IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

Programmation parallèle, calcul scientifique et de haute performance (HPC) Discussion :

Adastra : un nouveau supercalculateur en France pour préparer l’ère Exascale


Sujet :

Programmation parallèle, calcul scientifique et de haute performance (HPC)

  1. #1
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    mai 2018
    Messages
    871
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Âge : 31
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : mai 2018
    Messages : 871
    Points : 46 280
    Points
    46 280
    Par défaut Adastra : un nouveau supercalculateur en France pour préparer l’ère Exascale
    Adastra : un nouveau supercalculateur en France pour préparer l’ère Exascale, qui fournira en effet aux scientifiques français des capacités de calcul massives et innovantes

    GENCI, l’agence nationale en charge de mettre en œuvre la stratégie française en matière de simulation numérique par calcul à haute performance (HPC) et le CINES, le Centre Informatique National de l’Enseignement Supérieur (un des 3 centres de calcul nationaux), annoncent aux côtés de Hewlett Packard Enterprise (HPE) et d’AMD, l’acquisition du supercalculateur « Adastra » et sa mise à disposition des communautés à partir du printemps prochain.

    A horizon 2022, Adastra sera un des supercalculateurs parmi les plus puissants en Europe pour la recherche ouverte académique et industrielle, grâce à son architecture de dernière génération qui complètera les systèmes existants de GENCI disponibles au sein des 2 autres centres nationaux (TGCC du CEA et IDRIS du CNRS).

    Ce nouveau supercalculateur de pointe « Adastra » prend son nom de la locution latine « Per aspera ad astra » traduite par « Par des chemins ardus vers les étoiles ». Il fournira en effet aux scientifiques français des capacités de calcul massives et innovantes pour leurs besoins complexes en simulation numérique, offrant une performance crête de plus de 70 PFlops/s, soit plus de vingt fois la puissance de calcul actuelle en production au CINES. Il renforcera par la même la position et les moyens de la recherche française sur la voie passionnante de l'Exascale.

    A l’issue d’une procédure ouverte de dialogue compétitif d’une durée de 18 mois en raison de la situation sanitaire, GENCI a sélectionné l’offre de la société HPE autour d’un système HPE Cray EX. Cette procédure s’appuyait notamment sur des critères techniques basés sur une évaluation du coût total de possession (TCO), s’appuyant à la fois sur la performance soutenue et l’efficacité énergétique d’un ensemble pertinent d’applications académiques et industrielles de production mais aussi sur une future collaboration innovante et intégrée appelée « contrat de progrès », démarrant en novembre 2021, en avance de phase de la livraison d’Adastra, pour une durée de 2 ans.

    Adastra sera basé sur une architecture de calcul convergée, équilibrée et modulaire, avec 2 partitions de calcul complémentaires, en réponse aux besoins variés de centaines d’utilisateurs quotidiens :

    • Une première partition dotée de calcul scalaires dits manycores, chacun basé sur des processeurs de dernière génération EPYC™ « Genoa » d’AMD, avec 768 Go de mémoire DDR5 et un lien réseau 200 Gbs Slingshot 11 NIC ;
    • Une seconde partition équipée de nœuds de calcul accélérés, chacun basé sur un processeur de 3ème génération EPYC™ d’AMD avec 256 Go de mémoire DDR4, 4 accélérateurs de calcul AMD Instinct™ MI250X OAM, chacun avec 128 Go de mémoire HBM2e pour un total de 512 Go de mémoire rapide, et 4 liens réseau 200 Gbs Slingshot 11 NIC.


    La partition accélérée devrait être mise à disposition au printemps 2022 tandis que le système complet sera opérationnel au dernier trimestre 2022.

    Le système complet sera fédéré par un réseau haut-débit Ethernet HPE Slingshot élaboré pour les besoins en HPC et en intelligence artificielle (IA) et par un système parallèle de fichiers à 2 niveaux HPE Cray ClusterStor E1000 sous Lustre. Ce dernier offrira une capacité de stockage haut débit pour le premier niveau, basé sur des technologies full flash, de presque 2 Po à une bande passante de 1.3 To/s et de 24 Po à 250 Go/s pour le second niveau basé sur des technologies de disques rapides.

    Nom : hpeamd.png
Affichages : 7080
Taille : 27,6 Ko

    Dans le but d'optimiser la consommation globale d'énergie, la solution fournie par HPE est parmi les plus efficaces en refroidissant 97% de la chaleur générée par la machine par le biais d'un refroidissement liquide à eau chaude associé à un PUE (indice servant à mesurer l’efficacité énergétique d’un datacenter. Il est calculé en divisant le total de l’énergie consommée par le datacenter par le total de l’énergie utilisée par les équipements informatiques (serveur, stockage, réseau)) de 1,10 amenant à une consommation soutenue maximale limitée à 1,59 MW.

    Enfin dans le cadre du contrat signé, HPE et AMD sont engagés avec les équipes du CINES et les communautés d’utilisateurs dans un contrat de progrès d’une durée de 2 ans pour conjointement porter, optimiser et passer à l’échelle sur Adastra un ensemble d’applications HPC et IA. Les activités prévues dans le contrat de progrès s’appuieront sur la plateforme open-source AMD ROCm™ en utilisant les modèles de programmation HIP / OpenMP® et les des outils de compilation et d’analyse, participant ainsi à l'effort global français en faveur du portage des applications scientifiques et industrielles vers l’Exascale.

    « Adastra va permettre aux équipes de recherche françaises de se positionner encore plus fortement sur le chemin vers l’Exascale, en se préparant aux évolutions associées à ces technologies et services à grande échelle. Son avènement est donc une étape importante rendue possible grâce à l’expertise des équipes du CINES, d’HPE et de GENCI » dit Philippe Lavocat, PDG de GENCI.

    « L’arrivée de ce nouveau supercalculateur Adastra est un double challenge pour le CINES : celui de faire passer massivement les utilisateurs sur des GPU très puissants tout en maitrisant la consommation électrique. Le gain d’un facteur 21x en puissance de calcul est impressionnant par rapport à la machine actuelle, alors que la consommation électrique ne croît que de 1,5x pour un HPC écoresponsable. Le support autour des GPUs fourni par AMD, en utilisant le système HPE Cray EX, permettant à Adastra de monter en puissance, est l'élément clé qui assurera le décollage réussi des chercheurs vers les étoiles ! » a déclaré Boris Dintrans, Directeur du CINES. Pour la Conférence des Présidents d’Universités (CPU), « cela représente une étape importante dans la stratégie numérique des Universités françaises, à la fois dans la composante recherche en mettant à disposition un supercalculateur de nouvelle génération pour des simulations extrêmes mais aussi pour former et accompagner les étudiants vers le HPC » indique Guillaume Gellé, vice-president de la CPU.

    « Nous sommes fiers d’avoir été sélectionnés par GENCI, qui permet à certains des plus grands centres de recherche du monde de soutenir les efforts de R&D de la France via des solutions avancées de calcul haute performance (HPC) et d'intelligence artificielle (IA) utilisant des technologies de l'ère exascale » dit Justin Hotard, Vice-Président et Manager Général pour le HPC et l’IA chez HPE « Le design du supercalculateur Adastra est le résultat d’une collaboration étroite entre GENCI, le CINES, HPE et AMD pour fournir un système de calcul haute-performance sur-mesure afin de traiter des gros volumes de données, incluant les besoins en IA optimisée et machine learning, pour encore plus accélérer l’innovation »

    « Les processeurs AMD EPYC et les accélérateurs Instinct sont en train de venir le choix de l’industrie HPC quand les aspects liés à la performance, le passage à l’échelle et la capacité de calcul sont nécessaires pour des besoins HPC exigeants visant à résoudre les problèmes globaux les plus urgents. Nous sommes fiers de travailler avec le CINES, GENCI et HPE sur le supercalculateur Adastra, étant très proches de l’arrivée de l’Exascale en Europe » dit Roger Benson, Responsable Commercial EMEA chez AMD.

    A propos de GENCI

    Créée par les pouvoirs publics en 2007, GENCI est une grande infrastructure de recherche, opérateur public visant à démocratiser l’usage de la simulation numérique par le calcul haute performance associé à l’usage de l’intelligence artificielle, pour soutenir la compétitivité scientifique et industrielle française.

    GENCI poursuit trois missions :
    • Mettre en œuvre la stratégie nationale d'équipement en moyens de calcul intensif , stockage et de traitement de données massives associé aux technologies de l’IA au bénéfice de la recherche scientifique ouverte française en lien avec les trois centres nationaux de calcul ;
    • Soutenir la réalisation d'un écosystème intégré du calcul intensif à l'échelle national et européenne ;
    • Promouvoir la simulation numérique et le calcul intensif auprès de la recherche académique et des industriels.

    GENCI est une société civile détenue à 49 % par l’État représenté par le ministère en charge de l’Enseignement supérieur et la Recherche, 20 % par le CEA, 20 % par le CNRS, 10 % par les Universités représentées par la Conférence des Présidents d'Université et 1 % par Inria.

    A propos du CINES

    Le CINES (Centre Informatique National de l'Enseignement Supérieur) est un centre national HPC situé à Montpellier et rattaché aux universités et établissements d'enseignement supérieur et de recherche français (ESR). Il héberge et exploite avec des équipes HPC dédiées le supercalculateur Adastra de GENCI pour le compte de CPU (Conférence des Présidents d'Universités). En plus du HPC, le CINES est également le centre national d'archivage pérenne de l’ESR et héberge aussi les ressources informatiques d'une quinzaine d'établissements via son label de datacentre national.

    A propos de Hewlett Packard Enterprise

    Hewlett Packard Enterprise est une entreprise mondiale proposant des plateformes allant de la périphérie du réseau au cloud (« Edge to Cloud »), sous forme de service, pour aider ses clients à obtenir plus rapidement des résultats en libérant partout la valeur de toutes leurs données. S’appuyant sur des décennies consacrées à réinventer le futur et à innover afin de faire progresser nos modes de vie et de travail, HPE commercialise des technologies innovantes, ouvertes et intelligentes – incluant les services cloud, le calcul traditionnel et haute performance, l'IA, la périphérie intelligente, les logiciels et le stockage – offrant une expérience homogène dans tous les environnements cloud et périphériques, pour permettre à ses clients de développer de nouveaux modèles économiques et modes d’engagement et d’améliorer leur performance opérationnelle.

    A propos de AMD

    Depuis plus de 50 ans AMD est à l’origine d'innovations dans le domaine du calcul haute performance, des technologies graphiques et de visualisation - les éléments indispensables pour le jeu, les plateformes immersives et les centres de calcul.

    Source : HPE

    Et vous ?

    Qu'en pensez-vous ?

    Voir aussi :

    IBM affirme avoir créé une nouvelle puce quantique si "puissante" qu'elle ne peut être simulée par les superordinateurs classiques, et la Chine conteste à nouveau la suprématie quantique de Google

    Tesla dévoile son nouveau superordinateur (5e plus puissant au monde) pour entraîner l'IA de la conduite autonome, la machine est actuellement utilisée et développée par la société

    L'Amérique va se doter de Perlmutter, le superordinateur d'IA « le plus puissant » du monde, pour créer la carte 3D la plus détaillée de l'univers

    Hewlett Packard Enterprise sélectionnée pour construire un supercalculateur pour la Maison de l'intelligence artificielle à Sophia Antipolis et soutenir l'innovation et la recherche en France
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre du Club
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement logiciels
    Inscrit en
    décembre 2006
    Messages
    17
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement logiciels

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2006
    Messages : 17
    Points : 48
    Points
    48
    Par défaut
    Il est calculé en divisant le total de l’énergie consommée par le datacenter par le total de l’énergie utilisée par les équipements informatiques (serveur, stockage, réseau)) de 1,10 amenant à une consommation soutenue maximale limitée à 1,59 MW.
    1 MegaWatt, ça représente quoi ?
    Si toute l’électricité française devait être produite uniquement dans des centrales de type thermique à partir d’un seul combustible, et avec l’hypothèse d’un rendement de 1/3 entre énergie thermique du contenu dans le combustible et l’énergie électrique finale produite, cela représenterait :

    200 tonnes d’uranium (enrichi en U235 à 4 % environ)
    164 millions de m3 de pétrole
    185 millions de tonnes de charbon
    158 milliards de m3 de gaz naturel
    environ 1 milliard de tonnes d’ordures ménagères

    source : https://www.consoglobe.com/energie-1390-cg


    Avec 1,59MW, je me demandai juste ce que pouvait représenter l'une des consommations les plus efficaces du marché, ça manque un peu de QBit.
    J'espère qu'ils en feront bon usage. Sachant que chaque nation a +/- le même programme, aurait-il été plus écologique et économique d'en faire un modèle international ? Où quand une Utopie (IA par machine learning) en chasse une autre (Universalité).

  3. #3
    Expert éminent

    Profil pro
    Fabricant et casseur d'avions
    Inscrit en
    avril 2004
    Messages
    3 738
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France, Tarn (Midi Pyrénées)

    Informations professionnelles :
    Activité : Fabricant et casseur d'avions
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : avril 2004
    Messages : 3 738
    Points : 7 281
    Points
    7 281
    Par défaut
    Citation Envoyé par Armitage1982 Voir le message
    1 MegaWatt, ça représente quoi ?
    Si toute l’électricité française devait être produite uniquement dans des centrales de type thermique à partir d’un seul combustible, et avec l’hypothèse d’un rendement de 1/3 entre énergie thermique du contenu dans le combustible et l’énergie électrique finale produite, cela représenterait :

    200 tonnes d’uranium (enrichi en U235 à 4 % environ)
    164 millions de m3 de pétrole
    185 millions de tonnes de charbon
    158 milliards de m3 de gaz naturel
    environ 1 milliard de tonnes d’ordures ménagères

    source : https://www.consoglobe.com/energie-1390-cg
    Attention tout de même, les chiffres que tu cites sont pour "toute l'électricité française", et pas pour produire 1 MW (soit dit en passant, si il était possible de comparer une puissance avec une énergie...)
    Et en lisant ta source, cela correspond à une puissance électrique de 133 GW (chiffre 2018 selon la source).

    Donc pour 1 MW, on divise par 133000... on tombe déjà à 1.5 kg d'uranium...
    "Errare humanum est, sed perseverare diabolicum"

    Ma page sur DVP.com

  4. #4
    Membre expérimenté
    Profil pro
    Inscrit en
    juin 2009
    Messages
    502
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : juin 2009
    Messages : 502
    Points : 1 666
    Points
    1 666
    Par défaut
    Citation Envoyé par Armitage1982 Voir le message
    1 MegaWatt, ça représente quoi ?
    Si toute l’électricité française devait être produite uniquement dans des centrales de type thermique à partir d’un seul combustible, et avec l’hypothèse d’un rendement de 1/3 entre énergie thermique du contenu dans le combustible et l’énergie électrique finale produite, cela représenterait :

    200 tonnes d’uranium (enrichi en U235 à 4 % environ)
    164 millions de m3 de pétrole
    185 millions de tonnes de charbon
    158 milliards de m3 de gaz naturel
    environ 1 milliard de tonnes d’ordures ménagères

    source : https://www.consoglobe.com/energie-1390-cg


    Avec 1,59MW, je me demandai juste ce que pouvait représenter l'une des consommations les plus efficaces du marché, ça manque un peu de QBit.
    J'espère qu'ils en feront bon usage. Sachant que chaque nation a +/- le même programme, aurait-il été plus écologique et économique d'en faire un modèle international ? Où quand une Utopie (IA par machine learning) en chasse une autre (Universalité).
    Pour faire de nouvelles solutions écologique qui marche, on a besoin de supercalculateur. On a besoin de personnel chauffé, éclairé, avec du réseau pour qu'il fasse leur boulot, afin de produire les solutions écologique de demain.

    En économie on appelle ça l'investissement. Quant à mettre les ressources de différents états en commun, c'est louable, mais il vaut quand même mieux pouvoir garantir un minimum son indépendance vis-à-vis d'autres états menés par des tyrans (des vrais) en puissance.

  5. #5
    Membre habitué
    Homme Profil pro
    retraité depuis juin 2019
    Inscrit en
    février 2018
    Messages
    42
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 59
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : retraité depuis juin 2019
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : février 2018
    Messages : 42
    Points : 125
    Points
    125
    Par défaut Ils sont fous ces Gaulois !
    Pourquoi acheter du matériel étasunien alors qu'on produit des supercalculateurs en France chez Atos ?

  6. #6
    Expert éminent sénior

    Homme Profil pro
    Directeur des systèmes d'information
    Inscrit en
    avril 2002
    Messages
    2 559
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 61
    Localisation : Luxembourg

    Informations professionnelles :
    Activité : Directeur des systèmes d'information
    Secteur : Finance

    Informations forums :
    Inscription : avril 2002
    Messages : 2 559
    Points : 17 125
    Points
    17 125
    Par défaut
    Enfin les HPC Atos sont très bien certes, mais c'est que de l'assemblage de puces conçues aux USA comme les NVIDIA A100 Tensor Core GPU , et fabriquées en fait dans d'autres pays , principalement la Chine. Même principe que les "PC made in France", c'est juste de l'assemblage, mais en plus grand.
    Ne prenez pas la vie au sérieux, vous n'en sortirez pas vivant ...

Discussions similaires

  1. Réponses: 42
    Dernier message: 11/03/2007, 15h09
  2. Travailler en France pour une entreprise étrangère
    Par HALOMOTO dans le forum Société
    Réponses: 11
    Dernier message: 29/09/2006, 19h20
  3. Nouveau, présentation et question pour bien débuter
    Par chichicratsok dans le forum Applications et environnements graphiques
    Réponses: 2
    Dernier message: 19/03/2006, 18h11

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo