Le PDG de Salesforce, Marc Benioff, affirme que les ordres de retour au bureau ne fonctionneront jamais
et ajoute que l'avenir réside dans le travail à distance et la flexibilité

Dans le débat actuel sur le retour au bureau, le PDG de Salesforce, Marc Benioff, reste inflexible sur le travail à distance. Lors d'un événement organisé par Salesforce à New York jeudi, Benioff a déclaré que les ordres de retour au bureau ne fonctionneront jamais. La société s'en tient à son approche du travail à distance pour "attirer et retenir les meilleurs talents". Pendant ce temps, d'autres dirigeants de l'industrie technologique, notamment Elon Musk de Tesla, Tim Cook d'Apple et Sundar Pichai de Google, font pression pour que les travailleurs retournent dans leurs bureaux. Mais les employés semblent plus que jamais être attirés par les offres de télétravail.

La pandémie de la Covid-19 n'a pas totalement pris fin, mais l'on assiste un partiel retour à la normale. Et après la généralisation du travail à domicile, imposée par les confinements mondiaux liés à la Covid-19, l'opinion est divisée entre ceux qui accueillent la nouvelle normalité du travail où que vous soyez et ceux qui considèrent le nombre de personnes qui franchissent la porte du bureau comme un indicateur de productivité. Parmi ces derniers, on trouve David Solomon, PDG de Goldman Sachs, qui a profité de plusieurs occasions pour insister sur le retour de son personnel au bureau à temps plein, et Boris Johnson, Premier ministre britannique.

Ce dernier est convaincu que le travail à distance représentait une menace sérieuse pour la réussite économique du pays après le Brexit. Salesforce n'est pas étranger au débat, mais l'éditeur de logiciels, basé à San Francisco, fait partie du groupe qui pense que le monde du travail ne retrouvera plus jamais son fonctionnement prépandémique. En raison de cela, l'entreprise aurait déjà annulé la construction d'une tour de 30 193 mètres carrés. L'année dernière, Brent Hyder, président et directeur des ressources humaines de Salesforce, a déclaré que "l'expérience des employés ne se résume pas à des tables de ping-pong et à des collations".

Nom : Marc-Benioff-Salesforce-CEO.png
Affichages : 2447
Taille : 798,2 Ko
Marc Benioff, PDG de Salesforce

Cette semaine, le PDG Marc Benioff est allé plus loin en déclarant qu'un retour forcé à la normale ne serait pas une réussite. Jeudi, s'exprimant lors d'une conférence de l'éditeur à New York, il a déclaré : « les ordres de retour au bureau ne vont jamais fonctionner ». Son point de vue fait écho à la politique permanente de Salesforce qui laisse les employés décider où ils veulent travailler. Lui et son co-PDG Bret Taylor considèrent la flexibilité de leur entreprise comme un outil de recrutement. « Les meilleurs talents peuvent travailler de n'importe où, tant que les équipes sont dans le même fuseau horaire », a déclaré Taylor le mois dernier.

Bien entendu, Slack, une division de Salesforce, bénéficie des travailleurs à distance qui utilisent la plateforme de communication tout en travaillant à domicile. Benioff et Taylor ont expliqué aux participants à l'événement que Slack va déployer prochainement une série de mises à jour pour mieux favoriser le travail à distance à long terme, comme le partage d'écran et l'amélioration des appels vidéo. Les bouleversements provoqués par la pandémie de la Covid-19 amènent les dirigeants à repenser leurs stratégies de bureau. Les dirigeants sont divisés en deux groupes, mais les employés semblent être majoritairement attirés par les offres de travail à distance ou la flexibilité.

Selon les analystes, il y a peut-être une bonne raison à la réflexion de Benioff. Une étude menée par Gartner a révélé que les entreprises pourraient manquer le coche si elles ne s'adaptaient pas à la flexibilité et au travail à domicile, à tout le moins pour la main-d'œuvre informatique très demandée. Gartner a constaté que 65 % des employés du secteur des technologies de l'information affirment que la possibilité de travailler de manière flexible aura une incidence sur leur décision de rester ou de partir. En Europe, l'équilibre entre vie professionnelle et vie privée l'emporte sur la rémunération dans la prise de décision des travailleurs de l'IT.

De plus, selon une nouvelle enquête de Pew Research, environ 60 % des travailleurs américains qui déclarent que leur travail peut être effectué principalement à domicile travaillent à distance tout le temps ou la plupart du temps. À plus long terme, l'étude révèle que 60 % des travailleurs dont l'emploi peut être exercé à domicile déclarent qu'une fois la pandémie terminée, ils souhaiteraient travailler principalement à domicile s'ils en avaient le choix. Ce chiffre est en hausse par rapport aux 54 % prévus pour 2020. En outre, d'autres études ont rapporté que la flexibilité n'est pas le seul facteur que les travailleurs prennent en compte.

D'autres recherches menées par Ladders indiquent que les offres d'emploi bien rémunérées proposant le télétravail ont augmenté tout au long de la pandémie, passant de 9 % à la fin de 2020 à 15 % aujourd'hui, les employeurs mettant tout en œuvre pour attirer les talents. Par ailleurs, les commentaires de Benioff interviennent alors que de nombreux dirigeants, comme Elon Musk, réitèrent leurs ordres de retour au bureau malgré la résistance constante d'une grande partie de leur personnel. « Le travail à distance n'est plus acceptable », a écrit Musk dans un courriel interne aux employés au début du mois.

« Toute personne qui souhaite travailler à distance doit être au bureau pour un minimum (et je veux dire *minimum*) de 40 heures par semaine ou quitter Tesla », a-t-il précisé dans son message. D'un autre côté, des sources ont rapporté au début du mois que Google pourrait imposer des réductions de salaire aux employés qui ne retournent pas dans le même bureau et choisissent plutôt de travailler à domicile de façon permanente après la pandémie. Le géant de la recherche et du cloud computing a créé en juin l'utilitaire "Work Location Tool" afin de calculer les implications salariales potentielles du travail à distance à temps plein.

Une grande partie de Wall Street adopte la même position. Jamie Dimon et David Solomon, respectivement PDG de JPMorgan et de Goldman Sachs, ont clairement fait part de leur intention de revenir à un modèle de travail entièrement présentiel. « Le travail à distance ne fonctionne pas pour les personnes qui veulent s'activer, ne fonctionne pas pour la culture, ne fonctionne pas pour la génération d'idées », a déclaré Dimon l'année dernière, tout en reconnaissant que son opinion n'a pas été populaire. « Nous recevons des retours de bâton sur notre retour en interne. Mais c'est la vie », a-t-il ajouté.

Les employés de Dimon et Benioff ne sont pas les seuls à mener une guerre contre les mandats internes. D'autres cadres prennent également une position opposée. « Il est prouvé que le travail à distance améliore la qualité de vie des gens et la productivité des équipes », a déclaré Paul McKinlay, responsable du travail à distance d'une société d'impression appelée Cimpress. Benioff semble penser que Musk et son équipe mènent une bataille perdue d'avance, et les données semblent le conforter. Selon un sondage Gallup d'octobre 2021, les travailleurs ayant des horaires plus flexibles sont plus productifs, plus loyaux et plus proches de leurs collègues.

L'absence d'une telle flexibilité pourrait signifier une plus grande rotation. « Les gens ont passé plus de deux ans à prouver qu'ils peuvent être productifs en travaillant à domicile. Alors que les entreprises obligent les employés à retourner au bureau cinq jours par semaine, nous avons vu les niveaux de stress des travailleurs monter en flèche et l'équilibre entre vie professionnelle et vie privée s'effondrer. Les personnes qui ne sont pas satisfaites de leur niveau de flexibilité au travail sont trois fois plus susceptibles de chercher un nouvel emploi », a déclaré Brian Elliott, responsable de la recherche chez Slack.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous des déclarations de Marc Benioff de Salesforce ?
Pensez-vous que le travail à distance et le travail hybride finiront par s'imposer ?
Préfèreriez-vous être totalement en télétravail ou avoir une semaine de travail hybride ?
Que pensez-vous des employés qui font le choix de quitter leur travail plutôt que de retourner au bureau ?

Voir aussi

Emploi : Marc Benioff, le CEO de Salesforce, prévoit de faire passer 50 à 60 % de ses employés en télétravail après la pandémie et renforce ainsi l'idée que l'approche pourrait s'imposer en standard

Google impose le retour des travailleurs à la Silicon Valley et dans d'autres de ses bureaux à partir du 4 avril, alors que les personnes lancées en télétravail ne veulent plus retourner au bureau

La politique de retour au bureau d'Apple laisse de nombreux travailleurs mécontents, un expert en IA démissionne

Un rachat par Elon Musk pourrait mettre fin à la politique permanente de télétravail de Twitter, car il est pour un retour au bureau sous peine de licenciement

Elon Musk confirme l'authenticité d'un courrier en interne dans lequel il déclare que le télétravail n'est plus admissible à Tesla, alors que les employés sur la formule ne veulent plus du bureau