IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

Emploi Discussion :

Des millions de nomades numériques parcourent le monde et travaillent parfois la nuit


Sujet :

Emploi

  1. #1
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Mai 2019
    Messages
    1 785
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2019
    Messages : 1 785
    Points : 35 420
    Points
    35 420
    Par défaut Des millions de nomades numériques parcourent le monde et travaillent parfois la nuit
    Les nomades numériques face au défi de l’intégration culturelle et citoyenne,
    une opportunité ou une menace pour le développement local ?

    Dans un billet de blog publié le 23 mai et intitulé « Quand les nomades numériques arrivent en ville », le journaliste Stephen Witt qui se concentre sur les histoires de technologie dans les pays émergents, raconte comment les nomades numériques, c’est-à-dire les travailleurs du secteur technologique qui peuvent exercer leur activité à distance depuis n’importe quel endroit du monde, ont transformé certaines villes en leurs terrains de jeu. Mais leur présence provoque une inflation des prix et une gentrification qui affectent les habitants locaux. Stephen Witt décrit comment les nomades numériques profitent de la vie à Medellín, la capitale de la province montagneuse d'Antioquia en Colombie, mais aussi comment ils créent des tensions avec les Colombiens qui se sentent exclus de leur propre ville.

    Le nomadisme numérique remonte au milieu des années 2000, mais le nombre de nomades s'est rapidement multiplié pendant la pandémie de Covid-19, lorsque de nombreux lieux de travail ont fermé leurs portes. Libérés de leur bureau, les travailleurs à distance ont commencé à se rendre dans des pays où les restrictions de quarantaine étaient relativement légères. Lorsque la pandémie de Covid-19 s'est apaisée, beaucoup se sont montrés peu enthousiastes à l'idée de rentrer chez eux et ont préféré parcourir le monde, aidés en cela par l'amélioration des logiciels de télécommunication et l'expansion de l'internet à haut débit dans le monde entier.

    Nom : nommm.jpg
Affichages : 1382
Taille : 27,3 Ko

    Google Trends a enregistré une augmentation notable du nombre de recherches sur le terme « nomade numérique » au cours des dernières années.

    Witt explore également les efforts de certaines autorités pour attirer les nomades numériques avec des visas spéciaux et des incitations fiscales, ainsi que les critiques de ceux qui pensent que ces politiques favorisent les étrangers au détriment des citoyens.

    Stephen Witt se focalise sur le cas de Medellín, en Colombie, qui est devenue l’une des destinations les plus prisées des nomades numériques grâce à son climat agréable, sa culture vibrante et son coût de la vie bas. Le texte décrit comment les nomades numériques s’installent dans des quartiers huppés comme Laureles, où ils fréquentent des espaces de coworking et des cafés branchés qui ressemblent à ceux de Silicon Valley. Il explique que les nomades numériques sont attirés par la possibilité de vivre confortablement avec un salaire américain dans un pays où le revenu médian est de 300 dollars par mois. Il montre aussi comment les nomades numériques profitent des activités culturelles et récréatives de la ville, comme les cours de salsa, le parapente ou la visite des sites historiques.

    Nom : nommB.png
Affichages : 1333
Taille : 485,2 Ko

    Mais le texte ne se limite pas à présenter les avantages du mode de vie des nomades numériques. Witt expose également les inconvénients et les conséquences négatives de leur présence sur les villes qu’ils visitent. Le journaliste révèle comment les nomades numériques provoquent une inflation des prix et une gentrification qui affectent les habitants locaux. Il cite des exemples de loyers qui ont explosé, de restaurants qui ne peuvent pas augmenter leurs prix assez vite et de commerces traditionnels qui ont été remplacés par des boutiques pour touristes.

    Witt rapporte aussi le témoignage de Colombiens qui se sentent exclus de leur propre ville et qui voient les nomades numériques comme des envahisseurs arrogants et irrespectueux. Il souligne le contraste entre la richesse affichée des nomades numériques et la pauvreté persistante d’une grande partie de la population colombienne.

    Enfin, Stephen Witt explore les efforts des autorités locales pour attirer les nomades numériques, qui sont pour la plupart qualifiés de freelancers, avec des visas spéciaux et des incitations fiscales, ainsi que les critiques de ceux qui pensent que ces politiques favorisent les étrangers au détriment des citoyens. Le texte mentionne l’exemple du visa TP-7, qui permet aux travailleurs étrangers qualifiés de rester en Colombie pendant trois ans sans payer d’impôts. Il cite également l’initiative Medellín Digital Nomad City, qui vise à promouvoir la ville comme un hub technologique et à offrir des services aux nomades numériques.


    Stephen Witt analyse les avantages et les inconvénients de ces stratégies, qui visent à stimuler l’économie locale et à changer l’image négative de la ville liée à son passé violent. Le texte conclut en posant la question de savoir si les nomades numériques sont une opportunité ou une menace pour les villes qu’ils visitent, et si ces villes peuvent trouver un équilibre entre accueillir les visiteurs et protéger leurs habitants.

    Medellín en est encore aux premiers stades de la nomadisation - l'année dernière a vu un boom des arrivées, selon les données recueillies par Nomad List. Dans certains points chauds, les nomades commencent à se heurter à une plus grande résistance. En Amérique latine, Mexico est l'épicentre du boom des nomades. L'assouplissement de la politique du Covid-19 en 2021 a entraîné un afflux d'influenceurs vantant les mérites de ce mode de vie, particulièrement attrayant pour les citoyens américains, qui peuvent séjourner au Mexique avec un visa de touriste pour une durée maximale de six mois.

    Nom : Nomalist.jpg
Affichages : 1313
Taille : 69,7 Ko

    Après cela, ils ont besoin d'un permis de séjour temporaire spécial - entre 2019 et 2020, le pays a connu une augmentation de 85 % des citoyens américains qui en ont fait la demande. En 2022, 2 305 permis de séjour temporaires pour la ville de Mexico ont été accordés à des citoyens américains, selon l'Institut national des migrations, contre 1 417 en 2019.

    Certains gouvernements prennent des mesures pour répondre à des préoccupations similaires. En mars, cinq mois seulement après le lancement d'un visa pour les nomades numériques, le Portugal a réduit le nombre de licences pour les Airbnbs afin de tenter de calmer la hausse des coûts du logement. À Bali, l'une des premières destinations des nomades numériques et l'une des plus durables, les politiciens locaux voient les nomades d'un œil de plus en plus sceptique.


    Les visites des nomades numériques sont transitoires, mais elles transforment les quartiers de façon permanente. Aujourd'hui, certaines rues de Medellín, comme celles de Mexico ou de Canggu, ressemblent davantage à Bushwick - où l'anglais est plus courant que la langue locale, et où les rues sont parsemées de centres de coworking peints de couleurs vives et de restaurants chics servant une cuisine internationale. Plus les nomades arrivent, plus ces lieux commencent à se ressembler. Les extérieurs des bâtiments conservent leur caractère historique, mais les intérieurs convergent vers une homogénéité stérile de hotdesking, de prises de recharge gratuites, de café à prix abordable et de Wi-Fi payant.

    Pour conclure, Stephen Witt estime dans son billet de blog que l’arrivée des travailleurs du secteur technologique qui peuvent exercer leur activité à distance depuis n’importe quel endroit du monde, dans les villes comme Medellín pose des défis et des opportunités pour les habitants locaux. D’un côté, ils apportent une stimulation économique, culturelle et technologique à leur destination. De l’autre côté, ils contribuent à l’augmentation des prix, à la gentrification et à la disparité sociale. Selon Witt, les autorités locales doivent trouver un équilibre entre l’accueil des nomades et la protection des intérêts des résidents. Les travailleurs, quant à eux, doivent être conscients de leur impact et de leur responsabilité envers les communautés qu’ils visitent.

    Source : Restofworld

    Et vous ?

    Quels sont selon vous les avantages et les inconvénients des nomades numériques pour les économies locales ?
    Quels peuvent être les enjeux éthiques et politiques liés à la mobilité et à la citoyenneté des nomades numériques ?
    Quelles sont les alternatives ou les solutions possibles pour réduire les effets négatifs des nomades numériques sur les villes ?

    Voir aussi :

    Le télétravail serait la nouvelle norme au Canada, les offres d'emploi de ce type ont été multipliées par cinq, préférez-vous le télétravail ou le travail au bureau ? Quelles sont vos raisons ?

    Les dirigeants d'entreprises pensent que les employés en télétravail sont moins productifs, d'après une étude de Microsoft : le travail à distance impacte-t-il négativement sur la productivité ?
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre actif
    Homme Profil pro
    Développeur .NET
    Inscrit en
    Juillet 2021
    Messages
    77
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 33
    Localisation : France, Isère (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur .NET

    Informations forums :
    Inscription : Juillet 2021
    Messages : 77
    Points : 239
    Points
    239
    Par défaut
    Ok c'est un problème qu'on connait aussi en province avec les parisien

  3. #3
    Invité
    Invité(e)
    Par défaut
    Le problème des digital nomads, c'est qu'il s'agit d'une population jeune et particulièrement entitled (pour reprendre le terme consacré chez les anglo-saxons). C'est pas vraiment le genre d'immigration à encourager.

    On a le même problème avec les profs d'anglais dans le pays où je vis. Ces gens, de jeunes hommes en grande majorité, se montrent particulièrement odieux vis-à-vis de la population locale. Fort heureusement, les possibilités pour se maintenir dans le pays à long terme sont assez limitées si bien qu'il y a pas mal de renouvellement.

  4. #4
    Membre expert
    Homme Profil pro
    ingénieur qualité
    Inscrit en
    Mars 2015
    Messages
    1 070
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : ingénieur qualité
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2015
    Messages : 1 070
    Points : 3 277
    Points
    3 277
    Par défaut
    J'ai l'impression que le problème existe aussi en France mais localisé de façon différente, la tendance n'a pas été à la concentration dans les villes mais plutôt à la fuite des grandes villes.
    Par contre j'ai l'impression qu'il reste le problème que les gens ne se sont pas "diffusés" mais se sont concentrés autour de "points d'interets" (et je ne sais pas quels sont les critères).
    J'ai un pote qui vit dans un petit patelin un peu paumé qui se plaint de la vague de parisiens qui est arrivée parce qu'ils veulent à la fois les commodités qu'ils avaient en étant à Paris et l'idéal qu'ils s'étaient construit de la province (un endroit calme au point d'être asseptisé), se plaignant que l'épicier n'est pas une superette, que le voisin a des enfants bruyants et que les vaches puent et font du bruit.
    Il y a 5 ans il me vantait le quartier jeune et dynamique dans lequel il vivait, maintenant il envisage de déménager dès que ses finances le permettent.

  5. #5
    Expert confirmé

    Homme Profil pro
    .
    Inscrit en
    Octobre 2019
    Messages
    1 336
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 41
    Localisation : France, Aube (Champagne Ardenne)

    Informations professionnelles :
    Activité : .
    Secteur : Conseil

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2019
    Messages : 1 336
    Points : 5 329
    Points
    5 329
    Par défaut
    ca restera heureusement un phénomène minoritaire et qui va encore se réduire.
    il y'a peu d'offre d'emploi en full remote et très peu qui autorise d'aller bosser a l'étranger.

    par contre au niveau national cette crise à engendrer de gros problèmes, certaines régions comme la Bretagne ce sont fait envahir par les parisiens.
    Le problème c'est que l’immobilier a explosé et les locaux ne peuvent plus louer/acheter, le parisien avec son gros salaire a fait augmenté les prix.

    On a ce même genre de problème dans les zones touristiques ou près des frontières suisses et Luxembourg.

    L'état comme a son habitude est incapable de trouver des solutions, l’hôpital de Metz et depuis plus de 10ans en pénurie d’infirmière ou d'aide soignante car pour 30 minutes de bagnole elles peuvent bosser au luxembourg et gagner 3 fois plus.
    même problème sur paris ou malgré des tentatives de primes d'arrivé, personnes n'est assez con pour faire aide soignantes à Paris.


    Il faudrait lancer un vaste plan de décentralisation du territoire.

  6. #6
    Membre du Club
    Profil pro
    Inscrit en
    Mai 2003
    Messages
    50
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Âge : 44
    Localisation : Hong-Kong

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2003
    Messages : 50
    Points : 56
    Points
    56
    Par défaut
    Je pense que sur le long terme ca va équilibrer le monde. C'est au payse de penser VISA et réglementation pour ces gens.

    "il s'agit d'une population jeune et particulièrement entitled" Oui mais pas que... je sais que certain pays, je vais pas les citer, ont déjà des programmes pour encourager les nomades numériques sur leurs territoires. Ca s'adresse pas eu jeunes ici. J'ai aucun chiffres. Cela dépend sans doute des destinations.

    "il y'a peu d'offre d'emploi en full remote et très peu qui autorise d'aller bosser a l'étranger." C'est clair que cela est réservé à une élite. D'un côté il y a pas mal de boites qui s'adaptent parce que le fait est que cela prend de l'ampleur. Il y a même des société qui fonctionnent comme ca. Le droit du travail et tout ca... je vous fait pas un dessin.

    Par contre les franco-français là, rien a voir. Vous pouvez pas comparer un problème mondial no contrôlé avec des mouvement interne d'un pays. Le problème du nomade numérique c'est qu'il peut avoir un impact dans des pays non préparé. Il est intéressant d'aller travailler pour rien sans taxe et au soleil, face a la mer en XXX ou le vie coute rien. Donc ces gens produisent, sans payer de taxe dans le pays ou ils travaillent. C'est pas énorme pour le moment mais imagine cela a son extrême. Il y a effectivement des pays qui ont des lois favorables au IT étrangers.

    J'ai personnellement connu des développeurs qui se ventaient (je dis des parce qu'ils étaient 2) d'être payer sur des comptes non déclaré à chypre. Je sais pas pour qui il travaillent et je sais qu'ils se sont fait bloquer leur compte au final. Je suis certain que des développeur se font payer en bitcoin et ne déclarent rien. Demain ces gens là ils partent, parce que pourquoi le faire de manière illégal quand on peut le faire de manière légal au soleil?

  7. #7
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Mai 2019
    Messages
    1 785
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2019
    Messages : 1 785
    Points : 35 420
    Points
    35 420
    Par défaut Des millions de nomades numériques parcourent le monde et travaillent parfois la nuit
    Des millions de nomades numériques parcourent le monde et travaillent parfois la nuit,
    leur nombre ne cesse d'augmenter

    Il y a actuellement plus de 35 millions de nomades numériques dans le monde en 2023. Ce chiffre devrait augmenter de manière significative au cours des prochaines années, car les gens se tournent de plus en plus vers le travail à distance. La tendance à l’allongement des voyages travail-loisirs s’est accélérée, car la demande refoulée de voyages internationaux a explosé après des années de restrictions. Certains nomades numériques ont ainsi la mauvaise réputation de faire grimper les prix et de bafouer la culture locale dans des destinations touristiques. Le passage brutal au travail à distance pendant la pandémie a fait basculer dans le domaine du possible ce qui n’était depuis longtemps qu’un fantasme futile pour beaucoup.

    Le terme « nomade numérique » désigne les personnes qui ne travaillent plus dans un bureau conventionnel, mais qui décident librement du moment et du lieu de leur travail. Ils peuvent travailler n'importe où, du moment qu'ils ont leur ordinateur portable avec eux et qu'ils ont accès à une bonne connexion internet. Cela signifie que leur lieu de travail peut être un bureau partagé à Berlin, en Allemagne, pendant un mois, et qu'un mois plus tard, ils travailleront sur le même projet dans un café à Chiang Mai, en Thaïlande.

    Nom : Normades.jpg
Affichages : 10606
Taille : 66,1 Ko

    Le phénomène du nomadisme numérique existe depuis le milieu des années 2000, mais il s’est fortement accéléré pendant la pandémie de Covid-19, quand de nombreux lieux de travail ont dû fermer. Libres de leur bureau, les travailleurs à distance ont choisi de se rendre dans des pays où les mesures de quarantaine étaient plutôt souples. Quand la pandémie de Covid-19 s’est calmée, beaucoup n’ont pas voulu rentrer chez eux et ont préféré voyager à travers le monde, facilités par les progrès des logiciels de télécommunication et le développement de l’internet à haut débit partout dans le monde.

    Les travailleurs à distance et les nomades numériques ont accumulé des heures bizarres dans des endroits comme Bali et Goa. Le passage brutal au travail à distance pendant la pandémie a fait basculer dans le domaine du possible ce qui n’était depuis longtemps qu’un fantasme futile pour beaucoup. Les travailleurs à distance et les nomades numériques ont accumulé des heures bizarres dans des endroits comme Bali et Goa. Le passage brutal au travail à distance durant la pandémie a fait basculer dans le domaine du possible ce qui n’était depuis longtemps qu’un fantasme futile pour beaucoup.

    Un défi pour les gouvernements et les communautés locales face à l’essor du nomadisme numérique

    Si la question de savoir où vivent les nomades numériques peut sembler contradictoire, puisque les nomades sont par définition en transit, les sources universitaires et médiatiques indiquent des lieux spécifiques qui sont des terres de prédilection pour les nomades. Si l'imagination populaire du nomade numérique est celle d'une personne travaillant depuis un hamac sur une plage, des études ont montré que ce n'est pas tout à fait exact.

    Le journaliste Stephen Witt, spécialisé dans les récits de technologie dans les pays en développement, a publié le 23 mai un billet de blog intitulé « Quand les nomades numériques arrivent en ville ». Il y explique comment les travailleurs du secteur technologique qui peuvent travailler à distance depuis n’importe quel coin du globe ont fait de certaines villes leur terrain de jeu. Mais leur arrivée entraîne une hausse des prix et une gentrification qui nuisent aux habitants locaux. Stephen Witt illustre son propos avec l’exemple de Medellín, la capitale de la région montagneuse d’Antioquia en Colombie, où les nomades numériques jouissent de la vie, mais aussi où ils suscitent des tensions avec les Colombiens qui se sentent étrangers chez eux.

    Wang et al. (2018, p. 7) soulignent que la tendance aux lieux « exotiques » est souvent contrebalancée par le besoin d'infrastructures de travail telles que l'accès à l'internet à haut débit. Les nomades numériques ont donc tendance à graviter autour des centres urbains périphériques dans les pays ayant un attrait « exotique » ou touristique, et un coût de la vie inférieur à celui de leur propre pays d'origine ou d'emploi.

    Les pays les plus référencés et les plus étudiés sont le Cambodge, l'Indonésie (en particulier Bali), l'Inde et la Chine, la Thaïlande (Bangkok et Chiang Mai) et le Vietnam en Asie ; l'Argentine (Buenos Aires), la Colombie (Medellín) et le Mexique (Mexico) en Amérique latine ; l'Allemagne (Berlin), le Portugal et la Roumanie en Europe. En avril de cette année, les destinations les plus prisées sont les suivantes :

    • Buenos Aires, Argentina
    • Bangkok, Thailand
    • Mexico City, Mexico
    • Lisbon, Portugal
    • Canggu, Bali, Indonesia
    • Timisoara, Romania
    • Gran Canaria
    • Canary Islands Spain
    • Penang, Malaysia
    • Madeira, Portugal
    • Medellín, Colombia

    Les nomades numériques, ces travailleurs du secteur technologique qui peuvent exercer leur activité à distance depuis n’importe où dans le monde, sont de plus en plus nombreux à s’installer dans des destinations prisées. Mais leur présence n’est pas toujours bien accueillie par les habitants locaux, qui subissent les effets de l’inflation et de la gentrification. Mexico, en Amérique latine, est le centre du boom des nomades. Grâce à l’assouplissement de la politique du Covid-19 en 2021, de nombreux influenceurs ont afflué vers la ville, attirés par la possibilité de rester au Mexique avec un visa de touriste pendant six mois maximum.

    En 2022, le nombre de permis de séjour temporaires accordés aux citoyens américains pour la ville de Mexico a augmenté de plus de 60 % par rapport à 2019, selon l’Institut national des migrations. Face à cette situation, certains gouvernements ont pris des mesures pour protéger leurs intérêts. Le Portugal, par exemple, a limité le nombre de licences pour les Airbnbs cinq mois après avoir lancé un visa pour les nomades numériques, afin de freiner la flambée des prix du logement. À Bali, l’une des destinations pionnières et les plus durables pour les nomades numériques, les politiciens locaux sont de plus en plus méfiants à l’égard des nomades.

    Les nomades numériques ne font que passer, mais ils changent durablement le visage des quartiers. Aujourd’hui, certaines rues de Medellín, comme celles de Mexico ou de Canggu, ressemblent à celles de Bushwick - où l’on entend plus l’anglais que la langue locale, et où l’on trouve des centres de coworking colorés et des restaurants branchés proposant une cuisine internationale. Plus il y a de nomades, plus ces endroits se ressemblent. Les bâtiments gardent leur aspect historique à l’extérieur, mais à l’intérieur, ils se transforment en un espace uniforme et impersonnel de hotdesking, avec des prises gratuites, du café bon marché et du Wi-Fi payant.

    Les risques et les bénéfices du travail à distance en horaires fractionnés

    Certains travailleurs à distance qui ont choisi des destinations lointaines adoptent des horaires fractionnés, en se connectant quelques heures le soir jusqu’à minuit, puis en faisant une pause sommeil, avant de reprendre leur travail pour un autre créneau. Et cela marche, dans une certaine mesure. Une infirmière de nuit pour le travail et l’accouchement raconte : « Je suis généralement en ligne avec mes collègues jusqu’à une heure ou deux heures du matin, puis je dors jusqu’à 10 heures environ avant de me réveiller et de rattraper ses courriels. Mais comme mon travail dépend des réunions, je dois parfois être disponible à tout moment. »

    Les ingénieurs en informatique gèrent mieux les décalages horaires. C’est parce que leur travail repose moins sur les réunions et plus sur le travail asynchrone, ce qui leur donne plus de flexibilité pour avancer à leur rythme. Tue Le, directeur général de Remote Year, estime qu’approximativement 15 % des participants au programme qui voyagent en Asie suivent les horaires stricts des États-Unis en dormant la nuit. Environ un autre tiers travaille selon des horaires flexibles, le soir ou tôt le matin, pour collaborer avec leurs collègues restés au pays.

    Ilene Rosen, professeur de médecine du sommeil à l’hôpital de l’université de Pennsylvanie, explique que le travail de nuit peut convenir à ceux qui arrivent à rester éveillés jusqu’au bout de la nuit. Mais pour beaucoup d’autres, ces horaires vont à l’encontre des rythmes circadiens naturels, ce qui rend difficile, voire impossible, de dormir suffisamment. Quiconque a déjà dû se lever tôt pour aller travailler après une mauvaise nuit de sommeil peut en témoigner : cela peut épuiser l’énergie, anéantir la concentration et altérer la régulation émotionnelle.

    In finé, faire régulièrement des nuits blanches n’est généralement pas une bonne idée pour une santé optimale, et encore moins pour des performances professionnelles de haut niveau. « La science, telle que nous l’avons comprise au cours des 20 dernières années, indique que même si cela peut être excitant, et même faisable pendant une courte période, ce n’est pas bon pour notre corps », a déclaré Rosen.

    Des études ont montré que les longues périodes de travail de nuit sont associées à des conséquences plus graves pour la santé, comme les maladies cardiaques et le cancer. Pourtant, certains voyageurs sont déterminés. Jessica Hilbrich, qui travaille à distance pour une société de conseil en informatique basée à Indianapolis, s’est engagée à travailler huit heures par nuit, sans faire de sieste, lorsqu’elle s’est rendue en Asie du Sud-Est au printemps dernier.

    Il y avait souvent quelques autres personnes dans l’espace de co-working lorsque Hilbrich commençait sa journée de travail le soir, mais l’endroit était généralement vide à minuit. Il est important pour elle que ses performances ne faiblissent pas, qu’elle travaille entièrement à distance depuis son domicile dans la banlieue de Chicago ou depuis un espace de co-working à l’autre bout du monde.

    L’une des stratégies mises au point par Hilbrich consiste à effectuer les tâches les plus exigeantes sur le plan cognitif, comme la réflexion approfondie et l’écriture, plus tôt dans la nuit, lorsqu’elle est le plus alerte. Une fois sa journée de travail terminée, elle se calme pour dormir un peu, puis fait de nombreuses siestes si nécessaire. « Ne laissez pas les gens vous faire honte en matière de sieste », dit-elle

    Les nomades numériques témoignent de leurs difficultés à s’adapter aux horaires de nuit

    Les difficultés des nomades numériques à s’adapter au travail de nuit Le travail de nuit peut être éprouvant et ne pas convenir à tout le monde, même en suivant les bonnes pratiques. Après deux mois, Belen a vu son cycle de sommeil complètement perturbé. « Je dirais que je souffre - comme tout le monde que je connais ». Certaines personnes qu’elle a croisées en voyageant ont dû abandonner leur emploi.

    D’autres ont dû diminuer leurs heures de travail. Une personne qu’elle connaît a été renvoyée. Souvent, dit-elle, la réalité incontournable est que certaines personnes sont tout simplement moins disponibles - qu’elles le veuillent ou non. Si certains nomades numériques s’en sortent, d’autres, qui n’y arrivent pas, finissent par renoncer et rentrer chez eux.

    « J’ai rencontré beaucoup de gens qui disent que je ne ferais jamais ça et qui ne tentent même pas », raconte Carolina Zuniga, qui travaille à distance dans le domaine du marketing et qui retourne à Bali pour la troisième fois depuis sa maison au Costa Rica. Elle a rencontré d’autres personnes très motivées au début, mais qui rencontrent rapidement des problèmes. Leur voyage devient un enfer, ils sont trop fatigués pour sortir, faire ou voir quoi que ce soit. Jordan Carroll, coach de carrière, appelle cela le « voyage de l’enfer ».

    Il y a quelques années, il a essayé lors d’un voyage en Thaïlande et en Indonésie, en partant à minuit pour se rendre à moto dans un espace de co-working ouvert 24 heures sur 24. Certains soirs, il a essayé de couper son quart de travail en deux. D’autres nuits, il a essayé de tenir jusqu’au bout. Aucun des deux n’a marché. « Pour moi, c’était un choc », dit-il. « L’horloge interne était tellement décalée. Je ne pouvais pas vraiment fonctionner. Même si j’allais voir des amis, j’étais toujours fatigué. Je n’arrivais pas à être moi-même ».

    Toutes ces préoccupations sont au cœur des préoccupations de Zuniga. Elle vient d’avoir 30 ans et affirme que le manque de sommeil fait plus de dégâts aujourd’hui que lorsqu’elle voyageait au début de la vingtaine. « Je suis plus inquiète cette fois-ci, mais je suis curieuse de voir comment cela va se passer », a-t-elle déclaré. Pour ceux qui sont toujours déterminés à tenter leur chance, Rosen, de l’université de Pennsylvanie, conseille de rester le plus régulier possible, même le week-end.

    Statistiques sur le nombre croissant de travailleurs traditionnels devenant des nomades numériques

    Les nomades numériques ont indéniablement le vent en poupe. Selon une étude de MBO Partners, le nombre de nomades numériques ne cesse d'augmenter. Dans le cas des États-Unis, la plus forte augmentation a été constatée en 2020, avec 10,9 millions de nomades numériques, contre 7,3 millions en 2019, soit une hausse considérable de 49 %. En 2021, le nombre de nomades numériques a connu une augmentation de 42 % par rapport à 2020, avec 15,5 millions d'Américains s'identifiant comme nomades numériques.

    Bien que l'augmentation n'ait pas été aussi spectaculaire qu'au cours des premières années de la pandémie, les chiffres ont continué à croître régulièrement en 2022, lorsque 16,9 millions d'Américains ont déclaré s'identifier comme des nomades numériques. Les données montrent que l'augmentation totale a atteint 131 % entre les années précédant la pandémie (2019) et 2022.

    De plus en plus de travailleurs traditionnels deviennent également des nomades numériques. L'étude de MBO Partners’ research montre une tendance intéressante chez les travailleurs traditionnels qui ont rejoint la tribu des nomades numériques en raison de la pandémie. En effet, en 2022, 66 % des nomades numériques auront un emploi traditionnel (employé à temps plein par une entreprise), alors que seuls 44 % des nomades numériques occupaient un emploi traditionnel en 2019.

    Une autre étude menée par SafetyWing révèle des données similaires. Interrogés sur la principale raison qui les a poussés à devenir des nomades numériques, 74,5 % d'entre eux ont déclaré que la pandémie avait eu le plus grand impact sur leur décision de franchir le pas.

    Le nombre de travailleurs indépendants (entrepreneurs indépendants, freelances, etc.) a également augmenté en 2021, mais seulement de 5 %. Ce n'est pas nécessairement une surprise, comme le suggère le rapport MBO. L'impact de la pandémie sur ce groupe n'a pas été plus important, car les travailleurs indépendants n'étaient pas limités à un seul espace physique auparavant, de sorte que la pandémie n'a pas nécessairement créé une différence significative dans leur mode de vie.

    Sources : MBO Partners’ research, Bloomberg, Canada Excellence Research chair

    Et vous ?

    Quels sont les avantages et les inconvénients du nomadisme numérique pour les travailleurs à distance et pour les pays d’accueil ?
    Quels sont selon vous, les impacts du nomadisme numérique sur la diversité culturelle, le développement local et l’environnement ?
    Quels peuvent être les risques du nomadisme numérique pour la santé physique et mentale des travailleurs à distance ?
    Quels sont les défis du nomadisme numérique pour l’éducation, la fiscalité et la sécurité sociale des travailleurs à distance ?

    Voir aussi :

    Le télétravail serait la nouvelle norme au Canada, les offres d'emploi de ce type ont été multipliées par cinq, préférez-vous le télétravail ou le travail au bureau ? Quelles sont vos raisons ?

    Les nomades numériques face au défi de l'intégration culturelle et citoyenne, une opportunité ou une menace pour le développement local ?
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  8. #8
    Inactif  
    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    Octobre 2017
    Messages
    1 732
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Suisse

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2017
    Messages : 1 732
    Points : 5 619
    Points
    5 619
    Par défaut
    Des millions de nomades numériques?

    Mince alors... Les plages paradisiaques à travers le monde doivent être surpeuplées...

  9. #9
    Expert confirmé

    Homme Profil pro
    .
    Inscrit en
    Octobre 2019
    Messages
    1 336
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 41
    Localisation : France, Aube (Champagne Ardenne)

    Informations professionnelles :
    Activité : .
    Secteur : Conseil

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2019
    Messages : 1 336
    Points : 5 329
    Points
    5 329
    Par défaut
    Une infirmière de nuit pour le travail et l’accouchement raconte : « Je suis généralement en ligne avec mes collègues jusqu’à une heure ou deux heures du matin, puis je dors jusqu’à 10 heures environ avant de me réveiller et de rattraper ses courriels. Mais comme mon travail dépend des réunions, je dois parfois être disponible à tout moment. »
    euh... elle fait des accouchement a distance ???
    je comprends pas le rapport la, Une infirmière de nuit envoi des mails a des collegues à 2h du mat, y'a que moi que ca choque ? elle a pas d'autres taches plus importante ? qui sont ces collègues ? des télémédecins en Indonésie qui télétravail ???

  10. #10
    Inactif  

    Homme Profil pro
    Freelance EURL / Business Intelligence ETL
    Inscrit en
    Avril 2005
    Messages
    5 879
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Freelance EURL / Business Intelligence ETL
    Secteur : Finance

    Informations forums :
    Inscription : Avril 2005
    Messages : 5 879
    Points : 26 145
    Points
    26 145
    Billets dans le blog
    3
    Par défaut
    Citation Envoyé par calvaire Voir le message
    euh... elle fait des accouchement a distance ???
    je comprends pas le rapport la, Une infirmière de nuit envoi des mails a des collegues à 2h du mat, y'a que moi que ca choque ? elle a pas d'autres taches plus importante ? qui sont ces collègues ? des télémédecins en Indonésie qui télétravail ???
    Cela me fait penser à the IT Crowd : Moss, le "nerd", préfère envoyer des mails plutôt qu'appeler les pompiers pour un incendie
    - So.... what exactly is preventing us from doing this?
    - Geometry.
    - Just ignore it !!
    ****
    "The longer he lived, the more he realized that nothing was simple and little was true" A clash of Kings, George R. R. Martin.
    ***
    Quand arrivera l'apocalypse, il restera deux types d'entreprise : les pompes funèbres et les cabinets d'audit. - zecreator, 21/05/2019

  11. #11
    Nouveau Candidat au Club
    Homme Profil pro
    Technicien maintenance
    Inscrit en
    Octobre 2023
    Messages
    4
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 43
    Localisation : France, Doubs (Franche Comté)

    Informations professionnelles :
    Activité : Technicien maintenance

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2023
    Messages : 4
    Points : 0
    Points
    0
    Par défaut
    ca confirme ce que je pensais, le télétravail c'est surtout une bonne excuse pour glanduiller.
    on comprends maintenant pourquoi les patrons ont dit STOP

  12. #12
    Inactif  

    Homme Profil pro
    Freelance EURL / Business Intelligence ETL
    Inscrit en
    Avril 2005
    Messages
    5 879
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Freelance EURL / Business Intelligence ETL
    Secteur : Finance

    Informations forums :
    Inscription : Avril 2005
    Messages : 5 879
    Points : 26 145
    Points
    26 145
    Billets dans le blog
    3
    Par défaut
    Citation Envoyé par MattS32 Voir le message
    ca confirme ce que je pensais, le télétravail c'est surtout une bonne excuse pour glanduiller.
    on comprends maintenant pourquoi les patrons ont dit STOP
    Je préfère glandouiller chez moi plutôt que glandouiller au taf
    mais bon, certains patrons préfèrent qu'on leur fasse des courbettes pendant une heure à la machine à café...
    - So.... what exactly is preventing us from doing this?
    - Geometry.
    - Just ignore it !!
    ****
    "The longer he lived, the more he realized that nothing was simple and little was true" A clash of Kings, George R. R. Martin.
    ***
    Quand arrivera l'apocalypse, il restera deux types d'entreprise : les pompes funèbres et les cabinets d'audit. - zecreator, 21/05/2019

  13. #13
    Membre éprouvé Avatar de AaâÂäÄàAaâÂäÄàAaâÂäÄ
    Homme Profil pro
    db@
    Inscrit en
    Septembre 2021
    Messages
    420
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : db@

    Informations forums :
    Inscription : Septembre 2021
    Messages : 420
    Points : 1 216
    Points
    1 216
    Par défaut
    Citation Envoyé par MattS32 Voir le message
    ca confirme ce que je pensais, le télétravail c'est surtout une bonne excuse pour glanduiller.
    on comprends maintenant pourquoi les patrons ont dit STOP
    Ça confirme quoi ? Je ne lis rien dans ce sens (la glandouille) dans les articles ci-dessus...

Discussions similaires

  1. Réponses: 0
    Dernier message: 12/01/2021, 21h18
  2. [CR XI] format numérique sur les axes d'un graphique
    Par kikidrome dans le forum SAP Crystal Reports
    Réponses: 5
    Dernier message: 23/03/2007, 16h20
  3. Récupération des composants DOS sur les CD de Windows Vista
    Par koKoTis dans le forum Windows Vista
    Réponses: 2
    Dernier message: 09/09/2006, 22h56
  4. Mettre des données string sur les axes d'un graphique
    Par Aurore_atmo dans le forum MATLAB
    Réponses: 2
    Dernier message: 06/07/2006, 12h57
  5. Realiser des tests exhaustifs sur les String
    Par Sarrus dans le forum Langage
    Réponses: 9
    Dernier message: 07/07/2005, 12h52

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo