IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Mai 2019
    Messages
    1 903
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2019
    Messages : 1 903
    Points : 37 220
    Points
    37 220
    Par défaut La société Neuralink d'Elon Musk spécialisée dans les implants cérébraux se rapproche des essais sur l'homme
    La société Neuralink d'Elon Musk spécialisée dans les implants cérébraux se rapproche des essais sur l'homme,
    selon un rapport

    La société d'interface cerveau-machine d'Elon Musk, Neuralink, a publié une nouvelle offre d'emploi pour un directeur d'essais cliniques, un poste qui pourrait aider l'entreprise à progresser vers son objectif déclaré de tester son implant cérébral sur des hommes. « En tant que directeur des essais cliniques, l’employé travaillera en étroite collaboration avec certains des médecins et ingénieurs de pointe, ainsi qu'avec les premiers participants aux essais cliniques de Neuralink », indique l’entreprise dans son offre. Il dirigera et aidera à mettre sur pied l'équipe chargée de faciliter les activités de recherche clinique de Neuralink et de développer les interactions réglementaires qui accompagnent un environnement en constante évolution et au rythme rapide. Vous êtes motivé par votre mission et êtes capable de respecter des délais serrés avec précision et efficacité. »

    Neuralink est une startup américaine neurotechnologique qui développe des implants cérébraux d'interfaces neuronales directes, cofondée par Elon Musk. La société vise à développer des composants électroniques pouvant être intégrés dans le cerveau, par exemple pour augmenter la mémoire ou piloter des terminaux, et éventuellement pour mieux marier le cerveau et l'intelligence artificielle. Lors d'une présentation effectuée par Elon Musk, l'implant mesurait 23 mm de diamètre pour 8 mm d'épaisseur. Une taille réduite qui devrait permettre à la puce d'être implantée facilement, en ne laissant qu'une petite cicatrice sous le cuir chevelu.

    Nom : NeuralinkB.png
Affichages : 3208
Taille : 58,0 Ko

    Depuis son lancement public en 2017, Neuralink a fait la démonstration de son implant cérébral sur des porcs et des singes, mais n'a pas encore annoncé le début des essais sur l'homme promis depuis longtemps. L'implant de la société est un dispositif en forme de pièce de monnaie avec des électrodes cloutées sur des fils fins et flexibles. Ces fils constituent la principale innovation par rapport aux interfaces cerveau-machine plus anciennes, qui utilisent des aiguilles plus rigides susceptibles d'endommager les cellules du cerveau.

    La société doit procéder à des essais sur l'homme avant d'obtenir l'autorisation de la Food and Drug Administration (FDA) pour un usage médical général, ce qui est essentiel pour le projet déclaré de Musk d'utiliser ces dispositifs pour résoudre un certain nombre de problèmes neurologiques, de la perte de mémoire à la dépendance.

    Musk, la personne la plus riche du monde avec une fortune estimée à 256 milliards de dollars, a déclaré le mois dernier qu'il était prudemment optimiste quant au fait que les implants pourraient permettre aux personnes tétraplégiques de marcher. « Nous espérons que nos premiers humains, qui seront des personnes souffrant de graves lésions de la moelle épinière comme les tétraplégiques, les quadriplégiques, en bénéficieront l'année prochaine, en attendant l'approbation de la FDA Food and Drug Administration », a-t-il déclaré lors du sommet du Conseil des PDG du Wall Street Journal.

    Neuralink a déjà publié une vidéo d'un singe auquel on avait implanté la puce et qui jouait au jeu vidéo Pong en utilisant uniquement son esprit. Elon Musk a déclaré dans une interview donnée en début d'année dernière qu'un singe avait été connecté pour jouer à des jeux vidéo avec son esprit par une société qu'il a fondée, Neuralink. La société spécialisée dans les interfaces homme-machine a placé une puce informatique dans le crâne du singe et a utilisé de "petits fils" pour le connecter à son cerveau, a déclaré Musk.


    Le milliardaire de la technologie a dit que le singe « a l'air totalement heureux » et que les installations de Neuralink répondent aux exigences réglementaires américaines. « Ce n'est pas un singe malheureux », a-t-il déclaré lors de l’interview sur Clubhouse, une nouvelle application de médias sociaux qui gagne en popularité et qui permet aux gens d'avoir des conversations informelles pendant que d'autres écoutent. « Vous ne pouvez même pas voir où l'implant neural a été mis, sauf qu'il a un léger mohawk sombre ».

    « Je pense que nous avons une chance avec Neuralink de restaurer la fonctionnalité de tout le corps d'une personne atteinte d'une lésion de la moelle épinière. Neuralink fonctionne bien chez les singes, et nous sommes en train de faire de nombreux tests et de confirmer que c'est très sûr et fiable et que le dispositif Neuralink peut être retiré en toute sécurité. »

    L'offre d'emploi de directeur d'essai clinique, d'abord rapportée par Bloomberg, indique que la personne qui occupera ce poste « travaillera avec les premiers participants à l'essai clinique de Neuralink », bien qu'il ne soit pas clair si la société a commencé à recruter ou à travailler avec des participants à ce stade. En décembre, Musk a déclaré que l'entreprise souhaitait que le dispositif soit implanté sur les premiers sujets humains en 2022. Ce n'est pas la première prédiction qu'il a faite, cependant Musk a précédemment dit qu'il espérait commencer les essais en 2020.

    Le processus d'essai clinique commencerait par une étude de faisabilité afin d'obtenir un premier aperçu du fonctionnement du dispositif sur un petit nombre de personnes. Ensuite, comme le dispositif est à haut risque et qu'il n'a jamais été utilisé auparavant sur des personnes, l'entreprise devra obtenir l'approbation de la FDA pour lancer un essai à plus grande échelle. Selon l'offre d'emploi, le directeur des essais cliniques sera responsable des interactions avec les organismes de réglementation tels que la FDA.

    La personne qui occupera le poste de directeur des essais cliniques entrera dans un environnement scientifique qui, selon ce que les ex-employés ont déclaré à Stat News en 2020, était chaotique et caractérisé par la pression exercée pour obtenir des progrès scientifiques dans des délais déraisonnablement courts. Ils devront gérer les promesses constantes de Musk concernant les délais qui n'ont pas été respectés jusqu'à présent et ses ambitions déclarées publiquement qui vont toujours au-delà de ce que les scientifiques considèrent comme des attentes raisonnables pour les interfaces cerveau-machine. Rien de tout cela ne figure dans la description du poste.

    Musk a l'habitude de faire des promesses excessives sur la vitesse de développement de l'entreprise. En 2019, il a prédit que l'appareil serait implanté dans un crâne humain d'ici 2020. Musk a déclaré que le dispositif serait « implanté au ras du crâne et se chargerait sans fil, de sorte que vous ayez l'air et vous sentiez totalement normal ».

    Il a ajouté que les gens devraient considérer cette technologie comme semblable au « remplacement des neurones défectueux ou manquants par des circuits ». « Les progrès s'accéléreront lorsque nous disposerons de dispositifs chez l'homme (il est difficile d'avoir des conversations nuancées avec des singes) l'année prochaine », a-t-il déclaré.

    La société, qui compte Alphabet, la société mère de Google, parmi une série de bailleurs de fonds bien connus de la Silicon Valley, recrute également un « coordinateur d'essai clinique » pour aider à constituer une équipe de personnes chargées de mener l'essai et d'assurer la liaison avec les autorités réglementaires. Les candidats sont informés qu'ils ont « l'opportunité de changer le monde et de travailler avec certains des experts les plus intelligents et les plus talentueux dans différents domaines ».

    Source : Neuralink

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Êtes-vous pour ou contre les essais des implants cérébraux sur l'homme ?

    Peut-on dire qu'avec ce recrutement, Elon Musk se rapproche de son objectif ?

    Voir aussi :

    Neuralink d'Elon Musk lève plus de 200 millions de dollars auprès de Google Ventures et d'autres investisseurs, alors que la concurrence s'intensifie dans le secteur des implants cérébraux

    Neuralink d'Elon Musk a implanté une puce dans le cerveau d'un singe, et il peut maintenant « jouer à des jeux vidéo en utilisant son esprit »

    Elon Musk : une puce cérébrale Neuralink pourra être utilisée pour guérir la dépression et la dépendance, « C'est sûr. C'est à la fois formidable et terrifiant »

    Max Hodak, cofondateur de Neuralink, quitte la société d'implants cérébraux d'Elon Musk, dont un produit permettra à un patient paralysé « d'utiliser un smartphone avec son esprit »
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Invité
    Invité(e)
    Par défaut
    Je pense que c'est une grande nouvelle, le s capacités physiques des hommes sont nulles. Un renforcement via la technologie est nécessaire.

    Le seul problème est une utilisation par l'armée, mais bon si le citoyen lambda est amené à l'utiliser alors les cowboys aussi.

    Vivement qu'on se débarrasse de notre chair et de tout ce qui nous rend faible, la faim la peur les émotions etc...

    Elon est sur la bonne voie avec son enfant, il a déjà le nom d'une adresse mac, reste plus qu'à le brancher à un moniteur.
    Dernière modification par Bruno ; 21/01/2022 à 17h04.

  3. #3
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Mai 2019
    Messages
    1 903
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2019
    Messages : 1 903
    Points : 37 220
    Points
    37 220
    Par défaut Des chercheurs expriment leur horreur face à l'idée de Musk de connecter les cerveaux humains aux ordinateurs
    Des chercheurs ont exprimé leur horreur face à l'objectif d'Elon Musk de connecter les cerveaux humains aux ordinateurs,
    au cœur de leur inquiétude se trouve « l'infusion de la Big Tech dans l'esprit humain »

    Elon Musk, PDG de Tesla, est convaincu que sa startup Neuralink, spécialisée dans les interfaces cerveau-ordinateur, représente l'avenir des interactions entre l'homme et la technologie, mais de nombreux experts ne sont pas aussi convaincus. La société d'interface cerveau-machine d'Elon Musk, Neuralink, a publié une nouvelle offre d'emploi pour un directeur d'essais cliniques, un poste qui pourrait aider l'entreprise à progresser vers son objectif déclaré de tester son implant cérébral sur des hommes. Cette semaine, des chercheurs et des scientifiques ont exprimé leur horreur face à l'objectif de Musk de connecter les cerveaux humains aux ordinateurs.

    Dans une offre publiée sur son site officiel, Neuralink indique : « En tant que directeur des essais cliniques, l’employé travaillera en étroite collaboration avec certains des médecins et ingénieurs de pointe, ainsi qu'avec les premiers participants aux essais cliniques de Neuralink. Il dirigera et aidera à mettre sur pied l'équipe chargée de faciliter les activités de recherche clinique de Neuralink et de développer les interactions réglementaires qui accompagnent un environnement en constante évolution et au rythme rapide. Vous êtes motivé par votre mission et êtes capable de respecter des délais serrés avec précision et efficacité. »

    Nom : NeuralinkB.png
Affichages : 1960
Taille : 58,0 Ko

    Pour les chercheurs et les scientifiques qui ont exprimé leur horreur face à l'objectif de Musk, l'éthique entourant une technologie telle que le Neuralink est un territoire inexploré. En l'état, beaucoup s'inquiètent de la façon dont ces produits ostensiblement destinés à aider les personnes handicapées peuvent finalement être exploités à des fins lucratives.

    « Je ne pense pas qu'il y ait un discours public suffisant sur les implications globales de la disponibilité de ce type de technologie » a déclaré le Dr Karola Kreitmair, professeur adjoint d'histoire de la médecine et de bioéthique à l'université du Wisconsin. « Je crains qu'il y ait ce mariage inconfortable entre une entreprise à but lucratif », a-t-elle ajouté.

    « Si le but ultime est d'utiliser les données cérébrales acquises pour d'autres dispositifs, ou d'utiliser ces dispositifs pour d'autres choses, disons pour conduire des voitures, pour conduire des Tesla alors il pourrait y avoir un marché beaucoup, beaucoup plus grand », a déclaré le Dr L. Syd Johnson, professeur associé au Centre de bioéthique et d'humanités de la SUNY Upstate Medical University. « Mais alors tous ces sujets de recherche humains des personnes ayant des besoins réels sont exploités et utilisés dans des recherches risquées pour le profit commercial de quelqu'un d'autre », a-t-elle poursuivi.

    Kreitmair s'est fait l'écho de ce sentiment. Bien qu'elle pense que cette technologie pourrait « changer la vie » des personnes paralysées, elle aurait déclaré que son potentiel d'utilisation par les consommateurs « soulève un grand nombre de problèmes éthiques. »

    En effet, l'éthique entourant une technologie telle que le Neuralink est un territoire inexploré. En l'état, beaucoup s'inquiètent de la façon dont ces produits ostensiblement destinés à aider les personnes handicapées peuvent finalement être exploités à des fins lucratives.

    « Si le but ultime est d'utiliser les données cérébrales acquises pour d'autres dispositifs ou d'utiliser ces dispositifs pour d'autres choses, disons pour conduire des voitures, pour conduire des Tesla, alors il pourrait y avoir un marché beaucoup, beaucoup plus grand » a déclaré le Dr L. Syd Johnson, professeur associé au Centre de bioéthique et d'humanités de la SUNY Upstate Medical University.

    « Mais alors tous ces sujets de recherche humains des personnes ayant des besoins réels sont exploités et utilisés dans des recherches risquées pour le profit commercial de quelqu'un d'autre », a-t-elle poursuivi. Certains analystes estiment également que Musk est prêt à dire n'importe quoi et à ne reculer devant rien pour gagner de l'argent. « Il est connu pour avoir déjà fait de grandes promesses, mais pour ne pas les tenir. »

    « Avec ces sociétés et leurs propriétaires, ce sont en quelque sorte des forains », a déclaré la Dre Laura Cabrera, chercheuse en neuroéthique à Penn State. « Ils vont faire ces affirmations hyperboliques, et je pense que c'est dangereux, parce que je pense que les gens y croient parfois aveuglément ». Elle a ajouté plus tard : « Je suis toujours prudente quant à ce que Elon Musk dit. »

    Neuralink est une startup américaine neurotechnologique qui développe des implants cérébraux d'interfaces neuronales directes, cofondée par Elon Musk. La société vise à développer des composants électroniques pouvant être intégrés dans le cerveau, par exemple pour augmenter la mémoire ou piloter des terminaux, et éventuellement pour mieux marier le cerveau et l'intelligence artificielle. Lors d'une présentation effectuée par Elon Musk, l'implant mesurait 23 mm de diamètre pour 8 mm d'épaisseur. Une taille réduite qui devrait permettre à la puce d'être implantée facilement, en ne laissant qu'une petite cicatrice sous le cuir chevelu.

    Depuis son lancement public en 2017, Neuralink a fait la démonstration de son implant cérébral sur des porcs et des singes, mais n'a pas encore annoncé le début des essais sur l'homme promis depuis longtemps. L'implant de la société est un dispositif en forme de pièce de monnaie avec des électrodes cloutées sur des fils fins et flexibles. Ces fils constituent la principale innovation par rapport aux interfaces cerveau-machine plus anciennes, qui utilisent des aiguilles plus rigides susceptibles d'endommager les cellules du cerveau.

    Neuralink a déjà publié une vidéo d'un singe auquel on avait implanté la puce et qui jouait au jeu vidéo Pong en utilisant uniquement son esprit. Elon Musk a déclaré dans une interview donnée en début d'année dernière qu'un singe avait été connecté pour jouer à des jeux vidéo avec son esprit par une société qu'il a fondée, Neuralink. La société spécialisée dans les interfaces homme-machine a placé une puce informatique dans le crâne du singe et a utilisé de "petits fils" pour le connecter à son cerveau, a déclaré Musk.

    Le milliardaire de la technologie a dit que le singe « a l'air totalement heureux » et que les installations de Neuralink répondent aux exigences réglementaires américaines. « Ce n'est pas un singe malheureux », a-t-il déclaré lors de l’interview sur Clubhouse, une nouvelle application de médias sociaux qui gagne en popularité et qui permet aux gens d'avoir des conversations informelles pendant que d'autres écoutent. « Vous ne pouvez même pas voir où l'implant neural a été mis, sauf qu'il a un léger mohawk sombre  ».

    La société doit procéder à des essais sur l'homme avant d'obtenir l'autorisation de la Food and Drug Administration (FDA) pour un usage médical général, ce qui est essentiel pour le projet déclaré de Musk d'utiliser ces dispositifs pour résoudre un certain nombre de problèmes neurologiques, de la perte de mémoire à la dépendance.

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi :

    Neuralink d'Elon Musk a implanté une puce dans le cerveau d'un singe, et il peut maintenant « jouer à des jeux vidéo en utilisant son esprit »

    La société Neuralink d'Elon Musk spécialisée dans les implants cérébraux se rapproche des essais sur l'homme, selon un rapport

    Max Hodak, cofondateur de Neuralink, quitte la société d'implants cérébraux d'Elon Musk, dont un produit permettra à un patient paralysé « d'utiliser un smartphone avec son esprit »

    Elon Musk : une puce cérébrale Neuralink pourra être utilisée pour guérir la dépression et la dépendance, « C'est sûr. C'est à la fois formidable et terrifiant »
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  4. #4
    Expert éminent Avatar de kain_tn
    Homme Profil pro
    Inscrit en
    Mars 2005
    Messages
    1 604
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Suisse

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2005
    Messages : 1 604
    Points : 7 477
    Points
    7 477
    Par défaut
    Citation Envoyé par Bruno Voir le message
    Le milliardaire de la technologie a dit que le singe « a l'air totalement heureux » et que les installations de Neuralink répondent aux exigences réglementaires américaines. « Ce n'est pas un singe malheureux », a-t-il déclaré lors de l’interview sur Clubhouse
    Ça c'est de l'argumentation! À ce train là, les chiens aussi n'ont pas l'air malheureux d'avoir une laisse et un collier...


    Citation Envoyé par Bruno Voir le message
    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Wouhouu! Alors bientôt il faudra porter PiHole, des anti-virus et des blockers de scripts dans le cerveau des gens?
    Copier c'est copier; voler c'est vendre un CD une vingtaine d'euros!


    Code C : Sélectionner tout - Visualiser dans une fenêtre à part
    1
    2
    3
    4
    5
    6
    7
    #include <stdio.h>
     
    int main(int argc, char **argv) {
     
        printf("So long, and thanks for the fish, Dennis...\n");
        return 0;
    }

  5. #5
    Membre confirmé
    Inscrit en
    Mai 2008
    Messages
    178
    Détails du profil
    Informations forums :
    Inscription : Mai 2008
    Messages : 178
    Points : 493
    Points
    493
    Par défaut
    Je me réjouis d'admirer les gugusses implantés à la beta éternelle de l'auto-pilot

  6. #6
    Membre chevronné
    Homme Profil pro
    Chargé de projets
    Inscrit en
    Décembre 2019
    Messages
    470
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 33
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Chargé de projets
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2019
    Messages : 470
    Points : 2 000
    Points
    2 000
    Par défaut
    Citation Envoyé par Bruno Voir le message
    [B][SIZE=4] Quel est votre avis sur le sujet ?
    J'attends avec impatience de voir la suite de cette histoire...

    Citation Envoyé par kain_tn
    Ça c'est de l'argumentation! À ce train là, les chiens aussi n'ont pas l'air malheureux d'avoir une laisse et un collier...
    Tellement ! Et le tout pour le faire jouer à Pong dans une chambre blanche, c'est désolant... Pour nous faire rêver il aurait du faire marcher un singe hémiplégique.

    Je doute fort qu'à part des applications de type écrire sans taper et déplacer un curseur ont aille bien loin. Il pense que cela soignera la dépendance, la dépression et toute sorte de miracle mais la première chose qu'il a en tête c'est l'intégration aux réseaux sociaux ...

    C'est pas le premier malade à vouloir envoyer des signaux électriques au cerveau et jusque la personne n'a refait marcher quelqu'un dont la colonne vertébrale est brisée ou dont les nerfs ne fonctionnent plus, c'est du vent. Mais c'est Musk alors tout de suite c'est fantastique, gentil et humaniste... L'arnaque !

  7. #7
    Membre éprouvé
    Avatar de yoyo3d
    Homme Profil pro
    Administratif
    Inscrit en
    Avril 2002
    Messages
    411
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 52
    Localisation : France, Charente Maritime (Poitou Charente)

    Informations professionnelles :
    Activité : Administratif
    Secteur : Administration - Collectivité locale

    Informations forums :
    Inscription : Avril 2002
    Messages : 411
    Points : 1 247
    Points
    1 247
    Par défaut
    C'est pas le premier malade à vouloir envoyer des signaux électriques au cerveau et jusque la personne n'a refait marcher quelqu'un dont la colonne vertébrale est brisée ou dont les nerfs ne fonctionnent plus, c'est du vent. Mais c'est Musk alors tout de suite c'est fantastique, gentil et humaniste... L'arnaque !
    presque d'accord avec toi à 100%... le soucis c'est quand je vois les scientifiques s'offusquer de sa "vision" alors qu'ils ont déjà fait des test depuis des années (et souvent sans succès hein , sinon on en aurait déjà entendu parlé...) si ça c'est pas de l'hypocrisie...
    Salut à tous et merci @# yoyo3d

  8. #8
    Expert éminent Avatar de kain_tn
    Homme Profil pro
    Inscrit en
    Mars 2005
    Messages
    1 604
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Suisse

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2005
    Messages : 1 604
    Points : 7 477
    Points
    7 477
    Par défaut
    Citation Envoyé par Jules34 Voir le message
    Tellement ! Et le tout pour le faire jouer à Pong dans une chambre blanche, c'est désolant... Pour nous faire rêver il aurait du faire marcher un singe hémiplégique.
    Et encore. Dans le monde réel, absolument TOUTES les boites qui nous vendent quelque chose nous balancent de la pub et/ou revendent nos données.
    Pourquoi ce serait différent avec une vente d'implants cérébraux? On peut même imaginer de l'obsolescence programmée, de la vente liée, des spywares, et toutes ces cochonneries qu'ils nous font déjà régulièrement sur les autres produits.
    Copier c'est copier; voler c'est vendre un CD une vingtaine d'euros!


    Code C : Sélectionner tout - Visualiser dans une fenêtre à part
    1
    2
    3
    4
    5
    6
    7
    #include <stdio.h>
     
    int main(int argc, char **argv) {
     
        printf("So long, and thanks for the fish, Dennis...\n");
        return 0;
    }

Discussions similaires

  1. Réponses: 2
    Dernier message: 21/01/2022, 14h32
  2. Réponses: 0
    Dernier message: 20/01/2022, 10h55
  3. Réponses: 0
    Dernier message: 11/06/2021, 16h48
  4. Réponses: 25
    Dernier message: 24/04/2018, 13h29
  5. Réponses: 2
    Dernier message: 12/01/2018, 22h47

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo