IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1621
    Membre expert
    Profil pro
    undef
    Inscrit en
    Février 2013
    Messages
    971
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France, Lot (Midi Pyrénées)

    Informations professionnelles :
    Activité : undef

    Informations forums :
    Inscription : Février 2013
    Messages : 971
    Points : 3 576
    Points
    3 576
    Par défaut
    Citation Envoyé par totozor Voir le message
    ...Le sexe est définit par 4 choses : la physiologie, les hormones, les chromosomes et le cerveau....
    Bah non, en fait. Des chromosomes découle tout le reste, donc XX == femelle aka femme ; XY == mâle aka homme ; XXY ou XXX ou XYY == anomalie/impasse évolutionniste/erreur.

  2. #1622
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    651
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 651
    Points : 11 824
    Points
    11 824
    Par défaut Un groupe d'actionnaires de Tesla dénonce le "dysfonctionnement" du conseil d'administration
    Un groupe d'actionnaires de Tesla s'oppose à la rémunération de 46 milliards de dollars d'Elon Musk et dénonce le "dysfonctionnement" du conseil d'administration
    ils réclament le départ de certains membres

    Un groupe d'actionnaires de Tesla exhorte les autres à voter contre le plan de rémunération d'Elon Musk d'une valeur estimée à 46 milliards de dollars. Ils estiment que ce n'est pas dans l'intérêt de l'entreprise. Ils pensent que le conseil d'administration de Tesla est "dysfonctionnel" et "trop redevable au PDG Elon Musk". Ils souhaitent également que les actionnaires votent contre la réélection des membres du conseil d'administration James Murdoch et Kimbal Musk. Le groupe d'actionnaires s'inquiète en effet des liens personnels de Murdoch et de Kimbal Musk avec le PDG de Tesla. Dans une lettre aux autres actionnaires, le groupe exprime toutes ses préoccupations.

    La lettre du groupe a été rendue publique lundi dans un document déposé auprès de la SEC. Elle fait état de préoccupations selon lesquelles Kimbal, qui est le frère cadet d'Elon Musk, et James Murdoch, un ami de Musk qui a pris des vacances avec sa famille, ne peuvent pas superviser efficacement le PDG en raison de leurs liens personnels. La lettre cite également un rapport du Wall Street Journal sur la consommation de drogues de Musk. En février, le média avait rapporté que des membres du conseil d'administration, dont Kimbal, ont pris de la drogue avec Musk, citant des personnes qui ont été témoins de la scène.

    Le groupe de plaignants comprend les fonds de pension de la ville de New York. Le contrôleur de la ville de New York, Brad Lander, qui fait office de conseiller en investissement pour les fonds de la ville, dont les actifs s'élèvent à 260 milliards de dollars, est à l'origine de la charge. Il exhorte les autres actionnaires à voter contre le plan de rémunération de 46 milliards de dollars de Musk lors de l'assemblée des actionnaires de Tesla le 13 juin. Selon la lettre, le conseil d'administration est "trop redevable" envers Musk et n'intervient pas alors que Musk ignore Tesla pour se concentrer sur ses fonctions au sein d'autres organisations.


    Le groupe s'est plaint du fait que Musk partageait son temps entre les entreprises en se concentrant sur une société par jour. Selon eux, "le conseil d'administration doit encore s'assurer que Tesla dispose encore d'un PDG à temps plein qui se concentre sur le développement durable de l'entreprise". Les signataires de la lettre comprennent également SOC Investment Group, Amalgamated Bank et plusieurs autres investisseurs. Les plaignants considèrent Musk comme un PDG à temps partiel chez Tesla et invitent le conseil d'administration à agir rapidement pour résoudre le problème et empêcher l'entreprise de sombrer :

    Citation Envoyé par Extrait de la lettre des actionnaires de Tesla

    L'année dernière, plusieurs d'entre nous ont écrit au conseil d'administration pour lui faire part de leurs préoccupations concernant la pénurie d'administrateurs indépendants et la faiblesse de la surveillance. Depuis lors, les problèmes de gouvernance, de performance et de gestion du capital humain n'ont toujours pas été résolus et de nouvelles indications ont été données selon lesquelles les investisseurs doivent agir pour protéger la valeur actionnariale.

    Alors même que les performances de Tesla vacillent, le conseil d'administration doit encore s'assurer que Tesla ("Tesla" ou "l'entreprise") dispose d'un PDG à temps plein qui se concentre de manière adéquate sur le succès durable à long terme de notre entreprise.
    Selon la lettre, pendant qu'il se concentre sur ses fonctions au sein d'autres organisations, Musk siphonne les talents clés de Tesla. L'avis a l'étoffe d'une épreuve de force le mois prochain entre certains investisseurs des fonds de pension de Tesla qui estiment qu'ils paient trop pour un PDG à temps partiel et la base d'investisseurs individuels de la société qui considèrent Musk comme un leader visionnaire qui doit rester chez Tesla à tout prix. L'enjeu est le vote des actionnaires pour ratifier le plan de rémunération de Musk. En février, un tribunal du Delaware a jugé que le plan de rémunération de Musk est illégal et l'a annulé.

    Tesla a réintroduit le plan de rémunération au printemps et a apporté son soutien à la proposition. Les signataires de la lettre affirment que la ratification de la rémunération de Musk ne favoriserait en rien la croissance et la stabilité à long terme de Tesla. Ils craignent aussi que son approbation donne lieu à des poursuites judiciaires au motif qu'il s'agit d'un gaspillage d'entreprise. « Les actionnaires ne devraient pas prétendre que cette prime a un quelconque effet incitatif : ce n'est pas le cas. Ce qu'il y a, c'est un problème de démesure, qui est apparu de manière flagrante depuis le début », ont écrit les plaignants.


    Dans une lettre aux actionnaires et publiée le mois dernier dans un dossier réglementaire, la présidente Robyn Denholm a déclaré que Musk avait réalisé la croissance qu'elle recherchait chez le constructeur automobile. Tesla avait atteint tous les objectifs opérationnels et de valeur des actions fixés dans le programme 2018 approuvé par les actionnaires. À l'époque, les actions avaient augmenté de 571 % depuis le début du plan de rémunération. Denholm a écrit : « Elon n'a été payé pour aucun de ses travaux pour Tesla au cours des six dernières années, qui ont contribué à générer une croissance et une valeur pour les actionnaires ».

    « Avec les autres actionnaires que nous avons déjà entendus, cela nous semble fondamentalement injuste et incompatible avec la volonté des actionnaires qui ont voté en faveur de cette décision ». Mais les actionnaires mécontents ont fait remarquer que si les actionnaires ratifient le plan de rémunération, il est possible qu'un autre plan soit proposé l'année prochaine. « Étant donné que Tesla a l'habitude d'accorder des primes exponentielles, Musk pourrait bien demander une autre prime », ont-ils écrit. Le groupe recommande également de virer du conseil d'administration le frère d'Elon et James Murdoch :

    Citation Envoyé par Extrait de la lettre des actionnaires de Tesla

    Le conseil d'administration de Tesla est composé d'administrateurs qui ont des liens personnels étroits avec le PDG Elon Musk. De nombreux éléments indiquent que ces liens, associés à une rémunération excessive des administrateurs, empêchent le niveau de pensée critique et indépendante nécessaire à une gouvernance efficace.

    Les deux administrateurs candidats à la réélection ont des liens personnels particulièrement étroits avec le PDG. Kimbal est le frère de Musk et siège au conseil d'administration depuis 20 ans, et James Murdoch est un ami personnel de longue date du PDG. Avant de rejoindre le conseil d'administration, Murdoch a pris plusieurs vacances en famille avec Elon Musk.

    En fait, c'est après l'une de ces vacances qu'il a été invité à rejoindre le conseil d'administration. Murdoch a également une relation personnelle avec Kimbal Musk, témoignant au tribunal qu'il a assisté au mariage de Kimbal et qu'il a dîné avec sa famille.
    De mars 2020 à novembre 2021, le cours de l'action Tesla est passé de 28,51 $ à 409,71 $. Mais selon la lettre, il est depuis tombé à 172,63 $, soit une baisse de 237,08 $ ou 62 % par rapport à son pic. « Au cours des trois dernières années, et surtout au cours de l'année écoulée, Tesla a clairement pris du retard par rapport à ses concurrents et au marché en général. Nous pensons que les distractions causées par les nombreux projets de Musk, en particulier sa décision d'acheter Twitter, ont joué un rôle important dans la sous-performance de Tesla », indique la lettre. Elle accuse Musk d'avoir terni la réputation de l'entreprise.


    « La réputation de Tesla a été ternie par les combats publics de Musk avec les régulateurs, l'acquisition de Twitter, les déclarations controversées sur X et ses problèmes juridiques et personnels. Musk a profité d'une surveillance laxiste pour utiliser Tesla comme un coffre-fort pour lui-même et ses autres entreprises. Le conseil d'administration de Tesla continue de permettre à Musk d'être surengagé alors qu'il consacre beaucoup de temps à ses rôles chez X, SpaceX, Neuralink, la Boring Company et d'autres entreprises », indique la lettre.

    Tesla a enregistré des livraisons record de plus de 1,8 million de véhicules électriques dans le monde l'année dernière, mais la valeur de ses actions s'est rapidement érodée cette année en raison du ralentissement des ventes de véhicules électriques. L'entreprise a déclaré avoir livré 386 810 véhicules de janvier à mars, soit près de 9 % de moins qu'au cours de la même période l'année dernière. La croissance future est incertaine et il pourrait être difficile de convaincre les actionnaires de soutenir une rémunération élevée dans le contexte actuel.

    Depuis l'année dernière, Tesla a réduit les prix de certains modèles jusqu'à 20 000 dollars. Ces baisses de prix ont fait chuter la valeur des véhicules électriques d'occasion et réduit les marges bénéficiaires de Tesla. En avril, Tesla a annoncé le licenciement d'environ 10 % de ses salariés, soit environ 14 000 personnes. Mais certaines sources indiquent que les licenciements pourraient viser bien plus de personnes. Par ailleurs, les licenciements ont suscité des réactions négatives au sein même de Tesla et semblaient parfois mal préparés.

    Source : lettre des actionnaires

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Un PDG peut-il être performant en dirigeant un nombre aussi important d'entreprises à la fois ?
    Que pensez-vous des accusations portées par le groupe d'actionnaires de Tesla contre le PDG Elon Musk ?
    Elon Musk est-il responsable de la situation dans laquelle se trouve actuellement le constructeur de véhicules électriques ?
    Que pensez-vous de l'affirmation de la présidente de Tesla selon laquelle Musk n'a pas été payé au cours des six dernières années ?
    Si l'affirmation est vérifiée, justifie-t-elle une rémunération de 46 milliards de dollars ? Le plan de rémunération était-il illégal dès le départ ?
    Elon Musk peut-il remonter la pente avec Tesla ? Ou pensez-vous que le temps est venu pour qu'il cède sa place à quelqu'un d'autre pour diriger Tesla ?

    Voir aussi

    Elon Musk avait licencié l'équipe Supercharger de Tesla, il la réembauche maintenant, ce qui suggère que la dissolution de la division a mis en danger l'avenir du réseau de superchargeurs

    Tesla et son PDG Elon Musk vont faire appel de l'annulation de son plan de rémunération de 56 milliards de dollars, un juge estimant que ce plan était trop lucratif après l'opposition d'un actionnaire

    Tesla a demandé à ses actionnaires d'approuver une nouvelle fois la rémunération record choquante de 56 milliards de dollars du PDG Elon Musk, alors qu'elle a été rejetée par un juge du Delaware

  3. #1623
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 627
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 627
    Points : 201 156
    Points
    201 156
    Par défaut Musk s'attaque aux «briseurs de serment» de Tesla dans le cadre de la lutte contre son plan de rémunération
    Elon Musk s'attaque aux « briseurs de serment » de Tesla dans le cadre de la lutte contre son plan de rémunération de 56 milliards de dollars,
    Musk fait du lobbying auprès des actionnaires sur sa plateforme de médias sociaux X

    La lutte pour le gigantesque package de rémunération du PDG de Tesla, Elon Musk, s’intensifie. Le 13 juin, les actionnaires de Tesla décideront du sort du package de rémunération de Musk, estimé à une valeur pouvant atteindre 56 milliards de dollars. Ce sera la deuxième fois que les actionnaires voteront sur la rémunération du PDG, après qu’un juge du Delaware ait annulé le premier vote plus tôt cette année, arguant que le processus d’approbation était « profondément défectueux ».

    Musk ne veut rien laisser au hasard. Il fait du lobbying auprès des actionnaires sur sa plateforme de médias sociaux X, offrant des visites privées de l’usine Tesla au Texas et s’en prenant à ceux qui suggèrent que le package de rémunération proposé est trop élevé. Ce dernier ferait de Musk le PDG le mieux rémunéré au monde.

    Néanmoins, un groupe d'actionnaires de Tesla exhorte les autres à voter contre le plan de rémunération d'Elon Musk. Ils estiment que ce n'est pas dans l'intérêt de l'entreprise. Ils pensent que le conseil d'administration de Tesla est « dysfonctionnel » et « trop redevable au PDG Elon Musk ». Ils souhaitent également que les actionnaires votent contre la réélection des membres du conseil d'administration James Murdoch et Kimbal Musk. Le groupe d'actionnaires s'inquiète en effet des liens personnels de Murdoch et de Kimbal Musk avec le PDG de Tesla. Dans une lettre aux autres actionnaires, le groupe exprime toutes ses préoccupations.

    La lettre du groupe a été rendue publique en mai dans un document déposé auprès de la SEC. Elle fait état de préoccupations selon lesquelles Kimbal, qui est le frère cadet d'Elon Musk, et James Murdoch, un ami de Musk qui a pris des vacances avec sa famille, ne peuvent pas superviser efficacement le PDG en raison de leurs liens personnels. La lettre cite également un rapport du Wall Street Journal sur la consommation de drogues de Musk. En février, le média avait rapporté que des membres du conseil d'administration, dont Kimbal, ont pris de la drogue avec Musk, citant des personnes qui ont été témoins de la scène.

    Le groupe de plaignants comprend les fonds de pension de la ville de New York. Le contrôleur de la ville de New York, Brad Lander, qui fait office de conseiller en investissement pour les fonds de la ville, dont les actifs s'élèvent à 260 milliards de dollars, est à l'origine de la charge.

    Le groupe s'est plaint du fait que Musk partageait son temps entre les entreprises en se concentrant sur une société par jour. Selon eux, « le conseil d'administration doit encore s'assurer que Tesla dispose encore d'un PDG à temps plein qui se concentre sur le développement durable de l'entreprise ». Les signataires de la lettre comprennent également SOC Investment Group, Amalgamated Bank et plusieurs autres investisseurs. Les plaignants considèrent Musk comme un PDG à temps partiel chez Tesla et invitent le conseil d'administration à agir rapidement pour résoudre le problème et empêcher l'entreprise de sombrer :

    L'année dernière, plusieurs d'entre nous ont écrit au conseil d'administration pour lui faire part de leurs préoccupations concernant la pénurie d'administrateurs indépendants et la faiblesse de la surveillance. Depuis lors, les problèmes de gouvernance, de performance et de gestion du capital humain n'ont toujours pas été résolus et de nouvelles indications ont été données selon lesquelles les investisseurs doivent agir pour protéger la valeur actionnariale.

    Alors même que les performances de Tesla vacillent, le conseil d'administration doit encore s'assurer que Tesla ("Tesla" ou "l'entreprise") dispose d'un PDG à temps plein qui se concentre de manière adéquate sur le succès durable à long terme de notre entreprise.
    « Ce sont des briseurs de serment », a écrit sur X Musk en réponse à un message moquant les actionnaires qui ont déclaré qu’ils prévoyaient de voter contre la rémunération de Musk.

    Plusieurs grandes sociétés de conseil en procurations ont recommandé de voter contre la proposition, arguant qu’elle est excessive et diluerait la valeur pour les actionnaires individuels. « La taille excessive de la récompense, tant en termes de dollars que d’effet dilutif à l’exercice, reste très présente à l’esprit », a écrit la société de conseil Glass Lewis dans un rapport récent. « La justification fournie par l’entreprise ne suffit pas à contrer ces préoccupations compte tenu de leur ampleur proportionnelle ». Institutional Shareholder Services, une autre société de conseil en procurations, a également déconseillé la proposition de rémunération pour des raisons similaires

    Ce vote est considéré comme un référendum sur le leadership de Musk à un moment critique pour Tesla

    Les ventes des véhicules électriques de l’entreprise sont en baisse, tandis que la demande vacille face à des offres moins chères et plus abondantes d’autres constructeurs automobiles. La gamme de véhicules de Tesla vieillit, et les perspectives d’un véhicule électrique moins cher et plus grand public sont incertaines. Le cours de l’action de l’entreprise a chuté d’environ 30 % depuis le début de l’année. Des dizaines de milliers d’employés ont été licenciés, dont la plupart de l’équipe Tesla Supercharger même si une partie a été réembauchée.

    Dans toute cette incertitude, Musk cherche à obtenir plus de contrôle sur Tesla, arguant qu’il a besoin d’une participation d’au moins 25 % dans l’entreprise pour orienter celle-ci vers un avenir dominé par l’intelligence artificielle et la robotique (il détient actuellement environ 13 % de l’entreprise après avoir vendu des milliards de dollars d’actions pour acquérir Twitter). Sur X, il a menacé de scinder le travail d’IA de Tesla en une entreprise distincte si ses exigences ne sont pas satisfaites.

    En 2018, les actionnaires de Tesla ont approuvé pour la première fois la rémunération de Musk, lui accordant une participation supplémentaire de 12 % dans l’entreprise sur plusieurs années à condition qu’il atteigne certains objectifs. Ces objectifs comprenaient une valorisation boursière astronomique de 650 milliards de dollars à l’époque, soit plus de 10 fois la valeur de l’entreprise en 2018, qui était d’environ 59 milliards de dollars.

    En 2021, la valorisation de Tesla a brièvement dépassé les 1 000 milliards de dollars lorsque la société de location de voitures Hertz a commandé 100 000 de ses véhicules (Hertz a depuis commencé à se débarrasser de ses Teslas, invoquant des taux de dépréciation élevés). En 2022, l’entreprise a dépassé les objectifs qui ont déclenché la libération de la 12e tranche d’options accordées à Musk, lui permettant de toucher le package de rémunération de 56 milliards de dollars.

    Nom : vote.png
Affichages : 5206
Taille : 44,1 Ko

    Pendant ce temps, une action en justice des actionnaires, déposée pour la première fois en 2018, suivait son cours devant les tribunaux

    L'actionnaire qui a intenté le procès, Richard Tornetta, allègue que le conseil d'administration a manqué d'indépendance vis-à-vis de Musk lors de l'approbation du plan de rémunération. Le conseil d'administration comprenait le frère de Musk, Kimbal Musk, ainsi que ses amis Antonio Gracias et Steve Jurvetson (Jurvetson et Gracias ont depuis quitté le conseil d'administration de Tesla). Au cours du procès, Kathaleen McCormick, juge de la cour de chancellerie du Delaware, a qualifié cet argument de « coup mortel ».

    Le 30 janvier, McCormick a annulé la rémunération de Musk, estimant que les actionnaires n'avaient pas été correctement informés de l'origine de la proposition. Tesla demande aujourd'hui à ses actionnaires de ratifier à nouveau la même proposition, tout en approuvant le changement de l'État d'incorporation de la société du Delaware au Texas et la réélection de deux membres du conseil d'administration, James Murdoch et le frère de Musk, Kimbal.

    Il n'est pas certain que l'annulation de la proposition précédente, ni les inquiétudes soulevées par les sociétés de procuration, aient une quelconque incidence sur le vote des actionnaires. Musk exerce une influence considérable sur les investisseurs individuels de son entreprise, et son acquisition de Twitter (qui est ensuite devenu X) n'a fait qu'accroître son influence. Environ 44 % des actions de Tesla sont détenues par des investisseurs individuels, ce qui représente le pourcentage le plus élevé des 10 plus grandes entreprises du S&P 500.

    L'entreprise fait également appel au public sur son site web votetesla.com pour qu'il soutienne le plan de rémunération. « Au cours des six dernières années, vous avez vu la valeur de votre investissement dans Tesla augmenter considérablement. La création de valeur actuelle et future que nous sommes censés apporter à chacun d'entre vous est menacée », écrit l'entreprise. « Nous avons besoin de votre vote ».

    Mais la décision a peut-être déjà été prise. Un rapport publié par eToro le mois dernier a montré que des votes avaient été exercés sur environ un quart (25%) de toutes les actions Tesla détenues par les utilisateurs de la plateforme d'échange, plus de 80 % d'entre eux ayant voté en faveur de la rémunération de Musk. « Si quelqu'un doit aller à l'encontre de ce que disent les conseillers en procuration, c'est bien Tesla. Ce vote est un véritable test pour le pouvoir des investisseurs individuels », a déclaré Ben Laidler, stratège des marchés mondiaux sur la plateforme d'échange eToro.

    Sources : Elon Musk, Vote Tesla

    Et vous ?

    Pensez-vous que le package de rémunération de 56 milliards de dollars pour Elon Musk est justifié ? Pourquoi ou pourquoi pas ?
    Quels sont les avantages et les inconvénients d’accorder de telles récompenses financières aux PDG des grandes entreprises ?
    Devrions-nous revoir la manière dont les PDG sont rémunérés, en particulier lorsque leurs entreprises ne sont pas rentables ou font face à des défis ?
    Quel impact cela pourrait-il avoir sur la motivation des employés et sur la performance de l’entreprise ?
    Est-ce que la rémunération des PDG devrait être liée à des objectifs spécifiques, tels que la croissance de l’entreprise ou la satisfaction des actionnaires ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  4. #1624
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 627
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 627
    Points : 201 156
    Points
    201 156
    Par défaut Le PDG de Tesla, Elon Musk, pourrait partir si le plan de rémunération de 56 Mds $ n'est pas approuvé
    La présidente du conseil de Tesla demande aux actionnaires d'approuver le plan de rémunération de 56 milliards de dollars d'Elon Musk,
    prévenant qu'il pourrait quitter l'entreprise dans le cas contraire

    La présidente du conseil d’administration de Tesla, Robyn Denholm, a récemment mis en garde les investisseurs et les actionnaires : si le package de rémunération de 56 milliards de dollars promis à Elon Musk en 2018 n’est pas approuvé, le PDG emblématique pourrait quitter l’entreprise. Cette situation délicate suscite des débats et des inquiétudes quant à l’avenir de Tesla.

    À une semaine de l'assemblée annuelle des actionnaires de Tesla, la présidente du conseil d'administration, Robyn Denholm, a écrit aux investisseurs pour s'assurer qu'ils ratifient la rémunération monstrueuse du PDG Elon Musk, apparemment de peur qu'il ne se retire.

    Le 13 juin, les actionnaires de Tesla décideront du sort du plan de rémunération de Musk, dont la valeur est estimée à 56 milliards de dollars. Ce sera la deuxième fois que les actionnaires voteront sur la rémunération du PDG, après qu'un juge du Delaware a annulé le premier vote en début d'année au motif que le processus d'approbation était « profondément défectueux ». L'entreprise s'est donc lancée dans une campagne de lobbying pour convaincre les actionnaires d'approuver une seconde fois la proposition.

    En vertu d'un accord conclu en 2018, largement considéré comme un coup de pub parce qu'il frise le ridicule, Elon Musk ne gagnerait rien de son travail à moins que la capitalisation boursière de Tesla ne passe de 53 milliards de dollars à 650 milliards de dollars. Bien qu'improbable, cette somme a culminé en novembre 2021 à 1,24 billion (billion étant 1000 milliards) de dollars, alors qu'elle s'élève aujourd'hui à 557,57 milliards de dollars.

    En contrepartie, Musk se verrait attribuer des options massives d'une valeur nominale de 56 milliards de dollars à l'époque. Aujourd'hui, cette valeur est plutôt de 46 milliards de dollars, en raison des tribulations de l'une des actions les moins performantes de l'indice S&P500 de 2024 jusqu'à présent, en baisse d'environ 28 % depuis le début de l'année.

    Tout cela a de toute façon été annulé par la Cour de chancellerie du Delaware, qui a annulé la rémunération en janvier après qu'un actionnaire a allégué qu'elle était excessive. Le tribunal a estimé que la rémunération avait été approuvée illégalement en raison des liens étroits que Musk entretenait avec le conseil d'administration et de l'influence considérable qu'il exerçait sur l'entreprise de voitures électriques.

    Depuis lors, Denholm a fait pression sur les actionnaires pour qu'ils ratifient à nouveau la rémunération et l'incorporation au Texas afin d'éviter une autre décision embarrassante. À quelques jours de la fermeture des bureaux de vote, sa lettre, soumise à la Securities and Exchange Commission des États-Unis, semble être une dernière tentative pour s'assurer que tout le monde suit la ligne du parti - que Musk reçoive ses milliards, de peur qu'il n'abandonne Tesla.

    L'idée maîtresse est que pour conserver le talent extraordinaire de Musk, il faut une compensation extraordinaire, et elle se concentre sur les limites que Tesla est prête à franchir pour maintenir son « attention » et sa « motivation » alors que ses intérêts commerciaux sont si vastes et si disparates. Par ailleurs, un accord est un accord, n'est-ce pas ?

    Nom : vote.png
Affichages : 6159
Taille : 44,1 Ko

    La lettre de la présidente du conseil d'administration

    Chers propriétaires de Tesla,

    Au cours des dernières semaines, nous avons assisté à de nombreuses spéculations et discussions sur les questions importantes que nous vous soumettrons lors de l'assemblée générale annuelle des actionnaires qui se tiendra la semaine prochaine. Et je sais que certaines des informations qui ont fait leur chemin dans le discours public sur notre entreprise étaient spéculatives, manquaient de contexte ou étaient tout simplement erronées. Chez Tesla, nous sommes habitués aux opposants.

    Nous entrons dans les derniers jours avant la fermeture des bureaux de vote pour l'un des votes les plus importants de l'histoire de notre extraordinaire entreprise. En tant que présidente du conseil d'administration, je tiens à vous expliquer directement pourquoi il est si important que vous ratifiiez la prime de performance 2018 d'Elon et que vous votiez pour le transfert du siège social de Tesla au Texas.

    Ces votes concernent l'équité, le respect et l'avenir de Tesla.

    L'équité et le respect exigent que nous honorions l'engagement collectif que nous avons pris envers Elon - un engagement qui consistait, et qui consiste toujours fondamentalement, à retenir l'attention d'Elon et à le motiver pour qu'il se concentre sur la réalisation d'une croissance étonnante pour notre entreprise. Les contributions uniques d'Elon ont permis à Tesla de passer d'une entreprise ambitieuse, déficitaire, avec des obstacles et des défis importants à surmonter, à ce qu'elle est aujourd'hui - une entreprise qui change littéralement le monde en menant de nombreuses initiatives essentielles qui rendent notre planète plus durable, tout en apportant des centaines de milliards de dollars de valeur à tous ceux d'entre vous qui ont investi dans le rêve de Tesla. Ces contributions doivent être respectées.

    Lorsque nous avons pris notre engagement envers Elon en 2018 - un engagement qui a été massivement approuvé par environ 73 % des actionnaires désintéressés - il avait un objectif simple : garder Elon concentré sur Tesla et motivé pour réaliser les ambitions incomparables de l'entreprise. C'est la raison pour laquelle nous avons conçu l'attribution en une série de tranches qui seraient acquises en fonction de la capitalisation boursière et des étapes opérationnelles. Pour qu'Elon puisse bénéficier de la prime, il devait franchir des étapes qui profitaient directement et substantiellement à l'entreprise et à ses actionnaires. Et c'est exactement ce qui s'est passé. En 2024, nous avons maintenant le bénéfice de notre accord, avec six années de travail acharné d'Elon, qui a entraîné une croissance exceptionnelle de la taille et de la rentabilité de l'entreprise et créé plus de 735 milliards de dollars de valeur pour les actionnaires. Il est donc plus important que jamais de respecter notre part du marché en ratifiant la décision que nous avons tous prise en 2018. Si Tesla veut retenir l'attention d'Elon et le motiver à continuer à consacrer son temps, son énergie, son ambition et sa vision pour obtenir des résultats comparables à l'avenir, nous devons respecter notre accord.

    Il ne s'agit évidemment pas d'une question d'argent. Nous savons tous qu'Elon est l'une des personnes les plus riches de la planète, et il le resterait même si Tesla revenait sur l'engagement que nous avons pris en 2018. Elon n'est pas un dirigeant ordinaire, et Tesla n'est pas une entreprise ordinaire. Par conséquent, la manière habituelle dont les entreprises rémunèrent leurs principaux dirigeants ne permettra pas à Tesla d'obtenir des résultats. Motiver quelqu'un comme Elon demande quelque chose de différent. C'est l'une des principales raisons pour lesquelles l'attribution exige également qu'Elon détienne toutes les actions qu'il reçoit lors de l'exercice des options d'achat d'actions pendant cinq ans après l'exercice des options - ce qui ne peut que l'inciter à continuer à apporter de la valeur à Tesla et à nos actionnaires.

    Ce que nous avons reconnu en 2018 et que nous continuons à reconnaître aujourd'hui, c'est qu'Elon ne dispose certainement pas d'un temps illimité. Il n'est pas non plus confronté à une pénurie d'idées et d'autres endroits où il peut faire une différence incroyable dans le monde. Nous voulons que ces idées, cette énergie et ce temps soient consacrés à Tesla, pour le bénéfice de vous, nos propriétaires. Mais cela exige un respect réciproque.

    Nous nous sommes tous engagés envers Elon. Elon a honoré son engagement et a produit une valeur considérable pour nos actionnaires. Le respect de notre engagement envers Elon montre que nous soutenons sa vision de Tesla et que nous reconnaissons ses réalisations extraordinaires - c'est ce qui le motivera à continuer à créer de la valeur pour les actionnaires.

    L'équité, le respect et le souci de l'avenir de Tesla sous-tendent également notre décision de vous demander d'approuver le transfert du siège social de notre entreprise au Texas, en mariant notre siège social à notre siège opérationnel. Le Texas offre aux actionnaires des droits de gouvernance substantiellement équivalents à ceux du Delaware, et devrait apporter plus de certitude pour les décisions innovantes et coûteuses qui font la réputation de Tesla. Le fait d'être constitué en société au Texas offre à Tesla la meilleure plateforme pour se développer et innover, car nous pensons que les législateurs et les tribunaux texans sont les mieux placés pour élaborer et prendre des décisions équitables concernant le droit des sociétés qui s'applique à Tesla, en particulier lorsque notre prochain grand pari rapportera au-delà des espérances les plus folles.

    Des investisseurs divisés

    Plusieurs sociétés de gestion ont recommandé de ne pas approuver la proposition de rémunération de Musk. Parmi elles, le cabinet de conseil en vote par procuration Glass Lewis a recommandé aux actionnaires de rejeter ce package, estimant que ce package a une « taille excessive » et mettant en avant ses possibles effets négatifs sur les petits actionnaires.

    Mais les premiers votes semblent indiquer qu'il pourrait finir par obtenir ce qu'il veut. Un rapport de la plateforme d'échange eToro datant du mois dernier a montré qu'environ 25 % des actions de Tesla ont déjà été votées. Plus de 80 % d'entre elles étaient en faveur du plan de Musk. « Si quelqu'un doit aller à l'encontre de ce que disent les conseillers en procuration, c'est bien Tesla. Ce vote est un véritable test pour le pouvoir des investisseurs individuels », a déclaré Ben Laidler, stratège des marchés mondiaux sur la plateforme d'échange eToro.

    Néanmoins, Musk cherche à obtenir plus de contrôle sur Tesla, sous la forme d'une participation de 25 %, afin d'atteindre ses objectifs en matière de développement de l'intelligence artificielle et des voitures autonomes (il détient actuellement environ 13 % de la société après avoir vendu des milliards de dollars d'actions pour acquérir Twitter). Sur X, il a menacé de transformer les travaux de Tesla sur l'intelligence artificielle en une société distincte si ses exigences n'étaient pas satisfaites.

    Et maintenant, les actionnaires sont avertis - dans une lettre lourde de sous-entendus - qu'il pourrait tout simplement quitter Tesla si sa rémunération n'est pas approuvée.

    Conclusion

    Le vote des actionnaires lors de l’assemblée générale du 13 juin sera crucial pour l’avenir d’Elon Musk chez Tesla. Si le package de 56 milliards de dollars est approuvé, il pourrait rester à la tête de l’entreprise. Dans le cas contraire, son départ pourrait avoir des conséquences significatives pour Tesla et l’industrie automobile électrique dans son ensemble.

    Source : lettre de la présidente du conseil d'administration de Tesla

    Et vous ?

    Équité et rémunération des PDG : pensez-vous que les packages de rémunération des PDG devraient être soumis à un vote des actionnaires ? Quelles sont les implications de telles rémunérations pour l’entreprise et ses parties prenantes ?
    Contrôle et gouvernance : comment évaluez-vous le niveau de contrôle qu’un PDG exerce sur le conseil d’administration ? Quelles mesures devraient être prises pour garantir une gouvernance équilibrée ?
    Impact sur l’entreprise : si Elon Musk quittait Tesla, comment cela pourrait-il affecter l’entreprise ? Quelles compétences et qualités un nouveau PDG devrait-il posséder pour maintenir la croissance et l’innovation de Tesla ?
    Transparence et communication : quelles informations devraient être communiquées aux actionnaires concernant les packages de rémunération des dirigeants ? Comment garantir une transparence adéquate ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  5. #1625
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Décembre 2008
    Messages
    9 688
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 36
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2008
    Messages : 9 688
    Points : 18 669
    Points
    18 669
    Par défaut
    Si Elon Musk quittait Tesla qu'est-ce que ça changerait ?
    Si ça se trouve même avec une rémunération de $56 000 000 000 il quitterait l'entreprise.

    Je ne suis pas convaincu que Tesla ait de l'avenir.
    Keith Flint 1969 - 2019

  6. #1626
    Expert éminent sénior

    Homme Profil pro
    Directeur des systèmes d'information
    Inscrit en
    Avril 2002
    Messages
    2 810
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 64
    Localisation : Luxembourg

    Informations professionnelles :
    Activité : Directeur des systèmes d'information
    Secteur : Finance

    Informations forums :
    Inscription : Avril 2002
    Messages : 2 810
    Points : 19 036
    Points
    19 036
    Par défaut
    C'est ridicule, au contraire refuser, laisser partir le guignol, utiliser les 56 milliards pour essayer de sauver cette entreprise en perdition, qui n'a de toute façon aucun avenir face aux chinois qui ont de meilleurs voitures moins chères et bien bien mieux, déjà en Chine les Tesla ça se vends plus du tout, et même aux USA il y a trop de stock de Tesla, et le marché de la revente est catastrophique, personne n'en veut, vu que les réparations coutent trop chère sans parler de la batterie hors de prix à remplacer.
    Ne prenez pas la vie au sérieux, vous n'en sortirez pas vivant ...

  7. #1627
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Décembre 2008
    Messages
    9 688
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 36
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2008
    Messages : 9 688
    Points : 18 669
    Points
    18 669
    Par défaut
    Citation Envoyé par Pierre Louis Chevalier Voir le message
    au contraire refuser
    Peut-être que les actionnaires paniquent.
    Il y en a qui ont acheté des actions très cher et ils ont peur que l'action chute.

    Peut-être qu'en 2021 une action Tesla valait $2 500 et qu'aujourd'hui elle en vaut $178.
    Ils aimeraient bien que ça remonte (Tesla ne distribue pas de dividende).
    Elon Musk a fait gonfler la bulle, peut-être qu'il peut la refaire gonfler

    Mais bon en faisant des blagues sur Joe Biden il s'est fait des ennemis très puissants, donc si ça se trouve Tesla se porterait mieux sans Elon Musk.
    Keith Flint 1969 - 2019

  8. #1628
    Expert confirmé
    Homme Profil pro
    Développeur
    Inscrit en
    Août 2003
    Messages
    1 310
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 38
    Localisation : France, Charente Maritime (Poitou Charente)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur

    Informations forums :
    Inscription : Août 2003
    Messages : 1 310
    Points : 4 216
    Points
    4 216
    Par défaut
    Citation Envoyé par Pierre Louis Chevalier Voir le message
    ... qui n'a de toute façon aucun avenir face aux chinois qui ont de meilleurs voitures moins chères et bien bien mieux, déjà en Chine les Tesla ça se vends plus du tout, et même aux USA il y a trop de stock de Tesla, et le marché de la revente est catastrophique, personne n'en veut, vu que les réparations coutent trop chère sans parler de la batterie hors de prix à remplacer.
    Moins chère, oui, meilleure, je ne sais pas, mais je connais quelqu'un qui travaille au siège social du SAV d'une marque de voiture et, pour les voitures électrique chinoises, ça fonctionne bien mais quand ça tombe en panne c'est la galère : certains attendent depuis plus de 6 mois la réparation de leur voiture électrique car il n'y a pas de stock de pièces en France.

  9. #1629
    Expert éminent sénior

    Homme Profil pro
    Directeur des systèmes d'information
    Inscrit en
    Avril 2002
    Messages
    2 810
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 64
    Localisation : Luxembourg

    Informations professionnelles :
    Activité : Directeur des systèmes d'information
    Secteur : Finance

    Informations forums :
    Inscription : Avril 2002
    Messages : 2 810
    Points : 19 036
    Points
    19 036
    Par défaut
    Ca va changer avec l'invasion massive par la Chine, déjà Stellantis a signé un contrat pour vendre les voitures chinoises chez les concessionnaires Stellantis...

    Tout ce que tu achètes en mobiles, ordinateurs, électronique et en électroménager vient d'Asie ou d'inde, et pourtant tu as bien les pièces, pour les voitures ça va pas tarder, ça sera plus facile quand le marché sera massif.

    Le PDG de Stellantis a dit qu'on ne pouvais pas stopper l'invasion, donc il a décidé de collaborer avec son ennemi, comme ça au moins il pourra faire vivre son réseau de concessionnaires : Stellantis -> Peugeot / Citroën/++/+ Leap Motor (Chine)

    Ne prenez pas la vie au sérieux, vous n'en sortirez pas vivant ...

  10. #1630
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Décembre 2008
    Messages
    9 688
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 36
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2008
    Messages : 9 688
    Points : 18 669
    Points
    18 669
    Par défaut
    Citation Envoyé par Pierre Louis Chevalier Voir le message
    Stellantis a signé un contrat pour vendre les voitures chinoises
    Si ça se trouve les USA vont faire pression sur l'UE pour qu'on ne commerce plus avec la Chine.
    Les USA ont bien réussi à forcer les nations européennes à ne plus commercer avec la Russie. L'Allemagne s'effondre et on importe de l'énergie US.
    Keith Flint 1969 - 2019

  11. #1631
    Nouveau membre du Club
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Octobre 2011
    Messages
    13
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 40
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant
    Secteur : High Tech - Multimédia et Internet

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2011
    Messages : 13
    Points : 35
    Points
    35
    Par défaut
    Avec ces 56milliards, tu peux créer de nouvelles voitures plus performantes encore. Cette rénumeration se fait au dépend du bien commun de l'entreprise. C'est juste de la mauvaise gestion.

    Le fait que ce soient des potes de soirées bourrés a la coke qui décident de cela est effectivement un coup de massue contre cette décision.

  12. #1632
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Décembre 2008
    Messages
    9 688
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 36
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2008
    Messages : 9 688
    Points : 18 669
    Points
    18 669
    Par défaut
    Citation Envoyé par Comak Voir le message
    Avec ces 56milliards, tu peux créer de nouvelles voitures plus performantes encore.
    L'objectif actuel de Tesla c'est plus de réduire les couts de production et de baisser les prix de ventes.
    Si il y avait un nouveau modèle il faudrait que ce soit quelque chose de moins cher.

    Il existe déjà des modèles Tesla qui sont extrêmement performant.
    Keith Flint 1969 - 2019

  13. #1633
    Membre du Club
    Homme Profil pro
    Développeur de jeux vidéo
    Inscrit en
    Mai 2014
    Messages
    27
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 43
    Localisation : Madagascar

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur de jeux vidéo
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2014
    Messages : 27
    Points : 57
    Points
    57
    Par défaut Un accord est un accord, refuser est un vol
    Qu'on aime ou pas Elon Musk, il n'a aucune rémunération à part celui lié aux performances.
    Cet accord était convenu, je ne vois pas pourquoi ça ne choque personne que les actionnaires se soient gavées du travail de Musk et qu'ils refusent ensuite de le rémunérer pour ça.
    L'influence de Musk peut faire couler les actions de Tesla s'il le voulait en quelques tweets, tous auraient à y perdre.
    On lui fait des bâtons dans les roues seulement parce qu'il n'est pas anti-Trump, ni pas assez démocrate.

  14. #1634
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    651
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 651
    Points : 11 824
    Points
    11 824
    Par défaut Morgan Stanley pense que Tesla va probablement lancer un smartphone pour rivaliser avec iOS et Android
    Tesla va-t-il lancer son propre téléphone ? Les analystes de Morgan Stanley pensent que Tesla va probablement lancer un smartphone pour rivaliser avec iOS et Android
    et Elon Musk n'exclut pas cette idée

    Un nouveau rapport de Morgan Stanley suggère que Tesla pourrait s'aventurer avec succès sur le marché des smartphones. Il souligne la convergence croissante entre les voitures et les téléphones, notant que les lignes entre les deux deviennent de plus en plus floues. Morgan Stanley est optimiste quant à la capacité de Tesla à se développer dans les domaines de l'informatique de pointe au-delà du secteur automobile. Cela inclut le développement d'un assistant d'IA mobile. Elon Musk, PDG de Tesla, affirme qu'il n'exclut pas l'idée de fabriquer son propre appareil mobile, avec une intégration profonde l'IA, afin de concurrencer l'iPhone et les appareils Android.

    Dans une note adressée à ses clients mercredi, Morgan Stanley s'est montrée optimiste sur l'action Tesla et a souligné les potentiels nouveaux marchés sur lesquels le constructeur automobile peut se lancer avec succès. Entre autres, les analystes de Morgan Stanley voient Tesla se développer avec succès sur le marché des smartphones pour concurrencer Apple et Google. La banque souligne que les voitures sont en train de devenir une extension des smartphones. La note de Morgan Stanley, consultée par Slashdot, est basée sur de nombreuses discussions avec des équipes de gestion automobile et des experts du secteur.

    Elle révèle que les annonces d'Apple lors de son événement WWDC24 ont ravivé l'intérêt de Musk pour les appareils mobiles, en faisant allusion à la faisabilité d'un tel dispositif. Musk a déjà évoqué la possibilité de lancer un smartphone Tesla par le passé et n'est pas un fan d'Apple. Le milliardaire a critiqué publiquement Apple à de nombreuses reprises et a récemment déclaré qu'il interdirait les appareils Apple dans les bâtiments de son entreprise si la firme de Cupertino intègre ChatGPT à ses plateformes. Apple a conclu un partenariat avec OpenAI pour intégrer ChatGPT à Siri sur l'iPhone et l'utiliser pour d'autres circonstances.

    Nom : 47854.png
Affichages : 4595
Taille : 283,5 Ko

    « Si Apple intègre OpenAI au niveau du système d'exploitation, les appareils Apple seront interdits dans mes entreprises. C'est une violation inacceptable de la sécurité », a écrit Musk dans un message sur X. Dans un autre message en réponse à Tim Cook, PDG d'Apple, Musk a écrit : « je n'en veux pas. Soit vous arrêtez ce logiciel espion effrayant, soit tous les appareils Apple seront interdits dans les locaux de mes entreprises ». Il n'est pas le seul surpris par ce partenariat inattendu. Selon les experts, Apple dispose des moyens nécessaires pour créer son propre modèle d'IA et a eu suffisamment de temps pour le faire.

    L'expert en IA Benjamin de Kraker a écrit dans un message sur X : « c'est vraiment étrange. Apple pourrait sûrement former un très bon LLM concurrent s'il le voulait ? Ils ont eu un an pour le faire ». Les commentaires soulignent des préoccupations en matière de sécurité, les critiques craignant que ce partenariat constitue une porte d'entrée pour OpenAI sur l'iPhone et les autres appareils Apple. L'IA a besoin d'énormes quantités de données pour sa formation et les entreprises d'IA recherchent avec avidité de nouvelles sources de données. Apple rejette toutefois ces préoccupations et défend le partenariat avec OpenAI.

    Les analystes de Morgan Stanley discutent depuis longtemps du potentiel de Tesla à se développer dans les domaines de l'informatique de pointe au-delà des véhicules électriques. En octobre, ils ont souligné que le concept d'un assistant mobile d'IA constituait une innovation importante. Les investissements de Musk dans l'IA (notamment dans le cadre de projets tels le grand modèle de langage Grok, développé par sa startup xAI, et le superordinateur Dojo de Tesla) soulignent le potentiel de chevauchement stratégique et d'expérience utilisateur entre la technologie automobile de Tesla et d'éventuels appareils grand public :

    Citation Envoyé par Morgan Stanley

    D'après nos discussions permanentes avec les équipes de direction de l'industrie automobile et les experts du secteur, la voiture est une extension du téléphone. Le téléphone est une extension de la voiture. Les frontières entre la voiture et le téléphone s'estompent véritablement.

    Depuis des années, nous écrivons sur le potentiel d'expansion de Tesla dans les domaines de l'informatique de pointe au-delà des véhicules électriques, y compris en octobre dernier où nous avons décrit un assistant mobile d'IA comme "une innovation robuste". Après la WWDC d'Apple, le PDG de Tesla, Elon Musk, a relancé le sujet en déclarant qu'il n'était pas exclu de fabriquer un tel appareil. Alors que Musk continue d'investir dans ses propres efforts en matière de LLM/genAI, tels que "Grok", le potentiel de chevauchement stratégique et d'expérience d'utilisation devient de plus en plus évident.

    Du point de vue de l'automobile, le concept du supercalculateur au niveau du centre de données et à la périphérie est très pertinent, étant donné que l'unité globale supplémentaire vendue est une voiture qui peut effectuer des mises à jour OTA du micrologiciel, possède une batterie dont l'énergie stockée équivaut à environ 2 000 iPhone, et un supercalculateur d'inférence refroidi par liquide en tant que kit standard. Et si votre téléphone pouvait exploiter la puissance de calcul et la batterie de votre véhicule pour exécuter des applications d'IA ?

    L'informatique de pointe et l'IA ont mis en lumière certains des défis (durée de vie de la batterie, thermique, latence, etc.) posés par le mariage des smartphones actuels avec des applications d'IA de plus en plus puissantes. De nombreux médias ont évoqué le développement potentiel par OpenAI d'un appareil grand public spécialement conçu pour l'IA.

    Le téléphone comme une clé de voiture (ultra-robuste) ? Tous les propriétaires de Tesla vous diront qu'ils utilisent leur smartphone comme clé principale pour déverrouiller leur voiture et exécuter d'autres applications à distance pendant qu'ils interagissent avec leur véhicule. Le "bouton d'action" de l'iPhone 15 permet d'atteindre un autre niveau de commodité.
    En somme, les analystes de Morgan Stanley pensent que Tesla a la capacité de lancer un smartphone convaincant qui capitaliserait sur ses technologies de batterie et de stockage pour exécuter des applications d'IA de pointe, créant ainsi une "clé de voiture robuste". L'intégration avec les véhicules Tesla pourrait être un argument de vente unique pour un potentiel smartphone Tesla, offrant potentiellement des fonctions améliorées pour les propriétaires de Tesla, telles que le contrôle avancé de la voiture ou l'analyse personnalisée des données de conduite. Ni Tesla ni Musk n'ont réagi publiquement à la note de Morgan Stanley.


    Selon la note, l'expertise de Tesla dans la technologie des batteries pourrait se traduire par un smartphone doté d'une autonomie supérieure ou de solutions de recharge innovantes. Tesla pourrait toutefois être confronté à plusieurs défis si elle s'engageait sur cette voie. Tout d'abord, le marché des smartphones est saturé par de nombreux fabricants et très concurrentiel. Tesla devrait offrir des avantages distincts pour persuader les consommateurs d'abandonner les marques établies. En outre, la conception et la fabrication d'un smartphone répondant aux attentes des consommateurs représentent un défi technique de taille.

    L'une des controverses pourrait concerner la protection de la vie privée. Les véhicules Tesla collectent une grande quantité de données, et un smartphone Tesla pourrait susciter des inquiétudes supplémentaires quant à la quantité et au type de données collectées, en particulier s'il est intégré en profondeur aux systèmes des véhicules Tesla. Un autre défi est la nécessité d'un écosystème durable. Pour réussir, Tesla devrait s'assurer d'un solide écosystème d'applications et de la compatibilité avec des services largement utilisés, ce qui pourrait être un défi considérable compte tenu de la domination d'iOS et d'Android.

    Peu après avoir racheté de Twitter (aujourd'hui X), Musk avait dévoilé ses plans pour l'avenir au cas où l'application serait retirée de l'App Store. Il avait parlé d'un dispositif qui pourrait rivaliser avec les appareils Android et l'iPhone. Il estime qu'un plan de secours est nécessaire si les entreprises commencent à prendre des décisions injustes contre X. Le fameux Tesla Pi Phone est un appareil dont il a été très vaguement question dans le passé. Il y a des rumeurs, mais la seule chose qui pousse Musk sur le fil du rasoir est l'acquisition de X et ce qu'il fera ensuite au cas où les choses ne fonctionneraient pas.

    Certains analystes avaient souligné à l'époque que l'idée n'est pas farfelue. Tesla dispose de sa propre usine de semiconducteurs pour fabriquer des puces et empiler des logiciels avec toutes sortes de jeux et même des applications. L'on ignore si Musk ira plus loin. Le cas échéant, cela le pousserait à s'éparpiller davantage et à détourner Tesla de ses activités principales, notamment les véhicules électriques et les batteries. Certains actionnaires mécontents accusent Musk d'être un PDG à temps partiel pour Tesla et s'opposent au vote de sa rémunération record de 56 milliards de dollars.

    Source : Morgan Stanley

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Que pensez-vous d'une éventuelle entrée de Tesla sur le marché des smartphones ?
    Tesla peut-il espérer prendre des parts de marché à iOS et Android s'il lançait son propre smartphone ?
    Tesla dispose-t-il des atouts nécessaires pour construire une pile technologie complète et être compétitif sur ce marché ?

    Voir aussi

    Elon Musk a dévoilé ses plans pour l'avenir au cas où sa plateforme Twitter serait retirée de l'App Store, Tesla Pi Phone pourrait être lancé pour concurrencer iPhone et Android

    Apple et OpenAI ont actuellement le partenariat le plus incompris dans le domaine de la technologie, Elon Musk attaque l'intégration Apple/ChatGPT en la qualifiant de « logiciel espion effrayant »

    Tesla dévoile le nouveau superordinateur Dojo, si puissant qu'il aurait provoqué une panne du réseau électrique, Dojo utilise des puces et une infrastructure entièrement conçue par Tesla

  15. #1635
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Graphic Programmer
    Inscrit en
    Mars 2006
    Messages
    1 572
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Graphic Programmer
    Secteur : High Tech - Multimédia et Internet

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2006
    Messages : 1 572
    Points : 4 029
    Points
    4 029
    Par défaut
    vu qu'ils ont deja de l'android dans leur bagnoles. il vont pas concurtencer android ou ios, mais plutot les constructeurs de telephone..

  16. #1636
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 627
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 627
    Points : 201 156
    Points
    201 156
    Par défaut La société X d'Elon Musk réclame de l'argent aux employés licenciés, affirmant qu'ils ont été surpayés
    La société X d'Elon Musk a contacté des employés licenciés pour leur réclamer de l'argent, affirmant qu'ils ont été surpayés.
    Elle menace de les poursuivre en justice

    X Corp, dirigée par Elon Musk, a fait les gros titres après avoir exigé que des employés licenciés remboursent ce que l’entreprise qualifie de paiements excessifs. Cette situation soulève des questions sur les pratiques de gestion des ressources humaines et les droits des travailleurs. Selon des informations rapportées, X Corp a contacté plusieurs anciens employés australiens pour leur demander de rembourser des sommes allant de 1 500 à 70 000 dollars américains, prétendument versées en trop en raison d’une erreur de conversion monétaire. Les e-mails envoyés par le département des ressources humaines d’Asie-Pacifique de X au début de cette année indiquaient qu’il y avait eu « un paiement excessif significatif par erreur en janvier 2023 ».

    La société X Corp. d'Elon Musk réclamerait de l'argent à au moins six Australiens qui ont été licenciés, affirmant que l'entreprise les a accidentellement surpayés. Le Sydney Morning Herald a rapporté aujourd'hui que « X menace de poursuivre certains anciens employés australiens en justice, exigeant qu'ils remboursent les droits qu'elle prétend leur avoir été versés en trop après avoir mal converti les dollars américains en dollars australiens sur les paiements ».

    Les courriels envoyés cette année par le service des ressources humaines de X pour la région Asie-Pacifique aux employés licenciés indiquaient qu'il y avait eu « un important trop-perçu par erreur en janvier 2023 ». Les prétendus trop-perçus allaient de 1 500 à 70 000 dollars pour chaque employé.

    Jusqu'à présent, aucun des anciens employés n'a remboursé l'argent, selon le Sydney Morning Herald.

    L'entreprise a déclaré que le trop-perçu était lié à une « rémunération en espèces différée "sous la forme d'actions émises à l'intention des employés lorsqu'ils ont rejoint Twitter" », indique l'article. « Ces actions étaient évaluées à 54,20 dollars américains (82 dollars) chacune, le prix auquel Musk a acheté Twitter en 2022, et le nombre total d'actions acquises par un employé était basé sur la durée de son mandat au sein de l'entreprise ».

    X aurait commis des erreurs de conversion de devises « lorsque les employés ont reçu leurs indemnités après avoir été licenciés... ». Selon un témoignage, X a payé les droits sur les actions à un taux de conversion 2,5 fois supérieur à la valeur des actions ».

    X a demandé aux employés licenciés de rembourser "dans les meilleurs délais" et a déclaré que la société se réservait le droit de demander le remboursement de l'argent plus les intérêts devant les tribunaux, selon le rapport.

    Nom : x.png
Affichages : 195530
Taille : 304,8 Ko

    Aux États-Unis, les ex-travailleurs continuent de se battre pour obtenir des indemnités de licenciement

    Le spécialiste du droit du travail Hayden Stephens a été paraphrasé dans le rapport comme disant que les ex-travailleurs de X pourraient être forcés de rendre l'argent, mais qu'ils devraient d'abord « demander à X d'expliquer clairement comment l'erreur s'est produite et demander des preuves documentaires à l'appui ». Il a ajouté que s'il s'agissait d'une véritable erreur, « il y a généralement une obligation de rembourser cet argent en vertu du droit du travail australien ».

    Le fait que X ait surpayé les employés licenciés est à l'opposé de ce qui serait arrivé à de nombreux anciens travailleurs basés aux États-Unis. La société d'Elon Musk est poursuivie par 2 200 anciens employés qui réclament leurs indemnités de licenciement, ainsi que les frais de dépôt liés à leurs procédures d’arbitrage. Le montant total de ces frais pourrait s’élever à 3,5 millions de dollars, sans compter les indemnités elles-mêmes.

    Chris Woodfield, un ancien ingénieur réseau senior qui avait travaillé au bureau de Twitter à Seattle, allègue dans sa plainte que le Twitter de Musk (maintenant connu sous le nom de X) avait promis, puis n'avait pas payé son indemnité de départ, et, plus tard, a retardé le règlement alternatif des différends en ne payant pas les frais nécessaires pour avancer dans le système d'arbitrage JAMS.

    Selon le site Web de JAMS, « Pour les affaires bipartites, les frais de dépôt sont de 2 000 $ » et « Pour les affaires fondées sur une clause ou un accord requis comme condition d'emploi, l'employé n'est tenu de payer que 400 $. » Puisque JAMS a décidé que ces frais de base s’appliquaient à tous les niveaux aux 2 200 cas d’arbitrage de X, cela s’élèverait à environ 3,5 millions de dollars, et d’autres frais pourraient éventuellement suivre.

    Les avocats de l’entreprise ont fait valoir qu’elle n’avait pas mandaté ses employés pour résoudre les problèmes en arbitrage, et qu’elle ne devrait donc pas supporter la plus grande partie des frais de dossier.

    Pendant ce temps, Woodfield et d’autres personnes se trouvant dans une situation similaire tentent de se retirer de l’arbitrage et de porter leur affaire en justice.

    X fait également l'objet d'une action en justice de la part de quatre anciens dirigeants de Twitter qui affirment avoir été floués de plus de 128 millions de dollars d'indemnités de départ lorsque Musk les a licenciés immédiatement après avoir racheté la société. La plainte a été déposée par l'ancien PDG de Twitter, Parag Agrawal, l'ancien directeur financier, Ned Segal, l'ancien directeur juridique, Vijaya Gadde, et l'ancien directeur juridique, Sean Edgett. Les plaignants ont proposé une date de procès en novembre 2025.

    Musk a également refusé de payer divers fournisseurs de Twitter après avoir pris les rênes de l'entreprise, ce qui a donné lieu à un déluge de poursuites judiciaires visant à obtenir des compensations.

    Comment la situation en est arrivée là

    Au cours des derniers mois, Elon Musk a licencié un pourcentage énorme d'anciens employés de Twitter. Lorsqu'il a repris l'entreprise, celle-ci comptait environ 7 500 employés. En un mois, ce nombre était plus proche de 2 500. Un rapport récent indique que l'entreprise compte environ 1 000 employés. Donc, environ 6 500 employés sont partis.

    Autre point important : une partie du contrat d'achat que Musk a signé était que les employés sous la propriété de Musk obtiendraient des « avantages sensiblement comparables » à ce qu'ils avaient sous l'ancienne société, y compris les indemnités de départ.

    La société mère doit, ou doit faire en sorte que la société survivante ou l'un de ses affiliés fournisse à chaque employé continu (i) au moins le même salaire de base et le même taux de salaire, (ii) des opportunités de rémunération incitative cibles à court et à long terme qui ne sont pas moins favorables dans l'ensemble que ceux fournis à chacun de ces employés continus immédiatement avant l'heure d'entrée en vigueur (à condition que la société mère ne soit pas obligée de fournir de telles incitations sous la forme d'actions ou d'attributions fondées sur des actions) et (iii) les avantages sociaux (à l'exclusion actions et attributions fondées sur des actions) qui sont sensiblement comparables dans l'ensemble (y compris en ce qui concerne la proportion du coût de l'employé) à celles fournies à cet employé continu immédiatement avant l'heure d'entrée en vigueur. Sans limiter la généralité de ce qui précède, pendant la période de continuation, le parent doit fournir ou faire en sorte que la société survivante ou l'un de ses affiliés fournisse des indemnités de départ et des avantages à chaque employé continu dont l'emploi est résilié pendant cette période qui ne sont pas moins favorables que celles applicables à l'employé restant immédiatement avant l'heure d'entrée en vigueur en vertu des régimes d'avantages sociaux de l'entreprise.
    Bien sûr, pendant un certain temps, Musk, qui a verbalement promis trois mois d'indemnités (ce qui était inférieur à ce que l'entreprise avait proposé auparavant, et en réalité un mois seulement, puisque les deux premiers mois étaient requis par la loi WARN, et constituaient en fait le salaire, puisqu'il devait donner un préavis de 60 jours pour un licenciement) a refusé de fournir aux employés toute documentation relative à l'indemnité de départ. Puis, quand la documentation est finalement arrivée, c'était bien moins que ce à quoi ils s'attendaient. Elle comprenait également des clauses de confidentialité et l'abandon de droits légaux.

    De nombreux employés ont choisi de lutter contre cela, notamment en poursuivant l'entreprise. Mais, ces vieilles clauses d'arbitrage embêtantes signifiaient que certaines des poursuites étaient rejetées, le juge disant aux employés qu'ils devaient plutôt recourir à l'arbitrage.

    Beaucoup d'entre eux ont choisi de le faire : plus de 2 200 employés ont opté pour cette méthode.

    Conclusion

    L’affaire de X Corp met en lumière les complexités et les défis auxquels sont confrontés les employeurs et les employés dans le paysage économique mondial actuel. Alors que les détails continuent d’émerger, la communauté internationale observe attentivement pour voir comment cette affaire se résoudra et quelles seront les répercussions pour les droits des travailleurs et les pratiques d’entreprise.

    Source : Sydney Morning Herald

    Et vous ?

    Perspectives éthiques : pensez-vous que la demande de remboursement de X Corp est éthiquement justifiable ? Pourquoi ou pourquoi pas ?
    Droits des employés : quelles protections légales devraient être mises en place pour prévenir les situations où les employés sont tenus de rembourser des sommes dues à des erreurs de l’employeur ?
    Pratiques de gestion : comment les entreprises peuvent-elles améliorer leurs systèmes de paie pour éviter de telles erreurs à l’avenir ?
    Réactions des employés : si vous étiez un employé affecté par cette situation, quelle serait votre réaction face à la demande de remboursement ?
    Impact sur la réputation : quel impact pensez-vous que cette controverse aura sur la réputation de X Corp et sur celle d’Elon Musk ?
    Comparaisons internationales : comment les lois et les pratiques concernant les erreurs de paiement diffèrent-elles à travers le monde ?
    Rôle des syndicats : quel rôle les syndicats et les associations professionnelles devraient-ils jouer dans de telles circonstances ?
    Confiance dans le leadership : comment les actions de X Corp influencent-elles votre perception de la confiance que l’on peut accorder aux dirigeants d’entreprise ?
    Responsabilité sociale : dans quelle mesure les grandes entreprises ont-elles une responsabilité sociale envers leurs employés, surtout en période de crise économique ou de restructuration ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  17. #1637
    Membre confirmé Avatar de steel-finger
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement logiciels
    Inscrit en
    Janvier 2013
    Messages
    182
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 39
    Localisation : France, Ille et Vilaine (Bretagne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Janvier 2013
    Messages : 182
    Points : 539
    Points
    539
    Par défaut
    Ouais, je me demande quelles idées il n'exclut pas.

  18. #1638
    Membre expert
    Homme Profil pro
    ingénieur qualité
    Inscrit en
    Mars 2015
    Messages
    1 189
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : ingénieur qualité
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2015
    Messages : 1 189
    Points : 3 635
    Points
    3 635
    Par défaut
    Citation Envoyé par Mathis Lucas Voir le message
    Il souligne la convergence croissante entre les voitures et les téléphones, notant que les lignes entre les deux deviennent de plus en plus floues.
    Avez vous déjà essayé de mettre votre voiture dans votre poche?
    Avez vous déjà essayé de parcourir des centaines de km sur un GSM?
    Perso je vois plein de lignes qui différencient largement l'un de l'autre.
    Morgan Stanley est optimiste quant à la capacité de Tesla à se développer dans les domaines de l'informatique de pointe au-delà du secteur automobile. Cela inclut le développement d'un assistant d'IA mobile. Elon Musk, PDG de Tesla, affirme qu'il n'exclut pas l'idée de fabriquer son propre appareil mobile, avec une intégration profonde l'IA, afin de concurrencer l'iPhone et les appareils Android.
    Pour l'instant Tesla n'a aucun succès dans le développement informatique, ils licencient à tour de bras et veulent se lancer dans un nouveau projet bien loin de l'automobile.
    Tesla ressemble de plus en plus à un poulet sans tête (ou juste à une pompe à investissements)

  19. #1639
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 627
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 627
    Points : 201 156
    Points
    201 156
    Par défaut Les actionnaires de Tesla votent à nouveau en faveur du plan de rémunération de 56 milliards de dollars d'Elon
    Les actionnaires de Tesla votent à nouveau en faveur du plan de rémunération de 56 milliards de dollars d'Elon Musk,
    malgré l'opposition de certains grands investisseurs

    Les actionnaires ont une fois de plus exprimé leur confiance en Elon Musk, le visionnaire à la tête de l’entreprise, en approuvant son plan de rémunération colossal de 56 milliards de dollars. Cette approbation souligne le soutien dont bénéficie Musk de la part des investisseurs individuels de Tesla, dont beaucoup sont de fervents admirateurs du milliardaire mercurien. La proposition a été adoptée malgré l'opposition de certains grands investisseurs institutionnels et de cabinets de conseil ainsi que les controverses et les défis juridiques qui l’entourent.

    Le PDG de Tesla, Elon Musk, a obtenu suffisamment de votes des actionnaires pour que son plan de rémunération 2018 sous forme d'options d'achat d'actions soit approuvé. Les actionnaires ont également approuvé la décision de l'entreprise de réincorporer Tesla au Texas, l'éloignant ainsi de l'État où le plan de rémunération de Musk a été annulé : Delaware.

    Les actionnaires présents à l'assemblée annuelle de la société, qui s'est tenue jeudi dans la gigafactory de Tesla au Texas, ont fait une ovation lorsque Brandon Ehrhart, avocat général, a annoncé les résultats du vote. La marge de victoire n'a pas été précisée immédiatement.

    « Je voudrais juste commencer par vous dire : Je vous aime beaucoup », a déclaré Musk en sautant sur la scène jeudi. « Je pense que nous n'ouvrons pas seulement un nouveau chapitre pour Tesla, nous commençons un nouveau livre ». Sur scène, lors de la réunion annuelle des actionnaires à Austin, au Texas, Musk s'est décrit comme pathologiquement optimiste. « Si je n'étais pas optimiste, ce projet n'existerait pas, cette usine n'existerait pas », a déclaré Musk sous les applaudissements. « Mais je finis par tenir mes promesses. C'est ce qui compte ».

    Les votes ne garantissent pas qu'il obtiendra ces milliards

    Les votes en faveur de l'attribution des options d'achat d'actions de Musk pour 2018 - qui pourraient lui permettre de toucher jusqu'à 56 milliards de dollars, soit la plus grosse rémunération de PDG de l'histoire - ne garantissent pas qu'il les obtiendra. La juge du Delaware qui a décidé de l'annuler doit encore rendre sa décision finale. L'avis qu'elle a rendu en janvier à l'issue du procès est le fruit d'une bataille juridique qui a duré des années. Richard Tornetta, actionnaire de Tesla, a intenté une action en justice en 2019 pour annuler l'accord de rémunération de Musk, affirmant à l'époque que ce dernier était un PDG à temps partiel qui recevait une somme d'argent injuste sans que le conseil d'administration ait exigé qu'il se concentre entièrement sur Tesla.

    Cette action en justice et les preuves présentées lors du procès ont conduit la juge, la chancelière Kathaleen McCormick, à annuler l'accord de rémunération, estimant qu'il était injuste. Elle a déclaré à l'époque que les actionnaires n'avaient pas été pleinement informés au moment du vote, car Tesla n'avait pas correctement divulgué le contrôle exercé par Musk sur le processus d'élaboration du plan de rémunération.

    Ces dernières semaines, les partisans de Tesla et d'Elon Musk ont publié sans relâche sur X des messages en faveur de la rémunération du PDG. Elon Musk a répondu à nombre de ces messages, ce qui a donné lieu à une avalanche de documents réglementaires, Tesla s'efforçant cette fois-ci de couvrir les bases de sa circulaire de sollicitation de procurations.

    Cela dit, les actionnaires sont toujours susceptibles de poursuivre Tesla et Musk pour avoir approuvé un plan de rémunération pour un PDG dont le temps est partagé entre plusieurs autres entreprises, notamment xAI, SpaceX et Neuralink. En fait, Tesla et Musk ont été poursuivis deux fois cette semaine : Une première fois par des actionnaires qui affirment que Musk a gagné des milliards en vendant des actions Tesla en 2021 et 2022 en utilisant des informations privilégiées, et une seconde fois par d'autres actionnaires pour avoir lancé xAI, une entreprise d'IA concurrente, et y avoir détourné des talents et des ressources.


    Rendez-vous à 41 minutes pour les différents résultats des votes

    Tesla vote pour déplacer son siège social du Delaware au Texas

    La crainte de voir le plan de rémunération de Musk bloqué par les tribunaux est probablement la raison pour laquelle Tesla a fait pression pour se réincorporer au Texas, où le constructeur automobile pense manifestement qu'il sera moins contesté par les tribunaux.

    Après que McCormick, de la Cour de chancellerie du Delaware, a rendu son avis en début d'année, Musk a posté sur X : « Ne constituez jamais votre société dans l'État du Delaware ». Il a ensuite publié un sondage demandant si Tesla devait changer son État d'incorporation pour le Texas, et maintenant nous en sommes là.

    « Cette affaire n'est pas terminée », a déclaré Brian Quinn, professeur à la Boston College Law School. Le juge du Delaware examinera minutieusement le vote et exigera de Tesla qu'elle prouve que le processus n'a pas été contraint ou influencé de manière inappropriée par Musk, a-t-il ajouté.

    Le juge a critiqué le conseil d'administration de Tesla, qu'il a qualifié de « redevable » envers lui, affirmant que le plan avait été proposé par un conseil d'administration en conflit d'intérêts, entretenant des liens personnels et financiers étroits avec le dirigeant de l'entreprise.

    Jeudi, les actionnaires ont également approuvé une proposition visant à déplacer le siège social de la société du Delaware au Texas. Ils ont également approuvé d'autres propositions, notamment la réélection de deux membres du conseil d'administration : Kimbal Musk, le frère de Musk, et James Murdoch, le fils du magnat des médias Rupert Murdoch.

    Les actionnaires ont renforcé le contrôle des investisseurs en adoptant des propositions visant à raccourcir le mandat des membres du conseil d'administration à un an et à abaisser les exigences de vote à une majorité simple, malgré l'opposition du conseil d'administration à ces deux propositions.

    Comme on pouvait s'y attendre, aucune des cinq propositions d'actionnaires qui auraient exigé de Tesla qu'elle améliore ses performances en matière d'ESG n'a été adoptée. Il s'agit notamment de l'établissement d'un rapport annuel sur les efforts de lutte contre le harcèlement et la discrimination, de l'adoption de la négociation collective et de l'adoption d'objectifs et de rapports sur l'intégration des indicateurs de durabilité dans les plans de rémunération des cadres supérieurs. Le conseil d'administration a recommandé aux actionnaires de voter contre toutes ces propositions et, en règle générale, les actionnaires de Tesla suivent les recommandations du conseil d'administration.

    Deux propositions d'actionnaires ont été adoptées. La première réduit la durée du mandat des administrateurs à un an et la seconde exige que les documents constitutifs de Tesla contiennent des dispositions relatives au vote à la majorité simple.

    Nom : elon.png
Affichages : 5035
Taille : 449,4 Ko

    « Un accord est un accord »

    Tesla n'a pas divulgué jeudi le résultat des votes, qui devrait être connu dans les jours à venir. Au moins un demi-million de téléspectateurs ont suivi la réunion en direct sur la plateforme de médias sociaux X, et environ 40 000 sur YouTube. « Il s'agit avant tout d'un message indiquant que les actionnaires individuels de Tesla approuvent ce qui se passe. Il sera intéressant de voir quels sont les pourcentages exacts des votes », a déclaré Lindsey Stewart, directrice chez Morningstar Sustainalytics.

    L'approbation de la rémunération par les actionnaires est à la fois une approbation du mandat de Musk et une reconnaissance du fait que les investisseurs ne veulent pas risquer l'avenir de l'entreprise. « Ils écartent les risques liés à l'homme clé, où Tesla est devenu encore plus dépendant de Musk à l'avenir », a déclaré Jason Schloetzer, professeur d'économie à l'université de Georgetown, spécialisé dans la gouvernance d'entreprise.

    En janvier, Musk a menacé de construire des produits d'intelligence artificielle et de robotique en dehors de Tesla s'il ne parvenait pas à obtenir un nombre suffisant de voix. Il a recentré l'entreprise sur les robotaxis, laissant de côté les voitures électriques moins chères destinées au marché de masse, ce qui a inquiété certains investisseurs qui craignaient que la technologie autonome ne soit difficile à perfectionner.

    Analyse critique du plan de rémunération d’Elon Musk chez Tesla

    La récente approbation par les actionnaires de Tesla du plan de rémunération de 56 milliards de dollars pour Elon Musk soulève des questions critiques sur la gouvernance d’entreprise et l’éthique des rémunérations exorbitantes. Bien que ce plan soit lié à des objectifs de performance ambitieux, il reflète une tendance croissante à récompenser les dirigeants avec des sommes qui semblent démesurées par rapport aux standards traditionnels.

    L’équité en question : la somme de 56 milliards de dollars est difficile à justifier, même pour un PDG aussi emblématique que Musk. Cette rémunération pourrait être perçue comme une disproportion flagrante par rapport aux salaires des autres employés de Tesla, posant ainsi la question de l’équité interne au sein de l’entreprise.

    La performance versus la rémunération : les critères de performance associés au plan de rémunération sont-ils réellement alignés sur les intérêts à long terme de Tesla et de ses actionnaires ? Il est crucial d’examiner si ces objectifs encouragent une croissance durable ou s’ils poussent à une prise de risque excessive pour atteindre des jalons financiers à court terme.

    Les implications juridiques : la bataille juridique en cours, suite à l’annulation du plan par un juge du Delaware, met en lumière les complexités du droit des sociétés et les défis de l’application de tels plans de rémunération. Les conséquences d’une éventuelle annulation pourraient être significatives, non seulement pour Musk mais aussi pour la structure de gouvernance de Tesla.

    La perception publique : L’image de Tesla, en tant qu’entreprise pionnière dans le domaine des technologies propres, pourrait être ternie par la controverse autour de la rémunération de son PDG. La société doit naviguer avec prudence pour maintenir sa réputation tout en justifiant les récompenses accordées à son leader.

    Conclusion

    L’approbation du plan de rémunération d’Elon Musk par les actionnaires de Tesla souligne la confiance qu’ils placent dans sa capacité à mener l’entreprise vers de nouveaux sommets. Cependant, les défis juridiques à venir et les débats sur la gouvernance d’entreprise restent des sujets brûlants qui mériteront une attention continue.

    Le plan de rémunération d’Elon Musk chez Tesla est un cas d’étude fascinant sur les limites de la rémunération des dirigeants et le rôle des actionnaires dans la définition des normes de gouvernance d’entreprise. Il est impératif de continuer à questionner et à débattre de ces pratiques pour assurer une gestion équitable et responsable des entreprises dans l’ère moderne.

    Source : résultats des votes (vidéo dans le texte)

    Et vous ?

    Quelles sont les implications éthiques d’un plan de rémunération aussi colossal pour un seul individu, même s’il s’agit du PDG d’une entreprise innovante comme Tesla ?
    Pensez-vous que la performance de Tesla justifie un tel plan de rémunération pour Elon Musk ?
    Comment la décision des actionnaires de Tesla pourrait-elle influencer les politiques de rémunération des dirigeants dans d’autres entreprises de technologie ?
    Quel impact ce plan de rémunération pourrait-il avoir sur la motivation et la performance des autres employés de Tesla ?
    Si vous étiez actionnaire de Tesla, auriez-vous voté pour ou contre le plan de rémunération d’Elon Musk, et pourquoi ?
    Les objectifs de performance fixés pour Elon Musk sont-ils réalistes ou trop ambitieux ?
    Comment évaluez-vous l’équilibre entre la rémunération des dirigeants et l’investissement dans la recherche et le développement chez Tesla ?
    Quelles pourraient être les conséquences à long terme pour Tesla si le plan de rémunération était finalement annulé par les tribunaux ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  20. #1640
    Membre éclairé
    Profil pro
    maçon
    Inscrit en
    Novembre 2004
    Messages
    268
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France, Haute Loire (Auvergne)

    Informations professionnelles :
    Activité : maçon

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2004
    Messages : 268
    Points : 695
    Points
    695
    Par défaut
    C'est normal !!!
    Il faut bien trouver de l'argent pour payer sa rémunération à 56 Milliards de dollars .
    Et en plus il faut récupérer les 20 milliards qu'il a perdu avec tweeter (le génie)
    https://www.lemonde.fr/economie/arti...9643_3234.html

    Comme disait Don Salluste
    Les pauvres c'est fait pour être très pauvres et les riches très riches

Discussions similaires

  1. Réponses: 0
    Dernier message: 17/05/2019, 19h10
  2. PS3 sans Linux : Sony va devoir verser des millions de dollars aux propriétaires de la console
    Par Stéphane le calme dans le forum Développement 2D, 3D et Jeux
    Réponses: 13
    Dernier message: 12/04/2019, 06h02
  3. Réponses: 0
    Dernier message: 25/01/2019, 19h14
  4. Réponses: 3
    Dernier message: 24/05/2018, 14h57
  5. Réponses: 3
    Dernier message: 14/08/2016, 18h43

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo