IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Michael Guilloux
    Homme Profil pro
    Data Consultant
    Inscrit en
    Juillet 2013
    Messages
    2 868
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 33
    Localisation : Côte d'Ivoire

    Informations professionnelles :
    Activité : Data Consultant
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Juillet 2013
    Messages : 2 868
    Points : 86 833
    Points
    86 833
    Billets dans le blog
    2
    Par défaut Meta a conçu ses plateformes de médias sociaux dans le but de rendre les jeunes utilisateurs dépendants
    Les recherches de Facebook montrent qu'Instagram est nocif pour les adolescents, mais l'entreprise relativise
    et défend que cela dépend de leur état d'esprit et la manière dont ils l'utilisent

    Des études menées au cours des trois dernières années par les chercheurs de Facebook ont fait ressortir qu'Instagram est « nuisible pour un pourcentage important » de jeunes utilisateurs, en particulier les adolescentes. D'après le Wall Street Journal qui cite les documents internes de l'entreprise, Instagram aurait détérioré l'image corporelle d'une adolescente sur trois. Ce qui soulève de sérieuses inquiétudes quant à l'impact de l'application de partage de photos sur la santé mentale des adolescents. Instagram aurait également augmenté les taux d'anxiété et de dépression des adolescents.

    Au cours des dernières années, de nombreuses études se sont intéressées à l'impact des médias sociaux sur le bien-être des utilisateurs, en particulier les plus jeunes. S'il n'y a pas de consensus sur la question, la balance penche du côté de ceux qui estiment que les médias sociaux sont nocifs chez les enfants, adolescents et jeunes. C'est par exemple le cas d'une étude menée par l'Education Policy Institute et le Prince's Trust qui conclut que les médias sociaux nuisent à la santé mentale des adolescents. Et avant elle, bien d'autres études ont abouti à des conclusions similaires.

    Qui parle de médias sociaux parle indirectement de Facebook, géant du domaine. Réunissant trois des plus grandes plateformes de médias sociaux dans le monde (Facebook, WhatsApp et Instagram), Facebook est donc accusé de participer à la détérioration de la santé mentale de ses jeunes utilisateurs. Le géant des médias sociaux réfute toutefois ces allégations, affirmant que les corrélations entre l'utilisation de ses plateformes et la dépression ne sont pas concluantes. Que dire alors de ses propres recherches qui aboutissent à la conclusion selon laquelle Instagram serait nocif pour les adolescents ?

    Rebondissant sur les révélations du Wall Street Journal, Karina Newton, Instagram ne les nie pas, mais exhorte à prendre avec des pincettes ses propres études, estimant qu'il n'y a pas encore suffisamment de preuves pour dire que les médias sociaux ont un effet négatif sur les utilisateurs.

    « La question qui préoccupe beaucoup de gens est de savoir si les médias sociaux sont bons ou mauvais pour les gens », a écrit Karina Newton, responsable des politiques publiques chez Instagram, dans un article de blog. « La recherche à ce sujet est mitigée ; la réponse peut être oui et non. Chez Instagram, nous examinons les avantages et les risques de ce que nous faisons. Nous sommes fiers que notre application puisse donner la parole à ceux qui ont été marginalisés, qu'elle puisse aider les amis et les familles à rester connectés aux quatre coins du monde, qu'elle puisse provoquer un changement sociétal ; mais nous savons aussi que cela peut être un endroit où les gens vivent des expériences négatives, comme le WSJ l'a annoncé aujourd'hui. Notre travail consiste à nous assurer que les gens se sentent bien dans l'expérience qu'ils ont sur Instagram, et y parvenir est quelque chose qui nous tient à cœur. »

    Poursuivant ses propos, elle explique que « la recherche externe sur l'impact des médias sociaux sur les gens est encore relativement naissante et en évolution, et les médias sociaux eux-mêmes évoluent rapidement. Certains chercheurs soutiennent que nous avons besoin de plus de preuves pour comprendre l'impact des médias sociaux sur les gens. Chaque étude a des limites et des mises en garde, donc aucune étude ne sera concluante », dit-elle. Avant d'ajouter que « nous devons nous appuyer sur un corpus sans cesse croissant de recherches multiméthodes et de contributions d'experts ».

    Nom : instagram.jpg
Affichages : 2144
Taille : 30,3 Ko

    Pour en venir aux conclusions des recherches internes, Karina Newton affirme que « les médias sociaux ne sont pas intrinsèquement bons ou mauvais pour les gens ». Elle estime que beaucoup peuvent les trouver utiles un jour et problématiques le lendemain. Ce qui semble donc le plus important, « c'est la façon dont les gens utilisent les médias sociaux et leur état d'esprit lorsqu'ils les utilisent ».

    La responsable des politiques publiques chez Instagram cite plusieurs études externes pour soutenir sa position. Une étude de méthodes mixtes de Harvard aurait par exemple décrit le « basculement » des expériences positives et négatives que les adolescents américains ont sur les réseaux sociaux. La même personne peut avoir une conversation intéressante avec son ami un jour et se disputer avec lui le lendemain. Selon une étude de Pew Internet sur les adolescents aux États-Unis, 81 % des adolescents auraient déclaré que les médias sociaux les rendaient plus connectés à leurs amis, tandis que 26 % auraient déclaré que les médias sociaux leur faisaient se sentir plus mal dans leur vie.

    « Nos constats étaient similaires », déclare Karina Newton. « Beaucoup ont déclaré qu'Instagram améliore les choses ou n'a aucun effet, mais certains, en particulier ceux qui se sentaient déjà déprimés, ont déclaré qu'Instagram pourrait aggraver les choses ». Elle estime encore qu'étant donné que des problèmes tels que la comparaison sociale négative et l'anxiété existent dans le monde réel, ce n'est pas surprenant qu'ils existent également sur les réseaux sociaux. Tout cela sous-entend que l'impact des médias sociaux sur les utilisateurs dépend de l'état d'esprit de ces derniers avant même de les utiliser.

    Toutefois, Instagram dit prendre au sérieux les résultats de ses recherches et avoir mis en place des mesures spécifiques pour changer Instagram pour le mieux. Newton a ajouté qu'Instagram a effectué « un travail approfondi sur l'intimidation, le suicide, l'automutilation et les troubles de l'alimentation » pour faire de l'application un endroit sûr pour tout le monde. La société dit également se concentrer sur la lutte contre les comparaisons sociales et l'image corporelle négatives. Elle développerait aussi des moyens d'intervenir si elle voit « des gens s'attarder sur certains types de contenu ».

    Sources : Wall Street Journal, Instagram

    Et vous ?

    Comme le dit Karina Newton, l'impact des médias sociaux sur les adolescents dépend-il de leur état d'esprit et la manière dont ils les utilisent ?
    Les médias sociaux ne font-ils qu'amplifier les réalités vécues par leurs utilisateurs dans le monde réel ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Futur Membre du Club
    Homme Profil pro
    Intégrateur Web
    Inscrit en
    Septembre 2021
    Messages
    4
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Alpes Maritimes (Provence Alpes Côte d'Azur)

    Informations professionnelles :
    Activité : Intégrateur Web

    Informations forums :
    Inscription : Septembre 2021
    Messages : 4
    Points : 8
    Points
    8
    Par défaut
    Toutes ces applications sont nocives pour les jeunes, il n'y a pas qu'Instagram, on devrait revenir à bonne vieille époque du 3310 et du jeu snake

  3. #3
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 293
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 293
    Points : 194 618
    Points
    194 618
    Par défaut Meta attaqué en justice par 41 États US qui estiment qu'Instagram et Facebook créent une dépendance
    Meta attaqué en justice par 41 États US qui estiment qu'Instagram et Facebook créent une dépendance et nuisent aux enfants,
    l'entreprise accusée d'avoir privilégié le profit à la sécurité des jeunes utilisateurs

    Meta, la société mère d’Instagram et de Facebook, fait face à une vague de poursuites judiciaires de la part de 41 États américains et du district de Columbia, qui l’accusent de contribuer à une crise de santé mentale chez les jeunes en concevant des fonctionnalités addictives sur ses plateformes sociales. En 2021, le bureau du procureur général du Massachusetts a mené une enquête multiétatique sur « les impacts d'Instagram sur les jeunes » après que la lanceuse d'alerte de Facebook, Frances Haugen, a révélé que Facebook savait qu'Instagram était « toxique » pour les adolescentes, mais avait minimisé les risques pour le public.

    Les procureurs généraux de 41 États et du district de Columbia ont poursuivi Meta il y a quelques heures. Cette décision intervient après la conclusion d’une enquête multiétatique lancée en 2021, au cours de laquelle une coalition bipartite de forces de l’ordre de l’État a commencé à examiner comment les fonctionnalités de Facebook et d’Instagram sont conçues pour créer une dépendance et nuire aux enfants.

    La procureure générale du Massachusetts, Andrea Joy Campbell, a annoncé qu'elle intentait une action en justice devant la Cour supérieure du Suffolk contre Meta Platforms Inc., anciennement connue sous le nom de Facebook, et sa filiale Instagram, pour violation de la loi du Massachusetts sur la protection des consommateurs en concevant délibérément leurs applications pour rendre les jeunes utilisateurs dépendants et tromper activement et à plusieurs reprises le public sur le danger que représente pour les jeunes la surutilisation de leurs produits.

    Le procès allègue que, sur la base de ses propres recherches internes, Meta était au courant du préjudice important que ces pratiques causaient aux utilisateurs adolescents et avait choisi de cacher ses connaissances et d'induire le public en erreur pour réaliser un profit. Cette mauvaise conduite affecte des centaines de milliers d’adolescents du Massachusetts qui utilisent activement Instagram.

    La procureure générale Campbell est rejointe par une coalition bipartite de procureurs généraux qui poursuivent le conglomérat de médias sociaux et de technologie devant un tribunal fédéral du district nord de Californie et devant plusieurs tribunaux d'État à travers le pays.

    « Meta s’attaque à nos jeunes et a choisi de profiter en ciblant et en exploitant sciemment leurs vulnérabilités. Ce faisant, Meta a contribué de manière significative à la crise de santé mentale actuelle chez nos enfants et adolescents », a déclaré la procureur générale Campbell. « Parce que Meta a montré qu’elle n’agira pas de manière responsable à moins que les tribunaux ne l’y obligent, mes collègues et moi-même agissons aujourd’hui – et continuerons à faire pression pour des changements significatifs dans les plateformes de Meta qui protègent nos jeunes. »

    Bien qu'une grande partie de la plainte du Massachusetts repose sur des éléments qui font actuellement l'objet d'un examen devant la Cour supérieure, des sources accessibles au public, y compris celles précédemment publiées par d'anciens employés de Meta, révèlent que Meta a délibérément rendu ses plateformes addictives chez les enfants et les adolescents, sachant que les enfants et les adolescents ont été lésés au cours du processus.

    Nom : zuck.png
Affichages : 1158
Taille : 573,8 Ko

    Des mécanismes pour rendre dépendants

    La plainte allègue que Meta utilise secrètement des fonctionnalités de conception qui exploitent et capitalisent délibérément sur les vulnérabilités uniques des jeunes utilisateurs et surmontent la capacité des jeunes à autoréguler leur temps passé sur sa plateforme. Ces fonctionnalités incluent le « défilement infini », les notifications et alertes quasi constantes, les Story et les Reel à lecture automatique, des fonctionnalités conçues pour créer un sentiment de « FOMO » (peur de rater quelque chose) et des mécanismes de « récompenses variables intermittentes » similaires à ceux utilisés par machines à sous.

    Ces fonctionnalités ont été conçues et déployées dans le but d'inciter les jeunes utilisateurs à passer le plus de temps possible sur la plateforme, de les attirer à revenir lorsqu'ils tentent de s'arrêter et de submerger leur capacité à contrôler ou réguler leur propre utilisation, avec des conséquences significatives et concernant les impacts négatifs sur le développement cérébral et la santé mentale des adolescents utilisateurs.

    La plainte allègue en outre que Meta savait que ces fonctionnalités avaient des impacts néfastes et négatifs sur les jeunes utilisateurs - mais au lieu de prendre des mesures pour atténuer ces dommages, elle a choisi d'induire le public en erreur, vantant la sécurité de ses plateformes pour les jeunes et affirmant qu'elle donne la priorité au bien-être des jeunes utilisateurs. De nombreux documents et communications internes montrent que Meta, y compris ses plus hauts dirigeants, étaient conscients que certaines fonctionnalités d'Instagram incitaient les jeunes utilisateurs à une utilisation addictive et habituelle de ses plateformes. Au lieu de donner la priorité au bien-être des jeunes utilisateurs – comme elle l’a publiquement affirmé – Meta a choisi à plusieurs reprises et délibérément de ne pas mettre en œuvre de mesures ni de concevoir des changements dont elle savait qu’elles pourraient réduire les méfaits et améliorer le bien-être des jeunes utilisateurs.

    De plus, la plainte allègue que malgré les affirmations de Meta selon lesquelles les enfants de moins de 13 ans ne sont pas autorisés sur Instagram et n’utilisent pas la plateforme, les dossiers internes montrent qu’ils le font. Meta a permis à ces utilisateurs mineurs de rester sur sa plateforme tout en sachant que sa nature nocive avait le plus grand impact sur ses utilisateurs les plus jeunes. Des documents internes révèlent que l’entreprise savait que ses mesures visant à garder les utilisateurs de moins de 13 ans étaient inefficaces et n’étaient pas appliquées de manière significative, mais qu’elle a décidé de ne pas utiliser ou investir dans des mesures de vérification de l’âge plus efficaces, car cela affecterait la croissance et les revenus de l’entreprise.

    Nom : jeune.png
Affichages : 1066
Taille : 377,4 Ko

    Des éléments fournis par une lanceuse d'alerte

    Les poursuites font suite à une série de révélations faites par une ancienne employée de Meta, Frances Haugen, qui a témoigné devant le Congrès américain et a partagé des milliers de documents internes avec les médias. Ces documents ont montré que Meta était conscient des impacts négatifs de ses plateformes sur la société, la démocratie et la sécurité des utilisateurs, mais qu’il privilégiait ses profits et sa croissance au détriment du bien-être public.

    Ces allégations marquent un rare accord bipartisan et soulignent la vague d’inquiétude parmi les dirigeants gouvernementaux selon laquelle les réseaux sociaux nuisent aux jeunes utilisateurs en optimisant l’engagement plutôt que la sécurité.

    « À une époque où notre nation ne voit pas le niveau de collaboration bipartite dont nous avons besoin pour résoudre les problèmes, vous pouvez le voir ici parmi ce groupe de procureurs généraux », a déclaré le procureur général du Colorado, Phil Weiser (démocrate), qui codirige le poursuite fédérale.

    Trente-trois États, dont le Colorado et la Californie, déposent une plainte conjointe devant le tribunal fédéral du district nord de Californie, tandis que les procureurs généraux de Washington et de huit États déposent des plaintes distinctes devant les tribunaux fédéraux, étatiques ou locaux.

    « Notre enquête bipartite est arrivée à une conclusion solennelle : Meta a fait du mal à nos enfants et à nos adolescents, cultivant une dépendance pour augmenter les profits des entreprises », a déclaré le procureur général de Californie, Rob Bonta (démocrate), l'un des responsables à la tête de l'effort, dans un communiqué.

    Les États demandent au tribunal d’ordonner à Meta de cesser ses pratiques trompeuses et illégales, de payer des dommages-intérêts et des amendes, et de mettre en place des mesures pour protéger la santé mentale des enfants et des adolescents qui utilisent ses services. Ils demandent également à Meta de fournir aux autorités et au public un accès complet et transparent à ses recherches internes sur les effets de ses plateformes.

    Meta a nié les accusations portées contre lui et a affirmé qu’il travaillait à améliorer ses produits pour offrir une expérience positive et sûre aux utilisateurs. La société a également déclaré qu’elle coopérait avec les régulateurs et les législateurs pour trouver des solutions aux défis posés par les technologies numériques

    Nom : insta.png
Affichages : 1023
Taille : 189,8 Ko

    Des tentatives de régulation de l'utilisation des médias sociaux avec des lois

    Les efforts visant à adopter de nouvelles mesures de protection de la vie privée et de la sécurité des enfants en ligne ont stagné au niveau fédéral, laissant en grande partie les États aller de l'avant avec de nouvelles mesures agressives.

    Des États comme l'Arkansas et l'Utah ont adopté des lois interdisant l'accès aux réseaux sociaux aux moins de 13 ans et exigeant que les adolescents de moins de 18 ans obtiennent l'autorisation de leurs parents pour accéder aux sites. La Californie, quant à elle, a adopté des règles obligeant les entreprises technologiques à vérifier les risques de leurs produits et à intégrer des garde-fous en matière de sécurité et de confidentialité dans leurs outils. Au lieu d’une législation fédérale, les parents et les districts scolaires se sont également saisis de l’affaire, intentant des poursuites accusant Meta, TikTok et d’autres plateformes d’aggraver la crise de santé mentale des jeunes dans le pays et d’aggraver les problèmes d’anxiété, de dépression et d’image corporelle chez les étudiants.

    L’augmentation des poursuites judiciaires arrive à un moment où les recherches sur le lien entre l’utilisation des médias sociaux et les problèmes de santé mentale restent floues. Cette année, le chirurgien général américain Vivek H. Murthy a publié un avis affirmant qu'une utilisation excessive des médias sociaux pendant l'enfance peut entraîner un risque plus élevé de mauvaise santé mentale, notamment de problèmes de sommeil ou d'insatisfaction corporelle. Mais un rapport de l’American Psychological Association a révélé que l’utilisation des médias sociaux « n’est pas intrinsèquement bénéfique ou nuisible aux jeunes » et que des recherches supplémentaires devraient être menées sur le sujet.

    La peur de perdre des utilisateurs au profit de la concurrence

    Depuis lors, Meta a dévoilé de nombreux changements de politique et de produits destinés à rendre ses applications plus sûres pour les enfants, notamment en donnant aux parents des outils pour suivre l'activité, en intégrant des avertissements invitant les adolescents à faire une pause dans les médias sociaux et en mettant en œuvre des paramètres de confidentialité plus stricts par défaut pour les jeunes utilisateurs.

    Les changements n’ont pas réussi à apaiser ses critiques aux niveaux étatique et fédéral, qui affirment que l’entreprise a manqué à sa responsabilité de protéger ses jeunes utilisateurs les plus vulnérables.

    Depuis des années, Meta s'inquiète du fait que les jeunes passent moins de temps sur Facebook, tandis que les adolescents affluent vers des concurrents tels que TikTok et Snapchat. Pour attirer les jeunes utilisateurs, la société a tenté de reproduire TikTok avec son service de vidéo courte, Reels.

    Mais la volonté d’attirer les jeunes a attiré l’attention des régulateurs qui craignent que des applications comme Facebook et Instagram nuisent à la santé mentale des jeunes, les entraînent dès leur plus jeune âge vers des produits addictifs et compromettent leur vie privée. Meta affirme que les recherches sur les effets des médias sociaux sur les jeunes sont mitigées et que l'entreprise prend des précautions pour protéger les utilisateurs.

    Source : plainte, communiqué des procureurs

    Et vous ?

    Que pensez-vous de la responsabilité de Meta dans la crise de santé mentale chez les jeunes utilisateurs des réseaux sociaux ?
    Quelles sont les mesures que Meta devrait prendre pour protéger le bien-être de ses utilisateurs, en particulier les enfants et les adolescents ?
    Quel est le rôle des autorités et des législateurs dans la régulation des plateformes numériques comme Instagram et Facebook ?
    Quels sont les avantages et les inconvénients des réseaux sociaux pour la société, la démocratie et la sécurité ?
    Comment gérez-vous votre usage des réseaux sociaux et celui de vos proches ? Avez-vous déjà ressenti des effets négatifs sur votre santé mentale ou physique ?

    Voir aussi :

    Facebook encourage les discours de haine pour gagner de l'argent, selon une lanceuse d'alerte, qui a publié des informations qu'elle a pu glaner durant son passage au sein de l'entreprise
    Les recherches de Facebook montrent qu'Instagram est nocif pour les adolescents, mais l'entreprise relativise et défend que cela dépend de leur état d'esprit et la manière dont ils l'utilisent
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  4. #4
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Anthony
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Novembre 2022
    Messages
    831
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Gironde (Aquitaine)

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2022
    Messages : 831
    Points : 13 769
    Points
    13 769
    Par défaut Mark Zuckerberg a personnellement rejeté les propositions de Meta sur la santé mentale des adolescents
    Mark Zuckerberg a personnellement rejeté les propositions de Meta visant à améliorer la santé mentale des adolescents, selon des documents judiciaires

    Le PDG de Meta, Mark Zuckerberg, a personnellement et à plusieurs reprises contrecarré des initiatives visant à améliorer le bien-être des adolescents sur Facebook et Instagram, parfois en passant directement outre certains de ses lieutenants les plus hauts placés, selon des communications internes rendues publiques dans le cadre d'un procès en cours contre l'entreprise.

    Les communications récemment dévoilées dans le cadre du procès - déposé à l'origine par le Massachusetts le mois dernier devant un tribunal d'État - montreraient comment Zuckerberg a ignoré ou fait taire des cadres supérieurs, notamment le PDG d'Instagram Adam Mosseri et le président des affaires mondiales Nick Clegg, qui lui avaient demandé de faire davantage pour protéger les plus de 30 millions d'adolescents qui utilisent Instagram aux États-Unis.

    Ces révélations mettent en évidence l'influence de Mark Zuckerberg sur les décisions de Meta, qui peuvent affecter des milliards d'utilisateurs. Elles mettent également en lumière les tensions qui ont parfois surgi entre Zuckerberg et d'autres responsables de Meta qui ont fait pression pour améliorer le bien-être des utilisateurs.


    Rejet des suggestions de sécurité

    Zuckerberg a opposé son veto à une proposition de 2019 qui aurait désactivé les "filtres de beauté" d'Instagram, une technologie qui modifie numériquement l'apparence à l'écran d'un utilisateur et qui nuirait à la santé mentale des adolescents en promouvant des attentes irréalistes en matière d'image corporelle, selon la version non expurgée de la plainte déposée cette semaine par les autorités du Massachusetts.

    Après avoir laissé de côté la proposition pendant des mois, Mark Zuckerberg a écrit à ses adjoints en avril 2020, affirmant qu'il y avait une "demande" pour les filtres et qu'il n'avait vu "aucune donnée" suggérant que les filtres étaient nocifs, selon la plainte.

    Malgré la conclusion de Zuckerberg, la proposition avait bénéficié d'un large soutien, selon la plainte, notamment de la part de Mosseri, de la responsable des politiques d'Instagram, Karina Newton, du responsable de Facebook, Fidji Simo, et de la vice-présidente de la conception des produits de Meta, Margaret Gould Stewart. (Simo et Mosseri avaient déploré à d'autres moments, selon le procès, que le manque d'investissement dans les initiatives de bien-être signifiait que Meta n'avait pas de "feuille de route de travail qui démontre que nous nous soucions du bien-être").

    Stewart a d'abord lancé l'idée de désactiver les filtres de beauté, citant les recommandations des universitaires et des conseillers externes de Meta, tandis que Newton a écrit un courriel ajoutant que l'idée était fortement soutenue par des départements tels que "les communications, le marketing [et] la politique", selon l'action en justice.

    Mais après que le directeur de la technologie Andrew Bosworth a porté la question à l'attention de Zuckerberg, ce dernier a finalement rejeté le plan et les filtres ont été autorisés à rester en place, selon la plainte.

    M. Stewart a ensuite écrit à M. Zuckerberg, craignant que sa décision de ne pas désactiver les filtres ne revienne hanter l'entreprise.

    "Je respecte votre décision et je la soutiendrai", a écrit M. Stewart, selon un message cité dans la plainte, "mais je tiens à dire pour mémoire que je ne pense pas que ce soit la bonne décision compte tenu des risques....". J'espère simplement que dans quelques années, nous regarderons en arrière et que nous serons satisfaits de la décision que nous avons prise.

    En réponse aux communications récemment dévoilées, le porte-parole de Meta, Andy Stone, a déclaré que de tels filtres d'image sont couramment utilisés dans l'industrie.

    "Alors que les filtres existent sur toutes les grandes plateformes sociales et les appareils photo des smartphones, Meta interdit ceux qui font directement la promotion de la chirurgie esthétique, des changements de couleur de peau ou de la perte de poids extrême", a déclaré M. Stone. "Nous indiquons clairement lorsqu'un filtre est utilisé et nous nous efforçons d'examiner de manière proactive les effets par rapport à ces règles avant qu'ils ne soient mis en ligne."

    M. Stone a ajouté que Meta offrait 30 outils pour aider les adolescents et les familles, notamment la possibilité de fixer des limites de temps d'écran et de supprimer les mentions "j'aime" dans les messages. (Dans les parties non expurgées de la plainte, le procès du Massachusetts allègue que l'expérience visant à supprimer les mentions "J'aime" des messages, dont le nom de code est "Project Daisy", avait été proposée à l'origine comme une option par défaut pour l'ensemble de l'application, mais qu'elle a ensuite été ramenée à une option facultative rarement utilisée).

    Au moment de la plainte initiale du Massachusetts, l'une des nombreuses plaintes déposées le même jour par les procureurs généraux de plusieurs États, Meta avait déclaré qu'elle s'engageait à "offrir aux adolescents des expériences sûres et positives" et qu'elle était déçue que les États n'aient pas collaboré avec Meta pour élaborer des normes industrielles.

    Certains cadres s'inquiètent au sujet du bien-être

    Un an après la décision sur le filtre de beauté, en août 2021, Clegg a pressé Zuckerberg de faire "des investissements supplémentaires pour renforcer notre position sur le bien-être dans toute l'entreprise", citant une recommandation du personnel pour traiter les problèmes de dépendance, d'automutilation et d'intimidation, selon la plainte. À ce moment-là, l'entreprise n'était qu'à quelques semaines d'être frappée par les allégations fracassantes de Frances Haugen, dénonciatrice de Facebook, selon lesquelles Instagram savait que ses services pouvaient être nocifs pour les adolescents.

    Les allégations anonymes de Frances Haugen en septembre ont déclenché un examen minutieux d'Instagram. Alors que Haugen révélait son identité en octobre, Mosseri a écrit à un autre responsable de produit Meta le même mois en référence à la proposition de Clegg, selon le procès, en disant qu'il était "vraiment inquiet" du bien-être "mais qu'il avait fait peu de progrès".

    Zuckerberg aurait gardé le silence sur la proposition de Clegg pendant tout ce temps, ce qui a incité Clegg à réitérer ses inquiétudes à Zuckerberg en novembre. Finalement, Zuckerberg a semblé répondre par l'intermédiaire de la directrice financière de Meta, Susan Li, qui a "répondu de manière laconique que le personnel était trop "limité" pour répondre à la demande", selon le procès.

    Li a répondu de la même manière au nom de Zuckerberg après qu'un autre responsable de produit, David Ginsberg, a envoyé un courriel à Zuckerberg en 2019 soulignant les recherches internes et externes suggérant que les services de l'entreprise avaient un impact négatif sur le bien-être des gens. Ginsberg a proposé d'embaucher plus d'ingénieurs pour construire des outils de bien-être afin de répondre à la dépendance, à la comparaison sociale et à la solitude, mais Li "a répondu que l'équipe de direction de Meta avait refusé de financer cette initiative", selon la plainte.

    Le rejet par Zuckerberg des opportunités d'investir davantage dans le bien-être reflète son approche de la gestion centrée sur les données, a déclaré Arturo Bejar, l'ancien directeur de l'ingénierie de Facebook et dénonciateur qui a lancé ses propres allégations la semaine dernière selon lesquelles Instagram a ignoré à plusieurs reprises les avertissements internes sur les dommages potentiels de l'application pour les adolescents.

    M. Bejar, qui a témoigné des risques présumés d'Instagram devant les législateurs américains cette semaine, a déclaré le mercredi 8 novembre qu'il n'avait pas participé à la prise de décision sur les filtres de beauté, mais qu'il avait parlé à des hauts fonctionnaires et à d'autres personnes qui avaient travaillé sur des recherches internes à ce sujet.

    "J'ai cru comprendre que Mark avait besoin de données causales", a déclaré M. Bejar, "pour être en mesure de démontrer que parce que quelqu'un utilisait un filtre, cela aurait un impact sur la façon dont il se perçoit."

    "Toutes les personnes à qui j'en ai parlé en interne étaient d'avis que le niveau de preuve exigé par Mark, pour pouvoir prendre le travail au sérieux et agir en conséquence, était trop élevé", a ajouté M. Bejar. "Je pense qu'il s'agit d'une norme impossible à respecter."

    Mercredi, Stone a ajouté que Meta dispose d'une "équipe centrale solide qui supervise les efforts de bien-être des jeunes dans l'ensemble de l'entreprise, et a mis en place une technologie et des équipes qui peuvent agir rapidement et efficacement pour mettre en œuvre de nouvelles améliorations dans des applications spécifiques".

    Les défenseurs de la technologie se jettent à l'eau

    D'autres allégations récemment dévoilées dans la plainte accusent Meta d'exploiter la psychologie du cerveau des adolescents et que Zuckerberg a personnellement établi des objectifs pour l'entreprise afin d'augmenter le temps que les utilisateurs passent sur Instagram.

    Une présentation interne de 2020 évoquée dans la plainte décrit comment Instagram répond au désir des adolescents de "rechercher la nouveauté" avec "un coup de dopamine" grâce à des notifications intermittentes sur les commentaires, les suivis et d'autres appels à l'attention qui peuvent transmettre un sentiment "d'approbation et d'acceptation [qui] sont d'énormes récompenses pour les adolescents".

    Les groupes de défense de la technologie ont vivement critiqué M. Zuckerberg mercredi après la révélation des communications internes.

    "Ces documents non réagis prouvent que Mark Zuckerberg n'est pas intéressé par la protection de la vie privée ou de la sécurité de qui que ce soit. La pourriture remonte jusqu'au sommet", a déclaré Sacha Haworth, directeur exécutif du Tech Oversight Project.

    Zamaan Qureshi, coprésident de Design It For Us, une coalition dirigée par des jeunes qui milite en faveur de la modification des produits et de la réglementation des médias sociaux, a déclaré que les documents dévoilés montrent que les cadres supérieurs de Meta se heurtent parfois aux mêmes obstacles que les employés de base concernés.

    "Les commentaires de M. Clegg s'inscrivent dans un modèle et une pratique au sein de Meta, où les employés ont signalé à plusieurs reprises le sous-investissement dans les outils de bien-être, malgré les recherches effectuées", a déclaré M. Qureshi. "Nous savons maintenant que même les cadres supérieurs n'ont pas réussi à atteindre Zuckerberg."

    Source : Action en justice contre Meta et Instagram

    Et vous ?

    Quelle lecture faites-vous de cette situation ?

    Que pensez-vous de l'approche adoptée par Mark Zuckerberg pour répondre au bien-être des adolescents qui utilisent Facebook et Instagram ?

    Comment percevez-vous les tensions entre Zuckerberg et d'autres dirigeants de Meta concernant les initiatives visant à améliorer le bien-être des utilisateurs ?

    Voir aussi

    Meta attaqué en justice par 41 États US qui estiment qu'Instagram et Facebook créent une dépendance et nuisent aux enfants, l'entreprise accusée d'avoir privilégié le profit à la sécurité des enfants

    Les recherches de Facebook montrent qu'Instagram est nocif pour les adolescents, mais l'entreprise relativise et défend que cela dépend de leur état d'esprit et la manière dont ils l'utilisent

    Meta fait l'objet de huit actions en justice pour exploitation des jeunes à des fins lucratives, au motif que l'utilisation prolongée de la plateforme entraîne de graves problèmes de santé mentale
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  5. #5
    Membre régulier
    Profil pro
    Inscrit en
    Juillet 2005
    Messages
    15
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : Juillet 2005
    Messages : 15
    Points : 85
    Points
    85
    Par défaut
    On pourrait renommer le titre ainsi : Mark Zuckerberg a personnellement accepté les propositions de Meta visant à améliorer sa $anté financière

  6. #6
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Traductrice Technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    737
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Traductrice Technique

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 737
    Points : 52 170
    Points
    52 170
    Par défaut Les médias sociaux doivent faire face à des poursuites pour addiction des jeunes
    Les médias sociaux tels que Google, YouTube, Facebook, TikTok et Snapchat doivent faire face à des poursuites pour addiction des jeunes, selon un juge américain.

    Un juge fédéral américain a rejeté les efforts déployés par les principales sociétés de médias sociaux pour rejeter les poursuites judiciaires nationales les accusant d'avoir illégalement attiré des millions d'enfants sur leurs plateformes, puis de les avoir rendus dépendants, ce qui a nui à leur santé mentale. Selon la juge, les médias sociaux doivent faire face à des poursuites pour addiction des jeunes.

    La juge Yvonne Gonzalez Rogers, du district d'Oakland, en Californie, a statué contre Alphabet, qui exploite Google et YouTube ; Meta Platforms, qui exploite Facebook et Instagram ; ByteDance, qui exploite TikTok ; et Snap, qui exploite Snapchat. La décision couvre des centaines d'actions en justice intentées au nom d'enfants qui auraient souffert d'effets physiques, mentaux et émotionnels négatifs liés à l'utilisation des médias sociaux, notamment l'anxiété, la dépression et, parfois, le suicide. Le litige vise, entre autres, à obtenir des dommages-intérêts et à faire cesser les pratiques présumées fautives des défendeurs.

    "La décision d'aujourd'hui est une victoire importante pour les familles qui ont souffert des dangers des médias sociaux", ont déclaré les principaux avocats des plaignants - Lexi Hazam, Previn Warren et Chris Seeger - dans un communiqué commun. Plus de 140 districts scolaires ont déposé des plaintes similaires contre l'industrie, qui sont également devant Gonzalez, et 42 États plus le district de Columbia ont poursuivi Meta le mois dernier pour l'addiction des jeunes à ses plates-formes de médias sociaux.

    Alphabet, par l'intermédiaire d'un porte-parole, a qualifié ces allégations de "tout simplement fausses" et a déclaré que la protection des enfants "a toujours été au cœur de notre travail". Un porte-parole de TikTok a déclaré que l'entreprise disposait de "politiques de sécurité et de contrôles parentaux robustes".


    Dans sa décision de 52 pages, la juge Rogers a rejeté les arguments selon lesquels les entreprises ne pouvaient pas être poursuivies en justice en vertu du premier amendement de la Constitution des États-Unis et d'une disposition de la loi fédérale sur la décence des communications (Communications Decency Act). Les entreprises ont déclaré que cette disposition, l'article 230, fournit une immunité de responsabilité pour tout ce que les utilisateurs publient sur leurs plates-formes, et exige le rejet de toutes les plaintes.

    Toutefois, la juge Rogers a déclaré que les plaintes des plaignants ne se limitaient pas au contenu de tiers et que les défendeurs n'avaient pas expliqué pourquoi ils ne devraient pas être tenus responsables de la fourniture d'un contrôle parental défectueux, de l'incapacité à aider les utilisateurs à limiter le temps passé devant l'écran et de la création d'obstacles à la désactivation des comptes. Elle a cité en exemple les allégations selon lesquelles les entreprises auraient pu utiliser des outils de vérification de l'âge pour avertir les parents lorsque leurs enfants étaient en ligne.

    "En conséquence, ces allégations constituent une théorie plausible selon laquelle le fait de ne pas vérifier valablement l'âge des utilisateurs leur cause un préjudice distinct de celui causé par la consommation de contenus de tiers sur les plateformes des défendeurs", a écrit la juge Rogers. Elle a déclaré que les entreprises avaient légalement un devoir envers leurs utilisateurs en raison de leur statut de fabricants de produits et qu'elles pouvaient être poursuivies pour négligence en raison de leur obligation de concevoir des produits raisonnablement sûrs et d'avertir les utilisateurs des défauts connus.

    Toutefois, la juge a déclaré que les entreprises n'avaient aucune obligation légale de protéger les utilisateurs contre les préjudices causés par les utilisateurs tiers de leurs plateformes, et elle a limité le litige en rejetant certaines des plaintes déposées par les plaignants.

    Source : Médias sociaux, dépendance des adolescents/dommage corporels, litiges en matière de responsabilité des produits, Tribunal de District des États-Unis, District du Nord de la Californie

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi :

    Meta attaqué en justice par 41 États US qui estiment qu'Instagram et Facebook créent une dépendance et nuisent aux enfants. L'entreprise accusée d'avoir privilégié le profit à la sécurité des enfants

    Des experts en psychologie scientifique mettent en garde contre les dommages potentiels des médias sociaux sur les enfants, en publiant un avis de santé sur l'utilisation des médias sociaux

    Les enfants devraient avoir des sections séparées sur les sites de médias sociaux, préconise un coroner britannique, qui recommande également la vérification de l'âge sur ces différents sites
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  7. #7
    Membre émérite
    Profil pro
    Inscrit en
    Juin 2009
    Messages
    889
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2009
    Messages : 889
    Points : 2 764
    Points
    2 764
    Par défaut
    C'est quand même drôle comment les jeunes ont bon dos, le fait de rendre dépendant des adultes et de nuire à leur santé mentale, y'a aucun problème

  8. #8
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 293
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 293
    Points : 194 618
    Points
    194 618
    Par défaut 33 États accusent Meta d'avoir un grand « secret de polichinelle »: des millions d'utilisateurs mineurs
    33 États accusent Meta d'avoir un grand « secret de polichinelle »: des millions d'utilisateurs de moins de 13 ans sur ses plateformes
    et Meta a sciemment collecté des données sur ces pré-adolescents

    Meta, la société mère de Facebook, Instagram et WhatsApp, est poursuivie par 33 états américains qui l’accusent d’avoir violé les lois sur la protection de la vie privée des enfants en ligne. Selon les procureurs généraux des états, Meta savait que des millions d’utilisateurs de ses plateformes étaient âgés de moins de 13 ans, l’âge minimum requis pour créer un compte, mais n’a pas pris de mesures suffisantes pour les empêcher d’accéder à ses services ou pour protéger leurs données personnelles.

    Meta a reçu plus de 1,1 million de signalements d'utilisateurs de moins de 13 ans sur sa plateforme Instagram depuis début 2019, mais l'entreprise n'a « désactivé qu'une fraction » de ces comptes, selon une plainte judiciaire récemment non scellée contre la société déposée par les procureurs généraux de 33 États.

    Au lieu de cela, la grande enseigne des médias sociaux « a régulièrement continué à collecter » des informations personnelles sur les enfants, comme leur emplacement et leur adresse e-mail, sans autorisation parentale, en violation d'une loi fédérale sur la vie privée des enfants, selon le dossier judiciaire. Meta pourrait faire face à des centaines de millions de dollars, voire plus, en sanctions civiles si les États prouvent les allégations.

    « Au sein de l'entreprise, la connaissance réelle de Meta selon laquelle des millions d'utilisateurs d'Instagram ont moins de 13 ans est un secret de polichinelle qui est régulièrement documenté, rigoureusement analysé et confirmé », indique la plainte, notant que ce secret est « jalousement protégé contre toute divulgation au public ».

    Les accusations de confidentialité font partie d'un procès fédéral plus vaste, déposé le mois dernier par la Californie, le Colorado et 31 autres États devant le tribunal de district américain du district nord de Californie. Le procès accuse Meta d’avoir injustement piégé les jeunes sur ses plateformes Instagram et Facebook tout en dissimulant des études internes démontrant les préjudices causés aux utilisateurs. Et il cherche à forcer Meta à cesser d’utiliser certaines fonctionnalités qui, selon les États, ont porté préjudice aux jeunes utilisateurs.

    « Meta s’attaque à nos jeunes et a choisi de profiter en ciblant et en exploitant sciemment leurs vulnérabilités. Ce faisant, Meta a contribué de manière significative à la crise de santé mentale actuelle chez nos enfants et adolescents », a déclaré la procureur générale Campbell. « Parce que Meta a montré qu’elle n’agira pas de manière responsable à moins que les tribunaux ne l’y obligent, mes collègues et moi-même agissons aujourd’hui – et continuerons à faire pression pour des changements significatifs dans les plateformes de Meta qui protègent nos jeunes. »

    Nom : un.png
Affichages : 620
Taille : 572,3 Ko

    De nouveaux détails sur un procès plus vaste

    Mais une grande partie des preuves citées par les États ont été masquées par des expurgations dans le dossier initial.

    La plainte non scellée, déposée mercredi, apporte de nouveaux détails sur le procès intenté par les États. À l’aide d’extraits de courriels internes, de discussions avec les employés et de présentations de l’entreprise, la plainte affirme qu’Instagram a « convoité et poursuivi » pendant des années les utilisateurs mineurs, alors même que l’entreprise « n’a pas » respecté la loi sur la vie privée des enfants.

    Le dossier non scellé indique que Meta « a continuellement échoué » à faire des systèmes efficaces de vérification de l’âge une priorité et a plutôt utilisé des approches permettant aux utilisateurs de moins de 13 ans de mentir sur leur âge pour créer des comptes Instagram. Il a également accusé les dirigeants de Meta d'avoir déclaré publiquement lors d'un témoignage au Congrès que le processus de vérification de l'âge de l'entreprise était efficace et que l'entreprise avait supprimé les comptes de mineurs lorsqu'elle en avait eu connaissance (alors même que les dirigeants savaient qu'il y avait des millions d'utilisateurs mineurs sur Instagram).

    « Les préadolescents veulent accéder à Instagram, et ils mentent sur leur âge pour l'obtenir maintenant », a déclaré Adam Mosseri, responsable d'Instagram, lors d'une conversation interne à l'entreprise en novembre 2021, selon le dossier du tribunal.

    Lors d’un témoignage au Sénat le mois suivant, Mosseri a déclaré : « Si un enfant a moins de 13 ans, il n’est pas autorisé à utiliser Instagram. »

    Des mécanismes pour rendre dépendants

    La plainte allègue que Meta utilise secrètement des fonctionnalités de conception qui exploitent et capitalisent délibérément sur les vulnérabilités uniques des jeunes utilisateurs et surmontent la capacité des jeunes à autoréguler leur temps passé sur sa plateforme. Ces fonctionnalités incluent le « défilement infini », les notifications et alertes quasi constantes, les Story et les Reel à lecture automatique, des fonctionnalités conçues pour créer un sentiment de « FOMO » (peur de rater quelque chose) et des mécanismes de « récompenses variables intermittentes » similaires à ceux utilisés par machines à sous.

    Ces fonctionnalités ont été conçues et déployées dans le but d'inciter les jeunes utilisateurs à passer le plus de temps possible sur la plateforme, de les attirer à revenir lorsqu'ils tentent de s'arrêter et de submerger leur capacité à contrôler ou réguler leur propre utilisation, avec des conséquences significatives et concernant les impacts négatifs sur le développement cérébral et la santé mentale des adolescents utilisateurs.

    La plainte allègue en outre que Meta savait que ces fonctionnalités avaient des impacts néfastes et négatifs sur les jeunes utilisateurs - mais au lieu de prendre des mesures pour atténuer ces dommages, elle a choisi d'induire le public en erreur, vantant la sécurité de ses plateformes pour les jeunes et affirmant qu'elle donne la priorité au bien-être des jeunes utilisateurs. De nombreux documents et communications internes montrent que Meta, y compris ses plus hauts dirigeants, étaient conscients que certaines fonctionnalités d'Instagram incitaient les jeunes utilisateurs à une utilisation addictive et habituelle de ses plateformes. Au lieu de donner la priorité au bien-être des jeunes utilisateurs – comme elle l’a publiquement affirmé – Meta a choisi à plusieurs reprises et délibérément de ne pas mettre en œuvre de mesures ni de concevoir des changements dont elle savait qu’elles pourraient réduire les méfaits et améliorer le bien-être des jeunes utilisateurs.

    Nom : deux.png
Affichages : 566
Taille : 377,4 Ko

    Meta tente de se défendre...

    Dans un communiqué publié samedi, Meta a déclaré qu'elle avait passé une décennie à travailler pour rendre les expériences en ligne sûres et adaptées à l'âge des adolescents et que la plainte de l'État « dénature notre travail en utilisant des citations sélectives et des documents triés sur le volet ».

    Le communiqué souligne également que les conditions d’utilisation d’Instagram interdisent l'accès aux utilisateurs de moins de 13 ans aux États-Unis. Et il a déclaré que la société avait « mis en place des mesures pour supprimer ces comptes lorsque nous les identifions ».

    La société a ajouté que la vérification de l’âge des personnes était un défi « complexe » pour les services en ligne, en particulier pour les utilisateurs plus jeunes qui n’ont peut-être pas de carte d’identité scolaire ou de permis de conduire. Meta a déclaré qu'elle aimerait voir une législation fédérale qui obligerait « les magasins d'applications à obtenir l'approbation des parents chaque fois que leurs adolescents de moins de 16 ans téléchargent des applications » plutôt que de demander aux jeunes ou à leurs parents de fournir des informations personnelles telles que les dates de naissance à de nombreuses applications différentes.

    Les accusations en matière de confidentialité dans cette affaire se concentrent sur une loi fédérale de 1998, la loi sur la protection de la vie privée en ligne des enfants. Cette loi exige que les services en ligne dont le contenu est destiné aux enfants obtiennent l’autorisation vérifiable d’un parent avant de collecter des informations personnelles – comme les noms, adresses e-mail ou selfies – d’utilisateurs de moins de 13 ans. Les amendes en cas de violation de la loi peuvent s’élever à plus de 50 000 dollars par infraction.

    ...mais les éléments apportés tendent à montrer que Meta préfère se focaliser sur le profit

    Le procès fait valoir que Meta a choisi de ne pas créer de systèmes permettant de détecter et d’exclure efficacement ces utilisateurs mineurs, car elle considérait les enfants comme un groupe démographique crucial – la prochaine génération d’utilisateurs – que l’entreprise devait capturer pour assurer une croissance continue.

    Meta présentait de nombreux indicateurs d'utilisateurs mineurs, selon le dossier de mercredi. Un graphique interne de l'entreprise affiché dans le document non scellé, par exemple, montrait comment Meta suivait le pourcentage d'enfants de 11 et 12 ans qui utilisaient quotidiennement Instagram, indique la plainte.

    Meta connaissait également les comptes appartenant à des utilisateurs mineurs spécifiques d'Instagram via les canaux de reporting de l'entreprise. Mais il a « automatiquement » ignoré certains signalements d’utilisateurs de moins de 13 ans et leur a permis de continuer à utiliser leurs comptes, indique la plainte, tant que les comptes ne contenaient pas de biographie ou de photos de l’utilisateur.

    Dans un cas en 2019, des employés de Meta ont expliqué dans des courriels pourquoi l'entreprise n'avait pas supprimé quatre comptes appartenant à une jeune fille de 12 ans, malgré les demandes et les « plaintes de la mère de la jeune fille affirmant que sa fille avait 12 ans », selon la plainte. Les employés ont conclu que les comptes avaient été « ignorés », en partie parce que les représentants de Meta « ne pouvaient pas dire avec certitude que l’utilisateur était mineur », indique le dossier juridique.

    Conclusion

    Ce n'est pas la première fois que la grande enseigne des médias sociaux est confronté à des allégations de violations de la vie privée. En 2019, la société a accepté de payer un montant record de 5 milliards de dollars et de modifier ses pratiques en matière de données, afin de régler les accusations de la Federal Trade Commission pour avoir trompé les utilisateurs sur leur capacité à contrôler leur vie privée.

    Il est peut-être plus facile pour les États de poursuivre Meta pour violation de la vie privée des enfants que de prouver que l’entreprise encourage l’utilisation compulsive des médias sociaux – un phénomène relativement nouveau – chez les jeunes. Depuis 2019, la F.T.C. a déposé avec succès des plaintes similaires concernant la protection de la vie privée des enfants contre des géants de la technologie, notamment Google et sa plateforme YouTube, Amazon, Microsoft et Epic Games, le créateur de Fortnite.

    Source : témoignage du patron d'Instagram

    Et vous ?

    Que pensez-vous de la responsabilité de Meta dans la protection de la vie privée des enfants en ligne ?
    Trouvez-vous que les mesures prises par Meta pour empêcher les mineurs de s’inscrire sur ses plateformes sont suffisantes ou insuffisantes ?
    Quels sont les risques et les bénéfices potentiels d’un projet d’Instagram pour les enfants de moins de 13 ans ?
    Comment les parents peuvent-ils contrôler et superviser l’utilisation des réseaux sociaux par leurs enfants ?
    Quel rôle les autorités publiques et les associations de consommateurs doivent-ils jouer dans la régulation des pratiques de Meta ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  9. #9
    Membre éprouvé
    Homme Profil pro
    Administrateur systèmes et réseaux
    Inscrit en
    Août 2018
    Messages
    350
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 55
    Localisation : Autre

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur systèmes et réseaux

    Informations forums :
    Inscription : Août 2018
    Messages : 350
    Points : 1 045
    Points
    1 045
    Par défaut
    Conclusion, aujourd'hui la morale et l'argent n'ont décidément plus rien en commun... ;-(

  10. #10
    Membre éclairé
    Homme Profil pro
    Analyste d'exploitation
    Inscrit en
    Juin 2022
    Messages
    242
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 39
    Localisation : France, Puy de Dôme (Auvergne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Analyste d'exploitation

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2022
    Messages : 242
    Points : 852
    Points
    852
    Par défaut
    Pour rappel, Meta marche déjà sur des oeufs.

    D'un côté c'est outrancier de dire que Meta est une organisation terroriste, mais de l'autre, ils exploitent impunément et sans scrupules les données des enfants depuis des années... D'autant que les données des enfants ne finissent *jamais* entre de bonnes mains lorsqu'elles sont uploadées sur le net.

    Gardez ceci à l'esprit, votre enfant peut difficilement savoir ce qu'il ressort d'étaler sa vie privée sur internet en bas-âge, mais d'autres s'en chargeront à sa place si vous n'y réfléchissez pas plus tôt !

  11. #11
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    422
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 422
    Points : 7 908
    Points
    7 908
    Par défaut Meta a conçu ses plateformes de médias sociaux dans le but de rendre les jeunes utilisateurs dépendants
    Meta a conçu ses plateformes de manière à rendre les jeunes utilisateurs dépendants en exploitant les faiblesses connues du cerveau des enfants
    selon les documents d'une plainte

    Meta est de nouveau au cœur d'un scandale après que des dizaines d'États américains ont poursuivi l'entreprise pour avoir exploité les enfants. La plainte, qui cite des documents internes de Meta, indique que la société a conçu ses plateformes de médias sociaux de façon à tirer parti des faiblesses connues du cerveau des adolescents. Ce faisant, Meta a sciemment permis à des millions d'utilisateurs mineurs de détenir des comptes, mais a également refusé de supprimer ces comptes malgré les rapports alarmants sur leur état de santé. La plainte indique que cela était un secret de polichinelle au sein de la société et que Meta savait qu'il créait de la dépendance chez les enfants.

    Meta aurait conçu ses plateformes en vue de rendre les jeunes utilisateurs addicts

    Les procureurs généraux de 41 États des États-Unis ont déposé le mois dernier une plainte contre Meta, le leader mondial des réseaux sociaux. Ils accusent l'entreprise d'avoir reçu plus d'un million de signalements d'utilisateurs de moins de 13 ans sur Instagram de la part de parents, d'amis et de membres de la communauté en ligne entre débuts 2019 et 2023. Cette plainte fait suite à une enquête bipartisane lancée en 2021 sur les plateformes de Meta, notamment Facebook et Instagram. Meta est dans une position délicate, car les premières conclusions de l'enquête indiquent que la société a délibérément rendu les enfants dépendants de ses produits.


    Les documents de la plainte étaient initialement expurgés, mais certains d'entre eux ont finalement été rendus publics cette semaine. On y trouve des informations qui, pour la plupart, sont des éléments à charge contre Meta. Une présentation interne de Meta datant de 2020 montre que l'entreprise a cherché à concevoir ses produits de manière à tirer parti des aspects de la psychologie des jeunes qui rendent les adolescents prédisposés à l'impulsion, à la pression des pairs et à un comportement à risque potentiellement dangereux. La présentation rend compte des observations de Meta sur les conditions suscitant la sécrétion de la dopamine chez les jeunes.

    Meta décrit son produit existant comme étant déjà bien adapté pour fournir le type de stimuli qui déclenchent le puissant neurotransmetteur. La présentation indique : « les adolescents sont insatiables lorsqu'il s'agit d'effets dopaminergiques. Et chaque fois qu'un de nos utilisateurs adolescents trouve quelque chose d'inattendu, son cerveau lui fournit une dose de dopamine ». Citant des notes internes, la plainte allègue en effet que les cadres de Meta qui traitent les questions liées au bien-être des jeunes avaient conscience des dangers potentiels. Ils ont reconnu que les problèmes de bien-être étaient particulièrement prononcés chez les jeunes adolescents.

    La plainte cite un courriel datant de mai 2021 dans lequel Karina Newton, responsable de la politique d'Instagram, a expliqué : « ce ne sont pas les régulateurs ou les critiques qui pensent qu'Instagram est malsain pour les jeunes adolescents, mais tout le monde, des chercheurs aux experts universitaires en passant par les parents. Le modèle de l'application n'est pas conçu pour un groupe d'âge qui n'a pas les mêmes compétences cognitives et émotionnelles que les adolescents plus âgés ». Meta réfute ces allégations et un porte-parole a déclaré : « la plainte dénature notre travail en utilisant des citations sélectives et des documents triés sur le volet ».

    La plainte fait écho aux affirmations de longue date selon lesquelles Meta a sciemment créé des produits addictifs et nocifs pour les enfants. Ces affirmations ont été mises en lumière par la lanceuse d'alerte américaine Frances Haugen, qui a révélé que des études internes de Meta montraient que des plateformes comme Instagram conduisaient les enfants vers des contenus liés à l'anorexie. Elle a également déclaré que l'entreprise ciblait intentionnellement les enfants de moins de 18 ans. Ancienne employée de Meta, Haugen a divulgué des dizaines de milliers de documents internes de la du géant des réseaux sociaux au Wall Street Journal en 2021.

    Meta aurait sciemment laissé des millions de préadolescents détenir des comptes

    La plainte allègue que Meta sait depuis longtemps que sa plateforme est faiblement protégée contre l'utilisation par des enfants de moins de 13 ans, à qui les règles de Meta et la législation fédérale interdisent généralement l'accès à la plateforme. Aux États-Unis, les algorithmes de la société estiment que Meta compte jusqu'à quatre millions d'utilisateurs mineurs. La plainte accuse Meta de s'enorgueillir de la situation au lieu d'y trouver une solution pour protéger les enfants. « Au lieu de chercher à lutter contre l'utilisation par des mineurs, Meta a créé des tableaux vantant la pénétration d'Instagram dans les cohortes démographiques de 11 et 12 ans ».


    La plainte allègue que Meta a reçu des millions de plaintes concernant des utilisateurs mineurs sur Instagram, mais qu'il n'a désactivé qu'une fraction de ces comptes. « Le grand nombre d'utilisateurs mineurs était un secret de polichinelle au sein de l'entreprise », affirme la plainte. À ce propos, la plainte cite un courriel interne dans lequel des employés discutent de la raison pour laquelle les quatre comptes d'une jeune fille de 12 ans n'ont pas été supprimés à la suite de plaintes de la mère de la jeune fille déclarant que sa fille avait 12 ans et demandant que les comptes soient supprimés. Selon la plainte, la requête de mère n'a pas été traitée par Meta.

    Les employés ont conclu que "les comptes ont été ignorés" en partie parce que les représentants de Meta "ne pouvaient pas être sûrs que l'utilisateur était mineur". La plainte indique qu'en 2021, Meta a reçu plus de 402 000 signalements d'utilisateurs de moins de 13 ans sur Instagram, mais que 164 000 comptes - bien moins que la moitié des comptes signalés - ont été désactivés parce qu'ils étaient potentiellement âgés de moins de 13 ans cette année-là. Les plaignants allèguent que le maintien des mineurs sur Instagram et Facebook viole la loi sur la protection de la vie privée des enfants en ligne (Children's Online Privacy and Protection Act - COPPA).

    Elle exige que les sociétés de médias sociaux fournissent un avis et obtiennent le consentement des parents avant de collecter des données auprès des enfants. Selon la plainte, certains cadres supérieurs ont évoqué la possibilité que la répression de l'utilisation de mineurs puisse nuire aux activités de Meta. Dans un courriel de 2019, Antigone Davis, responsable de la sécurité de Meta, a demandé à Nick Clegg, président des affaires mondiales de la société, de préciser si l'objectif de l'identification des utilisateurs de moins de 13 ans était de les supprimer ou s'ils doivent tester l'impact sur la croissance avant de nous engager dans quoi que ce soit.

    La plainte indique : « Meta a parfois un arriéré de 2 à 2,5 millions de comptes de moins de 13 ans en attente d'action ». Mais Stephanie Otway, porte-parole de Meta, affirme qu'Instagram s'efforçait de supprimer les utilisateurs mineurs lorsqu'il les découvrait. Meta a déclaré que la vérification de l'âge est un problème. Il soutient la législation américaine qui permettrait aux parents de contrôler les applications que les utilisateurs de moins de 16 ans peuvent télécharger par le biais des magasins d'applications comme le Play Store de Google ou l'App Store d'Apple. Selon ses détracteurs, Meta tire profit de tous ses utilisateurs, y compris les enfants.

    Zuckerberg veut des utilisateurs à exploiter et ne s'inquiète pas de leur bien-être

    Selon la plainte des procureurs généraux, la gestion des jeunes utilisateurs par Meta est catastrophique et les cadres supérieurs de l'entreprise le savent, mais ils ne font rien pour changer la donne. Par exemple, Otway a envoyé au responsable d'Instagram, Adam Mosseri, ce message : « nos propres recherches confirment ce que tout le monde soupçonnait depuis longtemps ». Otway a envoyé ce message après que le Wall Street Journal a informé Meta en août 2021 qu'il avait obtenu des documents dans lesquels l'équipe de bien-être d'Instagram concluait que la plateforme affectait négativement l'estime de soi d'une partie importante des adolescentes.

    Les documents non expurgés contiennent également des allégations selon lesquelles le PDG Mark Zuckerberg aurait demandé à ses subordonnés de donner la priorité à l'augmentation de l'utilisation de ses plateformes plutôt qu'au bien-être des utilisateurs. Dans un fil de courriels s'étendant de fin 2017 à début 2018, les principaux adjoints de Zuckerberg - y compris le chef de produit Chris Cox et l'actuel chef du marketing Alex Schultz - ont soutenu une proposition visant à alléger l'utilisation intensive par l'entreprise des notifications, qui sont des notifications push destinées à amener les utilisateurs sur Facebook et Instagram plus régulièrement.

    Ces notifications étaient considérées en interne comme aggravant ce que l'entreprise appelait "l'utilisation problématique". Ce type d'utilisation se produit lorsque les utilisateurs signalent que leur incapacité à cesser d'utiliser les médias sociaux nuit à leur travail, à leur sommeil ou à leur vie sociale. Les collaborateurs de Zuckerberg ont déclaré que l'entreprise ne devait pas renoncer à faire ce qui était "mieux pour les gens" parce que les mesures d'utilisation étaient en baisse. Mais tout ceci a été ignoré et Naomi Gleit, chef de produit chez Meta, a déclaré que l'utilisation quotidienne est une plus grande préoccupation que l'expérience de l'utilisateur.

    Selon d'autres allégations d'une plainte déposée contre Meta au début du mois par le Massachusetts, Zuckerberg a rejeté à plusieurs reprises les avertissements de hauts responsables de l'entreprise selon lesquels ses plateformes de médias sociaux phares nuisaient aux jeunes utilisateurs. Otway a contesté l'affirmation selon laquelle l'entreprise aurait donné la priorité à son propre bien-être plutôt qu'à celui de ses utilisateurs. La plainte des procureurs généraux cite d'autres cadres ayant fait des déclarations publiques qui auraient été contredites par des documents internes. Des cadres de Meta ont même évoqué la valeur d'un jeune utilisateur.

    Alors que Davis a déclaré au Congrès que l'entreprise ne tenait pas compte de la rentabilité lorsqu'elle concevait des produits pour les adolescents, un courriel interne de 2018 indiquait que les équipes chargées des produits devaient garder à l'esprit que "la valeur à vie d'un adolescent de 13 ans est d'environ 270 dollars" lorsqu'elles prenaient des décisions en matière de produits. La plainte demande des ordonnances judiciaires interdisant à Meta les pratiques qui violent la loi. Les sanctions civiles pourraient s'élever à des centaines de millions de dollars, car la plupart des États réclament des amendes allant de 1 000 à 50 000 dollars par infraction.

    Source : communiqué des procureurs, la plainte des procureurs (PDF)

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Que pensez-vous des allégations portées contre Meta par les procureurs ?
    Avez-vous l'impression que Meta a conçu ces plateformes pour rendre les enfants addicts ?
    Que pensez-vous des notes internes suggérant que Meta connaît les dangers potentiels de ces produits ?
    Selon vous, que risque Meta si l'entreprise venait à perdre ce procès ? Meta a-t-il des chances de le remporter ?
    Peut-on empêcher l'exploitation des jeunes utilisateurs par les plateformes de médias sociaux ? Que proposez-vous ?
    La vérification de l'âge est-elle une solution réaliste et efficace ? Pourquoi Meta considère-t-il cela comme un problème ?
    Faut-il interdire l'utilisation des réseaux sociaux aux enfants afin de préserver leur santé mentale ?

    Voir aussi

    Meta attaqué en justice par 41 États US qui estiment qu'Instagram et Facebook créent une dépendance et nuisent aux enfants, l'entreprise accusée d'avoir privilégié le profit à la sécurité des enfants

    Meta attaqué en justice par 41 États US qui estiment qu'Instagram et Facebook créent une dépendance et nuisent aux enfants, l'entreprise accusée d'avoir privilégié le profit à la sécurité des enfants

    Facebook encourage les discours de haine pour gagner de l'argent, selon une lanceuse d'alerte qui a publié des informations qu'elle a pu glaner durant son passage au sein de l'entreprise

  12. #12
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Anthony
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Novembre 2022
    Messages
    831
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Gironde (Aquitaine)

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2022
    Messages : 831
    Points : 13 769
    Points
    13 769
    Par défaut Meta poursuit la FTC pour bloquer de nouvelles restrictions sévères sur les données des enfants
    Meta poursuit la FTC pour bloquer de nouvelles restrictions sévères sur les données des enfants, et empêcher les régulateurs d'interdire au groupe de monétiser les données d'utilisateurs des enfants

    Meta, la société mère d'Instagram, a intenté un procès à la Federal Trade Commission (FTC) pour tenter d'empêcher les régulateurs de rouvrir le règlement historique de 5 milliards de dollars de Meta datant de 2020 sur la protection de la vie privée et d'interdire au géant des médias sociaux de monétiser les données d'utilisateur des enfants.

    La plainte déposée le jeudi 30 novembre devant le tribunal fédéral de Washington demande l'arrêt de la procédure de la FTC, arguant qu'il s'agit d'un abus inconstitutionnel du pouvoir gouvernemental.

    Meta affirme dans sa plainte que la FTC a agi à la fois comme procureur et comme juge dans une "prise de pouvoir évidente [...] aboutissant à une décision inconstitutionnelle par fiat".

    Cette plainte marque une escalade de la part de Meta, après qu'un juge fédéral du même tribunal a décidé le lundi 27 novembre que la procédure engagée par la FTC pouvait aller de l'avant. Meta a fait appel de cette décision mardi, mais l'action en justice de jeudi élargit encore le champ d'action de l'entreprise.


    Après avoir allégué de nouvelles violations de l'ordonnance de consentement de Meta datant de 2020, la FTC a proposé en mai d'élargir les conditions du règlement de l'entreprise afin d'inclure de nouvelles restrictions importantes lui interdisant de monétiser les données personnelles des utilisateurs de moins de 18 ans. L'agence a également demandé de nouvelles restrictions concernant l'utilisation de la reconnaissance faciale par Meta, ainsi qu'un moratoire sur les nouveaux produits et services de l'entreprise, à moins qu'un audit réalisé par un tiers ne prouve qu'elle respecte ses obligations en matière de protection de la vie privée.

    Si elles sont approuvées, ces restrictions pourraient limiter considérablement les activités de Meta basées sur les données, en particulier lorsqu'elle cherche à séduire des utilisateurs plus jeunes et à se développer dans de nouveaux domaines de produits, tels que la réalité virtuelle.

    L'action en justice de Meta est également la dernière d'une série d'attaques juridiques contre l'autorité des agences fédérales indépendantes, un pouvoir qui est de plus en plus examiné par les plus hautes juridictions du pays et qui pourrait être limité par la Cour suprême.

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi

    La FTC inflige une amende de 5 milliards de dollars à Facebook et apporte des clauses qui "réduisent considérablement le pouvoir de Mark Zuckerberg"

    33 États accusent Meta d'avoir un grand «secret de polichinelle»: des millions d'utilisateurs de moins de 13 ans sur ses plateformes et Meta a sciemment collecté des données sur ces pré-adolescents

    Cambridge Analytica : un juge valide l'amende record de 5 milliards de dollars imposée à Facebook par la FTC, le RS assure que l'accord a été un catalyseur pour changer sa culture d'entreprise
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  13. #13
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Mai 2018
    Messages
    2 130
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Âge : 33
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2018
    Messages : 2 130
    Points : 158 086
    Points
    158 086
    Par défaut Un groupe représentant TikTok, Meta et X poursuit l'Ohio concernant l'utilisation des médias sociaux
    Un groupe représentant TikTok, Meta et X poursuit l'Ohio pour une nouvelle loi limitant l'utilisation des médias sociaux par les enfants

    Un groupe commercial représentant TikTok, Snapchat, Meta et d'autres grandes entreprises technologiques a poursuivi l'Ohio vendredi en raison d'une loi en cours d'élaboration qui exige que les enfants obtiennent le consentement de leurs parents pour utiliser des applications de médias sociaux.

    Cette loi fait partie d'un projet de budget de l'État de 86,1 milliards de dollars que le gouverneur républicain Mike DeWine a promulgué en juillet. Elle devrait entrer en vigueur le 15 janvier. L'administration a présenté cette mesure comme un moyen de protéger la santé mentale des enfants, le lieutenant-gouverneur républicain Jon Husted ayant déclaré à l'époque que les médias sociaux étaient "intentionnellement addictifs" et nuisibles pour les enfants.

    L'association professionnelle NetChoice a intenté une action en justice contre le procureur général Dave Yost devant le tribunal fédéral du district sud de l'Ohio. Elle cherche à empêcher l'entrée en vigueur de la loi.

    Le litige fait valoir que la loi de l'Ohio - qui exige que les entreprises de médias sociaux obtiennent l'autorisation d'un parent pour que les enfants de moins de 16 ans s'inscrivent à des applications de médias sociaux et de jeux - entrave de manière inconstitutionnelle la liberté d'expression et qu'elle est trop large et vague.

    La loi exige également que les entreprises de médias sociaux fournissent aux parents leurs directives en matière de confidentialité, afin que les familles puissent savoir quel contenu sera censuré ou modéré sur le profil de leur enfant.

    "Chez NetChoice, nous pensons que les familles dotées de ressources éducatives sont capables de déterminer elles-mêmes la meilleure approche en matière de services en ligne et de protection de la vie privée", a déclaré Chris Marchese, directeur du centre de contentieux de l'organisation, dans un communiqué. "Avec NetChoice v. Yost, nous nous battrons pour que tous les habitants de l'Ohio puissent utiliser les outils numériques sans que leur vie privée, leur sécurité et leurs droits ne soient entravés."

    Le groupe a gagné des procès contre des restrictions similaires en Californie et en Arkansas.

    M. Husted, qui dirige les initiatives technologiques de l'Ohio et a défendu la loi, a qualifié l'action en justice de vendredi de "lâche, mais pas inattendue".

    "En intentant ce procès, ces entreprises sont déterminées à contourner les parents pour exposer les enfants à des contenus nuisibles et les rendre dépendants de leurs plateformes", a déclaré M. Husted dans un communiqué.

    Il a affirmé que les entreprises savent que leurs algorithmes nuisent aux enfants "avec des résultats catastrophiques en matière de santé et de santé mentale".


    Et vous ?

    Que pensez-vous de cette nouvelle loi limitant l'utilisation des médias sociaux par les enfants ?
    Etes-vous d'avis que cette loi entrave la liberté d'expression ? ou au contraire pensez-vous qu'elle devrait entrer en vigueur pour protéger les enfants ?

    Voir aussi :

    33 États accusent Meta d'avoir un grand «secret de polichinelle»: des millions d'utilisateurs de moins de 13 ans sur ses plateformes, et Meta a sciemment collecté des données sur ces pré-adolescents

    Les médias sociaux tels que Google, YouTube, Facebook, TikTok et Snapchat doivent faire face à des poursuites pour addiction des jeunes, selon un juge américain

    Meta a conçu ses plateformes de manière à rendre les jeunes utilisateurs dépendants en exploitant les faiblesses connues du cerveau des enfants, selon une plainte de 41 États américains contre Meta
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

Discussions similaires

  1. Réponses: 2
    Dernier message: 20/09/2023, 22h03
  2. Réponses: 0
    Dernier message: 21/07/2021, 15h12
  3. Réponses: 4
    Dernier message: 18/02/2021, 21h41
  4. Réponses: 14
    Dernier message: 27/07/2020, 15h19
  5. Réponses: 0
    Dernier message: 05/01/2019, 18h21

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo