Les sociétés de crypto-monnaies basées en dehors de l'UE ne pourront servir directement les clients de l'UE que dans des conditions très limitées afin d'éviter toute concurrence déloyale, selon l'AEMF.

L'UE renforce les limites strictes imposées aux entreprises de crypto-monnaies extérieures à l'UE. Les sociétés de crypto-monnaies basées en dehors de l'UE ne pourront servir directement les clients au sein de l'Union européenne que dans des conditions très limitées afin d'éviter une concurrence déloyale, a proposé l'Autorité européenne des marchés financiers (AEMF).

En 2023, l'UE a approuvé les premières règles globales pour les marchés des crypto-monnaies, connues sous le nom de MiCA, une mesure révolutionnaire dans un secteur en ligne où les frontières nationales ont été difficiles à contrôler.

Les dernières propositions de l'UE sur la manière dont les entreprises de crypto-monnaies et les régulateurs devraient appliquer la loi dans la pratique couvrent les entreprises de crypto-actifs de l'extérieur de l'UE, qui veulent offrir des services aux clients de l'UE directement, plutôt qu'à partir d'une base physique à l'intérieur du bloc.

"Les orientations proposées confirment le message précédent de l'AEMF selon lequel la fourniture de services de crypto-actifs par une entreprise d'un pays tiers est limitée, en vertu de la MiCA, aux cas où le client est l'initiateur exclusif du service", a déclaré l'AEMF dans un communiqué.

L'initiation par le client est connue sous le nom de "sollicitation inversée" et un concept vu dans d'autres lois financières de l'UE que les décideurs politiques de l'Union ont resserré, faisant pression sur les entreprises étrangères pour qu'elles ouvrent une succursale ou une filiale dans l'UE. "Cette exemption doit être comprise comme étant très étroitement encadrée et doit être considérée comme l'exception."

Nom : 0.png
Affichages : 2624
Taille : 651,5 Ko

La proposition fait l'objet d'une consultation publique jusqu'à la fin du mois d'avril, le texte final étant attendu pour la fin de l'année 2024 au plus tard. L'AEMF a déclaré qu'elle et les régulateurs nationaux de l'UE prendraient "toutes les mesures nécessaires pour protéger activement les investisseurs basés dans l'UE et les fournisseurs de services de crypto-actifs conformes à la MiCA contre les incursions indues d'entités non européennes et non conformes à la MiCA".

La sollicitation effective d'affaires dans l'UE par une entreprise d'un pays tiers, qui inclurait une campagne de marketing dans le bloc des 27 pays, est interdite, a déclaré l'AEMF. Une entreprise d'un pays tiers ne peut pas se prévaloir de l'exemption pour offrir ultérieurement d'autres services, sauf dans le même contexte que la transaction initiale, a-t-elle ajouté.

Une deuxième série d'orientations proposées définit les circonstances dans lesquelles un crypto-actif peut être considéré comme un "instrument financier", comme une action ou une obligation, et donc relever également des règles distinctes de la MiFID de l'Union.

Source : Autorité européenne des marchés financiers (AEMF)

Et vous ?

Quel est votre avis sur ces nouvelles propositions ?
Pensez-vous qu'elles sont crédibles ou pertinentes ?


Voir aussi :

Le MiCA, le premier règlement mondial sur les crypto-monnaies, entre en vigueur en Europe. Comment la donne va changer pour les acteurs du marché des crypto-actifs en Europe

Le projet de loi de l'UE visant à taxer les cryptomonnaies inclut les NFT et les sociétés étrangères. Les entreprises devront divulguer des détails sur les avoirs des clients aux autorités fiscales

Un bloc de 48 nations va sévir contre l'utilisation des crypto-actifs pour échapper à l'impôt et mettre en place un cadre de déclaration des crypto-actifs d'ici 2027