques de litige et appréciaient la fonctionnalité « suppression automatique » du chat. Google, en tant qu'entreprise, avait la capacité de préserver toutes les communications Chat à l'échelle du système une fois que le litige avait commencé, mais a choisi de ne pas le faire, sans aucune évaluation des coûts financiers ou d'autres facteurs qui pourraient aider à justifier cette décision. »

    Google risque donc des sanctions

    Google a finalement accepté le 7 février d'activer le paramètre d'historique pour les 383 employés soumis à une conservation légale des preuves, au moins temporairement. « Ces employés n'auront pas la possibilité de changer l'historique en "désactivé". Google rencontrera et discutera avec les plaignants pour savoir lesquels de ces 383 bénéficiaires de la mise en conservation légale des preuves sont "l'ensemble de base de dépositaires pertinents" pour lesquels ce paramètre doit rester, puis fera rapport à la Cour », a écrit Donato.

    Donato n'a pas encore décidé comment Google devrait être sanctionné, affirmant que « la détermination d'une sanction non monétaire appropriée nécessite une procédure supplémentaire ». Dans leur requête en sanctions, Epic Games et d'autres plaignants ont demandé au tribunal de « donner des instructions au jury d'inférence défavorable pour remédier à la spoliation de Google Chats par Google ».

    « La Cour apprécie pleinement le dilemme des plaignants d'essayer de prouver le contenu de ce que Google a supprimé », a écrit Donato. « Même dans ce cas, le principe de proportionnalité exige que la sanction corresponde au tort, et la Cour aimerait voir l'état des lieux de la preuve à la fin de la découverte des faits. À ce moment-là, les plaignants seront mieux placés pour dire à la Cour ce qui aurait pu être perdu dans les communications Chat ».

    Dans l'intervalle, Donato a déclaré que Google devait couvrir les honoraires et frais d'avocat raisonnables des plaignants et a ordonné aux plaignants de fournir une documentation sur les frais avant le 21 avril.

    Source : décision de justice

    Et vous ?

    Que pensez-vous de la décision du juge ? Google a-t-il, selon vous, détruit des preuves et donné à plusieurs reprises de fausses informations au tribunal ? Dans quelle mesure ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  6. #186
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement logiciels
    Inscrit en
    Août 2022
    Messages
    755
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 43
    Localisation : France, Hauts de Seine (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement logiciels
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : Août 2022
    Messages : 755
    Points : 0
    Points
    0
    Par défaut
    Vu l'entreprise financièrement qu'est google, les juges peuvent toujours pouffer ça n'y changera rien, s'ils décident de ne fournir aucune preuves, aucune preuves ils n'auront.

  7. #187
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Anthony
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Novembre 2022
    Messages
    824
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Gironde (Aquitaine)

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2022
    Messages : 824
    Points : 13 687
    Points
    13 687
    Par défaut Alphabet demande à un juge fédéral de rejeter les poursuites l'accusant de dominance publicitaire en ligne
    Alphabet (Google) demande à un juge fédéral de rejeter les poursuites l'accusant de dominance publicitaire en ligne, évoquant une erreur d'estimation du gouvernement sur ses échanges d'annonces

    Alphabet, la société mère de Google, est en train de demander le rejet d'une plainte très médiatisée déposée aux États-Unis. Alphabet demande à un juge fédéral de rejeter l'affaire qui accuse l'entreprise d'abuser du monde de la publicité en ligne en raison de sa position dominante dans le secteur.

    Le gouvernement a déposé le dossier relatif à l'ad tech en janvier et a reçu le soutien de huit autres États américains. C'est là qu'ils ont fait valoir que le géant des moteurs de recherche devait être poussé à vendre sa suite de gestion publicitaire. Mais le fabricant d'Android se dit innocent et n'a pas reconnu avoir fait quoi que ce soit de mal.

    Les États-Unis ont reçu des millions de documents de Google au cours de l'enquête qui a duré plusieurs années. Les régulateurs et les autorités ont longuement cherché à savoir si le géant de la technologie n'était pas en train de commettre des abus dans le secteur de l'ad tech, où il occupe une position dominante.

    Nom : google bureau.jpg
Affichages : 3398
Taille : 19,4 Ko

    Plus de 30 dépositions de témoins de Google ont été recueillies dans le cadre de cette affaire, comme le montrent les documents judiciaires rendus publics le 27 mars.

    Toutefois, les plaignants n'ont pas encore trouvé d'appui pour les préjudices mentionnés dans ces affaires antitrust.

    Le géant des moteurs de recherche continue d'affirmer que l'affaire doit être rejetée, car le gouvernement a commis une erreur en mettant en évidence la nature du marché de la publicité en ligne et en excluant à tort des concurrents de premier plan tels que Facebook.

    Google ajoute également que le chiffre estimé par le gouvernement concernant l'échange d'annonces de l'entreprise était supérieur à 50 %, mais qu'il n'atteignait pas le chiffre de 70 % défini pour être considéré comme détenant un pouvoir de marché massif.

    En outre, Google affirme que le gouvernement n'a pas raison d'affirmer que ses acquisitions de DoubleClick et d'AdMeld nuisent à la concurrence. Il s'agit d'entités qui remontent à une dizaine d'années. Mais à l'époque, les autorités antitrust avaient approuvé les transactions durant cette période.

    Google a même demandé aux autorités d'organiser une séance d'audition pour tenter d'examiner plus en détail ses revendications et d'envisager un éventuel rejet de l'action en justice. Pour l'instant, l'affaire est entendue par la juge fédérale américaine Leonie Brinkema en Virginie.

    Cette action en justice dans le domaine de l'ad tech intervient juste après qu'une autre ait été intentée en 2020. À l'époque, l'administration Trump était en place et accusait Google d'aller à l'encontre des lois antitrust pour s'assurer de dominer le marché de la recherche.

    Cette affaire devait entrer dans sa phase de jugement en septembre de cette année.

    Il est logique qu'Alphabet, la société mère de Google, souhaite que ces allégations soient retirées, car elles sont non seulement préjudiciables, mais elles pourraient donner lieu à d'autres actions en justice du même type à l'avenir, de nombreux géants de la technologie s'unissant pour se retourner contre le principal fournisseur de moteurs de recherche.

    Source : Google

    Et vous ?

    Qu'en pensez-vous ?

    Voir aussi

    Le ministère US de la Justice poursuit Google pour dominance publicitaire et veut démanteler l'entreprise, ce qui pourrait nuire à sa capacité à fournir de la pub ciblée, selon Paul Gallant

    Google a manipulé son système d'enchères publicitaires pour favoriser ses propres annonces, ce qui lui aurait rapporté 213 millions de dollars

    Antitrust : la Commission européenne ouvre une procédure d'examen contre Google relative à ses pratiques de collecte de données et de publicité
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  8. #188
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement logiciels
    Inscrit en
    Août 2022
    Messages
    755
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 43
    Localisation : France, Hauts de Seine (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement logiciels
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : Août 2022
    Messages : 755
    Points : 0
    Points
    0
    Par défaut
    Je ne sais pas s'il y a "dominance", en tout cas, la rémunération de Google, que ce soit Adsens, youtube ou autres, est un scandale.

    Quand on sais que les pubs par leurs biais rémunèrent entre 0,01 et 0,5 centimes par vues, alors qu'eux prennent une marge de 80%, ont est dans de l'abus total.

  9. #189
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 287
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 287
    Points : 194 445
    Points
    194 445
    Par défaut Google écope d’une amende de 8 millions de dollars au Texas pour des publicités mensongères sur le Pixel 4
    Google écope d’une amende de 8 millions de dollars au Texas pour des publicités mensongères sur le Pixel 4,
    « Si Google veut faire de la publicité au Texas, il vaut mieux que ses déclarations soient vraies »

    Google a accepté de verser 8 millions de dollars au Texas pour mettre fin à des accusations de publicités trompeuses sur son smartphone Pixel 4, a annoncé le procureur général du Texas, Ken Paxton. Selon lui, Google a engagé des animateurs radio pour enregistrer et diffuser des témoignages détaillés sur leur expérience personnelle avec le Pixel 4, mais a ensuite refusé de leur fournir un téléphone à utiliser. La grande enseigne de la technologie aurait ainsi porté atteinte à sa crédibilité en tant qu’annonceur.

    Google avait déjà réglé des plaintes de la Federal Trade Commission et de six autres États pour environ 9 millions de dollars.


    Pour mémoire, Google et iHeartMedia, le plus grand opérateur de stations de radio des États-Unis, faisaient l'objet d'une poursuite pour publicités mensongères concernant des publicités qu'ils ont diffusées sur le Pixel 4. La FTC et six États affirmaient que les entreprises ont diffusé « près de 29 000 recommandations trompeuses émanant de personnalités de la radio » en 2019 et 2020, le directeur du Bureau de la protection des consommateurs, Samuel Levine, déclarant que « Google et iHeartMedia ont payé des influenceurs pour promouvoir des produits qu'ils n'ont jamais utilisés, faisant preuve d'un manque de respect flagrant pour les règles de vérité dans la publicité ».

    Dans les publicités de Google, des personnalités à l'antenne ont raconté à quel point elles aimaient le Pixel 4, mais, pour citer le communiqué de presse de la FTC, « les personnalités à l'antenne n'ont pas reçu de Pixel 4 avant d'enregistrer et de diffuser la majorité des publicités et ne possédait donc pas ou n'utilisait pas régulièrement les téléphones ». Par conséquent, les affirmations à la première personne faites dans les publicités, telles que « c'est mon appareil photo de téléphone préféré, en particulier dans des conditions de faible luminosité, grâce au mode Night Sight », « j'ai pris des photos de tout en studio » et « c'est aussi formidable pour m'aider à faire des choses, grâce au nouvel assistant Google à commande vocale qui peut gérer plusieurs tâches à la fois », ne peuvent pas être vraies.

    Il semble que tout se serait bien passé si ces publicités n'étaient pas à la première personne. La procureure générale du Massachusetts, Maura Healey, explique : « Il est de bon sens que les gens accordent plus d'importance aux expériences de première main. Les consommateurs s'attendent à ce que les publicités à la radio soient véridiques et transparentes sur les produits, et non trompeuses avec de fausses mentions. Le règlement d'aujourd'hui tient Google et iHeart responsables de cette campagne publicitaire trompeuse et garantit le respect des lois nationales et fédérales à l'avenir ».

    En novembre 2022, les deux sociétés sont parvenues à une entente pour mettre fin au procès et devront payer 9,4 millions de dollars de pénalités.

    « Nous sommes ravis de résoudre ce problème », a déclaré le porte-parole de Google, José Castañeda, dans un communiqué. « Nous prenons au sérieux la conformité aux lois sur la publicité et avons mis en place des processus conçus pour nous assurer que nous respectons les réglementations et les normes de l'industrie en vigueur ».

    Le Pixel 4, lancé en 2019, était le premier smartphone de Google à intégrer un système de reconnaissance faciale pour le déverrouillage et le paiement. Il était également doté d’un radar miniature qui permettait de contrôler le téléphone par des gestes sans le toucher. Toutefois, ces fonctionnalités n’ont pas suffi à convaincre les consommateurs, qui ont boudé le Pixel 4 en raison de son prix élevé, de sa faible autonomie et de son design peu attrayant. Google a arrêté la production du Pixel 4 en août 2020, moins d’un an après son lancement.

    Nom : pixel.png
Affichages : 1995
Taille : 101,5 Ko

    Vient alors le procureur général du Texas

    Le procureur général Paxton a annoncé un règlement de 8 millions de dollars avec Google pour ses publicités trompeuses faisant la promotion du smartphone Google Pixel 4. Le procureur général Paxton a demandé à Google de protéger le marché de consommation du Texas contre les publicités fausses et trompeuses du géant de la technologie.

    Le Texas fera tout ce qu'il faut pour protéger nos citoyens et l'économie de notre État contre les publicités fausses et trompeuses des entreprises. Si Google va faire de la publicité au Texas, il vaut mieux que leurs déclarations soient vraies. Dans ce cas, la société a fait des déclarations qui étaient manifestement fausses, et notre règlement tient Google responsable d'avoir menti aux Texans pour un gain financier. Google jouit d'une influence significative sur les consommateurs individuels et sur le marché en général. Il est impératif que les grandes entreprises n'attendent pas ou ne bénéficient pas d'un traitement spécial en vertu de la loi. Ils doivent être tenus responsables de leurs méfaits. Je continuerai à protéger l'intégrité de notre marché et à veiller à ce que les entreprises qui mentent aux consommateurs texans soient tenues responsables
    Paxton semblait fier des résultats obtenus :

    Dans une autre affaire alléguant la même publicité trompeuse, la FTC et six autres États ont trouvé un arrangement avec Google pour 9 millions de dollars, tandis que le règlement du procureur général Paxton permet de récupérer 8 millions de dollars pour le seul État du Texas.
    Le règlement avec le Texas intervient alors que Google fait face à une pression croissante des autorités de régulation et des concurrents sur ses pratiques commerciales. Outre les poursuites antitrust, Google est également accusé de violer la vie privée des utilisateurs, de favoriser ses propres services dans les résultats de recherche et de nuire à la concurrence dans le secteur de la publicité en ligne. Google nie ces allégations et affirme agir dans l’intérêt des consommateurs et de l’innovation.

    Ce n’est pas la première fois que le Texas se heurte à Google. En 2020, le Texas s’est joint à d’autres États pour déposer une plainte contre Google pour avoir prétendument «maintenu illégalement des monopoles dans les services de recherche et de publicité sur Internet» en 2020. Cette plainte est toujours en cours, Google ayant déposé cette semaine un mémo demandant au tribunal de rejeter la demande des États de passer en revue les communications de certains employés de Google avec ses avocats.

    En 2017, Google avait accepté de rembourser les acheteurs du Pixel et du Pixel XL qui avaient rencontré des problèmes de microphone défectueux. En 2019, Google avait également accepté de verser 7,25 millions de dollars pour régler une action collective concernant le Pixel et le Pixel XL qui présentaient des défauts de fabrication. Ces affaires ont terni la réputation de Google comme fabricant de smartphones de qualité et ont limité sa part de marché face à des rivaux comme Apple et Samsung.

    Plus récemment, en 2022, le Texas a poursuivi Google, « alléguant que le géant de la technologie a capturé et utilisé illégalement les données biométriques de millions de Texans sans obtenir correctement leur consentement éclairé », selon un communiqué de presse. À cette époque, Paxton avait comparé Google à un « œil moderne de Sauron ».

    Source : communiqué du procureur général du Texas

    Et vous ?

    Pensez-vous que Google a agi de manière éthique en engageant des animateurs radio pour faire la promotion du Pixel 4 sans leur fournir le téléphone?
    Croyez-vous que le règlement avec le Texas suffit à réparer le préjudice subi par les consommateurs trompés par les publicités de Google?
    Quelles sont les conséquences du règlement avec le Texas sur la crédibilité de Google en tant qu’annonceur et fabricant de smartphones?
    Qu’attendez-vous du Pixel 7 ? Pensez-vous que Google peut se rattraper avec son nouveau smartphone?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  10. #190
    Membre expert
    Homme Profil pro
    Développeur
    Inscrit en
    Août 2003
    Messages
    1 205
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 37
    Localisation : France, Charente Maritime (Poitou Charente)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur

    Informations forums :
    Inscription : Août 2003
    Messages : 1 205
    Points : 3 886
    Points
    3 886
    Par défaut
    J'ai un Pixel 4a et je trouve le téléphone vraiment bien, les photos aussi sont très bonne et même avec une faible luminosité.

    De toute façon, pour la publicité, tout est bon (sauf légalement et éthiquement) pour attirer de nouveaux clients.

  11. #191
    Membre émérite
    Profil pro
    retraité
    Inscrit en
    Décembre 2010
    Messages
    799
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : retraité

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2010
    Messages : 799
    Points : 2 278
    Points
    2 278
    Par défaut
    J'ai eu peur 8 millions, j'avais lu 8 milliards au début. Une paille pour eux

  12. #192
    Membre chevronné
    Profil pro
    Développeur Web
    Inscrit en
    Février 2008
    Messages
    1 971
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur Web

    Informations forums :
    Inscription : Février 2008
    Messages : 1 971
    Points : 2 008
    Points
    2 008
    Par défaut
    Le gouvernement du Texas dit des choses que nous aimerions entendre en France.

    Par ailleurs, me faire taper sur les doigts parce que j'ai clairement fait des choses répréhensibles, je ne sais pas si j'aurais appelé ça "régler le problème".
    Est-ce que ce n'est pas plus ou moins une façon d'en "rajouter une couche" ?

    Voyons voir une comparaison.
    Admettons que j'aie agressé une fille, que je sois condamné à une indemnité, et ensuite, après avoir lancé encore une pique supplémentaire à la fille, je sors en fanfaronnant "je suis content, j'ai réglé le problème !"

    Eh bien en faisant ça je suis content, car tout le monde est satisfait. La fille se sent respectée, la juge n'a pas du tout l'impression que je me paie sa tête, enfin bref je suis un type bien.

  13. #193
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 287
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 287
    Points : 194 445
    Points
    194 445
    Par défaut Publicité en ligne: Google risque une nouvelle amende record de l’UE pour abus de position dominante
    Publicité en ligne: Google risque une nouvelle amende record de l’UE pour abus de position dominante,
    l'option du démantèlement n'est pas exclue

    Les régulateurs antitrust de l'Union européenne pourraient ordonner à Google d'Alphabet de vendre une partie de son activité de technologie publicitaire, a déclaré lundi à Reuters une source ayant une connaissance directe de l'affaire. Le principal organisme de surveillance antitrust de l'UE, la Commission européenne, pourrait émettre un acte d'accusation officiel contre Google dès mercredi, a déclaré la source, intensifiant encore les efforts transatlantiques pour réduire la domination de la grande enseigne de la technologie dans les publicités numériques.

    Google est sur le point de recevoir une plainte formelle de l’Union européenne pour abus de position dominante dans le domaine de la publicité en ligne, qui pourrait entraîner de nouvelles amendes colossales et porter atteinte au cœur du modèle économique du géant américain, selon des sources de Reuters. Cette plainte formelle, qui devrait être annoncée dès mercredi, marquera une nouvelle escalade dans un long feuilleton qui a déjà conduit à trois sanctions de l’UE totalisant plus de 8 milliards d’euros, notamment :
    • AdSense : en 2019, Bruxelles a infligé une amende de 1,49 milliard d'euros à Google en raison de ses restrictions sur AdSense, sa régie publicitaire qui détenait alors 80 % du marché européen de l’intermédiation publicitaire en ligne. Margrethe Vestager, qui était alors la commissaire européenne de concurrence, a expliqué que Google a contraint les clients de son activité AdSense à refuser la publicité de ses concurrents, une pratique qui s’est étalée sur plus de 10 ans : « Google a consolidé sa position dominante dans les annonces de recherche en ligne et s'est protégé de la pression concurrentielle en imposant des restrictions contractuelles anticoncurrentielles aux sites Web tiers. C'est illégal en vertu des règles antitrust de l'UE. L'inconduite a duré plus de dix ans et a privé d'autres entreprises de la possibilité de rivaliser sur le fond et d'innover - et les consommateurs des avantages de la concurrence ».
    • Shopping : en 2017, la Commission européenne lui a infligé une amende de 2,42 milliards d'euros pour abus de position dominante sur le marché des moteurs de recherche en favorisant son propre service de comparaison de prix. Bruxelles a expliqué que :
      • Google a toujours accordé une position de premier plan à son propre service de comparaison de prix : lorsqu'un consommateur introduit une demande dans le moteur de recherche de Google, pour laquelle le service de comparaison de prix de Google souhaite montrer des résultats, ceux-ci sont affichés en haut ou dans la première partie des résultats de recherche ;
      • Google a rétrogradé les services de comparaison de prix concurrents dans ses résultats de recherche : les services concurrents de comparaison de prix apparaissent dans les résultats de recherche de Google sur la base des algorithmes de recherche générique de Google. Google ayant assorti ces algorithmes de plusieurs critères, les services de comparaison de prix concurrents sont rétrogradés. Il est établi que même le service concurrent le mieux classé n'apparaît en moyenne qu'à la page 4 des résultats de la recherche de Google, les autres figurant encore plus bas. Le service de comparaison de prix de Google n'est pas soumis aux algorithmes de recherche générique de Google, donc à ces rétrogradations.
    • Android : en 2018, la Commission européenne a infligé à Google une amende de 4,34 milliards d'euros pour abus de position dominante avec le système d'exploitation. Bruxelles reprochait à Google d'avoir forcé les fabricants de téléphones à préinstaller certaines de ses applications, notamment Search et Chrome, à l'exclusion d'autres moteurs de recherche et navigateurs Web.


    Nom : shopping.png
Affichages : 2174
Taille : 176,9 Ko

    Facebook et Google accusés de collusion

    En 2017, Facebook a déclaré qu'il testait une nouvelle façon de vendre de la publicité en ligne qui menacerait le contrôle de Google sur le marché de la publicité numérique. Mais moins de deux ans plus tard, Facebook a fait volte-face et a déclaré qu'il rejoignait une alliance d'entreprises soutenant un effort similaire de Google.

    Facebook n'a jamais dit pourquoi il s'était retiré de son projet, mais des éléments de preuves présentés dans une action en justice antitrust déposée par 10 procureurs généraux d'État en décembre 2020 indiquent que Google s'était entendu avec Facebook. Selon les documents judiciaires, c’est en septembre 2018 que Facebook a signé un accord dans lequel le réseau social a accepté de ne pas faire concurrence aux outils de publicité en ligne de Google. En retour, le numéro un des réseaux sociaux a reçu un « traitement spécial » lorsqu'il les a utilisés lui-même.

    Les détails de l'accord, basés sur des documents que le bureau du procureur général du Texas a déclaré avoir découverts dans le cadre de la poursuite multi-états, ont été fortement censurés dans la plainte déposée devant un tribunal fédéral du Texas en décembre 2020. Mais ils n'ont pas été cachés dans une version préliminaire de la plainte examinée par le New York Times.

    Selon le Times, le contrat « Jedi Blue » aurait permis à Facebook d’être avantagé dans le domaine de la publicité en ligne. Les conditions offertes par Google à Facebook donnaient au géant des réseaux sociaux des avantages sans précédent. Facebook a eu plus de temps pour faire des offres sur la plupart des enchères et Google a fourni des informations confidentielles à Facebook sur les audiences. Dans le cadre de cet accord illégal, Facebook avait promis de se positionner sur au moins 90 % des enchères dès lors qu’il pourrait identifier l’audience.

    Concrètement, Google, à travers son programme « Open bidding », joue un rôle d'intermédiation entre les annonceurs et les éditeurs en ligne, en organisant des enchères en temps réel. Meta fournit des services d'affichage publicitaire en ligne et, via son « Meta Audience Network », participe à des enchères pour des espaces publicitaires d'éditeurs tiers en utilisant les services de technologie publicitaire de Google et de concurrents.

    Facebook aurait donc dépensé au moins 500 millions de dollars par an dans le cadre de l’accord « Jedi Blue ». Selon le New York Times, les autres partenaires publicitaires de Google n’auraient jamais pu faire une aussi bonne affaire. La firme de Mountain View a donc délibérément favorisé le géant des réseaux sociaux en lui garantissant un nombre déterminé de gains publicitaires.

    L'Europe s'est elle aussi intéressée à cet accord. En mars 2022, après des mois d'enquêtes, la Commission européenne a annoncé l'ouverture d'une enquête formelle à la fois contre Google et contre Meta (maison mère de Facebook).

    Un démantèlement serait prévu

    L’activité publicitaire de Google est de loin la plus rentable, représentant environ 80 % de son chiffre d’affaires annuel. Pour mémoire, en 2022, Google a généré 224.47 milliards de dollars de revenus publicitaires, ce qui représente près de 80 % de ses revenus totaux (qui étaient de 282.83 milliards de dollars). Dans ce montant, plus de 162 milliards de dollars provenaient de Google Search, plus de 29 milliards de dollars provenaient des annonces YouTube et près de 33 milliards de dollars provenaient des sites de son Réseau. Pour mémoire, afin que vous puissiez mieux contrôler les emplacements de diffusion de vos annonces, Google a divisé son Réseau Google en deux groupes :
    • Le Réseau de Recherche : il comprend les pages de résultats de recherche, d'autres sites Google, tels que Maps et Shopping, ainsi que des sites qui s'associent à Google pour diffuser des annonces.
    • Le Réseau Display : il comprend des sites Google comme YouTube, Blogger et Gmail, ainsi que des milliers de sites partenaires de Google sur le Web.

    Nom : google.png
Affichages : 1580
Taille : 69,5 Ko
    L'activité publicitaire de Google

    En 2021, la Commission a ouvert une procédure d'examen contre Google. En janvier de cette année-là, elle a confirmé l’envoi de questionnaires aux acteurs du secteur dans le cadre de son enquête sur les pratiques de collecte de données et de publicité de Google. Cette décision intervient « dans le contexte de l’enquête de la Commission sur la manière dont Google collecte et utilise les données », selon le communiqué de la Commission européenne. « Cette enquête couvre tous les services de Google, y compris la publicité numérique et la chaîne de technologie publicitaire. »

    L’enquête de la Commission a examiné comment l’entreprise aurait pu entraver l’accès des concurrents aux données des utilisateurs pour la publicité en ligne ainsi que comment elle aurait pu réserver ces données à son propre usage.

    L'accord de Google avec Meta Platforms Inc. dans le cadre du programme Open Bidding faisait initialement partie de l'enquête, mais a été abandonné fin 2022. En septembre 2022, l'enquête a été élargie après que l'autorité portugaise de la concurrence a soumis de nouvelles preuves. L’autorité britannique de la concurrence a également enquêté sur les pratiques publicitaires de Google et des litiges contre le comportement de la firme sont en cours aux États-Unis.

    Reuters indique que l'option d'un démantèlement de Google n'est pas hors de propos : « Les ordonnances de démantèlement de l'autorité de la concurrence de l'UE sont rares. Cependant, la frustration a augmenté après que Google n'a pas répondu aux problèmes de concurrence », a déclaré la source.

    En parallèle, Google continue à contester ses amendes antitrust devant les tribunaux européens, notamment l'amende record de 4,34 milliards d’euros pour la manière dont il gère son système d’exploitation mobile Android. Il s’agit du deuxième revers judiciaire pour Google qui a perdu son recours contre une amende de 2,42 milliards d’euros l’an dernier, la première d’une série de trois affaires.

    Sources : Reuters, support technique Google

    Et vous ?

    Quelle lecture en faites-vous ?
    Que pensez-vous des amendes imposées par l’UE à Google? Ridicules, dissuasives ?
    Croyez-vous que la réglementation européenne sur la concurrence est efficace et équitable?
    Un démantèlement est-il possible selon vous ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  14. #194
    Membre chevronné
    Profil pro
    Développeur Web
    Inscrit en
    Février 2008
    Messages
    1 971
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur Web

    Informations forums :
    Inscription : Février 2008
    Messages : 1 971
    Points : 2 008
    Points
    2 008
    Par défaut
    Ah, l'Europe veut faire bouger les choses au sujet de la publicité.

    Concernant la confidentialité, on a déjà eu le RGPD. Après, reste à voir jusqu'à quel point il est acceptable que des professionnels de santé "encouragent" leurs patients à faire circuler leurs données confidentielles de santé sur une messagerie appartenant à Google.

    Sérieusement, Google et confidentialité dans la même phrase, est-ce qu'il y a encore des gens que ça ne choque pas ?

  15. #195
    Membre expérimenté
    Profil pro
    MOA
    Inscrit en
    Décembre 2002
    Messages
    998
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France, Eure et Loir (Centre)

    Informations professionnelles :
    Activité : MOA

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2002
    Messages : 998
    Points : 1 695
    Points
    1 695
    Par défaut
    Citation Envoyé par Gluups Voir le message
    Concernant la confidentialité, on a déjà eu le RGPD. Après, reste à voir jusqu'à quel point il est acceptable que des professionnels de santé "encouragent" leurs patients à faire circuler leurs données confidentielles de santé sur une messagerie appartenant à Google.
    Je pense que tu veux parler du Health Data Hub, hébergé au Pays Bas avec une solution MS.
    Il y a un collectif et peut être que les choses vont changer à ce niveau
    https://www.conseil-etat.fr/actualit...lution-perenne
    Après au sujet de la messagerie appartenant à Google, je ne vois pas..

    Citation Envoyé par Gluups Voir le message
    Sérieusement, Google et confidentialité dans la même phrase, est-ce qu'il y a encore des gens que ça ne choque pas ?
    Pour le grand public, malheureusement non. MS et Google ont réussi le coup de génie pour faire passer pour des extra-terrestre auprès du grand public de nous méfier d'eux.

  16. #196
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Mai 2018
    Messages
    2 130
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Âge : 33
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2018
    Messages : 2 130
    Points : 158 090
    Points
    158 090
    Par défaut Google fait l'objet d'une injonction de démantèlement de l'UE pour pratiques anticoncurrentielles
    Google fait l'objet d'une injonction de démantèlement de l'UE pour pratiques anticoncurrentielles dans le domaine de l'adtech, et pourrait devoir vendre une partie de ses activités lucratives

    Google pourrait devoir vendre une partie de ses activités lucratives dans le domaine de l'adtech pour répondre aux préoccupations concernant les pratiques anticoncurrentielles, ont déclaré les régulateurs de l'UE mercredi, menaçant l'entreprise de la sanction réglementaire la plus sévère à ce jour.

    La Commission européenne a exposé ses accusations dans une communication des griefs adressée à Google, deux ans après l'ouverture d'une enquête sur des pratiques telles que le fait de favoriser ses propres services publicitaires, ce qui pourrait également entraîner une amende pouvant atteindre 10 % du chiffre d'affaires annuel mondial de Google.

    L'enjeu de ce nouvel affrontement avec les autorités de régulation est d'autant plus important pour Google qu'il concerne la principale source de revenus de l'entreprise, l'activité adtech ayant représenté 79 % de son chiffre d'affaires total l'année dernière.

    En 2022, ses recettes publicitaires, provenant notamment des services de recherche, de Gmail, de Google Play, de Google Maps, des publicités sur YouTube, de Google Ad Manager, d'AdMob et d'AdSense, se sont élevées à 224,5 milliards de dollars.

    Margrethe Vestager, chef du service antitrust de l'UE, a déclaré que Google pourrait devoir vendre une partie de ses activités dans le domaine de la technologie publicitaire, car il est peu probable qu'un remède comportemental permette de mettre un terme aux pratiques anticoncurrentielles.

    "Par exemple, Google pourrait céder ses outils de vente, DFP et AdX. Ce faisant, nous mettrions fin aux conflits d'intérêts", a-t-elle déclaré lors d'une conférence de presse.

    "Bien sûr, je sais qu'il s'agit d'une déclaration forte, mais elle reflète la nature des marchés, la manière dont ils fonctionnent et la raison pour laquelle un engagement comportemental semble hors de question."

    Google a déclaré qu'il n'était pas d'accord avec l'accusation de la Commission.

    "L'enquête de la Commission porte sur un aspect limité de notre activité publicitaire et n'est pas nouvelle. Nous ne sommes pas d'accord avec le point de vue de la Commission européenne", a déclaré Dan Taylor, vice-président de Google chargé de la publicité mondiale, dans un communiqué.

    Mme Vestager a indiqué que les enquêtes se poursuivraient sur l'introduction par Google d'un ensemble d'outils de protection de la vie privée permettant de bloquer les cookies de tiers sur son navigateur Chrome et sur son projet de ne plus mettre l'identifiant publicitaire à la disposition de tiers sur les smartphones Android.

    Elle a ajouté que l'UE avait coopéré étroitement avec les autorités de la concurrence des États-Unis et du Royaume-Uni.

    L'European Publishers Council, qui a déposé une plainte auprès de la Commission l'année dernière, s'est félicité de cette accusation.

    Nom : 9c31f7b4171f215afa2c936a6a6d1b66.jpg
Affichages : 4836
Taille : 18,9 Ko
    Margrethe Vestager

    La Commission a déclaré que Google favorisait ses propres services de technologie d'affichage publicitaire en ligne au détriment des fournisseurs concurrents de services de technologie publicitaire, des annonceurs et des éditeurs en ligne.

    Elle a déclaré que Google avait abusé de sa position dominante depuis 2014 en favorisant son propre ad-exchange AdX dans les enchères de sélection d'annonces par son ad server dominant DFP, et en favorisant également AdX dans la manière dont ses outils d'achat d'annonces Google Ads et DV360 placent des offres sur les ad-exchanges.

    Google est la principale plateforme de publicité numérique au monde, avec une part de marché de 28 % des recettes publicitaires mondiales, selon le cabinet d'études Insider Intelligence.

    Google avait cherché à régler l'affaire trois mois après l'ouverture de l'enquête, mais les régulateurs ont été frustrés par la lenteur du processus et l'absence de concessions substantielles, a déclaré précédemment à Reuters une personne au fait du dossier.

    Source : la Commission européenne

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur la situation ?

    Voir aussi :

    Google accuse Microsoft de pratiques antitrust en matière de cloud computing, et critique les accords européens de Microsoft conclus avec des fournisseurs de services de cloud

    Google affirme que l'organisme antitrust indien a copié certaines parties de l'ordonnance de l'UE, sur les abus d'Android

    Google fait l'objet d'une plainte antitrust déposée par un rival danois dans le domaine de la recherche d'emploi, le service "Google for Jobs" pourrait faire l'objet d'un examen de la part de l'UE
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  17. #197
    Membre chevronné
    Profil pro
    Développeur Web
    Inscrit en
    Février 2008
    Messages
    1 971
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur Web

    Informations forums :
    Inscription : Février 2008
    Messages : 1 971
    Points : 2 008
    Points
    2 008
    Par défaut
    Citation Envoyé par weed Voir le message
    Je pense que tu veux parler du Health Data Hub, hébergé au Pays Bas avec une solution MS.
    Il y a un collectif et peut être que les choses vont changer à ce niveau
    https://www.conseil-etat.fr/actualit...lution-perenne
    Le dossier médical partagé, tu veux dire ?
    Humf, certainement j'ai de quoi l'avoir mauvaise d'avoir reçu un courrier de l'hôpital me disant vous savez, nous avons subi une fuite de données, et votre dossier médical est dedans.
    Au départ j'aurais bien dit eh les mecs vous allez un peu vite en besogne, là, mais ... c'est qu'on ne m'a pas tant que ça demandé mon avis.

    Indépendamment de l'aspect pratique, et du fait que plus la santé baisse, plus c'est compliqué de stocker un dossier et le trimbaler avec soi.

    Ça pourrait être pas mal un dossier en ligne, mais avec des gens compétents pour le gérer.

    Après au sujet de la messagerie appartenant à Google, je ne vois pas..
    Tant mieux pour toi. En fait, il y a deux problèmes, qui s'empilent :
    • le désert médical, organisé avec l'appui du numerus clausus
    • les médecins qui trouvent ça tout-à-fait normal d'avoir un mail chez gmail


    Quand il a fallu que je voie un toubib, j'ai appelé partout, on m'a répondu avec un naturel parfait "ah non nous ne prenons pas de nouveaux patients". Alors je me suis immiscé sans rendez-vous avec un truc urgent à régler, comme ça après je n'étais plus un "nouveau patient".

    Ça fait que du coup il y avait un médecin chez qui je pouvais prendre rendez vous. Problème : son adresse mail finit par "@gmail.com".
    Quand il m'a dit de lui envoyer mes résultats d'analyse par mail, ça voulait donc dire avec copie à Google.

    Quand j'ai passé un moment dans une autre région il y avait un dentiste qui pouvait me recevoir. Lui aussi, son adresse mail finissait par "@gmail.com".

    Je n'insiste pas trop lourdement sur l'incapacité du toubib à soigner une hypertension artérielle, car ça dépasserait le sujet du fil, selon comment on en considère le contour.

  18. #198
    Expert confirmé Avatar de AoCannaille
    Inscrit en
    Juin 2009
    Messages
    1 409
    Détails du profil
    Informations forums :
    Inscription : Juin 2009
    Messages : 1 409
    Points : 4 709
    Points
    4 709
    Par défaut
    Citation Envoyé par Gluups Voir le message
    Ça fait que du coup il y avait un médecin chez qui je pouvais prendre rendez vous. Problème : son adresse mail finit par "@gmail.com".
    Quand il m'a dit de lui envoyer mes résultats d'analyse par mail, ça voulait donc dire avec copie à Google.
    Il faudrait que l'état se sorte les doigts du cul, nationalise doctolib et que ce soit ameli qui fournisse ce service gratuitement à tous les medecins et que tous soient joignables en @ameli.fr...

  19. #199
    Membre chevronné
    Profil pro
    Développeur Web
    Inscrit en
    Février 2008
    Messages
    1 971
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur Web

    Informations forums :
    Inscription : Février 2008
    Messages : 1 971
    Points : 2 008
    Points
    2 008
    Par défaut
    Comme tu devines, je ne vais pas dire le contraire.
    Pendant que tu es tu nous parles de Doctolib, c'est vrai que ça aussi c'est un autre scandale.
    Quand on donne son numéro de téléphone à un médecin, c'est pour le suivi du rendez-vous, pas pour être démarché pour des mutuelles, pour faire ce que la Sécurité Sociale a décidé de ne plus faire.

    https://www.pouruneconstituante.fr/
    Voilà quelqu'un qui propose une lettre d'information.
    Je me demande si ils ne sont pas trop modestes : l'heure n'est-elle pas à une pétition ?

    J'espère que je ne vais pas me faire taper sur les doigts : à une incartade du côté de Doctolib j'en ajoute une plus loin pour ... changer tout ça.

  20. #200
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Michael Guilloux
    Homme Profil pro
    Data Consultant
    Inscrit en
    Juillet 2013
    Messages
    2 868
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 33
    Localisation : Côte d'Ivoire

    Informations professionnelles :
    Activité : Data Consultant
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Juillet 2013
    Messages : 2 868
    Points : 86 832
    Points
    86 832
    Billets dans le blog
    2
    Par défaut Tous les internautes américains pourraient être dédommagés par Google dans le cadre d'une action en justice
    Tous les internautes américains pourraient être dédommagés par Google dans le cadre d'une action en justice
    s'ils ont utilisé le moteur de recherche entre octobre 2006 et septembre 2013

    Une action collective a été intentée contre Google, alléguant que l'entreprise avait partagé de manière inappropriée les requêtes de recherche des utilisateurs avec des sites web tiers entre octobre 2006 et septembre 2013. Si Google nie toute faute, l'entreprise a néanmoins accepté de payer 23 millions de dollars pour éviter un litige long et coûteux et se concentrer sur le traitement rapide des plaintes des consommateurs. En plus de cela, Google révisera ses pages FAQ et "Termes clés" pour fournir des explications claires sur la divulgation des requêtes de recherche aux tiers par le biais des en-têtes de référence. Les internautes américains qui ont utilisé le moteur de recherche de Google entre le 25 octobre 2006 et le 30 septembre 2013 pourraient obtenir de l'argent dans le cadre de ce règlement.

    Avec son moteur de recherche, Google est leader mondial de la recherche en ligne, ce qui permet également à la firme de Mountain View de se positionner en tant que leader de la publicité en ligne. Ses pratiques publicitaires sont toutefois critiquées et ont fait l'objet de nombreux procès en cours. L'un des procès contre Google et son moteur de recherche a été intenté par plusieurs personnes devant le tribunal de district des États-Unis pour le district nord de la Californie.

    La poursuite allègue que Google a partagé de manière inappropriée les requêtes de recherche des utilisateurs avec des sites Web et des entreprises tierces entre le 25 octobre 2006 et le 30 septembre 2013. Le tribunal n'a pas statué en faveur des plaignants ni du défendeur. Google nie également toutes les revendications et le fait qu'il ait enfreint une quelconque loi. Mais les deux parties ont décidé de conclure un accord afin d'éviter les coûts et les risques d'un procès. Google a accepté de payer 23 millions de dollars pour éviter un litige long et coûteux et se concentrer sur le traitement rapide des plaintes des consommateurs. En plus de cela, Google va mettre à jour ses pages FAQ et "Termes clés" pour fournir des explications claires sur la divulgation des requêtes de recherche aux tiers par le biais des en-têtes de référence.

    Nom : google-justice2.png
Affichages : 1369
Taille : 105,5 Ko

    Peuvent obtenir une partie du gâteau, tous les utilisateurs du moteur de recherche Google qui ont cliqué sur un résultat de recherche aux États-Unis entre le 25 octobre 2006 et le 30 septembre 2013. A ces derniers peut s'ajouter toute personne qui pourrait présenter l'une des revendications au nom de ces utilisateurs.

    Si les internautes veulent être éligibles à recevoir un paiement dans le cadre du règlement, ils doivent absolument déposer une réclamation en soumettant un formulaire dédié, en ligne ou par courrier, avant le 31 juillet 2023.

    Ils peuvent également décider de ne rien faire. Dans ce cas, ils ne recevront rien. Mais ils seront légalement liés par les décisions du tribunal et ils renonceront à leur droit de poursuivre Google en ce qui concerne les réclamations résolues par ce règlement.

    S'ils désirent conserver leur droit de poursuivre Google concernant les réclamations de cette affaire, les utilisateurs doivent soumettre une demande écrite pour être exclus de l'action collective.

    Les avocats des plaignants ont estimé que le règlement serait la meilleure issue de ce procès, mais il semble plutôt que ce sont eux les gagnants. Google a accepté de verser 23 millions de dollars pour régler le litige, mais le montant qui sera versé aux plaignants sera le montant net après déduction des honoraires d'avocats et des frais de litige.

    Le montant de paiement individuel dépendra également du nombre de réclamations soumises par les utilisateurs ayant cliqué sur un résultat de recherche Google aux États-Unis entre le 25 octobre 2006 et le 30 septembre 2013. Actuellement, il est estimé que chaque demandeur recevra environ 7,70 dollars pour une réclamation approuvée. Tous les membres de l'action collective recevront des paiements égaux provenant du fonds de règlement net, une fois déduits les coûts administratifs, les frais des avocats et autres frais liés au procès.

    Le tribunal a fixé une audience finale d'approbation pour le règlement de cette affaire le 12 octobre 2023 au palais de justice de San Jose, afin de déterminer entre autres s'il convient d'approuver le règlement.

    Source : Avis du tribunal de district des États-Unis pour le district nord de la Californie

    Et vous ?

    Que pensez-vous de ce règlement ?
    En fin de compte, n’est-ce pas les avocats qui sortent gagnants dans les nombreux procès contre les géants de la technologie ?

    Voir aussi

    Google demande à la justice de rejeter toutes les actions intentées contre le géant des moteurs de recherche qui l'accusent de violer les lois antitrust et défend son pacte avec Meta à cet égard

    Google et Facebook se sont engagés à s'entraider s'ils venaient à être confrontés à une enquête antitrust, visant leur accord de non-concurrence dans le secteur de la publicité en ligne

    Google s'exprime au sujet de son entente avec Facebook sur le marché de la pub, objet d'une plainte antitrust, et parle d'une « attaque trompeuse » du procureur Paxton

    Les principaux dirigeants de Google et Facebook se seraient entendus pour se partager le marché publicitaire, selon une plainte antitrust menée par le Texas
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

Discussions similaires

  1. Réponses: 16
    Dernier message: 12/04/2022, 11h02
  2. Réponses: 1
    Dernier message: 29/09/2020, 10h17
  3. Réponses: 5
    Dernier message: 31/05/2019, 21h26
  4. Réponses: 2
    Dernier message: 11/11/2017, 02h50
  5. Réponses: 26
    Dernier message: 30/03/2011, 13h39

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo