Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #61
    Membre expert
    Citation Envoyé par ShigruM Voir le message
    Cela n'a pas de sens car c'est partir du principe que faire un mur pour protege une frontière c'est mal... tous le monde n'a pas cette avis.
    Quel rapport avec le sujet ?

    Citation Envoyé par ShigruM Voir le message

    Jusqu’à aujourd'hui le bombe atomique a plutot été bénéfique pour l’espèce humaine, dois on interdire une arme qui empêche une guerre mondial ?
    Va donc expliquer ça aux survivants (il en reste encore) de Nagasaki et Hiroshima !
    Et puis les prochains qui s'en prendront une sur la tête (ce qui ne manquera pas d'arriver un jour, l'histoire ayant tendance à se répeter) ne seront peu être pas de cet avis...

    Citation Envoyé par ShigruM Voir le message

    Dois on interdire internet car cette outil propage des mauvaises idées ?
    Là c'est une bonne question...
    Évidement que non, tout comme on peut pas revenir sur le 1er amendement de la Constitution des États Unis même si elle permet aux plus abrutis de propager n'importe quelle rumeur et idée débile !
    C'est comme vouloir interdire les discussions de comptoir !!

    Citation Envoyé par ShigruM Voir le message

    De meme que faire des armes autonomes, cela peut apporter la paix dans le monde. Il faut arrêter d'avoir des biais sur certaines technos on ne sait pas ce qu'elles vont apporter.
    Il ne faut pas croire en une guerre homme-machine, c'est des conneries d'hollywood. Une machine ne peut pas trahir et jamais de toute manière on est loins d'avoir une IA capable de faire fonctionner ces machines de manière avancée.
    Ces machines ont besoins derriere d'une énorme logistique => recharge des batteries, fourniture en munition, information cartographique...etc. Il est pas née le jour ou une IA gérera tous sa. Quand bien meme le robot aurait un bug et se retourne contre ceux qu'il est censé protéger, il tiendra pas 5 minutes avant d’être a cours de munition ou 1H avant d’être a plat. Et vue la vitesse de ces tas de ferrailles ils pourrons parcourir 1-2 km... c'est pas avec sa que terminator vas prendre le pouvoir
    Pour l'histoire de la paix dans le monde... Mouais... Mais pas sûr du tout...
    Comme je l'avais dit dans un autre post, une fois tout ces beau joujoux au point, certains seront tentés de s'en servir... juste histoire de voir ce que ça peu faire...

    Citation Envoyé par ShigruM Voir le message

    les armes autonomes sont une opportunité pour les petits pays de se défendre. Ils peuvent se faire une armée de milliers de troupe pour se défendre d'une invasion des USA/Russie/Chine/France.
    Les chinnois menace taiwan, la russie l'ukraine, les usa pas mal de pays en arabie et la france aime bien pacifier l’Afrique centrale.

    L'ukraine pourrais se défendre des russes, taiwan de la chine...avec ces armes etc.
    Taïwan n'a rien à craindre de la Chine pour l'instant et on va dire dans les 50 ans qui viennent... T'a surement pas remarqué mais les attaques commerciales et diplomatiques de Trump ont soigneusement épargné Taïwan et la Corée du Sud...
    Tu trouve pas ça marrant ?

    Même si les US ne montrent pas une "trop grande" proximité avec Taïwan histoire de ne pas provoquer l'ire de la Chine (on ne vend pas officiellement d'avions ni de missiles mais de nombreux conseillers militaires US sont présents dans les faits et l'équipement de l'armée en matériel français et autre se fait avec leur assentiment), Taïwan reste un partenaire de Washington de premier plan dans la région !

  2. #62
    Inactif  
    Citation Envoyé par sergio_is_back Voir le message
    Va donc expliquer ça aux survivants (il en reste encore) de Nagasaki et Hiroshima !
    C'est juste malhonnête.

    Ce n'est pas parce qu'une chose est "bénéfique pour l'humanité" qu'elle ne fait pas de malheureux.
    Faut-il expliquer la raison pour laquelle la bombe atomique a été utilisée au Japon ?
    Pour rappel, sans les bombes, le nombre de morts avait été estimé de 10 à 100 fois plus au Japon.

    Citation Envoyé par sergio_is_back Voir le message
    Et puis les prochains qui s'en prendront une sur la tête (ce qui ne manquera pas d'arriver un jour, l'histoire ayant tendance à se répeter) ne seront peu être pas de cet avis...
    HS. Il a bien dit "jusqu'à aujourd'hui".

  3. #63
    Expert confirmé
    Citation Envoyé par Neckara Voir le message
    Faut-il expliquer la raison pour laquelle la bombe atomique a été utilisée au Japon ?
    Pour rappel, sans les bombes, le nombre de morts avait été estimé de 10 à 100 fois plus au Japon.
    Estimé par qui ? L'armée américaine ?

    A ma connaissance, il n'y a pas vraiment de consensus. Il y a même une page wikipedia assez longue à ce sujet : https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A...et_de_Nagasaki

  4. #64
    Inactif  
    Citation Envoyé par SimonDecoline Voir le message
    Estimé par qui ? L'armée américaine ?
    A ton avis... Ce n'est pas l'URSS qui allait faire une telle estimation avant que le bombardement ai lieu.

    Le fait que l'estimation ai été faite par l'armée américaine ne signifie pas que ces chiffres soient faux.

    Citation Envoyé par SimonDecoline Voir le message
    A ma connaissance, il n'y a pas vraiment de consensus. Il y a même une page wikipedia assez longue à ce sujet : https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A...et_de_Nagasaki
    Si tu regardes bien, c'est surtout les positions défavorables qui ne font pas consensus (inutilité des bombardements).

    Il faut quand même bien se rappeler la mentalité Japonaise. Si en Europe l'infanterie était de la chair à canon, au Japon, c'était carrément des suicidaires.

  5. #65
    Expert confirmé
    Citation Envoyé par Neckara Voir le message
    A ton avis... Ce n'est pas l'URSS qui allait faire une telle estimation avant que le bombardement ai lieu.
    Et donc, tu n'y vois pas une source de biais potentielle ?

    Citation Envoyé par Neckara Voir le message
    Si tu regardes bien, c'est surtout les positions défavorables qui ne font pas consensus (inutilité des bombardements).
    Ah d'accord. Donc il y a un consensus des positions favorables mais pas de consensus des positions dévaforables. C'est un nouveau concept : "le concensus multi-modal asymétrique" ?

    Citation Envoyé par Neckara Voir le message
    Il faut quand même bien se rappeler la mentalité Japonaise. Si en Europe l'infanterie était de la chair à canon, au Japon, c'était carrément des suicidaires.
    Honnetement, je ne sais pas si les bombardements nucléaires étaient une erreur ou pas. Par contre, je suis moyennement convaincu par l'argument de "la mentalité japonaise". Apparement même Einstein a regretté ces bombardements or il devait certainement être au courant de ça. Et si c'était vraiment pour montrer leur puissance de feu, pourquoi les US n'ont pas juste bombarder une colline ou la mer en face des fenetres de l'empereur, plutôt que de tuer des centaines de milliers de civils ?

  6. #66
    Inactif  
    Citation Envoyé par SimonDecoline Voir le message
    Et donc, tu n'y vois pas une source de biais potentielle ?
    Potentiel ne veut pas dire avéré.

    Il ne faudrait pas non plus faire d'anachronisme. Les études avaient été faites avant le bombardement, dans une époque avec une mentalité différente de la nôtre.

    Citation Envoyé par SimonDecoline Voir le message
    Ah d'accord. Donc il y a un consensus des positions favorables mais pas de consensus des positions dévaforables. C'est un nouveau concept : "le concensus multi-modal asymétrique" ?
    Prenons un autre exemple.

    Les vaccins font consensus, et nombre d'arguments anti-vaxx ne font pas consensus (ou plutôt font consensus contre eux).
    De même la Terre ronde fait consensus, et les Terre-plates ne font pas consensus.

    Je précise d'ailleurs que je parle de l'(in)utilité du bombardement.


    Citation Envoyé par SimonDecoline Voir le message
    Par contre, je suis moyennement convaincu par l'argument de "la mentalité japonaise".
    Je te conseille de regarder du côté des batailles Japonaises, pour certaines c'était des massacres unilatéraux.

    Citation Envoyé par SimonDecoline Voir le message
    Apparement même Einstein a regretté ces bombardements or il devait certainement être au courant de ça.
    ?

    Citation Envoyé par SimonDecoline Voir le message
    Et si c'était vraiment pour montrer leur puissance de feu, pourquoi les US n'ont pas juste bombarder une colline ou la mer en face des fenetres de l'empereur, plutôt que de tuer des centaines de milliers de civils ?
    Déjà que pour la première bombe, les officiels Japonais ont essayé de minimiser la chose...

    Ils en auraient eu juste rien à foutre. Pour rappel, c'était la seconde guerre mondiale, pas le monde des bizounours.

    La puissance de feu US était déjà largement suffisante, sans avoir besoin des bombes. Le problème est que les Japonais refusaient de se rendre et étaient prêt à se battre jusqu'à la mort. Pour les attaques suicides, il n'y avait d'ailleurs pas que les kamikaze : https://fr.wikipedia.org/wiki/Cat%C3...uerre_mondiale

    Lors de la bataille de Saipan, tu as eu des suicides massifs de civils (plusieurs dizaine de milliers) qui préféraient mourir plutôt que de se rendre, ainsi qu'une charge-suicide de 3 000 soldats (et ce n'est qu'une seule bataille).

  7. #67
    Expert confirmé
    Citation Envoyé par Neckara Voir le message
    Il ne faudrait pas non plus faire d'anachronisme.
    ...
    De même la Terre ronde fait consensus, et les Terre-plates ne font pas consensus.
    Voici un extrait de la page wikipedia que j'ai citée : "Un grand nombre de personnes et de groupes ont critiqué les bombardements, les considérant comme des crimes de guerre, crimes contre l'humanité et/ou de terrorisme d'état. Parmi eux Albert Einstein, Eugene Wigner, Léo Szilard, qui avaient incité le président Roosevelt à entamer les premières recherches sur la bombe par une lettre commune en 1939."

    Désolé mais dire que des gens comme Einstein ont eu une vision anachronique du sujet et les comparer aux platistes de 2019, c'est franchement indécent.

    Citation Envoyé par Neckara Voir le message
    Lors de la bataille de Saipan, tu as eu des suicides massifs de civils (plusieurs dizaine de milliers) qui préféraient mourir plutôt que de se rendre, ainsi qu'une charge-suicide de 3 000 soldats (et ce n'est qu'une seule bataille).
    Ah d'accord, les militaires US ont tué 200 000 civils japonais avec deux bombes pour éviter que les civils japonais se suicident. C'était de l'humanisme en fait. Ou alors ils ont prêté un serment de Psychopate...

  8. #68
    Inactif  
    Citation Envoyé par SimonDecoline Voir le message
    Voici un extrait de la page wikipedia que j'ai citée : "Un grand nombre de personnes et de groupes ont critiqué les bombardements, les considérant comme des crimes de guerre, crimes contre l'humanité et/ou de terrorisme d'état. Parmi eux Albert Einstein, Eugene Wigner, Léo Szilard, qui avaient incité le président Roosevelt à entamer les premières recherches sur la bombe par une lettre commune en 1939."
    Que ce soit un crime de guerre ou contre l'humanité, ne nie en rien l'utilité des bombardements.
    Les crimes contre l'humanité n'ont été créé qu'un jour avant le dernier bombardement, les accords de Genève, c'est 1949, et le statu de Rome, c'est 2002 (entrée en vigueur).

    Après, c'est facile de critiquer après coup, surtout quand on n'était pas impliqué, mais cela ne signifie pas qu'ils auraient trouver une meilleure solution à l'époque.

    Citation Envoyé par SimonDecoline Voir le message
    Ah d'accord, les militaires US ont tué 200 000 civils japonais avec deux bombes pour éviter que les civils japonais se suicident. C'était de l'humanisme en fait. Ou alors ils ont prêté un serment de Psychopate...
    C'est facile d'ironiser quand on nie le contexte historique. Le but était surtout de minimiser les pertes humaines qui auraient été inévitables si le conflit s'était prolongé. Rien que la bataille dont je parlais, c'était déjà 1/10ème des morts des deux bombes atomiques. 10 batailles comme cela, et tu les atteignais tes 200 000 civils.

    C'est quand même dingue de redécouvrir à notre époque que les guerres... ça fait des morts...
    C'est vrai qu'on aurait mieux fait de leur faire les gros yeux, et leur dire que de massacrer leurs voisins, ben c'est pas bien (on parle de plusieurs millions de victimes).


    C'est sûr que c'est beaucoup plus éthique de se la jouer peace and love babacool et de regarder passivement des millions se faire massacrer, en se contentant de leur faire les gros yeux.

    Bah, c'est sûr que de tuer tous ces civils en un coup, c'était pas cool, il aurait mieux fallu qu'ils en tue plus, mais petit à petit hein.
    Qu'à chaque ville ou village dont ils prendraient le contrôle, que la moitié se suicide, au moins on aurait eu bonne conscience.

  9. #69
    Expert confirmé
    Citation Envoyé par Neckara Voir le message
    Que ce soit un crime de guerre ou contre l'humanité, ne nie en rien l'utilité des bombardements.
    Les crimes contre l'humanité n'ont été créé qu'un jour avant le dernier bombardement, les accords de Genève, c'est 1949, et le statu de Rome, c'est 2002 (entrée en vigueur).
    ...
    Je te cite une page wikipedia intitulée "débat sur les bombardements d'Hiroshima et de Nagasaki", qui aborde les aspects militaires, pragmatiques, morales, juridiques et contient 150 références, et tu me présentes la propagande US de l'époque comme un consensus... Bref, continue à nous expliquer ce que c'est qu'un consensus, une guerre, etc si tu veux mais moi j'ai rien d'autre à ajouter.

  10. #70
    Inactif  
    Citation Envoyé par SimonDecoline Voir le message
    Je te cite une page wikipedia intitulée "débat sur les bombardements d'Hiroshima et de Nagasaki", qui aborde les aspects militaires, pragmatiques, morales, juridiques et contient 150 références, et tu me présentes la propagande US de l'époque comme un consensus... Bref, continue à nous expliquer ce que c'est qu'un consensus, une guerre, etc si tu veux mais moi j'ai rien d'autre à ajouter.
    Ce n'est pas tout de lire les titres de chaque sections... il faut aussi en lire le contenu...

  11. #71
    Expert confirmé
    Citation Envoyé par Neckara Voir le message
    Ce n'est pas tout de lire les titres de chaque sections... il faut aussi en lire le contenu...
    Finalement, je suis pour les serments. Je pense même que chaque métier devrait en avoir un. Par exemple pour le métier de "doctorant" on pourrait mettre: "je ne prendrai pas mon interlocuteur pour un imbécile".

  12. #72
    Inactif  
    Citation Envoyé par SimonDecoline Voir le message
    Finalement, je suis pour les serments. Je pense même que chaque métier devrait en avoir un. Par exemple pour le métier de "doctorant" on pourrait mettre: "je ne prendrai pas mon interlocuteur pour un imbécile".


    Déjà il faut séparer le factuel/historique de ce qui relève de l'opinion ou de l'anachronisme.

    Sinon on peut trouver:
    Un site de l'Air Force Association rapporte qu'à l'époque on rapportait que « des millions de femmes, de vieillards, de garçons et de filles avaient reçu un entraînement pour résister [aux forces d'invasion], y compris en utilisant des lances de bambou, ou bien se ceinturant d'explosifs pour se jeter sur les tanks en marche17». L'AFA note que « le gouvernement japonais avait avalisé une mesure étendant la conscription aux hommes âgés de 16 à 60 ans, et aux femmes de 17 à 45 ans (ce qui aurait fourni 28 millions de soldats supplémentaires)18 ».
    « L'interception de messages provenant de l'armée et de la marine impériales japonaises révèlent sans le moindre bémol que les forces armées du Japon étaient prêtes à se battre dans une bataille du Jugement Dernier sur le sol de leur Mère Patrie contre une invasion alliée. Les Japonais appelaient cette stratégie l'opération Ketsu Go (opération Décisive). Elle s'appuyait sur le postulat que le moral américain était défaillant, et pouvait être miné par de lourdes pertes en cas d'invasion. Les politiciens américains ne seraient alors que trop heureux de négocier une fin du conflit plus généreuse que la capitulation sans conditions45. »

    L'histoire du Projet Manahattan telle que fournie par le ministère de l'énergie américain donne crédit à cette thèse, affirmant que : « Les chefs militaires du Japon espéraient également que s'ils pouvaient tenir jusqu'au déclenchement de l'invasion terrestre du Japon, ils seraient en mesure d'infliger de telles pertes aux Alliés que le Japon pourrait obtenir une sorte d'arrangement négocié. »46
    Le Japon ne pouvait conclure d'accord de paix en toute légalité qu'avec l'accord unanime du gouvernement japonais, et dans l'été 1945, le conseil militaire suprême (CMS), composé de représentants de l'armée, de la marine et du gouvernement civil, n'avait pu parvenir à un consensus sur la façon de procéder44. Une impasse politique se dessina alors entre les chefs militaires et civils du Japon, avec des militaires de plus en plus déterminés à combattre en dépit du prix à payer et d'un rapport de forces défavorable, et des leaders civils cherchant à négocier la fin de la guerre. Un élément compliquait encore davantage le tableau : aucun gouvernement ne pouvait exister sans représentant de l'Armée Impériale Japonaise. Ce qui signifiait que l'armée ou la marine pouvait bloquer toute décision en provoquant la démission de leur ministre, ce qui leur assurait la prééminence au Commandement des Opérations Spéciales.
    Les 18 et 20 juillet 1945, l'ambassadeur Sato envoya un câble à son ministre des affaires étrangères Togo, préconisant fortement que le Japon accepte une capitulation sans conditions pourvu que les US préservent la Maison Impériale (soit l'Empereur). Le 21 juillet, Togo rejeta cette recommandation en déclarant que le Japon n'accepterait jamais de capituler sans conditions quelles que soient les circonstances. Togo ajouta que « même si la poursuite de la guerre se traduit évidemment par plus de victimes des deux côtés, nous nous défendrons, unis contre l'ennemi si celui-ci exige par la force notre capitulation sans conditions. »
    Bien que l'Empereur ait tenté de briser ce blocage pour parvenir à la paix, pas moins de trois tentatives de coups d'état furent fomentées par des officiers supérieurs afin d'empêcher toute reddition, tout en plaçant l'Empereur « en lieu sûr ». Après l'échec de ces complots, des officiers supérieurs de la flotte et de l'aviation donnèrent l'ordre de bombarder et de lancer des attaques de kamikazes contre les vaisseaux américains afin encore d'occulter toute possibilité de paix (quelques-uns de ces généraux prirent physiquement part à ces missions). Il ressort clairement de ces compte-rendu que si beaucoup de civils au gouvernement savaient la guerre perdue, c'était le pouvoir des militaires dans le gouvernement japonais qui empêchait que, dés avant le largage des deux bombes atomiques, la capitulation n'ait jamais pu être considérée comme une véritable alternative
    Hisatsune Sakomisu, secrétaire en chef du cabinet en 1945, qualifia même la bombe « d'occasion en or offerte par le ciel au Japon pour que cesse la guerre. »
    Cela plus les multiples estimations de pertes humaines.

    On peut aussi trouver plus amples détails quant au contexte historique qui peuvent aussi aider à la compréhension du phénomène. Par exemple, quand en europe ~1/4 à 1/2 soldats pouvait se rendre en cas de défaite, on était à 1/120 au Japon.

    Tu as aussi les multiples bombardements de villes Japonaises qui ont fait bien plus de morts que les deux bombes nucléaires, et qui était d'ailleurs d'usage en Europe (combien de villes rasées ?). Par exemple le Blitz, c'est environ 40,000 civils tués. Pour la bataille de Berlin, c'est ~22,000 civils. La bombe nucléaire n'a pas choqué par son nombre de morts, mais par sa puissance.


    Sans compter qu'il était ensuite dans l'intérêt américain d'insister sur le drame humain des bombes atomiques, à la fois pour renforcer l'aspect préventif des bombes, mais aussi pour faire passer le Japon pour une victime (et faire oublier toutes les atrocités commises en Chine) et faciliter le fait qu'il devienne "notre ami" dans le contexte de la guerre froide.

  13. #73
    Inactif  
    Breitzel
    La population des informaticiens n'a pas eu droit aux cookies par les pubs flash, étonnant non !

  14. #74
    Membre habitué
    Un serment est-il utile dans un univers exclusivement rationnel ?
    Rappelez-vous 2001 l’Odyssey de L’espace, l’I.A met tout le monde dehors, et dans 2010 ils expliquent que c’était un choix rationnel, fait selon les objectifs, directives et données qu’on lui avait donné.

    Il n’y a ni morale, ni serment, ni humanité dans un processus automatisé, il y’a juste une suite d’instructions logiques qui mènent à des actes qui ne peuvent être que rationnels et incontestables…

    Et en matière de voiture automatique, la seule chose qui permettra d’en vendre, c’est qu’elles garantissent l’intégrité physique des passagers. Personne n’achètera une voiture capable de choisir entre vous et un chien qui traverse (Même si vous même seriez irrationnellement capable de vous mettre dans le fossé pour éviter un hérisson sur la chaussée).

    Bref le débat est encore artificiel, il n'y aucune volonté (technique, politique ou économique) de programmer des processus humanistes, par contre il y a une volonté de transformer les humains en robots... depuis des années…

  15. #75
    Chroniqueur Actualités

    Microsoft : « Il faut un équivalent de serment d’Hippocrate pour les ingénieurs informaticiens »
    « Nous avons besoin d’un équivalent de serment d’Hippocrate pour les ingénieurs informaticiens », d’après Brad Smith de Microsoft
    Qui insiste en particulier sur le cas de ceux qui développent des IA

    Tout le monde ou presque a déjà vu un film dont l’intrigue est structurée de la manière suivante : l’humanité met au point des machines dotées de capacités cognitives. Celles-ci en usent puis décident d’asservir ou de détruire l’humanité. Enfin, cette dernière passe le reste du film à essayer d’éteindre les machines. C’est le funeste futur tant de fois prédit par Elon Musk qui redonne un coup de neuf à des avis d’intervenants de la filière high tech comme Brad Smith – président de Microsoft : « Nous avons besoin d’un équivalent de serment d’Hippocrate pour les ingénieurs informaticiens. »

    C’est l’une des phrases fortes d’une interview que le président de Microsoft a accordée au cours du quatrième trimestre de l’année précédente. Son appel intervient dans un contexte de profonds questionnements sur la notion d’éthique en lien avec le développement des systèmes d’intelligence artificielle. De façon ramassée, Brad Smith est d’avis « qu’en tant que première génération d’humains à doter les ordinateurs de la capacité de prendre des décisions, nous devons décider comment nous voulons que les machines les prennent et cela passe par la consultation d’un code éthique. »

    Le cas des voitures autonomes illustre bien la difficulté à laquelle les programmeurs lancés dans la filière font face surtout pour ce qui est des aspects moraux : la voiture autonome devrait-elle épargner en priorité les humains plutôt que les animaux de compagnie, les passagers au lieu des piétons, les femmes au lieu des hommes, les jeunes plutôt que les vieux, les personnes ayant un haut statut social au lieu de celles ayant un statut inférieur, les personnes respectant la loi plutôt que les criminels, les personnes mal portantes au lieu de celles en bonne santé ? La voiture devrait-elle dévier (agir) ou ne rien faire ou encore chercher à épargner le plus de vies possible ?



    C’est la raison pour laquelle Brad Smith développe l’idée d’équivalent de serment d’Hippocrate pour les ingénieurs informaticiens et conçoit six principes éthiques qui seraient appliqués par les ingénieurs de Microsoft. Faisant suite aux travaux de Brad Smith parus dans le livre Tools and Weapons : The promise and peril of the digital age, Eron Etzioni – professeur à l’université de Washington – propose une version modifiée du serment d’Hippocrate pour les médecins :

    • Je jure d'honorer, au mieux de mes capacités et de mon jugement, cet engagement :
    • je respecterai les acquis scientifiques durement gagnés par les scientifiques et les ingénieurs sur les traces desquels je marche, et je partagerai volontiers les connaissances qui sont les miennes avec ceux qui doivent me suivre ;
    • j'appliquerai, pour le bien de l'humanité, toutes les mesures nécessaires, en évitant ces deux pièges que sont l'optimisme excessif et le pessimisme uniforme ;
    • je n'oublierai pas que l'intelligence artificielle est un art, au même titre que la science, et que les préoccupations humaines l'emportent sur les préoccupations technologiques ;
    • je dois tout particulièrement faire preuve de prudence en matière de vie et de mort. Merci s'il m'est donné de sauver une vie grâce à l'intelligence artificielle. Mais elle peut aussi être en mesure de prendre une vie. Cette énorme responsabilité doit être assumée avec une grande humilité et en étant conscient de ma propre fragilité et des limites de l'intelligence artificielle. Par-dessus tout, je ne dois pas jouer avec Dieu ni laisser ma technologie le faire ;
    • je respecterai la vie privée des humains, car leurs données personnelles ne sont pas divulguées aux systèmes d'intelligence artificielle afin que le monde puisse en avoir connaissance ;
    • je tiendrai compte de l'impact de mon travail sur l'équité, à la fois en perpétuant les biais historiques, qui sont causés par l'extrapolation aveugle des données passées aux prévisions futures, et en créant de nouvelles conditions qui augmentent les inégalités économiques ou autres ;
    • mon intelligence artificielle permettra de prévenir les préjudices chaque fois que cela sera possible, car il est préférable de prévenir que de guérir ;
    • mon IA cherchera à collaborer avec les gens pour le plus grand bien, plutôt que d'usurper le rôle de l'homme et de le supplanter ;
    • je me souviendrai que je ne rencontre pas de données sèches, de simples zéros et des uns, mais des êtres humains, dont les interactions avec mon logiciel d'IA peuvent affecter la liberté, la famille ou la stabilité économique de la personne. Ma responsabilité inclut ces problèmes connexes ;
    • je me souviendrai que je reste un membre de la société, avec des obligations particulières envers tous mes semblables.

    Le serment est certes axé sur l’intelligence artificielle, mais une grande partie de celui-ci s’applique de façon plus large à tous les logiciels et matériels informatiques.

    Les futurs médecins prêtent ce serment avant d’entamer leur carrière. C’est l’une des différences fondamentales avec l’univers de l’informatique. En effet, il faut le rappeler, les contributions de Brad Smith et Eron Etzioni ne sont pas des cas de figure isolés. Il n’y a qu’à lire dans les contenus proposés par des initiatives comme Data4Democracy ou l’Association for Computing Machinery (ACM) pour se rendre compte que le domaine de l’informatique dispose bien de codes éthiques. Seulement, les professionnels de cette filière ne prêtent pas serment.


    Même dans le cas où les travailleurs de la filière informatique venaient à prêter serment, un parallèle important à faire avec le domaine de la médecine est qu’il s’agit en général de textes sans valeur juridique. De plus, l’une des plus grosses questions est celle de savoir si le plus grand vecteur de risque en matière d’éthique en intelligence artificielle est le développeur ou la chaîne entière du processus de génie logiciel. En effet, les tâches sont dans bien des cas confiées aux ingénieurs informaticiens après que la prise de la plupart des décisions éthiques par les chefs de produits, les concepteurs et les acteurs commerciaux. Sur le terrain, les ingénieurs informaticiens rendent des comptes à leurs employeurs en premier. Ainsi, rappeler à un ingénieur du génie logiciel de se souvenir de ne pas « faire ce qui est mal » le met dans la position délicate d’être remplacé par quelqu’un qui fera ce que l’employeur demande.

    À cela s’ajoute la subjectivité de certains points au sein de ces textes sur laquelle il faut commencer par jeter un regard. Même Robert Cecil Martin – auteur du célèbre « Coder proprement » – a touché à cet aspect il y a 6 ans lorsqu’il relevait que la définition de « causer du tort » dépend du propre code moral du programmeur concerné. En sus, il y a les enjeux financiers que l’on ne saurait écarter de l’équation. En effet, même si le code éthique de l’ACM suggère aux programmeurs d’être respectueux de la vie privée des utilisateurs, cela n’empêche pas des entreprises comme Facebook de se retrouver empêtrées dans des scandales comme celui de Cambridge Analytica.

    Sources : Jasper Kuria, Oren Etzioni

    Et vous ?

    Partagez-vous l'idée selon laquelle les ingénieurs informaticiens disposent de très peu de décisions dans le processus décisionnel qui mène à la mise sur pied des produits des entreprises pour lesquelles ils travaillent ?
    Qui du travailleur, de l'entreprise ou du code est le véritable problème en matière d'éthique ?
    Quel commentaire faites-vous de la pertinence de l’idée d’un équivalent du serment d’Hippocrate pour les ingénieurs informaticiens ?
    Quel pourrait être l’impact d’une telle disposition sur l’éthique personnelle des professionnels des domaines concernés et de façon générale sur celle des entreprises qui les emploient ?
    Quels sont les freins à l'application de ces codes de conduite ?

    Voir aussi :

    Les Googlers contre le conseil d'éthique de l'IA de Google, car il privilégie la proximité du pouvoir sur le bien-être des groupes marginalisés
    Google dissout son conseil d'éthique de l'IA une semaine à peine après sa mise en place suite à un mouvement collectif d'indignation
    IA : un algorithme permettant de faire des recommandations en suivant des règles d'éthique a été mis au point par des chercheurs d'IBM et du MIT
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  16. #76
    Membre à l'essai
    Dans l'image, la voiture devrait rouler sur tout le monde, comme ça pas de défavorisés.

  17. #77
    Expert confirmé
    Citation Envoyé par tome_x Voir le message
    Dans l'image, la voiture devrait rouler sur tout le monde, comme ça pas de défavorisés.
    Ahaha il faut tuer tout le monde, comme c'est drôle.... Sérieux, tu n'as pas évolué depuis la maternelle ?

  18. #78
    Inactif  
    Citation Envoyé par SimonDecoline Voir le message
    Ahaha il faut tuer tout le monde, comme c'est drôle.... Sérieux, tu n'as pas évolué depuis la maternelle ?


  19. #79
    Membre extrêmement actif
    Microsoft : « Il faut un équivalent de serment d’Hippocrate pour les ingénieurs informaticiens »
    Elle est bien bonne celle-là!

    Le mec devrait un peu mieux se renseigner sur le monde médical. Le serment d’Hippocrate est une vaste blague... Il y a autant de crapules, d'escrocs et de mecs qui mettent leur intérêts personnels avant celui de leur "client" chez les médecins que chez toutes les autres professions...

    Exemples:
    - Le médecin chef qui facture sa présence à toutes les naissances qui ont lieu dans son service hospitalier, quelque soit l'heure jour et nuit, même et surtout quand il n'est pas là ou qui pioche dans la caisse (https://www.lenouvelliste.ch/article...ncieres-915665)

    - Un autre médecin chef condamné pour avoir utilisé les budgets de son service pour acheter des livres rares dont monsieur fait la collection (https://www.rts.ch/info/suisse/11104...embourser.html)

    - Le chercheur qui magouille les résultats de ses recherches:
    https://www.lematin.ch/story/un-chef...s-515990766444

    - Et que dire de la grande majorité des chirurgiens esthétiques dont 95% de leur revenu est gagné a défigurer des clientes

  20. #80
    Inactif  
    D'ailleurs un serment ne sont que des mots s'il n'y a personne pour le faire respecter.

    Donc avoir une structure comme l'Ordre des Médecins derrière... le problème, c'est quand cet ordre est gangrené par des pseudo-sciences, se défendant entre eux, dans l'irrespect le plus total du serment d’Hippocrate.


    Mais derrière, invoquant des clauses qui n'auraient jamais dû exister comme la confraternité pour faire taire les médecins dénonçant des pratiques qui n'ont rien à faire dans la médecine.

###raw>template_hook.ano_emploi###