Intel préparerait son GPU dédié
Arctic Sound et Jupyter Sound devraient arriver dès 2020, sous l'impulsion de Raja Koduri

Intel tente depuis longtemps de se créer une place sur le marché fort lucratif des processeurs graphiques — de plus en plus lucratif, d’ailleurs, depuis l’explosion de l’apprentissage profond et des cryptomonnaies. La première tentative date de 1998, avec la 740, une carte graphique AGP à la performance décevante ; les évolutions successives sous la marque Extreme Graphics n’étaient pas mieux reçues. En 2006, Intel tente de percer avec son architecture Larrabee : au lieu d’utiliser des cœurs de calcul extrêmement nombreux (plusieurs centaines, voire milliers) et spécifiques, l’idée était d’utiliser un grand nombre de cœurs (plusieurs dizaines) totalement indépendants ; l’idée a fait un flop comme carte graphique, mais est réapparue sous la forme de la ligne de produits Xeon Phi. Les premiers composants graphiques véritablement utiles sont apparus en 2010, avec l’intégration aux processeurs Core, sous les marques HD Graphics, puis Iris Pro/Plus Graphics et UHD Graphics.

Cependant, la firme de Santa Clara a récemment recruté Raja Koduri, un gros contributeur au renouveau d’AMD du côté des cartes graphiques. De plus, certains processeurs viennent avec une carte Radeon, sous licence d’AMD. Ces quelques éléments semblent indiquer qu’Intel est de plus en plus sérieux au niveau de la puissance des cartes graphiques.

Il semblerait que les douzième et treizième générations de processeurs graphiques portent les noms de code Arctic Sound et Jupyter Sound. Ces deux puces seraient entièrement développées par Intel et reliées au processeur central par un lien EMIB (les deux seraient disposées dans le même boitier). On s’attend à les voir vers 2020, mais un retard n’est pas à exclure.

Source : Arctic & Jupiter Sound: Intel bestätigt die Entwicklung von eigenständigen GPUs unter Raja Koduri.