Voir le flux RSS

bouye

Pokémon GOFest 2019 Chicago : Jour 4 - GoFest Part 2

Noter ce billet
par , 05/07/2019 à 08h11 (166 Affichages)
Note : le GO Fest de Dortmund a commencé hier. Comme prévu les habitats et les espèces présentes sur site sont différents de ceux de Chicago mais globalement un visiteur aura une expérience de jeu similaire au GO Fest de Chicago en visitant l'événement allemand.

Nom : unnamed.png
Affichages : 804
Taille : 15,4 Ko

L'animé Pokémon, de même que plusieurs des principaux jeux vidéo de la série commencent par un chercheur spécialisé dans l’étude des Pokémon qui vient demander à un gamin de choisir un Pokémon pour d'aller ensuite explorer le monde pour tenter de remplir son Pokédex. Le plus connu d'entre eux est le Professeur Chen bien sur qui a envoyé Sasha, Red, Green ainsi Régis et Blue faire la toute première aventure (et ses remakes plus récents). Dans Pokémon GO, c'est le Professeur Willow (Saule en 2016 et 2017, mais la version française du jeu a adopté le nom anglais depuis), entouré de ses assistants Blanche (cheffe de l’équipe Sagesse - bleu), Candella (cheffe de l’équipe Bravoure - rouge) et Spark (chef de l’équipe Intuition - jaune), qui envoie les joueurs explorer le monde.

Nom : willow.jpg
Affichages : 24
Taille : 53,3 Ko
Une nouvelle recherche attend les assistants du professeur Willow.

Citation Envoyé par Professeur Willow
Dresseur, j'ai relevé une activité inhabituelle chez les Pokémon de la région... peux-tu commencer à enquêter sur le terrain tandis que je regarde si mes livres mentionnent quelque chose ?
Votre mission si vous l'acceptez...
Initialement Pokémon GO a été lancé sans aucun arc narratif, se contentant d'être un jeu de collectionneur avec quelques aspects de combats et de contrôle territorial hérités d'Ingress. Il en fut ainsi en 2016 et tout 2017 jusqu'à ce que Niantic rajoute des "recherches" courant 2018. Si les "recherches de terrain" données par les Pokéstops sont juste une couverture pour des tâches et quêtes journalières destinées à garder le joueur occupé en lui demandant d'aider le professeur Willow dans son travail, les "recherches spéciales" quant à elles apportent un arc narratif léger tournant autour du professeur qui enquête sur des phénomènes mystérieux ou tente de comprendre comment les Pokémon vivent dans la nature. Durant ces recherches le professeur contacte directement le joueur par son communicateur et à travers un semblant d'histoire le lance, le plus souvent, à la découverte de Pokémon ultra-rares, les Pokémon fabuleux. Niantic a également réutilisé le concept pour offrir aux joueurs une paire de quêtes exclusives durant des événements.

On retrouve exactement le même concept dans Harry Potter: Wizards Unite mais en beaucoup plus développé avec une série de "missions du Code du Secret Magique" qui donnent lieu à des discussions entre personnages non-joueurs expliquant un peu mieux l'état du monde des sorciers dans le contexte du jeu. Des discussions supplémentaires sont également disponibles dans le Registre quand on examine certains Retrouvables récupérés et qui sont destinées à dévoiler quelques éléments d'intrigue sur les cause de la Calamite qui frappe le monde des sorciers. Le récent événement "Brillant"qui vient de démarrer a peine 1 semaine après le lancement de ce nouveau jeu reprend d'ailleurs également ce concept de narration légère de manière à faire que le joueur se sente un peu plus implique dans le monde du jeu.

Et c'est d'autant plus étrange que dans Pokémon GO l'idée mériterait d'être mieux exploitée en offrant plus d'histoire aux joueurs. En effet, bien qu'intéressant le principe est encore assez peu utilisé dans Pokémon GO : il n'y a en tout et pour tout actuellement que :
  • 3 recherches spéciales permanentes (pour chacun des Pokémon fabuleux Mew, Celebi et Meltan) ; une quatrième sera sans doute rajoutée peu après le GO Fest de Yokohama.
  • 2 temporaires : 1 pour obtenir le Pokémon fantôme Spiritomb durant Halloween 2018 (on en sait pas si elle reviendra cette année) et une toute nouvelle qui vient d’être ajoutée pour l’été 2019 destinée à récompenser les joueurs sur le retour.
  • et 2 exclusives à des événement : 1 pour le GO Fest de 2018 à Chicago qui permettait aux participants d'obtenir Celebi en avant-première, et 1 à Safari Zone de Yokosuka au Japon en Août 2018 (qui ne donnait rien de particulier).

On aimerai en avoir bien plus (avec peut-être moins d'exclusives ou de temporaires) !

Mais passons, ce GO Fest 2019 à Chicago étant l'occasion d'une nouvelle recherche spécial exclusive inédite... quels nouveaux mystères allons-nous découvrir, Professeur ?

1/5 - Se faire de nouveaux amis
Cette fois-ci j'ai retenu les leçons de la veille : à chaque fois que je passais devant la boutique de souvenirs Pokémon, j'abandonnais tout espoir d'y accéder rien qu'en voyant la longueur de la file d'attente des joueurs. Ce matin, je suis arrivé plus d'une heure à l'avance. il y a déjà la queue certes, mais elle n'est pas encore très très longue (elle le sera BEAUCOUP plus à 9h au lancement anticipé de l’événement). Une fois mes quelques achats effectués, c'est donc rapidement que je me mets à la tache pour profiter de ma journée de jeu et pour répondre aux questions existentielles du professeur et tenter de découvrir le mystère caché dans ce parc : Willow a en effet découvert un Pokémon rare profondément endormi qu'il n'arrive pas à réveiller.

Mais ne mettons pas la charrue avant les bœufs, pour cette première étape, le professeur me demande de récolter des ressources et de réunir d'assistants pour l'aider pendant qu'il se replonge dans ses livres à la recherche de réponses à se questions. Il nous faut donc faire tourner 7 Pokéstops ce qui est une bonne occasion pour commencer à activer les Pokéstops de l'événement histoire de gagner des objets et de découvrir quels sont les recherches de terrain de l'événement. Celles-ci sont des plus classiques (capturer un certain nombre de Pokémon, faire des lancers, utiliser des baies, etc.) mais donnent toutes en récompense 3 bonbons rares. Ces bonbons peuvent être donnés à n'importe quel Pokémon ce qui permet, quand le joueur en a accumulé suffisamment, de faire monter la créature de poche de niveau de manière à la rendre plus efficace en combat pour les arènes ou les raids. En général, ces bonbons sont donnés en quantités variables en récompenses de raids et parfois dans des recherches de terrain plus longues ou compliquées que la moyenne. Autant dire qu'avec 83 Pokéstops dans la zone de jeu, qui donnent chacun potentiellement 3 bonbons, c'est l'abondance ! En avant dresseur et courage car il va falloir faire toutes ces quêtes durant les 10 prochaines heures ! En parallèle les Pokéstops du parc peuvent aussi donner des œufs de 2km (il faut marcher 2km pour les faire éclore) qui contiennent une sélection des Pokémon présents durant l'événement, Pokémon qui sont en temps normal disponibles dans des œufs de plus grande distance. De plus, ils sont également potentiellement chromatiques, ce qui ne gâche rien !

Nom : parc 1.jpg
Affichages : 29
Taille : 67,3 Ko
Faire tourner un Pokéstop, certes, mais par lequel commencer ?? Hutchinson Field en est rempli. Au loin des arènes et raids hors de la zone de l'événement.

Les joueurs amis sont une fonctionnalité rajoutée courant 2018 : un dresseur peut envoyer un code numérique ou encore scanner un QR code pour être rajouté dans liste de contacts d'un autre joueur. Bien que Pokémon GO ne supporte pas la discussion directe en jeu contrairement à Ingress, être amis apporte plusieurs avantages : les joueurs peuvent se renforcer mutuellement les dégâts qu'ils occasionnent lors des raids, ce qui permet de battre plus facilement un boss qui a pris possession d'une arène. Il est aussi possible de faire des échanges de Pokémon avec ses amis et espérer avoir de meilleurs Pokémon, voir même des Pokémon chanceux. À haut niveau d'amitié il est aussi possible de faire des combats entre joueurs depuis n'importe quel endroit de la planète. Et enfin les joueurs peuvent s'envoyer des cadeaux qu'il ramassent sur des Pokéstops ; ces cadeaux pouvant contenir des objets utiles en jeu ou même des œufs de 7km pouvant donner des Pokémon rares.

Cette étape de la recherche spéciale demandant d'ajouter 3 amis et d'envoyer 3 cadeaux, autant dire qu'immédiatement chacun se tourne vers son voisin le plus proche pour donner son code ou scanner le QR code d'autrui, ce qui permet de brièvement faire connaissance et découvrir d'où viennent les autres joueurs. Même si les joueurs présents sont principalement des américains provenant de tous les états (Alaska et Hawaï compris), il y a des joueurs provenant de tous les coins de la planète ! De quoi offrir plein d’opportunités de discussions et d’échanges...

2/5 - Explorer les habitats
Ayant réussi avec bio la première étape de la recherche, voici que le professeur nous contacte à nouveau. Ses instruments étant désormais calibrés et, avec l'aide des ressources et assistants supplémentaires que nous avons réunis, nous allons pouvoir explorer plus en avant les zones du parc et tenter de catégoriser toutes les espèces de Pokémon réunis dans cet endroit. Ici à l’entrée sud nous nous trouvons sur la bordure de la zone désertique, plusieurs espèce de type roche ou de sol peuplent cet endroit : Embrylex, Racaillou, Rapion, Sabelette (version Kanto) et Archéomire même si on trouve également quelques Hypotrempe. L'avant-poste d’échange plus au sud est principalement peuplé de Racaillou, Abra et Machoc. Même si leurs mécaniques d’évolution sont différentes dans Pokémon GO, on peut remarquer que Niantic a mis autour du trading post des espèces de Pokémon qui évoluaient uniquement lors des échanges entre joueurs dans les jeu Game Boy d'origine Pokémon Rouge et Pokémon Bleu.

En remontant vers le jardin des Fées on peut croiser des Pikachu et Évoli qui portent encore les couronnes de fleur de l’événement du printemps dernier ; des Cheniti à cape plante (Cheniti vert donc) pendouillent des arbres. Les roseraient des jardin offrent un habitat reposant pour les Pokémon fée mais hébergent également pas mal de Pokémon plante ou insecte ; ainsi au détour d'un massif il n'est pas rare de croiser des Mélodelfe mais aussi des Chenipan ou des Granivol tandis que des Snubulls gambadent dans les parterres de fleur. Parfois un Mysdibule sauvage montre les crocs de sa coiffure ce qui semble faire fuir quelques Blizzi qui trainent dans le coin, étonnant quand on sait que ce Mysdibule est généralement uniquement disponible en tant que boss de raid ou depuis peu dans des œufs de 7 et 10km ; personne n'en avait encore jamais vu de sauvage ! Toute une foultitude de Pokémon de type eau s’ébattent autour de la fontaine Buckingham au centre du parc : des Wailmer, Barpau, Cociperl, Krabby, Minidraco, Nenupiot, Écaillon et j'en passe, même si quelques Fantominus traînent également dans le coin...

Nom : parc.jpg
Affichages : 25
Taille : 75,1 Ko
Les souvenirs d'une journée d'exploration bien remplie !

le temps se rafraîchit lorsqu'on pénètre dans la forêt gelée et la neige commence même à tomber en flocons à certains endroits, et on peut entendre le cri du Lohklass solitaire qui cherche toujours un compagnon ou une compagne ; des Farfuret se cachent derrière les tronc d'arbre et des Pomedepic essaient de tendre des pièges depuis les branches pour tenter d'attraper des Marcacrin. Ici et là des Sabelette d'Alola et des Goupix d'Alola s'amusent dans des tas de neige. Isolées sur les montagnes enneigées de leur archipel tropical d'origine, ces deux espèces de Pokémon ont en effet adopté le type glace et jusqu’à présent les dresseurs n'en avaient obtenu que dans les œufs de 7km envoyés par leurs amis du bout du monde ; c'est la toute première fois que j'en vois dans la nature ! Quelques Tarsal semblent s’être perdus dans la zone. La bordure nord de la forêt est une nouvelle occasion de rencontrer des Pikachu et Évoli à couronne de fleur et ici aussi des Cheniti sont accrochés au branchés.

Au nord, les vois deviennent bien plus dense et bien plus sombre et prennent même des aspects menaçants. Des toiles d’araignées pendent entre les arbres, de la fumée sort d'un puits ; l’ambiance en devient carrément lugubre quand on s'avance trop dans les ombres. En effet des Pokémon spectre rodent dans le coin : Polichombre, Skelenox, Tenefix mais aussi Baudrive semblent être porteurs de malheur. Ils ont même attiré des Malosse et des Medhyena qui hurlent comme aux heures sombres de la nuit. Plusieurs Absol les ont d’ailleurs rejoint, pourtant je n'en avais jamais rencontré qu'en boss de raid et dans des œufs de 7 et 10km ; c'est le professeur qui va être surpris. Non loin de là quelques Hippopotas continuent de ruminer tranquillement dans un coin en ne semblant pas faire attention à l'agitation macabre qui nous entoure.

Les dresseurs avertis ont vite remarqué que de petits écureuils blancs et bleu se retrouvent également un peu partout dans le parc : Pachirisu, qui est un régional uniquement disponible dans les zones arctiques (nord du Canada, Alaska et Sibérie) est venu nous dire bonjour. De plus, des Zarbi (ces Pokémon étranges et antiques en forme de lettres) A, E, K, P, U et ! font également leur apparition de temps à autres et, une fois toutes les lettres rassemblées, semblent vouloir former la phrase "WAKE UP!" ("Réveille toi !" en anglais), mais qu'est ce que cela peut bien vouloir dire ?

3/5 - Cacophonie photographique
De manière générale, pour le moment, l’événement se déroule sans trop d'accros par rapport à la veille : dans le monde réel les machines à bulle, neige, vent ou fumée sont désormais bien rodées et ne demandaient pas de nouvel entretient de la part du staff. Les boutiques semblent être mieux achalandées et il y a beaucoup moins de soucis de connexion dans les jardins des fées également. Côté monde virtuel, cette journée n'aura pas vu l'apparition inattendue et boguée de Pokémon chromatiques non prévus sur le planning. Cependant, vers 12h30 et pendant près de 30 minutes les rouages du jeu se grippent temporairement : impossible d'activer des Pokéstops ou de capturer des Pokémon ; certains dresseurs autour de moi se plaignent d'avoir du laisser partir des Évoli à couronne de fleur chromatique faute d'avoir pu les capturer. D’après un ami de France avec qui j’étais en train de discuter via Messenger, cette fois-ci le soucis était mondial et non pas confiné à la zone du GO Fest ; une fois le problème corrigé tout repart comme sur des roulettes ; certains repartent vite en arrière au cas ou leur Évoli serait encore là, on ne sait jamais...

Mon rapport sur les espèces disponible dans le parc à interloqué le professeur : les espèce de Pokémon semblent être correctement reparties dans des habitats qui leur sont propres et dans lesquels elles prospèrent. Toutes, sauf une poignée d’espèces qui semblent s’être égarées et qui ne se trouve pas au bon endroit. Je repars donc en mission pour récupérer des spécimens et les déplacer dans leur habitat d'origine en espérant pouvoir trouver la source de ce déplacement inattendu. En effet, les espèces suivantes ne se trouvent pas au bon endroit du parc :
  • Hypotrempe ne devrait pas se trouver dans le désert mais autour de la fontaine où il y a de l'eau à ne plus savoir quoi en faire ;
  • Blizzi n'a rien à faire dans le jardin des fées tout ensoleillé et sera sans doute heureux de regagner la froide forêt gelée ;
  • Tarsal doit être complètement givré sous les chutes de neige et s'épanouira bien mieux dans les roseraies avec les autres fées ;
  • Hippopotas supporte les climat chaud et sec du désert et donc n'a pas vraiment sa place au milieu des fantômes ;
  • Et enfin il faudrait faire cesser les troubles causés par Fantominus et le ramener auprès de ses congénères spectres.


Willow me demande d'ailleurs d'en profiter pour tester les nouvelles fonctions avancées de mon appareil photo intégré histoire de document le processus de réintroduction. Nos camera embarquées ont en effet reçu des mises à jour il y a quelques mois pour nous permettre de prendre des nouvelles photos via un mécanisme nommé Cliché GO. Désormais en mode AR+ et en utilisant les bibliothèques ARCore de Google ou ARKit d'Apple, le téléphone est capable de détecter les plans horizontaux et peut ainsi placer les créatures de poche de manière plus réaliste lorsqu'on est en mode réalité augmentée ce qui permet, par exemple, de les approcher par derrière pour les surprendre lors de la capture et, depuis cette année, permet également de prendre des photos bien plus immersives. Il reste bien sûr possible de prendre des photos en mode AR normal mais elles sont souvent bien moins réussies que celles en mode AR+. Cette nouvelle fonctionnalité a d’ailleurs attiré l'attention du Pokémon Queulorior qui était resté jusque là caché aux yeux de tous. Depuis, il affectionne parfois s’immiscer sur les photos que prennent les dresseurs dans un acte que Spark a qualifié de "photobomb" ; plusieurs Pikachu ont également suivit le mouvement en imitant son mauvais exemple lors de récents événements...

Nom : habitats.jpg
Affichages : 21
Taille : 98,5 Ko
Ramener les Pokémon dans leur habitat respectif révèle des Pokémon musicaux !

Capturer les spécimen et les ramener dans leur habitat d'origine a été l'occasion d'un nouveau périple à travers les zones du parc, ce qui m'a permis de récupérer quelques nouveaux chromatiques dont certains que je ne possédais pas auparavant. J'en ai profité également pour avancer quelques médailles en collectant des Zarbi ou en prenant des clichés. Cependant, ce n'est pas Queulorior qui a été attiré par mes photographies cette fois-ci mais toute une palanquée de Pokémon musicaux. Je pense pouvoir expliquer au professeur la raison de la migration de certaines créatures hors de leur habitat. Ainsi un Ramboum se cachait dans les bois hantés tandis qu'un Eoko carillonnait dans le vent et les bourrasques de neige de la forêt gelée. À la fontaine Buckingham, un Archéodong faisant tant de bruit qu'on entendait plus l'eau s’écouler et dans les roseraies, un Rondoudou endormait tout le monde de voix cajoleuse. Enfin, les bruit stridents d'un Mélokrick retentissait dans la zone désertique d'habitude si calme. Bref, en quelques coup d'appareil photo (et de Pokéball) je me suis retrouvé chef d'orchestre d'un ensemble orchestral de poche miniature !

4/5 - Le dormeur doit se réveiller
La nouvelle de mes découvertes a été très favorablement accueillie par le professeur : d'une part car cela permettait aux choses d'enfin rentrer dans l'ordre dans le parc désormais que tous les Pokémon étaient retournés dans leur habitat d'origine. Mais, de plus, Willow avait fini par découvrir la description du dormeur mystérieux dans ses ouvrages de référence : il s'agissait pas moins que du Pokémon fabuleux Jirachi ! Ce Pokémon de type acier et psychique est endormi dans un sommeil de 1000 ans et seul une mélodie des plus pures peut le réveiller et le sortir de sa torpeur ! Je crois qu'il est tant de mettre à contribution mon orchestre de poche !

Nom : jirachi.jpg
Affichages : 24
Taille : 53,6 Ko
Lorsqu'ils sont tous réunis, les Pokémon musicaux peuvent réveiller Jirachi. Source du sprite : Bulbapedia.

Les captures des Pokémon fabuleux précédemment obtenus par des recherches spéciales avaient été l'occasion de moments amusants et sortants de l'ordinaire. Presque à chaque fois, sauf bug imprévu (...), le téléphone passe automatiquement en mode AR pour rendre la séquence de capture un peu plus spéciale que pour celle des Pokémon normaux. Pour Mew, la créature de poche devenait presque totalement invisible et il fallait arriver à le deviner dans le décor. Pour Célébi, ce dernier se téléportait d'un bout à l'autre de l’écran et il fallait arriver à anticiper un peu ses mouvements. Seul Meltan n'avait pas eut droit, hélas, à quelques chose de spécial.
Ici, pour Jirachi, c'est tout l'orchestre miniature qui se retrouve en train de chanter autour du Pokémon endormi jusqu'à son réveil avant de partir pour laisser la capture s'effectuer. Comme pour les fabuleux de 1ère et 2ème génération, on utilise un nombre infini de Pokéball normales et le Pokémon se laisse capturer uniquement à la 3ème tentative.

5/5 - Ce n'est qu’un au-revoir
En tout cas le professeur est très heureux : la journée de ses assistants de terrain a été bien remplie avec des tribulations et explorations en tous genre, et il a pu faire de nouvelles découvertes fascinante sur l’écologie et le comportement des Pokémon ; et il y a bien sûr eut une nouvelle créature de poche très rare ! Avant de prendre congé, il nous conseille entre autres de profiter des dernières heures de festivité dans le parc avant sa clôture pour faire éclore quelques œufs ou encore contacter quelques uns des nombreux dresseurs encore sur place pour voir si certains d'entre eux sont intéressés pour faire des échanges. Oh oui et également en profiter pour prendre quelques Clichés GO de notre nouvel ami, Jirachi le Pokémon qui peut exhausser nos souhaits. Je dois bien avouer que j'ai suivi son conseil et que j'en ai profité pour compléter un peu ma collection de Zarbi en récupérant des lettres que je ne possédais pas, allez plus que 2 lettres et ma collection est complète ! De leur coté, ces dresseurs sont repartis avec quelques Relicanth provenant de Nouméa. En tout cas le professeur nous recontactera sous peu car il sait qu'il peut sans soucis compter sur nous !

Une seul soucis majeur vient à nouveau gripper le déroulement de l’évènement : 30 minutes avant la fin, les Pokéstops perdent soudainement tous leurs leurres sans qu'il soit possible de les réactiver. Ce qui a pour effet immédiat de réduire drastiquement les apparitions de Pokémon et d'énerver considérablement les dresseurs qui étaient encore en train de chasser leurs derniers chromatiques de la journée. 15 minutes avant la fin, soudainement, les leurres se remettent en route et les joueurs peuvent repartir dans ces derniers instants de farming intense. À nouveau, pour la seconde fois, à 19h tout s’arrête, la seconde journée du GO Fest est terminée.

Nous sommes de retour...
l’événement est fini, les joueurs partent du parc ou pour certains se réunissent près de l’arène de combat pour une photo de groupe de cette seconde journée. Las, fatigués et avec les pieds fortement endoloris, nous décidons de rester prendre un peu le frais sur le pourtour de la fontaine Buckingham ; la journée a été ensoleillée et nous avons pris quelques nouveaux coup de soleil. Pour cet événement Niantic a augmenté la limite des Clichés GO qui peuvent faire l'objet de photobomb à 100 par jour (en temps normal c'est 1 seul par jour), c'est donc là une occasion unique de prendre quelques derniers clichés souvenirs de Jirachi ou des chromatiques capturé durant la journée et de finaliser la médaille idoine. Tout se passe bien quand... 30 minutes après la fin du GO Fest...

Nom : team rocket.jpg
Affichages : 26
Taille : 56,6 Ko
Des individus suspects ont été repérés dans la zone du GO Fest après sa fermeture. Partout où ils sont passés ils étaient suivis d'un Miaouss.

Des gens louches, voire peut-être même des criminels qui semblent être attirés par des Pokémon rares... un chat retord... hum, j'ai l'impression d'avoir déjà vu cela quelques part.... Et si tout ceci n’était que le signe annonciateur d'autres trépidantes aventures* à venir ????


*j'ai depuis entendu des messages déroutants provenant de Dortmund et indiquant qu'une montgolfière noire frappée d'un sigle R survolait le parc en fin de journée..

Nom : R balloon.jpg
Affichages : 21
Taille : 23,8 Ko
un mystérieux objet volant non-identifité sème la zizanie a Dortmund. D’après les premiers rapports, se trouveraient à bord une femme, un homme et un chat... Source : Twitter


En attendant, le départ approche, et les nuages reviennent avec le coucher du soleil ; les prévisions ne sont guère encourageantes pour le lendemain. Cette fois-ci nous rentrons directement vers Little Italy car nous sommes fatigués par ces 3 jours de marche intense dans les environs du parc et des berges du lac Michigan. Plutôt que de dîner en ville, nous nous rendons dans un des bistro italiens qui se trouvent encore dans le quartier pour prendre des sandwich saucisse frite (saucisse italienne, pas des hot-dogs), c’était bien gras mais aussi bien bon ma foi.

Allez, il est temps de se coucher !

Envoyer le billet « Pokémon GOFest 2019 Chicago : Jour 4 - GoFest Part 2 » dans le blog Viadeo Envoyer le billet « Pokémon GOFest 2019 Chicago : Jour 4 - GoFest Part 2 » dans le blog Twitter Envoyer le billet « Pokémon GOFest 2019 Chicago : Jour 4 - GoFest Part 2 » dans le blog Google Envoyer le billet « Pokémon GOFest 2019 Chicago : Jour 4 - GoFest Part 2 » dans le blog Facebook Envoyer le billet « Pokémon GOFest 2019 Chicago : Jour 4 - GoFest Part 2 » dans le blog Digg Envoyer le billet « Pokémon GOFest 2019 Chicago : Jour 4 - GoFest Part 2 » dans le blog Delicious Envoyer le billet « Pokémon GOFest 2019 Chicago : Jour 4 - GoFest Part 2 » dans le blog MySpace Envoyer le billet « Pokémon GOFest 2019 Chicago : Jour 4 - GoFest Part 2 » dans le blog Yahoo

Catégories
Mobile , Voyage

Commentaires