IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #21
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 302
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 302
    Points : 194 848
    Points
    194 848
    Par défaut Apple coupe l'accès à Beeper Mini après le lancement du service qui a amené iMessage sur Android
    Apple coupe l'accès à Beeper Mini après le lancement du service qui a amené iMessage sur Android :
    « Nous avons pris des mesures pour protéger nos utilisateurs », a indiqué l'entreprise

    Beeper, la startup qui a procédé à l'ingénierie inverse d'iMessage pour proposer des textes à bulles bleues aux utilisateurs d'Android, connaît une panne, a rapporté la société. Les utilisateurs ont commencé à voir des messages d'erreur lorsqu'ils essayaient d'envoyer des textes via le nouveau Beeper Mini et les messages ne passaient pas. Apple a pris la décision de couper l'accès de Beeper Mini, au motif de la sécurité des données.

    Le protocole RCS (Rich Communication Services) est une version améliorée du système SMS qui offre une expérience plus riche aux utilisateurs. Conçu pour remplacer la messagerie SMS et MMS, il permet aux utilisateurs de créer des discussions de groupe avec des amis, d'envoyer des images et des vidéos, d'obtenir des accusés de réception et de prendre en charge le chiffrement de bout en bout. De plus, il n'y a pas de limite de 160 caractères comme avec les SMS ordinaires. RCS est apparu en 2007 et a été adopté par le Global System for Mobile Communications (GSMA) en 2008. Il est disponible pour les utilisateurs du système d'exploitation Android.

    Ces dernières années, Google a fait des pieds et des mains pour convaincre Apple d'intégrer le protocole RCS à iMessage, mais jusqu'à présent, le fabricant de l'iPhone s'est montré très réticent à ouvrir les frontières de son service de messagerie. En août 2022, Google a créé un site Web dédié appelant Apple à adopter RCS. Toutefois, la firme de Cupertino est restée fermement décidée à fournir aux utilisateurs uniquement iMessage et les SMS standard comme services par défaut. Une idée qui ne plait pas du tout à Google qui affirme que son but est d'améliorer l'expérience des utilisateurs d'Android en leur fournissant plus d'outils pour communiquer.

    Les utilisateurs se plaignent depuis longtemps des bulles vertes qui s'affichent sur iMessage lorsqu'un propriétaire d'iPhone et un propriétaire d'Android échangent des SMS, ce qui a conduit Google à faire goûter à Apple sa propre médecine avec une récente mise à jour de son application Messages. Désormais, lorsque les utilisateurs de Messages réagissent à un SMS, l'utilisateur de l'iPhone recevra un texte indiquant que la personne a réagi à son texte, accompagné d'une description de la réaction, comme "j'ai aimé" ou "j'ai adoré" un message, au lieu de voir le pouce levé ou le cœur apparaître sur le message. Ce qui est une pique à l'endroit d'Apple.

    Lors d'un événement en septembre de l'année dernière, un participant propriétaire d'un iPhone a interpellé Cook sur les problèmes liés aux vidéos envoyées entre lui et sa mère propriétaire d'un Android. Cook a répondu : « achète un iPhone à ta mère ». Selon la rumeur, Apple considère que « déplacer iMessage vers Android fera plus de mal que de bien à la firme de Cupertino ». Mais des rapports non officiels suggèrent qu’Apple envisage de prendre en charge une version universelle de RCS sans le chiffrement propriétaire de Google.

    Vient alors Beeper

    Fondée en 2020, l’équipe de Beeper travaillait à l’origine sur un agrégateur de messagerie multiplateforme, qui a été renommé Beeper Cloud cette semaine lors du lancement de Beeper Mini. Ce dernier utilise une nouvelle technologie qui permet aux utilisateurs d'Android d'envoyer des SMS aux utilisateurs d'iMessage comme s'ils envoyaient également des SMS depuis un iPhone pour seulement 1,99 $ par mois. Cela signifie des bulles bleues dans la discussion de groupe, pas des bulles vertes.

    L'entreprise assure que Beeper Mini se connecte directement aux serveurs d'Apple, comme le ferait un « vrai » iMessage. « C'est la grande avancée. Nous ne sommes plus un intermédiaire », explique Éric Migicovsky, cofondateur et PDG de Beeper, en parlant de la suppression des serveurs Mac de relais.

    Il note : « les recherches que nous avons menées consistent en une rétro-ingénierie du protocole iMessage, jusqu'à la couche la plus basse du protocole. Ainsi, Beeper Mini n'utilise pas un serveur Mac comme relais, comme c'est le cas pour toutes les autres applications - il dispose d'un Mac Mini dans un centre de données quelque part. Lorsque vous envoyez un message, vous l'envoyez en fait au Mac Mini, qui le transmet ensuite à iMessage. En revanche, Beeper Mini est une implémentation native du protocole iMessage ». Il a expliqué que Beeper n'a pas accès au contenu des messages des utilisateurs et que les messages ne sont pas envoyés en texte clair.

    « Le message que vous envoyez depuis un téléphone Android à l'aide de Beeper Mini est chiffré de bout en bout jusqu'au destinataire. Il est chiffré sur l'appareil avant de quitter l'application. Les clés de chiffrement sont exclusivement stockées sur votre appareil dans le système de fichiers Android, à l'instar d'autres applications telles que Signal et WhatsApp. L'application ne se connecte à aucun serveur de Beeper, mais uniquement aux serveurs d'Apple, comme le ferait un "vrai" iMessage », affirme la startup.

    Nom : beeper.png
Affichages : 1281
Taille : 80,6 Ko

    Des messages d'erreur

    Vendredi, sur X/Twitter, Beeper a indiqué enquêter sur des rapports évoquant une panne de l'application. Lorsqu'il lui a été demandé si Apple avait trouvé un moyen de couper la capacité de Beeper Mini à fonctionner, Éric Migicovsky a répondu: « Oui, toutes les données l'indiquent ».

    Étant donné que la startup n’utilisait plus d’intermédiaire (comme un serveur Mac relayant les messages, comme l’utilisent d’autres applications iMessage vers Android), il semblerait essentiellement aux serveurs d’Apple que les messages de Beeper Mini provenaient d’un appareil qui exécute iMessage de manière native. On ne sait donc pas comment Apple a pu couper l’accès à Beeper Mini.

    Migicovsky, qui a précédemment fondé la montre intelligente Pebble, a fait valoir que Beeper Mini n'était pas seulement bénéfique pour les utilisateurs d'Android qui souhaitaient enfin rejoindre les discussions de groupe de leurs amis iMessage, mais qu'il augmentait également la sécurité pour les utilisateurs d'iPhone.

    Dans une interview avant le lancement de Beeper Mini, le fondateur a expliqué que les textes à bulles vertes n'étaient pas chiffrés.

    « Cela signifie que chaque fois que vous envoyez un SMS à vos amis Android, n'importe qui peut lire le message. Apple peut lire le message. Votre opérateur téléphonique peut lire le message. Google… littéralement, c'est comme une carte postale. Tout le monde peut le lire. Beeper Mini augmente donc la sécurité des iPhones », avait-il déclaré.

    Apple, en revanche, considère iMessage comme l’un des outils clés pour verrouiller les utilisateurs dans son écosystème, c’est pourquoi il ne lancera pas d’application iMessage pour Android. Même s'il y avait un certain espoir que les réglementations européennes l'obligeraient à rendre iMessage plus interopérable, les informations de cette semaine indiquent qu'iMessage bénéficiera d'un sursis par rapport à ces règles car le service n'est pas assez populaire auprès des utilisateurs professionnels. Cela signifie qu'Apple n'a aucune raison de ne pas essayer de fermer Beeper Mini, si cela est possible.

    Migicovsky n’est pas très satisfait de la tournure des événements.

    « Je serais très intéressé de savoir pourquoi ils pensent qu'il est logique d'aggraver la sécurité des utilisateurs d'iPhone », a-t-il déclaré.

    « Si c’est Apple, alors je pense que la plus grande question est la suivante : si Apple se soucie vraiment de la confidentialité et de la sécurité de ses propres utilisateurs d’iPhone, pourquoi essaieraient-ils de supprimer un service qui permet aux iPhone d’envoyer des messages chiffrés aux utilisateurs d’Android ? Avec leur annonce du support RCS, il est clair qu’Apple sait qu’il y a un trou béant ici. Beeper Mini est là aujourd'hui et fonctionne très bien. Pourquoi obliger les utilisateurs d’iPhone à envoyer à nouveau des SMS non cryptés lorsqu’ils discutent avec des amis sur Android ? », a-t-il demandé.

    La position d'Apple

    La position de l’entreprise ici est assez prévisible : elle affirme qu’elle essaie simplement de faire le bien aux utilisateurs et de protéger la confidentialité et la sécurité de leurs iMessages. « Nous avons pris des mesures pour protéger nos utilisateurs en bloquant les techniques qui exploitent de fausses informations d'identification afin d'accéder à iMessage », a déclaré Nadine Haija, responsable des relations publiques d'Apple, dans un communiqué.

    Voici la déclaration dans son intégralité :

    Citation Envoyé par Apple
    Chez Apple, nous construisons nos produits et services avec des technologies de confidentialité et de sécurité de pointe conçues pour permettre aux utilisateurs de contrôler leurs données et de protéger leurs informations personnelles. Nous avons pris des mesures pour protéger nos utilisateurs en bloquant les techniques qui exploitent de fausses informations d'identification afin d'accéder à iMessage. Ces techniques présentaient des risques importants pour la sécurité et la confidentialité des utilisateurs, notamment la possibilité d'exposer des métadonnées et de permettre des messages indésirables, du spam et des attaques de phishing. Nous continuerons à effectuer des mises à jour à l'avenir pour protéger nos utilisateurs.
    Cette déclaration suggère plusieurs choses. Premièrement, Apple a en fait fermé Beeper Mini, qui utilise un service personnalisé pour se connecter à iMessage via le propre service de notification push d'Apple – tous les messages iMessage transitent via ce protocole, que Beeper intercepte et transmet efficacement à votre appareil. Pour ce faire, Beeper a dû convaincre les serveurs d’Apple qu’il envoyait une requête ping aux protocoles de notification à partir d’un véritable appareil Apple, alors que ce n’était évidemment pas le cas (Ce sont les « fausses informations d’identification » dont parle Apple. Quinn Nelson de Snazzy Labs a réalisé une bonne vidéo sur la façon dont tout cela fonctionne.)


    Beeper affirme que son processus fonctionne sans compromettre votre chiffrement ou votre confidentialité ; la documentation de l’entreprise indique que personne d’autre que vous ne peut lire le contenu de vos messages. Mais Apple ne peut pas le vérifier et affirme que cela présente des risques pour les utilisateurs et les personnes avec lesquelles ils discutent.

    Évidemment, il y a aussi une vision beaucoup plus vaste ici. Apple a clairement indiqué à plusieurs reprises qu'il ne souhaitait pas intégrer iMessage sur Android : « achetez un iPhone à votre mère », a déclaré le PDG Tim Cook à un intervenant lors de la Code Conference, qui souhaitait une meilleure façon d'envoyer des messages à sa mère qui porte Android.

    La déclaration d’Apple arrive à un moment intéressant. Beeper existe depuis quelques années et ses efforts antérieurs pour intercepter iMessage étaient en réalité beaucoup plus problématiques du point de vue de la sécurité. Beeper et des applications comme Sunbird (qui ont récemment travaillé avec Nothing pour amener iMessage sur Android) faisaient simplement passer votre trafic iMessage via un Mac Mini dans un rack de serveur quelque part, ce qui rendait vos messages beaucoup plus vulnérables. Mais Beeper Mini exploitait directement le protocole iMessage, ce qui a clairement incité Apple à renforcer ses mesures de sécurité.

    Depuis qu'Apple a supprimé Beeper Mini, Beeper a travaillé fébrilement pour le remettre en marche. Samedi, la société a déclaré qu'iMessage fonctionnait à nouveau dans l'application Beeper Cloud d'origine, mais que Beeper Mini ne fonctionnait toujours pas.

    Conclusion

    La décision d’Apple de couper l’accès de Beeper Mini pourrait être perçue comme une tentative de maintenir l’exclusivité de ses services et de renforcer l’écosystème fermé de la marque. Cela pourrait également être une mesure de protection des données des utilisateurs, car l’accès à iMessage par des services tiers pourrait potentiellement compromettre la sécurité et la confidentialité.

    Bien que Beeper Mini ait offert une solution innovante pour les utilisateurs d’Android désireux d’utiliser iMessage, la réaction d’Apple met en évidence les défis auxquels sont confrontés les développeurs tiers cherchant à intégrer des services exclusifs à des plateformes bien établies. L’avenir de Beeper Mini reste incertain, mais cet événement souligne l’importance de la compatibilité interplateforme et des questions de sécurité dans le domaine des applications de messagerie.

    Sources : Beeper, message de l'entreprise sur X/Twitter, communiqué d'Apple

    Et vous ?

    Pensez-vous que la décision d’Apple de couper l’accès de Beeper Mini est justifiée pour des raisons de sécurité et de confidentialité, ou est-ce une stratégie pour maintenir son écosystème fermé ?
    Comment la coupure de l’accès de Beeper Mini par Apple affecte-t-elle la perception de l’entreprise en tant que promoteur de l’interopérabilité et de l’innovation ?
    Quelles pourraient être les conséquences à long terme pour les développeurs tiers qui tentent d’intégrer des services exclusifs à des plateformes spécifiques ?
    Quel impact cette décision pourrait-elle avoir sur les utilisateurs d’Android qui souhaitaient utiliser iMessage via Beeper Mini ?
    Devrait-il y avoir des réglementations pour garantir la compatibilité interplateforme des services de messagerie, ou les entreprises devraient-elles avoir le droit de protéger leurs services exclusifs ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #22
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Graphic Programmer
    Inscrit en
    Mars 2006
    Messages
    1 522
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Graphic Programmer
    Secteur : High Tech - Multimédia et Internet

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2006
    Messages : 1 522
    Points : 3 849
    Points
    3 849
    Par défaut
    la securité est un faux pretexte. ce que apple veut, c'est juste que tout le monde utilise ses produits.
    affaiblir la securité entre apple et android est une strategie pour pousser les gens sur android a acheter du apple.
    les gens devrait plutot abandonner apple pour la raison que apple en a rien a faire.

  3. #23
    Membre expert
    Profil pro
    programmeur du dimanche
    Inscrit en
    Novembre 2003
    Messages
    765
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : programmeur du dimanche
    Secteur : Santé

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2003
    Messages : 765
    Points : 3 196
    Points
    3 196
    Par défaut
    Je ne sais pas qui se préoccupe vraiment de l'interopérabilité des SMS améliorés.
    Ceux qui veulent plus de sécurité ou de fonctions utilisent des app plus sécurisées. Les autres ne se préoccupent pas de savoir si leurs SMS sont chiffrés.

  4. #24
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Traductrice Technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    749
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Traductrice Technique

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 749
    Points : 53 007
    Points
    53 007
    Par défaut La sénatrice Elizabeth Warren dénonce l'arrêt par Apple de la solution iMessage to Android
    La sénatrice Elizabeth Warren dénonce l'arrêt par Apple de la solution iMessage to Android, "les dirigeants des grandes entreprises technologiques protègent leurs profits", déclare-t-elle.

    La sénatrice Elizabeth Warren s'est exprimée sur la fermeture par Apple Inc. AAPL a fermé l'application iMessage pour Android Beeper Mini, la qualifiant de cas de cupidité d'entreprise.

    Ce qui s'est passé : La sénatrice Warren s'est battue pour les utilisateurs d'Android qui sont les destinataires du débat entre la bulle verte et la bulle bleue, affirmant qu'Apple empêche les utilisateurs d'Android d'accéder à un moyen plus sûr d'envoyer des messages aux utilisateurs d'iPhone. "Les messages à bulle verte sont moins sûrs. Alors pourquoi Apple bloquerait-il une nouvelle application permettant aux utilisateurs d'Android de discuter avec les utilisateurs d'iPhone sur iMessage ?"

    La sénatrice Warren a mis cela sur le compte de la cupidité des entreprises : "Les dirigeants des grandes entreprises technologiques protègent leurs profits en écrasant leurs concurrents". Elle a également fait la promotion de la messagerie multiplateforme, affirmant qu'elle devrait être "facile et sécurisée".

    Le jeu du chat et de la souris entre Apple et Beeper était attendu - la startup de messagerie aurait exploité de "fausses informations d'identification" pour accéder à iMessage, a déclaré Apple. "Nous avons pris des mesures pour protéger nos utilisateurs en bloquant les techniques qui exploitent de fausses informations d'identification pour accéder à iMessage", a déclaré Apple dans un communiqué.

    Bien que Beeper n'ait utilisé cet exploit présumé que pour permettre aux utilisateurs d'Android d'utiliser iMessage sur leurs téléphones, Apple affirme que des parties malveillantes pourraient utiliser le même moyen pour des attaques de phishing. "Ces techniques présentent des risques importants pour la sécurité et la vie privée des utilisateurs, notamment le risque d'exposition des métadonnées et la possibilité d'envoyer des messages non désirés, du spam et des attaques par hameçonnage", a déclaré la société.

    Apple ne s'arrêtera pas pour autant : la société affirme qu'elle continuera à mettre à jour iMessage, ce qui signifie essentiellement que Beeper Mini est une impasse.

    Pourquoi c'est important : Beeper Mini promettait de résoudre un problème de longue date pour les utilisateurs d'Android, qui a suffisamment dérangé Google d'Alphabet Inc. pour qu'elle lance des campagnes visant à faire pression sur Apple. Bien qu'Apple ait cédé et annoncé la prise en charge des services de communication riches (RCS) en raison des réglementations de l'Union européenne, cela ne résoudra pas le problème de la bulle verte ou bleue.


    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi :

    Apple coupe l'accès à Beeper Mini après le lancement du service qui a amené iMessage sur Android : « Nous avons pris des mesures pour protéger nos utilisateurs », a indiqué l'entreprise

    Beeper affirme avoir rétro-ingéniéré iMessage afin d'apporter des textes à bulles bleues aux utilisateurs d'Android, mais l'approche suscite toujours des préoccupations liées à la vie privée

    « Achète un iPhone à ta mère », lance Tim Cook à un journaliste à propos des soucis de compatibilité des messages texte entre Android et iOS, car Apple ne veut ni adopter RCS, ni céder iMessage
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  5. #25
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Patrick Ruiz
    Homme Profil pro
    Redacteur web
    Inscrit en
    Février 2017
    Messages
    1 784
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Redacteur web
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : Février 2017
    Messages : 1 784
    Points : 50 390
    Points
    50 390
    Par défaut Beeper Mini, l’application qui amène iMessage sur Android, est de retour après la coupure d’accès par Apple
    Beeper Mini, l’application qui amène iMessage sur Android, est de retour après la coupure d’accès par Apple
    Désormais dans le viseur de certains législateurs pour obstruction à la concurrence

    Les créateurs de Beeper Mini, l’application qui amène iMessage sur Android, revendiquent la possibilité de rendre l’expérience de chat entre les smartphones Android et iPhone plus sécurisée et enrichie de plus de fonctionnalités. La mise en avant de cet argument, qui a motivé la mise sur pied de Beeper Mini, fait suite à la coupure d’accès par Apple des fonctionnalités de l’application aux utilisateurs. iMessage se veut être la chasse gardée de l’entreprise selon que Tim Cook lui-même répond à qui veut bénéficier de la totalité de ses fonctionnalités : Achetez-vous un iPhone. C’est d’avis de certains observateurs de l’obstruction à la concurrence et à l’innovation qui mérite une législation pour faire plier le géant technologique.

    « Beeper Cloud et Mini sont des applications qui doivent exister. Nous les avons mises sur pied. Nous allons continuer à les faire fonctionner. Nous les partagerons largement », lance l’un des créateurs de l’application qui soutient « qu’Apple facilite l'envoi de messages non sécurisés et non chiffrés entre les iPhone et les Android. Gardez cela à l'esprit. Pour les utilisateurs de l'iPhone, Beeper Mini représente un énorme progrès en matière de sécurité et de confidentialité. Ceux-ci ont tout intérêt à encourager leurs amis possesseurs de smartphones Android à utiliser Beeper. »

    Nom : 1.png
Affichages : 1080
Taille : 52,9 Ko

    Beeper engrange de plus en plus de soutiens qui partagent l’avis selon lequel Apple affiche une posture contre la concurrence et l’innovation. Désormais, le géant technologique est dans le viseur de législations susceptibles de le faire plier sur cette question du droit de l’existence d’une solution comme Beeper Mini.

    « Beeper a témoigné lors d'une audition que j'ai organisée sur l'impact du pouvoir monopolistique sur l'innovation et nous voyons maintenant cet impact en temps réel. Apple bloque leur application qui donne plus de choix aux utilisateurs. Nous devons adopter ma législation bipartisane pour mettre fin à cet abus anticoncurrentiel », écrit un sénateur du Minnesota.

    Nom : 2.png
Affichages : 876
Taille : 56,1 Ko

    Beeper Mini : le résultat d’une ingénierie inverse d’iMessage dont Apple ne veut pas comme Microsoft aurait pu s’opposer aux efforts de rétro ingénierie de sa suite Office par Apple

    Apple est aujourd'hui l'une des entreprises les plus importantes et les plus rentables de la planète. Mais, au début des années 2000, l'entreprise luttait pour sa survie. Le système d'exploitation Windows de Microsoft était en pleine ascension et Microsoft a tiré parti de sa domination pour s'assurer que tous les utilisateurs de Windows s'appuient sur sa suite Microsoft Office (Word, Excel, Powerpoint, etc.).

    Les utilisateurs d'Apple - une petite minorité d'utilisateurs d'ordinateurs - qui souhaitaient échanger des documents avec le monde beaucoup plus vaste des utilisateurs de Windows étaient dépendants du système d'exploitation Office de Microsoft pour Macintosh (qui fonctionnait de manière incohérente avec les documents Office de Windows, avec des comportements inattendus tels que la corruption des documents de sorte qu'ils n'étaient plus lisibles, ou l'affichage partiel ou incorrect de certaines parties des documents échangés).

    Les utilisateurs d'Apple pouvaient également demander aux utilisateurs de Windows d'exporter leurs documents Office vers un format de fichier "interopérable" tel que Rich Text Format (pour le texte). Néanmoins, ces formats étaient eux aussi incohérents et sujets aux erreurs, car ils étaient interprétés de différentes manières par différents programmes, tant sur les systèmes Mac que sur les systèmes Windows.

    Apple aurait pu supplier Microsoft d'améliorer ses offres Macintosh, ou l'entreprise de normaliser ses produits phares au sein d'un organisme de normalisation comme OASIS ou ISO. Mais Microsoft n'avait guère de raison de faire une telle chose : ses produits Office constituaient un avantage concurrentiel considérable et, malgré le fait qu'Apple était trop petit pour constituer une véritable menace, Microsoft avait la réputation de se donner beaucoup de mal pour éliminer les concurrents potentiels, y compris les ordinateurs Macintosh et les ordinateurs fonctionnant avec le système d'exploitation GNU/Linux.

    Apple n'a pas compté sur la bonne volonté et la générosité de Microsoft. L’entreprise s’est plutôt appuyée sur la rétro-ingénierie. Après sa campagne publicitaire Switch de 2002 destinée à amener les clients potentiels d'Apple d'ignorer les mythes sur la difficulté d'intégrer les Macs dans les flux de travail Windows, elle a intensifié le travail sur sa suite de productivité iWork. Lancée en 2005, elle comprenait déjà un traitement de texte (Pages), un tableur (Numbers) et un programme de présentation (Keynote). Il s'agissait d'applications riches en fonctionnalités, avec de nombreuses innovations qui ont dépassé les outils Microsoft en place, mais cette supériorité n'aurait pas suffi à assurer l'adoption d'iWork, car les meilleurs tableurs du monde ne sont d'aucune utilité si les personnes avec lesquelles vous devez travailler ne peuvent pas les ouvrir.
    Ce qui a fait le succès d'iWork - et a contribué à relancer Apple - c'est le fait que Pages pouvait ouvrir et enregistrer la plupart des fichiers Word, que Numbers pouvait ouvrir et enregistrer la plupart des fichiers Excel et que Keynote pouvait ouvrir et enregistrer la plupart des présentations PowerPoint. Apple n'a pas obtenu cette compatibilité grâce à la coopération de Microsoft. L’entreprise l'a obtenue malgré l’absence de coopération de Microsoft.

    Nom : 3.png
Affichages : 871
Taille : 31,7 Ko

    Fondée en 2020, l’équipe de Beeper travaillait à l’origine sur un agrégateur de messagerie multiplateforme, qui a été renommé Beeper Cloud lors du récent lancement de Beeper Mini. Ce dernier utilise une nouvelle technologie qui permet aux utilisateurs d'Android d'envoyer des SMS aux utilisateurs d'iMessage comme s'ils envoyaient également des SMS depuis un iPhone. Cela signifie des bulles bleues dans la discussion de groupe, pas des bulles vertes.

    L'entreprise assure que Beeper Mini se connecte directement aux serveurs d'Apple, comme le ferait un « vrai » iMessage. « C'est la grande avancée. Nous ne sommes plus un intermédiaire », explique Éric Migicovsky, cofondateur et PDG de Beeper, en parlant de la suppression des serveurs Mac de relais.

    Il note : « les recherches que nous avons menées consistent en une rétro-ingénierie du protocole iMessage, jusqu'à la couche la plus basse du protocole. Ainsi, Beeper Mini n'utilise pas un serveur Mac comme relais, comme c'est le cas pour toutes les autres applications - il dispose d'un Mac Mini dans un centre de données quelque part. Lorsque vous envoyez un message, vous l'envoyez en fait au Mac Mini, qui le transmet ensuite à iMessage. En revanche, Beeper Mini est une implémentation native du protocole iMessage ». Il a expliqué que Beeper n'a pas accès au contenu des messages des utilisateurs et que les messages ne sont pas envoyés en texte clair.

    « Le message que vous envoyez depuis un téléphone Android à l'aide de Beeper Mini est chiffré de bout en bout jusqu'au destinataire. Il est chiffré sur l'appareil avant de quitter l'application. Les clés de chiffrement sont exclusivement stockées sur votre appareil dans le système de fichiers Android, à l'instar d'autres applications telles que Signal et WhatsApp. L'application ne se connecte à aucun serveur de Beeper, mais uniquement aux serveurs d'Apple, comme le ferait un "vrai" iMessage », affirme la startup.

    Nom : 4.png
Affichages : 867
Taille : 80,6 Ko

    Source : Blog Beeper

    Et vous ?

    Pour ou contre l’existence de solutions comme Beeper Mini ? Êtes-vous d’avis que cette application a « sa raison d’être » comme le soulignent les créateurs ?
    Partagez-vous les avis selon lesquels Apple affiche un comportement anticoncurrentiel qui mérite une législation pour le faire plier ?
    Quelles pourraient être les conséquences à long terme pour les développeurs tiers qui tentent d’intégrer des services exclusifs à des plateformes spécifiques ?
    Quel impact cette décision pourrait-elle avoir sur les utilisateurs d’Android qui souhaitaient utiliser iMessage via Beeper Mini ?
    Devrait-il y avoir des réglementations pour garantir la compatibilité interplateforme des services de messagerie, ou les entreprises devraient-elles avoir le droit de protéger leurs services exclusifs ?

    Voir aussi :

    Le lanceur d'alerte Edward Snowden et l'EFF critiquent le projet d'Apple de scanner les messages et les images iCloud, des milliers de personnes demandent à l'entreprise de suspendre ses plans

    Apple invite les chercheurs à vérifier ses fonctionnalités de sécurité pour les enfants, mais poursuit en justice une startup qui fait exactement cela

    Après les critiques, Apple ne recherchera que les images d'abus signalées dans plusieurs pays et insiste qu'il s'agit d'une avancée en matière de confidentialité

    Dans un mémo interne, Apple répond aux préoccupations concernant les nouvelles fonctions de balayage des photos, alors que les experts dénoncent un recul dans les progrès en matière de vie privée

    Le Parlement allemand demande à Tim Cook de reconsidérer ses projets de CSAM, estimant que le système de balayage d'Apple sape la communication confidentielle
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  6. #26
    Membre expérimenté
    Profil pro
    MOA
    Inscrit en
    Décembre 2002
    Messages
    1 000
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France, Eure et Loir (Centre)

    Informations professionnelles :
    Activité : MOA

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2002
    Messages : 1 000
    Points : 1 700
    Points
    1 700
    Par défaut
    Citation Envoyé par Aiekick Voir le message
    la securité est un faux pretexte. ce que apple veut, c'est juste que tout le monde utilise ses produits.
    affaiblir la securité entre apple et android est une strategie pour pousser les gens sur android a acheter du apple.
    les gens devrait plutot abandonner apple pour la raison que apple en a rien a faire.
    Tu peux remplacer Apple, par Google, tu retrouveras le même principe.
    Tu as certes des téléphones Android sans Google (les Merunas avec /e/), grapheOS, Calyx OS, Iodé OS mais ce n'est pas à la portée de tous le monde. La plus part utilise avec Android avec les appli Google, dont l'appli Google dont il est le seul (avec Samsung) à supporter le RCS. Les applis SMS tiers n'y ont pas accès.
    Il est certain que Google cherche avant tout à ce que les utilisateurs utilisent son système.

    Et je ne pense pas qu'un utilisateur va acheter un iPhone exprès pour avoir la messagerie iMessage. L'appli iMassage envoi un SMS aux correspondants non Apple pour assurer l'interpolarité.
    Et comme le dit Fagus, pour utilisation avancée, comme par exemple les groupes, une grande majorité utilisent Whatsapp.

    Je pense sincèrement que iMessage n'influence pas des achats Apple.

  7. #27
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 302
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 302
    Points : 194 848
    Points
    194 848
    Par défaut Apple bloque à nouveau en partie l'application iMessage de Beeper, suggérant un long combat à venir
    Apple bloque à nouveau en partie l'application iMessage de Beeper, suggérant un long combat à venir.
    Pour son PDG, « Ce n'est pas un combat Beeper contre Apple, c'est Apple contre les clients »

    Beeper est une startup travaillant sur un agrégateur de messagerie multiplateforme parmi lesquels iMessage, le service de messagerie d'Apple. Elle a de nouveau été bloquée par l'éditeur d'iOS, cette fois-ci dans une moindre mesure : le blocage s'appliquer sur environ 5% des utilisateurs, selon la startup. Galvanisé par le combat d'Epic Games contre Apple et Google, ainsi que par les propos des sénatrices qui leur ont apporté leur soutien, Beeper ne compte pas s'arrêter en chemin. De son côté, Apple justifie ce blocage par des problèmes de sécurité et de confidentialité. Mais Beeper estime qu’il s’agit d’une tentative de maintenir son monopole sur iMessage.

    Le protocole RCS (Rich Communication Services) est une version améliorée du système SMS qui offre une expérience plus riche aux utilisateurs. Conçu pour remplacer la messagerie SMS et MMS, il permet aux utilisateurs de créer des discussions de groupe avec des amis, d'envoyer des images et des vidéos, d'obtenir des accusés de réception et de prendre en charge le chiffrement de bout en bout. De plus, il n'y a pas de limite de 160 caractères comme avec les SMS ordinaires. RCS est apparu en 2007 et a été adopté par le Global System for Mobile Communications (GSMA) en 2008. Il est disponible pour les utilisateurs du système d'exploitation Android.

    Ces dernières années, Google a fait des pieds et des mains pour convaincre Apple d'intégrer le protocole RCS à iMessage, mais jusqu'à présent, le fabricant de l'iPhone s'est montré très réticent à ouvrir les frontières de son service de messagerie. En août 2022, Google a créé un site Web dédié appelant Apple à adopter RCS. Toutefois, la firme de Cupertino est restée fermement décidée à fournir aux utilisateurs uniquement iMessage et les SMS standard comme services par défaut. Une idée qui ne plait pas du tout à Google qui affirme que son but est d'améliorer l'expérience des utilisateurs d'Android en leur fournissant plus d'outils pour communiquer.

    Les utilisateurs se plaignent depuis longtemps des bulles vertes qui s'affichent sur iMessage lorsqu'un propriétaire d'iPhone et un propriétaire d'Android échangent des SMS, ce qui a conduit Google à faire goûter à Apple sa propre médecine avec une récente mise à jour de son application Messages. Désormais, lorsque les utilisateurs de Messages réagissent à un SMS, l'utilisateur de l'iPhone recevra un texte indiquant que la personne a réagi à son texte, accompagné d'une description de la réaction, comme "j'ai aimé" ou "j'ai adoré" un message, au lieu de voir le pouce levé ou le cœur apparaître sur le message. Ce qui est une pique à l'endroit d'Apple.

    Lors d'un événement en septembre de l'année dernière, un participant propriétaire d'un iPhone a interpellé Cook sur les problèmes liés aux vidéos envoyées entre lui et sa mère propriétaire d'un Android. Cook a répondu : « achète un iPhone à ta mère ». Selon la rumeur, Apple considère que « déplacer iMessage vers Android fera plus de mal que de bien à la firme de Cupertino ». Mais des rapports non officiels suggèrent qu’Apple envisage de prendre en charge une version universelle de RCS sans le chiffrement propriétaire de Google.

    Vient alors Beeper

    Fondée en 2020, l’équipe de Beeper travaillait à l’origine sur un agrégateur de messagerie multiplateforme, qui a été renommé Beeper Cloud cette semaine lors du lancement de Beeper Mini. Ce dernier utilise une nouvelle technologie qui permet aux utilisateurs d'Android d'envoyer des SMS aux utilisateurs d'iMessage comme s'ils envoyaient également des SMS depuis un iPhone pour seulement 1,99 $ par mois. Cela signifie des bulles bleues dans la discussion de groupe, pas des bulles vertes.

    L'entreprise assure que Beeper Mini se connecte directement aux serveurs d'Apple, comme le ferait un « vrai » iMessage. « C'est la grande avancée. Nous ne sommes plus un intermédiaire », explique Éric Migicovsky, cofondateur et PDG de Beeper, en parlant de la suppression des serveurs Mac de relais.

    Il note : « les recherches que nous avons menées consistent en une rétro-ingénierie du protocole iMessage, jusqu'à la couche la plus basse du protocole. Ainsi, Beeper Mini n'utilise pas un serveur Mac comme relais, comme c'est le cas pour toutes les autres applications - il dispose d'un Mac Mini dans un centre de données quelque part. Lorsque vous envoyez un message, vous l'envoyez en fait au Mac Mini, qui le transmet ensuite à iMessage. En revanche, Beeper Mini est une implémentation native du protocole iMessage ». Il a expliqué que Beeper n'a pas accès au contenu des messages des utilisateurs et que les messages ne sont pas envoyés en texte clair.

    « Le message que vous envoyez depuis un téléphone Android à l'aide de Beeper Mini est chiffré de bout en bout jusqu'au destinataire. Il est chiffré sur l'appareil avant de quitter l'application. Les clés de chiffrement sont exclusivement stockées sur votre appareil dans le système de fichiers Android, à l'instar d'autres applications telles que Signal et WhatsApp. L'application ne se connecte à aucun serveur de Beeper, mais uniquement aux serveurs d'Apple, comme le ferait un "vrai" iMessage », affirme la startup.

    L'application est à nouveau bloqué partiellement par Apple, quelques jours seulement après avoir signé son retour

    Mercredi, Apple semble avoir empêché ce que Beeper a décrit comme « ~ 5% des utilisateurs de Beeper Mini » d'accéder à iMessages, le co-fondateur Eric Migicovksy a déclaré aux utilisateurs qu'il comprendrait si les gens voulaient abandonner l'application. Cette dernière avait déjà suspendu son projet de facturer 1,99 $ par mois aux clients, suite à la première panne majeure.

    Sur le compte officiel, même rengaine :

    Nous réalisons à quel point cela est extrêmement gênant pour vous. Il est très ennuyeux qu'Apple pénalise ses propres clients et les utilisateurs d'Android qui souhaitent simplement des discussions sécurisées et chiffrées.

    Nous comprenons si vous choisissez de désinstaller Beeper Mini pour le moment. J'espère vous revoir bientôt.
    Mais Beeper a décidé de continuer à travailler pour garantir l’accès et à se battre sur d’autres fronts. Migicovsky a cité comme motivation la victoire d'Epic au procès contre le Play Store de Google. « Nous avons une chance. Nous n'abandonnons pas ». Au cours du week-end, Migicovsky a republié les manifestations de soutien des sénatrices Elizabeth Warren (Démocrate du Massachussets) et Amy Klobuchar (Démocrate du Minnesota), qui se sont concentrées sur le contrôle et la réglementation des pouvoirs des grandes entreprises technologiques.

    « Ce sont ses clients qu'Apple pénalise »

    Apple a précédemment publié une déclaration (assez rare) concernant l'accès à iMessage de Beeper, déclarant que l'entreprise « avait pris des mesures pour protéger nos utilisateurs en bloquant les techniques qui exploitent de fausses informations d'identification afin d'accéder à iMessage ». Citant des problèmes de confidentialité, de sécurité et de spam, Apple a déclaré qu'elle « continuerait à effectuer des mises à jour à l'avenir » pour protéger les utilisateurs. Migicovsky avait précédemment nié que Beeper utilisait de « fausses informations d'identification » ou rendait les iMessages moins sécurisés de quelque manière que ce soit.

    Puis il a été demandé à Migicovsky si, étant donné le plan déclaré d'Apple de le bloquer continuellement, il pourrait un jour y avoir un moment où l'accès de Beeper serait « réglé » ou « de nouveau opérationnel », comme il l'a dit dans son message sur X ( anciennement Twitter). Il a répondu que cela dépendait de la presse et de la communauté. « S'il y a suffisamment de pression sur Apple, ils devront arrêter de nous embêter ». « Nous », a-t-il précisé, signifiait à la fois les clients d'Apple utilisant iMessage et les utilisateurs d'Android essayant de discuter en toute sécurité avec des amis iPhone.

    « C'est eux qu'ils pénalisent », a-t-il écrit. « Ce n'est pas un combat Beeper contre Apple, c'est Apple contre les clients ».

    Nom : eli.png
Affichages : 3596
Taille : 184,5 Ko

    Beaucoup de choses sont vraies à la fois

    La lutte qui a duré une semaine, tant au niveau de l'accès au serveur que dans la joute verbale, a donné lieu à un débat par procuration haletant sur de nombreux sujets importants. Parmi eux:
    • Beeper ne facture pas ses services (du moins plus, pour l'instant)
    • Une grande partie de son accès à iMessage provient de l'ingénierie inverse, ce qui devrait être légal
    • Les utilisateurs de Beeper-on-Android et d'iPhone discutent de manière plus sécurisée lorsqu'ils utilisent iMessage au lieu de SMS (car toute technologie autre que le SMS est plus sécurisée que SMS)
    • Apple, une entreprise qui considère la confidentialité de ses clients comme une valeur centrale, renforcerait la confidentialité des propriétaires d'iPhone en proposant iMessage sur Android, ce qu'ils ne feront spécifiquement pas.
    • Les applications par défaut sont incroyablement puissantes, comme le DOJ a cherché à le prouver dans son procès contre Google.

    En même temps:
    • Il ne s'agit pas d'un logiciel local accessible via l'ingénierie inverse, mais d'un système de serveur complet pour iMessage, qu'Apple maintient en permanence.
    • Bien que personne n'ait encore utilisé Beeper ou sa technologie sous-jacente pour le spam ou les abus sur iMessage (au lieu de la version SMS déjà répandue), il n'est pas impossible d'imaginer que cela se produise.
    • Même si Beeper gère les données iMessage de manière sécurisée, il s'agit toujours d'un autre tiers introduit dans ce qui était auparavant une pile de serveurs, de messages et d'appareils entièrement contrôlée par Apple.
    • Pour le moment, vous devez fournir à Beeper un identifiant Apple pour accéder à iMessage (même si vous utilisez un mot de passe d'application à usage unique, comme vous devriez le faire)
    • «*Utilisez simplement Signal ou WhatsApp*», bien que réducteur et manquant de compréhension des valeurs par défaut, est toujours techniquement vrai*; Les appareils Apple permettent une conversation chiffrée avec des appareils non Apple.

    Et puis il y a le problème plus vaste, qui est toujours vrai pendant que tous les autres problèmes sont en cours de résolution : un service de messagerie ne fonctionne vraiment que si vous pouvez compter sur lui sans le remettre en question.

    Source : messages d'Eric Migicovsky

    Et vous ?

    Que pensez-vous de la décision d’Apple de bloquer Beeper ? Est-ce une mesure de sécurité légitime ou une entrave à la concurrence ?
    Utilisez-vous iMessage ou un autre service de messagerie ? Quels sont les avantages et les inconvénients de chaque service selon vous ?
    Trouvez-vous que Beeper est un service innovant et utile ? Pourquoi ou pourquoi pas ?
    Pensez-vous qu’Apple devrait rendre iMessage compatible avec d’autres plateformes ? Quels seraient les bénéfices et les risques d’une telle démarche ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  8. #28
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Patrick Ruiz
    Homme Profil pro
    Redacteur web
    Inscrit en
    Février 2017
    Messages
    1 784
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Redacteur web
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : Février 2017
    Messages : 1 784
    Points : 50 390
    Points
    50 390
    Par défaut La bataille qui oppose Apple à Beeper s’intensifie avec des sénateurs qui demandent au DoJ d'investiguer
    La bataille qui oppose Apple à Beeper s’intensifie avec un groupe de sénateurs qui demandent au Département de la justice US d’investiguer
    Sur le présumé comportement anti compétitif d’Apple

    Les créateurs de Beeper Mini, l’application qui amène iMessage sur Android, revendiquent la possibilité de rendre l’expérience de chat entre les smartphones Android et iPhone plus sécurisée et enrichie de plus de fonctionnalités. La mise en avant de cet argument, qui a motivé la mise sur pied de Beeper Mini, fait suite à la coupure d’accès par Apple des fonctionnalités de l’application aux utilisateurs. iMessage se veut être la chasse gardée de l’entreprise selon que Tim Cook lui-même répond à qui veut bénéficier de la totalité de ses fonctionnalités : « Achetez-vous un iPhone. » La bataille s’intensifie avec un groupe de sénateurs qui demandent au DoJ de mener des investigations sur le présumé comportement anti compétitif d’Apple qui vient à nouveau de bloquer l’application iMessage pour Android de Beeper.

    Nom : 1.png
Affichages : 1175
Taille : 65,2 Ko

    Beeper continuent donc d’engranger de plus en plus de soutiens qui partagent l’avis selon lequel Apple affiche une posture contre la concurrence et l’innovation. Le géant technologique fait de plus en plus face à des appels susceptibles de le faire plier sur cette question du droit de l’existence d’une solution comme Beeper Mini.

    « Beeper a témoigné lors d'une audition que j'ai organisée sur l'impact du pouvoir monopolistique sur l'innovation et nous voyons maintenant cet impact en temps réel. Apple bloque leur application qui donne plus de choix aux utilisateurs. Nous devons adopter ma législation bipartisane pour mettre fin à cet abus anticoncurrentiel », écrit un sénateur du Minnesota.

    Nom : 2.png
Affichages : 855
Taille : 56,1 Ko

    Comment fonctionne Beeper Mini ?

    Fondée en 2020, l’équipe de Beeper travaillait à l’origine sur un agrégateur de messagerie multiplateforme, qui a été renommé Beeper Cloud lors du récent lancement de Beeper Mini. Ce dernier utilise une nouvelle technologie qui permet aux utilisateurs d'Android d'envoyer des SMS aux utilisateurs d'iMessage comme s'ils envoyaient également des SMS depuis un iPhone. Cela signifie des bulles bleues dans la discussion de groupe, pas des bulles vertes.

    L'entreprise assure que Beeper Mini se connecte directement aux serveurs d'Apple, comme le ferait un « vrai » iMessage. « C'est la grande avancée. Nous ne sommes plus un intermédiaire », explique Éric Migicovsky, cofondateur et PDG de Beeper, en parlant de la suppression des serveurs Mac de relais.

    Il note : « les recherches que nous avons menées consistent en une rétro-ingénierie du protocole iMessage, jusqu'à la couche la plus basse du protocole. Ainsi, Beeper Mini n'utilise pas un serveur Mac comme relais, comme c'est le cas pour toutes les autres applications - il dispose d'un Mac Mini dans un centre de données quelque part. Lorsque vous envoyez un message, vous l'envoyez en fait au Mac Mini, qui le transmet ensuite à iMessage. En revanche, Beeper Mini est une implémentation native du protocole iMessage ». Il a expliqué que Beeper n'a pas accès au contenu des messages des utilisateurs et que les messages ne sont pas envoyés en texte clair.

    « Le message que vous envoyez depuis un téléphone Android à l'aide de Beeper Mini est chiffré de bout en bout jusqu'au destinataire. Il est chiffré sur l'appareil avant de quitter l'application. Les clés de chiffrement sont exclusivement stockées sur votre appareil dans le système de fichiers Android, à l'instar d'autres applications telles que Signal et WhatsApp. L'application ne se connecte à aucun serveur de Beeper, mais uniquement aux serveurs d'Apple, comme le ferait un "vrai" iMessage », affirme la startup.

    Nom : 3.png
Affichages : 860
Taille : 80,6 Ko

    Quels sont les aspects qui alimentent la controverse autour de Beeper Mini ?

    • Beeper ne facture pas ses services (du moins plus, pour l'instant)
    • Une grande partie de son accès à iMessage provient de l'ingénierie inverse, ce qui devrait être légal
    • Les utilisateurs de Beeper-on-Android et d'iPhone discutent de manière plus sécurisée lorsqu'ils utilisent iMessage au lieu de SMS (car toute technologie autre que le SMS est plus sécurisée que SMS)
    • Apple, une entreprise qui considère la confidentialité de ses clients comme une valeur centrale, renforcerait la confidentialité des propriétaires d'iPhone en proposant iMessage sur Android, ce qu'ils ne feront spécifiquement pas.
    • Les applications par défaut sont incroyablement puissantes, comme le DOJ a cherché à le prouver dans son procès contre Google.



    En même temps:

    • Il ne s'agit pas d'un logiciel local accessible via l'ingénierie inverse, mais d'un système de serveur complet pour iMessage, qu'Apple maintient en permanence.
    • Bien que personne n'ait encore utilisé Beeper ou sa technologie sous-jacente pour le spam ou les abus sur iMessage (au lieu de la version SMS déjà répandue), il n'est pas impossible d'imaginer que cela se produise.
    • Même si Beeper gère les données iMessage de manière sécurisée, il s'agit toujours d'un autre tiers introduit dans ce qui était auparavant une pile de serveurs, de messages et d'appareils entièrement contrôlée par Apple.
    • Pour le moment, vous devez fournir à Beeper un identifiant Apple pour accéder à iMessage (même si vous utilisez un mot de passe d'application à usage unique, comme vous devriez le faire)
    • « Utilisez simplement Signal ou WhatsApp », bien que réducteur et manquant de compréhension des valeurs par défaut, est toujours techniquement vrai ; Les appareils Apple permettent une conversation chiffrée avec des appareils non Apple.


    Apple a procédé par retro ingénierie dans les années 2000 pour rendre sa suite bureautique iWork compatible avec les formats de fichier de la suite Office

    Apple est aujourd'hui l'une des entreprises les plus importantes et les plus rentables de la planète. Mais, au début des années 2000, l'entreprise luttait pour sa survie. Le système d'exploitation Windows de Microsoft était en pleine ascension et Microsoft a tiré parti de sa domination pour s'assurer que tous les utilisateurs de Windows s'appuient sur sa suite Microsoft Office (Word, Excel, Powerpoint, etc.).

    Les utilisateurs d'Apple - une petite minorité d'utilisateurs d'ordinateurs - qui souhaitaient échanger des documents avec le monde beaucoup plus vaste des utilisateurs de Windows étaient dépendants du système d'exploitation Office de Microsoft pour Macintosh (qui fonctionnait de manière incohérente avec les documents Office de Windows, avec des comportements inattendus tels que la corruption des documents de sorte qu'ils n'étaient plus lisibles, ou l'affichage partiel ou incorrect de certaines parties des documents échangés).

    Les utilisateurs d'Apple pouvaient également demander aux utilisateurs de Windows d'exporter leurs documents Office vers un format de fichier "interopérable" tel que Rich Text Format (pour le texte). Néanmoins, ces formats étaient eux aussi incohérents et sujets aux erreurs, car ils étaient interprétés de différentes manières par différents programmes, tant sur les systèmes Mac que sur les systèmes Windows.

    Apple aurait pu supplier Microsoft d'améliorer ses offres Macintosh, ou l'entreprise de normaliser ses produits phares au sein d'un organisme de normalisation comme OASIS ou ISO. Mais Microsoft n'avait guère de raison de faire une telle chose : ses produits Office constituaient un avantage concurrentiel considérable et, malgré le fait qu'Apple était trop petit pour constituer une véritable menace, Microsoft avait la réputation de se donner beaucoup de mal pour éliminer les concurrents potentiels, y compris les ordinateurs Macintosh et les ordinateurs fonctionnant avec le système d'exploitation GNU/Linux.

    Apple n'a pas compté sur la bonne volonté et la générosité de Microsoft. L’entreprise s’est plutôt appuyée sur la rétro-ingénierie. Après sa campagne publicitaire Switch de 2002 destinée à amener les clients potentiels d'Apple d'ignorer les mythes sur la difficulté d'intégrer les Macs dans les flux de travail Windows, elle a intensifié le travail sur sa suite de productivité iWork. Lancée en 2005, elle comprenait déjà un traitement de texte (Pages), un tableur (Numbers) et un programme de présentation (Keynote). Il s'agissait d'applications riches en fonctionnalités, avec de nombreuses innovations qui ont dépassé les outils Microsoft en place, mais cette supériorité n'aurait pas suffi à assurer l'adoption d'iWork, car les meilleurs tableurs du monde ne sont d'aucune utilité si les personnes avec lesquelles vous devez travailler ne peuvent pas les ouvrir.
    Ce qui a fait le succès d'iWork - et a contribué à relancer Apple - c'est le fait que Pages pouvait ouvrir et enregistrer la plupart des fichiers Word, que Numbers pouvait ouvrir et enregistrer la plupart des fichiers Excel et que Keynote pouvait ouvrir et enregistrer la plupart des présentations PowerPoint. Apple n'a pas obtenu cette compatibilité grâce à la coopération de Microsoft. L’entreprise l'a obtenue malgré l’absence de coopération de Microsoft.

    Et vous ?

    Pour ou contre l’existence de solutions comme Beeper Mini ? Êtes-vous d’avis que cette application a « sa raison d’être » comme le soulignent les créateurs ?
    Partagez-vous les avis selon lesquels Apple affiche un comportement anticoncurrentiel qui mérite une législation pour le faire plier ?
    Quelles pourraient être les conséquences à long terme pour les développeurs tiers qui tentent d’intégrer des services exclusifs à des plateformes spécifiques ?
    Quel impact cette décision pourrait-elle avoir sur les utilisateurs d’Android qui souhaitaient utiliser iMessage via Beeper Mini ?
    Devrait-il y avoir des réglementations pour garantir la compatibilité interplateforme des services de messagerie, ou les entreprises devraient-elles avoir le droit de protéger leurs services exclusifs ?

    Voir aussi :

    Le lanceur d'alerte Edward Snowden et l'EFF critiquent le projet d'Apple de scanner les messages et les images iCloud, des milliers de personnes demandent à l'entreprise de suspendre ses plans

    Apple invite les chercheurs à vérifier ses fonctionnalités de sécurité pour les enfants, mais poursuit en justice une startup qui fait exactement cela

    Après les critiques, Apple ne recherchera que les images d'abus signalées dans plusieurs pays et insiste qu'il s'agit d'une avancée en matière de confidentialité

    Dans un mémo interne, Apple répond aux préoccupations concernant les nouvelles fonctions de balayage des photos, alors que les experts dénoncent un recul dans les progrès en matière de vie privée

    Le Parlement allemand demande à Tim Cook de reconsidérer ses projets de CSAM, estimant que le système de balayage d'Apple sape la communication confidentielle
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  9. #29
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Mai 2019
    Messages
    1 792
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2019
    Messages : 1 792
    Points : 35 591
    Points
    35 591
    Par défaut Beeper abandonne le projet iMessage sur Android à cause de la résistance d'Apple et envisage des poursuites
    Beeper, une startup créant un agrégateur de messagerie multiplateforme, abandonne son projet iMessage pour Android face à la résistance d'Apple,
    et envisage d'intenter des poursuites contre Apple

    Beeper a abandonné son projet visant à porter iMessage sur Android après un mois de confrontations avec Apple. Malgré la mise en place de solutions de contournement complexes, Apple a éliminé chaque correctif de Beeper. La dernière tentative exige que les utilisateurs possèdent un iPhone jailbreaké et un ordinateur Mac ou Linux. Beeper admet que jouer au chat et à la souris avec Apple est insoutenable et annonce qu'il ne réagira pas si sa solution actuelle est rejetée.

    Beeper, une jeune entreprise développant un agrégateur de messagerie multiplateforme, prétend avoir résolu les problèmes de compatibilité des messages texte entre Android et iOS. Elle présente Beeper Mini, une application de messagerie qui permettrait d'utiliser iMessage sur des appareils Android. Des testeurs ayant expérimenté l'application déclarent qu'elle fonctionne de manière « assez satisfaisante », et Beeper affirme qu'elle offre une protection de la vie privée supérieure par rapport à d'autres alternatives. La société explique que la faisabilité de Beeper Mini a été rendue possible grâce à la rétro-ingénierie du protocole iMessage d'Apple par l'équipe à l'origine de l'application.

    Nom : Beeper2.jpg
Affichages : 7526
Taille : 29,0 Ko

    Cette décision complique considérablement l'utilisation de Beeper, initialement conçu pour faciliter l'accès à iMessage sur Android. Beeper suggère même la location d'anciens iPhones pour les utilisateurs. Bien que des législateurs américains aient demandé une enquête sur le traitement potentiellement anticoncurrentiel de Beeper par Apple, l'issue reste incertaine. Malgré l'abandon du projet iMessage, Beeper se tourne vers son objectif initial de construire la meilleure application de chat au monde.

    Le protocole RCS (Rich Communication Services) représente une amélioration du système SMS, offrant une expérience plus enrichissante aux utilisateurs. Destiné à remplacer les SMS et MMS, il permet la création de discussions de groupe, l'envoi d'images et de vidéos, la réception d'accusés de réception, ainsi que la prise en charge du chiffrement de bout en bout. De plus, il élimine la limite de 160 caractères présente dans les SMS traditionnels. Lancé en 2007, le RCS a été adopté par le Global System for Mobile Communications (GSMA) en 2008 et est accessible aux utilisateurs du système d'exploitation Android.

    Au fil des années, Google a tenté de persuader Apple d'intégrer le protocole RCS à iMessage, mais jusqu'à présent, le fabricant d'iPhone s'est montré réticent à ouvrir son service de messagerie. En août 2022, Google a créé un site Web dédié appelant Apple à adopter le RCS, mais la firme de Cupertino reste déterminée à fournir uniquement iMessage et les SMS standard en tant que services par défaut. Cette position est contestée par Google, qui soutient que son objectif est d'améliorer l'expérience des utilisateurs Android en leur offrant davantage d'outils de communication.

    Les utilisateurs se sont plaints de l'affichage de bulles vertes lors des échanges de SMS entre propriétaires d'iPhone et d'Android via iMessage, incitant Google à répondre avec une mise à jour de son application Messages. Désormais, lorsqu'un utilisateur réagit à un SMS, le propriétaire de l'iPhone reçoit un texte signalant la réaction, accompagné d'une description telle que "j'ai aimé" ou "j'ai adoré" le message, plutôt que de voir apparaître le pouce levé ou le cœur, constituant ainsi une réponse cinglante à Apple.

    Citation Envoyé par Beeper
    Chaque fois que Beeper Mini tombe en panne ou est considéré comme non fiable en raison d'une interférence d'Apple, la crédibilité de Beeper en prend un coup. C'est insoutenable. Même si nous voulons nous battre pour ce que nous pensons être un produit fantastique qui devrait vraiment exister, la vérité est que nous ne pouvons pas gagner un jeu du chat et de la souris avec la plus grande entreprise du monde.

    Avec notre dernière version du logiciel, nous pensons avoir créé quelque chose qu'Apple peut tolérer. Nous ne prévoyons pas de réagir si cette solution est mise hors ligne. Le logiciel de connexion iMessage qui équipe Beeper Mini et Beeper Cloud est désormais 100 % open source. Quiconque le souhaite peut l'utiliser ou en poursuivre le développement.

    À ce stade, les actions d'Apple visant à bloquer Beeper Mini semblent de plus en plus difficiles à défendre. La seule raison potentielle qui reste à Apple est qu'elle pourrait gagner moins d'argent en vendant des iPhones si iMessage était disponible sur Android. Certains représentants d'Apple ont admis que "iMessage sur Android servirait simplement à éliminer un obstacle pour les familles utilisant l'iPhone qui donnent à leurs enfants des téléphones Android". Nous espérons qu'Apple a davantage confiance dans son offre globale de produits que de penser que les gens achètent des iPhones uniquement pour obtenir une bulle bleue.
    La saga entre Beeper et Apple semble toucher à sa fin puisque l'application de messagerie abandonne sa solution de contournement pour activer iMessage sur les appareils Android. Après un long va-et-vient d'Apple pour bloquer les solutions de Beeper, la startup déclare qu'elle ne peut plus rivaliser avec les ressources du géant de la technologie et qu'elle va se réorienter.

    Dans un nouveau billet de blog, Beeper reconnaît qu'elle « ne peut pas gagner un jeu du chat et de la souris avec la plus grande entreprise de la planète ». Chaque fois qu'une de ses solutions de contournement tombe en panne, la crédibilité de Beeper en prend un coup. L'entreprise affirme donc qu'elle ne réagira pas si sa dernière méthode, qui consiste à utiliser des iPhones et des Macs jailbreakés par la communauté, est bloquée.

    Au lieu de cela, Beeper se projette en 2024, en précisant qu'elle concentrera ses efforts sur la « construction de la meilleure application de chat au monde ». Le logiciel de contournement permettant d'activer iMessage sur Android via Beeper Mini et Beeper Cloud est désormais entièrement open source. Les utilisateurs peuvent inspecter le code eux-mêmes pour vérifier que Beeper ne vole pas de données ou de messages.

    « Il est facile de vérifier que Beeper Mini n'est pas une application malveillante conçue pour voler vos messages et vos comptes, ou pour récolter vos données. Si vous le souhaitez, vous pouvez inspecter le code de notre pont iMessage open source (qui est intégré à Beeper Mini) et l'héberger vous-même pour prouver qu'il ne se connecte qu'aux serveurs d'Apple ».

    Beeper a même proposé de rembourser à Apple les coûts d'infrastructure encourus par l'ouverture d'iMessage aux utilisateurs d'Android. Mais Apple a toujours défendu l'exclusivité d'iMessage pour ses plateformes. Auparavant, un groupe bipartisan de législateurs avait demandé au ministère américain de la justice d'enquêter pour déterminer si les actions d'Apple contre Beeper constituaient un comportement anticoncurrentiel. Toutefois, comme Beeper est passé à autre chose, il n'est pas certain qu'une enquête soit encore menée.

    L'entreprise affirme qu'elle pense que le fait de rendre son logiciel de pont iMessage open source est « quelque chose qu'Apple peut tolérer d'exister ». Mais le ton de Beeper indique qu'elle voit l'écriture sur le mur. Après avoir joué au chat et à la souris pendant des mois, la startup admet qu'elle ne peut pas rivaliser avec les vastes ressources d'Apple et le contrôle qu'elle exerce sur iMessage.

    Les Complexités et les Barrières Technologiques Rencontrées par Beeper

    Il semble que Beeper ait fait face à des obstacles significatifs dans sa tentative de rendre iMessage disponible sur Android. L'abandon du projet après un mois de lutte avec Apple reflète la difficulté de contourner les restrictions imposées par la société. Les solutions de contournement de plus en plus complexes mises en œuvre par Beeper soulignent les défis auxquels les développeurs sont confrontés pour offrir des fonctionnalités intercompatibles avec les produits d'Apple.

    La nécessité d'avoir un iPhone jailbreaké et un ordinateur Mac ou Linux pour utiliser la dernière tentative de Beeper représente une barrière technique importante, compliquant l'expérience utilisateur et limitant considérablement la portée de Beeper. La suggestion de louer d'anciens iPhones met en lumière les efforts déployés par Beeper pour trouver des solutions alternatives, bien que cela puisse ne pas être une option pratique pour de nombreux utilisateurs.

    La demande d'enquête des législateurs américains sur le traitement potentiellement anticoncurrentiel de Beeper par Apple soulève des questions sur la dynamique du marché et les restrictions imposées aux développeurs tiers. Cependant, l'issue de cette enquête demeure incertaine.

    Malgré l'abandon du projet iMessage, le fait que Beeper se recentre sur son objectif initial de construire la meilleure application de chat au monde suggère une volonté persistante de fournir des solutions innovantes dans le domaine des applications de messagerie. Cela pourrait indiquer que Beeper cherche à dépasser les contraintes spécifiques liées à iMessage pour se concentrer sur des fonctionnalités plus larges et une expérience utilisateur améliorée.

    Source : Beeper

    Et vous ?

    Quel impact la confrontation avec Apple pourrait avoir sur la capacité à attirer de nouveaux utilisateurs ?

    Comment cette confrontation avec Apple a-t-elle influencé la perception de Beeper en tant que concurrent sur le marché des applications de messagerie ?

    Voir aussi :

    Apple bloque à nouveau en partie l'application iMessage de Beeper, suggérant un long combat à venir. Pour son PDG, « Ce n'est pas un combat Beeper contre Apple, c'est Apple contre les clients »

    Apple coupe l'accès à Beeper Mini après le lancement du service qui a amené iMessage sur Android : « Nous avons pris des mesures pour protéger nos utilisateurs », a indiqué l'entreprise

    La bataille qui oppose Apple à Beeper s'intensifie avec un groupe de sénateurs qui demandent au Département de la justice US d'investiguer, sur le présumé comportement anti compétitif d'Apple
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  10. #30
    Membre émérite
    Profil pro
    retraité
    Inscrit en
    Décembre 2010
    Messages
    799
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : retraité

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2010
    Messages : 799
    Points : 2 278
    Points
    2 278
    Par défaut
    C'est peine perdu, ils protègent leur pré carre.

  11. #31
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    422
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 422
    Points : 7 893
    Points
    7 893
    Par défaut Le logiciel de connexion à iMessage développé par Beeper est en libre accès. Que se passera-t-il ensuite ?
    Le logiciel de connexion à iMessage développé par Beeper est en libre accès. Que se passera-t-il ensuite ?
    Beeper ne réagira plus si Apple bloque la dernière version du logiciel

    Beeper jette l'éponge face à Apple. La startup vient de publier une nouvelle version de son application Beeper Mini permettant aux utilisateurs d'Android d'envoyer des iMessage aux utilisateurs d'iPhone. Mais elle a également annoncé qu'il s'agit de sa dernière tentative visant à défier le jardin clos d'Apple et qu'elle ne réagira plus si la firme de Cupertino bloque à nouveau Beeper Mini. Le développeur d'applications a déclaré qu'il n'est tout simplement pas en mesure de "gagner un jeu du chat et de la souris contre la plus grande entreprise du monde". Il préfère donc tourner la page. Entre-temps, Beeper Mini et Beeper Cloud sont désormais entièrement open source sur GitHub.

    Beeper annonce qu'il est à court d'idées et met fin au support de son logiciel

    « Chaque fois que Beeper Mini tombe en panne ou qu'il n'est pas fiable en raison d'une interférence d'Apple, la crédibilité de Beeper en prend un coup. C'est insoutenable. Même si nous voulons nous battre pour ce que nous croyons être un produit fantastique qui devrait vraiment exister, la vérité est que nous ne pouvons pas gagner un jeu du chat et de la souris avec la plus grande entreprise de la planète. Avec la dernière version de l'application, nous pensons avoir créé quelque chose qu'Apple peut tolérer. Nous ne prévoyons pas de réagir si cette solution est mise hors ligne », explique Beeper dans un billet de blogue publié récemment sur son site Web.

    En effet, Apple a longtemps maintenu un pseudo-monopole social dans la messagerie grâce à son logiciel iMessage qui, selon l'entreprise, offre aux utilisateurs d'iPhone une meilleure expérience et plus de sécurité. Mais Beeper tente de faire entrer Android dans la danse. Pour cela, Beeper a publié au début du mois "Beeper Mini", une application de messagerie qui prend en charge iMessage sur les appareils Android. Cela signifie que Beeper Mini permet à un appareil Android d'envoyer des messages chiffrés sur iMessage comme s'il utilisait un iPhone, avec des bulles bleues, des accusés de réception, etc., ainsi que du contenu multimédia de haute qualité.

    Beeper Mini a rapidement déclenché un conflit entre Apple et Beeper, le fabricant de l'iPhone bloquant l'application en invoquant des problèmes de sécurités, et Beeper trouvant de nouveaux moyens de reconnecter ses utilisateurs Android à iMessage. Dans ce bras de fer, Apple a éliminé l'un après l'autre une série de correctifs apportés par Beeper au cours du dernier mois. Chaque nouvelle solution de contournement proposée par Beeper était plus complexe que la précédente et la dernière en date est tout un imbroglio dans lequel les utilisateurs pourraient avoir du mal à se retrouver. La startup est désormais à court d'idées et annonce la fermeture de ce projet.

    L'affrontement entre deux entreprises au sujet d'un simple envoi de SMS semble un peu étrange, mais il est profondément lié à la stratégie d'Apple visant à contrôler le marché de la téléphonie mobile. Apple a lancé iMessage en 2011, avant que les applications de messagerie tierces comme WhatsApp ne deviennent la norme. Depuis, Apple est devenu une entreprise pesant 3 000 milliards de dollars qui, d'après un rapport de Piper Sandler, détient 57 % du marché américain de la téléphonie mobile, avec 87 % des jeunes de la génération Z qui utilisent l'iPhone. Le jardin clos d'Apple oblige les utilisateurs d'appareils Apple à n'acheter que des appareils Apple.

    Cela renforce la position dominante d'Apple. Au fil des années, le service iMessage d'Apple est devenu un pilier de la communication américaine et influe sur la manière dont les gens interagissent les uns avec les autres. La pression sociale exercée pour convaincre les amis et la famille de passer à l'iPhone pour avoir des messages avec des bulles bleues est conçue par Apple. Le problème peut paraitre insignifiant, mais il fait l'objet d'une grande attention dans la communauté. Il existe de nombreux projets visant à permettre aux utilisateurs d'Android d'envoyer des iMessage à partir d'un appareil Android, tout en bénéficiant d'une expérience fluide et sécurisée.

    La dernière solution de Beeper Mini rend l'application presque inexploitable

    Ce qui a commencé comme un simple téléchargement d'application est devenu un processus de plus en plus complexe pour les utilisateurs de Beeper. Lorsque Beeper Mini a été lancé, les utilisateurs n'avaient qu'à télécharger l'application pour apporter iMessage sur Android. Depuis, chaque fois qu'Apple a bloqué le service, Beeper a dû proposer des solutions de plus en plus compliquées. La dernière solution exige que les utilisateurs possèdent ou louent un iPhone jailbreaké afin d'utiliser Beeper Mini. Deux jours plus tôt, Beeper annonçait aux utilisateurs qu'ils devaient avoir accès à un ordinateur Mac ou Linux ou avoir un ami sur Beeper avec un Mac.


    Les utilisateurs doivent ensuite installer un outil Beeper pour générer un code d'enregistrement iMessage, puis mettre à jour la dernière application Beeper Mini et saisir votre code. Mais encore, ils doivent laisser l'iPhone branché sur le secteur et connecté au Wi-Fi en permanence. La procédure est compliquée et réduite considérablement à l'attrait initial de Beeper, qui était censé fournir un moyen simple d'amener iMessage sur Android. De nombreux rapports ont signalé que certains utilisateurs avaient déjà abandonné avec les solutions de contournement précédentes, et cette nouvelle solution risque de détourner encore plus d'utilisateurs de ce jeune service.

    Mais Beeper affirme que ce dernier correctif est quelque chose qu'Apple peut tolérer. (L'on estime que cette solution de contournement est tellement compliquée que la grande majorité des utilisateurs ne l'essaieront pas et Beeper semble penser la même chose.) Bien que Beeper jette l'éponge, la société reste convaincue qu'Apple n'a encore pas tout à fait gagné la bataille. Elle note qu'Apple a de plus en plus de mal à justifier son acharnement contre Beeper Mini et pourrait être amené à rendre des comptes à rendre aux régulateurs. Selon certains critiques, la réponse d'Apple révèle que l'entreprise craint réellement le succès potentiel de Beeper Mini.

    « Les actions d'Apple visant à bloquer Beeper Mini semblent de plus en plus difficiles à défendre. La seule raison potentielle qui leur reste est qu'ils pourraient gagner moins d'argent en vendant des iPhone si iMessage était disponible sur Android », a écrit Beeper dans son billet de blogue. La semaine dernière, un groupe bipartisan de législateurs américains a demandé au ministère américain de la Justice d'enquêter sur le traitement potentiellement antitrust de Beeper Mini par Apple, notant que "l'interopérabilité et les interconnexions sont des moteurs essentiels de la concurrence et du choix des consommateurs dans les services de communication".

    Compte tenu des derniers développements de la saga, on ne sait pas s'il en sortira quelque chose. En outre, Eric Migicovsky, PDG de Beeper, ne semble pas prêt à reculer. Migicovsky a déclaré que Beeper envisageait d'intenter une action en justice contre Apple pour des raisons antitrust. Jeudi, Beeper a déclaré avoir ouvert ses logiciels Beeper Mini et Beeper Cloud à d'autres développeurs désireux de s'y essayer. Bien que Beeper n'essaie plus d'amener iMessage sur Android, la société déclare qu'elle se concentrera à nouveau sur son objectif à long terme, à savoir construire la meilleure application de chat au monde au cours de l'année à venir.

    Apple s'apprête à prendre en charge le nouveau protocole RCS sur l'iPhone

    Le protocole RCS (Rich Communication Services) est une version améliorée du système SMS qui offre une expérience plus riche aux utilisateurs. Conçu pour remplacer la messagerie SMS et MMS, il permet aux utilisateurs de créer des discussions de groupe avec des amis, d'envoyer des images et des vidéos, d'obtenir des accusés de réception et de prendre en charge le chiffrement de bout en bout. De plus, il n'y a pas la limite de 160 caractères comme avec les SMS ordinaires. RCS est apparu en 2007 et a été adopté par le Global System for Mobile Communications (GSMA) en 2008. Il est disponible pour les utilisateurs du système d'exploitation Android.


    Ces dernières années, Google a fait des pieds et des mains pour convaincre Apple d'intégrer le protocole RCS à iMessage, mais jusqu'à présent, le fabricant de l'iPhone s'est montré très réticent à ouvrir les frontières de son service de messagerie. En août 2022, Google a créé un site Web dédié appelant Apple à adopter RCS. Toutefois, la firme de Cupertino est restée fermement décidée à fournir aux utilisateurs uniquement iMessage et les SMS standard comme services par défaut. Une idée qui ne plait pas du tout à Google qui affirme que son but est d'améliorer l'expérience des utilisateurs d'Android en leur fournissant plus d'outils pour communiquer.

    Les utilisateurs se plaignent depuis longtemps des bulles vertes qui s'affichent sur iMessage lorsqu'un propriétaire d'iPhone et un propriétaire d'Android échangent des SMS, ce qui a conduit Google à faire goûter à Apple sa propre médecine avec une récente mise à jour de son application Messages. Désormais, lorsque les utilisateurs de Messages réagissent à un SMS, l'utilisateur de l'iPhone recevra un texte indiquant que la personne a réagi à son texte, accompagné d'une description de la réaction, comme "j'ai aimé" ou "j'ai adoré" un message, au lieu de voir le pouce levé ou le cœur apparaître sur le message. Ce qui est un pic à l'endroit d'Apple.

    Après des années de refus, Apple a annoncé le mois dernier qu'il ouvrirait l'application iMessage (probablement en raison de la réglementation européenne) afin qu'elle fonctionne avec le protocole RCS. L'on peut espérer que cela permettra d'offrir une expérience de messagerie plus moderne et plus sûre lors de l'envoi de SMS entre un iPhone et un téléphone Android, et de s'éloigner des normes SMS et MMS vieillissantes. Cependant, les bulles vertes continueront à persister même s'il n'y a que peu (ou pas) de différences fonctionnelles. Selon les analystes, Apple ne lancera probablement jamais iMessage sur le système d'exploitation mobile de Google.

    En attendant l'adoption complète de RCS par Apple, certains développeurs proposent des services permettant d'accéder à iMessage via les téléphones Android. De son côté, Apple s'empresse de bloquer ces applications, en invoquant des problèmes de sécurité. Mais les législateurs s'interrogent sur la concurrence dans le domaine de la messagerie et sur le contrôle étroit exercé par Apple sur le marché. Apple pourrait être durement frappé par la loi européenne sur les services numériques (DMA), qui stipule que les grandes entreprises technologiques (appelée "gatekeepers") devront disposer d'une interface interopérable pour leurs réseaux de discussion.

    Sources : Beeper, référentiel GitHub du projet

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Que pensez-vous de la décision de Beeper de ne plus supporter son logiciel Beeper Mini ?
    Pensez-vous que l'histoire s'arrêtera là ? Apple pourrait-il faire face à des actions de la part des régulateurs ?

    Voir aussi

    Beeper, une startup créant un agrégateur de messagerie multiplateforme, abandonne son projet iMessage pour Android face à la résistance d'Apple, et envisage d'intenter des poursuites contre Apple

    Beeper affirme avoir rétro-ingéniéré iMessage afin d'apporter des textes à bulles bleues aux utilisateurs d'Android, mais l'approche suscite toujours des préoccupations liées à la vie privée

    La bataille qui oppose Apple à Beeper s'intensifie avec un groupe de sénateurs qui demandent au Département de la justice US d'investiguer, sur le présumé comportement anti compétitif d'Apple

  12. #32
    Membre du Club
    Profil pro
    Inscrit en
    Mai 2002
    Messages
    21
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2002
    Messages : 21
    Points : 48
    Points
    48
    Par défaut
    Citation Envoyé par archqt Voir le message
    C'est peine perdu, ils protègent leur pré carre.
    Bonjour, un peu certainement, mais je pense que l'aspect sécurité n'est pas non plus à écarter.
    Je m'explique, je ne peux affirmer que c'est, à coup sûr, en relation avec cette application ou une utilisation détournée de la méthode utilisée, mais récemment j'ai reçu des iMessages de hameçonnage ce qui n'arrivait jamais auparavant.
    Ces messages en provenance d'adresse mail bidon, proposaient un travail facile et bien rémunéré et revoyait vers un lien WhatsApp. Une activité honnête sans doutes

  13. #33
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    422
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 422
    Points : 7 893
    Points
    7 893
    Par défaut Des utilisateurs de Beeper affirment qu'Apple empêche désormais leurs Mac d'utiliser iMessage
    Des utilisateurs de Beeper affirment qu'Apple empêche désormais leurs Mac d'utiliser iMessage
    certains auraient été retirés du réseau iMessage après avoir été signalés pour spam

    Le bras de fer opposant Apple à Beeper n'est pas encore terminé, semble-t-il, même si Beeper Mini, l'application iMessage pour Android, a été retirée du Play Store la semaine dernière. Certains clients d'Apple qui utilisaient les applications de Beeper ont commencé à signaler que l'application iMessage ne fonctionne plus sur leur Mac. Il semblerait qu'Apple a pris cette mesure pour empêcher les applications de Beeper de fonctionner correctement, mais pénalise en fin de compte ses propres clients pour avoir osé essayer une solution non Apple pour accéder à iMessage. Rien ne permet de le confirmer pour l'instant, mais l'entreprise fait l'objet de vives critiques sur la toile.

    Beeper Mini a fait ses débuts en décembre et l'éditeur, le développeur d'applications de messagerie Beeper, a déclaré à l'époque avoir rétro-ingéniéré iMessage dans le but de permettre aux utilisateurs d'Android d'envoyer des messages à bulles bleues aux utilisateurs d'iPhone. Autrement dit, Beeper Mini permettait aux utilisateurs de smartphones Android d'envoyer et de recevoir des chats iMessage chiffrés de bout en bout pour seulement 1,99 dollar par mois. Beeper avait assuré que Beeper Mini se connectait directement aux serveurs d'Apple, permettant ainsi aux utilisateurs d'éviter les serveurs intermédiaires qui constituent une menace pour la vie privée.

    Mais Apple a rapidement bloqué Beeper Mini et a depuis continué à bloquer les efforts de Beeper pour la faire fonctionner. Dernièrement, Beeper a publié une dernière version de Beeper Mini qui nécessite un Mac pour fonctionner, mais Apple semble s'être aussi attaqué à cette solution. De nombreux utilisateurs de Beeper ont signalé avoir rencontré des problèmes avec leurs Mac, qui semblent être interdits d'accès à iMessage. Que ce soit via l'application Beeper ou l'application iMessage d'Apple, ils ne peuvent tout simplement pas accéder au service. Il s'agit apparemment d'une décision intentionnelle de la part d'Apple, mais il est difficile d'en être certain.

    Nom : ebjidiejfiejziot.png
Affichages : 1413
Taille : 18,8 Ko

    D'après les récits partagés par certains utilisateurs sur Reddit et Discord, lorsqu'ils ont contacté l'assistance technique d'Apple, le personnel leur a notifié que leurs Mac ont été signalés pour spam ou pour avoir envoyé trop de messages. De nombreux utilisateurs de Beeper ont alors conclu que c'est ainsi qu'Apple les signale pour qu'ils soient retirés du réseau iMessage. (Il existe plusieurs rapports sur ce qui se passe, mais aucun ne semble être exactement le même. Dans certains cas, les utilisateurs de Beeper rencontrent simplement des problèmes pour garder iMessage connecté à l'application, tandis que d'autres rapportent qu’iMessage ne fonctionne plus.)

    Les commentaires révèlent que la théorie la plus répandue parmi les utilisateurs est qu'Apple bloque les identifiants matériels utilisés par ces Mac. Beeper Mini utilise ces données pour enregistrer l'application dans iMessage. Après le lacement de Beeper Mini, Apple avait affirmé que la méthode d'ingénierie inverse utilisée par l'application pour accéder à iMessage comporte plusieurs risques importants pour la sécurité et la vie privée des utilisateurs. Beeper, quant à lui, espérait que sa dernière méthode d'accès à iMessage serait une méthode qu'Apple pourrait tolérer. Beeper Mini a également été récemment retiré du Play Store à la suite de cette débâcle.

    Les représailles lancées par Apple contre Beeper Mini ont rapidement attiré l'attention des législateurs. Cela a conduit un groupe bipartisan de législateurs à exhorter le ministère américain de la Justice à enquêter sur "le traitement anticoncurrentiel potentiel" de l'application Beeper Mini par Apple. La nouvelle concernant l'interdiction des Mac fait l'objet d'un débat intense sur les forums en ligne. Selon certains critiques, les représailles contre les utilisateurs de Mac sont justifiées, car ils ont violé les conditions d'utilisation d'Apple, tandis que d'autres affirment que l'interopérabilité d'iMessage devrait être gérée par une réglementation au niveau fédéral.

    Un troisième groupe de critiques affirment qu'Apple exerce un monopole sur l'écosystème iOS et nuit à l'innovation. Les efforts entrepris par Apple ont poussé Beeper à jeter l'éponge fin décembre. Le développeur a publié en open source le code source de la dernière version de son logiciel et a déclaré qu'il ne réagira plus si la firme de Cupertino bloque cette dernière. Beeper a déclaré qu'il n'est simplement pas en mesure de "gagner un jeu du chat et de la souris contre la plus grande entreprise du monde". Il ne tentera plus d'apporter iMessage et a déclaré qu'elle se concentrera sur le développement de la meilleure application de chat au monde.

    « Chaque fois que Beeper Mini tombe en panne ou qu'il n'est pas fiable en raison d'une interférence d'Apple, la crédibilité de Beeper en prend un coup. C'est insoutenable. Même si nous voulons nous battre pour ce que nous croyons être un produit fantastique qui devrait vraiment exister, la vérité est que nous ne pouvons pas gagner un jeu du chat et de la souris avec la plus grande entreprise de la planète. Avec la dernière version de l'application, nous pensons avoir créé quelque chose qu'Apple peut tolérer. Nous ne prévoyons pas de réagir si cette solution est mise hors ligne », explique Beeper dans un billet de blogue publié sur son site Web.

    Malgré cela, Beeper a déclaré à l'époque qu'Apple n'avait encore pas tout à fait gagné la bataille. Selon lui, Apple a de plus en plus de mal à justifier son acharnement contre Beeper Mini et pourrait être amené à rendre des comptes à rendre aux régulateurs. Selon certains critiques, la réponse d'Apple révèle que l'entreprise craignait le succès potentiel de Beeper Mini. « Les actions d'Apple visant à bloquer Beeper Mini semblent de plus en plus difficiles à défendre. La seule raison potentielle qui leur reste est qu'ils pourraient gagner moins d'argent en vendant des iPhone si iMessage était disponible sur Android », avait écrit Beeper dans son billet de blogue.

    Par ailleurs, après des années de refus, Apple a annoncé en novembre qu'il va ouvrir iMessage (en raison de la loi européenne sur les marchés numériques) afin qu'il fonctionne avec le protocole RCS. L'on peut espérer que cela permettra d'offrir une expérience de messagerie plus moderne et plus sûre lors de l'envoi de SMS entre un iPhone et un téléphone Android, et de s'éloigner des normes SMS et MMS vieillissantes. Cependant, les bulles vertes continueront à persister même s'il n'y a que peu (ou pas) de différences fonctionnelles. Selon les analystes, Apple ne lancera probablement jamais iMessage sur le système d'exploitation mobile de Google.

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Que pensez-vous des plaintes des utilisateurs de Beeper ?
    Apple a-t-il le droit de bloquer l'utilisation d'iMessage sur les Mac pour ces utilisateurs ?
    L'utilisation des applications Beeper constitue-t-elle une violation des conditions d'utilisation d'Apple ?

    Voir aussi

    Beeper affirme avoir rétro-ingéniéré iMessage afin d'apporter des textes à bulles bleues aux utilisateurs d'Android, mais l'approche suscite toujours des préoccupations liées à la vie privée

    La bataille qui oppose Apple à Beeper s'intensifie avec un groupe de sénateurs qui demandent au Département de la justice US d'investiguer sur le présumé comportement anti compétitif d'Apple

    Le logiciel de connexion à iMessage développé par Beeper est en libre accès. Que se passera-t-il ensuite ? Beeper met fin au support du logiciel et ne réagira pas si Apple bloque la dernière version

Discussions similaires

  1. Réponses: 6
    Dernier message: 05/09/2018, 14h12
  2. Réponses: 23
    Dernier message: 16/10/2015, 01h23
  3. Réponses: 6
    Dernier message: 04/10/2014, 16h26
  4. Réponses: 29
    Dernier message: 09/08/2011, 14h58

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo