Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #181
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par rawsrc Voir le message
    Y'a pas si longtemps, l'ESA a dû déplacer la station internationale pour quitter sa trajectoire et éviter une collision avec un de leur engin, car en face aucune réponse ! Non mais où va t'on avec ces conneries ?
    C'était un satellite d'observation de la Terre, faut pas exagérer non plus.

    Même si je suis d'accord avec le reste du message^^

  2. #182
    Expert éminent sénior
    Citation Envoyé par DevTroglodyte Voir le message
    C'était un satellite d'observation de la Terre, faut pas exagérer non plus.

    Même si je suis d'accord avec le reste du message^^
    Ce n'est pas une volonté d'exagérer, mais que cela soit un satellite ou l'ISS, même combat. C'est devenu un tel bordel là-haut...
    Officiellement, l'ESA a effectué un total de 28 manœuvres d'évitement rien que sur l'année 2018 !

  3. #183
    Membre régulier
    Quand on sait que les orbites sont déjà bien saturées et polluées, est-il logique d'encore laisser le premier milliardaire mégalo y déployer des milliers de ses jouets ?
    A quand une rationnalisation de tout ça pour ne pas mettre en orbite des constellations rendant le même service : cfr Galileo qui coute un bras aux contribuables européens.

  4. #184
    Membre averti
    Travaillent-ils aussi sur un nouveau frimware pour que leur boss ne traite plus personne de pédo (rires) ?!

  5. #185
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par phil995511 Voir le message
    pédo
    C'est une expression d'Afrique du Sud :
    Elon Musk gagne son procès en diffamation contre un scientifique qu'il avait qualifié de 'pedo'
    Les avocats de Vernon Unsworth ont fait valoir que le terme "pedo" ("pedo guy" en version originale) était largement interprété comme signifiant qu'Elon Musk suggérait que le plongeur était un pédophile. Le patron de Tesla et SpaceX a rejeté cette affirmation, affirmant que cette phrase était une expression courante en Afrique du Sud, d'où il est originaire. L'affaire a mis en évidence les conséquences potentielles des commentaires publics émanant d'un personnage de premier plan comme Elon Musk et les effets que ces déclarations peuvent avoir sur un simple citoyen qui l'a apostrophé.
    Citation Envoyé par iclo Voir le message
    A quand une rationnalisation de tout ça
    Peut-être qu'un jour il y a des réglementations dans le droit de l'espace pour limiter le nombre de satellites en orbite.

    Les autorités US ont données l'autorisation :
    SpaceX autorisée à placer 12 ;000 satellites en orbite

    Droit de l'espace - Les principes fondamentaux - Le principe de la liberté d'exploration et d'utilisation
    Le principe de liberté d'exploration et d'utilisation de l'espace établi à l'article 1 du traité de 1967, ne bénéficie qu'aux États. Les entités privées ne peuvent utiliser librement l'espace qu'à la condition d'y avoir été autorisées par leur État de rattachement (article VI du traité de 1967).

    Selon ce principe, dont certains auteurs estiment qu'il est devenu règle de droit international coutumier, aucun État ne peut se voir imposer des restrictions ou des conditions par un autre État pour explorer et utiliser l'espace conformément au droit international. Ce principe est souvent mis en avant par les États qui souhaitent utiliser l'Espace comme source d'informations stratégiques sur les activités d'États tiers. Ainsi, le survol du territoire d'un État par un satellite de reconnaissance est, en principe, libre.

    L'exercice de ce principe va souvent de pair avec la question de la définition et/ou de la délimitation de l'espace extra-atmosphérique par rapport à l'espace aérien qui est, lui, susceptible d'être soumis à une juridiction nationale. L'absence de délimitation en droit international est utilisée comme argument par les partisans de la conception fonctionnelle du droit des activités spatiales. Selon cette conception, peu importe le milieu dans lequel l'objet spatial évolue, ce sont ses caractéristiques techniques et sa finalité qui entrent en ligne de compte pour déterminer si l'on a affaire à des activités spatiales ou non. Mais avec l'apparition d'objets mixtes cette approche a perdu de sa pertinence.

    Pour l'heure, il existe un consensus tacite sur le fait que la limite entre l'air contraint et l'espace libre se situe aux environs de l'orbite la plus basse à laquelle un objet peut rester satellisé autour de la terre. La liberté s'exercerait donc à partir de l'altitude de 100 km à 110 km. Mais entre l'orbite la plus basse et l'altitude la plus haute à laquelle peut voler un aéronef, existe une zone grise indéterminée.
    Keith Flint 1969 - 2019

  6. #186
    Expert éminent sénior
    Citation Envoyé par rawsrc Voir le message
    (.../...)
    Sincèrement, cette boîte donne l'impression de lancer des tas de projets sans vraiment réfléchir à toutes les conséquences.(.../...)
    C'est l'ensemble du monde du business qui est comme ça, mais eux, c'est particulièrement marquant. C'est comme leur projets de tunnels soi-disants révolutionnaires : en fait, la capacité est absolument pourrie, le business model, c'est de faire raquer quelques superriches, tout en prenant la place qui empêchera la ville de construire les vrais tunnels(hautement capacitaires, que ce soit par route ou rail) dont elle a besoin pour faire du transport de masse. Ou encore leur voiture qu'ils veulent soudain produire en masse...mais qui n'a pas été conçue pour de la production de masse(et ils ont été assez naifs pour croire qu'il suffirait de remplacer un chassis en alu par un chassis en acier pour résoudre ce problème. Mouarf!!! Les vrais constructeurs automobiles en rigolent encore).

    Bon, leur modèle de fusée Falcon est pas mal, hein, ils ont fait du bon boulot là-dessus, et la Tesla, comme bagnole de niche, c'est au dessus de la moyenne(et encore, faut pas regarder les finitions). En dehors de ça, c'est de la belle ouate de phoque, quand tu regardes dans la globalité.
    Les 4 règles d'airain du développement informatique sont, d'après Michael C. Kasten :
    1)on ne peut pas établir un chiffrage tant qu'on a pas finalisé la conception
    2)on ne peut pas finaliser la conception tant qu'on a pas complètement compris toutes les exigences
    3)le temps de comprendre toutes les exigences, le projet est terminé
    4)le temps de terminer le projet, les exigences ont changé
    Et le serment de non-allégiance :
    Je promets de n’exclure aucune idée sur la base de sa source mais de donner toute la considération nécessaire aux idées de toutes les écoles ou lignes de pensées afin de trouver celle qui est la mieux adaptée à une situation donnée.

  7. #187
    Chroniqueur Actualités

    SpaceX lance 60 autres satellites dans le cadre de son projet Starlink portant la flotte de satellites à 180
    SpaceX lance 60 autres satellites dans le cadre de son projet Starlink, portant la flotte de satellites à 180,
    et devient le plus grand opérateur de satellites au monde

    SpaceX a annoncé l’année dernière son intention de fournir Internet haut débit depuis l’espace en créant la mission Starlink. L’entreprise a lancé à chaque fois une flotte de soixante satellites depuis le début de la mission, avec un premier lancement au mois de mai et un second lancement au mois de novembre 2019. Le troisième lancement, composé aussi de 60 nouveaux satellites, a eu lieu dans la nuit d’hier à aujourd’hui depuis le complexe de lancement 40 de Cap Canaveral, en Floride. Cela a été diffusé en direct sur le site officiel et la chaîne YouTube de SpaceX.

    SpaceX continue de lancer sa constellation de satellites en réseau, connue sous le nom de Starlink. L'objectif de Starlink est de créer un réseau qui aidera à fournir des services Internet à ceux qui ne sont pas encore connectés, et de fournir un Internet fiable et abordable dans le monde entier. Ainsi, SpaceX a lancé hier à bord de la fusée Falcon 9 les 60 satellites de la troisième flotte. Si tout s’est bien passé, la mission Starlink devrait désormais contenir une flotte de 180 satellites en orbite. SpaceX prévoit de lancer à terme environ 12 000 satellites.

    Ces satellites ont une structure compacte à écran plat pour fournir un service Internet mondial. Chaque vaisseau spatial ne pèse que 575 livres (260 kilogrammes). Toutefois, après le lancement du premier lot de 60 satellites Starlink en mai et du second en novembre dernier, de nombreux astronomes se sont plaints de la brillante chaîne de satellites qui entravait leurs observations. Pour y remédier, SpaceX a mis au point un traitement d'assombrissement dans le but de réduire la réflectivité. Le revêtement est actuellement testé sur l'un des satellites nouvellement lancés.


    Jeff Hall, directeur de l'observatoire Lowell à Flagstaff en Arizona, a déclaré que jusqu'à présent les satellites Starlink n'ont été qu'un problème occasionnel. Cependant, il a aussi expliqué que le risque d'observation des étoiles augmentera à mesure que la constellation s'élargira et que d'autres sociétés lanceront leurs propres flottes. Télésat et LeoSat Enterprises du Canada seraient également sur le coup. Hall dirige le comité de l'American Astronomical Society sur la pollution lumineuse, les débris spatiaux et les interférences radio, et il collabore avec SpaceX sur cette question.

    Selon certaines sources, la question est d'ailleurs à l'ordre du jour de la conférence de la société à Hawaï cette semaine. « Tout ce qui obscurcit les satellites est un pas dans la bonne direction », a déclaré Hall dans un courriel lundi. Selon lui, il est trop tôt pour savoir si le revêtement sombre développé par SpaceX fonctionnera, mais c'est certainement juste une première étape et pas assez pour atténuer les problèmes que l'astronomie va rencontrer avec les satellites Starlink. Cette question va-t-elle ralentir le projet de fourniture d’Internet depuis l’espace d’Elon Musk ?

    En effet, les satellites Starlink sont initialement placés sur une orbite relativement basse (180 miles, environ 290 kilomètres), facilement visible comme un long amas allongé paradant dans le ciel nocturne. Quelques mois après, des propulseurs à krypton élèvent les satellites sur une orbite de 340 milles (environ 550 kilomètres). Selon SpaceX, plus l'orbite est haute, moins les satellites sont visibles depuis le sol. De même, SpaceX a dit qu'il fournit aux groupes d'astronomie les coordonnées des satellites à l'avance, afin qu'ils puissent éviter les temps de survol lumineux.

    Selon certaines sources, avec ce troisième lancement qui porte la flotte de satellites Starlink à 180, SpaceX est devenu l'entreprise comptant le plus grand nombre de satellites en orbite au monde. De plus, la société prévoirait 20 autres lancements Starlink pour le compte de cette année. Cela dit, le problème de réflexion risque de devenir plus crucial dans les prochains mois, car d’autres entreprises se préparent également à lancer leur propre constellation de satellites. Parmi les autres, citons Amazon et OneWeb de Jeff Bezos. SpaceX pourrait entrer en service plus tard cette année dans le Nord des États-Unis et au Canada, puis s'étendre aux régions les plus peuplées du monde après 24 lancements.

    Sources : SpaceX, Kennedy Space Center

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi

    Les 60 premiers satellites de Starlink, le projet d'Elon Musk pour fournir Internet depuis l'espace, sont lancés en orbite après deux tentatives

    SpaceX lance 60 autres satellites Starlink tout en établissant deux records de réutilisation de fusées, l'entreprise a connu 50 lancements consécutifs réussis

    La flottille de 60 satellites de SpaceX est visible dans le ciel nocturne et cela inquiète les astronomes

    SpaceX annonce qu'il déploiera le haut débit par satellite à travers les États-Unis plus rapidement que prévu et demande le feu vert des autorités

    SpaceX veut apporter aux consommateurs du monde entier une connexion Internet haut débit qui n'est pas chère. Baptisé Starlink, ce projet pourrait modifier le paysage de l'industrie des télécoms
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  8. #188
    Membre averti
    très belle initiative, surtout pour nous autres qui sommes dans le trou du cul du monde .
    ça va bousluler un peu le marché

  9. #189
    Membre éprouvé
    J'ai peur pour la pollution de l'espace. Je me demande le poids, l'impact des individus comme Jeff Hall.

  10. #190
    Membre habitué
    Non! Ce ne sont pas des satellites ce sont des mines qui feront barrage en cas d'attaque ALIEN !

    Mais non, je ne suis pas parano !

  11. #191
    Membre régulier
    J'attends cette nouvelle concurrence pour les cablo-opérateurs belges qui tarifient 3x plus cher qu'en France pour un service similaire…
    Ils se font des c}*´`@es| en or sur notre dos...

  12. #192
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par henryII Voir le message
    les cablo-opérateurs belges qui tarifient 3x plus cher qu'en France pour un service similaire…
    Les Français peuvent remercier Free.
    D'abord il y a eu la Freebox : internet illimité + téléphone illimité + TV illimité pour 30€/mois.
    Puis il y a eu Free Mobile : appelle illimité + sms illimité + données illimité pour 20€/mois (16€ si t'as une freebox), et il y aussi un forfait à 2€ qui n'est pas trop mal.

    Les opérateurs ont tendance à se mettre d'accord pour maintenir des prix élevés :
    Affaire de l'entente entre trois opérateurs de téléphonie mobile en France

    Les gars d'AOL n'ont pas été content de voir la Freebox arriver en 2002 :


    Mobiles : l'arrivée de Free a cassé les prix en 2012
    Selon l'Arcep, les prix des services mobiles ont baissé de 11,4% en 2012. Une chute qui s'explique en partie par l'arrivée de Free sur le marché.
    Maintenant les opérateurs n'ont plus de boutique et les centres d'appelles sont en dehors de France, mais on paie moins cher nos abonnement.
    Keith Flint 1969 - 2019

  13. #193
    Chroniqueur Actualités

    SpaceX teste un satellite noir pour réduire la menace de la "mégaconstellation" pour l'astronomie
    SpaceX teste un satellite noir pour réduire la menace de la "mégaconstellation" pour l'astronomie,
    Pendant que les astronomes se penchent sur le problème

    L'entreprise aérospatiale SpaceX a lancé trois lots de satellites Starlink, pour un total d'environ 180 satellites à ce jour. Le dernier lot a été lancé le lundi 6 janvier et les deux lots précédents avaient été lancés en mai et en novembre de l'année dernière. Ils sont plus évidents dans le ciel nocturne immédiatement après le lancement, avant qu'ils n'augmentent leurs orbites à des altitudes plus élevées où ils sont plus éloignés et semblent plus faibles. Toute la menace des mégaconstellations pour l’astronomie n’a pas encore été définitivement évaluée, mais les astronomes se sont plaints des traînées de lumière sur leurs images depuis le premier lancement de ces satellites. Toutefois, l'entreprise a décidé de trouver une solution au problème en envoyant sur le dernier lancement un satellite assombri expérimentalement.

    Le satellite appelé DarkSat, lancé avec un "traitement expérimental d'obscurcissement", vise à réduire la luminosité de la mégaconstellation de satellites, dont les scientifiques craignent qu'elles n'interfèrent avec les observations astronomiques. Par ailleurs, d’autres entreprises s’apprêtent à lancer leur propre constellation de satellites, dont Télésat et LeoSat Enterprises du Canada, Amazon et OneWeb de Jeff Bezos. Par conséquent, d'ici quelques années, des dizaines de milliers de nouveaux satellites pourraient s'envoler au-dessus de nos têtes, et les traînées de lumière causées par leur réflexion pourraient dégrader les images astronomiques.


    Le mercredi d’après le lancement de la troisième flotte de satellites, des milliers d'astronomes se sont rassemblés à Honolulu à Hawaï pour une réunion annuelle de l'American Astronomical Society (AAS), a rapporté Alexandra Witze dans le journal scientifique Nature. Lors de la réunion, ces scientifiques ont discuté de l’impact potentiel des satellites sur divers télescopes, et de ce qui pourrait être fait à leur sujet. « L'année 2020 est l'occasion de déterminer ce qui permet de réduire cet impact », a déclaré Jeffrey Hall, directeur de l'observatoire Lowell à Flagstaff (Arizona) et président du comité de la société sur la pollution lumineuse. Les astronomes ont, par ailleurs, exprimé leurs inquiétudes sur la façon dont la pollution lumineuse pourrait entraver leur capacité à faire de la recherche, depuis des mois.

    Mais l’entreprise d’Elon Musk dit être déterminée à résoudre ce problème. Patricia Cooper, vice-présidente de SpaceX chargée des affaires gouvernementales relatives aux satellites, a déclaré lors d'une séance de la réunion sur l'astronomie que « SpaceX est absolument déterminé à trouver une solution pour que notre projet Starlink n'entrave pas la valeur des recherches que vous entreprenez tous ». Notons que jusqu'à présent, l'une des mesures prises par SpaceX a été d'essayer d'assombrir l'un des satellites. « Sur ce vol, SpaceX teste également un traitement expérimental d'assombrissement sur un des satellites afin de réduire davantage l'albédo du corps des satellites », a déclaré SpaceX lors d’un communiqué de presse.

    Plusieurs facteurs contribuent à la luminosité des satellites, dont la constellation s'agrandit

    De nombreux astronomes ont paniqué en mai, peu après le lancement par SpaceX du premier lot de 60 satellites Starlinks et les télescopes ont commencé à photographier leurs traînées de lumineuses. Leur luminosité a été une surprise, a dit Patrick Seitzer, un astronome de l'Université de Ann Arbor au Michigan. « Les nouvelles mégaconstellations qui seront mises en service pourraient être plus lumineuses que 99 % de tout ce qui se trouve en orbite terrestre, et c'est de là que vient l'inquiétude », a-t-il dit.

    Lors de la réunion du 8 janvier, les astronomes, qui se sont entretenus avec des représentants de SpaceX, ont dit que plusieurs facteurs contribuent à l’étonnante luminosité des satellites. Selon SpaceX, la position des panneaux solaires pourrait y être pour quelque chose. En effet, la position temporaire des panneaux des satellites avant la montée en orbite pourrait les faire réfléchir davantage la lumière du soleil. La vitesse à laquelle un satellite se déplace à travers le champ de vision d'un télescope est également importante – plus il se déplace lentement, plus la luminosité s'accumule par pixel d'image, a rapporté Witze.

    Selon le rapport, les calculs suggèrent que les traînées Starlink interféreront avec l'astronomie de façon plus significative durant les heures entourant le crépuscule et l'aube. C'est un problème particulier pour les observations qui doivent être faites au crépuscule, comme la recherche de certains astéroïdes proches de la Terre. Et pendant les courtes nuits d'été, les traces des satellites pourraient être visibles toute la nuit.


    Selon les astronomes du Comité de l'AAS sur la pollution lumineuse, les interférences radio et les débris spatiaux, il y avait environ 200 objets en orbite autour de la Terre qui pouvaient être vus à l'œil nu avant le lancement du projet Starlink. Les satellites Starlink lancés jusqu'à présent ont à peu près doublé ce nombre, et SpaceX prévoit que 1 584 de ces satellites seront en orbite d'ici la fin de 2020. La constellation de satellites fournira l'Internet à large bande à un plus grand nombre de personnes dans le monde entier, a dit la société.

    Selon Patrick Seitzer, ce nombre de satellites serait gérable. Mais « ce n'est qu'un début », a-t-il déclaré lors de la conférence de presse. SpaceX prévoit de lancer 10 ou 20 fois plus de satellites Starlink à terme, a-t-il dit. Selon le comité, ces satellites sont particulièrement préoccupants pour les observatoires qui effectuent de grandes études du ciel, comme le futur observatoire Vera C. Rubin (anciennement appelé Large Synoptic Survey Telescope). Il captera beaucoup de ces satellites perturbateurs dans ses images, lorsqu'il commencera à fonctionner en 2022.

    L'assombrissement des satellites ne résoudra pas à lui seul le problème, d’après l’un des astronomes

    Lors d'une conférence de presse tenue mercredi pendant la réunion sur astronomie, les astronomes du comité ont partagé ce qu'ils ont appris sur les plans de SpaceX et sur son nouveau satellite assombri grâce à une série de conversations au cours des derniers mois. Selon Jeffrey Hall, l'assombrissement des satellites ne résoudra pas à lui seul le problème, cependant. Le simple fait de peindre le corps des satellites d'une couleur plus foncée ferait que les satellites absorbent plus de chaleur pour la diffuser sous forme de lumière infrarouge.

    Selon l’astronome, si la lumière infrarouge n'est pas visible pour les humains, c'est l'une des nombreuses sortes de lumière que les astronomes utilisent pour étudier le ciel. Le simple fait d'assombrir les satellites pourrait réduire la pollution lumineuse dans la lumière visible tout en augmentant la pollution dans l'infrarouge, a expliqué Hall.

    Selon le rapport publié dans Nature, l’équipe de Tony Tyson, physicien à l'Université de Californie, à Davis, et scientifique en chef de l'Observatoire Vera C. Rubin, serait en train de travailler à la mise au point d'éventuels correctifs logiciels pour les traînées de satellite prévues, comme des moyens d'effacer électroniquement les traces et autres défauts qu'elles induisent dans les images astronomiques. Mais « il nous reste encore toute la complexité de la suppression de tous ces éléments et de toutes ces erreurs systématiques », a dit Tyson.

    Selon Tyson, si les opérateurs de télescope savent précisément où chaque satellite apparaîtra et à quelle heure, ils peuvent faire pivoter le télescope pour pointer vers une autre partie du ciel où il n'y a pas de satellite. C'est possible s'il y a 1 000 satellites, mais pas s'il y en a des dizaines de milliers, car le télescope perd tellement de temps à manœuvrer que « c'est sans espoir », a-t-il ajouté.

    L'obscurcissement est donc une première tentative de résoudre le problème. Avec DarkSat, les ingénieurs de SpaceX ont peint sur le satellite des surfaces qui diffusent ou réfléchissent la lumière de façon diffuse, a dit Cooper. Cela pourrait les rendre suffisamment faibles pour être invisibles à quiconque regarde un ciel nocturne typique, mais presque certainement encore visibles pour la plupart des télescopes de recherche astronomique, a rapporté Witze.

    Toutefois, jusqu'à ce que le satellite noirci atteigne son altitude finale à la fin de février, les astronomes ne pourront pas effectuer de tests pour voir l'efficacité de ce "traitement expérimental d'obscurcissement " de SpaceX.

    Source : Nature

    Et vous ?

    Pensez-vous que le "traitement expérimental d'obscurcissement " appliqué à l’un des satellites Starlink résoudra le problème de pollution lumineuse ?
    Pensez-vous que les correctifs logiciels que l’équipe de Tony Tyson est en train de mettre en place pourront être efficaces contre les menaces des mégacontellations prévues ?

    Lire aussi

    SpaceX travaille sur la correction des satellites Starlink pour qu'ils ne perturbent pas l'astronomie, En appliquant un revêtement spécial sur le fond des engins
    SpaceX lance 60 autres satellites dans le cadre de son projet Starlink, portant la flotte de satellites à 180, et devient le plus grand opérateur de satellites au monde
    La flottille de 60 satellites de SpaceX est visible dans le ciel nocturne, et cela inquiète les astronomes
    SpaceX d'Elon Musk demande l'autorisation pour le lancement de 30 000 satellites Starlink supplémentaires, mais ses motivations ne seraient pas assez claires
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  14. #194
    Inactif  
    Bah ça dépend noir à quoi, noir dans le visuel l'infrarouge le radio le gamma ?

    C'est pas parce que tu le vois noir qu'il ne rayonne pas. Article incomplet.

  15. #195
    Membre actif
    C'est indiqué dans l'article justement

  16. #196
    Expert confirmé
    De toute façon, ils peuvent aussi blanc ou noir (ou jaune ou vert, pas de jaloux ) qu'ils veulent, ça fera de toute façon des traînées dans les astrophotos. Juste qu'elles ne seront pas forcément blanches.
    Kropernic

  17. #197
    Membre du Club
    Pas le seul problème...
    La présence d'une multitude de satellites n'est pas le seul problème qui pointe à l'horizon des astronomes. La pollution lumineuse due à l'éclairage de plus en plus intense des zones habitées (et pourquoi pas aussi inhabitées) devient aussi un problème. Bientôt, la vue des étoiles deviendra un défi...

    Personnellement, je crois que l'avenir est dans l'utilisation des outils informatiques. Que ce soit pour la soustraction de signaux bien définis (traînées de satellites) ou pour la réduction de signaux plus ou moins bien définis (diminution de l'intensité du fond du ciel), les ordis seront nos amis.

    Une avant-première a eu lieu lorsque les astronomes se sont rendu compte que le télescope Hubble était défectueux. Les informaticiens/mathématiciens ont alors rapidement développé des algorithmes de déconvolution d'image pour compenser les aberrations. Et je ne parle pas ici d'optique adaptative.

    C'est aussi ce qui va se passer avec les traînées lumineuses et la pollution lumineuse. Il n'en reste pas moins cependant que monsieur/madame Tout-le-monde (Odette ? ) n'y gagnera pas parce que nos yeux, eux, ne changeront pas!

  18. #198
    Nouveau Candidat au Club
    Space et télescope
    Avec les coûts de lancement qui chutent les astronomes devraient penser à concevoir avec spacex des télescope spatiaux à bas coût vue la facilité avec laquelle spacex conçoit et lance les satellites

  19. #199
    Membre confirmé
    Qui a validé que l'on pouvait enlaidir le ciel étoilé naturel de mon enfance ? Sniff.

  20. #200
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par JackIsJack Voir le message
    Qui a validé
    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    Les autorités US ont données l'autorisation :
    SpaceX autorisée à placer 12 ;000 satellites en orbite
    Ce sont les autorités fédérales américaines qui ont autorisé SpaceX a placer 12 000 satellites en orbite.
    Keith Flint 1969 - 2019

###raw>template_hook.ano_emploi###