IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1581
    Membre chevronné Avatar de Mister Nono
    Homme Profil pro
    Ingénieur Mathématiques et Informatique
    Inscrit en
    Septembre 2002
    Messages
    2 232
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 60
    Localisation : France, Haute Garonne (Midi Pyrénées)

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur Mathématiques et Informatique
    Secteur : Santé

    Informations forums :
    Inscription : Septembre 2002
    Messages : 2 232
    Points : 1 898
    Points
    1 898
    Par défaut
    Pauvre monde.
    La connaissance ne sert que si elle est partagée.
    http://ms2i.net

  2. #1582
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 540
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 540
    Points : 199 402
    Points
    199 402
    Par défaut Le personnel de sécurité de Twitter a maintenu l'entreprise en conformité en désobéissant à Musk, selon la FTC
    Le personnel de sécurité de Twitter a maintenu l'entreprise en conformité en désobéissant à Musk, selon la FTC.
    Musk avait demandé un accès total aux données internes de Twitter à des journalistes

    Les employés de sécurité de Twitter ont empêché Elon Musk de violer le règlement sur la vie privée de l’entreprise avec le gouvernement américain, selon la présidente de la Federal Trade Commission (FTC), Lina Khan. Après avoir racheté Twitter fin 2022, Musk avait donné à Bari Weiss et à d’autres journalistes l’accès à des documents internes de l’entreprise dans l’incident appelé « Twitter Files ».

    Les « Twitter Files » sont un ensemble d’extraits de correspondances internes à Twitter, publiés sur le réseau social par les journalistes, dont Weiss et Matt Taibbi. Le nom Twitter Files (« dossiers Twitter ») a été créé par Elon Musk lui-même. Taibbi ne précise pas comment il a obtenu ces documents, mais il faisait peu de doutes à l'époque qu’ils lui avaient été transmis par Musk, qui avait promis de rendre publiques les discussions internes à Twitter sur un certain nombre de sujets.

    L’accès accordé à des personnes extérieures avait soulevé des inquiétudes quant au fait que Twitter (qui s’appelle actuellement X) ait violé un accord de 2022 avec la FTC, qui contient des exigences visant à prévenir les répétitions des précédentes failles de sécurité. Certains des principaux responsables de la vie privée et de la sécurité de Twitter avaient également démissionné peu après le rachat de Musk, invoquant des craintes que les changements rapides de Musk ne puissent entraîner des violations de l’accord.

    Le personnel de la FTC a interrogé d’anciens employés de Twitter et « a appris que l’accès fourni aux personnes extérieures s’était avéré plus limité que ce que les tweets et les autres rapports publics des personnes avaient indiqué », a écrit Khan dans une lettre envoyée au représentant américain Jim Jordan (R-Ohio). La lettre de Khan a déclaré que l’accès était limité parce que les employés ont refusé de se conformer aux demandes de Musk :

    Le témoignage des dépositions a révélé qu'au début du mois de décembre 2022, Elon Musk avait apparemment demandé à son personnel d'accorder à une personne extérieure tierce "un accès total et complet à tout ce qui se passe chez Twitter, sans aucune limite". Conformément aux instructions de Musk, la personne s'est d'abord vu attribuer un ordinateur portable de l'entreprise et un compte interne, avec l'intention d'accorder à la personne tierce des "privilèges élevés" au-delà de ce qu'un employé moyen de l'entreprise pourrait avoir.

    Toutefois, craignant qu'un tel arrangement ne risque d'exposer des informations non publiques sur les utilisateurs, en violation potentielle de l'ordonnance de la FTC, des employés de longue date de Twitter chargés de la sécurité de l'information sont intervenus et ont mis en place des mesures de protection pour atténuer les risques. En fin de compte, les personnes tierces n'ont pas reçu d'accès direct aux systèmes de Twitter, mais ont travaillé avec d'autres employés de l'entreprise qui ont accédé aux systèmes en leur nom.
    Khan : la FTC “avait raison d’être inquiète”

    Jordan est le président de la commission judiciaire de la Chambre et a critiqué l’enquête, affirmant que « la FTC a harcelé Twitter à la suite du rachat de M. Musk ». La lettre de Khan à Jordan soutient que l’enquête de la FTC était justifiée.

    « L'enquête de la FTC a confirmé que le personnel avait raison de s'inquiéter, étant donné que le nouveau PDG de Twitter avait ordonné à ses employés de prendre des mesures qui auraient violé l'ordonnance de la FTC », a écrit Khan. « Une fois que le personnel a appris que l'ordonnance de la FTC avait permis de s'assurer que les employés de Twitter prenaient les mesures appropriées pour protéger les informations privées des consommateurs, le personnel chargé de la conformité n'a plus posé de questions à Twitter ou à quiconque sur ce sujet ».

    Khan a également écrit que les importantes réductions de personnel qui ont suivi l'acquisition de Musk et les démissions des principaux responsables de la protection de la vie privée et de la conformité de Twitter ont eu pour conséquence « qu'il n'y avait plus personne au sein de l'entreprise chargé d'interpréter et de modifier les politiques et les pratiques en matière de données afin de s'assurer que Twitter se conformait à l'ordonnance de la FTC visant à protéger les données personnelles des Américains ». La lettre se poursuit ainsi :

    Lors de l'évaluation par le personnel des réductions d'effectifs, l'un des principaux experts en sécurité et en protection de la vie privée de l'entreprise, récemment parti, a déclaré que Twitter Blue était mis en œuvre trop rapidement, de sorte que "l'examen de la sécurité et de la protection de la vie privée n'a pas été effectué conformément au processus de développement de logiciels de l'entreprise". Un autre expert a déclaré qu'il avait des doutes sur l'engagement de M. Musk à l'égard de la sécurité et de la confidentialité de l'organisation. Twitter, quant à lui, a déposé une requête visant à supprimer l'ordonnance de la FTC qui protégeait la confidentialité et la sécurité des données des Américains. Heureusement pour les millions d'utilisateurs de Twitter, cette tentative a échoué devant le tribunal.

    L'intérêt public est servi par le fait que Twitter continue à respecter ses engagements juridiques en vertu de l'ordonnance, qui comprennent l'accord de Twitter de ne pas mentir aux consommateurs, l'exigence de maintenir un programme complet pour protéger les informations des consommateurs, et l'exigence d'offrir des fonctions de sécurité de compte améliorées d'une manière non trompeuse.

    La semaine précédant la réception par la FTC de la lettre du Comité du 14 février 2024, le personnel de la FTC a indiqué que la Commission travaillait à fournir des informations supplémentaires au Comité. J'espère que ces informations complémentaires répondront à certaines de vos questions concernant l'enquête de la FTC sur l'accès de tiers aux informations des utilisateurs de Twitter et son examen des nombreux licenciements, mises à pied et démissions au sein de Twitter. En outre, la Commission produira des documents en même temps que cette lettre.
    Nom : twitter.png
Affichages : 10061
Taille : 492,5 Ko

    Les reproches de la FTC concernant Twitter

    Cette conclusion risque de ne pas satisfaire les opposants de Musk, qui considéraient l'ordonnance de la FTC comme l'un des rares contrôles que le gouvernement fédéral exerçait sur sa direction du réseau social, rebaptisé depuis X.

    En mai 2022, la FTC a condamné Twitter a payé une amende de 150 millions de dollars.

    Dans sa plainte, la FTC avançait que Twitter a donné une fausse image de ses politiques aux utilisateurs entre 2013 et 2019. Pendant plus de six ans, l'entreprise encourageait les utilisateurs à ajouter un numéro de téléphone ou une adresse électronique pour activer des mesures de sécurité comme l'authentification à deux facteurs (2FA). Mais selon la FTC, en réalité, Twitter a également intégré ces informations dans ses données de ciblage publicitaire. La société se serait excusée de cette pratique en 2019, affirmant qu'elle avait acheminé « par inadvertance » les adresses et les numéros dans son système publicitaire.

    En sus, la plainte allègue également que, pendant cette période, Twitter prétendait faussement se conformer aux cadres du bouclier de protection de la vie privée Union européenne-États-Unis et Suisse-États-Unis, qui limitaient la manière dont les entreprises pouvaient réutiliser les données des utilisateurs. Les enquêteurs fédéraux ont affirmé que Twitter n'a tenu aucune de ces promesses. « Comme l'indique la plainte, Twitter a obtenu des données des utilisateurs sous le prétexte de les exploiter à des fins de sécurité, mais a fini par les utiliser également pour cibler les utilisateurs avec des publicités », a déclaré Lina Khan, présidente de la FTC.

    Voici les différents points auxquels Twitter devait se conformer dans le cadre de l'accord :
    • il est interdit à Twitter d'utiliser les numéros de téléphone et les adresses électroniques qu'il a collectés illégalement pour diffuser des publicités ;
    • Twitter doit informer les utilisateurs de l'utilisation abusive des numéros de téléphone et des adresses électroniques, leur parler de l'action en justice de la FTC et leur expliquer comment désactiver les publicités personnalisées et revoir leurs paramètres d'authentification multifactorielle ;
    • Twitter doit proposer des options d'authentification multifactorielle qui ne nécessitent pas de fournir un numéro de téléphone ;
    • Twitter doit limiter l'accès des employés aux données personnelles des utilisateurs ;
    • Twitter doit mettre en œuvre un programme de protection de la vie privée et un programme de sécurité de l'information renforcés, comprenant plusieurs nouvelles dispositions énoncées dans l'ordonnance, obtenir des évaluations de la protection de la vie privée et de la sécurité par un tiers indépendant approuvé par la FTC et signaler les incidents liés à la protection de la vie privée ou à la sécurité à la FTC dans les 30 jours.

    D'anciens employés ont averti depuis novembre 2022 que les réductions d'effectifs et les lancements rapides de produits effectués par Musk pourraient aller à l'encontre de l'ordonnance. De telles ordonnances de consentement ont fait de la FTC le régulateur de facto de la protection de la vie privée dans le domaine de la technologie, en l'absence d'action du Congrès sur des propositions visant à réglementer l'industrie.

    « Lorsque nous avons entendu des rapports publics crédibles faisant état de violations potentielles des protections des données des utilisateurs de Twitter, nous avons rapidement ouvert une enquête », a expliqué Douglas Farrar, porte-parole de la FTC, dans un communiqué. « L'ordonnance reste en vigueur et la FTC continue de déployer les outils prévus par l'ordonnance pour protéger les données des utilisateurs de Twitter et s'assurer que l'entreprise reste en conformité ».

    « X reste fidèle à son engagement de protéger la vie privée de ses utilisateurs et continuera à travailler avec la FTC pour répondre aux exigences définies dans le décret de consentement », a déclaré Renato Monteiro, responsable mondial de la protection de la vie privée chez X.

    Source : lettre de la présidente de la FTC

    Voir aussi :

    Que pensez-vous de l’attitude d’Elon Musk envers la vie privée des utilisateurs de Twitter ?
    Trouvez-vous que les employés de sécurité de Twitter ont bien agi en désobéissant à Musk ?
    Quelles sont les conséquences possibles d’un accès non autorisé aux données personnelles des utilisateurs de Twitter ?
    Comment la FTC devrait-elle réguler les pratiques de sécurité des entreprises de réseaux sociaux ?
    Quel est votre avis sur le rachat de Twitter par Musk et le changement de nom en X ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  3. #1583
    Expert éminent sénior
    Profil pro
    Inscrit en
    Décembre 2007
    Messages
    6 803
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2007
    Messages : 6 803
    Points : 32 061
    Points
    32 061
    Par défaut
    comme c'est surprenant.
    Les 4 règles d'airain du développement informatique sont, d'après Michael C. Kasten :
    1)on ne peut pas établir un chiffrage tant qu'on a pas finalisé la conception
    2)on ne peut pas finaliser la conception tant qu'on a pas complètement compris toutes les exigences
    3)le temps de comprendre toutes les exigences, le projet est terminé
    4)le temps de terminer le projet, les exigences ont changé
    Et le serment de non-allégiance :
    Je promets de n’exclure aucune idée sur la base de sa source mais de donner toute la considération nécessaire aux idées de toutes les écoles ou lignes de pensées afin de trouver celle qui est la mieux adaptée à une situation donnée.

  4. #1584
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Mai 2019
    Messages
    1 887
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2019
    Messages : 1 887
    Points : 36 958
    Points
    36 958
    Par défaut X (anciennement Twitter) est en train de devenir une « zone fantôme » de bots
    X (anciennement Twitter) est en train de devenir une « zone fantôme » de bots, alors que les spams générés par l'IA inondent l'internet,
    un signe de l'ampleur de l'industrie florissante de la génération de bots

    Le phénomène des « zones fantômes » de bots sur X (anciennement Twitter) s'intensifie, alimenté par l'inondation d'internet par des spams générés par l'IA. Malgré les efforts déployés par Elon Musk pour éliminer les bots après l'acquisition de X, le problème persiste, créant des « contenus zombies » destinés à tromper les algorithmes et à escroquer les utilisateurs. Des chercheurs ont découvert des centaines de comptes de bots tweetant sur des sujets tels que le ruissellement agricole et les débris marins menaçant la Grande Barrière de Corail.

    Cette prolifération de contenus automatisés dégrade la qualité des conversations en ligne et crée un écosystème où les robots interagissent entre eux. L'industrie de la fabrication de bots prospère, avec des créateurs proposant leurs services sur des plateformes en ligne. Malgré les tentatives des plateformes de lutter contre ce problème émergent, le « grand déluge de l'IA » menace d'inonder davantage internet de contenus générés par des machines, compromettant la fiabilité des résultats de recherche et des plateformes en ligne.

    Un matin de janvier dernier, Terry Hughes, spécialiste des sciences de la mer, a ouvert X (anciennement Twitter) et a effectué une recherche de tweets sur la Grande Barrière de Corail. « Je surveille quotidiennement les tweets concernant le récif », explique le professeur Hughes, l'un des principaux chercheurs sur les coraux à l'université James Cook.

    Ce qu'il a découvert ce jour-là l'a surpris et déconcerté : des centaines de comptes robots tweetant le même message étrange avec des formulations légèrement différentes. « Wow, je n'avais aucune idée que le ruissellement agricole pouvait avoir un impact aussi dévastateur sur la Grande Barrière de Corail », a tweeté un compte qui, par ailleurs, faisait l'apologie des cryptomonnaies. Un autre bot cryptographique a écrit : « Wow, c'est décourageant d'entendre parler des problèmes de pollution de l'eau auxquels l'Australie est confrontée ».

    Au début du mois, des affrontements entre des groupes de robots ont éclaté suite à l'incident impliquant le ballon espion chinois. Une proportion significative des intervenants semblent être des robots cherchant à influencer le débat. Kathleen Carley et Lynnette Hui Xian Ng, de l'université Carnegie Mellon en Pennsylvanie, ont examiné près de 1,2 million de tweets provenant de plus de 120 000 utilisateurs sur Twitter, rebaptisé X, entre le 31 janvier et le 22 février 2023. Tous les tweets étaient accompagnés des hashtags #chineseballoon et #weatherballoon, se référant à l'objet aérien controversé que les États-Unis accusent la Chine d'utiliser à des fins d'espionnage.

    Les tweets ont été géolocalisés via la fonction dédiée de Twitter et soumis à l'analyse de l'algorithme BotHunter, qui identifie les signaux indiquant qu'un compte n'est pas contrôlé par un être humain. Kathleen Carley explique : « Divers critères sont utilisés pour identifier un bot, comme l'envoi de messages à une vitesse impossible pour un humain ou des changements de géolocalisation de Londres à la Nouvelle-Zélande en une minute, physiquement impossible pour une personne ».

    Les résultats de l'étude révèlent qu'environ 35 % des utilisateurs géolocalisés aux États-Unis présentaient un comportement similaire à celui d'un bot, tandis que 65 % étaient considérés comme des humains. En Chine, les proportions étaient inversées, avec 64 % de bots et 36 % d'humains. Parmi les comptes prétendument situés dans l'un ou l'autre pays, 42 % étaient des bots et 58 % des humains. Bien que l'obtention de statistiques précises soit difficile, des recherches antérieures suggèrent que 10 à 20 % des utilisateurs de Twitter pourraient être des bots. Ces robots effectuent de manière autonome des tâches telles que l'envoi de messages sur Twitter et l'interaction avec d'autres publications, souvent dans le but d'influencer l'opinion publique.

    L'intelligence artificielle porte un coup fatal au web traditionnel, et le nouvel internet peine à émerger. Ces derniers mois, les signes alarmants se multiplient rapidement. Google cherche à éliminer les 10 liens bleus, Twitter est envahi par des bots et des badges bleus, Amazon subit une « junkification », et TikTok connaît une « enshittification ». Les médias en ligne sont ravagés par des licenciements massifs, avec des offres d'emploi exigeant la production de « 200 à 250 articles par semaine » par un « rédacteur IA ».

    ChatGPT est exploité pour la création de sites de spam, Etsy est inondé de « déchets générés par l'IA », et les chatbots s'auto-citent dans un tourbillon de désinformation. LinkedIn utilise l'IA pour stimuler des utilisateurs fatigués, Snapchat et Instagram espèrent que des bots prendront le relais lorsque vos amis ne le feront pas. Les Redditors organisent des pannes de courant, les mods de Stack Overflow sont en grève, et l'Internet Archive lutte contre les racleurs de données, tandis que « l'IA met Wikipédia en pièces ». L'ancien web agonise, et le nouveau peine à voir le jour.

    Le déclin du web est un phénomène continu, mais en 2023, une nouvelle menace émerge, comme le suggère la liste précédente : l'intelligence artificielle. Le problème essentiel réside dans le fait que l'IA dépasse la capacité d'échelle d'Internet. Autrefois, le web était le domaine où les individus créaient du contenu, des pages d'accueil aux forums. Cependant, les entreprises ont introduit des plateformes sophistiquées, incitant les utilisateurs à les remplir de contenu. Avec la croissance, ces plateformes deviennent des cibles lucratives. Mais l'IA perturbe ces dynamiques.

    Les systèmes d'IA, en particulier les modèles génératifs, se développent de manière exponentielle avec des ressources financières et informatiques. Ils produisent massivement du texte, des images, et bientôt de la musique et de la vidéo. Bien que cette production puisse rivaliser avec les plateformes traditionnelles, la qualité souvent médiocre de ces systèmes perturbe le paysage. Ils sont formés sur des données établies pendant la dernière ère du web, recréant imparfaitement ces informations. Les entreprises utilisent ces données pour générer un contenu bon marché mais moins fiable, rivalisant avec les plateformes et les créateurs traditionnels pour attirer l'attention. Les utilisateurs et les sites tentent de comprendre ces changements et de s'adapter à cette nouvelle réalité incertaine.

    Des discussions et des expériences révèlent la tension créée par l'apparition de systèmes d'IA

    Les modérateurs de Reddit ont décidé d'organiser des coupures de courant en réaction à l'annonce par l'entreprise d'une augmentation significative des frais d'accès à son API. Les dirigeants de Reddit justifient ces changements en partie comme une réponse aux entreprises d'IA qui récupèrent leurs données. Steve Huffman, fondateur et PDG de Reddit, a souligné la valeur importante du corpus de données de Reddit, déclarant au New York Times : « Mais nous n'avons pas besoin de donner gratuitement toute cette valeur à certaines des plus grandes entreprises du monde. » Bien que cette augmentation des frais soit également liée à la préparation d'une introduction en bourse prévue plus tard dans l'année, elle souligne la tension entre le web actuel et le scraping, incitant les entreprises à revoir l'accessibilité de leurs plateformes.

    Wikipédia a longtemps été sujet à être « scrapée » par Google pour fournir des « panels de connaissances », avec le géant de la recherche payant récemment pour ces informations. Cependant, les modérateurs de Wikipédia explorent désormais l'utilisation des nouveaux modèles de langage de l'IA pour rédiger des articles pour le site lui-même. Bien conscients des risques associés à ces systèmes génératifs, qui peuvent créer des faits et des sources de manière trompeuse, ils reconnaissent également les avantages en termes de rapidité et de portée. Amy Bruckman, professeur de communautés en ligne, a souligné le risque de diminution de la qualité sur Wikipédia, tout en suggérant que l'utilisation initiale de l'IA comme brouillon pourrait être envisagée, mais chaque point devrait être vérifié.

    Stack Overflow présente un cas similaire, les modérateurs étant en grève et exprimant des préoccupations quant à la qualité du contenu généré par les machines. Bien que ChatGPT ait été initialement interdit sur la plateforme en raison de la facilité avec laquelle il produisait des réponses potentiellement erronées, l'interdiction a été partiellement levée par l'entreprise, qui souhaite désormais tirer parti de la technologie de l'IA tout en continuant à débattre avec les modérateurs sur les normes du site.

    Cependant, les changements les plus importants semblent se produire chez Google, dont la recherche est au cœur de l'économie du web moderne. Google répond à la popularité croissante de Bing AI et de ChatGPT en tant que moteurs de recherche alternatifs en expérimentant le remplacement des traditionnels « 10 liens bleus » par des résumés générés par l'IA. Les critiques soulignent que le nouveau système de Google agit essentiellement comme un « moteur de plagiat », copiant souvent mot pour mot le contenu des sites web et reléguant les liens sources, ce qui pourrait avoir des conséquences significatives sur la viabilité économique de nombreux sites.

    En fin de compte, ces évolutions soulignent les défis posés par l'utilisation de l'IA pour générer du contenu bon marché à partir du travail d'autrui. Si Google poursuit son expérience actuelle de recherche par l'IA, les répercussions sur le web pourraient être profondes et difficiles à prédire. Les sites pourraient réagir en restreignant l'accès et en instaurant des frais, ce qui entraînerait une réorganisation majeure de l'économie du web. En dernière analyse, Google pourrait potentiellement nuire à l'écosystème qui a contribué à sa propre valeur, voire menacer sa propre existence.

    Étendue du problème lié aux robots de l'entreprise X

    En janvier, un incident impliquant ChatGPT a mis en lumière les problèmes liés aux robots de cette société. Pendant une brève période, certains comptes de l'entreprise X semblaient être exploités par des robots. Ces comptes ont affiché les réponses génériques de ChatGPT à des demandes jugées hors politique de contenu, révélant ainsi leur utilisation par des bots générant du contenu. Des utilisateurs ont partagé des vidéos montrant des flux de messages automatisés, et de nombreux comptes ont indiqué ne pas pouvoir répondre en raison de la politique de contenu d'OpenAI, transformant Twitter en une « zone fantôme », selon un utilisateur.

    Cependant, évaluer l'ampleur réelle du problème des robots de X depuis l'extérieur reste difficile. Peu après que Elon Musk ait pris le contrôle de X et exprimé ses préoccupations concernant les bots, l'accès gratuit à l'interface de programmation permettant aux chercheurs d'étudier le problème a été fermé. Les chercheurs ont été contraints de choisir entre payer X pour accéder à ses données ou trouver d'autres moyens pour les obtenir. Des études, notamment celles du QUT, ont révélé que le problème des robots était plus grave que jamais, mais l'accès limité complique l'estimation précise de l'ampleur du problème.


    L'industrie croissante de la fabrication de robots souligne la complexité du problème des bots. Les robots cryptographiques stimulent la demande de certaines pièces, les robots pornographiques incitent au paiement sur des sites pour adultes, les robots de désinformation propagent de fausses nouvelles, et les robots d'astroturfing créent une fausse impression de soutien populaire. Certains bots visent simplement à augmenter le nombre de followers et les statistiques d'engagement pour des clients payants. Cette industrie en plein essor attire des créateurs de robots du monde entier, offrant leurs services sur des plateformes indépendantes.

    Awais Yousaf, un informaticien pakistanais, vend des « robots Twitter ChatGPT » pour différents tarifs en fonction de leur complexité. Il a noté l'évolution de la demande, initialement axée sur la promotion de cryptomonnaies, puis sur les NFT (jetons non fongibles), et finalement sur l'intégration de l'IA, en particulier le modèle GPT3 d'OpenAI. Yousaf a créé 120 bots Twitter en cinq ans, principalement liés à l'IA. Interrogé sur la promesse de Elon Musk de « vaincre les robots spammeurs », Yousaf a souligné la complexité de supprimer les robots de Twitter, affirmant que la plateforme était essentiellement constituée de robots.

    Source : Terry Hughes on X

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi :

    Le procureur général du Texas ouvre une enquête sur les bots de Twitter, Twitter a jusqu'au 27 juin pour répondre à la demande du procureur général Paxton

    Pour déterminer le pourcentage de bots sur Twitter, Elon Musk a utilisé un outil qui a déjà qualifié son propre compte de bot, selon des affirmations de Twitter auprès du tribunal
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  5. #1585
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 540
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 540
    Points : 199 402
    Points
    199 402
    Par défaut D'anciens dirigeants de Twitter poursuivent Elon Musk pour 128 millions de dollars d'indemnités de départ
    D'anciens dirigeants de Twitter poursuivent Elon Musk pour 128 millions de dollars d'indemnités de départ,
    une plainte qui fait suite à une autre déposée par d'autres travailleurs réclamant 500 millions de dollars

    Quatre anciens dirigeants de Twitter, dont l’ex-PDG Parag Agrawal, ont intenté une action en justice contre Elon Musk, l’actuel propriétaire de la plateforme sociale, rebaptisée X, pour réclamer plus de 128 millions de dollars de indemnités de départ non payées. Selon la plainte déposée lundi devant un tribunal fédéral de Californie, Musk a licencié les quatre plaignants, ainsi que des milliers d’autres employés de Twitter, peu après avoir acquis l’entreprise pour 44 milliards de dollars en 2022, en invoquant de fausses raisons pour éviter de leur verser les sommes dues.

    Elon Musk a licencié de nombreuses personnes après avoir repris Twitter, mais les premiers à partir ont été plusieurs de ses hauts dirigeants. Aujourd'hui, Parag Agrawal (qui a succédé à Jack Dorsey en tant que PDG de Twitter), l'ancien directeur financier Ned Segal, l'ancien directeur juridique Vijaya Gadde et l'ancien avocat général Sean Edgett poursuivent Musk et la société désormais connue sous le nom de X, affirmant qu'ils doivent plus de 128 millions de dollars en indemnités de départ.

    Dans la plainte, ils affirment qu'en vertu d'un plan d'indemnités vieux de plusieurs années, il leur est du un an de salaire et des actions. Cela représenterait au total plus de 57 millions de dollars pour Agrawal ; plus de 44 millions de dollars pour Segal ; plus de 20 millions de dollars pour Gadde ; et plus de 6 millions de dollars pour Edgett.

    La poursuite, déposée lundi en Californie, fait suite à une plainte juridique distincte l'année dernière déposée par d'autres anciens employés réclamant 500 millions de dollars d'indemnités de départ impayées.

    « Parce que Musk a décidé qu'il ne voulait pas payer les indemnités de départ des plaignants, il les a simplement licenciés sans raison, puis a inventé de fausses raisons et a nommé des employés de ses différentes entreprises pour maintenir sa décision », affirme la poursuite.

    Sous la direction de Musk, l'aversion de X à payer ceux à qui il doit de l'argent est pratiquement devenue un trope (ceci est référencé dans le procès, avec un lien vers une page qui suit les poursuites contre Twitter pour non-paiement et une note que la personne qui gère le site a été banni par X).

    Mais cette fois, ce sont les mêmes dirigeants qui ont forcé Musk à finaliser son acquisition de 44 milliards de dollars, qui prétendent maintenant que son objectif était de les « escroquer » de 200 millions de dollars avant l’acquisition de leurs options d’achat d’actions le lendemain matin. Ils disposent également d’une source remarquablement approfondie pour expliquer pourquoi il a conclu l’accord et les a licenciés alors qu’il l’a fait : Elon Musk lui-même, cité par Walter Isaacson dans la biographie publiée l’année dernière, Elon Musk :

    « Il y a une différence de 200 millions dans le sac entre la fermeture ce soir et la réalisation de demain matin », m'a-t-il dit jeudi après-midi dans la salle de crise alors que le plan se déroulait.
    Un autre passage cité du livre évoque une conversation entre Musk et son avocat, Alex Spiro. « [Il] a essayé de démissionner… mais nous l'avons battu », ont-ils déclaré, faisant spécifiquement référence à Agrawal. En licenciant Agrawal avant qu’il ne puisse envoyer une lettre de démission, ils pensaient apparemment que cela signifierait que l’entreprise n’aurait pas à payer son indemnité de départ.

    Musk les a tous licenciés dans un contexte d'une série de licenciements massifs après avoir acquis Twitter pour 44 milliards de dollars en 2022, affirmant à l'époque qu'il n'avait pas besoin de payer des indemnités de départ aux dirigeants parce qu'ils avaient été licenciés pour un motif valable. Mais le procès allègue que Musk était en colère d’avoir été contraint de finaliser l’achat. Il affirme en outre qu'il a tenté d'éviter de payer les millions qu'il devait aux dirigeants, rejetant les plans d'indemnités de départ prévoyant une indemnisation si les dirigeants perdaient leur emploi sans motif.

    « Le "motif valable" ne signifie pas "les décisions commerciales approuvées par le conseil d’administration que Musk n’aime pas" », indique la plainte. « Il a affirmé dans ses lettres de licenciement que chaque plaignant avait commis une "négligence grave" et une "faute intentionnelle" sans citer un seul fait à l’appui de cette affirmation ». Musk et X n'ont publié aucun commentaire public sur l'affaire.

    Malgré les affirmations de X d’Elon Musk concernant la négligence, le gaspillage et l’inconduite, le procès affirme qu’il a été habilité par le conseil d’administration de l’entreprise et nécessaire pour faire des choses comme payer 90 millions de dollars aux avocats qui ont forcé Elon Musk à payer 44 milliards de dollars pour Twitter.

    Nom : cas.png
Affichages : 5341
Taille : 23,9 Ko
    Nombre de plaintes contre X/Twitter au cours du temps

    Ce n'est pas la première action intentée par les anciens dirigeants de Twitter

    En avril 2023, Parag Agrawal, l'ancien PDG de Twitter, Vijaya Gadde, l'ancien directeur juridique, et Ned Segal, l'ancien directeur financier ont déposé une plainte devant le tribunal de la chancellerie du Delaware, alléguant que Twitter doit verser plus d'un million de dollars aux anciens dirigeants pour les frais juridiques qu'ils ont encourus lorsqu'ils travaillaient dans l'entreprise pour répondre aux demandes du ministère de la Justice et de la Securities and Exchange Commission (Commission des opérations de bourse). « Cette action vise à obtenir une décision rapide exigeant du défendeur qu'il se conforme à ses obligations d'avancer les frais juridiques et les dépenses liées aux litiges et aux enquêtes en cours », indique l'action en justice.

    Le document énumère un certain nombre de batailles juridiques et d'enquêtes gouvernementales dans lesquelles ces dirigeants ont été impliqués au fil des ans en tant que défendeurs. Les plaignants ont écrit à Twitter à plusieurs reprises pour demander le remboursement, mais ils n'ont reçu que des accusés de réception en réponse, ajoute le document.

    Agrawal, Segal et Gadde ont déclaré dans la plainte que l'obligation de l'entreprise de couvrir leurs frais juridiques restait en vigueur pour toute procédure liée à leur rôle dans l'entreprise, ce qui, selon eux, a inclus une action en justice des actionnaires et des enquêtes de la Securities and Exchange Commission et du ministère de la Justice.

    Les trois plaignants affirment que la société a « refusé de reconnaître ses obligations et de verser le paiement de toute facture », après avoir personnellement encouru des « dépenses importantes » en réponse à des poursuites et à des enquêtes liées à leurs anciennes fonctions.

    L'action en justice vise à obtenir une ordonnance obligeant Twitter à avancer toutes les dépenses que les plaignants ont encourues jusqu'à présent. Les plaignants veulent également obtenir le remboursement des dépenses encourues pendant qu'ils poursuivaient Twitter pour obtenir le remboursement des dépenses antérieures et une ordonnance « déclarant que les plaignants ont droit à l'avance de tous les futurs honoraires d'avocats, coûts et dépenses encourus dans le cadre de la procédure ».

    « Une fois de plus, Twitter n'a pas honoré ses obligations contractuelles de payer ses factures », a déclaré Aaron Zamost, porte-parole de Gadde et de Segal.

    Alors qu'ils travaillaient encore pour Twitter, Agrawal et Segal ont été contactés par les autorités fédérales au sujet des enquêtes de la SEC et du DOJ, selon le procès. Dans une lettre adressée à Twitter le 13 janvier 2023, Agrawal a écrit : « J'ai récemment été contacté par la division de l'application de la Securities and Exchange Commission (SEC) et par le ministère de la Justice des États-Unis dans le cadre de certaines enquêtes sur l'entreprise et sur Elon Musk ».

    « Agrawal et Segal ont retenu les services d'un avocat, ont témoigné devant la SEC en 2022, et leurs avocats ont continué à dialoguer avec les autorités fédérales. En outre, Agrawal a reçu des demandes avant et après son départ de Twitter pour prendre des mesures afin de préserver certains documents, qui se rapportent également à son service antérieur en tant que dirigeant de Twitter », indique la plainte.

    Nom : elon.png
Affichages : 1262
Taille : 257,9 Ko

    Conclusion

    Le procès est l'une des nombreuses actions en justice liées au rachat involontaire de Twitter par Musk et à l'exploitation ultérieure de la plateforme, qu'il a rebaptisée X. Le Conseil national des relations du travail a également déposé une plainte plus tôt cette année, alléguant que la société de fusées SpaceX de Musk avait licencié illégalement huit travailleurs parce que ils ont publié une lettre critiquant son leadership.

    Musk a licencié environ 80 % du personnel de Twitter après avoir repris l'entreprise, a-t-il déclaré à la BBC dans une interview l'année dernière. Le site a connu de nombreuses difficultés depuis son acquisition, notamment face à une baisse des revenus publicitaires et à des chercheurs documentant une recrudescence des discours de haine alors que Musk annulait ses efforts de modération du contenu. Il a initialement tenté de se retirer de l'acquisition, mais Twitter a intenté une action en justice pour forcer sa finalisation.

    Musk a imputé la baisse des revenus publicitaires aux groupes de surveillance anti-haine qui ont publié des rapports détaillant le contenu raciste et extrémiste sur la plateforme. Il a lancé des poursuites contre deux de ces organisations, Media Matters et le Center For Countering Digital Hate, qui sont actuellement en cours. Un juge californien devrait décider cette semaine s'il convient ou non de rejeter la poursuite contre le Center For Countering Digital Hate.

    Sources : plainte, Twitter Vendor Non-Payment

    Et vous ?

    Que pensez-vous de la décision de Musk d’acheter Twitter et de la renommer X ?
    Quelles sont les conséquences de la prise de contrôle de Twitter par Musk sur la liberté d’expression, la démocratie et la diversité des opinions sur la plateforme ?
    Comment évaluez-vous la performance de Musk en tant que propriétaire et dirigeant de Twitter/X ?
    Trouvez-vous que les indemnités de départ réclamées par les ex-dirigeants de Twitter sont justifiées ou excessives ?
    Quelle est votre opinion sur les actions en justice intentées contre Musk par ses anciens employés et d’autres parties ?
    Quel avenir voyez-vous pour Twitter/X sous la direction de Musk ?
    Images attachées Images attachées
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  6. #1586
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 540
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 540
    Points : 199 402
    Points
    199 402
    Par défaut Elon Musk et X poursuivis par Nick Caldwell, ex-cadre de Twitter, pour des millions de dollars d'indemnités
    Elon Musk et X poursuivis par Nick Caldwell, ancien cadre de Twitter, pour des millions de dollars d'indemnités de licenciement impayées.
    Musk est accusé d'avoir « escroqué à Caldwell et d'autres cadres 200 millions de dollars en indemnités »

    L’ancien cadre de Twitter, Nick Caldwell, qui dirigeait l’équipe d’ingénieurs du noyau technologique Red Bird de l’entreprise, poursuit Elon Musk et X pour des millions de dollars de primes impayées et allègue une rupture de contrat. Caldwell a démissionné le 28 octobre 2022, juste après l’acquisition de Twitter par Musk. Le procès est similaire à un autre déposé par quatre anciens cadres de Twitter, dont l’ancien PDG Parag Agrawal, qui affirment qu’ils sont redevables de 128 millions de dollars de primes impayées.

    Nick Caldwell, ancien cadre de Twitter, poursuit Elon Musk et X, alléguant une rupture de contrat et le non-paiement des indemnités de départ et des avantages qui lui étaient dus après avoir démissionné de l'entreprise en 2022.

    Dans la plainte déposée mercredi devant un tribunal fédéral de Californie, les avocats de Caldwell affirment qu'après l'acquisition de Twitter par Musk pour 44 milliards de dollars, l'entreprise « a escroqué M. Caldwell et d'autres cadres d'un montant total de 200 millions de dollars en indemnités de départ en les accusant faussement de mauvaise conduite et en prétendant les licencier pour 'motif valable' ».

    Nom : nic.png
Affichages : 5303
Taille : 42,9 Ko

    La plainte de Caldwell est similaire à celle déposée par d'anciens cadres de Twitter, dont l'ex-PDG Parag Agrawal, qui affirment qu'on leur doit 128 millions de dollars d'indemnités de départ impayées.

    Selon son profil LinkedIn, Caldwell est aujourd'hui directeur des produits chez Peloton et siège au conseil d'administration de plusieurs autres entreprises technologiques. Auparavant, il dirigeait une équipe de centaines d'ingénieurs chez Twitter en tant que directeur général de l'organisation Red Bird, ou technologie de base.

    Selon la plainte, Caldwell s'est efforcé de conserver les talents clés de Twitter jusqu'à la fin du rachat, puis a envoyé une lettre à l'entreprise le 28 octobre 2022, indiquant qu'il démissionnait « pour de bonnes raisons ». Deux jours plus tôt, Musk avait tweeté une vidéo de son entrée au siège de l'entreprise, en écrivant : « J'entre dans le QG de Twitter - laissez-vous guider !". Musk a ensuite changé le nom de la société en X.

    Un stratagème pour le licencier plutôt que de le laisser démissionner ?

    Twitter a accepté la démission de Caldwell, ce qui a déclenché une « politique de protection contre les changements de contrôle et les licenciements involontaires de Twitter » pour les cadres qui quittent l'entreprise en règle, ont fait valoir les avocats de Caldwell.

    Twitter a annoncé à Caldwell que son dernier jour de travail serait le 27 novembre, un mois après sa lettre de démission. L'entreprise lui a immédiatement coupé l'accès aux systèmes internes et n'est pas restée en communication avec lui, selon la plainte. Le 27 novembre, Twitter prétendait que Caldwell avait été licencié pour un motif valable.

    « Sans aucune base factuelle, M. Musk a simplement accusé Caldwell de mauvaise conduite pour éviter de lui payer des millions de dollars d'indemnités de départ que Musk/Twitter devait à M. Caldwell », écrivent ses avocats.

    Le procès note que Musk a fait appel à un certain nombre de proches, d'investisseurs et d'employés actuels et anciens de ses autres entreprises, SpaceX et Tesla, dont certains ont travaillé « pour refuser les demandes d'indemnités de départ déposées par M. Caldwell et les autres cadres dans le cadre du processus d'administration du plan d'indemnités de départ ».

    Le procès désigne Brian Bjelde et Lindsay Chapman, qui travaillent à SpaceX, et Dhruv Batura, qui travaillait auparavant aux finances chez Tesla, comme défendeurs aux côtés de Musk. Les avocats de Caldwell indiquent dans leur plainte que leur client doit environ 19,3 millions de dollars en indemnités de départ, plus les intérêts, et environ un demi-million de dollars, ce qui représente la valeur des unités d'actions restreintes qui auraient dû lui être payées en novembre 2022, plus les intérêts d'environ 3 millions de dollars, ainsi que les frais d'avocat.

    Quelques jours avant sa démission de Twitter, Caldwell avait publié un message sur les réseaux sociaux : « Ma femme et mon âme sœur, Tia Caldwell, est décédée subitement le 15 octobre. Elle n'avait que 39 ans mais a vécu une vie pleine, belle et accomplie, débordante d'amour ». Le procès ne mentionne pas la mort de sa femme.

    Nom : musk.png
Affichages : 1218
Taille : 37,5 Ko

    Ce n'est pas la première action intentée par les anciens dirigeants de Twitter

    En avril 2023, Parag Agrawal, l'ancien PDG de Twitter, Vijaya Gadde, l'ancien directeur juridique, et Ned Segal, l'ancien directeur financier ont déposé une plainte devant le tribunal de la chancellerie du Delaware, alléguant que Twitter doit verser plus d'un million de dollars aux anciens dirigeants pour les frais juridiques qu'ils ont encourus lorsqu'ils travaillaient dans l'entreprise pour répondre aux demandes du ministère de la Justice et de la Securities and Exchange Commission (Commission des opérations de bourse). « Cette action vise à obtenir une décision rapide exigeant du défendeur qu'il se conforme à ses obligations d'avancer les frais juridiques et les dépenses liées aux litiges et aux enquêtes en cours », indique l'action en justice.

    Le document énumère un certain nombre de batailles juridiques et d'enquêtes gouvernementales dans lesquelles ces dirigeants ont été impliqués au fil des ans en tant que défendeurs. Les plaignants ont écrit à Twitter à plusieurs reprises pour demander le remboursement, mais ils n'ont reçu que des accusés de réception en réponse, ajoute le document.

    Agrawal, Segal et Gadde ont déclaré dans la plainte que l'obligation de l'entreprise de couvrir leurs frais juridiques restait en vigueur pour toute procédure liée à leur rôle dans l'entreprise, ce qui, selon eux, a inclus une action en justice des actionnaires et des enquêtes de la Securities and Exchange Commission et du ministère de la Justice.

    Les trois plaignants affirment que la société a « refusé de reconnaître ses obligations et de verser le paiement de toute facture », après avoir personnellement encouru des « dépenses importantes » en réponse à des poursuites et à des enquêtes liées à leurs anciennes fonctions.

    En mars 2024, les quatre anciens dirigeants ont intenté une action en justice contre Elon Musk, l’actuel propriétaire de la plateforme sociale, rebaptisée X, pour réclamer plus de 128 millions de dollars de indemnités de départ non payées.

    Dans la plainte, ils affirment qu'en vertu d'un plan d'indemnités vieux de plusieurs années, il leur est du un an de salaire et des actions. Cela représenterait au total plus de 57 millions de dollars pour Agrawal ; plus de 44 millions de dollars pour Segal ; plus de 20 millions de dollars pour Gadde ; et plus de 6 millions de dollars pour Edgett.

    « Parce que Musk a décidé qu'il ne voulait pas payer les indemnités de départ des plaignants, il les a simplement licenciés sans raison, puis a inventé de fausses raisons et a nommé des employés de ses différentes entreprises pour maintenir sa décision », affirme la poursuite.

    Une aversion de X/Twitter à payer ceux à qui il doit de l'argent

    Sous la direction de Musk, l'aversion de X à payer ceux à qui il doit de l'argent est pratiquement devenue un trope (ceci est référencé dans le procès, avec un lien vers une page qui suit les poursuites contre Twitter pour non-paiement et une note que la personne qui gère le site a été banni par X).

    Mais cette fois, ce sont les mêmes dirigeants qui ont forcé Musk à finaliser son acquisition de 44 milliards de dollars, qui prétendent maintenant que son objectif était de les « escroquer » de 200 millions de dollars avant l’acquisition de leurs options d’achat d’actions le lendemain matin. Ils disposent également d’une source remarquablement approfondie pour expliquer pourquoi il a conclu l’accord et les a licenciés alors qu’il l’a fait : Elon Musk lui-même, cité par Walter Isaacson dans la biographie publiée l’année dernière, Elon Musk :

    « Il y a une différence de 200 millions dans le sac entre la fermeture ce soir et la réalisation de demain matin », m'a-t-il dit jeudi après-midi dans la salle de crise alors que le plan se déroulait.
    L'action en justice vise à obtenir une ordonnance obligeant Twitter à avancer toutes les dépenses que les plaignants ont encourues jusqu'à présent. Les plaignants veulent également obtenir le remboursement des dépenses encourues pendant qu'ils poursuivaient Twitter pour obtenir le remboursement des dépenses antérieures et une ordonnance « déclarant que les plaignants ont droit à l'avance de tous les futurs honoraires d'avocats, coûts et dépenses encourus dans le cadre de la procédure ».

    « Une fois de plus, Twitter n'a pas honoré ses obligations contractuelles de payer ses factures », a déclaré Aaron Zamost, porte-parole de Gadde et de Segal.

    Alors qu'ils travaillaient encore pour Twitter, Agrawal et Segal ont été contactés par les autorités fédérales au sujet des enquêtes de la SEC et du DOJ, selon le procès. Dans une lettre adressée à Twitter le 13 janvier 2023, Agrawal a écrit : « J'ai récemment été contacté par la division de l'application de la Securities and Exchange Commission (SEC) et par le ministère de la Justice des États-Unis dans le cadre de certaines enquêtes sur l'entreprise et sur Elon Musk ».

    « Agrawal et Segal ont retenu les services d'un avocat, ont témoigné devant la SEC en 2022, et leurs avocats ont continué à dialoguer avec les autorités fédérales. En outre, Agrawal a reçu des demandes avant et après son départ de Twitter pour prendre des mesures afin de préserver certains documents, qui se rapportent également à son service antérieur en tant que dirigeant de Twitter », indique la plainte.

    Sources : plainte de Caldwell

    Et vous ?

    Pensez-vous que les entreprises technologiques devraient être plus transparentes concernant les primes et les indemnités de départ lors d’acquisitions ?
    Quelles sont les responsabilités des dirigeants d’entreprise envers leurs employés lors de changements de contrôle ?
    Comment les entreprises devraient-elles gérer les conflits avec d’anciens employés concernant les paiements de primes ?
    Quelles mesures pourraient être prises pour éviter de telles situations à l’avenir ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  7. #1587
    Membre chevronné Avatar de petitours
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement matériel électronique
    Inscrit en
    Février 2003
    Messages
    1 946
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 44
    Localisation : France, Savoie (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement matériel électronique
    Secteur : Industrie

    Informations forums :
    Inscription : Février 2003
    Messages : 1 946
    Points : 2 057
    Points
    2 057
    Par défaut
    Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
    Pensez-vous que les entreprises technologiques devraient être plus transparentes concernant les primes et les indemnités de départ lors d’acquisitions ?
    Qu'un homme hors de contrôle puisse acheter seul une entreprise de technologie de com et de collecte de donnée pour faire de la propagande pour Trump me semble bien plus problématique que les caprices financiers hors sol de quelques confortables individus.
    Il y a 10 sortes de personnes dans le monde : ceux qui comprennent le binaire et les autres

  8. #1588
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    595
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 595
    Points : 10 845
    Points
    10 845
    Par défaut Un ministère du gouvernement de l'État australien de Victoria quitte X et déclare que le site n'est plus sûr
    Un ministère du gouvernement de l'État australien de Victoria quitte X et déclare que le réseau social d'Elon Musk n'est plus sûr ni productif
    la plateforme continue de perdre ses utilisateurs

    Le réseau social X d'Elon Musk continue de perdre des utilisateurs mécontents de l'orientation de la plateforme et du climat de chaos qui y règne. Un département du gouvernement de l'État de Victoria a annoncé la semaine dernière qu'il quitte X en raison du fait que la plateforme n'est plus sûre et productive pour l'engagement communautaire. L'annonce indique que X ne correspond plus aux objectifs de l'agence et que cette rupture n'a que trop tardé. D'autres agences de l'État sont susceptibles de suivre. Les changements apportés par Elon Musk depuis qu'il a racheté X (alors Twitter) poussent de plus en plus d'utilisateurs à déserter la plateforme.

    « Nous quittons X (Twitter). Il est temps de porter la conversation ailleurs. Nous serons toujours présents sur d'autres plateformes avec des nouvelles et des histoires sur les communautés de Vic avec lesquelles nous travaillons et comment nous les aidons », a écrit comme dernier message sur X le ministère des Familles, de l'Équité et du Logement (DFFH) de Victoria. Dans une autre déclaration, il a ajouté : « nous nous efforçons de créer un Victoria plus inclusif. Pour ce faire, nous voulons parler avec notre communauté sur des plateformes où nous pouvons atteindre notre public en toute sécurité et de manière productive ».

    Le DFFH a expliqué que la rupture avec X était attendue depuis longtemps et qu'il investira dans la communication sur d'autres plateformes de médias sociaux, sans toutefois préciser lesquelles. Cette rupture serait liée au fait que le réseau social d'Elon Musk ne réponde plus aux attentes du DFFH ou ne lui permette plus de remplir correctement la mission dont il est investi. (Le site du DFFH indique qu'il traite des questions telles que la protection de l'enfance, la violence familiale, le logement et l'égalité LGBTIQA+. La page X du département compte 2 752 abonnés et publie généralement des messages plusieurs fois par semaine).

    « Hey @X... Ce n'est pas toi... mais c'est toi. Notre rupture n'a que trop tardé », a indiqué le DFFH, accompagné de deux émojis de cœur brisé. Selon un rapport du Guardian Australia, tous les ministères des États sont en train d'évaluer s'ils doivent rester sur la plateforme. Il indique qu'il est probable que les comptes du ministère de la Santé et du ministère des Transports seront les seuls à rester, car ils fournissent des mises à jour quotidiennes sur des sujets comme les perturbations des transports publics et les informations sur la santé publique. L'on ignore la cause de la rupture entre X et les autres départements du Victoria.

    Entre-temps, une liste des médias sociaux du gouvernement de Victoria mise à jour le 26 mars montre que le ministère de l'Emploi, des Compétences, de l'Industrie et des Régions, ainsi que la police de Victoria, ont rejoint TikTok, un réseau social appartenant au géant chinois ByteDance. TikTok est actuellement au centre d'un "débat houleux" aux États-Unis où il est accusé d'être une menace à la sécurité nationale. Bien que les États-Unis n'aient pas apporté de preuves concrètes pour étayer leurs allégations, ils ont voté une loi visant à bannir l'application, sauf si ByteDance accepte de céder toute l'activité américaine de TikTok.

    Le projet de loi, intitulé “Protecting Americans from Foreign Adversary Controlled Applications Act”, a été approuvé par un vote bipartisan écrasant de 352 voix contre 65. Si elle est promulguée, cette législation donnerait à TikTok environ cinq mois pour se séparer de son propriétaire ByteDance, sinon il sera interdit aux magasins d’applications aux États-Unis d’héberger l’application sur leurs plateformes. La loi est controversée par certains acteurs de l'industrie selon lesquels elle constitue un dangereux précédent. En outre, la Chine s'oppose à une vente forcée de TikTok et réfute aussi les allégations avancées par les États-Unis.

    Pour en revenir à X, des millions d'utilisateurs ont quitté la plateforme depuis qu'elle a été rachetée par Musk, notamment en raison des changements radicaux qui ont suivi. Musk a notamment assoupli les règles de modération des contenus, qui limitaient auparavant les contenus haineux, et a rétabli des comptes jugés d'extrême droite. Les données publiées la semaine dernière par la société Sensor Tower, spécialisée dans la surveillance des applications, indiquent que X a perdu au moins 15 % de ses utilisateurs dans le monde depuis novembre 2022, juste après que Musk a conclu l'accord d'acquisition de 44 milliards de dollars.

    Cette tendance décroissante contraste avec les modestes augmentations des bases d’utilisateurs mondiales d’autres applications de médias sociaux durant la même période, avec Snapchat en hausse de 8,8 %, Instagram de 5,3 %, Facebook de 1,5 % et TikTok de 0,5 %. Ces applications ont toutes connu des baisses aux États-Unis, mais aucune n’a été aussi marquée que celle de X. « X a connu la baisse la plus importante du nombre d'utilisateurs actifs par rapport à ses pairs », a écrit Abe Yousef, analyste principal chez Sensor Tower. Yousef a attribué cette tendance à une forme de frustration des utilisateurs à l'égard de Musk.

    Yousef a déclaré : « cette baisse du nombre d'utilisateurs actifs de l'application mobile X peut être due à la frustration des utilisateurs face à des contenus flagrants, à des problèmes techniques généraux de la plateforme et à la menace croissante des plateformes de vidéos de courte durée ». En réponse au rapport de Sensor Tower, X a déclaré que le nombre d'utilisateurs actifs sur le plan mondial est plus élevé que ce que montrent les données du cabinet, avec 250 millions de personnes utilisant X chaque jour dans le monde. Cela représenterait tout de même une baisse par rapport au moment où Musk a acheté l'application.

    L'année dernière, le directeur général de l'ABC, David Anderson, a fermé presque tous les comptes officiels du radiodiffuseur public sur X, citant des interactions toxiques, ainsi que le coût et le faible trafic. À l'époque, Musk avait accusé l'ABC d'embrasser la censure. JOY, la première et unique station de radio communautaire LGBTQI+ d'Australie, a également annoncé mercredi qu'il était temps de quitter la plateforme. L'association a rejoint la plateforme de médias sociaux en 2009.

    « Au cours des 18 derniers mois, nous avons senti l'atmosphère passer d'un espace amusant et favorable à un espace ouvertement hostile à nos communautés. Nous ne voulons vraiment pas soumettre notre équipe au type d'hostilité que l'on trouve actuellement sur la plateforme, c'est pourquoi nous la quittons officiellement », a-t-elle écrit dans un communiqué publié sur son site Web. En France, la maire de Paris, Anne Hidalgo, a également annoncé avoir quitté X.

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi

    La Chambre des représentants des États-Unis adopte un projet de loi controversé qui impose un dilemme à TikTok : sa vente forcée à une entité américaine ou son interdiction sur le territoire

    Selon des analystes, de moins en moins de personnes utilisent la plateforme X d'Elon Musk, qui peine à attirer et à retenir les utilisateurs. Comment la gestion de Musk influence sa popularité

    Elon Musk : les discours haineux ne seront pas retirés de X à moins d'être illégaux. Liberté d'expression ou liberté de répression . Un aperçu de l'interview de Don Lemon avec Elon Musk

  9. #1589
    Membre émérite
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Novembre 2021
    Messages
    1 090
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Drôme (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2021
    Messages : 1 090
    Points : 2 935
    Points
    2 935
    Par défaut
    Les politiciens Australiens ferait bien de balayer devant leurs porte avant de donner des leçons.

    L'Australie n'a pas de constituions pour protéger les citoyens (1,2,3)
    Désormais, la dérive autoritaire n'a plus beaucoup de limites : Il s'agit du 2ème pays qui a été le plus covidiste au monde après la Chine (tentative de rendre obligatoire les applis de tracage, objectif zéro covid avec confinement d'une ville pour un cas, des manifestation anti-confinement et anti-pass on été réprimé dans le sang, tous les moyens de surveillances automatisés on été déployés...), le chiffrement est presque totalement interdit, le gouvernement peut modifier (légalement) des données privées, des militants écologistes doivent présenter chaque semaine aux autorités leurs smartphones, la reconnaissance faciale est largement déployé, les aborigènes ont toujours aussi peu de droits, le gouvernement peu décider de l'expulsion de migrants sous le secret... Tout ce que je dit est sourcé.

  10. #1590
    Membre habitué
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement logiciels
    Inscrit en
    Octobre 2002
    Messages
    64
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement logiciels
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2002
    Messages : 64
    Points : 183
    Points
    183
    Par défaut
    Bon débarras

  11. #1591
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Anthony
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Novembre 2022
    Messages
    993
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Gironde (Aquitaine)

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2022
    Messages : 993
    Points : 16 416
    Points
    16 416
    Par défaut Tesla demande à ses actionnaires d'approuver une nouvelle fois la rémunération de 56 Mds $ du PDG Elon Musk
    Tesla a demandé à ses actionnaires d'approuver une nouvelle fois la rémunération record choquante de 56 milliards de dollars du PDG Elon Musk, alors qu'elle a été rejetée par un juge du Delaware

    Tesla a demandé le mercredi 17 avril à ses actionnaires d'approuver à nouveau la rémunération record de 56 milliards de dollars du PDG Elon Musk, fixée en 2018, mais rejetée par un juge du Delaware en janvier.

    La rémunération ne comprend ni salaire ni prime en espèces, mais fixe des récompenses basées sur l'augmentation de la valeur de marché de Tesla jusqu'à 650 milliards de dollars au cours des 10 prochaines années. Tesla est actuellement évaluée à 500,36 milliards de dollars, selon les données du LSEG.

    Ce nouveau vote intervient avant la publication, la semaine prochaine, des résultats trimestriels de Tesla, qui doit faire face à une faible demande et à une atteinte à la réputation de M. Musk en raison de ses tendances politiques et de ses commentaires antisémites de l'année dernière.

    La rémunération de M. Musk a été rejetée par Kathaleen McCormick de la cour de chancellerie du Delaware, qui a qualifié la rémunération accordée par le conseil d'administration de "somme insondable", injuste pour les actionnaires.


    La décision de janvier, qui peut faire l'objet d'un appel, a annulé la plus grosse rémunération de l'Amérique des affaires.

    "Nous ne sommes pas d'accord avec la décision du tribunal du Delaware, et nous ne pensons pas que ce que le tribunal du Delaware a dit soit la façon dont le droit des sociétés devrait fonctionner ou fonctionne", a écrit la présidente du conseil d'administration, Robyn Denholm, dans une lettre incluse dans le dossier réglementaire.

    En demandant un nouveau vote, Tesla utilise une section de la loi du Delaware qui permet aux entreprises de ratifier des actions qui étaient techniquement défectueuses, telles que la vente d'actions avant que le conseil d'administration n'approuve une augmentation des actions, mais qui n'étaient pas toujours controversées.

    Le comité spécial du conseil d'administration a déclaré qu'il ne pouvait pas prédire si la réapprobation de l'enveloppe salariale serait appropriée en vertu de la loi du Delaware, tout en qualifiant son approche de "nouvelle".

    "Même si la proposition est approuvée, elle ne peut pas annuler la décision du juge, qui est juridiquement contraignante, du moins jusqu'à ce que Musk fasse appel avec succès", a déclaré Xu Jiang, professeur agrégé d'administration des affaires à l'université Duke.

    Si les actionnaires approuvent massivement la proposition pour la deuxième fois, cela aidera M. Musk dans son futur appel, a déclaré M. Jiang.

    Mercredi, Tesla a également exhorté ses investisseurs à approuver son projet de transfert de l'État d'incorporation de la société du Delaware au Texas.

    Ce changement pourrait aggraver le conflit entre M. Musk, qui s'est élevé à plusieurs reprises contre les régulateurs et ce qu'il considère comme de la paperasserie, et l'État du Delaware.

    Au début de l'année, M. Musk a déplacé le lieu de constitution de sa société de fusées SpaceX au Texas et de sa startup de puces cérébrales Neuralink au Nevada, au lieu du Delaware.

    Les actions de Tesla ont perdu plus de 36 % de leur valeur depuis le début de l'année en raison du ralentissement des ventes de véhicules électriques au niveau mondial, alors qu'elles avaient plus que doublé en 2023.

    La réputation de Musk, en tant que PDG, a également souffert de son adhésion croissante à la politique de droite et de plusieurs controverses, notamment l'approbation d'une théorie du complot antisémite à la fin de l'année 2023.

    Des événements tels que l'abandon du projet d'un véhicule électrique abordable et la décision de supprimer au moins 10 % du personnel ont également amené les analystes à s'interroger sur la stratégie de l'entreprise.

    "L'action de Tesla a été un désastre cette année car Musk et Tesla ont considérablement mal calculé les défis de la demande en Chine et la faiblesse globale de la demande pour les VE à l'échelle mondiale avec une concurrence croissante dans tous les domaines", a déclaré Dan Ives, analyste chez Wedbush, dans une note de recherche.

    Source : Tesla

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi :

    Tesla et son PDG Elon Musk vont faire appel de l'annulation de son plan de rémunération de 56 milliards de dollars, un juge estimant que ce plan était trop lucratif après l'opposition d'un actionnaire

    Les actions de Tesla, dans le secteur technologique, chutent après qu'un juge a annulé l'énorme plan de rémunération de 56 milliards de dollars d'Elon Musk, le juge révèle des conflits d'intérêts
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  12. #1592
    Membre éclairé
    Inscrit en
    Mai 2003
    Messages
    271
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Âge : 43

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2003
    Messages : 271
    Points : 718
    Points
    718
    Par défaut
    Tandis que les actionnaires de Stellantis discuttent des 35 millions des revenus du PDG
    https://www.lesechos.fr/industrie-se...naires-2089039
    parle t on ici vraiment de 55 milliards, et non millions? 1000 fois plus, c est pas imaginable! Ou est ce pour rembourser en cash les déboires de Musk avec son rachat de twitter (44 milliards de mémoire) ?

  13. #1593
    Expert confirmé
    Homme Profil pro
    Développeur .NET
    Inscrit en
    Novembre 2009
    Messages
    2 026
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 35
    Localisation : France, Bouches du Rhône (Provence Alpes Côte d'Azur)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur .NET

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2009
    Messages : 2 026
    Points : 5 466
    Points
    5 466
    Par défaut
    C'est énorme, mais il faut mettre les choses au clair.
    Musk a fait un pari totalement insensé en fixant un objectif de capitalisation de Tesla a 650 milliards pour déclencher ces stock options. En retour il n'a eu aucune rémunération.
    La boîte était alors valorisé~ 50 milliards. Personne n'y croyait, et au pire pour les actionnaires si ce pari fou était réussi, ça faisait un capital restant de 550 milliards (650 -50 initial -50 stock option), soit 11 fois la mise de l'époque, ce qui assez exceptionnel comme rendement.

    Le document fourni à la SEC qui détaille tout ceci.
    https://www.sec.gov/Archives/edgar/d...inarily%20well.

  14. #1594
    Membre expert
    Homme Profil pro
    ingénieur qualité
    Inscrit en
    Mars 2015
    Messages
    1 162
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : ingénieur qualité
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2015
    Messages : 1 162
    Points : 3 577
    Points
    3 577
    Par défaut
    Citation Envoyé par Anthony Voir le message
    La rémunération ne comprend ni salaire ni prime en espèces, mais fixe des récompenses [...].
    Ca représente combien de vie de salaire de l'employé moyen de Tesla?
    Et on parle d'un bonus en plus des autres bonus.
    Quelles sont les primes des employés de Tesla?
    Quelles sont leurs récompenses? (ne répondez pas le licenciement de 10% d'entre eux ça serait vraiment sarcastique)

  15. #1595
    Expert confirmé
    Homme Profil pro
    Développeur .NET
    Inscrit en
    Novembre 2009
    Messages
    2 026
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 35
    Localisation : France, Bouches du Rhône (Provence Alpes Côte d'Azur)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur .NET

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2009
    Messages : 2 026
    Points : 5 466
    Points
    5 466
    Par défaut
    Citation Envoyé par totozor Voir le message
    Ca représente combien de vie de salaire de l'employé moyen de Tesla?
    Énormément, mais a aucun moment là valorisation de l'entreprise est prise sur les salaires des employés. Mieux, beaucoup ont des stocks options ( évidemment pas celle de Musk) et au plus l'entreprise monte en bourse, au plus ils sont riches. Bon pour un gus lambda arrivé en 2010 il est facilement multimillionnaire sans avoir fait quelques choses de particulier.
    Le gars qui rentre aujourd'hui, forcément il pourra pas avoir la même chose, vu que la société ne pourra plus faire la croissance qu'elle a fait.

  16. #1596
    Membre éprouvé
    Homme Profil pro
    Administrateur systèmes et réseaux
    Inscrit en
    Août 2018
    Messages
    364
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 55
    Localisation : Autre

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur systèmes et réseaux

    Informations forums :
    Inscription : Août 2018
    Messages : 364
    Points : 1 094
    Points
    1 094
    Par défaut
    Il faut bien trouver de l'argent pour payer les pertes et dettes liées à Twitter...

  17. #1597
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 540
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 540
    Points : 199 402
    Points
    199 402
    Par défaut Elon Musk traite désormais le terme cisgenre sur son réseau social X comme une insulte
    Elon Musk traite désormais le terme cisgenre sur son réseau social X comme une insulte,
    dans sa quête pour transformer l'ancien Twitter en fan club pour les bigots intégristes

    La plateforme de médias sociaux X, anciennement connue sous le nom de Twitter, a récemment annoncé qu’elle considérerait le terme « cisgenre » comme une injure. Cette décision fait suite à une déclaration de son propriétaire, Elon Musk, qui avait déjà exprimé cette position en juin dernier.

    En juin dernier, alors que X était encore Twitter, Elon Musk a annoncé que le mot « cisgenre » (et sa version raccourcie « cis ») pourrait bientôt rejoindre la liste des termes interdits sur la plateforme. Selon lui, il s’agit d’une insulte envers les personnes dont l’identité de genre correspond au sexe assigné à la naissance.

    La décision d’Elon Musk faisait suite à la plainte d’un internaute, James Esses, qui se disait victime de harcèlement de la part « d'activistes trans » qui l’auraient traité de « cis ».

    Hier, après avoir posté un Tweet disant que je rejetais le mot « cis » et que je ne souhaitais pas être appelé comme ça, j'ai reçu une multitude de messages d'activistes trans qui m'appelaient « cissy » et me disaient que je suis « cis » « que j'apprécie ou pas ».

    Imaginez si les rôles étaient inversés.
    Elon Musk a alors réagi en affirmant que les mots « cis » ou « cisgenre » sont considérés comme des insultes sur Twitter et que leur emploi pourra entraîner une suspension temporaire du compte.

    Un harcèlement répété et ciblé contre n'importe quel compte fera en sorte que les comptes harcelants recevront, au minimum, des suspensions temporaires.

    Les mots « cis » ou « cisgenre » sont considérés comme des insultes sur cette plate-forme.
    Nom : elon.png
Affichages : 5255
Taille : 16,3 Ko

    X traite désormais le terme « cisgenre » comme une injure

    Les médias ont rapporté mardi qu'en essayant de publier un message utilisant les termes « cisgenre » ou « cis » dans l'application mobile X, un avertissement s'affiche en plein écran : « Ce message contient un langage qui peut être considéré comme une insulte par X et pourrait être utilisé de manière préjudiciable, en violation de nos règles ». Il vous laisse alors le choix de continuer à publier le message ou le supprimer.

    Et les médias de noter que « si des mots comme "cis" et "cisgenre" sont signalés, certaines insultes visant les Noirs, les transgenres et les juifs peuvent être publiées sans répercussion ».

    Nom : cis.png
Affichages : 1152
Taille : 32,5 Ko

    Le terme «cisgenre» renvoie, selon Le Petit Robert, à toute personne dont l’identité de genre correspond au sexe qui lui a été assigné à la naissance - par opposition aux personnes transgenres. Aussi, est considérée comme cis toute personne de sexe masculin se sentant homme, ou une personne de sexe féminin se sentant femme. Rien d’insultant pour qui que ce soit a priori.

    Plusieurs sources pourraient être à l’origine du terme. Certains estiment que c’est le sexologue allemand Volkmar Sigush qui l’aurait employé en premier, dans un texte universitaire en 1991. D’autres, en revanche, affirment que son inventeur est nul autre que Carl Buijs, un homme trans néerlandais qui a tenté de conceptualiser l’inverse de « transgenre » en 1995. « Comment se fait-il qu’il n’y ait pas de nom pour les personnes qui ne sont pas transgenres ? », se serait-il demandé, décidant ainsi d’introduire le terme cisgenre pour désigner les personnes dont l’identité de genre correspond au sexe assigné à la naissance.

    Une sortie qui suscite la polémique

    Cette prise de position a suscité de nombreuses critiques de la part des personnes transgenres et de leurs alliés, qui dénoncent une incompréhension et une injustice de la part du patron de Twitter. Ils rappellent que le mot cisgenre n’est pas une insulte, mais un simple constat de réalité. Ils soulignent également que les personnes transgenres sont souvent victimes de discriminations et de violences, et qu’elles ont besoin d’un espace d’expression et de soutien sur les réseaux sociaux.

    Ashley St. Clair, une écrivaine, a tweeté (période pré-X oblige) :

    La gauche est dans une spirale sur Elon Musk considérant "cis" comme une insulte valant une suspension.

    Nous vous avions prévenu que si vous commenciez cette guerre contre la langue, en interdisant les mots parce qu'ils sont « haineux », vous auriez un réveil brutal quand quelqu'un qui ne fait pas partie de votre culte idéologique a le pouvoir d'interdire les mots.

    Vos efforts pour corrompre la pensée par le langage ont créé ce précédent.
    Ce à quoi Elon Musk a répondu : « Ils ne seront pas suspendus à moins qu'ils ne fassent une attaque coordonnée flagrante, mais leur message aura beaucoup moins de portée, car il ne sera pas recommandé aux autres ».

    « Elon Musk s'est engagé dans cet effort malhonnête et intrinsèquement bigot pour redéfinir ce terme depuis près d'un an. La liste de sa rhétorique et de son comportement haineux est trop longue pour être énumérée », a déclaré un porte-parole de GLAAD, un groupe de défense des LBGTQ à but non lucratif. « Cela semble être un autre des exercices sans fin de Musk pour satisfaire sa nouvelle base d'utilisateurs d'extrême droite de X - un autre signal codé, mais très clair, de l'entreprise que les personnes transgenres ne sont pas les bienvenues sur la plate-forme, et un autre indicateur fort pour les annonceurs que X n'est pas une plate-forme sûre pour leurs marques. »

    Une annonce qui intervient deux mois après une modification de la politique relative aux « conduites haineuses »

    L’annonce de Juin d’Elon Musk est intervenue d’ailleurs après un changement de cette politique sur le harcèlement des personnes transgenres. Depuis avril 2023, le réseau social ne sanctionne plus le fait de méconnaître le nouveau genre ou d’utiliser l’ancien nom d’une personne transgenre.

    « Nous interdisons le ciblage d’autrui avec des insultes, clichés et autres contenus répétés visant à dégrader des personnes ou à renforcer les stéréotypes négatifs ou préjudiciables au sujet d’une catégorie protégée. Cela englobe le fait d’utiliser un genre incorrect pour les personnes transgenres, ou de s’adresser à elles avec leur ancien nom », indiquait la précédente version. La dernière phrase a désormais disparu, signifiant que le fait de méconnaître le nouveau genre ou d’utiliser l’ancien nom (deadname) d’une personne transgenre n’est plus sanctionné. D’après la Wayback Machine, ce changement remonte au 8 avril 2023.

    La politique de lutte contre le harcèlement des personnes transgenres avait été mise en place en 2018. Son retrait a notamment été critiqué par l’association de défense des droits des LGBTQ, GLAAD, qui estime que ce changement est « le dernier exemple de la dangerosité de l’entreprise pour les utilisateurs et les annonceurs ». « Cette décision de faire reculer la sécurité des LGBTQ éloigne encore plus Twitter de TikTok, Pinterest et Meta, qui maintiennent tous des politiques similaires pour protéger leurs utilisateurs transgenres à un moment où le discours anti-transgenre en ligne conduit à la discrimination et à la violence dans le monde réel », a déclaré Sarah Kate Ellis, présidente de l’association.

    Source : application mobile X

    Et vous ?

    Avez-vous constaté cet avertissement lorsque vous avez tenté d'entrer le terme "cisgenre" sur l'application mobile ?
    Quelle est votre réaction initiale à la décision de la plateforme X de considérer le terme “cisgenre” comme une injure ?
    Comment pensez-vous que cette politique affectera la liberté d’expression et le dialogue sur les identités de genre sur les réseaux sociaux ?
    En quoi la reconnaissance des termes liés à l’identité de genre est-elle importante pour les communautés LGBTQ+ ?
    Pensez-vous que les plateformes de médias sociaux devraient avoir le pouvoir de définir quels termes sont considérés comme offensants ? Pourquoi ou pourquoi pas ?
    Quel impact cette décision pourrait-elle avoir sur les utilisateurs qui ne font pas partie de la communauté LGBTQ+ mais qui souhaitent soutenir l’inclusion et la diversité ?
    Comment les plateformes de médias sociaux peuvent-elles équilibrer la protection contre le harcèlement et la discrimination tout en permettant une expression libre et ouverte ?
    Quelles mesures les utilisateurs et les communautés peuvent-ils prendre pour contester des politiques qu’ils jugent injustes ou discriminatoires ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  18. #1598
    Membre expert
    Profil pro
    undef
    Inscrit en
    Février 2013
    Messages
    966
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France, Lot (Midi Pyrénées)

    Informations professionnelles :
    Activité : undef

    Informations forums :
    Inscription : Février 2013
    Messages : 966
    Points : 3 571
    Points
    3 571
    Par défaut
    Ce mot n'a aucune raison d'être.

  19. #1599
    Membre expert
    Homme Profil pro
    ingénieur qualité
    Inscrit en
    Mars 2015
    Messages
    1 162
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : ingénieur qualité
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2015
    Messages : 1 162
    Points : 3 577
    Points
    3 577
    Par défaut
    Les utilisateurs de réseau ont un pouvoir incroyable : la capacité à contourner les règles.
    Interdisez cis et ils utiliseront autre chose, tous les milieux le font (combien de termes sont utilisés par le milieu complotiste antisémite pour définir les juifs?) (combien de termes sont utilisé par les homosexuels pour se définir?).

    Quant à ceux qui pensent que ce terme n'a pas de raison d'être il devient vite nécessaire pour un échange fluide dans les milieux qui sont (ou se prétendent) inclusifs, rien que pour éviter des paraphrases en continu.
    Ou, tout du moins, il a autant de raison d'être que blanc pour définir la couleur de peau d'une personne.
    Mais je suis d'accord, le jour où ma transphobie aura disparue nous pourrons archiver ce mot parmi les mots obsolètes. (J'ai hâte)

  20. #1600
    Membre du Club
    Homme Profil pro
    Dev Fullstack Java / angular
    Inscrit en
    Octobre 2021
    Messages
    17
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 28
    Localisation : France, Moselle (Lorraine)

    Informations professionnelles :
    Activité : Dev Fullstack Java / angular
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2021
    Messages : 17
    Points : 58
    Points
    58
    Par défaut
    Comme d'habitude, un article partial et non orienté de la part du meilleur (lol) rédacteur de ce site

Discussions similaires

  1. Réponses: 0
    Dernier message: 17/05/2019, 19h10
  2. PS3 sans Linux : Sony va devoir verser des millions de dollars aux propriétaires de la console
    Par Stéphane le calme dans le forum Développement 2D, 3D et Jeux
    Réponses: 13
    Dernier message: 12/04/2019, 06h02
  3. Réponses: 0
    Dernier message: 25/01/2019, 19h14
  4. Réponses: 3
    Dernier message: 24/05/2018, 14h57
  5. Réponses: 3
    Dernier message: 14/08/2016, 18h43

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo