IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

Débats sur le développement - Le Best Of Discussion :

Quels conseils donner à des tiers désireux de faire de longues carrières en tant que développeurs de logiciels


Sujet :

Débats sur le développement - Le Best Of

  1. #1
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Patrick Ruiz
    Homme Profil pro
    Redacteur web
    Inscrit en
    Février 2017
    Messages
    1 837
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Redacteur web
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : Février 2017
    Messages : 1 837
    Points : 51 397
    Points
    51 397
    Par défaut Quels conseils donner à des tiers désireux de faire de longues carrières en tant que développeurs de logiciels
    Quels conseils donner à des tiers désireux de faire de longues carrières en tant que développeurs de logiciels ?
    Développeur de plus de 40 ans, compétent et à jour, est-il possible ?

    La passion pour le codage, celle pour la résolution des problèmes ou encore l’envie d’exercer dans un domaine bien rémunéré en comparaison à d’autres sont autant de facteurs qui amènent en général des tiers à choisir la carrière de développeur de logiciels. Passé cette étape, vient celle des questionnements en lien avec la longévité. En effet, de nombreux monstres parmi lesquels on compte le syndrome de l’imposteur ou encore l’épuisement professionnel se dressent sur le chemin et amènent certains à abandonner l’IT. Jayme Edwards condense 26 ans d’expérience en tant que développeur de logiciels en huit conseils pour ceux désireux de faire long feu dans la filière :

    Nom : 1.png
Affichages : 107986
Taille : 72,9 Ko

    • Accepter le fait que vous ne saurez pas tout sur chaque projet et être à son aise avec cet état de choses permet d’éviter le syndrome de l’imposteur.
    • Communiquer des concepts techniques complexes de manière à ce que tout le monde puisse les comprendre.
    • Ajouter une période tampon à ses estimations et ne pas avoir peur de demander du temps pour faire des recherches avant de s’engager dans un projet.
    • Se concentrer sur l'acquisition rapide de compétences et démontrer sa capacité à travailler à un niveau supérieur pour obtenir une promotion. Ne pas se contenter de courir après les titres.
    • Ne pas se battre à chaque fois avec d’autres membres de l’équipe pour des styles ou des choix de codage. Se concentrer sur les problèmes architecturaux importants. En d’autres termes, choisir ses batailles.
    • Tout au long de sa carrière, nouer des relations avec des personnes travaillant dans son domaine. Cela aidera à trouver de nouvelles opportunités.
    • Si une entreprise vous considère comme quelqu'un qu’elle ne va utiliser que pour l’écriture de code, acceptez-le ou passez à autre chose. Ne luttez pas contre la culture de l'entreprise.
    • Si vous voulez continuer à gagner beaucoup d'argent en tant que développeur, envisagez d'accéder à des postes de direction ou de gestion en vieillissant. Il peut être plus difficile de trouver des emplois de codage bien rémunérés en tant que développeur expérimenté.



    Dans le domaine des technologies de l’information, la pression est quasi permanente lorsqu’il s’agit d’achever les projets dans des délais serrés, de respecter le cahier des charges du client, d’intégrer de nouvelles exigences non définies au départ, ce, tout en respectant les contraintes d’avant-projet. Ainsi, du fait de ces différentes pressions, de nombreux travailleurs de la filière perdent au fil des années le goût pour le travail, car ils n’arrivent plus à s’adapter aux variations et objectifs de l’entreprise pour laquelle ils travaillent. S’ensuivent alors le manque de confiance en soi et le sentiment d’échec qui constituent des marqueurs du syndrome d’épuisement professionnel.

    Après plus de 20 ans dans une carrière dans la Tech, il s'est reconverti dans le commerce au détail

    Philip Su a commencé sa carrière en refusant un programme de doctorat de Stanford pour travailler chez Microsoft. Il y a passé 12 ans à travailler en tant que développeur et manager, puis a rejoint un Facebook pré-IPO en tant que directeur et responsable du site de Londres pendant huit ans, relevant directement du CTO de Facebook.

    Il a été entrepreneur en résidence avec la société Madrona de Seattle VC, a enseigné un cours populaire à la division informatique de l'Université de Washington et a été fondateur et PDG d'un logiciel de santé mondial à but non lucratif financé par la Fondation Bill et Melinda Gates.

    Mais après une carrière remarquable de 23 ans dans la technologie, Philip a rencontré des problèmes. Le stress de servir en tant que fondateur d'une institution à but non lucratif et la responsabilité d'employer des dizaines de personnes ont conduit à son épuisement professionnel. Il a essayé de prendre un congé et a passé 8 mois sans travailler, puis il a sombré dans la dépression.

    Pour s'en sortir, il a pris un nouveau boulot, mais pas celui auquel on s'attend. Après une vie d'emplois technologiques "pépères", Philip est allé travailler dans un entrepôt Amazon en tant qu'associé à Ship Dock, se tenant debout et triant des conteneurs pendant 11 heures par jour pendant les six semaines les plus chargées de l'année, connues sous le nom de "Peak ”. L'expérience a été éprouvante physiquement, on lui a diagnostiqué une tendinite après avoir déplacé des centaines de cartons par jour, mais cela l'a sorti de sa dépression et l'a aidé à prendre du recul. Il a produit un podcast sur son expérience intitulé Peak Salvation.

    73 % des développeurs ont été victimes d'épuisement professionnel, d'après le dernier rapport sur l'état de l'Écosystème des Développeurs en 2023

    Le dernier rapport sur l’état de l’Ecosystème des Développeurs en 2023 est disponible depuis la fin du mois de novembre 2023. Il en ressort que 73 % des 26 000 répondants ont été victimes de burnout. Le syndrome d’épuisement professionnel ou burnout en anglais se manifeste par une fatigue profonde, un désinvestissement de l'activité professionnelle et un sentiment d'échec et d'incompétence au travail. Il résulte en général de ce que le travailleur n’arrive plus à gérer les différentes pressions sur le lieu de service et à faire face aux exigences de son employeur. Il convient donc de se poser la question de savoir comment l’éviter au moment où l’on s’apprête à attaquer une nouvelle année de travail.

    Source : Video Jayme Edwards

    Et vous ?

    Quels conseils donneriez-vous à des tiers désireux de faire de longues carrières dans la filière du développement de logiciels ?
    Développeur de plus de 30 ans, compétent et à jour, est-il possible ? Si oui, quelles astuces faut-il appliquer pour y parvenir ?

    Voir aussi :

    Trolldi : 12 signes qui indiquent que vous devriez quitter votre emploi, partagez votre avis
    La bulle technologique de la Silicon Valley est plus grande qu'elle ne l'était en 2000, mais sa fin approche selon des analystes
    La Silicon Valley premier eldorado des informaticiens ? Issus du Canada ou de la France, ils n'auraient d'yeux que pour les States
    Dix géants de la Silicon Valley regroupés autour du RGS réaffirment leur opposition à la loi anti-chiffrement, et s'accordent sur six principes
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre émérite
    Homme Profil pro
    Ingénieur en génie logiciel
    Inscrit en
    Juin 2012
    Messages
    856
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur en génie logiciel
    Secteur : High Tech - Opérateur de télécommunications

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2012
    Messages : 856
    Points : 2 442
    Points
    2 442
    Par défaut
    je dirais d'essayer le plus possible de travailler sur des projets qu'on aime, de faire des applications from scrotch au lieu de la maintenance...

  3. #3
    Membre confirmé
    Homme Profil pro
    Inscrit en
    Décembre 2011
    Messages
    268
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2011
    Messages : 268
    Points : 558
    Points
    558
    Par défaut
    C'est bien sur possible mais vu des RH/manager c'est en général pas rentable vu que les juniors coutent moins cher et peuvent apprendre relativement vite sans parler de l'IA, du fait que l'évolution de ces postes est très limitée.
    Pour moi ça reste compliqué malheureusement c'est juste l'expertise et l'experience qui peut faire qu'on va être sélectionné mais l'histoire du coût n'est jamais très loin ... faut par contre être conscient que depuis les années 2000 on fabrique des générations entières de dev il va bien falloir que les entreprises s'adaptent et fassent évoluer leur politique RH.

  4. #4
    Membre régulier
    Homme Profil pro
    Architecte réseau
    Inscrit en
    Février 2024
    Messages
    21
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 43
    Localisation : Allemagne

    Informations professionnelles :
    Activité : Architecte réseau

    Informations forums :
    Inscription : Février 2024
    Messages : 21
    Points : 73
    Points
    73
    Par défaut
    Le meilleur conseil que j'ai à donner, c'est d'éviter au possible d'être un pisseur d'interface, qu'il s'agisse de sites web ou autre.

    Autant les devs expérimentés avec de bonnes compétences en middleware et en backend sont appréciés, autant les devs frontend et "full stack" (c.a.d frontend 90% du temps) sont vites remplacés par des juniors plus malléables et qui coûtent moins cher.

  5. #5
    Expert confirmé

    Homme Profil pro
    .
    Inscrit en
    Octobre 2019
    Messages
    1 412
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 41
    Localisation : France, Aube (Champagne Ardenne)

    Informations professionnelles :
    Activité : .
    Secteur : Conseil

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2019
    Messages : 1 412
    Points : 5 587
    Points
    5 587
    Par défaut
    changer régulièrement d'employeur (tous les 2ans) pour monter en salaire, car les boites ne donne pas d'augmentation ou très rarement.
    et ca permet aussi de monter plus vite en compétence, en changeant de boite on change de culture d'entreprise et d'environnement de travail, ca nous faire à nous adapter at a apprendre de nouvelle chose.
    et cela nous rends performant (car on en fait régulièrement) sur l'aspect entretiens d'embauche et réseautage.

    et après 10ans ne plus être un "pisseur de code" pas cher (c'est le représentation d'un dev vu par la hiérarchie), mais évoluer vers du management et de l’architecture.

  6. #6
    Membre expérimenté

    Homme Profil pro
    Collégien
    Inscrit en
    Juillet 2010
    Messages
    545
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Afghanistan

    Informations professionnelles :
    Activité : Collégien

    Informations forums :
    Inscription : Juillet 2010
    Messages : 545
    Points : 1 431
    Points
    1 431
    Par défaut
    Avoir le sens de l'humour.

  7. #7
    Membre expérimenté
    Homme Profil pro
    Développeur Java
    Inscrit en
    Mai 2019
    Messages
    478
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Moselle (Lorraine)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur Java

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2019
    Messages : 478
    Points : 1 367
    Points
    1 367
    Par défaut
    Citation Envoyé par calvaire Voir le message
    changer régulièrement d'employeur (tous les 2ans) pour monter en salaire, car les boites ne donne pas d'augmentation ou très rarement.
    et ca permet aussi de monter plus vite en compétence, en changeant de boite on change de culture d'entreprise et d'environnement de travail, ca nous faire à nous adapter at a apprendre de nouvelle chose.
    et cela nous rends performant (car on en fait régulièrement) sur l'aspect entretiens d'embauche et réseautage.

    et après 10ans ne plus être un "pisseur de code" pas cher (c'est le représentation d'un dev vu par la hiérarchie), mais évoluer vers du management et de l’architecture.
    Un truc que j'aime pas trop avec ça c'est que ça encourrage un peu à pisser du code, s'adapter vite, faire vite des devs, et rebelotte dans une autre boite/mission, en quoi ça pousse à faire des choses solides et propre ?

  8. #8
    Expert confirmé Avatar de sergio_is_back
    Homme Profil pro
    Responsable informatique, développeur tout-terrain
    Inscrit en
    Juin 2004
    Messages
    1 084
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 55
    Localisation : France, Puy de Dôme (Auvergne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Responsable informatique, développeur tout-terrain
    Secteur : High Tech - Électronique et micro-électronique

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2004
    Messages : 1 084
    Points : 5 599
    Points
    5 599
    Par défaut
    Développeur de plus de 40 ans, compétent et à jour, est-il possible ?
    Heureusement que c'est possible !!!

    Quand on est compétent, on l'est point !!!

    L'incompétence se révèle très vite chez les débutants : les gens qui n'apprennent qu'avec difficultés, ne sortent pas de leurs zones de confort, ça n'ira pas en s'améliorant avec l'age.

    Au contraire d'autres ont ce caractère que l'on devrait toujours avoir (dans n'importe quel métier), l'envie d'apprendre, d'aller au delà de ses propres limites, de progresser, de passer de développeur à analyste, puis à chef de projet, etc...

  9. #9
    Rédacteur

    Avatar de SQLpro
    Homme Profil pro
    Expert bases de données / SQL / MS SQL Server / Postgresql
    Inscrit en
    Mai 2002
    Messages
    21 761
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Var (Provence Alpes Côte d'Azur)

    Informations professionnelles :
    Activité : Expert bases de données / SQL / MS SQL Server / Postgresql
    Secteur : Conseil

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2002
    Messages : 21 761
    Points : 52 547
    Points
    52 547
    Billets dans le blog
    5
    Par défaut
    Alors que je vais bientôt toucher ma retraite mais continuer de travailler.. Et que j'ai été développeur, chef de projet, puis spécialiste des bases de données et enseignant et que j'ai été employé (pendant 25 ans) et patron (pendant 25 ans aussi...), mon constat est assez simple :
    • La plupart des développeurs actuels sont des pisseurs de code jetable et n'ont aucun avenir
    • L'ouverture d'esprit nécessaire lorsque l'on numérise le monde tel qu'il est fait largement défaut


    1 -Pisseur de code jetable
    Le meilleur exemple est l'école 42 qui fabrique des singes capables de copier des lignes de code a toute vitesse sans la moindre réflexion sur les enjeux de leur code.
    Les applications qui en découlent sont obèses et lentes et difficilement évolutives.
    Les fondamentaux n'étant plus enseignés les développeurs sont incapables de se remettre en cause ni d'évoluer

    2 - Ouverture d'esprit
    La plupart des développeurs ne connaissent pas le monde du travail autre que l'informatique et lorsqu'il s'agit de numériser une activité humaine qui leur est inconnue, ils ne font aucun effort pour comprendre l'autre. Il s'ensuit un grand nombre de logiciel débiles. Un seul exemple, celui du site web de réservation de la SNCF (tgv) qui a toujours été brillamment imbécile et que je citais en exemple dans tous mes cours.... Et depuis quelques années cela a empiré... Pour un trajet eil faut commencer à définir le point d'arrivé et non le départ !!! Bilan 80 % des utilisateurs se trompent !
    Tous les bons développeurs que j'ai vu dans ma carrière étaient des gens ouverts ayant souvent fait un autre métier et capable de discuter avec n'importe qui...

    A +
    Frédéric Brouard - SQLpro - ARCHITECTE DE DONNÉES - expert SGBDR et langage SQL
    Le site sur les SGBD relationnels et le langage SQL: http://sqlpro.developpez.com/
    Blog SQL, SQL Server, SGBDR : http://blog.developpez.com/sqlpro
    Expert Microsoft SQL Server - M.V.P. (Most valuable Professional) MS Corp.
    Entreprise SQL SPOT : modélisation, conseils, audit, optimisation, formation...
    * * * * * Expertise SQL Server : http://mssqlserver.fr/ * * * * *

  10. #10
    Expert confirmé

    Homme Profil pro
    .
    Inscrit en
    Octobre 2019
    Messages
    1 412
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 41
    Localisation : France, Aube (Champagne Ardenne)

    Informations professionnelles :
    Activité : .
    Secteur : Conseil

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2019
    Messages : 1 412
    Points : 5 587
    Points
    5 587
    Par défaut
    Citation Envoyé par L33tige Voir le message
    Un truc que j'aime pas trop avec ça c'est que ça encourrage un peu à pisser du code, s'adapter vite, faire vite des devs, et rebelotte dans une autre boite/mission, en quoi ça pousse à faire des choses solides et propre ?
    ca pousse a ne pas ce faire escroquer par l'employeur et rester avec un salaire de 30k jusqu’à la retraite.
    le simple passage de 30 à 40k, c'est 6000€ de net par ans, de quoi partie 2-3mois en thaialnde, de quoi te payer un iphone et un pc gamer.
    en 10ans c'est le prix d'une voiture très haut de gamme
    en 20ans c'est 120000€ le prix d'un petit appart.
    en couple, 120000€ c'est la moitié pour s'acheter une maison avec une piscine.

    Pendant que toi tu reste un minable en coloc dans un studio, ton manager qui change lui de boite régulièrement, t’emmèneras chez lui dans sa belle voiture et t'invitera dans ca belle maison pour lui faire le barbecue.

    année N J'aimerais bien l’augmenté, tu as fais du bon boulot cette anée mais c'est la crise, l'année prochaine promis.
    année N+1 J'aimerais bien l’augmenté, tu as fais du bon boulot cette anée mais c'est la crise, l'année prochaine promis.
    année N+2 Bon cette année je me suis saigné, j'ai réussie a t'obtenir 2% d'augmentation
    tu traverse la rue et au miracle +30% et encore c'est en prenant la 1ere boite venu.

    faire des choses solides et propre ?
    tu bosses pour ta boite ou la boite de ton père ? Non donc qu'es ce que ça peut te faire que le code de la grosse gafam soit pas solide et sale ? c'est pas toi qui va gagner ou perdre des millions. Tu recevras aucune gratification si tu réussie un super projet qui rapporte des millions à la boite. dans de rare cas ton manager se saignera pour que tu es une prime de 1000€ brut (500€ net), on m'a déjà fait ce coup la, j'ai repris un projet en catastrophe, j'ai réussie le miracle de le livré a temps et sauver des milliers d'€ de pénalités et de crédibilité à une boite du cac 40 pour juste avoir 500€ de prime. Avec le recul j'aurais du laisser le projet coulé et en faire le moins possible.
    projet en catastrophe car les 3/4 de l'équipe ce sont barré pour un meilleur salaire ailleurs, ce que j'ai fait peut de temps âpres.

    Quand je rentre dans une boite sans aucune connaissance et que mon salaire est supérieur de plus de 10k qu'un ancien qui porte le projet (même grade, même responsabilité), il me fait pitié le mec.

  11. #11
    Membre émérite
    Profil pro
    Inscrit en
    Juin 2009
    Messages
    909
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2009
    Messages : 909
    Points : 2 818
    Points
    2 818
    Par défaut
    Au contraire d'autres ont ce caractère que l'on devrait toujours avoir (dans n'importe quel métier), l'envie d'apprendre, d'aller au delà de ses propres limites, de progresser, de passer de développeur à analyste, puis à chef de projet, etc...
    Chef de projet c'est un autre métier, prisé par beaucoup de personne qui ont commencé dans le dev sans jamais avoir l'intention ni les compétence d'y rester au passage. Il s'agit donc d'un autre terrain, non pas d'une extension des limites du métier de développeur : responsable technique, architecte à la rigueur.

  12. #12
    Expert confirmé

    Homme Profil pro
    .
    Inscrit en
    Octobre 2019
    Messages
    1 412
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 41
    Localisation : France, Aube (Champagne Ardenne)

    Informations professionnelles :
    Activité : .
    Secteur : Conseil

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2019
    Messages : 1 412
    Points : 5 587
    Points
    5 587
    Par défaut
    Citation Envoyé par walfrat Voir le message
    prisé par beaucoup de personne qui ont commencé dans le dev sans jamais avoir l'intention ni les compétence d'y rester au passage.
    a mon avis c'est plus car il se rende compte qu'en restant dans la technique ils vont pas progresser en salaire. Le poste et prisé pour le salaire pas pour les fonctions du poste.
    Jayme Edwards doit etre un américain/anglais, mon propos s'applique que au marché francais, j'ai entendu dire que dans le monde anglo saxon la technique rapportait autant/plus que le management.

    Attention à ces propos, si on vise une monté en salaire, ces choix de carrière qui ne s'applique pas au marché francais.
    déja 26 de dev, "si à 40ans tu n'es pas manager c'est que tu as raté ta carriere".

  13. #13
    Membre éclairé
    Homme Profil pro
    Chef de projet
    Inscrit en
    Mars 2017
    Messages
    325
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 32
    Localisation : France, Var (Provence Alpes Côte d'Azur)

    Informations professionnelles :
    Activité : Chef de projet
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2017
    Messages : 325
    Points : 785
    Points
    785
    Par défaut
    Citation Envoyé par calvaire Voir le message
    ca pousse a ne pas ce faire escroquer par l'employeur et rester avec un salaire de 30k jusqu’à la retraite.
    le simple passage de 30 à 40k, c'est 6000€ de net par ans, de quoi partie 2-3mois en thaialnde, de quoi te payer un iphone et un pc gamer.
    en 10ans c'est le prix d'une voiture très haut de gamme
    en 20ans c'est 120000€ le prix d'un petit appart.
    en couple, 120000€ c'est la moitié pour s'acheter une maison avec une piscine.

    Pendant que toi tu reste un minable en coloc dans un studio, ton manager qui change lui de boite régulièrement, t’emmèneras chez lui dans sa belle voiture et t'invitera dans ca belle maison pour lui faire le barbecue.

    année N J'aimerais bien l’augmenté, tu as fais du bon boulot cette anée mais c'est la crise, l'année prochaine promis.
    année N+1 J'aimerais bien l’augmenté, tu as fais du bon boulot cette anée mais c'est la crise, l'année prochaine promis.
    année N+2 Bon cette année je me suis saigné, j'ai réussie a t'obtenir 2% d'augmentation
    tu traverse la rue et au miracle +30% et encore c'est en prenant la 1ere boite venu.


    tu bosses pour ta boite ou la boite de ton père ? Non donc qu'es ce que ça peut te faire que le code de la grosse gafam soit pas solide et sale ? c'est pas toi qui va gagner ou perdre des millions. Tu recevras aucune gratification si tu réussie un super projet qui rapporte des millions à la boite. dans de rare cas ton manager se saignera pour que tu es une prime de 1000€ brut (500€ net), on m'a déjà fait ce coup la, j'ai repris un projet en catastrophe, j'ai réussie le miracle de le livré a temps et sauver des milliers d'€ de pénalités et de crédibilité à une boite du cac 40 pour juste avoir 500€ de prime. Avec le recul j'aurais du laisser le projet coulé et en faire le moins possible.
    projet en catastrophe car les 3/4 de l'équipe ce sont barré pour un meilleur salaire ailleurs, ce que j'ai fait peut de temps âpres.

    Quand je rentre dans une boite sans aucune connaissance et que mon salaire est supérieur de plus de 10k qu'un ancien qui porte le projet (même grade, même responsabilité), il me fait pitié le mec.
    La prochaine fois qu'une boite me parle de soft-skills, je leur ferais lire ton message.

  14. #14
    Membre actif
    Homme Profil pro
    Développeur .NET
    Inscrit en
    Juillet 2021
    Messages
    82
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 33
    Localisation : France, Isère (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur .NET

    Informations forums :
    Inscription : Juillet 2021
    Messages : 82
    Points : 253
    Points
    253
    Par défaut
    Alors que je vais bientôt toucher ma retraite mais continuer de travailler.. Et que j'ai été développeur, chef de projet, puis spécialiste des bases de données et enseignant et que j'ai été employé (pendant 25 ans) et patron (pendant 25 ans aussi...), mon constat est assez simple :
    La plupart des développeurs actuels sont des pisseurs de code jetable et n'ont aucun avenir
    L'ouverture d'esprit nécessaire lorsque l'on numérise le monde tel qu'il est fait largement défaut


    1 -Pisseur de code jetable
    Le meilleur exemple est l'école 42 qui fabrique des singes capables de copier des lignes de code a toute vitesse sans la moindre réflexion sur les enjeux de leur code.
    Les applications qui en découlent sont obèses et lentes et difficilement évolutives.
    Les fondamentaux n'étant plus enseignés les développeurs sont incapables de se remettre en cause ni d'évoluer

    2 - Ouverture d'esprit
    La plupart des développeurs ne connaissent pas le monde du travail autre que l'informatique et lorsqu'il s'agit de numériser une activité humaine qui leur est inconnue, ils ne font aucun effort pour comprendre l'autre. Il s'ensuit un grand nombre de logiciel débiles. Un seul exemple, celui du site web de réservation de la SNCF (tgv) qui a toujours été brillamment imbécile et que je citais en exemple dans tous mes cours.... Et depuis quelques années cela a empiré... Pour un trajet eil faut commencer à définir le point d'arrivé et non le départ !!! Bilan 80 % des utilisateurs se trompent !
    Tous les bons développeurs que j'ai vu dans ma carrière étaient des gens ouverts ayant souvent fait un autre métier et capable de discuter avec n'importe qui...

    A +
    Salut,

    Je comprend et partage partiellement ton point de vue.
    Les technos évoluent vite, les usages et "modes" évoluent encore plus vite et il y'a de moins en moins de temps alloué aux KT de fonctionnel pour les équipes opérationnelles.
    En tapant sur les "pisseurs de code" tu te trompe clairement de cible, c'est le système qui n'as manque de souplesse, pas une volonté ou incapacité particulière du dernier maillon de la chaîne.
    Et si on commençait à écouter un peu plus les juniors ? A les rémunérer à leur juste valeur ? A leur transmettre les infos importantes sur le secteur pour lequel ils vont bosser ?

    Mais tout ça coute cher et les budgets se font de plus en plus serrés, il y'a rien sans rien.

    Quant à l'ouverture d'esprit comment veux tu qu'un jeune diplômé d'école d'ingé info ait la moindre idée du secteur ferroviaire ou énergétique en ayant passé sa scolarité sur un IDE ?
    C'est le rôle des entreprises de gérer la montée à bord et s'assurer que les sachants précédents ne sont pas partis sans laisser de traces écrites de leurs connaissances.
    Mais ça aussi ça coute cher, on paye un dev pour coder pas pour faire de la doc ou de l'analyse fonctionnelle...non ?
    J'ai bossé pour des clients qui chargeaient à 5j/semaine des tâches de dev de consultants qui ont parfois 16h de réu dans leur semaine, on marche sur la tête.

    Bref tout ça c'est des choix managériaux et de direction, on veut le beurre et l'argent du beurre parceque l'IT va très vite et qu'il faut rester concurrentiel et attractif.

  15. #15
    Membre confirmé
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement logiciels
    Inscrit en
    Janvier 2007
    Messages
    186
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 53
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Janvier 2007
    Messages : 186
    Points : 474
    Points
    474
    Par défaut
    Développeur depuis 30 ans je peux affirmer et cela m'étonne encore que je m'éclate dans le dev comme aux premiers jours ! Pourtant j'ai bien eu parfois des fonctions de lead tech, de chef de projet, de responsable d'application (TMA), d'architecte "à la papa" dans ma carrière mais je n'ai jamais décroché du code car je me suis toujours réservé des taches de dev sur mesure dans ces périodes là. En sortant de ma zone de confort j'ai pu voir comment certains de ces jobs étaient notoirement plus stressant, parfois intéressants et souvent complètements inutiles. Aujourd'hui un développeur cumule un peu toutes ces fonctions, les devs sont devenus de petites équipes autonomes où le chef de projet ne joue plus que le rôle d'un coordinateur, une sorte de scrum master s'occupant du service de communication du projet.

    De manière générale je considère aussi que penser une archi lorsque c'est nécessaire fait partie de mon travail et pas celui d'un soit disant "spécialiste" avec sa vision étroite des technos et qui ne connait pas mon projet, de même que prendre par la main une équipe de jeunes pour les faire monter en compétence ou les guider fait aussi partie de mon travail même si cela empiète très souvent sur mes tâches mais ce n'est pas un problème je sais la valeur que je mets dans le projet en le faisant.

    Non je ne suis pas un "pisseur de code", d'ailleurs c'est une expression très surannée que certains anciens emploient encore et surtout qui ne veut vraiment rien dire ! Le dev c'est un vrai travail d'ingénierie qu'il faut pratiquer pour appréhender la complexité sans cesse croissante de nos systèmes d'information. Peu d'utilisateurs savent que l'on est face à une industrie incapable de stabiliser son savoir faire ou de pérenniser dans le temps une réalisation. Je sais depuis des années que mon code est jetable à très brève échéance, cela ne m’empêche pas d'être rigoureux dans les choix et la réal afin de rendre son travail évolutif ou exploitable par d'autres, c'est le b.a.-ba selon moi. Je pense aussi qu'il faudra un jour que les managers arrête de vouloir s'engouffrer dans tout ce qui est "hype" juste pour se faire mousser auprès de leur hiérarchie, il y des choses bien plus urgente et prioritaire à faire pour satisfaire les besoins des clients.

    Attention aussi d'incriminer les bonnes personnes lorsque cela ne marche pas comme on voudrait, le coupable n'est pas toujours celui qui fait, pour commencer les développeurs ne décident pas des logiciels qu'il faut réaliser dans les entreprises ! Ce sont avant tout les utilisateurs et les décideurs des différentes industries à qui incombent ces décisions, et je suis d'accord ces choix ne sont pas toujours très heureux pour la base des utilisateurs qui eux n'ont pas toujours demandé ces changements ou n'ont pas eu ce qui avait été promis par leur hiérarchie.

    La première fois ou l'on ma demandé de réaliser un projet sur 6 mois qui finalement n'a jamais été installé c'est le fameux bug de l'an 2000 une époque où courait une prophétie biblique sur la plongée inéluctable de l'informatique dans les ténèbres. Méfiance aussi des décideurs qui font cavalier seul et utilisent des projets informatique comme un accélérateur de carrière et ce au détriment des utilisateurs !

    Avec le recul j'ai aussi appris pleins de métier différents, je veux dire ceux de mes clients, et rien que ça c'est un challenge, par exemple si vous êtes un administratif bien au chaud dans une collectivité locale de l'Ardèche (j’adore l'Ardèche) est ce que vous seriez prêt à passer 2 ans en immersion totale dans une société de trading, un bureau d'étude pharmaceutique ou un fournisseur d'électricité ? En effet pour produire une solution qui répond à un "besoin métier" cela va de soit il faut commencer par comprendre le métier ! Je trouve que c'est très enrichissant car on voit comment les clients galèrent aussi avec des solutions bancales mal pensées souvent imaginées par des managers qui n'ont aucune idée du besoin ni de la technique, si c'est votre cas alors changez de boite sans tarder !

    Je suis persuadé maintenant que je sortirai à la retraite et je continuerai à coder même après juste pour le plaisir, je continuerai mes projets perso sans prétention dans le but d'apprendre, de me rendre utile et de suivre l'évolution des technos.

Discussions similaires

  1. Réponses: 33
    Dernier message: 08/10/2020, 18h16
  2. Quels conseils donner pour cloner/backup son server sous Redhat
    Par pierrot10 dans le forum Administration système
    Réponses: 2
    Dernier message: 28/09/2009, 10h03
  3. Quels conseils donner à un débutant ?
    Par calogerogigante dans le forum Langage
    Réponses: 8
    Dernier message: 21/12/2005, 17h18

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo