IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #101
    Membre éclairé
    Inscrit en
    Mai 2010
    Messages
    300
    Détails du profil
    Informations forums :
    Inscription : Mai 2010
    Messages : 300
    Points : 880
    Points
    880
    Par défaut
    je passerais outre sa dernière lubie de conseiller certains "comptes d'information".

    Sur le sujet des recettes, la présentation était assez lunaire dés que tu regardes le détail ensuite dans les documents.

    Déclaration : "In the last 12 weeks alone, about 1500 have returned – whether it is small business or big brands like AT&T, Visa, Nissan, all returning."

    Cas de Visa par exemple : dépense de 10$ sur les 12 dernières semaines. En gros ils ont payé l'équivalent d'un compte payant quoi.
    Cas d'AT&T (gros compte auparavant) : dépense de 781$ (il dépensait 1 Million tous les trois/quatre mois auparavant)
    Cas de Nissan : 687$

    Bref le sujet est pas prêt de se résorber pour le moment
    "«Les petites filles sont des punks»."

  2. #102
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 523
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 523
    Points : 199 066
    Points
    199 066
    Par défaut Un an après l'acquisition d'Elon Musk, le trafic X et les utilisateurs actifs mensuels sont en baisse
    Un an après l'acquisition d'Elon Musk, le trafic X et les utilisateurs actifs mensuels sont en baisse, selon un rapport.
    Point positif : la page Twitter/X de Musk n'a jamais autant été consultée

    X, le réseau social racheté par Elon Musk en 2022, connaît une baisse de son trafic et de ses utilisateurs actifs mensuels, selon un rapport de Similarweb. Le site web de X a enregistré une chute de 14% de son trafic mondial et de 19% de son trafic américain en septembre 2023, par rapport à la même période l’année dernière. Sur les appareils mobiles aux États-Unis, la performance de X a également diminué de 17,8% en termes d’utilisateurs actifs mensuels sur iOS et Android.

    Le rapport indique que cette tendance négative n’est pas un phénomène isolé, mais qu’elle se manifeste sur le long terme. En comparant les neuf premiers mois de 2023 avec la même période en 2022, Similarweb a constaté que le trafic web de X avait baissé de 11,6% aux États-Unis et de 7% dans le monde. L’usage de l’application mobile de X aux États-Unis avait également baissé de 12,8% durant cette période.

    Bien que les États-Unis représentent environ un quart du trafic Web de X, d'autres pays ont également connu une baisse du trafic Web, notamment le Royaume-Uni (-11,6 %), la France (-13,4 %), l'Allemagne (-17,9 %) et l'Australie (-17,5 %).

    Le courant descendant n’est pas propre à X, d’autres réseaux sociaux de premier plan faisant également l’objet de comparaisons négatives. Au total, le trafic vers les 100 principaux réseaux sociaux et communautés suivis par Similarweb a diminué de 3,7 % d'une année sur l'autre en septembre. Mais rien de ce que Musk a fait ne semble s'être traduit par des améliorations durables pour mieux rivaliser avec les réseaux sociaux qui continuent de croître fortement, comme TikTok, dont le trafic web mondial a augmenté de 22,8 % en septembre, tandis que Facebook et Instagram ont enregistré respectivement une baisse de 10,4% et de 3,7%.

    Nom : social.png
Affichages : 2371
Taille : 24,2 Ko

    Le seul point positif pour X serait l’augmentation du trafic sur la page de profil d’Elon Musk, qui est passé de 96% en un an. Musk est la personne la plus suivie sur X, avec 156,8 millions d’abonnés. Il a annoncé en juillet 2023 que Twitter serait rebaptisé X, dans le cadre de sa vision pour faire du réseau social une application “tout-en-un”, offrant une large gamme de fonctionnalités et de services au-delà du simple média social.

    Nom : elon.png
Affichages : 1844
Taille : 54,3 Ko

    X n’a pas encore communiqué officiellement sur les chiffres avancés par Similarweb. La dernière fois que le réseau social a publié ses statistiques d’utilisation remonte au premier trimestre 2022, où il revendiquait 259,4 millions d’utilisateurs actifs quotidiens monétisables (mDAU). Il s’agit d’une mesure qui ne prend en compte que les utilisateurs exposés à la publicité sur X.

    Il reste à voir si le changement de nom et de logo de X, ainsi que les nouvelles fonctionnalités annoncées par Musk, comme la possibilité d’envoyer des messages vocaux ou des vidéos en direct, permettront au réseau social de renverser la vapeur et d’attirer davantage d’utilisateurs et d’annonceurs.

    Importante décroissance de X dans l’écosystème de l’information

    Selon Similarweb, X a perdu de son importance dans l’écosystème médiatique, notamment pour les sources d’information. Le rapport note que le New York Times recevait 3-4% de son trafic provenant de Twitter il y a trois ans, mais que ce chiffre est désormais inférieur à 1%. Bien entendu, X a commencé à limiter les liens vers le Times en août, aux côtés d’autres concurrents comme Bluesky et Threads. Cette semaine, X a également été accusé d'avoir limité les liens Patreon.

    À ce propos, concernant les droits voisins, Elon Musk est au centre d'une nouvelle bataille juridique concernant l'argent prétendument dû par X, la société anciennement connue sous le nom de Twitter. Une agence de presse internationale française, l'Agence France-Presse (AFP), a annoncé en août qu'elle avait intenté une action en justice devant le tribunal judiciaire de Paris pour contraindre X à fournir les données nécessaires à l'évaluation de l'indemnisation due aux utilisateurs de X partageant du contenu d'actualités AFP sur la plateforme .

    La seule réponse signalée par Musk à ce jour se trouve dans un message anciennement connu sous le nom de tweet.

    « C'est bizarre », a écrit Musk. « Ils veulent que nous les payions pour le trafic vers leur site où ils font des revenus publicitaires et nous ne le faisons pas ! »

    Nom : les.png
Affichages : 1760
Taille : 11,2 Ko

    Musk n'est apparemment pas au courant d'une directive de l'Union européenne de 2019 accordant aux agences de presse des « droits voisins ». Ces droits ont été conçus pour réduire « l'écart de valeur » entre les éditeurs et les plateformes en ligne qui profitent de la promotion du contenu des éditeurs.

    « Ce droit a été instauré pour permettre aux agences et éditeurs de presse d’être rémunérés par les plateformes numériques qui conservent la plus grande partie de la valeur monétaire générée par la diffusion des contenus d’information », a rappelé l’AFP dans un communiqué.

    L’agence a indiqué qu’elle demandait au tribunal judiciaire de Paris d’ordonner en urgence à X de lui fournir les éléments nécessaires pour évaluer la rémunération qui lui est due au titre du droit voisin : « l’AFP reste inébranlable dans son engagement en faveur de l’adoption du droit voisin pour la presse, même quatre ans après l’adoption de la loi. La procédure judiciaire engagée aujourd’hui contre X s’inscrit dans cette démarche continue », a ajouté l’AFP.

    L'AFP a porté plainte pour droit d'auteur après s'être inquiétée du « refus manifeste » de X « d'engager des discussions concernant la mise en œuvre des droits voisins pour la presse », indique le communiqué de l'AFP. Au cours des discussions, l'AFP a déclaré que X devait partager des données qui aideraient l'agence de presse à calculer combien d'argent X devait pour avoir profité du contenu de l'actualité de l'AFP.

    Mais en réalité, l’importance de Twitter pour les éditeurs d’informations a toujours été surestimée. La nouvelle a peut-être éclaté sur Twitter, mais cela n'a jamais été une source de trafic importante. En fait, NPR a quitté la plateforme il y a six mois après que Musk ait commencé à la qualifier, ainsi que d’autres médias, de « médias affiliés à l’État ». Un rapport récent de Nieman indique que la perte de trafic de NPR après avoir quitté X a été « négligeable » : le trafic n’a diminué que d’un seul point de pourcentage, alors qu’il représentait auparavant un peu moins de 2 % du trafic global :

    Beaucoup de gens menacent de quitter Twitter. Peu d’entre eux l’ont réellement fait.

    C’était déjà vrai avant le rachat de la plateforme par Elon Musk il y a un an. Mais le défilé de calamités depuis – réduction de la modération, débranchement des serveurs, rétablissement des comptes interdits, remplacement des coches vérifiées par des badges d'abonnement payants, limitation de l'accès aux sites d'information, imputation à la Ligue anti-diffamation pour le déclin de la publicité – a amené à prendre du recul, soit parce que la chronologie est toxique, soit parce que le site ne fonctionne tout simplement plus comme avant.

    En avril dernier, la société a donné à NPR une raison de démissionner : elle a qualifié le réseau de « réseau américain de médias affiliés à l’État », une désignation qui était en contradiction avec la propre définition du terme donnée par Twitter. NPR a cessé de publier des actualités sur son compte le 4 avril. Une semaine plus tard, elle a publié sa dernière mise à jour : une série de tweets dirigeant les utilisateurs vers les newsletters, l'application et d'autres comptes de réseaux sociaux de NPR. De nombreuses stations membres à travers le pays, notamment KUOW à Seattle, LAist à Los Angeles et Minnesota Public Radio, ont emboîté le pas.

    Six mois plus tard, on constate que les effets du départ de Twitter ont été négligeables. Une note distribuée au personnel de NPR indique que le trafic n'a chuté que d'un seul point de pourcentage à la suite du départ de Twitter, désormais officiellement renommé X, bien que le trafic de la plate-forme était déjà faible et représentait un peu moins de deux pour cent du trafic avant l'arrêt de la publication. (NPR a refusé une demande d'interview mais a partagé le mémo et d'autres informations). Alors que le compte principal de NPR comptait 8,7 millions d’abonnés et que le compte politique en comptait un peu moins de trois millions, « les mises à jour des algorithmes de la plateforme ont rendu de plus en plus difficile l’atteinte des utilisateurs actifs ; vous avez souvent constaté une baisse quasi immédiate de l'engagement après avoir tweeté et les utilisateurs ont rarement quitté la plate-forme », indique le mémo.

    Il existe une vision de ces chiffres qui confirme ce que beaucoup d’entre nous soupçonnent depuis longtemps dans l’actualité : que Twitter n’en valait pas la peine, du moins en termes de trafic. « Cela représentait si peu de notre trafic Web, une quantité si marginale », déclare Gabe Rosenberg, rédacteur d'audience pour KCUR à Kansas City, qui a arrêté de publier sur Twitter en même temps que NPR. Mais Twitter n’était pas seulement une question de clics. La publication était un enjeu de table pour bâtir une réputation et une crédibilité, que ce soit en tant que média ou en tant que journaliste individuel. Être sur Twitter, c'était faire partie d'une conversation, et cette conversation pouvait éclairer des histoires ou fournir des sources. Lors des manifestations, en particulier, Twitter s'est avéré un outil indispensable pour suivre les organisateurs et les développements sur le terrain, ainsi que pour communiquer avec le grand public. Il est difficile d’abandonner ce type de connexion, mais il n’est pas impossible à remplacer.
    Conclusion

    Bien que le rapport n’inclue pas beaucoup de bonnes nouvelles pour X, il admet que l’application semble encore avoir du pouvoir :

    « ... D'une manière ou d'une autre, l'audience X/Twitter s'est érodée mais pas évaporée », a écrit David Carr, Senior Insights Manager de Similarweb.

    Cela mérite d’être noté, compte tenu de la concurrence accrue de nouveaux concurrents comme Bluesky, Post, Pebble, Spill, Mastodon et Threads.

    X contesterait probablement les conclusions de Similarweb, car ses dirigeants n’ont fait que vanter une augmentation du trafic, pas une baisse. La société a récemment déclaré que X voyait 500 millions de publications par jour, y compris le contenu original, les réponses et les republications, et a noté que X générait 100 milliards d'impressions par jour. Yaccarino a également partagé d'autres chiffres lors d'un événement en octobre, notant que les gens passent 14 % de temps en plus sur X, avec une augmentation de 20 % de la consommation de vidéos, et que 1,5 million de personnes s'inscrivent quotidiennement à X, soit une hausse de 4 % d'une année sur l'autre.

    Source : SimilarWeb, Nieman

    Et vous ?

    Que pensez-vous du changement de nom et de logo de X? Est-ce une bonne stratégie marketing ou un coup de communication?
    Pensez-vous que X peut rivaliser avec les autres réseaux sociaux comme TikTok, Facebook et Instagram? Quelles sont les forces et les faiblesses de X par rapport à ses concurrents?
    Quelles sont les fonctionnalités ou les services que vous aimeriez voir sur X? Qu’est-ce qui vous inciterait à utiliser davantage X ou à y revenir si vous l’avez abandonné?
    Quel est le rôle d’Elon Musk dans le succès ou l’échec de X? Est-il un atout ou un handicap pour le réseau social? Comment évaluez-vous sa vision et son leadership pour X?
    Quel est l’impact de X sur l’information et la démocratie? Est-ce une source fiable et diversifiée d’information ou un vecteur de désinformation et de polarisation? Comment X peut-il améliorer la qualité et la crédibilité de son contenu?

    Voir aussi :

    Le nombre d'utilisateurs actifs quotidiens de X, ex Twitter, diminue, avec une perte estimée entre 9 et 34 millions d'utilisateurs, soit entre 3,7 et 11,6 %, depuis le rachat par Musk
    Linda Yaccarino, PDG de X, l'ancien Twitter, affirme que la plateforme de médias sociaux sera rentable au début de l'année 2024, mais les analystes sont sceptiques à l'égard de cette prévision
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  3. #103
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 523
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 523
    Points : 199 066
    Points
    199 066
    Par défaut La plupart des plus gros annonceurs ont cessé d'acheter des publicités sur Twitter/X d'Elon Musk
    La plupart des plus gros annonceurs ont cessé d'acheter des publicités sur Twitter/X d'Elon Musk,
    selon des données qui semblent contredire les propos tenus par la PDG de l'entreprise Linda Yaccarino

    Depuis que Elon Musk a racheté Twitter en octobre 2022 et l’a rebaptisé X, le service de médias sociaux a connu une chute vertigineuse de ses revenus publicitaires.
    Une écrasante majorité des annonceurs les plus dépensiers au monde ont arrêté de faire de la publicité sur X après l'acquisition de la société par Elon Musk, selon de nouvelles données fournies par le cabinet de conseil en marketing Ebiquity.


    Ebiquity, qui travaille avec 70 des 100 annonceurs les plus dépensiers, selon la société d'études médiatiques COMvergence, a déclaré que seulement deux de ses clients avaient acheté des publicités sur X le mois dernier. C'était une baisse par rapport aux 31 marques enregistrées en septembre de l'année dernière, avant le rachat de Twitter par Musk en octobre. Le nombre de clients Ebiquity faisant de la publicité sur X n'a cessé de diminuer depuis, selon les données.

    Ebiquity n'a pas nommé ces annonceurs. Les clients d'Ebiquity comprennent Google, Walmart, Vodafone et General Motors, selon de récents documents financiers. La société a tiré ses données X de son unité de solutions de médias numériques, grâce à laquelle elle rassemble des données sur les investissements dans les médias numériques auprès des agences et des plateformes.

    « Il s'agit d'une baisse que nous n'avons jamais vue auparavant pour aucune plateforme publicitaire majeure », a déclaré Ruben Schreurs, directeur de la stratégie d'Ebiquity.

    Nom : clients.png
Affichages : 2810
Taille : 81,3 Ko

    Une analyse qui semble contredire les propos tenus récemment par Linda Yaccarino

    Linda Yaccarino, PDG de X, a déclaré lors d'une récente interview que la plateforme devrait atteindre le seuil de rentabilité au début de l'année 2024.

    « Maintenant que je me suis immergée dans l'entreprise et que nous avons une bonne vision de ce qui est prévisible, il semble que nous ferons des bénéfices au début de l'année 2024 », a déclaré Linda Yaccarino sur la scène de Code Conference, un événement annuel qui réunit les principaux dirigeants du monde de la technologie et des affaires pour discuter de l'avenir. Lors de l'interview, Yaccarino, ancienne responsable des ventes publicitaires de NBCUniversal, a été confrontée à des questions sur sa capacité à reconstruire l'activité publicitaire de la plateforme de médias sociaux après les difficultés rencontrées par le propriétaire de l'entreprise, Elon Musk.

    Yaccarino a cité quelques points positifs qui pourraient conduire X vers le seuil de rentabilité. Elle a déclaré que 90% des 100 plus gros annonceurs sont revenus sur la plateforme au cours des douze dernières semaines seulement. Le chaos né des premières décisions de Musk avait poussé des dizaines d'annonceurs de premier plan à quitter la plateforme. À en croire Yaccarino, les annonceurs semblent revenir progressivement, pendant que X retrouve une certaine forme de stabilité. Musk a tweeté en septembre que les recettes publicitaires de X aux États-Unis avaient baissé de 60%, sans préciser la période concernée ni les causes à l'origine de cette baisse.

    Alors que certaines entreprises, dont le groupe alimentaire Mondelez International et la société pharmaceutique Eli Lilly, sont revenues sur la plateforme, d'autres sont hésitantes, à cause de l'agitation qui règne autour du site. Yaccarino a pris la parole environ une heure après que Yoel Roth, ancien responsable de la confiance et de la sécurité chez Twitter, a déclaré dans une interview lors de la même conférence que la plateforme est moins sûre pour les annonceurs qu'elle ne l'était auparavant. « Ils vont avoir besoin de preuves de progrès en matière de sécurité que Twitter ne peut pas fournir », a-t-il déclaré à propos des spécialistes du marketing.

    Roth a déclaré que Twitter n'était pas parfait avant la prise de contrôle par Musk. Selon lui, il y avait d'énormes problèmes de sécurité et l'entreprise essayait de suivre des règles et des principes pour résoudre ces problèmes de manière systématique. « Et tout d'un coup, cela n'a plus existé », a déclaré Roth. Lorsqu'on lui a demandé de réagir aux déclarations de Roth, Yaccarino a déclaré que ce dernier ne la connaissait pas, qu'elle ne connaissait pas Roth et que la version de Twitter pour laquelle il travaillait n'existait plus. Par ailleurs, X a également réduit ses effectifs à 1 500 personnes, mais n'a toujours pas payé d'indemnités aux milliers d'employés licenciés.

    À ce propos, l'entreprise est visée par de nombreux recours collectifs. De récents rapports ont souligné que X doit faire face à plus de 2 000 demandes d'arbitrages et que ces demandes représentaient plus de 3,5 millions de dollars rien qu'en frais de dossier. Musk, qui a jusque-là manqué de flexibilité sur la question des indemnités des employés licenciés, aurait finalement accepté de négocier. Shannon Liss-Riordan, l'avocate qui représente les anciens employés de X dans cette procédure, affirme que l'entreprise souhaite entamer une médiation avec eux dans le cadre d'une tentative globale de règlement de toutes les plaintes qu'ils ont déposées.

    Pourquoi les annonceurs boudent-ils Twitter/X ?

    Les raisons de ce boycott publicitaire sont multiples. Tout d’abord, les changements radicaux apportés par Musk à X ont suscité la controverse et l’inquiétude parmi les utilisateurs, les médias et les régulateurs. Musk a changé le logo emblématique de l’oiseau en un “X”, ainsi que le nom de l'application.

    Ce changement radical dans le nom et le logo fait partie d’un plan ambitieux de Musk, qui a racheté Twitter pour 44 milliards de dollars en octobre 2022, de transformer le réseau social en une « application tout-en-un » qui offrirait des services variés comme la messagerie, la vidéo, l’audio, les paiements et le commerce. Selon Musk, le choix du “X” vise à « incarner les imperfections en nous tous qui nous rendent uniques ».

    Ce rebranding a donné lieu à quelques problèmes. Nous pouvons par exemple rappeler qu'il a conduit au blocage du site en Indonésie en vertu des lois strictes du pays limitant la pornographie et les jeux d'argent. Le ministère de la Communication et de l'Informatique du pays d'Asie du Sud-Est a déclaré que le blocage concernait le domaine "X.com", qui avait auparavant été utilisé pour héberger du contenu qui violait les lois de la nation à majorité musulmane contre le contenu « négatif » à l'instar du contenu pour adultes, selon à Al Jazeera. Le nombre de téléchargements a également baissé, l'hypothèse d'Eric Seufert, un stratège média qui dirige la plateforme Mobile Dev Memo, étant que si les utilisateurs les plus connectés sont au courant du changement de nom de Twitter en X, la plupart des consommateurs ne le sont pas, et leurs recherches pour “Twitter” sur les plateformes renvoient des résultats qui ne sont pas du tout évocateurs de Twitter.

    Les comptes précédemment suspendus, rétablis au gré du nouveau patron

    Peu de temps après avoir pris le contrôle du réseau social, Elon Musk a déclaré qu'il ne rétablirait aucun compte suspendu définitivement tant que la société n'aurait pas mis en place et convoqué un conseil de modération de contenu avec « des points de vue très divers ». Après trois semaines à la tête de Twitter, Elon Musk n’avait toujours pas mis en place ce fameux conseil éthique. D'ailleurs, il prenait les décisions importantes lui-même, directement ou sous couverture.

    C'est dans ce contexte qu'il a lancé un sondage, disant à ses abonnés sur Twitter : « Réintégration de l'ancien président Trump », en leur proposant de répondre « oui » ou « non ». À la suite de ce sondage, le « Oui » l'a emporté par une mince marge de 52 % à 48 %. Par la suite, il a écrit « Vox Populi, Vox Dei » (littéralement « la voix du peuple est la voix de Dieu »). Quelques minutes après le message d'Elon Musk, le compte de Donald Trump était de nouveau visible.

    Nom : president.png
Affichages : 2140
Taille : 9,0 Ko

    Les employés

    Peu de temps après sa prise de fonction, Twitter a licencié sans préavis 50% de ses employés, y compris les employés de l'équipe de confiance et de sécurité, selon le responsable de la sécurité et de l'intégrité de l'entreprise, Yoel Roth : « La réduction de nos ressources humaines d'hier a touché environ 15 % de notre organisation Trust & Safety (contre environ 50 % de licenciements à l'échelle de l'entreprise), notre personnel de modération de première ligne subissant le moins d'impact ».

    Après avoir licencié près de 3 700 personnes, Twitter s'est adressé à des dizaines d'employés qui ont perdu leur emploi et leur a demandé de revenir.

    Certains de ceux à qui on demande de revenir ont été licenciés par erreur, selon des personnes familières avec les décisions. D'autres ont été licenciés avant que la direction ne se rende compte que leur travail et leur expérience pourraient être nécessaires pour créer les nouvelles fonctionnalités envisagées par Musk, ont-elles assuré.

    Le personnel restant a reçu l'ordre de travailler 84 heures par semaine et les managers ont dormi au bureau le week-end. Des ingénieurs de Tesla, en qui Elon Musk a confiance, son venu dans les locaux de Twitter pour analyser le code de leurs confrères, même si leurs compétences acquises en travaillant sur Autopilot et d'autres logiciels et matériels Tesla ne chevauchent pas directement les langages et les systèmes utilisés pour construire et entretenir Twitter / X.

    X demande aux annonceurs de dépenser 1 000 $ par mois sous peine de perdre leur badge doré

    Après avoir annoncé son changement de marque en X, Twitter a décidé de faire pression sur les annonceurs dans le but d'augmenter ses résultats. La dernière stratégie de l'entreprise pour augmenter ses revenus, selon le Wall Street Journal, est de demander aux marques de dépenser au moins 1 000 dollars par mois en publicités afin de maintenir leur statut vérifié sur la plateforme.

    Répondant à un tweet sur le rapport du Wall Street Journal, Musk a déclaré que le coût « modérément élevé » est une mesure préventive pour aider à réduire le nombre d'escrocs créant « des millions de comptes » sur la plateforme. Musk a ajouté que les marques pourraient plutôt choisir de payer 1 000 $ par mois pour le badge d'organisation vérifié de l'entreprise.

    Ou ils peuvent simplement payer 1 000 $/mois pour un abonnement d'organisation vérifié avec la possibilité de transmettre cette autorité organisationnelle aux affiliés. Cela est plus que rentable en termes de portée organique.

    La raison des 1 000 $/mois est de fixer une barre modérément élevée pour être une organisation vérifiée, de sorte qu'une organisation doit être d'une taille non triviale pour se qualifier et rendre coûteuse la création de millions de comptes par les escrocs.
    Nom : mille.png
Affichages : 2142
Taille : 16,9 Ko

    Bien que le tarif mensuel de 1 000 $ ne soit probablement pas un problème pour les grandes marques, le nouveau changement pourrait nuire aux petites entreprises qui ne veulent pas ou n'ont pas le budget supplémentaire à engager.

    Source : Ebiquity

    Et vous ?

    Que pensez-vous de la décision de Elon Musk de racheter Twitter et de le transformer en X ?
    Pensez-vous que X soit une menace pour la liberté d’expression et la démocratie ?
    Trouvez-vous que X offre un service de qualité et une expérience utilisateur satisfaisante ?
    Seriez-vous prêt à payer un abonnement pour utiliser X sans publicité ?
    Quelles sont les alternatives à X que vous utilisez ou que vous envisagez d’utiliser ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  4. #104
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    584
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 584
    Points : 10 639
    Points
    10 639
    Par défaut La valeur de X tombe à 19 Mds $, en baisse par rapport aux 44 milliards qu'Elon Musk a payés pour l'acquérir
    La valeur de X tombe à 19 milliards de dollars, en baisse par rapport aux 44 milliards qu'Elon Musk a payés pour l'acquérir
    tandis que l'entreprise est endettée et rencontre des difficultés

    Le réseau social X, anciennement Twitter, n'aurait désormais qu'une valeur de 19 milliards de dollars. C'est ce que révèlent des documents relatifs aux attributions d'actions aux employés lundi. Il s'agit d'une baisse de 55 % par rapport aux 44 milliards de dollars qu'Elon Musk a payés pour acheter la plateforme de médias sociaux il y a un an. Ce montant est également légèrement inférieur à l'estimation de 20 milliards de dollars faite par le milliardaire au début de l'année. Parallèlement, le site fait face à un certain nombre de problèmes, notamment la baisse du trafic et du nombre d'utilisateurs actifs mensuels, ainsi qu'une baisse considérable des recettes publicitaires.

    X est-il une mauvaise affaire pour Elon Musk ? Cela ne fait qu'un an que le milliardaire a privatisé la plateforme de médias sociaux, mais la question revient sans cesse et divise les analystes. Début 2022, tout le monde savait que Twitter (aujourd'hui X) ne valait pas 44 milliards de dollars lorsqu'Elon Musk a proposé un tel prix pour le racheter. Après un bras de fer de plusieurs mois, au cours desquels Musk a tenté en vain de revenir sur sa proposition, l'homme d'affaires a fini par accepter l'accord, ce qui a fait de lui l'unique propriétaire de la plateforme de médias sociaux. Les documents liés à l'acquisition ont révélé que Musk a payé 54,20 dollars par action.

    Cependant, il n'a pas fallu longtemps avant que la valorisation de l'entreprise baisse considérablement. En mars, Musk écrivait dans un courriel adressé à ses employés qu'il pensait que l'entreprise valait 20 milliards de dollars, la qualifiant de "startup inversée". Lundi, ce montant a été une nouvelle fois légèrement revu à la baisse. Des documents relatifs aux nouvelles attributions d'actions aux employés de X ont révélé que X ne vaut aujourd'hui que 19 milliards de dollars. Ce montant représente une décote de 55 % par rapport au prix d'achat initial de 44 milliards de dollars, avec 54,20 dollars par action. Le prix de l'action X est désormais tombé à 45 dollars.

    Nom : 2531.png
Affichages : 2929
Taille : 126,8 Ko

    La raison pour laquelle le prix de l'action n'a pas baissé du même pourcentage que l'évaluation du réseau social n'est pas claire, bien que l'entreprise ait pu modifier le nombre d'actions en circulation. Un porte-parole de X n'a pas répondu à une demande de commentaire. Les documents indiquent que "la juste valeur marchande par action est déterminée par le conseil d'administration sur la base d'un certain nombre de facteurs, d'une manière qui respecte les règles fiscales applicables". (Musk est le président de X et n'a pas encore créé de conseil d'administration officiel, bien qu'il ait nommé une nouvelle PDG cette année en la personne de Linda Yaccarino.)

    Depuis qu'il a racheté X, Musk a déclaré qu'il souhaitait calquer le plan de rémunération de l'entreprise sur celui de SpaceX, qui est également une société privée, mais qui permet à ses employés d'encaisser régulièrement une partie de leurs actions au profit d'investisseurs extérieurs. Le type d'actions que X offre à ses employés est appelé "unités d'actions restreintes" (restricted stock units - RSU). Selon les documents, ces RSU sont acquises sur une période de quatre ans à compter de leur date d'attribution et nécessitent un "événement de liquidité", tel qu'une introduction en bourse ou la vente de l'entreprise, pour être imposées en tant que revenu.

    Jusqu'à présent, les employés de X travaillaient sans savoir ce que valait réellement la société depuis que Musk l'avait rachetée. Cette information sur l'attribution des actions répond enfin à cette question, même s'il semble que l'évaluation de Musk soit encore trop généreuse ; l'un de ses principaux investisseurs, Fidelity, pense que X vaut 65 % de moins que lorsqu'il l'a achetée. En outre, selon de récents rapports, les banques ayant financé l'acquisition de X sont quelque peu sceptiques pour les prochains mois et s'attendent à de nouvelles pertes. Ces institutions bancaires chercheraient à atténuer l'impact négatif sur leur propre situation financière.

    Depuis l'arrivée de Musk à la tête de la société il y a un an, des changements importants ont eu lieu chez X. Environ 80 % de ses 7 500 employés ont démissionné ou ont été licenciés. Il a modifié le processus de vérification sur la plateforme, ainsi que les règles de modération du contenu. Les recettes publicitaires, principale source de revenus de l'entreprise, ont diminué de près de 60 % aux États-Unis cet été. Musk a également endetté l'entreprise à hauteur de plusieurs milliards de dollars pour l'aider à payer l'acquisition. Dans le même temps, l'entreprise est accablée par environ 1,2 milliard de dollars de paiements d'intérêts annuels sur sa dette.

    La stratégie de Musk pour X consiste à délaisser la publicité au profit d'abonnements payants. Cependant, cela ne marche pas pour l'instant, X est encore fortement dépendant de la publicité et Musk et Yaccarino peinent à convaincre les annonceurs de revenir sur X, après que ces derniers ont délaissé massivement le site en raison des décisions controversées de Musk qui ont semé le chaos sur la plateforme. Pour l'instant, Musk n'a réussi à persuader que moins d'un pour cent des utilisateurs de X à souscrire un abonnement mensuel, dont les revenus annuels sont estimés à moins de 120 millions de dollars. Il veut désormais rendre l'accès à X payant.

    Récemment, X a commencé à facturer aux nouveaux utilisateurs un dollar par an pour l'envoi de messages. « Depuis le 17 octobre 2023, nous avons commencé à tester "Not A Bot", une nouvelle méthode d'abonnement pour les nouveaux utilisateurs dans deux pays. Ce nouveau test a été mis au point pour renforcer nos efforts déjà considérables visant à réduire le spam, la manipulation de notre plateforme et l'activité des bots. Cela permettra d'évaluer une mesure potentiellement puissante pour nous aider à lutter contre les bots et les spammeurs sur X, tout en équilibrant l'accessibilité de la plateforme avec le faible montant des frais », explique X.

    Notons que Musk envisage depuis le début de faire de X une "application à tout faire" qui peut générer des revenus à partir de diverses fonctionnalités, notamment les achats, les paiements, les appels audio et vidéo, un service de recrutement et un fil d'actualité. X vise à concurrencer des acteurs établis comme YouTube de Google, LinkedIn de Microsoft Corp. et PR Newswire de Cision. La semaine dernière, Musk a déclaré à ses employés qu'ils avaient un an pour proposer des services bancaires à l'instar de PayPal aux utilisateurs de X. Cependant, les analystes et les critiques jugent ce délai totalement illusoire en raison de la complexité d'une telle fonctionnalité.

    Par ailleurs, l'un des derniers changements opérés par X a fortement exaspéré les utilisateurs. X a commencé par supprimer les titres des aperçus des articles partagés sur la plateforme. Les articles partagés sur X apparaissent désormais sous la forme d'une image, avec un texte dans le coin gauche indiquant le domaine du lien. Les utilisateurs doivent cliquer sur l'image s'ils souhaitent consulter l'article dans son intégralité, ce qui peut prêter à confusion. Ce changement a suscité de vives critiques de la part des utilisateurs. Ils ont fait valoir qu'il était difficile de faire la distinction entre les actualités et les autres types d'informations partagées sur le site.

    Et vous ?

    Que pensez-vous de la baisse considérable de la valorisation du réseau social X d'Elon Musk ?
    Les décisions de Musk sont-elles à l'origine de cette baisse ou s'agissait-il d'une mauvaise affaire dès le départ ?
    Musk est-il en mesure de redresser la plateforme et de le rendre plus attractif ? Si oui, que pourrait-il faire selon vous ?
    La superapplication que Musk vise avec X est-il un projet viable ? Pourquoi ? Quels sont les obstacles à ce projet ?

    Voir aussi

    X commence à facturer aux nouveaux utilisateurs 1 dollar par an pour l'envoi de tweets, le programme "Not a Bot" est testé en Nouvelle-Zélande et aux Philippines

    Un an après l'acquisition d'Elon Musk, le trafic et les utilisateurs actifs mensuels sont en baisse sur X, selon un rapport. Point positif : la page Twitter/X de Musk n'a jamais autant été consultée

    La plupart des plus gros annonceurs ont cessé d'acheter des publicités sur Twitter/X d'Elon Musk, selon des données qui semblent contredire les propos tenus par la PDG de l'entreprise Linda Yaccarino

  5. #105
    Membre expert
    Homme Profil pro
    ingénieur qualité
    Inscrit en
    Mars 2015
    Messages
    1 162
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : ingénieur qualité
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2015
    Messages : 1 162
    Points : 3 573
    Points
    3 573
    Par défaut
    Les décisions de Musk sont-elles à l'origine de cette baisse ou s'agissait-il d'une mauvaise affaire dès le départ ?
    L'article dit qu'il a déjà acheté Twitter au dessus de sa valeur réelle, ça semble donc une mauvaise affaire.
    Ces décisions successives n'ont fait qu'amplifier cette mauvaise transaction et je n'ai pas l'impression que des mesurettes vont redresser la barre.
    Faire de Twitter une banque ne serait pas le pari qui sauvera ou finira de tuer l'oiseau bleu?
    Ce qu'il a en tête existe en Chine et en Corée du Sud donc c'est techniquement possible mais il s'attaque à des environnements très différents de ces pays. Et des environnements diversifiés avec des cultures, des règlementations et des lois très variables. Une seule application peut elle satisfaire toutes ses contraintes?
    J'en doute fort mais la seule personne qui a une chance de réussir est Elon Musk et il semble vouloir tenter le pari. Ca pourrait l'amener à être le "roi de le Terre". Il y a quelques années je n'y aurais pas cru mais j'ai vu trop d'entreprises déléguer des fonctions essentielles à des entreprises trop puissantes pour qu'on leur fasse confiance donc le scénario ne me semble pas si absurde.
    Pourront nous, individuellement, résister quand tous les transports (en commun, recharge de voiture élec etc), les factures d'énergie, etc passeront par Musk?

  6. #106
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 523
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 523
    Points : 199 066
    Points
    199 066
    Par défaut Elon Musk indique avoir racheté Twitter pour sauver la civilisation. Il évoque un « virus de la pensée »
    Elon Musk indique avoir racheté Twitter pour sauver la civilisation. Il évoque un « virus de la pensée »,
    qui a trouvé un vecteur de propagation et d'amplification dans les technologies de l'information

    Certains considèrent Elon Musk comme un visionnaire et un innovateur, d'autres le voient plutôt comme un provocateur. Pour les premiers, il a révolutionné le secteur des voitures électriques avec Tesla, le domaine de l’exploration spatiale avec SpaceX et le monde de la technologie avec Neuralink. Mais son dernier coup d’éclat a été l’acquisition de Twitter, le célèbre réseau social qu’il a rebaptisé X. Une acquisition et une gestion du réseau social qui donnent du grain à moudre à la seconde catégorie. Pourquoi Musk a-t-il voulu acheter Twitter ? Quelles sont ses intentions pour l’avenir de la plateforme ? Et quelles sont les conséquences de son rachat pour les utilisateurs, les employés et la société en général ? Musk se prête à l'exercice de l'interview avec Joe Rogan.

    Lors d’une discussion avec Joe Rogan, un podcasteurs relativement populaire, Musk a partagé ses raisons.

    L'entretien commence sobrement, Joe Rogan lui demandant : « vous possédez X depuis maintenant un an, vous arrive-t-il de vous réveiller au milieu de la nuit et de rêver que vous ne l'aviez pas fait et que votre vie est infiniment plus facile ? », ce à quoi Elon Musk répond « eh bien, c'est certainement une recette pour des ennuis, je suppose, ou des conflits ».

    La motivation

    Quant à savoir ce qui l'a poussé à sauter le pas dans le rachat de l'ex-Twitter, Elon Musk a parlé d'un « virus de la pensée », expliquant qu'il trouve cette façon de penser préoccupante. Dans le passé, il a également utilisé le mot « woke » pour décrire cela. En termes simples, il craint que même si nous essayons d’être plus compréhensifs et tolérants en tant que société, cela pourrait nous mener dans la mauvaise direction.

    Joe Rogan, l'intervieweur, sait quelque chose sur la façon de faire face aux critiques. Même avec un podcast très populaire, les gens ont essayé de le « cancel » (en français littéralement « annuler »), ce qui signifie qu'ils ont essayé de le faire taire ou de le boycotter parce qu'ils n'aiment pas ses opinions. Musk pense que cette façon de procéder est nuisible.

    Lorsqu’on lui a demandé pourquoi il avait choisi Twitter, Musk a eu une réponse ferme. Il estimait que Twitter nuisait à la société. Il a fait une comparaison avec le centre-ville de San Francisco, qui était autrefois animé mais qui connaît aujourd'hui de nombreux problèmes tels que la consommation de drogues et les sans-abri. Un rapport des Nations Unies a également évoqué ces questions. Pour Musk, cette situation à San Francisco montre les dangers du « virus de la pensée ».

    Musk a demandé à Rogan : « Quelle pensée nous a amenés ici ? »

    Il estime qu’auparavant, de telles idées ne se propageaient que dans de petites zones. Mais avec des plateformes comme Twitter/X, ces pensées se propagent désormais partout très rapidement. Et Musk pense que c’est vraiment mauvais pour nous, soulignant à quel point la situation est mauvaise dans des endroits comme le centre-ville de San Francisco.

    Rogan était d'accord avec Musk. Il pense que ce « virus de la pensée » est comme un système de croyance qui ne veut pas entendre d’opinions différentes. Il l'a même qualifié de « culte de la mort ». Musk pense que certaines personnes propagent cela sans s'en rendre compte et a mentionné que c'est l'une des principales raisons pour lesquelles il a acheté Twitter.

    Seulement voilà : Musk a demandé à Twitter de faire la différence. Il a dit qu'il ne voulait pas que l'humanité prenne fin. Mais jusqu’à présent, personne ne sait si l’achat de Twitter a vraiment aidé ou changé quoi que ce soit.


    L'échange entre Rogan et Musk

    Mais lisez plutôt cet échange :

    Joe Rogan : Qu'est-ce qui vous a finalement amené à prendre la décision de le faire [racheter l'ex-Twitter] ?

    Elon Musk : Cela va paraître quelque peu mélodramatique, mais j'étais inquiet du fait que [Twitter] ait un effet corrosif sur la civilisation, qu'il ait juste un mauvais impact. Une partie de cela vient de là où [Twitter] se trouvait, au centre-ville de San Francisco. Même si je pense que San Francisco est une belle ville et nous devrions vraiment nous battre dur pour améliorer San Francisco [ndlr. il dit "right the ship", une expression désignant le fait de "Corriger un processus qui ne se déroule pas correctement"], si vous vous êtes promené dans le centre-ville de San Francisco juste à côté du siège social de xfk sur Twitter, [vous remarquerez que] c'est une apocalypse zombie. Avez-vous été dans cette région récemment ?

    Non, j'ai entendu dire que c'était fou. J'ai entendu dire que vous ne pourriez pas y croire jusqu'à ce que vous vous y rendiez

    Alors maintenant vous devez bien dire quelle philosophie a conduit à ce résultat et cette philosophie a été transmise à la Terre [ndlr. il parle certainement du monde]. Une philosophie, qui serait normalement assez de niche et géographiquement contrainte de sorte que la zone des retombées serait limitée, a effectivement reçu une arme en la technologie de l'information pour propager ce qui est essentiellement un virus de la pensée au reste [du monde]. Le résultat de ce virus de la pensée est très clair si vous vous promenez dans les rues du centre-ville de San Francisco; c'est la fin de la civilisation.

    Et il ne s'agit pas seulement de propager le virus de l'esprit, mais de supprimer tous les points de vue opposés.

    Oui, pour que le virus se propage, il doit supprimer les points de vue opposés.

    Car il ne résiste pas à un examen minutieux..

    En effet. Vous avez vous-même ressenti [les effets de ce] virus. Les gens ont essayé de te cancel tellement de fois.

    Ouais ! C'est fascinant. Je ne pense pas du tout que vous soyez mélodramatique. Je ne veux pas semblé mélodramatique mais c'est presque comme un culte de la mort.

    C'est tout à fait vrai. C'est essentiellement de l'extinctionnisme. Ils propagent l'extinction de l'humanité et de la civilisation. La plupart du temps, c'est fait de manière implicite. Cependant, il arrive que ce soit explicite. Comme ce gars en première page du New York Times qui a littéralement parlé ce qu'on appelle le Mouvement Extinctionniste et il a été cité en première page du New York Times disant qu'il y a 8 milliards de personnes sur la planète mais ce serait mieux s'il n'y en avait pas.

    Et je me dis "eh bien mon pote, tu peux commencer par toi-même"

    Est-ce qu'il a des amis ? Cela m'a toujours fasciné. Bien, le voilà (la personne en question apparaît à l'écran, ci-dessous la capture de cet instant), il semble qu'il n'en a plus pour longtemps sur cette terre. Il veut une extinction volontaire de l'humanité.

    Nom : gars.png
Affichages : 2029
Taille : 471,1 Ko

    Ceci est une version explicite du culte. Extinction est un mot qu'il. C'est littéralement une auto-description qui a été reprise dans les médias sociaux et est toujours en grande partie chez Google et Facebook. Je me suis dit "euh, je ne suis pas en faveur de euh l'extinction humaine, eux ils le sont et donc ils peuvent aller en enfer".

    En tout cas ce type va y aller. Il semble idiot. J'aimerais le rencontrer et lui demander ce qui le motive

    Moi je suis pro-environnement, mais dans la limite [du raisonnable]. Si vous allez dans les extrêmes, vous commencez à voir l'humanité comme un fléau à la surface de la Terre comme une moisissure ou quelque chose comme ça, mais c'est en fait faux. La Terre pourrait cela pourrait prendre probablement 10 fois la civilisation actuelle, la population pourrait être 10 fois celle d'aujourd'hui sans détruire la forêt de Rin. Donc le mouvement en faveur de l'environnement, et je suis un écologiste, est allé trop loin, ils sont allés beaucoup trop loin. Si vous commencez à penser que les humains sont mauvais, alors la conclusion naturelle est que les humains devraient mourir.

    Le processus

    L’histoire commence en avril 2022, lorsque Musk révèle qu’il est le plus grand actionnaire de Twitter, avec plus de 9% des parts. Il annonce ensuite qu’il rejoint le conseil d’administration de l’entreprise, puis qu’il fait une offre pour racheter la totalité du capital pour 54,20 dollars par action, soit environ 43 milliards de dollars.

    Twitter tente alors de bloquer son offre avec une stratégie dite du “poison pill”, qui consiste à émettre de nouvelles actions pour rendre le rachat trop coûteux. Mais Musk ne se laisse pas faire et affirme avoir sécurisé 46,5 milliards de dollars pour financer son acquisition. Il vend même plus de 8 milliards de dollars d’actions Tesla pour renforcer son fonds.

    Tout semble se dérouler selon son plan, jusqu’à ce qu’il découvre que Twitter lui a caché des informations sur le nombre de faux comptes et de spams sur la plateforme. Il accuse alors Twitter d’avoir violé « plusieurs clauses du contrat de fusion » et annonce qu’il annule son offre.

    Twitter riposte en portant plainte contre Musk pour violation du contrat, et un procès est prévu pour octobre 2022. Entre-temps, Musk fait l’objet d’enquêtes fédérales pour manipulation boursière et subit les critiques des médias et du public.

    Finalement, le procès tourne en faveur de Musk (ou Twitter, en fonction de la perspective), qui obtient le feu vert pour finaliser son rachat. Le 27 octobre 2022, il annonce sur Twitter qu’il a complété la transaction et qu’il change le nom du réseau social en X. Il publie également un tweet qui deviendra célèbre : « The bird is freed » (L’oiseau est libéré).

    Mais que signifie cette libération ? Quelle est la vision de Musk pour X ? Et quels sont les changements qu’il a apportés à la plateforme ?

    D’après ses déclarations, Musk veut faire de X un espace de liberté d’expression absolue, où chacun peut s’exprimer sans censure ni modération. Il affirme également vouloir utiliser X comme un outil pour promouvoir ses autres projets, notamment SpaceX et Neuralink.

    Pour cela, il a mis en place plusieurs modifications sur X, qui ont suscité la controverse.

    Ces changements ont eu des conséquences importantes sur l’utilisation et la perception de X. Certains utilisateurs ont apprécié la liberté et la créativité offertes par X, tandis que d’autres ont dénoncé le chaos et la désinformation qui y règnent. Certains employés de X ont démissionné ou ont été licenciés, tandis que d’autres ont tenté de s’adapter à la nouvelle direction. Certains observateurs ont salué le courage et l’innovation de Musk, tandis que d’autres ont critiqué son arrogance et son irresponsabilité.

    Un an après le rachat de Twitter par Musk, X est devenu un phénomène mondial, qui fascine autant qu’il inquiète. Quel sera le prochain coup de Musk ? Quel sera l’avenir de X ? Et quel sera l’impact de X sur la société et la démocratie ?

    Ces questions restent sans réponse pour l’instant, mais une chose est sûre : Musk n’a pas fini de faire parler de lui.

    Source : interview (vidéo dans le texte)

    Et vous ?

    Quelle lecture faites-vous des propos avancés par Musk (de son analyse de la situation avec la cancel-culture, le wokisme, à sa décision de prendre Twitter, l'un des vecteurs qui a amplifié des messages et idéologies qui seraient autrement restés des niches) ?
    Cela suffisait-il, selon vous, à justifier le rachat de Twitter ? Pourquoi ?
    Un an après son acquisition de X/Twitter, considéré vous que certains de ses objectifs cités en interview ont été atteint ? Pourquoi ?
    D'ailleurs que pensez-vous de ce réseau social et de la gestion d'Elon Musk ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  7. #107
    Membre confirmé
    Inscrit en
    Mai 2008
    Messages
    178
    Détails du profil
    Informations forums :
    Inscription : Mai 2008
    Messages : 178
    Points : 493
    Points
    493
    Par défaut
    Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
    Elon Musk indique avoir racheté Twitter pour sauver la civilisation. Il évoque un « virus de la pensée »,[/SIZE]
    Lorsqu’on lui a demandé pourquoi il avait choisi Twitter, Musk a eu une réponse ferme. Il estimait que Twitter nuisait à la société. Il a fait une comparaison avec le centre-ville de San Francisco, qui était autrefois animé mais qui connaît aujourd'hui de nombreux problèmes tels que la consommation de drogues et les sans-abri. Un rapport des Nations Unies a également évoqué ces questions. Pour Musk, cette situation à San Francisco montre les dangers du « virus de la pensée »...
    Il estime qu’auparavant, de telles idées ne se propageaient que dans de petites zones. Mais avec des plateformes comme Twitter/X, ces pensées se propagent désormais partout très rapidement. Et Musk pense que c’est vraiment mauvais pour nous, soulignant à quel point la situation est mauvaise dans des endroits comme le centre-ville de San Francisco.
    Moi qui me demandait pourquoi il a racheté Twitter. C'était pour résoudre un problème d'urbanisme... ou alors pour résoudre le problème du traffic des médocs aux states?

    C'est essentiellement de l'extinctionnisme. Ils propagent l'extinction de l'humanité et de la civilisation. La plupart du temps, c'est fait de manière implicite. Cependant, il arrive que ce soit explicite. Comme ce gars en première page du New York Times qui a littéralement ce qu'on appelle le Mouvement Extinctionniste et il a été cité en première page du New York Times disant qu'il y a 8 milliards de personnes sur la planète mais ce serait mieux s'il n'y en avait pas.
    Et je me dis "eh bien mon pote, tu peux commencer par toi-même"
    T'as raison, alors que le libéralisme à la Musk, c'est juste l'extinction de ceux qui n'y arrivent pas.

    C'est un peu le bordel dans la tête de ce monsieur.

  8. #108
    Membre expert
    Homme Profil pro
    ingénieur qualité
    Inscrit en
    Mars 2015
    Messages
    1 162
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : ingénieur qualité
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2015
    Messages : 1 162
    Points : 3 573
    Points
    3 573
    Par défaut
    Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
    si vous vous êtes promené dans le centre-ville de San Francisco juste à côté du siège social de xfk sur Twitter, [vous remarquerez que] c'est une apocalypse zombie. Avez-vous été dans cette région récemment
    [...]
    En effet. Vous avez vous-même ressenti [les effets de ce] virus. Les gens ont essayé de te cancel tellement de fois.
    La cancel culture est responsable des SDF à San Fransisco?
    Il manque quelques étapes à son raisonnement pour qu'il tiennent un temps soit peu la route.
    Je penses qu'il se prend pour néo et penses lire dans la matrice.

    PS : il semble bien plus naturel et logique que le libéralisme et le capitalisme génère les sans abris que des gens qui veulent faire taire d'autres personnes.
    Donc le mouvement en faveur de l'environnement, et je suis un écologiste, est allé trop loin, ils sont allés beaucoup trop loin. Si vous commencez à penser que les humains sont mauvais, alors la conclusion naturelle est que les humains devraient mourir.
    Quel troll
    Mais donc, selon Musk, quand une chose est mauvaise il faut l'anéantir? C'est intéressant parce qu'en général quand tu limite l'effet la chose devient moins mauvaise.
    1 seconde avant il suggérait qu'on pourrait encore doubler la population mondiale, c'est beau.
    Quelle lecture faites-vous des propos avancés par Musk (de son analyse de la situation avec la cancel-culture, le wokisme, à sa décision de prendre Twitter, l'un des vecteurs qui a amplifié des messages et idéologies qui seraient autrement restés des niches) ?
    La légende raconte que Musk s'est radicalisé quand l'une de ses enfants a annoncé qu'elle voulait transitionner. Et que plutôt que l'écouter pour comprendre il aurait cherché un coupable pour le détruire, ce coupable tout indiqué était Twitter.
    Citation Envoyé par Wikipedia
    L'une des jumeaux, Vivian Jenna Wilson, femme transgenre, annonce à l'âge de 18 ans souhaiter ne plus être associée à son père et adopter le nom de jeune fille de sa mère
    Ah oui et Musk a visiblement été tellement compréhensif que sa fille l'a plus ou moins renié (l'homme le plus riche du monde).

  9. #109
    Expert confirmé
    Homme Profil pro
    Développeur .NET
    Inscrit en
    Novembre 2009
    Messages
    2 026
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 35
    Localisation : France, Bouches du Rhône (Provence Alpes Côte d'Azur)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur .NET

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2009
    Messages : 2 026
    Points : 5 466
    Points
    5 466
    Par défaut
    Citation Envoyé par totozor Voir le message
    La cancel culture est responsable des SDF à San Fransisco?
    Non, les démocrates successif depuis 1964.
    Le bordel a commencé dans les années 70.

    https://www.letemps.ch/monde/ameriqu...-san-francisco

  10. #110
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Décembre 2008
    Messages
    9 648
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 36
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2008
    Messages : 9 648
    Points : 18 588
    Points
    18 588
    Par défaut
    Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
    Un an après son acquisition de X/Twitter, considéré vous que certains de ses objectifs cités en interview ont été atteint ? Pourquoi ?
    Je n'ai pas fais attention, il faudra que je regarde.
    Parce qu'avant des idées ultra minoritaire étaient mises en avant. Des utilisateurs avaient plus de visibilité qu'ils n'auraient du en avoir.

    Est-ce que la propagande à propos de la théorie du genre est moins présente aujourd'hui qu'avant le rachat de Twitter ?
    On n'avait pas le droit de dire "Les femmes possèdent une paire de chromosomes XX, tandis que les hommes ont une paire de chromosomes XY".

    Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
    D'ailleurs que pensez-vous de ce réseau social et de la gestion d'Elon Musk ?
    C'est mieux qu'avant.
    Twitter employait plein de gens qui ne servaient à rien, le site fonctionne mieux maintenant qu'ils sont partis.

    Ce qui est dommage c'est que des entreprises ont arrêtées de diffuser de la pub sur Twitter (parce qu'elles veulent faire chier Elon Musk). Les revenus ont baissés, mais les dépenses aussi, si ça se trouve l'entreprise génère plus de bénéfice qu'avant. (il me semble que Twitter était déficitaire)
    Keith Flint 1969 - 2019

  11. #111
    Membre éclairé Avatar de seedbarrett
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Décembre 2014
    Messages
    191
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 32
    Localisation : France, Hauts de Seine (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2014
    Messages : 191
    Points : 793
    Points
    793
    Par défaut
    Un an après son acquisition de X/Twitter, considéré vous que certains de ses objectifs cités en interview ont été atteint ? Pourquoi ?
    C'est une catastrophe totale ce rachat, elon a réussi à saccager son site à 44 MILLIARDS. Il n'y a JAMAIS eu autant de bot (malgré qu'il se plaignait qu'il y en avait trop), on a jamais eu autant de messages de haine, ce qui à été confirmé ce matin en voyant la france NUMERO 1 du continent en nombre de messages de haine. Il y a également une mise en avant des utilisateurs payant, et le bien souvent c'est pour balancer des trucs racistes. Des plug in existent pour bloquer TOUS les comptes payant d'ailleurs. Il y a une baisse significative des utilisateurs, et s'ils continuent de trop se diversifier je vois pas qui va rester.


    D'ailleurs que pensez-vous de ce réseau social et de la gestion d'Elon Musk ?
    Je serais fier de m'être fait virer de l'entreprise avant l’œuvre de destruction du milliardaire. Aujourd'hui c'est passé d'une plateforme mettant en avant des gens que l'ont suit à une plateforme qui met en avant le discours qui fera le plus réagir, généralement le plus violent/idiot. Voyez les dégâts que facebook a pu faire, là c'est encore pire et beaucoup moins discret.

  12. #112
    Expert confirmé
    Homme Profil pro
    Développeur .NET
    Inscrit en
    Novembre 2009
    Messages
    2 026
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 35
    Localisation : France, Bouches du Rhône (Provence Alpes Côte d'Azur)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur .NET

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2009
    Messages : 2 026
    Points : 5 466
    Points
    5 466
    Par défaut
    Citation Envoyé par seedbarrett Voir le message
    on a jamais eu autant de messages de haine, ce qui à été confirmé ce matin en voyant la france NUMERO 1 du continent en nombre de messages de haine.
    C'est assez stupide comme remarque. X étant le même en France qu'ailleurs sur le continent, si c'est en France qu'il y a le plus de message de haine, c'est sans doute qu'il y a d'avantage de personnes qui les postes. Que ce soit avec 99% ou 0% de modération.

  13. #113
    Membre éclairé Avatar de seedbarrett
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Décembre 2014
    Messages
    191
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 32
    Localisation : France, Hauts de Seine (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2014
    Messages : 191
    Points : 793
    Points
    793
    Par défaut
    Citation Envoyé par micka132 Voir le message
    C'est assez stupide comme remarque. X étant le même en France qu'ailleurs sur le continent, si c'est en France qu'il y a le plus de message de haine, c'est sans doute qu'il y a d'avantage de personnes qui les postes. Que ce soit avec 99% ou 0% de modération.
    Loupé, il y a d'avantage d'espagnols que de français, pourtant 2 fois plus de messages français ont du être supprimés. source

  14. #114
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 523
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 523
    Points : 199 066
    Points
    199 066
    Par défaut Une centaine de chercheurs ont arrêté leurs études sur X de peur qu'Elon Musk ne les poursuive en justice
    Une centaine de chercheurs ont arrêté leurs études sur X de peur qu'Elon Musk ne les poursuive en justice.
    Les études portaient sur la désinformation, la sécurité des enfants et les discours de haine

    À l’heure où la désinformation sur la guerre entre Israël et le Hamas se propage rapidement sur X (anciennement Twitter), principalement par des utilisateurs X avec le badge bleu, de nombreux chercheurs ont abandonné l’espoir qu’il soit possible de surveiller de près ce type de désinformation sur la plateforme, a indiqué la Coalition pour la recherche technologique indépendante (CITR en anglais). Selon une enquête menée en septembre auprès de 167 chercheurs universitaires et de la société civile à la demande par la CITR, plus de 100 études sur X ont été annulées, suspendues ou centrées sur une autre plateforme depuis qu'Elon Musk a commencé à limiter l'accès des chercheurs aux données X en février dernier.

    Les restrictions imposées par Musk sur les méthodes critiques de collecte de données sur la plateforme mondiale ont supprimé la capacité de démêler l'origine et la propagation de fausses informations lors d'événements en temps réel tels que l'attaque du Hamas contre Israël et les frappes aériennes israéliennes à Gaza, ont déclaré des chercheurs.

    L’Union européenne a déjà menacé X d’amendes si la plateforme ne parvient pas à arrêter la propagation de la désinformation entre Israël et le Hamas. En réponse, X a déclaré avoir pris des mesures pour lutter contre la désinformation, travailler avec des organisations partenaires pour signaler les contenus terroristes, donner suite à « des dizaines de milliers de messages » et surveiller de manière proactive les discours antisémites :

    Citation Envoyé par X
    Au cours des derniers jours, nous avons constaté une augmentation du nombre d’utilisateurs actifs quotidiens sur X dans la zone de conflit, et plus de 50 millions de messages dans le monde se sont concentrés sur l’attaque terroriste du week-end contre Israël par le Hamas.

    Alors que les événements continuent de se dérouler rapidement, un groupe de direction inter-entreprises a évalué ce moment comme une crise nécessitant le plus haut niveau de réponse. Cela signifie que nous sommes concentrés et déterminés à protéger la conversation sur X et à faire respecter nos règles tout en continuant à évaluer la situation sur la plateforme.

    Nous souhaitons faire le point sur certaines des actions récentes*:
    • Au cours du week-end, nous avons mis à jour notre politique d'intérêt public. Nous savons qu'il est parfois incroyablement difficile de voir certains contenus, surtout dans des moments comme celui-ci. Dans ces situations, X estime que, même si c'est difficile, il est dans l'intérêt du public de comprendre ce qui se passe en temps réel. Les utilisateurs de X peuvent également contrôler les médias qu’ils voient. Dans les paramètres « Contenu que vous voyez », vous pouvez choisir de voir ou non les médias sensibles.
    • Nous avons également pris des mesures dans le cadre de notre politique relative aux entités violentes et haineuses pour supprimer les comptes affiliés au Hamas nouvellement créés et nous nous coordonnons actuellement avec nos pairs du secteur via @GIFCT_official pour tenter d'empêcher la diffusion de contenus terroristes en ligne.
    • Nos équipes d'escalade ont traité des dizaines de milliers de publications pour partage de médias graphiques, de discours violents et de conduite haineuse. Nous continuons également de surveiller de manière proactive les discours antisémites dans le cadre de tous nos efforts. De plus, nous avons pris des mesures pour supprimer plusieurs centaines de comptes tentant de manipuler des sujets d'actualité.
    • Les notes de la communauté sont désormais diffusées sur les publications et de nouveaux comptes sont inscrits en temps réel pour proposer et évaluer des notes. Les notes de la communauté apparaissent généralement quelques minutes après la publication du contenu. Des notes sur les photos et les vidéos apparaissent également chaque fois que le média est republié par d'autres utilisateurs. Il s’agit d’un outil essentiel pour lutter contre la désinformation potentielle.

    X s'engage à assurer la sécurité de notre plateforme et à fournir des informations aux personnes le plus rapidement possible. Dans les prochains jours, nous continuerons à tenir notre communauté informée.
    Nom : twitter.png
Affichages : 1611
Taille : 19,8 Ko

    La possibilité de se faire attaquer en justice refroidit plusieurs chercheurs

    Mais il n’est pas clair dans l’immédiat si X en fait suffisamment pour réduire les risques potentiels. Les chercheurs externes sur les réseaux sociaux s'appuient généralement sur l'analyse des données en temps réel de X pour évaluer les menaces croissantes sur la plateforme, et l'enquête du CITR montre à quel point il est devenu plus difficile pour certains chercheurs de continuer à faire ce travail. Les chercheurs ont également déclaré qu'un autre facteur entravant la recherche était le procès intenté par Musk contre le Center for Countering Digital Hate. « La majorité des personnes interrogées » (104 sur 167) ont déclaré qu'elles craignaient « d'être poursuivies en justice par X pour leurs découvertes ou l'utilisation de leurs données ».

    Pendant ce temps, les efforts de modération de contenu de X ont continué d'être étroitement scrutés alors que X lutte pour prouver qu'il arrive à contenir et/ou empêcher la propagation de la désinformation et des discours de haine dans le cadre des nouvelles politiques de Musk.

    Plus récemment, Linda Yaccarino, PDG de X, a dû intervenir (dans le contexte du tollé des annonceurs et du personnel de X) pour supprimer un message pro-hitlérien devenu viral sur la plateforme, a rapporté The Information. X a affirmé plus tard que le message avait été supprimé parce qu'il enfreignait les règles de la plateforme, et non à cause des réactions négatives, mais les efforts de X pour surveiller de manière proactive les discours antisémites ont apparemment échoué. Et personne ne sait vraiment pourquoi l'équipe d'escalade mondiale de X a retardé l'action, même s'il est possible qu'ils craignent que la suppression du message puisse être considérée comme une censure et susciter la colère de Musk, « l'absolutiste de la liberté d'expression ».

    La suppression de l'accès gratuit à l'API de Twitter pour les chercheurs

    En février, le CITR a mis en garde Elon Musk sur la suppression de l'accès gratuit à l'API de Twitter :

    La semaine dernière, l'équipe de développement de Twitter a annoncé que la plateforme n'autoriserait plus l'accès gratuit à l'API Twitter à partir de ce jeudi 9 février. Cette restriction dramatique perturbera les projets critiques de milliers de journalistes, d'universitaires et d'acteurs de la société civile du monde entier qui étudient certains des questions les plus importantes qui touchent nos sociétés aujourd’hui.

    L'API Twitter permet un réseau mondial de recherche d'intérêt public, y compris la réponse aux crises liées aux incendies de forêt et aux ouragans, la sécurité nationale, la santé publique, la fraude à la consommation, la polarisation, l'analyse économique, la sécurité des enfants, la santé mentale, la violence en ligne, les activités inauthentiques, y compris le spam et des robots, et bien plus encore.
    Actuellement, X propose trois niveaux payants permettant aux chercheurs d'accéder aux données, coûtant entre 100 et 42 000 dollars par mois. L'enquête du CITR, « pour la première fois », quantifie de manière importante le nombre d'études annulées depuis que ces frais ont été imposés.

    Couper les chercheurs de l'interface de programmation d'applications (API) de X pourrait rendre les utilisateurs de X plus vulnérables aux discours de haine, à la désinformation et à la désinformation. Certains chercheurs qui tentent de maintenir leurs études en vie ont déclaré qu'ils avaient eu recours à l'analyse manuelle des publications sur la plateforme.

    Cette approche lente menace de réduire la qualité de leurs résultats à un moment où les chercheurs pourraient avoir davantage de postes à parcourir. La politique actuelle de X consiste à limiter la portée des publications « licites mais horribles », plutôt que de les supprimer, suscitant les critiques des régulateurs qui ont historiquement poussé les plateformes de médias sociaux à modérer davantage leur contenu. X espère convaincre les régulateurs que sa politique est la bonne façon de faire les choses. La plateforme a récemment fourni un rapport de transparence à l'UE (afin de se conformer à la loi sur les services numériques) qui expliquait que la plateforme était déterminée à prouver que « la liberté d'expression et la sécurité de la plateforme peuvent coexister ». Alors que X s'est engagé à supprimer « les contenus et comptes dangereux et illégaux », ainsi qu'à répondre aux signalements de contenu illégal, X autorisera la plupart des autres publications qui ne sont pas considérées comme des menaces violentes, du harcèlement ciblé ou des violations de la vie privée, indique le rapport.

    « X reflète les conversations réelles qui ont lieu dans le monde, et cela inclut parfois des perspectives qui peuvent être offensantes, controversées et/ou étroites d'esprit pour les autres », indique le rapport de X. « Bien que nous invitons tout le monde à s'exprimer sur X, nous ne tolérerons pas les comportements qui harcèlent, menacent, déshumanisent ou utilisent la peur pour faire taire la voix des autres ».

    Sources : X/Twitter, CITR, rapport de transparence de X

    Et vous ?

    Quelle lecture faites-vous de cette situation ?
    Que pensez-vous de l'approche de X dans la gestion de la désinformation, des discours haineux et autres ?
    Que pensez-vous de la décision d'Elon Musk de supprimer l'API gratuite qui était utilisée par les chercheurs ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  15. #115
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 523
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 523
    Points : 199 066
    Points
    199 066
    Par défaut X/Twitter est la plus grande source de fake news et de désinformation, prévient Bruxelles
    X/Twitter est la plus grande source de fake news et de désinformation, prévient Bruxelles qui exhorte Elon Musk à s'améliorer.
    Un nouveau rapport suggère que la plateforme ne parvient pas à supprimer les publications qui violent ses propres règles

    X, la plateforme de médias sociaux anciennement connue sous le nom de Twitter, est la plus grande source de fake news et de désinformation, ont averti des responsables de l'Union européenne, s'appuyant sur une étude commandée par l’UE. Ils ont exhorté le propriétaire Elon Musk à redoubler d’efforts pour lutter contre leur propagation. Même si X est le pire élève d'après l'étude, la plateforme n'a pas été la seule à se faire taper sur les doigts ; l'UE a également appelé Google, TikTok, Microsoft et Meta (ancien Facebook) à faire davantage pour lutter contre la désinformation. Un nouveau rapport semble confirmer la domination de X dans ce domaine.

    Le Centre de lutte contre la haine numérique (CCDH) a publié mardi un nouveau rapport suggérant que X (anciennement Twitter) ne parvient pas à supprimer les publications qui violent ses propres règles communautaires en matière de désinformation, d'antisémitisme, d'islamophobie et d'autres discours de haine. Les chercheurs de l’étude du CCDH ont signalé aux modérateurs X le 31 octobre 200 messages « haineux » sur la guerre entre Israël et le Hamas qui enfreignaient les règles de la plateforme, constatant que 98 % des messages restaient toujours en ligne après avoir accordé sept jours pour traiter les rapports.

    Selon le CCDH, les messages signalés, qui encourageaient largement le sectarisme et incitaient à la violence contre les musulmans, les Palestiniens et les Juifs, ont été collectés à partir de 101 comptes X distincts. Un seul compte a été suspendu en raison de leurs actions, et les publications restées en ligne ont enregistré un total de 24*043*693 vues au moment de la publication du rapport. Cela fait suite à un précédent rapport du CCDH en septembre concernant le discours de haine dans lequel X affirmait que l'organisation avait déformé le nombre d'utilisateurs ayant consulté le contenu haineux. X a intenté une action en justice contre le CCDH en juillet de cette année, affirmant que l'organisation avait « illégalement » récupéré les données de X pour créer des études « erronées » sur la plateforme.

    Même s’il disposait d’une semaine complète pour traiter les rapports, les chercheurs ont constaté que X continuait d’héberger 98 % (196) des 200 messages.

    Les publications que la plateforme a continué à héberger comprenaient celles qui*:
    • Incite à la violence contre les musulmans, les Palestiniens et les Juifs
    • Déclare que « Hitler considérait les Juifs tels qu’ils étaient »
    • Affirme que les musulmans sont des « rats malodorants »
    • Désigne les Palestiniens de Gaza comme des « animaux »
    • Nie et diminue l'Holocauste
    • Promeuvent les caricatures antisémites
    • Promeuvent les théories du complot antisémites
    • Nient l'existence des Palestiniens en tant que peuple
    • Glorifient les nazis et le nazisme
    Il convient également de noter que 43 des 101 comptes X de l’étude disposaient de la fameuse pastille bleue caractérisant les utilisateurs « vérifiés ». Les utilisateurs qui paient l'abonnement mensuel de 8 $ à X Premium pour en disposer bénéficient également de boosts algorithmiques qui améliorent la visibilité de leurs publications, ce qui conduit d'autres études à suggérer que les utilisateurs X vérifiés sont des « super-diffuseurs de désinformation ».

    Nom : cc.png
Affichages : 1975
Taille : 191,7 Ko

    Les différentes réactions

    Imran Ahmed, PDG et fondateur du Center for Countering Digital Hate (CCDH), a déclaré*:

    Après une atrocité terroriste sans précédent contre les Juifs en Israël et le conflit armé qui a suivi entre Israël et le Hamas, les acteurs haineux ont sauté sur l’occasion pour détourner les plateformes de médias sociaux pour diffuser leur sectarisme et mobiliser une violence réelle contre les Juifs et les Musulmans, accumulant même plus de douleur dans le monde.

    X a cherché à rassurer les annonceurs et le public sur le fait qu’ils maîtrisent les discours de haine – mais nos recherches indiquent que ce ne sont que des paroles vides de sens.

    Notre test de « client mystère » des systèmes de modération de contenu de X – pour voir s'ils ont la capacité ou la volonté de supprimer 200 cas de discours de haine clairs et sans ambiguïté – révèle que les acteurs haineux semblent avoir carte blanche pour publier des propos vicieusement antisémites et haineux. sur la plateforme d'Elon Musk.

    C’est le résultat inévitable lorsque vous réduisez le personnel de sécurité et de modération, activez le Bat Signal pour accueillir à nouveau des acteurs haineux précédemment interdits et offrez une visibilité accrue à toute personne prête à payer 8 $ par mois. Musk a créé un espace sûr pour les racistes et a cherché à faire de l’impunité qui les conduit à attaquer, harceler et menacer les communautés marginalisées une vertu.
    Dans un communiqué, le responsable des opérations commerciales de X, Joe Benarroch, a déclaré que la société avait été informée du rapport du CCDH et a demandé aux utilisateurs de X de lire un nouveau billet de blog qui détaille les «*mesures proactives*» qu'elle a prises pour maintenir la sécurité de la plateforme pendant la guerre en cours entre Israël et le Hamas, notamment en supprimant 3 000 comptes liés à des entités violentes dans la région et en prenant des mesures contre plus de 325 000 éléments de contenu qui violent ses conditions de service. X n'a pas précisé dans ce blog combien de temps il a fallu pour supprimer les publications et les comptes incriminés après leur signalement.

    « La majorité des actions entreprises par X concernent des publications individuelles, par exemple en limitant la portée d'une publication », a déclaré Benarroch. X affirme qu'en choisissant de mesurer uniquement les suspensions de comptes, le CCDH n'a pas représenté avec précision ses efforts de modération et a exhorté l'organisation à « s'engager d'abord avec X » pour assurer la sécurité de la communauté X.

    Benarroch a remis en question la méthodologie de l'étude du CCDH et a affirmé que l'organisation ne considérait un message comme « suivi » qu'après la suspension du compte. Toutefois, le CCDH a confirmé que ce n'était pas le cas.

    Nom : jean.png
Affichages : 1339
Taille : 399,7 Ko

    Elon Musk a retiré Twitter du code de bonnes pratiques de l'UE contre la désinformation

    C'est en mai que X, qui s'appelait encore Twitter, a annoncé son retrait du code de bonnes pratiques volontaire de l’UE contre la désinformation. Cette décision du nouveau patron de Twitter est parvenue à la connaissance du public à la suite du tweet que Thierry Breton, le commissaire européen au marché intérieur, a émis en guise de réponse à la décision du réseau social.

    Bien qu'il s'agit d'un engagement volontaire des entreprises à appliquer un ensemble de mesures définies par elles-mêmes afin de lutter contre la désinformation, la réponse du commissaire européen au marché intérieur a rappelé à Twitter que le réseau social ne peut aucunement se soustraire à la lutte contre la désinformation, même s’il décide de ne plus respecter ces engagements. « Twitter quitte le code de conduite volontaire de l’UE contre la désinformation. Mais les obligations demeurent. Vous pouvez courir, mais vous ne pouvez pas vous cacher. Au-delà des engagements volontaires, la lutte contre la désinformation sera une obligation légale sous la DSA dès le 25 août. Nos équipes seront prêtes pour l’exécution », a martelé Thierry Breton.

    Nom : thierry.png
Affichages : 1330
Taille : 16,8 Ko

    X est la plateforme sur laquelle se propage le plus la désinformation

    En septembre, la Commission européenne, l'organe exécutif de l'UE, a publié une étude portant sur six plateformes en ligne en Pologne, en Slovaquie et en Espagne. Des inquiétudes ont été exprimées quant à l'augmentation de la désinformation liée aux élections parlementaires en Slovaquie, qui ont eu lieu le samedi après la publication, ainsi qu'à celles qui se sont tenues le mois suivant en Pologne (octobre), alors que les élections au Parlement européen sont prévues pour l'année prochaine.

    X avait la distinction douteuse d’être la plateforme la plus utilisée pour les campagnes de désinformation.

    La vice-présidente de la Commission européenne, Vera Jourova, a déclaré dans des remarques préparées que X avait « le plus grand ratio de messages de désinformation » parmi les plateformes qui ont soumis des rapports à l'UE. Il est particulièrement inquiétant de constater la rapidité avec laquelle ceux qui diffusent des fake news et de la désinformation parviennent à trouver une audience.

    « Il s'est avéré que les acteurs de la désinformation ont beaucoup plus de followers », a poursuivi Jourova, ajoutant : « Et ont tendance à avoir rejoint la plateforme plus récemment que les utilisateurs non-désinformation ».

    Les plateformes de médias sociaux semblent avoir fermé les yeux sur la propagation de fake news.

    « J'attends des plateformes qu'elles fassent davantage d'efforts et obtiennent de meilleurs résultats », a déclaré Jourova. « La propagande et la désinformation russes sont encore très présentes sur les plateformes en ligne. Ce n'est pas comme d'habitude ; le Kremlin se bat avec des bombes en Ukraine, mais avec des mots partout ailleurs, y compris dans l'UE ».


    Pire sous la houlette d'Elon Musk ?

    Il y a eu une augmentation constante de la désinformation depuis qu'Elon Musk, qui se décrit comme un « absolutiste de la liberté d'expression », a pris le contrôle de l'entreprise l'année dernière.

    « Il n'est pas surprenant que le réseau social anciennement connu sous le nom de Twitter soit considéré comme l'un des leaders dans la diffusion de la désinformation. L'UE critique X depuis qu'Elon Musk a pris les rênes », a expliqué Jason Mollica, professeur à School of Communication au sein de l'American University.

    « Musk a abandonné le 'Code de bonnes pratiques sur la désinformation' de l'UE en mai lorsque le syndicat a averti que la plateforme renforçait la propagande du Kremlin », a poursuivi Mollica. « En fait, lorsque Musk a mis fin au libre accès aux API de X, le haut représentant de l'UE, Josep Borrell, a déclaré que cela nuirait aux études de la désinformation ».

    L'annonce de l'UE en intervenue également alors que Climate Action Against Disinformation a publié la même semaine un rapport montrant que X a obtenu les pires résultats parmi les principales plateformes sociales dans la lutte contre « la désinformation climatique et le greenwashing ».

    Bien sûr, comme indiqué, X n’est pas le seul à être une plateforme de diffusion de telles fake news et désinformation, mais cela n’est pas vraiment surprenant, étant donné que de nombreux utilisateurs de médias sociaux sont essentiellement dans des chambres d’écho alors qu’ils recherchent des « actualités » avec lesquelles ils sont en accord.

    Sources : CCDH, X/Twitter, Commission européenne

    Et vous ?

    Quelles sont les conséquences potentielles des fausses informations et de la désinformation sur la démocratie et la société ?
    Quelles sont les mesures que les utilisateurs des plateformes en ligne peuvent prendre pour vérifier la fiabilité des informations qu’ils reçoivent ?
    Quels sont les avantages et les inconvénients des lois strictes de l’UE visant à réguler les plateformes en ligne et à combattre la désinformation ?
    Quel est le rôle des médias traditionnels dans la diffusion et la correction des fausses informations et de la désinformation ?
    Quelles sont les motivations et les stratégies des acteurs malveillants, tels que la Russie, qui utilisent les plateformes en ligne pour mener une “guerre des idées” contre la démocratie ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  16. #116
    Membre chevronné
    Homme Profil pro
    Chargé de projets
    Inscrit en
    Décembre 2019
    Messages
    412
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 33
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Chargé de projets
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2019
    Messages : 412
    Points : 1 807
    Points
    1 807
    Par défaut
    Le chantage à l'antisémitisme va finalement aider Thierry Breton à se payer Musk ? C'est désolant ou on en arrive niveau liberté d'expression. On est vraiment pas loin de la pensée unique.

    Pour l'UE l'antisémitisme c'est un bonbon comme la lutte contre la pédophilie pour se mêler de votre vie privé et mieux vous contrôler.

    Allez je me jette dans le sujet :

    Qui à la télé a souligné que l'histoire des bébés dans un four par le Hamas c'était du fake ? Car c'était du fake ! Personne. Qui laisse sciemment diffuser des informations partielles ou des contres vérités ? Les médias mainstream.

    Quand hier la ministre de l'énergie annonce un "accord historique" avec EDF (ou la France est actionnaire majoritaire) sur les prix de l'électricité alors que les prix vont encore augmenter en janvier (10%) alors même que le mégawatt est moins déjà moins cher de 2 euros en Allemagne, qui pour dire que c'est encore une arnaque ? Personne.

    Plus personne ne croit au médias mainstream, les fausses informations c'est juste leur tentatives désespérées de rester maitre du jeu de l'information. A savoir un jeu contrôlé par quelques milliardaires en collaboration avec les américains et la commission européenne.

  17. #117
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Décembre 2008
    Messages
    9 648
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 36
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2008
    Messages : 9 648
    Points : 18 588
    Points
    18 588
    Par défaut
    Citation Envoyé par Jules34 Voir le message
    Pour l'UE l'antisémitisme c'est un bonbon comme la lutte contre la pédophilie pour se mêler de votre vie privé et mieux vous contrôler.
    Je ne vois pas de similarité entre la lutte contre la pédophilie et la lutte contre l'antisémitisme.
    La lutte contre la pédophilie c'est un prétexte pour supprimer des libertés et surveiller les peuples.
    La lutte contre l'antisémitisme ça sert à taire toutes les critiques envers la politique israélienne. Parce que les politiciens et les médias sont tous de grand fan d'Israël (peut-être par peur de ce qui pourrait leur arriver si ils ne se soumettaient pas, mais quand même).

    Citation Envoyé par Jules34 Voir le message
    Qui à la télé a souligné que l'histoire des bébés dans un four par le Hamas c'était du fake ? Car c'était du fake !
    En parlant de ça :
    « Le bébé dans le four, ça a été fait par Israël, la maman éventrée, ça a été fait par Israël » : à Tunis, le député LFI David Guiraud livre sa vision conspirationniste des événements du 7 octobre.
    La France insoumise multiplie les bévues. En quelques heures, la vidéo est devenue virale. On y voit le député LFI David Guiraud ironiser sur l’antisémitisme. « Le bébé dans le four, ça a été fait par Israël, la maman éventrée, ça a été fait par Israël ! » Et d’ajouter : « Israël a le droit de se défendre… mais quel droit donne ça ? Le droit international ? » Les faits auraient eu lieu le 10 novembre. L’élu de la 8e circonscription du Nord était alors en Tunisie.
    Citation Envoyé par Jules34 Voir le message
    Plus personne ne croit au médias mainstream
    Si, il y a les vieux par exemple.
    Et ce sont eux qui votent le plus.
    Regardez BFM, CNews, et toutes ces saloperies ça peut pousser quelqu'un à voter LREM
    Keith Flint 1969 - 2019

  18. #118
    Membre chevronné
    Homme Profil pro
    Chargé de projets
    Inscrit en
    Décembre 2019
    Messages
    412
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 33
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Chargé de projets
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2019
    Messages : 412
    Points : 1 807
    Points
    1 807
    Par défaut
    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    Je ne vois pas de similarité entre la lutte contre la pédophilie et la lutte contre l'antisémitisme.
    Je veux pas rentrer dans le débat mais en l'occurrence c'est de la propagande de guerre, du même acabit que celle lancée contre la Russie pour justifier de la débâcle financière et bientôt humaine et sociale qu'on nous a fait et qu'on nous fait vivre autours de cette histoire alors que nous ne sommes à la base pas partie du conflit.

    Le prétexte de l'antisémitisme est une manière détournée de nous forcer à accepter et justifier de l'action d'un état contre un autre.

  19. #119
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Décembre 2008
    Messages
    9 648
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 36
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2008
    Messages : 9 648
    Points : 18 588
    Points
    18 588
    Par défaut
    Citation Envoyé par Jules34 Voir le message
    du même acabit que celle lancée contre la Russie pour justifier de la débâcle financière et bientôt humaine et sociale
    C'est vrai que souvent le gouvernement a utilisé "c'est la faute à la Russie" à de nombreuses reprises, et ça ne tenait jamais debout.
    L'économie européenne se portait déjà extremement mal avant ces histoires de guerre en Russie.

    Ce n'est pas la Russie qui nous sanctionne, c'est l'UE qui nous sanctionne en essayant de sanctionner la Russie.
    Chaque vague de sanction contre la Russie nous fait plus de mal qu'elle ne fait à l'économie Russe.

    Citation Envoyé par Jules34 Voir le message
    nous ne sommes à la base pas partie du conflit.
    C'est vrai qu'en principe on devrait totalement s'en foutre d'Israël.
    Malheureusement le lobby sioniste à un pouvoir énorme en France
    Par exemple y a un franco-israélien qui s'appelle Patrick Drahi qui possède beaucoup de média en France.
    Il y a aussi l'histoire du CRIF…
    Keith Flint 1969 - 2019

  20. #120
    Membre régulier
    Profil pro
    Inscrit en
    Février 2011
    Messages
    59
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : Février 2011
    Messages : 59
    Points : 102
    Points
    102
    Par défaut
    Mode complotisme puissance 10 ON

    Les réseaux sont tous simplement la bête noire des mondialistes qui n'arrivent pas à endiguer le déferlement de savoir qui expose tout leur plan d'asservissement des peuples.

    Mode OFF

    Bonne journée à tous.

Discussions similaires

  1. Réponses: 0
    Dernier message: 31/08/2023, 14h12
  2. Réponses: 7
    Dernier message: 28/01/2022, 16h43
  3. Réponses: 1
    Dernier message: 08/04/2019, 09h44
  4. Réponses: 95
    Dernier message: 28/11/2013, 11h12

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo