IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #201
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 614
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 614
    Points : 200 840
    Points
    200 840
    Par défaut L'UE se prépare à réviser sa législation sur les cookies et admet que les bannières de cookies sont gênantes
    L'Union européenne s'apprête à réviser sa législation sur les cookies et admet que les bannières de cookies sont gênantes.
    La Commission espère que les grandes plateformes accepteront un « engagement volontaire en matière de cookies »

    L’Union européenne envisage de modifier la réglementation sur les cookies, qui oblige les sites web à obtenir le consentement des visiteurs pour utiliser des cookies. Cette mesure vise à donner aux utilisateurs plus de contrôle sur leurs données personnelles et à réduire les nuisances causées par les bannières de cookies, qui apparaissent sur la plupart des sites web. Le commissaire européen à la Justice, Didier Reynders, a déclaré à ce sujet : « Selon la loi, l'utilisation de cookies pour traiter des données personnelles ne peut pas se faire sans le consentement explicite des utilisateurs. Mais cela ne signifie pas que la navigation sur le web doit finalement devenir une affaire pénible ».

    L'obligation pour les sites web d'obtenir le consentement des visiteurs pour l'utilisation de cookies a permis aux utilisateurs de mieux contrôler leurs données lorsqu'ils naviguent. Toutefois, elle a conduit à l'apparition d'interminables et ennuyeuses bannières d'autorisation de cookies sur la plupart des sites web. Conscientes de ce problème, les autorités de l'UE envisagent de réviser ces exigences, bien que le résultat puisse dépendre de la conformité des grandes plateformes.

    Le commissaire européen à la Justice, Didier Reynders, a récemment déclaré au journal allemand "Welt am Sonntag" que la Commission européenne était consciente de l'ennuyeuse bannière de consentement aux cookies et qu'elle discutait d'une solution. Il a ajouté que même si les sites Web ne peuvent plus activer les cookies sans en informer les utilisateurs, cette disposition ne devrait pas transformer la navigation sur le Web en une affaire fatigante.

    Ces dernières années, la plupart des visiteurs du site Web ont rencontré des bannières ou des fenêtres contextuelles demandant l'autorisation pour divers types de cookies, y compris ceux essentiels aux fonctionnalités de base du site, les cookies publicitaires et autres. Heureusement, de nombreux sites proposent un choix simple entre accepter tous les cookies ou bloquer tous les cookies non essentiels. Cependant, de nombreux sites nécessitent plusieurs clics pour refuser les cookies, ce qui incite souvent les visiteurs à opter pour le bouton « tout autoriser » pour plus de commodité.

    Ces bannières sont affichées pour respecter les règles de confidentialité du RGPD, mises en œuvre par l'UE en 2018. Reynders a indiqué que la Commission visait à atténuer la « lassitude des cookies » tout en veillant à ce que les utilisateurs comprennent les mécanismes de la publicité en ligne et prennent des décisions éclairées au sujet de leurs données.

    L'une des solutions proposées consiste à exiger des sites web qu'ils mémorisent les préférences des visiteurs, ce qui permettrait de ne présenter le formulaire de consentement qu'une fois par an : « Nous allons lutter contre la 'fatigue des cookies' croissante parmi les utilisateurs en ligne, tout en aidant les consommateurs à mieux comprendre les modèles publicitaires et à opter pour des publicités moins intrusives. Par exemple, on ne devrait demander à nouveau au consommateur s'il est prêt à accepter des cookies qu'un an après sa dernière demande ».

    En mars déjà, lors du Sommet européen de la consommation, Didier Reynders avait demandé que des mesures soient prises. Au printemps 2024, après l'accord du Comité européen de la protection des données (CEPD), les entreprises seront concrètement tenues de s'engager volontairement dans de nouvelles règles en matière de cookies. Cet engagement consisterait à fournir des informations transparentes sur l'utilisation des cookies et à éviter d'importuner les utilisateurs. Il est à espérer que les sites web plus petits s'inspireront de cette approche.

    Nom : cookie.png
Affichages : 12852
Taille : 304,3 Ko

    Mieux protéger les données personnelles

    Selon les constatations de l'autorité de la Commission, le fait de demander constamment aux consommateurs s'ils souhaitent des cookies conduit également à ce que les utilisateurs donnent automatiquement leur accord, sans savoir quelles sont les conséquences individuelles pour la protection des données personnelles et quels sont les profils exacts qui peuvent être créés par la suite.

    L'objectif de la Commission européenne est une « initiative d'engagement sur les cookies » ('cookies pledge'), dans le cadre de laquelle les grandes plateformes Internet s'engagent volontairement à mieux informer leurs utilisateurs sur les petits fichiers texte et à les protéger contre les déclarations de consentement intrusives. L'espoir à Bruxelles est qu'après un engagement volontaire des géants de l'Internet, les petits fournisseurs suivront.

    Reynders a déclaré : « Je suis persuadé que cette initiative volontaire peut ouvrir la porte à de nouvelles pratiques en ligne, qui seront ensuite plus respectueuses des droits des consommateurs ».

    L'engagement volontaire prévoit également que les utilisateurs d'un site web soient informés à l'avance et de manière détaillée, à un endroit bien visible, sur le modèle commercial de l'entreprise - notamment sur l'utilisation des données personnelles à des fins publicitaires et sur le financement du site web en question. En outre, le consommateur doit également pouvoir choisir entre des modèles publicitaires basés sur le tracking ou des modèles « plus respectueux de la vie privée ».

    Google va amorcer la suppression des cookies tiers pour 30 millions d'utilisateurs Chrome.

    Depuis les derniers mois de 2023, les utilisateurs ont la possibilité d'accepter la suppression des cookies tiers, et cette fonctionnalité commence désormais à être déployée par défaut auprès d'internautes sélectionnés.

    Les cookies tiers se sont avérés nocifs pour la vie privée, c'est pourquoi Google, motivé par ses concurrents qui bloquent déjà les cookies tiers par défaut et par les régulateurs, a préparé une série d’API (interfaces de programmation d’applications) qui font partie de son initiative Privacy Sandbox. Ces API sont conçues pour offrir aux annonceurs des moyens alternatifs de cibler les utilisateurs, sans collecter ni partager leurs données personnelles.

    Au lieu de travailler avec des outils et des protections limités, les API permettent au navigateur d’un utilisateur d’agir en son nom (localement, sur son appareil) pour protéger ses informations personnelles lorsqu’il navigue sur le web. Il s’agit d’un changement d’orientation pour les navigateurs. La vision du futur de la Privacy Sandbox consiste à ce que les navigateurs fournissent des outils spécifiques pour satisfaire des cas d’usage spécifiques, tout en préservant la vie privée des utilisateurs.

    L'une d'elle est particulièrement mise en avant : l'API Protected Audience.

    Nom : cycle.png
Affichages : 2222
Taille : 264,6 Ko

    Voici une version simplifiée de la façon dont l'API pourrait fonctionner. Lorsqu'un utilisateur navigue sur un site Web qui a mis en œuvre des scripts d'audience protégée, ces scripts peuvent s'exécuter et placer le navigateur de l'utilisateur dans divers groupes d'intérêt (qui appartiennent à un vendeur de publicité spécifique ou à une plateforme côté demande). Ces groupes peuvent être informés par l'API Topics associée, mais ils existent séparément.

    Ainsi, une visite sur un site Web sur le vélo peut amener le navigateur de l'utilisateur à être ajouté au groupe d'intérêt sur le vélo. Cette désignation existe localement chez le client, et non sur le serveur, à titre de protection de la vie privée.

    Sur un autre site Web, le « remarketing » a lieu. Les scripts d'audience protégée peuvent lancer une enchère publicitaire dans le navigateur qui intègre les informations d'intérêt stockées localement (cet utilisateur aime les vélos) et les annonceurs qui souhaitent toucher les personnes intéressées par les vélos peuvent enchérir pour présenter une annonce associée à l'utilisateur.

    L'annonce du gagnant de l'enchère serait ensuite présentée dans un <fencedframe> - une variante de l'élément iframe HTML conçu pour empêcher l'éditeur du site de tirer des conclusions sur les intérêts des visiteurs sur la base d'enchères publicitaires lancées via des scripts de site.

    Selon l'évaluation du chercheur en confidentialité Dr Lukasz Olejnik, « il est possible d'utiliser ce système d'une manière conforme à la législation européenne sur la protection des données ». Il peut même être mis en œuvre, suggère Olejnik, d'une manière qui ne traite pas du tout les données personnelles – évitant ainsi la nécessité de présenter une demande de consentement en vertu du Règlement général sur la protection des données (RGPD) européen.

    Cela ne signifie pas que la technologie est parfaite ou qu'elle n'est pas soumise à d'autres obligations légales, comme la directive européenne relative à la vie privée et aux communications électroniques. Mais l'évaluation d'Olejnik sera probablement bien accueillie par Google et par d'autres organisations cherchant à adopter la technologie publicitaire prétendument respectueuse de la vie privée de l'éditeur de Chrome.

    Conclusion

    L'équilibre entre la confidentialité des données et les besoins publicitaires n'est pas l'apanage des régulateurs. Google travaille à la transition de Chrome vers l'abandon des cookies. Des innovations telles que les "Trust Tokens" et les "Privacy Sandbox" sont conçues pour offrir aux annonceurs des informations limitées sur les clients tout en protégeant les données personnelles. Toutefois, certains craignent que Google n'exploite ces systèmes pour limiter les fonctionnalités du navigateur, telles que les extensions. Google prévoit de supprimer progressivement les cookies tiers ce mois-ci.

    Le défi de Google est de trouver cet équilibre, car la publicité est vitale pour son modèle économique. En revanche, des entreprises comme Mozilla et Apple, qui ne dépendent pas fortement des recettes publicitaires, ont pris des mesures plus décisives contre les cookies publicitaires.

    Source : Welt am Sonntag

    Et vous ?

    Que pensez-vous de la réglementation actuelle sur les cookies ? Est-elle efficace pour protéger vos données personnelles ?
    Préférez-vous accepter tous les cookies ou bloquer ceux qui ne sont pas indispensables ? Pourquoi ?
    Quels sont les avantages et les inconvénients des alternatives aux cookies proposées par Google et d’autres entreprises ?
    Faites-vous confiance aux grandes plateformes comme Meta, X et d’autres pour respecter un « engagement sur les cookies » volontaire ? Pourquoi ou pourquoi pas ?
    Comment voyez-vous l’avenir de la publicité en ligne et de la protection des données ? Quels sont les défis et les opportunités ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #202
    Membre chevronné Avatar de petitours
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement matériel électronique
    Inscrit en
    Février 2003
    Messages
    1 950
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 44
    Localisation : France, Savoie (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement matériel électronique
    Secteur : Industrie

    Informations forums :
    Inscription : Février 2003
    Messages : 1 950
    Points : 2 067
    Points
    2 067
    Par défaut
    Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
    Et vous ?

    Que pensez-vous de la réglementation actuelle sur les cookies ? Est-elle efficace pour protéger vos données personnelles ?
    Préférez-vous accepter tous les cookies ou bloquer ceux qui ne sont pas indispensables ? Pourquoi ?
    Le RGPD est une épée de damoclès destructrice pour toutes les petites boites et une blagounette joyeusement contournée par les grosses boites dont les juristes trouvent sans peine la faille. C'est donc une mauvaise chose.
    Le fenetre qui s'ouvre systématiquement avec la demande de consentement est une plaie d'ergonomie et 99% des utilisateurs, qui se moquent ou ne comprennent pas les enjeux, répondent en cliquant au plus vite sus oui. Perso je clique systématiquement sur oui parce que je suis persuadé que les malveillants font ce qu'ils ont à faire quand même et parce que la pub qui finance les sites est un modèle qui me va bien, surtout avec un bloqueur de pub pour ne pas la voir.

    Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
    Faites-vous confiance aux grandes plateformes comme Meta, X et d’autres pour respecter un « engagement sur les cookies » volontaire ? Pourquoi ou pourquoi pas ?
    Évidement que toutes les plateformes gratuites, qui font donc leurs milliards avec les données des utilisateurs ne respecte pas et ne respecteront jamais d'engagements.

    Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
    Comment voyez-vous l’avenir de la publicité en ligne et de la protection des données ? Quels sont les défis et les opportunités ?
    Je pense que le RGPD c'est du blabla ; ça ne sert à rien de demander approbation à l'utilisateur qui n'a pas la capacité matérielle ou technique de juger de quoi que ce soit.
    La réglementation devrait définir les usages des données qui sont illégaux et condamner fermement ceux qui exploitent les données dans ce but illicite. La préoccupation de ce qui est acceptable ou pas par l'utilisateur est à déterminer en amont par le politique dont c'est le rôle.
    Il y a 10 sortes de personnes dans le monde : ceux qui comprennent le binaire et les autres

  3. #203
    Futur Membre du Club
    Homme Profil pro
    Multi casquettes
    Inscrit en
    Avril 2018
    Messages
    15
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Rhône (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Multi casquettes
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Avril 2018
    Messages : 15
    Points : 6
    Points
    6
    Par défaut
    Pour se souvenir du choix pendant 1 an, il faudra soit laisser un cookie, soit enregistrer l'IP de la personne en BDD, et donc par là même enfreindre les règles de confidentialités imposées

    C'est le serpent qui se mord la queue
    Le mec qui a inventé ce système d'autorisation de cookie s'est bien fait plaisir mais a détruit l'ergonomie du web, et pour un résultat quasi nul à l'arrivée, sinon des complication à tous les niveaux (pour les créateur qui veulent suivre le trafi de leur site : c'est impossible, pour ceux qui veulent vérifier les mots clefs qui attirent le public, c'est impossible, pour ceux qui veulent offrir une expérience croisée entre plusieurs sites, c'est impossible

    bref, aucun bénéfice visible, et un paquet de problèmes bien réels !

  4. #204
    Membre éclairé Avatar de seedbarrett
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Décembre 2014
    Messages
    191
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 32
    Localisation : France, Hauts de Seine (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2014
    Messages : 191
    Points : 795
    Points
    795
    Par défaut
    Citation Envoyé par Xavdeb Voir le message
    Pour se souvenir du choix pendant 1 an, il faudra soit laisser un cookie, soit enregistrer l'IP de la personne en BDD, et donc par là même enfreindre les règles de confidentialités imposées
    Ou alors on peut être originaux, par exemple laisser un token dans le navigateur qui gère directement les cookies. Après tout il existe déjà des plug in pour automatiquement refuser (ou accepter) les cookies par défaut.

  5. #205
    Membre chevronné Avatar de petitours
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement matériel électronique
    Inscrit en
    Février 2003
    Messages
    1 950
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 44
    Localisation : France, Savoie (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement matériel électronique
    Secteur : Industrie

    Informations forums :
    Inscription : Février 2003
    Messages : 1 950
    Points : 2 067
    Points
    2 067
    Par défaut
    Citation Envoyé par Xavdeb Voir le message
    (pour les créateur qui veulent suivre le trafi de leur site : c'est impossible, pour ceux qui veulent vérifier les mots clefs qui attirent le public, c'est impossible, pour ceux qui veulent offrir une expérience croisée entre plusieurs sites, c'est impossible
    Sauf pour tous ceux qui le font joyeusement en ayant surement trouvé une belle règle juridique pour le faire sans inquiétude. Je pense à Facebook et tous les autres qui gagnent des milliards sur la base de l’échange de données utilisateur qui ont semble t-il ni stoppé ni ralenti leurs lucratives activités.
    Non, ce n'est pas qu'une gène le RGPD, ce n'est pas qu'un danger ed mort pour les petites boites, c'est aussi et surtout un truc totalement inutile contre le mal visé.
    Il y a 10 sortes de personnes dans le monde : ceux qui comprennent le binaire et les autres

  6. #206
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Traductrice Technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    1 152
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Traductrice Technique

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 1 152
    Points : 80 530
    Points
    80 530
    Par défaut RGPD : est-ce que ça vaut la peine ? Perceptions des travailleurs qui ont vécu sa mise en œuvre
    RGPD : est-ce que ça vaut la peine ? Comment le coût et les efforts nécessaires à la mise en œuvre du RGPD sont perçus par des travailleurs qui ont expérimenté la réglementation en tant que citoyens.

    Des chercheurs ont étudié comment le coût et les efforts nécessaires à la mise en œuvre du RGPD sont perçus par les travailleurs qui ont également connu les avantages de la réglementation en tant que citoyens. Est-ce que cela en vaut la peine ?

    Le règlement général sur la protection des données (RGPD) reste la référence en matière de réglementation sur la protection de la vie privée et la sécurité. Dans une étude en plusieurs étapes, ils ont sondé 273 puis 102 individus qui sont restés travailler dans les mêmes entreprises avant, pendant et après la mise en œuvre du RGPD. L'enquête révèle que les participants reconnaissent leurs droits lorsqu'ils y sont invités, mais qu'ils en savent peu sur leur régulateur. Ils ont observé des changements concrets dans les pratiques relatives aux données sur leur lieu de travail et apprécient les compromis. Ils sont rassurés par le fait que leurs données personnelles sont traitées avec autant de soin que les données des clients de leur employeur.

    De leurs côté, les employeurs qui se conforment au RGPD et l'exécutent considèrent qu'il est positif pour leur entreprise, positif pour la vie privée et qu'il ne s'agit pas d'une réglementation inutile et bureaucratique. C'est rare, car cela contredit le discours négatif habituel sur la réglementation. Les décideurs politiques pourraient souhaiter s'appuyer sur ce soutien public tant qu'il dure et prendre en compte les premiers retours d'un double groupe professionnel-consommateur similaire au fur et à mesure de l'évolution du RGPD.


    RGPD : Perceptions des travailleurs qui ont vécu sa mise en œuvre

    Les personnes qui étaient employées avant mai 2018 et qui sont toujours employées par la même organisation auront expérimenté l'impact du RGPD sur leur lieu de travail de première main. Elles le mettent en œuvre en tant qu'employés et en bénéficient en tant que consommateurs. La Commission européenne (CE) et des cabinets de services professionnels ont enquêté sur la connaissance qu'ont les consommateurs de leurs droits et les entreprises de leurs obligations. Dans le monde universitaire, des études sur la réactance et des études comparatives sur la sensibilisation à travers l'Europe ont été réalisées.

    Les chercheurs déclarent sur l'étude :

    L'objectif de cette étude est de comprendre la double perspective unique de ce groupe (employés-consommateurs). Le RGPD a été étudié à partir de multiples points de vue. Cela va des défis de mise en œuvre auxquels les entreprises sont confrontées aux problèmes d'application auxquels les autorités de protection des données (APD) sont confrontées, en passant par les réalités opérationnelles auxquelles les consommateurs sont confrontés.

    Contrairement aux études de perception précédentes qui se concentraient uniquement sur les consommateurs ou les professionnels des données, il s'agit de la première recherche empirique sur la manière dont ces personnes informées perçoivent le rapport coût-bénéfice de leurs droits en tant que consommateurs par rapport aux pressions qu'elles considèrent comme imposées à leur employeur pour soutenir ces droits. D'où notre question de recherche - RGPD : est-ce que ça vaut la peine ?
    Pour exercer leurs droits, les consommateurs doivent connaître, dans une certaine mesure, l'identité, le rôle et les pouvoirs de l'autorité de régulation. La Commission européenne et certaines autorités de protection des données ont mené des enquêtes sur la sensibilisation et la confiance des consommateurs, mais les chercheurs n'ont trouvé que peu d'éléments attestant de campagnes publicitaires systématiques.

    L'étude a vérifié si les citoyens informés savent qui est leur régulateur et ce qu'ils attendent de lui. La majeure partie de la couverture médiatique du RGPD, axée sur les entreprises, se concentre sur les violations de données et les amendes des régulateurs. Elle met l'accent sur les effets dissuasifs des sanctions prévues par le RGPD au détriment de toute incitation au changement ou à la hausse pour les entreprises.

    Nom : 1.jpg
Affichages : 4940
Taille : 55,5 Ko

    Les chercheurs commentent :

    Si l'objectif de la réglementation en matière de protection de la vie privée est le changement de comportement, il est difficile de le mesurer. Les données disponibles, telles que le nombre d'amendes, donnent une image très imparfaite et incomplète de la conformité au sein des entreprises. Au lieu de cela, nous testons quels changements induits par le RGPD ont été observés par nos répondants au sein de leur organisation et s'ils estiment que ces changements ont été nets-positifs.

    À la fin de l'enquête, après avoir amené nos répondants à considérer le RGPD sous de multiples angles, nous leur demandons s'ils estiment que le RGPD en a valu la peine. Leur réponse est importante car elle touche au cœur de la protection de la vie privée à l'ère numérique. Sans protection des données, les citoyens seront sans doute exposés à davantage de profilage, de surveillance et d'influence de masse de la part des annonceurs numériques et/ou de l'État.

    Nous constatons que le citoyen-consommateur informé adhère au RGPD, avec tous ses aspects positifs et négatifs. Cette constatation a d'importantes implications pour les décideurs politiques et les régulateurs, qui pourraient souhaiter apprendre à imiter ce soutien public et à s'en inspirer pour les futurs déploiements de la réglementation.
    Cette recherche a examiné la perception du RGPD par les personnes informées. Cet aspect est important, car il permet d'évaluer l'adhésion du public et d'apprendre ce qui fonctionne lorsqu'on envisage de nouvelles réglementations en matière de protection de la vie privée. Les résultats permettent de dégager plusieurs conclusions.

    Sensibilisation et connaissance élevées des consommateurs à l'égard du RGPD

    Les résultats révèlent une forte sensibilisation au RGPD parmi les participants, 93 % d'entre eux l'ayant reconnu dans l'enquête de la phase #2, ce qui représente une nette amélioration par rapport aux précédentes enquêtes de l'UE. Ces résultats correspondent à la littérature selon laquelle les gens apprennent le RGPD par les nouvelles, la formation de l'employeur et les avis de consentement aux cookies. Les départements tels que les RH, l'informatique, le marketing et le service juridique sont plus sensibilisés que les autres, peut-être en raison de l'impact plus important sur leur travail.

    Bien que les participants ne soient pas spontanément confiants quant à leurs droits en matière de RGPD, ils reconnaissent les droits des consommateurs lorsqu'on leur demande. Ils comprennent notamment le droit d'être informé et le droit de demander des copies des données. Ils sont moins confiants lorsqu'il s'agit de reconnaître des droits inventés de toutes pièces - enregistrant des scores d'incertitude élevés - mais il s'agit probablement de la bonne réaction. De même, bien que les participants ne soient pas spontanément confiants quant aux obligations de conformité au RGPD de leur employeur, ils ont obtenu des scores élevés dans l'ensemble, à l'exception de l'exemption relative à la sécurité nationale, qui n'est guère connue de tous.

    Nom : 5.jpg
Affichages : 952
Taille : 72,5 Ko

    Les répondants n'avaient pas d'opinion arrêtée

    L'enchaînement des questions a été conçu pour éviter tout biais avant de poser la question centrale de la recherche : "Le RGPD en vaut-il la peine ?" Au départ, les répondants étaient dans le flou en ce qui concerne le RGPD et son impact sur leur travail. Cependant, une fois qu'ils ont été invités à répondre à des questions spécifiques sur le RGPD, le régulateur et les répercussions observées au travail, ils ont terminé l'enquête avec une évaluation positive du RGPD.

    On peut supposer que les participants peuvent s'en tenir à des sentiments instinctifs imprécis s'ils ne sont pas invités à examiner les avantages et les inconvénients spécifiques du RGPD. Les futures enquêtes sur la protection des données pourraient améliorer la qualité des réponses en donnant aux participants l'espace nécessaire pour développer une opinion.

    Le RGPD a entraîné des changements

    Les résultats de l'enquête montrent que les gens ont constaté des changements au travail. Cela montre que le RGPD fonctionne. On peut être sûrs que les réponses sont "solides" car elles sont très similaires à celles qu'ils ont données aux mêmes questions deux mois auparavant lors de la phase 2 du projet pilote. En particulier, ils ont observé que les données à caractère personnel sont traitées avec plus de soin et ils ont reçu des formations régulières sur le risque d'amendes en cas d'utilisation abusive ou de violation des données. De manière plus générale, ils sont plus d'accord que de désaccord avec tous les changements observés. Le changement qui a reçu le score d'incertitude le plus élevé est "Mon entreprise collecte moins de données personnelles qu'auparavant", mais même dans ce cas, les personnes sont plus nombreuses à être d'accord qu'à être en désaccord.

    Les gens reconnaissent les avantages (amélioration de la sécurité des données) et les inconvénients (bureaucratie, temps, coût) de ces changements induits par le RGPD pour leurs employeurs et pour eux personnellement. Ce dernier point concernant la cybersécurité correspond à des recherches antérieures. Toutefois, ces résultats apportent une contribution originale à la manière dont les participants évaluent cette question. Pour leur employeur, les participants pensent qu'une meilleure sécurité de l'information signifie moins de risques d'amendes. On peut supposer qu'ils interprètent cela comme une meilleure sécurité de l'emploi pour eux-mêmes. Pour l'employé, une meilleure sécurité de l'information lui donne l'impression que ses propres données sont traitées avec plus de soin par son propre employeur. Les chercheurs pensent qu'on peut projeter cette attente sur d'autres entreprises.

    Nom : 3.jpg
Affichages : 946
Taille : 106,1 Ko

    Amélioration de la perception de la protection de la vie privée

    Les résultats montrent que les gens estiment que leur vie privée est meilleure depuis l'introduction du RGPD en 2018. Il s'agit d'un résultat important et positif, car les enquêtes empiriques comparatives sont rares. Les enquêtes de l'ICO portent sur les changements annuels des scores de confiance et de confiance plutôt que sur la vie privée en tant que telle. D'autres recherches sur la perception portent sur le contrôle, le choix et les perceptions du risque.

    Le profil de l'autorité de régulation n'a pas forcément d'importance

    Les résultats montrent que les gens ne connaissent pas très bien l'ICO en tant que consommateurs ou en tant qu'employés. Son nom n'est pas très connu. Cela dit, la notoriété de l'ICO s'est améliorée depuis l'enquête Eurobaromètre de l'UE en 2019. À l'époque, seuls 21 % des Britanniques connaissaient l'identité de l'ICO, alors qu'ils étaient 38 % à la reconnaître lors de la phase 2. Les gens pensent que son rôle est double - contrôler la conformité, y compris la sécurité des données et l'utilisation abusive des données, et infliger des amendes. Cela correspond à certains énoncés de mission de l'ICO.

    Les gens considèrent que l'ICO est davantage tourné vers l'entreprise et moins vers le consommateur. Cela n'a peut-être pas d'importance puisque l'ICO atteint ses objectifs en effectuant des contrôles par l'intermédiaire des entreprises. Si les personnes qui comptent, c'est-à-dire les DPD et les cadres supérieurs, plutôt que les employés ordinaires, sont au courant de l'existence de l'ICO, cela n'entravera peut-être pas son efficacité.

    Régulateur = exécutant

    Les attentes des citoyens en matière d'application de la loi sont complexes. Contrairement au spectre de l'exécutant et du conseiller décrit dans l'analyse documentaire, la population générale attend fermement de son régulateur qu'il soit un défenseur agressif de ses droits, axé sur la conformité, plutôt qu'un conseiller, axé sur le conseil, pour elle et son employeur. Ils considèrent que le régulateur est là pour punir et infliger des amendes aux entreprises qui ne respectent pas les règles. Cependant, la moitié d'entre eux ne se souviennent pas d'une entreprise ayant été condamnée à une amende. La moitié d'entre eux ne se souvient pas des noms des coupables.

    Quelle est donc l'importance réelle des amendes dans leur perception de l'autorité de régulation et de la réglementation ? L'analyse de régression suggère que les gens sont plus susceptibles de croire que les entreprises ont peur des amendes du RGPD s'ils estiment que la protection de la vie privée s'est améliorée parce qu'ils ont observé des changements chez leur propre employeur et qu'ils sont conscients des obligations de conformité des entreprises.

    Nom : 4.jpg
Affichages : 939
Taille : 64,5 Ko

    Le RGPD en vaut la peine si...

    L'analyse de régression suggère que les modèles mentaux suivants sont en jeu : Les gens pensent que le RGPD en vaut la peine parce qu'ils estiment que leur vie privée est meilleure depuis l'introduction du RGPD. Les gens sont plus susceptibles de dire cela s'ils sont sûrs de connaître leurs droits en tant que consommateurs, s'ils connaissent les pouvoirs de l'autorité de régulation et s'ils ont observé directement le mélange de changements positifs et négatifs au travail.

    Les gens sont plus susceptibles de penser que le RGPD est bon pour leur entreprise et pas trop de tracas s'ils ont vu plus de changements positifs et moins de changements négatifs à l'œuvre et, curieusement, ne sont pas trop au courant du rôle du régulateur et des obligations de conformité. Il s'agit en quelque sorte d'une situation "boucles d'or" : ils voient plus de changements positifs que négatifs et ne considèrent pas le régulateur comme trop puissant ou trop exigeant.

    Implications de l'étude

    Les chercheurs examinent les implications de ces conclusions aux niveaux théorique, managérial et des décideurs politiques/régulateurs :

    Sur le plan théorique, nous nous interrogeons sur la durabilité des changements inspirés par le RGPD observés dans cette étude. Y aura-t-il un déclin de la conformité au fil du temps, compte tenu de la concurrence des nouvelles réglementations pour attirer l'attention des entreprises ? Le RGPD a bénéficié d'une publicité massive lors de son lancement, mais c'était il y a cinq ans. Il y a des raisons d'espérer. Des expériences récentes suggèrent que la réglementation européenne sur les données renforce souvent la conformité dans d'autres domaines, ce qui pourrait atténuer le déclin. En outre, de nouvelles réglementations sur la protection des données à l'étranger, inspirées par le RGPD, pourraient revigorer sa pertinence.

    Au niveau managérial, notre recherche suggère qu'une sensibilisation constante et une formation aux connaissances du RGPD peuvent avoir des effets imprévus. Les attentes accrues des employés à l'égard de pratiques élevées en matière d'hygiène des données de la part de leurs employeurs peuvent pousser les entreprises à promouvoir leurs références au RGPD afin de rassurer le personnel et les clients et de favoriser la confiance dans leur marque.

    Notre étude nous incite également à réfléchir au positionnement optimal d'une autorité de régulation. Si l'ICO se concentre principalement sur la conformité des entreprises plutôt que sur la protection des consommateurs, cela a des implications pour les décideurs politiques. Par exemple, le gouvernement britannique devrait-il demander à l'ICO d'infliger davantage d'amendes pour renforcer leur effet dissuasif sur les entreprises ?

    La perception positive du RGPD parmi ceux qui s'y conforment et le mettent en œuvre suggère des enseignements précieux pour l'élaboration des politiques futures. L'intégration d'un retour d'information précoce et l'adhésion d'un double échantillon de professionnels et de consommateurs pourraient améliorer l'élaboration de nouvelles réglementations dans ce domaine.
    Nom : 2.jpg
Affichages : 961
Taille : 77,4 Ko

    Limites et travaux futurs

    Bien que le RGPD du Royaume-Uni soit pratiquement identique à celui de l'UE, les conclusions tirées d'un échantillon uniquement britannique peuvent ne pas être applicables à d'autres pays de l'UE, en particulier en ce qui concerne les résultats spécifiques aux régulateurs en raison des différences de compétences et de ressources des régulateurs nationaux. De plus, il est possible que des entreprises aient répondu plusieurs fois à l'enquête.

    En élargissant la taille de l'échantillon, les travaux futurs pourraient étudier si les opinions des participants sont influencées ou différentes en fonction de leur secteur d'activité ou de l'autorité de régulation de leur pays. Juste avant la soumission, l'ICO a publié une enquête avec un échantillon plus important que le nôtre, ce qui corrobore nos résultats en ce qui concerne des questions comparables. Une autre piste de recherche consisterait à étudier comment les nouvelles réglementations complémentaires relatives aux données se renforcent mutuellement et influencent les perceptions des consommateurs.

    Conclusion

    Au Royaume-Uni, la sensibilisation au RGPD est élevée et les consommateurs comprennent leurs droits. Ils perçoivent une amélioration de la protection des données et du contrôle des données personnelles depuis l'introduction du RGPD. Bien que l'identité du régulateur soit moins connue, les participants à l'étude reconnaissent son rôle dans le respect des droits et l'imposition d'amendes. Cela pourrait devenir un point d'insatisfaction à long terme, car les participants ont eu du mal à se souvenir des entreprises qui avaient effectivement été condamnées à des amendes.

    Il est intéressant de noter que les employés considèrent le RGPD comme une bonne chose pour leur entreprise, car il protège les données des clients et leurs données personnelles. Bien qu'ils reconnaissent les frais généraux (personnes, processus et techniques), ils estiment que le RGPD clarifie les exigences de conformité imposées à leur employeur et ce qu'il doit faire pour éviter de se voir infliger une amende. Ils sont conscients que leur employeur (et, par extension, les autres entreprises) doit être plus consciencieux dans le traitement et la sécurisation des données à caractère personnel.

    En résumé, bien que le RGPD puisse être considéré comme une imposition, les participants pensent toujours qu'il en vaut la peine. Ces observations ont des implications importantes pour les décideurs politiques et les régulateurs qui pourraient souhaiter s'inspirer de ce soutien public pour les futurs déploiements de réglementations.

    Source : "GDPR: Is it worth it? Perceptions of workers who have experienced its implementation"

    Pour plus d'information sur les grandes lignes du RGPD, voici un guide pratique. Il vous présentera les aspects concernant le développement : RGPD : Un guide pratique pour les développeurs

    Et vous ?

    Pensez-vous que cette étude est crédible ou pertinente ?
    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi :

    74% des experts affirment que les autorités chargées de la protection des données trouveraient des "violations du RGPD" dans les entreprises si elles les examinaient, selon Noyb

    L'Union européenne se prépare à corriger le RGPD en améliorant la façon dont il est appliqué. Un texte est attendu avant cet été, selon une page récemment publiée sur son site Web

    5 ans après, 15 experts du stockage des données se prononcent sur le RGPD : le RGPD a-t-il été un succès, un échec ou quelque chose entre les deux ? Le RGPD a-t-il atteint les objectifs fixés ?

    Le bilan du RGPD un an après, près de 145 000 plaintes et questions ont été enregistrées auprès des autorités responsables
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

Discussions similaires

  1. Réponses: 0
    Dernier message: 21/09/2017, 02h50
  2. Réponses: 29
    Dernier message: 18/02/2016, 15h16
  3. erreur sur l'insertion des commentaires dans excel
    Par fulgaro dans le forum Excel
    Réponses: 1
    Dernier message: 19/02/2007, 08h09
  4. question sur le rafraichissement des données dans la base
    Par vbcasimir dans le forum Bases de données
    Réponses: 8
    Dernier message: 06/06/2005, 12h44

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo