IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

Actualités Discussion :

L'accord de 21 ans entre Google et Apple serait le « cœur » de l'affaire de monopole

  1. #241
    Membre expert
    Profil pro
    programmeur du dimanche
    Inscrit en
    Novembre 2003
    Messages
    760
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : programmeur du dimanche
    Secteur : Santé

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2003
    Messages : 760
    Points : 3 190
    Points
    3 190
    Par défaut
    Les informations [utiles] en ligne sont enfouies au fond d'un tas de verbiage et de bêtises pour que les sites Web puissent vendre plus de publicités
    Moi qui croyais que le nouveau style c'était de manquer de concision (et d'insérer des mots clés), alors que c'est juste pour laisser à la pub le temps de s'afficher et monter dans le référencement de google...

    Bientôt on va nous révéler que le délai de frappe de GPT c'est juste une pause scriptée pour laisser le temps de regarder la pub...

    Assez d'accord avec le chapeau de l'article sinon.

  2. #242
    Membre régulier
    Homme Profil pro
    Commerçant
    Inscrit en
    Mai 2013
    Messages
    61
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Aube (Champagne Ardenne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Commerçant
    Secteur : Boutique - Magasin

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2013
    Messages : 61
    Points : 77
    Points
    77
    Par défaut
    Tu as tout dit. L'article a tout dit.
    Goggle est devenu une grosse mer-e

  3. #243
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Mai 2019
    Messages
    1 788
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2019
    Messages : 1 788
    Points : 35 518
    Points
    35 518
    Par défaut L'accord de 21 ans entre Google et Apple serait le « cœur » de l'affaire de monopole
    L'accord de 21 ans conclu à coups de milliards de dollars entre Google et Apple est le « cœur » de l'affaire de monopole sur les services Internet,
    selon le juge Amit Mehta

    Le ministère de la justice a appelé son dernier témoin cette semaine, mettant ainsi un point final à un procès antitrust retentissant portant sur le monopole présumé de Google dans le domaine de la recherche. Depuis le début du procès le 12 septembre, le juge Amit Mehta a entendu 29 témoins, dont des économistes de renom et des cadres supérieurs de Google, Apple, Microsoft, Samsung et d’autres entreprises technologiques partenaires ou rivales de Google. La plupart de ces témoignages sont restés confidentiels afin de protéger les secrets commerciaux des entreprises technologiques.

    Les témoins présentés par le ministère de la justice ont contribué à la constitution de son dossier contre Google, qui aurait payé des milliards pour des contrats par défaut avec des navigateurs et des fabricants de téléphones portables afin d’empêcher ses rivaux de collecter suffisamment de données pour se disputer les utilisateurs et les parts de marché. Selon le ministère de la justice, cette pratique porte préjudice aux consommateurs en empêchant l’innovation dans le domaine de la recherche. Les témoignages qui ont le plus intéressé Mehta sont probablement ceux qui ont mis en évidence les effets anticoncurrentiels présumés des contrats par défaut conclus par Google avec Apple.


    Nom : G DojB.png
Affichages : 1196
Taille : 145,6 Ko

    « Aujourd'hui, des millions d'Américains dépendent d'Internet et des plateformes en ligne pour leur vie quotidienne », a déclaré le procureur général William Barr dans un communiqué. « La concurrence dans ce secteur est d'une importance vitale, c'est pourquoi la poursuite d'aujourd'hui contre Google pour violation des lois antitrust est une affaire de la plus haute importance à la fois pour le ministère de la Justice et pour le peuple américain », ajoute-t-il.

    Google aurait versé des milliards de dollars aux fabricants de smartphones pour être un moteur de recherche par défaut

    Dans la plainte, le ministère parle également des milliards de dollars que Google verse aux fabricants de smartphones tels qu'Apple, Samsung et d'autres pour être un moteur de recherche par défaut sur leurs appareils. « Certains de ces accords exigent également que les distributeurs prennent un ensemble d'applications Google, y compris ses applications de recherche, et les présentent sur des appareils dans des positions de premier ordre où les consommateurs sont les plus susceptibles de commencer leurs recherches sur Internet », indique la plainte.

    Les témoignages présentés par le ministère de la justice ont révélé qu’Apple hésitait initialement à définir un moteur de recherche par défaut et qu’elle a même envisagé de créer son propre moteur de recherche, mais uniquement si elle ne parvenait pas à conclure un accord intéressant de partage des revenus avec Google. Le ministère de la justice a fait valoir que l’accord conclu par Apple avec Google empêchait l’un de ses plus grands rivaux dans le secteur de la téléphonie mobile de concurrencer Google dans le domaine de la recherche. Les témoignages des concurrents de Google, qui ont affirmé que les contrats par défaut de Google rendaient la concurrence impossible, ont également étayé le dossier du ministère de la justice.

    Les témoins présentés par le ministère de la justice ont contribué à la constitution de son dossier contre Google, qui aurait payé des milliards pour des contrats par défaut avec des navigateurs et des fabricants de téléphones portables afin d'empêcher ses rivaux de collecter suffisamment de données pour se disputer les utilisateurs et les parts de marché. Selon le ministère de la justice, cette pratique porte préjudice aux consommateurs en empêchant l'innovation dans le domaine de la recherche et en mettant à mal la concurrence.

    Google et la concurrence

    Google est le leader incontesté du marché des services internet, avec six de ses services, Google Maps, YouTube, Chrome, Gmail, Search et Google Play, comptant plus d’un milliard d’utilisateurs chacun. Cependant, si vous cherchez une alternative à Google, il existe quelques noms qui se sont hissés à la hauteur du géant de l’internet.
    Les trois grands : Google, Bing et Yahoo représentent à eux trois 96 % du marché mondial des moteurs de recherche.

    Avec 92,96 % du marché mondial des moteurs de recherche, Google domine clairement le terrain et il ne s’agit pas d’un duopole mais d’un monopole en ce qui concerne la part de marché des moteurs de recherche. Bing est la société la plus proche de Google et représente 2,34 % des parts de marché des moteurs de recherche dans le monde.

    Nom : msh.jpg
Affichages : 1133
Taille : 10,0 Ko
    Part de marché des moteurs de recherche en 2019

    Après Bing, Yahoo ! arrive en troisième position et représente 1,6 % de la part de marché des moteurs de recherche dans le monde. Yahoo ! était clairement en tête au début des années 1990 et 2000, mais il a rapidement décliné lorsque Google a gagné du terrain après avoir survécu à la bulle Internet grâce à des méthodes d’exploitation et des produits intelligents.

    DuckDuckGo est un moteur de recherche lancé en 2008 qui se veut l’« antigoogle » des moteurs de recherche. Depuis sa création, le site a connu une croissance constante, passant de quelques milliers de recherches par jour à 38 millions de recherches quotidiennes en 2018 1. Bien que DuckDuckGo ne soit pas aussi populaire que les autres moteurs de recherche mentionnés ci-dessus, il a acquis une base d’utilisateurs fidèles grâce à son engagement en matière de protection de la vie privée des utilisateurs.

    Le nombre d’utilisateurs en ligne qui ont abandonné Google au profit de DuckDuckGo augmente rapidement. Fondé en 2008, DuckDuckGo détient actuellement environ 2,5 % du marché de la recherche aux États-Unis, a déclaré son PDG Gabriel Weinberg, et effectue environ 100 millions de recherches par jour dans le monde. À titre de comparaison, Google effectue plusieurs milliards de recherches par jour. Le PDG de DuckDuckGo estime qu’il y a « trop d’étapes » à franchir pour quitter Google.

    Apple témoigne dans le procès antitrust US v. Google

    Le juge Amit Mehta a été particulièrement intéressé par les témoignages qui ont mis en évidence les effets anticoncurrentiels présumés des contrats par défaut conclus par Google avec Apple. Le mois dernier, Eddy Cue, vice-président senior des services d’Apple, a témoigné dans le procès antitrust historique US v. Google concernant les activités de recherche de Google. Cue est l’un des témoins les plus médiatisés de l’affaire jusqu’à présent, en partie parce que l’accord entre Google et Apple - qui fait de Google le moteur de recherche par défaut sur tous les appareils Apple et rapporte à Apple des milliards de dollars par an - est au cœur du procès intenté par le ministère américain de la justice à l’encontre de Google.

    Dans son témoignage, Cue a affirmé que Apple croit en la protection de la vie privée de ses utilisateurs, mais aussi en Google. La question de savoir si ces deux affirmations peuvent être simultanément vraies est devenue la question du jour. Apple est en procès à cause d’un accord appelé Information Services Agreement (ISA), qui fait du moteur de recherche de Google le moteur par défaut des produits Apple. L’ISA est en place depuis 2002, mais Cue était responsable de la négociation de son itération actuelle avec le PDG de Google, Sundar Pichai, en 2016. Dans son témoignage d’aujourd’hui, le ministère de la Justice a interrogé Cue sur les détails de l’accord.

    Cue est l’un des témoins les plus médiatisés de l’affaire jusqu’à présent, en partie parce que l’accord entre Google et Apple, qui fait de Google le moteur de recherche par défaut sur tous les appareils Apple et rapporte à Apple des milliards de dollars par an, est au cœur du procès intenté par le ministère américain de la justice à l’encontre de Google. Cue a affirmé qu’Apple croit en la protection de la vie privée de ses utilisateurs, mais aussi en Google.

    La question de savoir si ces deux affirmations peuvent être simultanément vraies est primordiale. Lorsque Cue a déclaré que la résolution de l’écran était épouvantable, il a suscité quelques rires dans une salle d’audience par ailleurs calme et silencieuse. Le juge Amit Mehta, qui présidait l’affaire, s’est penché dans son micro et a répondu : « Si Apple souhaite faire un don… ». Les rires ont été encore plus nombreux. Puis tout le monde s’est remis au travail.

    Lors d’un contre-interrogatoire par l’avocat de Google, John Schmidtlein, Cue a déclaré qu’à un moment donné, Apple autorisait Yahoo et Bing à envoyer des messages invitant les utilisateurs à remplacer Google par leur moteur de recherche par défaut. Cependant, Apple a mis fin à ces messages car ils rappelaient trop souvent les utilisateurs, a déclaré Cue. Malheureusement, Yahoo a abusé de ce privilège et nous avons donc supprimé cette fonctionnalité. En fait, il s’agissait d’un rappel constant pour le client, ce qui rendait l’expérience utilisateur horrible.

    Le PDG de Microsoft, Satya Nadella, a déclaré que l’affirmation de Google selon laquelle les utilisateurs de la recherche ont le choix est « bidon », tout en confirmant que les efforts déployés pour obtenir le statut de contrat par défaut pour Bing ont échoué, malgré la volonté de Microsoft d’essuyer des milliards de pertes. À un moment donné, Microsoft a même proposé de vendre Bing à Apple, mais ce dernier a rejeté l’offre, prétendument parce que l’accord qu’il avait avec Google était tout simplement trop bon pour être laissé tomber.

    Selon certains analystes, « le cœur » de l’affaire du ministère de la justice repose sur la question de savoir si le partenariat de 21 ans entre Google et Apple a conféré à Google des pouvoirs de monopole sur la recherche. On estime que Google a récemment versé à Apple jusqu’à 20 milliards de dollars par an pour maintenir ces contrats.

    Les personnes brillantes travaillant sans relâche seraient la clé du succès chez Google

    Le New York Times a surnommé Pandu Nayak, vice-président de Google chargé de la recherche, « le visage » de la défense de Google, à savoir que ce n'est pas l'accès de Google à davantage de données qui permet à Google de devancer ses concurrents dans le domaine de la recherche, mais « des personnes brillantes qui travaillent sans relâche à l'amélioration de ses produits ».

    Nayak a expliqué que Google a amélioré la qualité de ses recherches en investissant dans les développements de l'apprentissage automatique, de l'apprentissage profond, des transformateurs et des modèles de langage de grande taille. Nayak a rejoint Google après avoir travaillé pendant sept ans comme chercheur à la NASA sur des projets d'intelligence artificielle. Le chercheur en intelligence artificielle devenu vice-président de la recherche de Google a déclaré à Mehta que Google « appréciait vraiment » ses compétences, car chez Google, les « logiciels intelligents » sont prétendument plus importants pour l'innovation en matière de recherche que les quantités massives de données.

    Les innovations en matière de compréhension du langage sont devenues de plus en plus importantes pour les gains de qualité de la recherche, tandis que le volume même des requêtes de recherche est devenu moins important.

    Google prépare sa défense : des cadres supérieurs pourraient être appelés à témoigner

    À ce stade, on ne pourrait que spéculer sur la manière dont Google va préparer sa défense, mais il est probable que des cadres supérieurs seront appelés à témoigner. Selon certains analystes, Google devrait également mettre en avant les témoignages de certains des témoins du DOJ lors de l'élaboration de sa défense, y compris en faisant éventuellement référence au témoignage du cofondateur d'un ancien concurrent de Google appelé Neeva, Sridhar Ramaswamy, dans ses arguments finaux.

    Ramaswamy a déclaré qu'il suffisait à Neeva de gagner une part de marché de 2,5 % pour être en mesure de « fournir de manière rentable des résultats de recherche de haute qualité », mais que même cela n'était pas réalisable. Certains suggèrent que Google pourrait faire valoir que le fait que Neeva ait besoin d'une part de marché aussi faible pour devenir compétitif montre que « les concurrents n'ont pas besoin d'une grande part de marché pour fournir des résultats de recherche utiles et rivaliser avec Google ».

    Selon le Wall Street Journal, Google pourrait faire valoir que le témoignage du PDG de Microsoft, Satya Nadella, concernant les discussions sur Bing avec Apple, met en évidence une « théorie fondamentale » de la défense de Google : « Il existe d’autres acteurs puissants sur le marché de la recherche, mais Apple et d’autres élèvent Google parce que c’est tout simplement un meilleur produit ». Google soulignera probablement que l’argument de Nadella selon lequel Bing avait besoin du statut par défaut d’Apple pour améliorer la qualité de la recherche est la preuve que Bing était un produit inférieur, et que Google a dominé le marché de manière loyale en rivalisant en termes de qualité.

    Source : Ministère américain de la Justice

    Et vous ?

    Quels sont selon vous, les effets anticoncurrentiels présumés des contrats par défaut de Google ?

    Pourquoi les témoins présentés par le ministère de la Justice ont-ils affirmé que les contrats par défaut de Google rendaient impossible la concurrence ?

    À votre avis, Google mérite-t-il d'être l'application par défaut ou doit-il simplement payer pour l'être ?

    Google est-il vraiment le meilleur moteur de recherche ou est-il simplement celui qui fait les plus gros chèques ? Et si ces chèques disparaissaient, à quoi ressemblerait le marché des moteurs de recherche ?

    Êtes-vous d'avis que l'accord de 21 ans conclu entre Google et Apple ont empêché la concurrence ?

    Voir aussi :

    Apple et Google auraient conclu un accord, il y a 15 ans, pour contrôler Internet, le DoJ porte plainte, contre cet accord secret qui vaut des milliards de dollars pour les deux entreprises

    Apple défend l'accord Google Search devant le tribunal : « Il n'y avait pas d'alternative valable », faux, selon le PDG de DuckDuckGo qui estime qu'il y a « trop d'étapes » pour quitter Google
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  4. #244
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Traductrice Technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    737
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Traductrice Technique

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 737
    Points : 52 171
    Points
    52 171
    Par défaut Google a payé 26 milliards de dollars pour devenir le moteur de recherche par défaut en 2021
    Google a payé 26 milliards de dollars pour devenir le moteur de recherche par défaut en 2021, Google déclare que ces accords étaient légaux et qu'elle investissait pour maintenir sa compétitivité.

    Google a payé 26,3 milliards de dollars à d'autres entreprises en 2021 pour s'assurer que son moteur de recherche soit l'option par défaut sur les navigateurs web et les téléphones portables, a déclaré un haut dirigeant de l'entreprise lors du procès antitrust du ministère de la justice, a rapporté Bloomberg News vendredi.

    Le montant des paiements effectués par Google pour le statut par défaut a plus que triplé depuis 2014, selon le cadre supérieur Prabhakar Raghavan, responsable de la recherche et de la publicité, ajoute le rapport. Le revenu de Google provenant de la publicité sur les recherches s'est élevé à 146,4 milliards de dollars en 2021, tandis que les paiements pour les paramètres par défaut ont constitué son coût le plus important, a déclaré Raghavan dans le rapport de Bloomberg.


    L'entreprise a fait valoir que les accords de partage des revenus étaient légaux et qu'elle avait investi pour maintenir la compétitivité de ses activités de recherche et de publicité. Elle a également fait valoir que si les utilisateurs ne sont pas satisfaits des paramétrages par défaut, ils peuvent changer de fournisseur de recherche, ce qu'ils font d'ailleurs.

    Google s'était opposé à la divulgation de ces chiffres, affirmant qu'ils nuiraient à la capacité de l'entreprise à négocier des contrats à l'avenir. Le juge Amit Mehta, qui supervise l'affaire, a décidé que les chiffre devaient être divulgués, ajoute le rapport.

    Source : Bloomberg News

    Et vous ?

    Que pensez-vous de cette défense de Google ?
    Selon vous, quels seraient les conclusions de ce procès ?

    Voir aussi :

    Google paie 18 à 20 milliards de dollars par an à Apple pour que son moteur de recherche reste dans l'iPhone

    Google paie 10 milliards de dollars par an pour conserver son monopole, selon le Département de la Justice des États-Unis

    L'accord de 21 ans conclu à coups de milliards de dollars entre Google et Apple est le « cœur » de l'affaire de monopole sur les services Internet, selon le juge Amit Mehta
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  5. #245
    Membre chevronné
    Profil pro
    Développeur Web
    Inscrit en
    Février 2008
    Messages
    1 981
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur Web

    Informations forums :
    Inscription : Février 2008
    Messages : 1 981
    Points : 2 027
    Points
    2 027
    Par défaut
    Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
    Tim Cook : Apple n'est pas en situation de monopole puisqu'il vend moins que Samsung et Huawei,
    « Nous n’avons une position dominante sur aucun marché »
    Eh eh ...
    Il n'y a pas si longtemps ils prétendaient qu'ils pouvaient se permettre d'avoir des fiches d'alimentation pas comme celles de tout le monde, et maintenant ils ne sont pas en position dominante.

    Le vent a l'air d'avoir tourné.

    Le fait est que, allez savoir ce qui s'est passé, les politiques montrent moins d'empressement à faire comprendre que les électeurs, ils n'en ont rien à c...

    Peut-être l'avenir nous dira-t-il si il y a un piège.

  6. #246
    Membre confirmé
    Homme Profil pro
    Fondateur
    Inscrit en
    Octobre 2002
    Messages
    445
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 39
    Localisation : France, Bouches du Rhône (Provence Alpes Côte d'Azur)

    Informations professionnelles :
    Activité : Fondateur
    Secteur : High Tech - Multimédia et Internet

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2002
    Messages : 445
    Points : 502
    Points
    502
    Par défaut
    Si Alphabet est prêt à payer aussi cher pour assurer sa position dominante, c'est que Alphabet gagne bien plus par ailleurs et aurait bien plus à perdre en prenant le risque de laisser prospérer d'autres acteurs.

    Le plus gros risque pour Alphabet serait de laisser Apple développer son propre moteur de recherche. Apple est assis sur une montagne de cash et pourrait devenir un rival dangereux.

    On comprend bien l'intérêt de Alphabet de payer Apple aussi cher depuis des années. Alphabet paie Apple pour éviter que Apple ne soit tenté de développer son propre moteur de recherche. Quand on regarde les chiffres, on voit que Alphabet finance la R&D de Apple chaque année !
    Développeur Java / Android.
    The Truth About Bitcoin : https://www.the-truth-about-bitcoin.com/
    In Bitcoin We Trust : https://inbitcoinwetrust.substack.com
    Retrouvez mes Apps Android : https://play.google.com/store/apps/d...01024188312025
    Tout sur le Bitcoin, la Blockchain et les Altcoins : https://www.toutsurlebitcoin.fr
    Devenez une meilleure de vous-même jour après jour : https://www.jedeviensmeilleur.fr

  7. #247
    Membre expérimenté
    Profil pro
    MOA
    Inscrit en
    Décembre 2002
    Messages
    1 000
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France, Eure et Loir (Centre)

    Informations professionnelles :
    Activité : MOA

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2002
    Messages : 1 000
    Points : 1 700
    Points
    1 700
    Par défaut
    Citation Envoyé par Jade Emy Voir le message
    L'entreprise a fait valoir que les accords de partage des revenus étaient légaux et qu'elle avait investi pour maintenir la compétitivité de ses activités de recherche et de publicité.
    Il y a une compétitivité sur les recherches en ligne
    Si on veut une compétivité, au contraire, on laisse les concurrents prendre un peu de place. Là, ils sont quasiment absents.

    Citation Envoyé par Jade Emy Voir le message
    Elle a également fait valoir que si les utilisateurs ne sont pas satisfaits des paramétrages par défaut, ils peuvent changer de fournisseur de recherche, ce qu'ils font d'ailleurs.
    Là c'est du vrai bullshit.

    On pourrait également répondre que si Google n'est pas sélectionné par défaut, les utilisateurs peuvent toujours le sélectionner.
    Mais on sait très bien que Tante Jeannine et Madame Michu ne va pas changer de navigateur par défaut parce qu'ils ne savent pas et parce que celui par défaut convient.

  8. #248
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 294
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 294
    Points : 194 624
    Points
    194 624
    Par défaut Google accepte de payer 700 millions de dollars après un règlement antitrust avec les consommateurs
    Google accepte de payer 700 millions de dollars après un règlement antitrust avec les consommateurs et les États américains,
    et annonce des changements pour les développeurs et les utilisateurs

    Alphabet, la société mère de Google, a accepté de payer 700 millions de dollars pour mettre fin à une enquête menée par les États américains sur les pratiques anticoncurrentielles de sa plateforme Google Play. L’accord, annoncé le 18 décembre 2023, met fin à une plainte déposée en juillet 2021 par les procureurs généraux de ces États, qui accusaient Google d’abuser de sa position dominante sur le marché des applications mobiles.

    Alphabet Inc. paiera 700 millions de dollars et modifiera ses politiques sur Google Play pour régler les allégations selon lesquelles la boutique d'applications dominerait illégalement le marché des applications mobiles Android, résolvant ainsi les plaintes antitrust déposées par les procureurs généraux de quarante États ainsi que des consommateurs.

    L'accord divulgué dans un dossier judiciaire lundi appelle à des modifications des politiques de Google Play destinées à réduire les obstacles à la concurrence sur les marchés de la distribution d'applications et du traitement des paiements. Les poursuites regroupées devant un tribunal fédéral de Californie menaçaient des milliards de dollars de revenus générés par la vente et la distribution d'applications via Google Play.

    Nom : google.png
Affichages : 1088
Taille : 407,2 Ko

    À ce propos, Wilson White, vice-président de Google pour les affaires gouvernementales et les politiques publiques, a déclaré dans un communiqué :

    Android et Google Play ont continuellement évolué pour offrir plus de flexibilité et de choix en réponse aux commentaires des développeurs et des régulateurs, ainsi qu'à la concurrence intense d'Apple et des magasins d'applications dans l'écosystème ouvert d'Android. Nous l’avons démontré lors du récent procès et avons été déçus que le verdict ne reconnaisse pas le choix et la concurrence que permettent nos plateformes. Même si nous contestons ce verdict et que notre affaire avec Epic est loin d'être terminée, nous restons déterminés à améliorer continuellement Android et Google Play.

    Aujourd'hui, les détails d'un règlement conclu en septembre avec les procureurs généraux des États ont été rendus publics. Ce règlement s'appuie sur le choix et la flexibilité d'Android, maintient de solides protections de sécurité et conserve la capacité de Google à rivaliser avec d'autres fabricants de systèmes d'exploitation et à investir dans l'écosystème Android pour les utilisateurs et les développeurs. Nous sommes heureux de résoudre notre cas avec les États et d'avancer sur un règlement qui comprend :
    • Renforcer notre engagement en faveur du choix des magasins d'applications : nous avons toujours permis que des magasins d'applications alternatifs soient préchargés sur les appareils Android et que les utilisateurs puissent télécharger directement des magasins d'applications alternatifs. En fait, la plupart des appareils Android sont livrés avec au moins deux magasins d'applications préchargés. L'accord avec les procureurs généraux indique clairement que les OEM peuvent continuer à offrir aux utilisateurs des options prêtes à l'emploi pour utiliser Play ou une autre boutique d'applications. Nous avons récemment implémenté des fonctionnalités dans Android 14 qui permettront aux magasins d'applications tiers de fonctionner encore mieux pour les utilisateurs et permettront aux magasins d'applications tiers de mettre à jour les applications plus facilement.
    • Rationaliser le chargement latéral tout en donnant la priorité à la sécurité : contrairement à iOS, les utilisateurs d'Android ont la possibilité de charger des applications, ce qui signifie qu'ils peuvent télécharger directement à partir du site Web d'un développeur sans passer par une boutique d'applications comme Google Play. Même si nous maintenons qu'il est essentiel, pour nos efforts de sécurité, d'informer les utilisateurs que le chargement latéral sur mobile pourrait comporter des risques uniques, dans le cadre de notre règlement, nous simplifierons davantage le processus de chargement latéral et mettrons à jour le langage qui informe les utilisateurs de ces risques potentiels liés au téléchargement d'applications. directement depuis le Web pour la première fois.
    • Étendre la facturation au choix de l'utilisateur à un plus grand nombre de personnes : les développeurs d'applications et de jeux pourront mettre en œuvre une option de facturation alternative parallèlement au système de facturation de Google Play pour leurs utilisateurs américains, qui pourront ensuite choisir quelle option utiliser lors des achats intégrés. Nous testons la facturation au choix de l'utilisateur aux États-Unis depuis plus d'un an et allons désormais étendre davantage cette option.
    • Élargir la communication ouverte sur les prix : nous avons toujours offert aux développeurs davantage de moyens d'interagir avec leurs clients qu'iOS et d'autres systèmes d'exploitation. Par exemple, Google Play permet aux développeurs de communiquer librement avec leurs clients en dehors de l’application au sujet des offres d’abonnement ou des options moins coûteuses disponibles sur une boutique d’applications concurrente ou sur le site Web du développeur. Cette ouverture a stimulé la concurrence et profité aux consommateurs et aux développeurs. Dans le cadre de la facturation au choix de l'utilisateur, que nous élargissons avec l'annonce de règlement d'aujourd'hui, les développeurs peuvent également afficher différentes options de tarification dans l'application lorsqu'un utilisateur effectue un achat numérique.
    • Contribuer à un fonds de règlement : Google versera 630 millions de dollars dans un fonds de règlement qui sera distribué au bénéfice des consommateurs selon un plan approuvé par la Cour et 70 millions de dollars dans un fonds qui sera utilisé par les États.

    Nom : fort.png
Affichages : 620
Taille : 319,6 Ko

    Un système de paiement qui a été également attaqué par Epic Games

    Epic a poursuivi Google en 2020 après une bataille concernant les frais d'achat intégrés, affirmant que la boutique Google Play du système d'exploitation Android constituait un monopole illégal. Il souhaitait que Google facilite l’utilisation des magasins d’applications tiers, des applications téléchargées et des processeurs de paiement non Google – tandis que Google a déclaré que ses exigences nuiraient à la capacité d’Android à offrir une expérience utilisateur sécurisée et à rivaliser avec iOS d’Apple.

    Le 11 décembre, après seulement quelques heures de délibération, le jury a répondu à l'unanimité par l'affirmative à toutes les questions qui lui ont été posées : que Google détient un pouvoir monopolistique sur les marchés de la distribution d'applications Android et des services de facturation intégrés, que Google a fait des choses anticoncurrentielles sur ces marchés. Ils ont décidé que Google avait également un lien illégal entre sa boutique d'applications Google Play et ses services de paiement Google Play Billing, et que son accord de distribution, Project Hug, avec les développeurs de jeux et avec les OEM, était tous anticoncurrentiel.

    C’est une victoire historique, dans la mesure qu’Epic a perdu son combat contre Apple il y a deux ans lorsque la juge Yvonne Gonzalez Rogers a décidé que ce combat n’avait rien à voir avec les applications. Il faut rappeler qu'Epic a déposé une plainte antitrust similaire contre Apple en 2020, mais un juge américain s'est largement prononcé en faveur d'Apple en septembre 2021. Epic a alors demandé à la Cour suprême des États-Unis de relancer les principales réclamations dans l'affaire Apple, et Apple combat une partie d'une décision en faveur d'Epic qui nécessiterait des modifications des règles de l'App Store.

    Mais Epic contre Google s’est avéré être une affaire très différente. Elle reposait sur des accords secrets de partage de revenus entre Google, les fabricants de smartphones et les développeurs de grands jeux, des accords qui, pensaient des dirigeants de Google en interne, étaient conçus pour empêcher l'émergence de magasins d'applications rivaux. Cela montrait que Google avait spécifiquement peur d’Epic. Et tout a été décidé par un jury, contrairement pour le cas d'Apple où la décision est revenue à un juge.

    Attention, nous ne savons pas encore ce qu’Epic a réellement gagné – c’est au juge James Donato de décider quels pourraient être les recours appropriés. Epic n'a jamais poursuivi en justice pour dommages-intérêts ; il veut que le tribunal dise à Google que chaque développeur d’applications a toute liberté d’introduire ses propres magasins d’applications et ses propres systèmes de facturation sur Android, et nous ne savons pas encore comment ni même si le juge pourrait exaucer ces souhaits. Les deux parties rencontreront le juge Donato au cours de la deuxième semaine de janvier pour discuter des solutions possibles.

    Le juge Donato a déjà déclaré qu'il n'accepterait pas la demande supplémentaire d'Epic concernant une disposition anti-contournement « juste pour être sûr que Google ne puisse pas réintroduire les mêmes problèmes par le biais d'une solution créative alternative », comme l'a déclaré l'avocat principal d'Epic, Gary Bornstein, le 28 novembre.

    « Nous n'émettons pas d'injonctions de ne pas enfreindre la loi... si vous avez un problème, vous pouvez revenir », a déclaré Donato. Il a également déclaré qu'il n'avait pas l'intention de décider du pourcentage de frais que Google devrait facturer pour ses produits.

    Bien qu'Epic n'ait pas intenté de poursuite en dommages-intérêts, Tim Sweeney a suggéré qu'Epic pourrait gagner des centaines de millions, voire des milliards de dollars s'il n'avait pas à payer les frais de Google.


    Un recours collectif distinct de consommateurs au sujet des prix gonflés sur les applications Android

    Google a été accusé de gonfler les prix des applications Android en prélevant jusqu'à 30 % de commission sur les transactions Google Play. Les hausses étaient alors répercutées sur les consommateurs. L'entreprise n’a pas reconnue d’actes répréhensibles. Google versera 630 millions de dollars dans un fonds de règlement pour les consommateurs et 70 millions de dollars dans un fonds qui sera utilisé par les États, selon le règlement, qui nécessite encore l’approbation finale d’un juge.

    Le règlement indique que les consommateurs éligibles recevront au moins 2 $ et pourront obtenir des paiements supplémentaires en fonction de leurs dépenses sur Google Play entre le 16 août 2016 et le 30 septembre 2023.

    Les 50 États, le District de Columbia, Porto Rico et les Îles Vierges, ont rejoint le règlement.

    Le principal plaignant, l'Utah et d'autres États, ont annoncé le règlement en septembre, mais les conditions sont restées confidentielles avant le procès connexe de Google avec le fabricant de « Fortnite » Epic Games. La semaine dernière, un jury fédéral californien a convenu avec Epic que certaines parties de l’activité des applications de Google étaient anticoncurrentielles.

    Les procureurs des États ont déclaré dans leur dossier judiciaire que les conditions du règlement « offriront un soulagement significatif et durable aux consommateurs dans tout le pays ». Ils ont assuré « qu'aucun autre organisme antitrust américain n’a encore été en mesure d’obtenir des recours d’une telle ampleur auprès de Google » ou d’une autre plateforme numérique majeure.

    Google fait face à d'autres poursuites contestant ses pratiques de recherche et de publicité numérique. Il a nié tout acte répréhensible dans ces cas également.

    Source : Google

    Et vous ?

    Pensez-vous que l’accord entre Google et les États aux États-Unis est juste et suffisant pour rétablir la concurrence sur le marché des applications mobiles ?
    Quels sont les avantages et les inconvénients pour les utilisateurs et les développeurs de Google Play suite à cet accord ?
    Comment cet accord pourrait-il affecter les autres acteurs du secteur, tels que Apple, Amazon ou Samsung ?
    Quelle est votre opinion sur les autres enquêtes et poursuites dont Google fait l’objet pour ses pratiques anticoncurrentielles dans d’autres domaines ?
    Quelles sont les mesures que vous souhaiteriez voir prises par les autorités pour réguler les géants du numérique comme Google ?

    Voir aussi :

    La défaite judiciaire de Google face à Epic Games pourrait coûter des milliards, mais le résultat final n'interviendra pas avant des années
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

Discussions similaires

  1. Réponses: 16
    Dernier message: 12/04/2022, 11h02
  2. Réponses: 1
    Dernier message: 29/09/2020, 10h17
  3. Réponses: 5
    Dernier message: 31/05/2019, 21h26
  4. Réponses: 2
    Dernier message: 11/11/2017, 02h50
  5. Réponses: 26
    Dernier message: 30/03/2011, 13h39

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo