IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #41
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Traductrice Technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    906
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Traductrice Technique

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 906
    Points : 63 531
    Points
    63 531
    Par défaut Cruise de GM rappelle 950 voitures sans conducteur après qu'un piéton a été traîné dans un accident
    Cruise de General Motors rappelle 950 voitures sans conducteur après qu'un piéton a été traîné dans un accident, afin de corriger leur programmation.

    Cruise rappelle 950 voitures sans conducteur sur les routes des États-Unis à la suite d'un accident impliquant l'un de ses robotsaxis et procédera probablement à d'autres rappels, a déclaré l'unité de conduite autonome de General Motors.

    Les voitures sont rappelées parce que le sous-système de détection des collisions du logiciel Cruise Automated Driving Systems (ADS) peut réagir de manière inappropriée après un accident, selon un avis rendu public par la National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA) mercredi. Ce rappel est le dernier revers en date pour l'unité Cruise de GM qui fait face à des questions de plus en plus nombreuses sur sa technologie qui, selon GM, est la clé de ses plans de croissance.

    La directrice générale de GM, Mary Barra, a réitéré en juin une prévision selon laquelle Cruise pourrait générer un chiffre d'affaires de 50 milliards de dollars d'ici 2030. Cruise a perdu plus de 700 millions de dollars au troisième trimestre de cette année. Les actions de GM ont chuté de 1,6 % à 27,95 dollars mercredi.

    Le mois dernier, à San Francisco, un piéton a été renversé par un chauffard et projeté sur une voie adjacente. Il a été heurté une seconde fois par un robotaxi Cruise qui n'a pas pu s'arrêter à temps et qui a ensuite traîné le piéton.


    Le rappel concerne les circonstances dans lesquelles le logiciel peut amener l'AV Cruise à tenter de se ranger hors de la circulation au lieu de rester immobile "alors que le ranger n'est pas la réponse post-collision souhaitée", a déclaré Cruise.

    Cruise a déclaré le mois dernier qu'elle allait interrompre ses activités dans tout le pays après que les autorités californiennes ont suspendu la licence de l'opérateur du robotaxi, déclarant que les véhicules autopilotés Cruise représentaient un risque pour le public. Lundi, la société a déclaré qu'elle arrêtait temporairement la production de son véhicule entièrement autonome Cruise Origin. Cruise a déclaré avoir déterminé qu'"une collision similaire avec un risque de blessure grave aurait pu se reproduire tous les 10 millions à 100 millions de miles de conduite en moyenne avant la mise à jour du logiciel".

    Cruise fait l'objet de deux enquêtes fédérales concernant la sécurité de ses voitures, notamment deux incidents au cours desquels les voitures-robots ont semblé ne pas céder le passage aux piétons dans les passages pour piétons. "Au fur et à mesure que notre logiciel s'améliore, il est probable que nous procéderons à d'autres rappels afin d'informer la NHTSA et le public des mises à jour destinées à renforcer la sécurité de notre flotte", a déclaré Cruise.

    Cruise (qui a des activités à Phoenix, en Arizona, à Houston, Austin et Dallas au Texas, et à Miami) est dans une course avec l'unité Waymo d'Alphabet et d'autres pour mettre des voitures robotisées sur le marché. Cruise mène une recherche pour embaucher un chef de la sécurité et a engagé le cabinet d'avocats Quinn Emanuel pour mener un examen externe.

    Source : General Motors self-driving unit

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur ce nouvel incident sur les robotaxis ?
    Pensez-vous que les voitures autonomes ont un avenir ?

    Voir aussi :

    Le système Cruise de General Motors s'appuierait sur des opérateurs humains, pour assurer la conduite « autonome »

    Où en est-on avec les voitures, bus et camions entièrement autonomes ? En verra-t-on dans les 5 à 10 prochaines années ? Ou alors jamais comme prédit par certains experts ?

    Cruise suspend toutes ses opérations de voitures sans conducteur aux États-Unis après l'interdiction californienne pour des raisons de sécurité
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #42
    Expert éminent Avatar de kain_tn
    Homme Profil pro
    Inscrit en
    Mars 2005
    Messages
    1 564
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Suisse

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2005
    Messages : 1 564
    Points : 7 285
    Points
    7 285
    Par défaut
    Citation Envoyé par Jade Emy Voir le message
    Cruise de General Motors rappelle 950 voitures sans conducteur après qu'un piéton a été traîné dans un accident, afin de corriger leur programmation.
    Ils n'ont qu'à embaucher plus d'opérateurs pour les piloter. Oh wait...
    Copier c'est copier; voler c'est vendre un CD une vingtaine d'euros!


    Code C : Sélectionner tout - Visualiser dans une fenêtre à part
    1
    2
    3
    4
    5
    6
    7
    #include <stdio.h>
     
    int main(int argc, char **argv) {
     
        printf("So long, and thanks for the fish, Dennis...\n");
        return 0;
    }

  3. #43
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Traductrice Technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    906
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Traductrice Technique

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 906
    Points : 63 531
    Points
    63 531
    Par défaut L'arrêt des Robotaxis Cruise s'étend et met en pause les trajets supervisés et manuels
    L'arrêt des Robotaxis Cruise s'étend et met en pause les trajets supervisés et manuels, dans le but de rétablir la confiance du public tout en procédant à un examen complet de la sécurité.

    L'unité Cruise de General Motors suspend les trajets supervisés et manuels en voiture et étend ses investigations. Cruise engagera un expert externe en sécurité pour examiner les opérations et la culture de la compagnie en matière de sécurité.

    L'unité de voitures sans chauffeur Cruise de General Motors a déclaré qu'elle allait suspendre tous les trajets en voiture supervisés et manuels aux États-Unis et élargir le champ d'investigation de l'opérateur de robotaxis à la suite d'un accident qui avait initialement conduit à la suspension des opérations de véhicules sans chauffeur.

    "Cette pause ordonnée est une étape supplémentaire pour rétablir la confiance du public pendant que nous subissons un examen complet de la sécurité", a déclaré Cruise dans un billet de blog. "Nous continuerons à utiliser nos véhicules dans des environnements de formation en circuit fermé et à maintenir un programme de simulation actif afin de rester concentrés sur l'avancement de la technologie AV."

    Cruise a également indiqué dans son blog qu'Exponent, une société d'ingénierie indépendante précédemment engagée pour effectuer une analyse technique des causes profondes de l'incident du 2 octobre, élargirait cette enquête pour inclure un "examen complet" de ses systèmes de sécurité et de sa technologie. En outre, Cruise engagera un expert externe en sécurité pour examiner les opérations et la culture de la compagnie en matière de sécurité, selon le billet de blog. Cet expert s'ajoutera au responsable permanent de la sécurité que la compagnie a déjà annoncé vouloir engager.


    Ces mesures font suite à une réunion du conseil d'administration de Cruise qui s'est tenue lundi à San Francisco, selon des sources familières avec la réunion. Cruise a précédemment déclaré qu'elle avait engagé le cabinet d'avocats Quinn Emanuel pour examiner la réponse de Cruise à l'accident. Cruise a également indiqué dans le billet de blog de mardi qu'elle ferait appel à Craig Glidden, avocat général de GM, en tant que directeur administratif pour superviser plusieurs équipes de Cruise tout en conservant ses responsabilités chez le constructeur automobile de Détroit.

    Les équipes placées sous la responsabilité de Glidden comprennent les communications et les finances, selon le billet de blog. Certains investisseurs ont estimé que le service de communication avait mal géré les explications de Cruise sur ce qui s'est passé lors de l'accident du 2 octobre, où l'un des véhicules autonomes de Cruise a freiné, mais n'a pas évité de heurter et de traîner un piéton qui avait été précédemment heurté par un conducteur en délit de fuite.

    Cruise exploitait un service de type Uber avec des véhicules sans conducteur, principalement à San Francisco, mais à la suite de l'accident, elle a interrompu ce service. Le billet de blog montre que cette suspension a été étendue aux véhicules exploités par des conducteurs de sécurité humains, ce qui concerne environ 70 véhicules.

    Cruise est en concurrence avec l'unité Waymo d'Alphabet et d'autres pour développer les voitures robotisées en vue d'une production et d'un déploiement à plus grande échelle. Le perfectionnement de la technologie nécessitera des années d'essais en conditions réelles, mais les entreprises se sont heurtées à la résistance de certains législateurs et citoyens qui craignent que les véhicules n'aient pas encore fait leurs preuves et posent un risque pour la sécurité.

    Nom : Cruise.jpg
Affichages : 806
Taille : 111,1 Ko

    Mary Barra, PDG de GM et membre du conseil d'administration de Cruise, a déclaré aux investisseurs que Cruise pourrait générer un chiffre d'affaires de 50 milliards de dollars d'ici à 2030. L'entreprise a perdu plus de 700 millions de dollars au troisième trimestre de cette année, alors qu'elle a augmenté ses dépenses pour étendre ses activités à 15 villes américaines.

    Le 8 novembre, GM a rappelé 950 voitures sans conducteur pour mettre à jour le logiciel et a déclaré que d'autres rappels seraient probablement effectués. Deux jours plus tôt, GM avait annoncé l'arrêt de la production de sa camionnette entièrement autonome Cruise Origin. La National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA) des États-Unis a déclaré qu'elle enquêtait sur la sécurité des véhicules Cruise. Au début du mois d'octobre, le département californien des véhicules à moteur a ordonné que les voitures sans conducteur de Cruise soient retirées des routes de l'État, les qualifiant de danger public et alléguant que l'entreprise avait fait de "fausses déclarations" sur la sécurité de la technologie.

    Source : Unité de voitures sans chauffeur Cruise de General Motors

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi :

    Cruise de General Motors rappelle 950 voitures sans conducteur après qu'un piéton a été traîné dans un accident afin de corriger leur programmation

    Cruise suspend toutes ses opérations de voitures sans conducteur aux États-Unis après l'interdiction californienne pour des raisons de sécurité

    Le système Cruise de General Motors s'appuierait sur des opérateurs humains, pour assurer la conduite « autonome »
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  4. #44
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Traductrice Technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    906
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Traductrice Technique

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 906
    Points : 63 531
    Points
    63 531
    Par défaut Kyle Vogt, PDG de Cruise de General Motors, a démissionné un jour après avoir présenté ses excuses
    Kyle Vogt, PDG de Cruise de General Motors, a démissionné un jour après avoir présenté ses excuses au personnel, alors que l'entreprise procède à l'examen de la sécurité de ses Robotaxis.

    Kyle Vogt, 38 ans, a donné peu d'explications, déclarant simplement "j'ai démissionné de mon poste" dans un courriel adressé au personnel. Vogt a fondé Cruise en 2013. Sa décision fait suite à des semaines de turbulences au sein de l'unité, qui a dû retirer tous ses véhicules des essais aux États-Unis pour mener un examen de sécurité après un accident survenu le 2 octobre, au cours duquel l'un des taxis autonomes de Cruise a entraîné un piéton.

    Une source familière avec les circonstances de la démission de Vogt a déclaré que ce dernier avait informé le conseil d'administration de sa décision de partir, après s'être excusé auprès du personnel pour les problèmes de l'entreprise dans un courriel le jour avant. "En tant que PDG, j'assume la responsabilité de la situation dans laquelle se trouve Cruise aujourd'hui. Il n'y a pas d'excuses, et il n'y a pas d'édulcoration de ce qui s'est passé. Nous devons redoubler d'efforts en matière de sécurité, de transparence et d'engagement communautaire", a-t-il écrit dans ce courriel.

    Les déboires de Cruise constituent également un revers pour un secteur qui dépend de la confiance du public et de la coopération des régulateurs. Ces derniers mois, l'unité avait présenté des plans ambitieux pour s'étendre à d'autres villes et proposer des courses de taxis entièrement autonomes. La démission de Vogt est intervenue après que GM et le conseil d'administration de Cruise ont renforcé leur surveillance de ses dirigeants.

    Le conseil d'administration de Cruise s'est réuni le 13 novembre et a nommé le lendemain Craig Glidden, conseiller général de GM, au poste de directeur administratif de Cruise. Le conseil d'administration a également déclaré qu'il retiendrait les services d'un expert en sécurité indépendant pour évaluer les opérations et la culture de sécurité.


    Le PDG de GM, Mary Barra, a déclaré dans un courriel adressé aux employés que Glidden sera coprésident de Cruise avec Mo Elshenawy, qui deviendra également directeur de la technologie. "Nous continuons à croire fermement en la mission de Cruise et au potentiel de sa technologie transformatrice alors que nous cherchons à rendre les transports plus sûrs, plus propres et plus accessibles", a-t-elle déclaré.

    L'ancien président de Tesla, Jon McNeill, administrateur de GM depuis 2022, a été nommé vice-président du conseil d'administration de Cruise, aux côtés de Barra, qui en est la présidente.

    Cruise est en concurrence avec Waymo d'Alphabet (GOOGL.O) dans le déploiement de véhicules autonomes et en avait testé des centaines dans plusieurs villes des États-Unis, notamment à San Francisco, sa ville d'origine.

    En octobre, le département californien des véhicules motorisés a ordonné à Cruise de retirer ses voitures sans conducteur des routes de l'État, les qualifiant de risque pour le public et affirmant que l'entreprise avait fait de fausses déclarations sur la sécurité de sa technologie. En octobre, la National Highway Traffic Safety Administration a ouvert une enquête sur les risques pour les piétons chez Cruise et le conseil d'administration de Cruise a engagé le cabinet d'avocats Quinn Emanuel pour examiner les réponses de la direction de Cruise aux régulateurs enquêtant sur l'accident du 2 octobre.

    "Les dix dernières années ont été extraordinaires et je suis reconnaissant à tous ceux qui ont aidé Cruise tout au long de son histoire", a écrit Vogt dans son courriel. Dans un message publié sur le réseau social X peu après sa démission, il a ajouté : "Cruise n'en est qu'à ses débuts et je pense qu'elle a un grand avenir devant elle".

    Barra a déclaré aux investisseurs que Cruise pourrait générer un chiffre d'affaires de 50 milliards de dollars d'ici 2030. L'entreprise a perdu plus de 700 millions de dollars au troisième trimestre de cette année en raison de son projet d'étendre ses activités à 15 villes américaines.

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur la démission Kyle Vogt, PDG de Cruise ?

    Voir aussi :

    L'arrêt des Robotaxis Cruise s'étend et met en pause les trajets supervisés et manuels dans le but de rétablir la confiance du public tout en procédant à un examen complet de la sécurité

    Cruise de General Motors rappelle 950 voitures sans conducteur après qu'un piéton a été traîné dans un accident, afin de corriger leur programmation

    Le système Cruise de General Motors s'appuierait sur des opérateurs humains, pour assurer la conduite « autonome »
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  5. #45
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Traductrice Technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    906
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Traductrice Technique

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 906
    Points : 63 531
    Points
    63 531
    Par défaut L'unité de robotaxi Cruise de GM licencie neuf cadres après une enquête sur la sécurité
    L'unité de robotaxi Cruise de GM licencie neuf cadres après une enquête sur la sécurité, suite à l'incident au cours duquel une femme a été heurtée et traînée par un véhicule Cruise à San Francisco.

    L'unité de robotaxi Cruise de General Motors a licencié neuf personnes clés dans le cadre d'une enquête de sécurité en cours, selon un mémo, qui a confirmé que le chef de l'exploitation, Gil West, en faisait partie. L'enquête porte sur un incident survenu le 2 octobre, au cours duquel une femme a été heurtée et traînée par un véhicule Cruise à San Francisco.

    Ce remaniement fait suite à des semaines d'agitation au sein de l'unité de robotaxi, qui a dû retirer tous ses véhicules des essais aux États-Unis afin de procéder à un examen de la sécurité après l'accident. Le PDG Kyle Vogt et le cofondateur Dan Kan ont tous deux démissionné ces dernières semaines et Cruise se prépare à une série de licenciements ce mois-ci.

    "Après une première analyse de l'incident du 2 octobre et de la réponse de Cruise, neuf personnes ont quitté Cruise", selon le mémo. "Nous nous sommes engagés à une transparence totale et nous nous efforçons de rétablir la confiance et d'appliquer les normes les plus strictes en matière de sécurité, d'intégrité et de responsabilité", précise la note. "En conséquence, nous pensons qu'une nouvelle direction est nécessaire pour atteindre ces objectifs."

    Le porte-parole de Cruise a confirmé que Jeff Bleich, directeur juridique et politique, et David Estrada, premier vice-président des affaires gouvernementales, figuraient également parmi les personnes licenciées.


    Les problèmes de Cruise constituent également un revers pour un secteur qui dépend de la confiance du public et de la coopération des régulateurs. Au cours des derniers mois, l'unité avait présenté des projets ambitieux visant à s'étendre à d'autres villes et à proposer des courses de taxis entièrement autonomes. L'enquête, menée par le cabinet d'avocats Quinn Emmanuel, devrait durer jusqu'en janvier, a indiqué GM.

    "Les décisions concernant le personnel prises aujourd'hui sont une étape nécessaire pour que Cruise aille de l'avant en se concentrant sur la responsabilité, la confiance et la transparence", a déclaré GM dans un communiqué.

    En octobre, le département des véhicules motorisés de Californie a ordonné à Cruise de retirer ses voitures sans conducteur des routes de l'État, les qualifiant de risque pour le public et affirmant que l'entreprise avait fait de fausses déclarations sur la sécurité de sa technologie. En outre, la National Highway Traffic Safety Administration a ouvert en octobre une enquête sur les risques encourus par Cruise en ce qui concerne les piétons. Selon une agence californienne, Cruise pourrait se voir infliger une amende de 1,5 million de dollars et des sanctions supplémentaires pour avoir omis de divulguer les détails de l'accident.

    Mo Elshenawy a pris la présidence de Cruise le mois dernier et a déclaré lors d'une réunion de l'ensemble du personnel plus tôt en décembre que l'unité des véhicules autonomes avait atteint un "niveau historiquement bas".

    Source : Unité de robotaxi Cruise de General Motors

    Et vous ?

    Pensez-vous que ces licenciements sont crédibles ou pertinents ?
    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi :

    Kyle Vogt, PDG de Cruise de General Motors, a démissionné un jour après avoir présenté ses excuses au personnel, alors que l'entreprise procède à l'examen de la sécurité de ses Robotaxis

    L'arrêt des Robotaxis Cruise s'étend et met en pause les trajets supervisés et manuels, dans le but de rétablir la confiance du public tout en procédant à un examen complet de la sécurité

    Cruise de General Motors rappelle 950 voitures sans conducteur après qu'un piéton a été traîné dans un accident afin de corriger leur programmation
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  6. #46
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Traductrice Technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    906
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Traductrice Technique

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 906
    Points : 63 531
    Points
    63 531
    Par défaut Cruise de General Motors va supprimer 24 % de ses effectifs afin de restructurer ses activités
    Cruise, la branche de General Motors spécialisée dans les véhicules autonomes, va supprimer 24 % de ses effectifs afin de restructurer ses activités à la suite d'un accident interrompant ses essais.

    L'unité Cruise de GM va supprimer près d'un quart de ses effectifs. L'entreprise a interrompu ses essais de conduite autonome après un accident mortel survenu en octobre. Les licenciements concernent principalement les opérations commerciales et la finance de l'entreprise.

    L'entreprise Cruise de General Motors, spécialisée dans les véhicules à conduite autonome, va supprimer 24% de ses effectifs afin de restructurer ses opérations suite à un accident qui l'a obligée à interrompre les essais aux Etats-Unis, a déclaré l'entreprise. L'unité de robotaxi de GM, qui perd de l'argent, est dans la tourmente depuis des semaines. Cruise a retiré tous ses véhicules américains des essais de conduite autonome après que la Californie a suspendu son permis d'essais sans conducteur à la suite d'un accident survenu en octobre.

    Le PDG de l'unité, Kyle Vogt, et le cofondateur, Dan Kan, ont tous deux démissionné le mois dernier. Les licenciements de 900 de ses 3 800 employés concernent principalement les opérations commerciales et les fonctions d'entreprise connexes. Cruise a déclaré qu'elle avait également mis fin au travail de certains "travailleurs occasionnels qui soutiennent nos opérations sans conducteur".

    La société a également mis fin au travail de certains "travailleurs occasionnels qui soutiennent nos opérations sans conducteur", ce qui reflète notre nouvel avenir et une approche plus délibérée de la mise sur le marché, ce qui signifie un besoin moins immédiat de personnel sur le terrain, dans les opérations commerciales et au sein de l'entreprise, a déclaré Cruise à propos des suppressions d'emplois.


    Le 2 octobre, un piéton renversé par un autre véhicule a été projeté sur la trajectoire d'un véhicule Cruise autopiloté et traîné sur une distance de 6 mètres. La Californie a suspendu le permis d'essai et, peu de temps après, Cruise a interrompu toutes ses opérations d'essai aux États-Unis.

    Cruise a licencié neuf cadres, dont son directeur des opérations et son directeur juridique et politique, dans le cadre d'une enquête externe menée par le cabinet d'avocats Quinn Emmanuel sur l'accident et la réponse de Cruise. GM a déclaré le mois dernier qu'il réduirait les coûts de Cruise, qui a perdu plus de 700 millions de dollars au troisième trimestre et plus de 8 milliards de dollars depuis 2016. "GM soutient les décisions difficiles en matière d'emploi prises par Cruise, car elles reflètent leur voie plus délibérée vers l'avenir, avec la sécurité comme étoile du nord", a déclaré un porte-parole de GM.

    En novembre, Cruise a déclaré qu'elle finirait par se relancer dans une ville non spécifiée avant de s'étendre. Auparavant, Cruise avait présenté des plans ambitieux pour s'étendre à d'autres villes et proposer des trajets en taxi entièrement autonomes. L'industrie naissante des voitures sans conducteur dépend de la confiance du public et de la coopération des autorités de régulation. En octobre, le département californien des véhicules à moteur a ordonné à Cruise de retirer ses voitures sans conducteur des routes de l'État, estimant qu'elles représentaient un risque pour le public et que la société avait fait de fausses déclarations sur la sécurité de sa technologie.

    Le même mois, la National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA) a ouvert une enquête sur les risques pour les piétons chez Cruise. Interrogée sur le fait que Cruise fournit à la NHTSA les informations requises, l'administratrice par intérim de la NHTSA, Ann Carlson, a déclaré que l'agence s'assure que les constructeurs automobiles "sont conscients de nos pouvoirs et qu'ils comprennent les circonstances s'ils ne s'y conforment pas".

    Cruise pourrait se voir infliger une amende de 1,5 million de dollars et des sanctions supplémentaires pour avoir omis de divulguer les détails de l'accident, selon une agence californienne. Mo Elshenawy a pris la présidence de Cruise le mois dernier et a déclaré lors d'une réunion de l'ensemble du personnel en décembre que l'unité de véhicules autonomes avait atteint un "niveau historiquement bas".

    Source : General Motors

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi :

    L'unité de robotaxi Cruise de GM licencie neuf cadres après une enquête sur la sécurité, suite à l'incident au cours duquel une femme a été heurtée et traînée par un véhicule Cruise à San Francisco

    Kyle Vogt, PDG de Cruise de General Motors, a démissionné un jour après avoir présenté ses excuses au personnel, alors que l'entreprise procède à l'examen de la sécurité de ses Robotaxis

    Cruise suspend toutes ses opérations de voitures sans conducteur aux États-Unis après l'interdiction californienne pour des raisons de sécurité

    Plus de 20 000 offres d'emploi de Développeur ou en Informatique
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  7. #47
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Mai 2019
    Messages
    1 844
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2019
    Messages : 1 844
    Points : 36 284
    Points
    36 284
    Par défaut Les voitures autonomes sont à l'abri des contraventions en Californie en vertu des lois actuelles
    Les voitures autonomes sont à l'abri des contraventions en Californie en vertu des lois actuelles,
    une immunité qui met en péril la sécurité publique

    Les voitures autonomes en Californie échappent aux contraventions en raison des lacunes dans la législation actuelle. Malgré les préoccupations croissantes liées à la sécurité des voitures autonomes, les forces de l'ordre ne peuvent infliger des amendes que s'il y a un conducteur humain à bord. Des incidents, tels que des feux rouges grillés et des comportements dangereux, sont documentés, mais les lois sur les transports ne sont pas adaptées à cette technologie émergente.

    Comparativement, le Texas et l'Arizona ont modifié leurs lois pour sanctionner les véhicules autonomes. Les fabricants insistent sur la nécessité de tests pour améliorer la technologie, mais des appels à de nouvelles réglementations en Californie se font entendre, notamment après un accident impliquant une voiture autonome de Cruise. Certains estiment qu'une agence de régulation dédiée aux voitures sans conducteur pourrait être nécessaire pour équilibrer l'innovation et la sécurité publique.


    Nom : Voiture.jpg
Affichages : 1491
Taille : 52,6 Ko

    En octobre dernier, le régulateur automobile californien a suspendu les permis de déploiement de véhicules autonomes Cruise et d’essais sans conducteur de General Motors, estimant que ce dernier avait déformé les informations relatives à la sécurité de la technologie autonome. Le département californien des véhicules à moteur (DMV) a déclaré que les AV de Cruise posent un « risque déraisonnable pour la sécurité publique » et « ne sont pas sûrs pour l’utilisation par le public ». Cette suspension faisait suite à une série d’accidents impliquant des véhicules Cruise, pour certains analystes, cette suspension constituait un revers majeur pour l’unité de technologie de conduite autonome de GM et pour l’industrie naissante des véhicules autonomes.

    La suspension a pris effet immédiatement. GM a précédemment insisté sur le fait que Cruise représentait une « énorme opportunité de croissance ». Le constructeur automobile a indiqué qu’il avait perdu 723 millions de dollars avec Cruise au cours du troisième trimestre. Cruise a publié une déclaration disant qu’elle « mettrait en pause les opérations de nos véhicules sans conducteur à San Francisco ». La nouvelle décision « n’a pas d’impact sur le permis de l’entreprise pour les tests avec un conducteur de sécurité »

    « La sécurité publique reste la priorité du DMV de Californie, et les réglementations du département sur les véhicules autonomes fournissent un cadre pour faciliter les essais et le déploiement en toute sécurité de cette technologie sur les routes publiques de Californie. En cas de risque déraisonnable pour la sécurité publique, le DMV peut immédiatement suspendre ou révoquer les permis. Il n'y a pas de délai fixe pour la suspension.

    « Le DMV de Californie a notifié aujourd'hui à Cruise que le département suspendait les permis de déploiement de véhicules autonomes et d'essais sans conducteur de Cruise, avec effet immédiat. Le DMV a fourni à Cruise les étapes nécessaires pour demander le rétablissement de ses permis suspendus, que le DMV n'approuvera pas tant que l'entreprise n'aura pas rempli les conditions requises à la satisfaction du département. Cette décision n'a pas d'incidence sur le permis de la société pour les essais avec un conducteur de sécurité », avait déclaré le Département californien des véhicules à moteur.

    Les inquiétudes croissantes concernant les voitures autonomes - soulignées par les allégations selon lesquelles le fabricant de véhicules autonomes Cruise a induit en erreur le département californien des véhicules motorisés au sujet d'un accident à San Francisco qui a gravement blessé un piéton - amènent certaines personnes à se demander si l'État a besoin de nouvelles lois et de nouveaux chiens de garde pour régir l'expansion rapide de la technologie.

    Les rues de la ville servent de terrain d'essai à des centaines de voitures autonomes en Californie, malgré les inquiétudes persistantes en matière de sécurité et les zones d'ombre entourant la capacité des forces de l'ordre à verbaliser les voitures-robots lorsqu'elles enfreignent le code de la route. « Je pense que nous avons tous encore du mal à comprendre si [les voitures sans conducteur] sont vraiment plus sûres que les conducteurs humains et dans quelle mesure elles ne le sont pas », a déclaré Irina Raicu, directrice du programme d'éthique de l'internet au Markkula Center for Applied Ethics de l'université de Santa Clara.

    Cruise a déclaré que sur la base de ses mesures, il est clair qu’au cours du premier million de kilomètres parcourus sans conducteur, leurs voitures autonomes ont largement dépassé les performances du conducteur humain moyen à San Francisco. Waymo et Cruise ont parcouru un total combiné de 8 millions de kilomètres sans chauffeur, ce qui fait dire certains observateurs que les voitures autonomes seraient plus sûres que les voitures conduites par des humains. Cependant, les véhicules Cruise ont été impliqués dans deux accidents graves à quelques heures d’intervalle, ce qui a conduit le département californien des véhicules motorisés à exiger que Cruise réduise de moitié sa flotte de taxis sans chauffeur pendant que ces accidents faisaient l’objet d’une enquête.

    Les véhicules autonomes permettront sans doute d’éviter une partie significative des accidents de la route, bien qu’il soit actuellement trop tôt pour savoir le mesurer exactement. Cependant, les véhicules autonomes ne vont pas pour autant résoudre de manière magique tous les problèmes de sécurité routière. Même si tous les véhicules sont automatisés, il y aura encore des victimes sur la route. Les fabricants de véhicules autonomes affirment que leurs voitures doivent continuer à parcourir des kilomètres pour améliorer la technologie et les rendre plus sûres. Raicu souligne toutefois que la plupart des essais ont lieu dans les rues des villes, aux côtés de conducteurs humains et de piétons, et que nous ignorons encore beaucoup de choses sur les performances des véhicules.

    « Il semble qu'ils commettent moins d'erreurs que les conducteurs humains, mais qu'ils commettent de nouvelles sortes d'erreurs intéressantes », a déclaré Raicu. « On a l'impression d'assister à une expérience de masse sur un sujet humain, n'est-ce pas ? Sans le type de consentement que nous souhaitons habituellement voir dans ce type d'expérience ».

    Nom : Ryan.jpg
Affichages : 989
Taille : 36,6 Ko
    Irina Raicu est directrice du programme d'éthique de l'Internet au centre Markkula d'éthique appliquée de l'université de Santa Clara

    Accidents impliquant des voitures autonomes : Waymo et Cruise appelés à ralentir leur expansion

    Des voitures sans conducteur ont été documentées en train de griller des feux rouges, de bloquer des intervenants d'urgence et de faire des embardées dans des zones de construction. En juin, une voiture autonome de Waymo a heurté un chien sur Toland Street à Toland Place, à San Francisco, en Californie. Le Waymo AV se dirigeait vers le sud-ouest sur Toland Street lorsqu’un petit chien a traversé la rue devant lui. Le Waymo AV a alors heurté le chien, qui n’a pas survécu. Au moment de l’impact, l’Advanced Driving Systems (ADS) de niveau 4 du Waymo AV était engagé en mode autonome, et un conducteur d’essai était présent à la place du conducteur.

    En février, un véhicule autonome Cruise a roulé vers des tuyaux d'incendie au sol dans une zone de lutte contre les incendies, ont indiqué les responsables des transports de la ville de San Francisco dans une lettre adressée aux régulateurs. Les responsables des transports ont demandé aux sociétés de véhicules autonomes comme Cruise et Waymo de freiner leurs efforts d'expansion. « Les pompiers présents sur les lieux ont fait des efforts pour empêcher le Cruise AV de rouler sur leurs tuyaux et n'y sont parvenus qu'en brisant une vitre avant du Cruise AV », indique la lettre.

    En 2019, Waymo a lancé la diffusion de musique en continu sans publicité pour les passagers via Google Play Music, la réponse de sa société mère à Spotify et Apple Music. L’objectif étant de persuader les passagers que le service de transports de la compagnie, baptisé Waymo One, est moins stressant que de conduire leur propre voiture ou de rouler avec ses rivaux. Les conducteurs bavards ou peu précis, ainsi que les véhicules de taille et de propreté variables, sont les plus prisés des amateurs d’applications de conduite exaltante.

    Une semaine plus tard après que la California Public Utilities Commission a voté pour autoriser Waymo et Cruise à commencer à faire payer les clients pour les trajets en taxi sans chauffeur à travers la ville, les véhicules Cruise ont été impliqués dans deux accidents graves à quelques heures d’intervalle. Le lendemain, le département californien des véhicules motorisés a exigé que Cruise réduise de moitié sa flotte de taxis sans chauffeur pendant que ces accidents faisaient l’objet d’une enquête.

    Si pour certains les voitures autonomes sont plus sûres que les conducteurs humains, le journaliste Cade Metz affirme qu'elles sont imparfaites. « Il est devenu de plus en plus clair pour les personnes qui conduisent les voitures, et pour les autres citoyens de la ville, qu'elles sont imparfaites, qu'elles font des erreurs, qu'elles peuvent encombrer le trafic, qu'elles peuvent causer des accidents. »

    Bien sûr, les voitures autonomes sont imparfaites, comme toutes les technologies. La question importante est de savoir si les voitures autonomes sont plus sûres que les voitures conduites par des humains. Et c'est là que le journaliste Metz exprime son ignorance. « Nous ne savons pas encore si elles sont plus sûres qu'un conducteur humain », a-t-il déclaré.

    Le paradoxe des contraventions : véhicules autonomes et le vide légal en californie

    NBC Bay Area a appris que lorsque les voitures sans conducteur enfreignent le code de la route, les forces de l'ordre ne peuvent pas faire grand-chose. En Californie, les contraventions ne peuvent être dressées que s'il y a un conducteur dans la voiture. Une note interne du chef de la police de San Francisco, Bill Scott, obtenue par l'unité d'enquête de NBC Bay Area, indique aux agents qu' « aucune contravention pour une infraction au code de la route ne peut être délivrée si le [véhicule autonome] est utilisé en mode sans conducteur ». Scott a ajouté : « La technologie évolue rapidement et, parfois, plus vite que la législation ou les règlements ne peuvent s'adapter aux changements. »

    Alors que les véhicules autonomes en Californie ont reçu des contraventions de stationnement, les lois sur les transports de l'État semblent laisser les véhicules sans conducteur à l'abri de tout type de contravention découlant d'infractions au code de la route. « Je pense que cela envoie le message que les règles du jeu ne sont pas équitables, que l'équité n'est pas la priorité », a déclaré Michael Stephenson, fondateur et avocat principal de Bay Area Bicycle Law, un cabinet d'avocats spécialisé dans la représentation des cyclistes dans les cas d'accidents.

    Selon Stephenson, les véhicules sans conducteur ne s'inscrivent pas exactement dans le cadre juridique actuel de l'État et la Californie a besoin de nouvelles lois pour régir de manière appropriée cette technologie en constante évolution. « Nous essayons peut-être d'enfoncer une cheville carrée dans un trou rond, a-t-il déclaré. Nous sommes en plein Far West en ce qui concerne les voitures sans conducteur. »

    Nom : Mic St.jpg
Affichages : 991
Taille : 25,8 Ko
    Michael Stephenson est le fondateur et le principal conseiller juridique de Bay Area Bicycle Law

    Le Texas et l'Arizona ont réécrit leur code de la route pour permettre la verbalisation des voitures sans conducteur. Si les voitures sans conducteur en Californie semblent bénéficier d'une immunité contre les contraventions, ce n'est pas le cas des véhicules autonomes au Texas. Le Texas, qui rivalise avec la Californie en tant qu'autre terrain d'essai populaire pour les véhicules autonomes, a modifié ses lois sur les transports en 2017 pour s'adapter à la technologie émergente. Selon le code des transports du Texas, le propriétaire d'une voiture sans conducteur est « considéré comme l'opérateur » et peut être cité pour avoir enfreint le code de la route « indépendamment du fait que la personne soit physiquement présente dans le véhicule. »

    L'Arizona, autre site très fréquenté par les véhicules autonomes, a pris des mesures similaires. En révisant son code de la route, l'Arizona a déclaré que le propriétaire d'un véhicule autonome « peut se voir délivrer une contravention ou toute autre sanction applicable si le véhicule ne respecte pas le code de la route ou les lois sur les véhicules à moteur. »

    Le directeur de la gestion des produits de Waymo, Chris Ludwick, s'entretient avec le journaliste d'investigation principal de NBC Bay Area, Bigad Shaban, dans un véhicule Waymo sans conducteur. « Bien qu'il y ait eu des exemples montrant que les voitures sans conducteur doivent encore être améliorées, nous pouvons continuer à le faire », a déclaré Ludwick. « Et lorsque nous apportons une amélioration une fois, elle est fixée dans notre système - l'ensemble de la flotte s'améliore. La technologie ne peut donc que s'améliorer à partir d'ici, et elle est déjà très bonne. »

    Ni Waymo ni Cruise n'ont connu un seul décès lié à la circulation depuis qu'ils ont déployé leurs véhicules sans conducteur. « Que le service de police soit compétent pour verbaliser un véhicule sans conducteur, nous faisons certainement tout ce qui est en notre pouvoir pour nous assurer que le comportement de la voiture est bon », a déclaré Ludwick. « Je pense que la réalité est que les véhicules autonomes sont soumis aux normes les plus strictes. »

    La flotte de voitures sans conducteur de Cruise n'est toujours pas sur la route

    En août, les autorités de régulation de l'État ont approuvé l'expansion de Cruise ainsi que de Waymo, leur permettant de développer leurs services de robotaxis et de commencer à percevoir des tarifs pour les trajets des passagers à San Francisco. Mais en octobre, Cruise a annoncé qu’elle suspendait toutes ses opérations de voitures sans conducteur aux États-Unis, après que la Californie a interdit ses tests et son déploiement dans l’État pour des raisons de sécurité.

    La décision de Cruise intervient quelques jours après que le régulateur automobile de Californie a suspendu les permis de test et de déploiement de Cruise, invoquant « un risque déraisonnable pour la sécurité publique ». Cette suspension faisait suite à une série d’accidents impliquant des véhicules Cruise, dont le plus grave a eu lieu début octobre, lorsqu’un conducteur à San Francisco a percuté une femme et l’a projetée sur la voie occupée par un robotaxi Cruise qui lui a roulé dessus avant de s’immobiliser sur son corps.

    Dans un récent billet de blog, Cruise a déclaré qu'il se « concentrait » désormais sur le retour de ses véhicules sans conducteur dans « une seule ville pour commencer ». Cruise n'a pas précisé lequel de ses trois sites précédents pourrait être le premier à accueillir à nouveau ses voitures sans conducteur, mais San Francisco est un candidat peu probable, car c'est la seule ville qui a effectivement ordonné à Cruise de se retirer de la circulation.

    Citation Envoyé par Cruise

    En octobre, Cruise a interrompu ses activités afin de prendre le temps d'examiner ses processus, ses systèmes et ses outils et d'améliorer son mode de fonctionnement. Nous restons déterminés à commercialiser notre produit, mais nous l'aborderons dans un délai réfléchi et réalisable, en gardant la sécurité comme étoile polaire.

    À la suite de la mise à jour de nos plans d'exploitation, Cruise a annoncé aujourd'hui la difficile nouvelle d'une réduction de personnel qui touchera 24 % des employés à temps plein de Cruisers. Cela reflète notre nouvel avenir et une approche plus délibérée de la mise sur le marché, ce qui signifie que nous avons moins besoin dans l'immédiat de personnel sur le terrain, dans les opérations commerciales et au siège.

    En ce qui concerne l'avenir, le chemin vers une commercialisation réussie dépend de la définition et du respect d'une performance exceptionnelle et d'un niveau de sécurité élevé. Cruise s'engage à jouer un rôle clé dans la définition de ces normes avec l'aide de nos régulateurs, de nos communautés et d'autres leaders de l'industrie.

    Nous sommes extrêmement reconnaissants envers les employés qui nous ont quittés et qui ont contribué à la réalisation de notre mission, ainsi qu'envers les autres membres de Cruise qui poursuivront cette mission dans le cadre de notre prochain chapitre.
    Voici, ci-dessous, une lettre de Mo ElShenawy, président et directeur technique de Cruise, qui a été envoyée à tous les employés :

    Citation Envoyé par Mo ElShenawy, président et directeur technique de Cruise

    Cruisers :

    Nous savions que ce jour arriverait, mais cela ne le rend pas moins difficile, en particulier pour ceux dont les emplois sont concernés.
    Aujourd'hui, nous procédons à des réductions de personnel qui affecteront 24 % des employés à temps plein de Cruise, sans qu'ils en soient responsables. Nous simplifions et concentrons nos efforts pour revenir avec un service exceptionnel dans une seule ville pour commencer et nous nous concentrons sur la plateforme Bolt pour cette première étape avant de passer à l'échelle supérieure. En conséquence, nous réduisons le nombre de nos employés dans les opérations et dans d'autres domaines.

    Ces impacts se situent principalement en dehors de l'ingénierie, bien que certains postes de techniciens soient également touchés. Comme vous l'avez peut-être appris, nous avons pris hier des mesures pour nous séparer de plusieurs membres du SLT.

    Craig et moi-même pensons qu'il s'agit d'une étape nécessaire, et notre équipe de direction et le conseil d'administration sont tout à fait d'accord sur la manière dont nos besoins futurs en personnel aux États-Unis correspondront aux priorités qui nous attendent, et mettront en place Cruise pour le long terme. Nous avons également mis fin à d'autres affectations de travailleurs occasionnels qui soutiennent nos opérations sans conducteur, à mesure que nous affinions nos plans d'avenir.
    Dans quelques instants, vous recevrez un courriel vous indiquant si vous êtes ou non concerné par cette réduction de personnel. Si c'est le cas, vous recevrez des détails sur la suite des événements dans un courriel ultérieur.

    Sachez que notre première priorité est de traiter les retraités avec équité, et je vous expliquerai plus en détail comment nous y parvenons ci-dessous.
    Je tiens également à expliquer pourquoi nous procédons à ces réductions et ce que cela signifie pour l'avenir de la croisière.

    La croisière d'aujourd'hui comparée à celle de demain

    Comme nous l'avons dit, notre objectif est de concentrer notre travail sur un service L4 entièrement sans conducteur qui réponde à un nouveau critère de performance AV, de donner la priorité à la plateforme Bolt, de relancer ridehail dans une ville pour commencer, et d'améliorer nos normes et processus de sécurité avant de passer à l'échelle supérieure. Nous arrêtons les travaux sur l'Origin MY24, mais nous ne perdons pas de vue nos travaux sur les programmes futurs.

    C'est très différent de nos plans antérieurs qui prévoyaient une expansion dans plus d'une douzaine de nouvelles villes en 2024. Grâce à notre décision de ralentir la commercialisation, nous nous restructurons pour nous concentrer sur l'amélioration de notre technologie et de la performance de nos véhicules, ce qui renforcera la confiance dans nos véhicules audiovisuels.

    Beaucoup d'entre vous seront touchés parce que nous ne commercialisons pas aussi rapidement et que nous n'avons donc pas besoin de soutien dans certaines villes ou installations. Dans d'autres cas, nous avons restructuré les équipes en fonction des travaux auxquels nous donnons la priorité. Nous n'avons pris aucune de ces décisions à la légère, même si je sais que ce n'est pas une grande consolation si vous êtes concerné par les mesures que nous prenons aujourd'hui.

    Comment nous aidons les employés qui quittent l'entreprise

    Nous savons qu'il n'y a pas de "bonne" façon de licencier des employés, mais traiter équitablement les personnes qui quittent l'entreprise était un principe clé qui a guidé notre approche, et notre priorité absolue était de déterminer comment nous pouvions offrir une solide indemnité de départ, tout en traitant avec respect les employés qui quittent la compagnie Cruisers. En bref, nous offrons aux employés qui quittent Cruisers une rémunération, au minimum, jusqu'au 8 avril 2024 (environ 16 semaines), ainsi que le maintien des prestations de santé subventionnées, l'acquisition des RSU, la prime du 5 janvier et une aide supplémentaire à l'immigration pour ceux qui détiennent un visa de travail.
    Débat sur la transparence : Cruise accusé de dissimulation de preuves vidéo et confrontation avec le DMV

    Entre-temps, le DMV a accusé Cruise d'avoir essayé de cacher des preuves vidéo relatives à la tentative de renversement qui ont été enregistrées par le système de caméra du véhicule. Le DMV soutient que Cruise n'a montré aux enquêteurs de l'État la vidéo de l'accident que jusqu'au moment où la voiture s'est arrêtée après avoir renversé le piéton, omettant le reste du clip - y compris la vidéo de la voiture traînant le piéton pris au piège. La déclaration du DMV mentionne que la vidéo illustrant le mouvement subséquent du véhicule pour effectuer une manœuvre de renversement n'a pas été présentée au département, et Cruise n'a pas divulgué qu'un autre mouvement du véhicule s'était produit après son arrêt initial.

    Cruise nie avoir caché l'intégralité de la vidéo au DMV. En fait, un porte-parole a déclaré que le clip complet de l'accident, y compris la partie montrant la voiture traînant le piéton, a été montré à plusieurs reprises aux fonctionnaires du DMV le 3 octobre, juste un jour après l'accident. Cruise affirme que plusieurs jours plus tard, lorsque le DMV a demandé une copie de la vidéo, il a fourni aux fonctionnaires du DMV la même vidéo que celle qu'il avait montrée aux enquêteurs du DMV dix jours plus tôt.

    En Californie, deux organismes d'État se partagent la surveillance des véhicules autonomes : le DMV et la California Public Utilities Commission (Commission des services publics de Californie). La CPUC a récemment ordonné à Cruise de se présenter à une audience le 6 février pour expliquer « pourquoi elle ne devrait pas être sanctionnée », alors qu'elle est accusée d'avoir « caché des informations à la Commission pendant 15 jours » sur ce qui s'est exactement passé lors de l'accident du 2 octobre.

    Dans une lettre, la CPUC a accusé Cruise d'avoir « trompé » les autorités de régulation de l'État et le public, et a averti qu'elle pourrait imposer des amendes, des pénalités et d'autres sanctions. Selon la CPUC, Cruise risque jusqu'à 100 000 dollars d'amende par infraction pour chaque jour où elle est jugée responsable. Par conséquent, une seule infraction de 15 jours pourrait coûter à Cruise 1,5 million de dollars en pénalités, tout en la rendant passible d'amendes supplémentaires.

    Le sénateur Dave Cortese, D-San Jose, a déclaré que la Californie devait trouver le bon équilibre entre l'innovation et la protection de la sécurité publique, et il a déclaré à NBC Bay Area que l'État pourrait avoir besoin d'une toute nouvelle agence de réglementation axée uniquement sur les voitures sans conducteur et l'intelligence artificielle. « Comme lorsque nous avons obtenu la FAA (Federal Aviation Administration) il y a des années, nous allons devoir faire la même chose ici, a déclaré Cortese. Et pour le faire ici, nous devons commencer dès hier. »

    La FAA, d'abord connue sous le nom d'Agence fédérale de l'aviation en 1958 avant de devenir l'Administration fédérale de l'aviation en 1967, a été créée en partie pour superviser le vaste et complexe secteur du transport aérien. Les législateurs ont déjà tenté d'adopter des lois sur les véhicules sans conducteur, mais une tentative récente n'a pas franchi le bureau du gouverneur.


    Un projet de loi qui exigerait que les camions sans conducteur pesant plus de 10 000 livres soient toujours accompagnés d'un conducteur de sécurité dans la cabine a reçu un soutien bipartisan à l'Assemblée législative cette année, mais le gouverneur Gavin Newsom y a opposé son veto, le qualifiant d' « inutile », car les lois actuelles permettent déjà au DMV de « créer le cadre réglementaire approprié ». Le DMV affirme qu'il travaille à la mise à jour des réglementations dans l'ensemble de l'industrie dans l'espoir d'exiger une plus grande surveillance des voitures autonomes, bien qu'il ne divulgue pas ce à quoi ces nouvelles règles pourraient ressembler.

    La nécessité imminente de réformes législatives pour les voitures autonomes

    Les incidents documentés, tels que des feux rouges grillés et des comportements dangereux, mettent en lumière les défis actuels liés à l'intégration des voitures autonomes dans un environnement routier standard. Le contraste avec le Texas et l'Arizona, qui ont adapté leurs lois pour sanctionner ces véhicules, souligne la nécessité pressante pour la Californie d'ajuster sa législation afin de garantir la sécurité publique.

    Les appels à de nouvelles réglementations et l'idée d'une agence de régulation dédiée aux voitures autonomes semblent justifiés. L'équilibre entre l'innovation et la sécurité publique est crucial, et la proposition d'une approche similaire à la FAA pour l'aviation semble logique pour superviser ce secteur en évolution constante. Les fabricants mettent en avant la nécessité de tests pour améliorer la technologie, mais la sécurité des utilisateurs et des piétons doit être une priorité. L'accident impliquant une voiture autonome de Cruise souligne les risques et renforce la demande de réglementations plus strictes.

    Une révision approfondie de la législation en Californie semble nécessaire pour créer un environnement propice à l'innovation tout en garantissant la sécurité des citoyens. La mise en place d'une agence de régulation spécialisée pourrait contribuer à équilibrer ces impératifs concurrents et à assurer un avenir sûr et prospère pour les véhicules autonomes

    Source : Viédo

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Pensez-vous que les lois actuelles sur les transports sont-elles inadaptées à la régulation des véhicules autonomes ?

    Êtes-vous pour ou contre la création d'une agence de régulation dédiée aux voitures sans conducteur, et en quoi cela pourrait équilibrer l'innovation et la sécurité publique ?

    Voir aussi :

    Les voitures autonomes seraient-elles déjà plus sûres que les conducteurs humains ? Cruise et Waymo affirment que c'est le cas

    La Californie adopte une loi qui interdit à Tesla d'appeler le logiciel de ses véhicules Full Self-Driving, car c'est de la publicité mensongère qui laisse croire qu'ils sont totalement autonomes

    Cruise suspend toutes ses opérations de voitures sans conducteur aux États-Unis après l'interdiction californienne, pour des raisons de sécurité
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  8. #48
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    526
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 526
    Points : 9 653
    Points
    9 653
    Par défaut General Motors envisagerait de mettre fin au développement de son système de conduite autonome Ultra Cruise
    General Motors envisagerait de mettre fin au développement de son nouveau système de conduite autonome Ultra Cruise
    ce dernier était censé rivaliser avec le logiciel Full Self-Driving de Tesla

    General Motors serait en train de reconsidérer ses ambitions dans le domaine de la conduite autonome. Cruise, la division de General Motors qui développe son programme de conduite autonome, a été confrontée à de nombreux problèmes ces dernières années, obligeant le constructeur automobile à réaffecter ses dépenses et à réfléchir à la voie à suivre sur ce marché à l'avenir. Des sources familières avec le sujet ont rapporté que General Motors serait en train de mettre fin à son projet Ultra Cruise après que les attentes concernant le lancement du système aux États-Unis l'année dernière se sont envolées. Le constructeur automobile concentrera ses efforts sur le système Super Cruise.

    General Motors reconsidère ses ambitions en matière de technologie de conduite autonome

    Tout porte à croire que General Motors se trouve dans une situation difficile en ce qui concerne ses efforts en matière de conduite autonome. Certaines sources rapportent que Cruise semble se diriger vers l'oubli et que General Motors s'apprête à annoncer sa disparition le moment venu. L'agitation qui règne chez Cruise remet aussi en question les projets de General Motors concernant le système d'aide à la conduite de nouvelle génération Ultra Cruise. (Le constructeur l'a appelé Ultra Cruise pour montrer qu'il se situe bien au-dessus de son système d'aide à la conduite Super Cruise.) Il était prévu pour rivaliser avec le logiciel Full Self-Driving (FSD) de Tesla.

    Nom : nvzohorzhfjripez.png
Affichages : 2667
Taille : 352,4 Ko

    Le système Ultra Cruise devait initialement faire ses débuts en 2023 et être capable de se conduire lui-même dans 95 % des scénarios, mais les progrès n'ont pas été clairs. Maintenant, la rumeur indique que le constructeur automobile est en train de mettre fin au programme Ultra Cruise. Une source a déclaré à CNBC que General Motors a décidé de concentrer ses efforts sur le système Super Cruise actuel et d'étendre ses capacités plutôt que d'avoir deux systèmes différents portant le même nom. Le constructeur automobile a refusé de commenter cette rumeur, mais une déclaration récente d'un porte-parole de l'entreprise semblait aller dans ce sens.

    « GM continue d'élargir l'accès à Super Cruise, notre technologie avancée d'aide à la conduite, et d'en augmenter les capacités. Notre objectif reste de déployer cette technologie en toute sécurité dans toutes les marques de GM et dans davantage de catégories de véhicules, tout en l'étendant à un plus grand nombre de routes », a déclaré Darryll Harrison Jr, vice-président de GM pour les communications techniques mondiales. General Motors a annoncé son intention de lancer Ultra Cruise dans son véhicule électrique Cadillac Celestiq dans un communiqué de presse l'année dernière, après avoir initialement annoncé le lancement du logiciel en 2021.

    Selon General Motors, Ultra Cruise devait s'appuyer sur une combinaison de caméras à longue portée et de capteurs à courte portée, tout en utilisant une plus grande puissance de calcul que Super Cruise. En outre, Ultra Cruise se targue d'utiliser des données en temps réel pour gérer le contrôle de la voiture, d'où sa comparaison avec la version bêta du FSD de Tesla. Lors d'une réunion avec l'Automotive Press Association (APA) le mois dernier, Mary Barra, PDG de General Motors, a déclaré que l'entreprise était très concentrée sur le redressement du navire de la division Cruise. Ce qui s'éloigne des rumeurs selon lesquelles Cruise pourrait être fermée.

    General Motors a lancé Super Cruise en 2017 dans la Cadillac CT6. Le système a fait l'objet d'articles élogieux dans la presse ainsi que dans les critiques de Consumer Reports, qui a souligné à plusieurs reprises l'importance de limiter la conduite mains libres aux seules autoroutes à chaussées séparées. Le succès de Super Cruise a été tel que Ford a lancé un système similaire, appelé BlueCruise, en 2021. Toutefois, General Motors a couru avant de pouvoir marcher. L'entreprise voulait tellement prouver qu'elle pouvait surpasser Tesla qu'elle a développé Ultra Cruise pour qu'il fonctionne sur les autoroutes et les voies pavées aux États-Unis et au Canada.

    La conduite autonome limitée aux autoroutes à chaussées séparées est une chose, mais la conduite autonome sur toutes les routes publiques pavées des États-Unis et du Canada est une proposition de sécurité publique tout à fait différente. Selon les experts, la conduite autonome est une fonction de commodité et non de sécurité. Le simple fait que le conducteur lève les mains du volant entraîne automatiquement un désengagement de la conduite. Aussi subtile soit-elle, la conduite sans les mains conduit à la conduite sans l'esprit, ce qui compromet la sécurité. General Motors semble l'avoir finalement compris à ses dépens et reconsidère ses ambitions.

    « Le fait de chercher à éliminer les humains de la tâche de conduite, tout en les laissant légalement responsables de cette tâche, entrave les efforts visant à rendre les routes publiques plus sûres et jette leurs clients sous le bus proverbial. Les routes publiques sont des espaces partagés, mais de nombreux constructeurs automobiles américains semblent incapables de comprendre ce que ces mots signifient vraiment. Si l'industrie automobile doit absolument s'engager sur la voie de la conduite autonome, elle devra revenir à la limitation de la conduite aux seules routes à chaussées séparées, à l'écart des piétons et des cyclistes », a écrit un critique.

    Les entreprises de véhicules autonomes sont dans la tourmente et l'industrie se réorganise

    Les entreprises de véhicules sans conducteur ont été confrontées ces dernières années à une série de problèmes qui ont eu un impact important sur leurs activités. En 2023, par exemple, les constructeurs de véhicules autonomes ont fait l'objet d'un examen minutieux en raison de problèmes de sécurité. Cruise, la branche de General Motors spécialisée dans les véhicules autonomes, a été contrainte d'arrêter complètement ses activités, et Tesla a lancé un rappel massif de 2 millions de véhicules en raison de problèmes liés à son système de conduite autonome Autopilot. Les régulateurs travaillent également sur des règles strictes pour les véhicules autonomes.


    À la fin de l'année dernière, Cruise est passé presque du jour au lendemain de l'une des plus grandes opportunités commerciales de General Motors à une situation de plus en plus délicate. Cruise a fait face à une vague de problème et d'enquêtes déclenchées par un accident survenu le 2 octobre dans lequel un piéton à San Francisco a été traîné sur environ six mètres par l'une de ses voitures autonomes après que la personne a été heurtée par un autre véhicule. Les enquêtes sur l'incident sont en cours. Depuis, la flotte de robotaxis de Cruise a été immobilisée, les autorités ayant déclaré que ces voitures ne sont pas sans danger pour les usagers de la route.

    Mais encore, la direction de Cruise a été vidée de sa substance : ses cofondateurs ont démissionné et neuf autres dirigeants ont été évincés. La société a licencié 24 % de son personnel. En outre, General Motors réduit massivement les dépenses et les plans de croissance de l'entreprise, notamment en interrompant la production d'un nouveau robotaxi. General Motors avait de grandes ambitions pour dépasser Tesla dans la production de véhicules électriques, la technologie de conduite autonome, et peut-être d'autres domaines, mais selon des personnes au fait des discussions au sein de l'entreprise, l'un après l'autre, ces ambitions sont désormais reconsidérées.

    Après une décennie passée à suivre Elon Musk et Tesla, les constructeurs automobiles commencent à comprendre que, tout comme l'adoption des véhicules électriques, l'augmentation des niveaux d'automatisation de la conduite n'est pas nécessairement ce que veulent les clients. Les "innovateurs" et "les adopteurs précoces" peuvent aimer les logiciels de conduite autonome, mais ce n'est pas le cas de la majorité des consommateurs, qui ne veulent certainement pas payer un abonnement mensuel pour des fonctions qui rendent la conduite plus difficile et qui les rendent responsables des conséquences des décisions prises par un logiciel de conduite.

    Alors, vers quoi l'industrie automobile se dirige-t-elle aujourd'hui ? Selon certains analystes, l'industrie se dirige vers des dispositifs de sécurité avancés qui rendent la conduite humaine plus sûre. En décembre, la NHTSA (National Highway Traffic Safety Administration) des États-Unis a publié un avis de proposition de réglementation pour la conduite avec facultés affaiblies, afin d'atténuer la distraction, la somnolence et la conduite en état d'ébriété. Selon les experts, l'atténuation de la distraction, de la somnolence et de la conduite en état d'ivresse est le rôle principal d'un système de surveillance du conducteur (driver monitoring system - DMS).

    Au CES 2024, Magna a fait la démonstration d'un système multimodal de prévention de la conduite avec facultés affaiblies, d'une fiabilité présumée de 99 %, qui associe un système de surveillance du conducteur basé sur la vision à un capteur d'alcool et de dioxyde de carbone. Selon des analystes, ce système pourrait sauver des dizaines de milliers de vies chaque année sur les routes américaines, mais c'est bien sûr l'IA générative qui a fait les gros titres du CES 2024. « La nouvelle stratégie gagnante de l'industrie automobile consistera peut-être à offrir aux clients un produit sûr qu'ils auront envie de posséder et de conduire », prédit un critique.

    Quelle est la prochaine étape pour General Motors ? La saga Cruise lui a valu des coups durs et l'entreprise est encore sous le coup de plusieurs enquêtes de la part des autorités de régulation. General Motors a déclaré qu'il consacrera davantage d'efforts à l'extension des capacités du système Super Cruise, mais n'a pas confirmé s'il prévoit d'abandonner le système Ultra Cruise. La société a également fait les gros titres l'année dernière avec sa décision d'abandonner Apple CarPlay et Android Auto au profit de la sécurité. General Motors a déclaré le mois dernier que ces programmes incitent les conducteurs à utiliser directement leur téléphone au volant.

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Que pensez-vous de l'abandon par General Motors de son système Ultra Cruise ?
    Que pensez-vous du chaos qui règne chez Cruise ? General Motors va-t-il fermer la division ?
    Selon vous, la conduite autonome intégrale sera-t-elle un jour une réalité ? La technologie pourrait-elle être sûre ?

    Voir aussi

    Cruise de General Motors rappelle 950 voitures sans conducteur après qu'un piéton a été traîné dans un accident afin de corriger leur programmation

    General Motors sacrifie Apple CarPlay et Android Auto, des systèmes qui permettent de connecter un véhicule et un appareil mobile, invoquant des préoccupations liées à la sécurité

    Où en est-on avec les voitures, bus et camions entièrement autonomes ? En verra-t-on dans les 5 à 10 prochaines années ? Ou alors jamais comme prédit par certains experts ?

  9. #49
    Membre chevronné Avatar de petitours
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement matériel électronique
    Inscrit en
    Février 2003
    Messages
    1 931
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 43
    Localisation : France, Savoie (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement matériel électronique
    Secteur : Industrie

    Informations forums :
    Inscription : Février 2003
    Messages : 1 931
    Points : 1 977
    Points
    1 977
    Par défaut
    Les voitures autonomes sont un défi technique grisant comme l'est L'IA dite générale ou encore les robots humanoïdes, mais c'est aussi comme les autres sujets un truc mauvais pour l'humanité, contraire à tout sens que l'on peut donner à la vie.

    Donc tant mieux si un acteur abandonne et que ses malversations soient reconnues. Ça évitera peut être aux politiques en quête de buzz "d'autoriser les voitures autonomes" sans même savoir de quoi ils parlent et sans qu'il n'y ait sur le marché l'ombre d'une voiture autonome.
    Il y a 10 sortes de personnes dans le monde : ceux qui comprennent le binaire et les autres

  10. #50
    Membre chevronné Avatar de petitours
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement matériel électronique
    Inscrit en
    Février 2003
    Messages
    1 931
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 43
    Localisation : France, Savoie (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement matériel électronique
    Secteur : Industrie

    Informations forums :
    Inscription : Février 2003
    Messages : 1 931
    Points : 1 977
    Points
    1 977
    Par défaut
    Citation Envoyé par Mathis Lucas Voir le message
    Selon vous, la conduite autonome intégrale sera-t-elle un jour une réalité ? La technologie pourrait-elle être sûre ?
    Il y a 2 questions dans la question
    La technologie pourrait elle être sûre, oui, bien sur sauf que si une IA qui contrôle le véhicule est autonome et qu'on lui demande de protéger les gens elle va vite calculer que E = m.v² et pour protéger les gens elle stopperait le véhicule.
    De fait le véhicule ne sera donc toujours qu'un automate que l'on force à avancer et à prendre des risques.
    Ceci amène à la seconde question la conduite autonome intégrale sera-t-elle un jour une réalité ? dont la réponse est de fait non. On aura au mieux des automates conducteurs très évolués qui foncent dans le tas suivant les instructions de quelqu'un ou d'un organisme et suivant l'appréciation du risque que l'on inflige aux passagers et aux autres usagers de la route comme le font aujourd'hui les conducteurs humains. En bref ce serait pareil qu’aujourd’hui, la complexité et l'interface d'un automate en plus.
    Il y a 10 sortes de personnes dans le monde : ceux qui comprennent le binaire et les autres

  11. #51
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 443
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 443
    Points : 197 563
    Points
    197 563
    Par défaut Cruise n'a pas caché aux autorités de régulation la vidéo montrant un piéton trainé par un de ses véhicules
    Cruise n'a pas caché aux autorités de régulation la vidéo montrant un piéton trainé par un de ses véhicules,
    selon une enquête qui évoque plutôt des « problèmes de connectivité internet »

    Cruise, la filiale de voitures autonomes de General Motors, a tenté d’envoyer une vidéo de 45 secondes aux régulateurs d’un incident dans lequel l’une de ses voitures sans conducteur a traîné un piéton sur 6 mètres, mais a été entravée par des « problèmes de connectivité internet », selon un rapport compilé par un cabinet d’avocats enquêtant sur l’incident.

    L’incident s’est produit le 2 octobre 2023, lorsqu'un piéton a été heurté par un autre véhicule qui a pris la fuite, le projetant sur la trajectoire de la voiture Cruise, qui circulait en mode autonome. La voiture Cruise a ensuite traîné le piéton sur environ 6 mètres avant de s’arrêter. Le piéton a été transporté à l’hôpital avec des blessures mineures.

    Le cabinet d’avocats, Quinn Emanuel Urquhart & Sullivan, a été engagé par Cruise pour déterminer si ses dirigeants avaient induit les régulateurs en erreur après l’incident. Le rapport conclut que Cruise n’a pas tenté de dissimuler la vidéo de l’incident, mais qu’il a rencontré des difficultés techniques pour la partager avec les autorités compétentes

    Selon le rapport, Cruise a d’abord envoyé une vidéo de 15 secondes aux régulateurs, qui ne montrait pas l’impact initial entre le piéton et le véhicule en fuite, mais seulement le moment où la voiture Cruise a heurté le piéton. Cruise a ensuite essayé d’envoyer une vidéo plus longue de 90 secondes, qui montrait l’ensemble de l’incident, mais a été confronté à des « problèmes de connectivité internet » qui ont retardé l’envoi de la vidéo. Le rapport indique que Cruise a finalement réussi à envoyer la vidéo complète aux régulateurs le lendemain de l’incident.

    Le rapport affirme également que Cruise a coopéré pleinement avec les enquêteurs et qu’il n’y a aucune preuve que Cruise ait violé les règles de sécurité ou les lois applicables. Le rapport recommande toutefois à Cruise d’améliorer sa communication avec les régulateurs et de résoudre ses problèmes de connectivité internet

    Cruise a également révélé pour la première fois que l'incident faisait l'objet d'une enquête du ministère de la justice et de la Securities and Exchange Commission.

    Nom : cruise.png
Affichages : 6491
Taille : 496,1 Ko

    « Nous contre eux »

    À la suite de l'accident, le département californien des véhicules à moteur a suspendu la licence de Cruise pour l'exploitation de ses véhicules dans l'État. Le département a également accusé la société de dissimuler des parties de la vidéo de l'incident montrant son véhicule entraînant le piéton jusqu'au bord du trottoir dans une tentative de se ranger. Cruise nie cette allégation et affirme avoir montré l'intégralité de la vidéo à l'agence.

    Plus de 100 employés de Cruise étaient au courant de l'incident du piéton traînant avant la réunion du 3 octobre avec le bureau du maire de San Francisco, la National Highway Traffic Safety Administration, le DMV et d'autres représentants du gouvernement. Mais Cruise n'a rien dit au sujet du piéton traîné, préférant « laisser la vidéo parler d'elle-même ». Une mauvaise connexion Internet a empêché cela de se produire.

    « Parce que Cruise a adopté cette approche, il n'a pas souligné verbalement ces faits », affirme le cabinet.

    Dans les heures qui ont suivi l'incident, certains employés de Cruise, qui ignoraient que le véhicule avait traîné le piéton alors qu'il tentait de se ranger, ont publié une déclaration à la presse et ont commencé à partager une première vidéo avec des journalistes. Mais après en avoir pris connaissance, Cruise n'a pas mis à jour sa déclaration ni partagé la vidéo complète de l'incident.

    De même, les dirigeants de Cruise étaient « obnubilés » par l'idée de corriger la version des médias selon laquelle le véhicule Cruise, et non le chauffard, avait causé l'accident. Cette « focalisation myope » a conduit la société à omettre des détails sur le rôle joué par son propre véhicule dans la blessure du piéton. Le fait que Cruise n'ait pas corrigé le dossier a conduit les régulateurs et les médias à accuser la société de les avoir induits en erreur, affirme l'entreprise.

    Une culture d'antagonisme à l'égard des régulateurs chez Cruise a largement contribué à ces défaillances. Lors de ses entretiens avec les employés, Cruise a « observé une attitude trop marquée de 'nous contre eux'... ce qui n'est pas le signe d'une relation saine et mutuellement productive », indique le rapport de Quinn Emanuel.

    Le cabinet estime qu'il s'agit d'une « approche fondamentalement erronée » que de supposer qu'une vidéo peut « parler d'elle-même » et supprimer la nécessité de divulguer tous les détails aux autorités de réglementation et aux représentants du gouvernement. Comme l'a déclaré un employé de Cruise dans un SMS adressé à un autre employé à ce sujet, nos « dirigeants nous ont déçus », indique le rapport.

    Un certain nombre de cadres ont démissionné à la suite de l'incident, notamment les cofondateurs Kyle Vogt et Dan Kan. La société a interrompu ses opérations sans conducteur dans tout le pays, a nommé un nouveau responsable de la sécurité et a rappelé l'ensemble de ses 950 véhicules. Près d'un quart des employés de Cruise ont été licenciés alors que GM réduit une partie du financement de l'entreprise.


    Conclusions de Quinn Emanuel

    Quinn Emanuel est parvenu aux principales constatations et conclusions suivantes, qui sont partagées ici mot pour mot :
    • Le matin du 3 octobre, les dirigeants de Cruise savaient et discutaient du fait que le Cruise AV avait avancé après l'impact initial avec le piéton et, ce faisant, avait traîné le piéton sur une distance d'environ 20 pieds [ndlr. environ 6 mètres]. Plus de 100 employés de Cruise - y compris certains membres des équipes de direction, juridiques, d'affaires gouvernementales et d'intégrité des systèmes de Cruise qui ont informé les représentants du gouvernement - ont été informés de cette information avant les réunions de Cruise le 3 octobre avec le bureau du maire de San Francisco, la NHTSA, le DMV et d'autres représentants du gouvernement. Lors de chacune de ces réunions, Cruise avait l'intention de divulguer ces faits matériels en diffusant la vidéo complète et en laissant la "vidéo parler d'elle-même". Parce que Cruise a adopté cette approche, elle n'a pas souligné verbalement ces faits. En effet, Cruise a supposé qu'en diffusant la vidéo complète de l'accident à ses régulateurs et aux autres représentants du gouvernement, ils poseraient des questions et Cruise fournirait des informations supplémentaires sur la manœuvre de renversement et l'entraînement des piétons.
    • Le poids de la preuve établit que Cruise a joué ou tenté de jouer la vidéo complète montrant le piéton traînant lors de leurs réunions d'information du 3 octobre avec les régulateurs et d'autres représentants du gouvernement. Cependant, lors de trois de ces réunions, des problèmes de connectivité Internet ont probablement empêché ou entravé la vision claire et complète de la vidéo. De plus, Cruise n'a pas complété la vidéo complète en montrant de manière affirmative la manœuvre de renversement et le fait que le piéton était traîné.
    • Les 2 et 3 octobre, les dirigeants de Cruise se sont attachés à corriger le récit inexact des médias selon lequel l'AV de Cruise, et non la Nissan, avait causé l'accident. Cette focalisation myope a conduit Cruise à transmettre l'information selon laquelle le chauffard de Nissan avait causé l'accident aux médias, aux autorités de régulation et à d'autres représentants du gouvernement, mais à omettre d'autres informations importantes sur l'accident. Même après avoir obtenu la vidéo complète, Cruise n'a pas corrigé le récit public, mais a continué à partager avec les médias et le public des faits et des vidéos incomplets sur l'accident. Ce comportement a conduit les autorités de régulation et les médias à accuser Cruise de les avoir induits en erreur.
    • Les raisons des échecs de Cruise dans ce cas sont nombreuses : une mauvaise direction, des erreurs de jugement, un manque de coordination, une mentalité "nous contre eux" avec les régulateurs, et une mauvaise compréhension fondamentale des obligations de Cruise en matière de responsabilité et de transparence envers le gouvernement et le public. Cruise doit prendre des mesures décisives pour résoudre ces problèmes afin de rétablir la confiance et la crédibilité.
    • Bien que les régulateurs n'aient pas discuté de la manœuvre d'extraction ou de la traînée des piétons, les preuves examinées à ce jour n'établissent pas que les dirigeants ou les employés de Cruise aient cherché à tromper intentionnellement les régulateurs ou à leur cacher les détails de l'accident du 2 octobre. Au contraire, ils ont tenté de montrer la vidéo complète de l'accident en toute bonne foi, mais avec plus ou moins de succès en raison de problèmes techniques.
    • Enfin, l'ordre de suspension du DMV est le résultat direct d'une blessure proverbiale auto-infligée par certains dirigeants et employés de Cruise qui semblent ne pas avoir pleinement compris comment une entreprise réglementée devrait interagir avec ses régulateurs. Les régulateurs et les autres fonctionnaires qui appliquent les lois et les règlements destinés à protéger la santé et la sécurité humaines veulent et doivent connaître tous les faits pertinents concernant un accident impliquant un produit réglementé. Cruise ou toute autre entreprise a adopté une approche fondamentalement erronée en considérant qu'une vidéo d'un accident causant des blessures graves fournit toutes les informations nécessaires aux autorités de réglementation et les dispense de la nécessité d'informer ces autorités de manière affirmative et complète de tous les faits pertinents. Comme l'a déclaré un employé de Cruise dans un message texte adressé à un autre employé à ce sujet, nos "dirigeants nous ont laissé tomber".

    Conclusion

    Cruise est l’une des principales entreprises de voitures autonomes aux États-Unis, qui a testé ses véhicules dans plusieurs villes, dont San Francisco, Phoenix et Detroit. « Nous nous concentrons sur l'avancement de notre technologie et sur la reconquête de la confiance du public », a déclaré Cruise dans un billet de blog en réponse au rapport.

    Source : Cruise

    Et vous ?

    Quelle lecture en faites-vous ? L’incident du piéton traîné par une voiture Cruise : un problème de connectivité internet ou un manque de transparence ?
    Que pensez-vous de la réaction de Cruise après l’incident impliquant le piéton traîné par sa voiture autonome ?
    Selon vous, Cruise a-t-il suffisamment informé les régulateurs de l’incident et de ses causes ?
    Faites-vous confiance aux voitures autonomes de Cruise pour assurer votre sécurité et celle des autres usagers de la route ?
    Quelles sont les mesures que Cruise devrait prendre pour éviter que ce genre d’incident ne se reproduise à l’avenir ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  12. #52
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Anthony
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Novembre 2022
    Messages
    915
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Gironde (Aquitaine)

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2022
    Messages : 915
    Points : 15 153
    Points
    15 153
    Par défaut L'unité de voitures autonomes Cruise de General Motors se prépare à reprendre les tests des robotaxis aux USA
    L'unité de voitures autonomes Cruise de General Motors se prépare à reprendre les tests de ses robotaxis aux USA avec des chauffeurs de sécurité, la suspension avait fait suite à une série d’accidents

    Cruise, l'unité de voitures autonomes de General Motors, se prépare à reprendre les tests de ses robotaxis sur les routes publiques avec des conducteurs de sécurité dans les semaines à venir, avec Houston et Dallas comme sites potentiels.

    Cruise a suspendu ses activités aux États-Unis en octobre après un incident à San Francisco, où l'un de ses robotaxis a traîné un piéton heurté par une autre voiture.

    "Nous n'avons pas fixé de calendrier pour le déploiement. Notre objectif est de relancer nos activités dans une ville avec des véhicules à conduite manuelle et des tests supervisés dès que possible, une fois que nous aurons pris des mesures pour rétablir la confiance avec les autorités de régulation et le public", a déclaré Sara Autio, porte-parole de Cruise, dans un communiqué.


    La société rencontre les responsables de certains marchés pour "recueillir des informations, partager des mises à jour et rétablir la confiance", a déclaré le porte-parole.

    Cruise cherchait à relancer son service et considérait Houston et Dallas comme des lieux potentiels pour reprendre les tests avec seulement 10 voitures dans chaque ville et aucun passager.

    Les syndicats et les législateurs ont récemment appelé à une réglementation plus stricte des véhicules autonomes après des accidents impliquant des taxis autonomes de GM et de Waymo d'Alphabet.

    En janvier, Cruise a déclaré que le ministère américain de la Justice et la Securities and Exchange Commission enquêtaient sur l'accident impliquant son robotaxi au mois d'octobre.

    Source : Sara Autio, porte-parole de Cruise

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Pensez-vous que la reprise des tests des robotaxis Cruise sur la voie publique est une décision pertinente ou cohérente ?

    Voir aussi :

    Cruise suspend toutes ses opérations de voitures sans conducteur aux États-Unis après l'interdiction californienne, pour des raisons de sécurité

    L'arrêt des Robotaxis Cruise s'étend et met en pause les trajets supervisés et manuels, dans le but de rétablir la confiance du public tout en procédant à un examen complet de la sécurité

    Un conducteur à San Francisco percute une femme, la projette sur la voie occupée par un robotaxi Cruise qui lui roule à son tour dessus et s'immobilise après un « freinage agressif », selon Cruise
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  13. #53
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    526
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 526
    Points : 9 653
    Points
    9 653
    Par défaut La ville de New York est prête à autoriser les entreprises à tester les voitures autonomes sur ses routes
    La ville de New York est prête à autoriser les entreprises à tester les robotaxis sur ses routes, mais ils devront être déployés avec un chauffeur de sécurité derrière le volant

    La ville de New York a annoncé cette semaine une initiative qui vise à autoriser les entreprises de voitures autonomes à tester leurs robotaxis sur ses routes. Mais l'une des conditions principales imposées par la ville pour obtenir une autorisation est la suivante : un conducteur de sécurité humain doit toujours être assis derrière le volant. Ce dernier doit être prêt à prendre le contrôle du véhicule à tout moment. Cette mesure de sécurité vise à réduire le risque d'accidents et d'autres problèmes de circulation. L'annonce intervient alors que Cruise connaît un revers à San Francisco et que les résidents de la ville deviennent de plus en plus hostiles aux voitures autonomes.

    Les entreprises de voitures autonomes se sont multipliées pendant la dernière décennie et les besoins de réaliser des tests se font davantage ressentir. Cependant, les voitures autonomes actuelles sont peu sûres et sujettes à des manœuvres imprévisibles qui peuvent s'avérer dangereuses pour les autres usagers de la route, y compris les piétons. Les entreprises comme Waymo, filiale d'Alphabet, et Cruise, filiale de General Motors, se sont tournées dans un premier temps vers la ville de San Francisco pour tester leurs robotaxis. Mais la ville a commencé à durcir ces règles en raison de problèmes de sécurité liés à ces voitures.

    Alors que San Francisco continue de se débattre avec les défis posés par les robotaxis, la ville de New York vient d'ouvrir la voie à un programme de test des voitures autonomes sur ses routes. Elle a annoncé cette semaine qu'elle est prête à autoriser les robotaxis sur ses routes, mais que les entreprises doivent se respecter des exigences strictes. L'une des principales conditions pour qu'une entreprise obtienne une autorisation est qu'elle accepte de déployer ses robotaxis avec un conducteur de sécurité humain derrière le volant. Les autorités de la ville ont déclaré que cette exigence permet de garantir la sécurité sur les routes.


    D'après elles, ce "programme d'autorisation rigoureux" garantira que les candidats sont prêts à tester leur technologie dans l'environnement urbain le plus difficile du pays, en toute sécurité et de manière efficace. « Cette technologie va arriver, que nous le voulions ou non. C'est pourquoi nous allons nous assurer que tout se passe bien », a déclaré le maire Eric Adams. La présence d'un être humain au volant n'est pas la seule exigence. Dans un premier temps, la ville n'approuvera que les entreprises qui ont déjà testé des véhicules autonomes dans d'autres villes. Les candidats doivent présenter les résultats de ces essais.

    Toutes les données doivent inclure des détails sur les accidents et le nombre de fois où un conducteur humain a pris le contrôle du véhicule. En outre, les entreprises qui souhaitent déployer des robotaxis sur les routes de New York devront obtenir un permis du département des véhicules à moteur de l'État. Quant à l'homme derrière le volant, les entreprises devront informer la ville de la manière dont les conducteurs sont recrutés et formés. Elles doivent expliquer la manière dont l'opérateur compensera toute limitation ou défaillance du système audiovisuel et interviendra de manière proactive pour éviter les accidents potentiels".

    Enfin, les robotaxis devront respecter toutes les règles du code de la route et de la réglementation des trottoirs à New York. On ne sait pas exactement quels opérateurs de robotaxis pourraient vouloir déployer des flottes à New York. Des entreprises comme Waymo et Cruise sont des candidats probables, compte tenu de leurs expériences avec les voitures autonomes à San Francisco. Waymo et Cruise ont toutes deux dû faire face à des accidents lors de leurs tests de voitures autonomes. Une voiture de Waymo a récemment heurté un cycliste, tandis qu'un véhicule de Cruise a traîné un piéton sur plus de 6 mètres jusqu'au trottoir.

    Les rapports d'enquêtes menées par les autorités de San Francisco indiquent également que les robotaxis, sans un chauffeur de sécurité derrière le volant, peuvent interférer avec la circulation. Cela expliquerait pourquoi la ville de New York souhaite mettre en œuvre le programme de robotaxis avec un chauffeur de sécurité derrière le volant et des règles plus strictes. Ces précautions devraient permettre de réduire le risque d'accidents ou de blocage des routes et des transports publics et d'urgence. Bien sûr, toutes ces réglementations ne peuvent pas éliminer complètement les risques liés à l'exploitation de voitures autonomes.

    Alors que d'autres États sont devenus des centres d'essais pour les robotaxis, New York est un peu "une ville fantôme". Cela pourrait s'expliquer en partie par les règles strictes en vigueur dans l'État. Ils imposent notamment aux conducteurs de sécurité de garder les mains sur le volant à tout moment. À l'origine, la loi de l'État exigeait une escorte policière, mais un renouvellement de la loi il y a plusieurs années a supprimé cette disposition.

    En 2017, Cruise a annoncé son intention de tester ses véhicules autonomes dans le sud de Manhattan, mais ces projets ont ensuite été abandonnés sans que l'on sache vraiment pourquoi. Optimus Ride, basé à Boston, a testé des navettes autonomes à Brooklyn, mais uniquement sur des routes privées. Mobileye, une division d'Intel, a testé quelques véhicules dans la ville. Et Waymo a déclaré qu'il apporterait ses véhicules à conduite manuelle à des fins de cartographie.

    Les constructeurs automobiles et les entreprises technologiques qui testent les véhicules autonomes ont tendance à se tourner vers des États où les réglementations sont plus favorables (comme l'Arizona et le Texas) ou vers des endroits plus proches de leur siège social (comme la Californie). New York n'est ni l'un ni l'autre, mais elle représente l'un des plus grands marchés de taxis au monde et constitue donc une cible toute désignée pour les entreprises de robotaxis.

    « Les données collectées sur les essais des robotaxis seront éventuellement disponibles sur le portail Open Data », a déclaré un porte-parole du maire de New York. Dans le cadre du processus de candidature, le département des transports de la ville examinera les demandes des candidats de ne pas divulguer certaines données pour des raisons de confidentialité.

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Que pensez-vous des exigences de la ville pour autoriser les tests de robotaxis ?
    Ces règles permettent de réduire les risques liés à l'exploitation des véhicules autonomes ?

    Voir aussi

    Un groupe de travail sur la sécurité des véhicules teste 14 systèmes de conduite partiellement automatisée. Aucun n'obtient la note "bon" et Full Self-Driving de Tesla obtient la pire note globale

    Un robotaxi Cruise prend du béton frais pour une route normale et s'enlise dans la matière visqueuse, les régulateurs demandent à Cruise de réduire « immédiatement » sa flotte de robotaxi de 50%

    Les voitures autonomes de Waymo continuent de heurter des objets : un cycliste, une barrière et une camionnette

Discussions similaires

  1. La France envisage d'autoriser les voitures autonomes dès 2020
    Par Michael Guilloux dans le forum Actualités
    Réponses: 220
    Dernier message: 07/11/2018, 11h21
  2. Voitures autonomes : la Californie étudie de nouvelles propositions de loi
    Par Christian Olivier dans le forum Actualités
    Réponses: 0
    Dernier message: 11/04/2018, 18h30
  3. Réponses: 28
    Dernier message: 13/02/2018, 17h48
  4. Waymo teste ses voitures autonomes sur les routes publiques des États-Unis
    Par Christian Olivier dans le forum Actualités
    Réponses: 9
    Dernier message: 09/11/2017, 13h54
  5. Réponses: 0
    Dernier message: 15/05/2017, 17h57

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo