Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #61
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par Mrsky Voir le message
    Tu te rends bien compte qu'il n'y a que en France où on te demande un certain diplôme après des années d'expérience? La VAE est uniquement intéressante car on navigue dans ce système du diplôme > compétences. Dans tous les autres pays ça marche par références, un coup de fil aux 1-2 précédents employeurs et ça règle le problème des charlatans.
    L'inconvénient de ce système, dans les pays Anglo-Saxons, est qu'il donne un pouvoir énorme à tes ex-patrons pour te nuire. Même si le patron te traite comme une sous-merde tu as tout intérêt à le caresser dans le sens du poil, sinon adieu ta référence (ou pire, il en fait une négative). Je connais des gens qui se sont fait torpiller par références juste parce que leur patron ne voulait pas qu'ils partent (et bien sûr, ne voulait pas les augmenter non plus).

  2. #62
    Rédacteur

    Tu te rends bien compte qu'il n'y a que en France où on te demande un certain diplôme après des années d'expérience?
    Ca n'est pas parce que l'on peut tomber sur des personnes exceptionnelles non diplômées (ça existe j'en ai rencontré deux ou trois parmi des centaines de personnes cotoyées) et aussi qu'on tombe sur des gens incompétents diplômés (ça arrive aussi) que les diplômes ne servent à rien. Les diplômes et l'expérience sont des indicateurs complémentaires et sont parfois tout deux insuffisants et doivent être complétés par d'autres choses (objectifs annuels, périodes d'essai, etc).

    On peut aussi avoir 20 ans d'expérience passé à être couvert par ses collègues dans des structures tellement grosses qui disfonctionnenent dans l'analyse efficace des performances individuelles (et elles sont très nombreuses).

    Aux USA c'est plus facile d'être moins exigent sur les diplômes et de prendre plus de risques pour tomber sur des profils d'exceptions vu que derrière on peut te virer du jour au landemain si t'es un profil un peu moins performant. C'est donc plus facile de tomber sur les 2% de profils exceptionnels non diplômés ainsi

  3. #63
    Membre expérimenté
    Citation Envoyé par Mister Nono Voir le message
    Les diplômes sont présents dans des pays du monde entier. Il y en a même qui viennent passer les diplômes en France.

    C'est quand même pénible les gens qui n'ont pas de diplôme qui crient haut et fort que les diplômes ne servent à rien.

    Mais si t'es bon, la VAE ne sera qu'une formalité : il faut juste le prouver...

    A+
    Tu réagis sur la moitié de mon commentaire qui t'arranges, je ne dis pas que les diplômes sont inutiles mais que après des années d'expérience ça ne devrait plus être le point central d'une candidature. Comme le dit ok.Idriss, le diplôme est un indicateur, qui a mon sens a beaucoup de valeur tôt dans une carrière et de moins en moins au fil des années. J'ai d'ailleurs un diplôme, juste pas en informatique (Master finance, on peut causer marchés financiers ou contrôle de gestion si tu veux ).

    Pour les dysfonctionnements cités je suis d'accord ils sont réels, surtout la pression du boss. Le charlatant qui a 20 ans de boites et des bonnes recommandations qu'il ai un diplôme ou non ne change pas la donne.

    Encore une fois, je ne dis pas que les diplômes sont inutiles, si j'avais un gamin qui voulait faire de l'info je le pousserais dans les voies universitaires/écoles. Je dis simplement que quand ton parcours professionnel est significatif par rapport au poste brigué, exiger un diplôme n'es pas nécessaire.

  4. #64
    Membre confirmé
    Citation Envoyé par mister3957 Voir le message
    On les a déjà sur le territoire les talents.. C'est juste qu'à force de les payer comme des merdes, ils se comportent comme des merdes (ils sont pas cons, ce sont des talents quand même).
    ce que tu décris avec l'absence de reconnaissance est bien connu, certains employeurs ont malheureusement tendance à affirmer (croire?) que l'absence de reconnaissance *salariale * est sans incidence sur leurs troupes...

    Pourquoi personne ne dit combien il gagne : https://www.psychologies.com/Travail...mbien-il-gagne

    Évoquer le montant de son salaire est monnaie courante aux États-Unis, pas du tout chez nous. Peur de susciter des jalousies? Crainte d’être réduit à ce que nous gagnons? Une certitude : ce que nous touchons nous touche.


    Les effets de la reconnaissance sur les individus : http://cgsst.com/les-effets-de-la-re...les-individus/

    Plus de motivation et de satisfaction!
    Bourcier et Palobart (1997) mettent en évidence le caractère essentiel de la reconnaissance en milieu de travail en tant que source de motivation et de satisfaction. Lorsque le salarié considère qu’il possède une place au sein de l’organisation et que sa contribution est appréciée à sa juste valeur, il est plus enclin à s’engager dans son travail et à se motiver pour se surpasser d’un point de vue professionnel. Il importe de préciser que la motivation constitue en quelque sorte un moteur de l’action, elle détermine les conduites de travail. La reconnaissance consolide également le sentiment de compétence et entraîne une certaine satisfaction de la part des membres de l’organisation. En contribuant à la satisfaction et à la motivation au travail, elle influence positivement la productivité et la performance des organisations.

    La santé mentale
    Le travail peut entraîner des conséquences directes et diverses sur la santé psychologique des travailleurs. Il est pertinent de préciser que la santé mentale au travail fait référence au sentiment de bien-être ou de mal-être psychologique, physique et émotionnel que les travailleurs ressentent par rapport au travail. Selon une étude réalisée par la Chaire en gestion de la santé et de la sécurité du travail de l’Université Laval, le niveau de détresse psychologique des travailleurs oeuvrant en milieu hospitalier, universitaire, forestier et de l’industrie métallurgique est de 43 %, soit plus du double que le taux établi pour l’ensemble de la population québécoise (20 %) (Brun & al., 2002). Parmi les facteurs cités comme causes de cette détresse, le manque de reconnaissance au travail arrive en deuxième position, juste après la surcharge de travail. Bref, l’absence de reconnaissance au travail peut être considérée comme un des facteurs de risque le plus fortement associé à la détresse psychologique élevée au travail.

###raw>template_hook.ano_emploi###