Les entreprises IA de la Silicon Valley s'ouvrent aux financements du Moyen-Orient,
encouragées par l'administration Biden qui voudrait s'en servir comme rempart contre la Chine

Historiquement, les fondateurs et investisseurs de la Silicon Valley hésitaient à accepter des fonds du Moyen-Orient en raison de préoccupations liées aux abus des droits humains. Cependant, la course aux armements en intelligence artificielle (IA) a entraîné un changement sismique. Des entrepreneurs comme Andrew Feldman ont été séduits par la promesse de partenariats et d’argent du Moyen-Orient.

La Silicon Valley, autrefois bastion de la liberté d’expression et de l’innovation ouverte, s’est tournée vers le Moyen-Orient, une région connue pour ses régimes rigides et ses pratiques controversées en matière de droits humains. Cette évolution marque un changement significatif dans la dynamique du pouvoir et du financement dans l’écosystème technologique mondial.


Il y a deux ans, Andrew Feldman ne pouvait pas trouver Abu Dhabi sur une carte. Mais comme de nombreux dirigeants de la Silicon Valley, cet entrepreneur en intelligence artificielle a été séduit par les promesses de partenariat et d'argent du Moyen-Orient.

Lors de ses voyages dans la brillante capitale des Émirats arabes unis, il a visité une synagogue construite par le gouvernement et un avant-poste local du Louvre. Le secteur technologique est si présent dans la ville qu'il a rencontré des fondateurs de start-up californiennes dans le hall de l'hôtel Four Seasons. Pendant ce temps, les millions versés par les Émirats arabes unis, riches en pétrole, permettent à Cerebras, l'entreprise de Feldman, de construire des centres de données avancés pour superordinateurs à Stockton, en Californie, à Dallas et à la périphérie de la ville désertique émiratie.

Il fait partie d'une génération de fondateurs et d'investisseurs technologiques qui pèlerinent discrètement vers les fonds souverains des États du golfe Persique, à la recherche d'accords avec des régimes autoritaires. Le mois dernier, Microsoft a annoncé un investissement de 1,5 milliard de dollars dans G42, l'entreprise technologique phare des Émirats arabes unis, qui a également conclu un accord pour utiliser les modèles linguistiques d'IA d'OpenAI de Sam Altman. La célèbre société de capital-risque Andreessen Horowitz est en pourparlers pour lever 40 milliards de dollars auprès de l'Arabie saoudite afin de créer un fonds dédié à l'IA.

L'ambition féroce et coûteuse de la course à l'armement en matière d'IA est à l'origine d'un changement radical de l'importance de la région, modifiant la manière dont l'une des technologies les plus avancées du monde est mise au point et les acteurs qui sont susceptibles d'en bénéficier, selon des entretiens avec plus de deux douzaines d'investisseurs, de dirigeants d'entreprises technologiques et de responsables gouvernementaux qui ont traité avec la région, dont beaucoup ont parlé sous le couvert de l'anonymat par crainte de nuire à leurs relations d'affaires.

Certains entrepreneurs du secteur technologique et sociétés de capital-risque ont autrefois boudé les financements du Moyen-Orient, préoccupés par les violations des droits de l'homme, les liens de la région avec la Chine et le dédain de l'industrie pour ce qui était autrefois considéré comme des investissements lucratifs mais peu sophistiqués, considérés comme de « l'argent stupide », de la part des États pétroliers. L'assassinat en 2018 du journaliste saoudien et collaborateur du Washington Post Jamal Khashoggi a incité certaines entreprises à s'éloigner explicitement de l'argent du pays.

Nom : andrew.png
Affichages : 3213
Taille : 258,0 Ko

Un changement de cap suite à la montée en puissance de l'IA

Mais l'argent du Moyen-Orient est devenu la force géopolitique la plus puissante de l'industrie technologique pratiquement du jour au lendemain. « L'ère Khashoggi est révolue », a déclaré un éminent investisseur en capital-risque.

Des fonds souverains des États du Golfe Persique, tels que ceux des Émirats Arabes Unis, sont devenus des sources de financement incontournables pour les startups de la Silicon Valley. « Tout le monde avec qui je parle est soit en train d’aller aux EAU, soit en revient », a déclaré Feldman. Ce changement de cap suggère une nouvelle ère de pragmatisme où les considérations financières l’emportent sur les valeurs idéologiques.

Un levier pour contrer la Chine

Washington pilote une partie de ce changement, en utilisant l'industrie pour éloigner la région de l'orbite de la Chine et en se concentrant particulièrement sur les Émirats arabes unis, un partenaire clé des États-Unis en matière de sécurité. En juin dernier, la Maison-Blanche a accueilli des dirigeants d'entreprises telles que Microsoft, Google et OpenAI pour une rencontre avec Tahnoun bin Zayed al Nahyan, conseiller à la sécurité nationale des Émirats arabes unis.

Le Washington Post a rapporté que lors de cette rencontre, le cheikh a expliqué que le riche État du Golfe était prêt à s'associer à des entreprises américaines de pointe dans le domaine de l'intelligence artificielle et d'autres technologies, dans l'idée que ces entreprises pourraient supplanter les entreprises technologiques chinoises présentes depuis longtemps dans la région.

Certaines entreprises de la Silicon Valley ont des contacts personnels avec des responsables américains : Le PDG d'OpenAI, Sam Altman, qui s'est rendu au moins quatre fois aux Émirats arabes unis pour collecter des centaines de milliards de dollars pour une nouvelle entreprise d'infrastructure de grande envergure, baptisée InfraCo, est en contact par SMS avec la secrétaire au commerce, Gina Raimondo, selon quatre des personnes interrogées.


Certains chercheurs dirigeants d'entreprise et chercheurs émettent des réserves sur cette collaboration

« L'IA est la nouvelle frontière pour tout, y compris pour le pouvoir géopolitique », a déclaré Venky Ganesan, partenaire de Menlo Ventures, dont l'entreprise de la Silicon Valley s'est tournée vers l'IA à la fin de l'année 2021. « Les États-Unis ont une longueur d'avance et veulent s'assurer que cela reste ainsi ».

Le Moyen-Orient utilise les partenariats de la Silicon Valley pour atteindre ses propres objectifs urgents : devenir une puissance de l'IA et réduire sa dépendance économique à l'égard du pétrole, dont la demande mondiale devrait atteindre son maximum au cours de cette décennie. Grâce à la technologie de Cerebras, G42 construit ce qui pourrait devenir le modèle de langue arabe le plus avancé au monde, permettant aux logiciels d'IA de converser de manière fluide dans une langue parlée par environ 400 millions de personnes.

Toutefois, certains dirigeants d'entreprises technologiques et chercheurs en sécurité affirment que l'industrie devrait se méfier de la collaboration avec des pays qui commettent des violations des droits de l'homme et qui pourraient utiliser les technologies américaines à des fins de surveillance, y compris pour cibler des citoyens américains.

« Le problème est de savoir où finissent ces puces une fois qu'elles sont vendues », a déclaré un investisseur qui travaille sur les transactions entre le Moyen-Orient et les États-Unis. « Ce n'est pas toujours quelque chose que l'on peut contrôler ».

Le dilemme de la Silicon Valley face au financement du Moyen-Orient

La Silicon Valley, en acceptant le financement des régimes autoritaires du Moyen-Orient, se trouve à la croisée des chemins éthiques. Cette nouvelle source de capital pose un dilemme moral considérable. D’une part, l’investissement massif dans les technologies de pointe peut propulser l’innovation à un niveau sans précédent. D’autre part, il y a un risque réel que ces investissements servent à légitimer et à renforcer les régimes qui bafouent les droits humains.

Il est crucial de se demander si l’argent peut être dissocié de sa source. Peut-on vraiment ignorer les implications éthiques lorsqu’on accepte des fonds provenant de gouvernements qui limitent la liberté d’expression et surveillent leurs citoyens ? La Silicon Valley, qui a longtemps été le symbole de l’innovation et de la liberté, pourrait-elle perdre son âme en s’associant avec des partenaires dont les valeurs sont diamétralement opposées aux siennes ?

De plus, il y a la question de la durabilité à long terme de ces partenariats. Les startups qui dépendent fortement du financement du Moyen-Orient pourraient se retrouver vulnérables aux caprices politiques et économiques de la région. En cas de bouleversements politiques ou de changements de politique, ces entreprises pourraient se retrouver sans soutien financier, ce qui mettrait en péril leur survie.

Enfin, il est impératif de considérer l’impact de ces investissements sur les populations locales. Si la technologie développée grâce à ces fonds est utilisée pour renforcer le contrôle autoritaire, cela pourrait avoir des conséquences désastreuses pour les droits humains et la liberté individuelle.

En somme, la Silicon Valley doit faire preuve de prudence et de réflexion éthique lorsqu’elle navigue dans ces eaux troubles. Il est essentiel de trouver un équilibre entre la recherche de financement et le maintien des principes fondamentaux qui ont fait de la Silicon Valley un leader mondial de l’innovation.

Conclusion

Cet engouement pour le Moyen-Orient n’est pas sans risques. Les préoccupations concernant les pratiques autoritaires et les violations des droits humains demeurent. Cependant, l’attrait de nouveaux marchés et de capitaux substantiels semble l’emporter sur ces considérations éthiques. La Silicon Valley et le Moyen-Orient forment désormais un partenariat improbable mais puissant. Alors que les fonds affluent et que les startups se multiplient, il reste à voir comment ce mariage de commodité influencera l’avenir de l’innovation technologique et les normes mondiales en matière de droits humains.

Source : WP

Et vous ?

Quelles sont les implications éthiques du financement de la Silicon Valley par des régimes autoritaires ?
Comment les startups de la Silicon Valley peuvent-elles concilier croissance économique et respect des droits humains ?
Quel rôle les investisseurs et entrepreneurs devraient-ils jouer pour promouvoir la transparence et la responsabilité dans leurs partenariats avec le Moyen-Orient ?
La réussite financière justifie-t-elle de faire abstraction des préoccupations éthiques ?
Comment les gouvernements et les organisations internationales peuvent-ils réguler l’influence des fonds du Moyen-Orient dans la technologie mondiale ?
Quelles mesures les entreprises de la Silicon Valley peuvent-elles prendre pour assurer que leur technologie ne soit pas utilisée pour renforcer les régimes autoritaires ?
Quel impact la collaboration avec le Moyen-Orient aura-t-elle sur l’image de marque de la Silicon Valley à long terme ?
Comment les innovations technologiques peuvent-elles contribuer à améliorer la situation des droits humains dans les régions autoritaires ?
Quels sont les risques pour les startups qui refusent le financement en provenance de régions avec des pratiques autoritaires ?
Quelles leçons la Silicon Valley peut-elle tirer des réussites et des échecs des startups du Moyen-Orient ?