IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #161
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    5 916
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 5 916
    Points : 147 585
    Points
    147 585
    Par défaut La suspension des comptes Facebook et Instagram de Donald Trump serait définitive
    La suspension des comptes Facebook et Instagram de Donald Trump serait définitive,
    Facebook n'aurait pas l'intention de les rétablir après son départ de la Maison Blanche

    Plus tôt ce mois-ci, Facebook a procédé au blocage des comptes Facebook et Instagram de Donald Trump sur une durée de 24 heures. Le lendemain, Facebook s'est ravisé en optant pour un blocage d'une durée indéterminée et pendant « au moins les deux prochaines semaines, jusqu'à ce que la transition pacifique du pouvoir soit terminée », selon les propos du PDG de Facebook, Mark Zuckerberg.

    Zuckerberg a reconnu qu’au fil des années Facebook a parfois retiré le contenu publié par Trump ou étiqueté ses publications lorsqu'elles violaient ses politiques, tout en précisant que Trump pouvait « utiliser notre plateforme conformément à nos propres règles ». « Nous avons fait cela parce que nous pensons que le public a le droit d'avoir le plus large accès possible au discours politique, même controversé », a écrit Zuckerberg. « Mais le contexte actuel est maintenant fondamentalement différent, impliquant l'utilisation de notre plateforme pour inciter à une insurrection violente contre un gouvernement démocratiquement élu » :

    « Les évènements choquants des dernières 24 heures démontrent clairement que le président Donald Trump a l'intention d'utiliser le temps qu'il lui reste pour saper la transition pacifique et légale du pouvoir à son successeur élu, Joe Biden.

    « Sa décision d'utiliser sa plateforme pour tolérer plutôt que condamner les actions de ses partisans au Capitole a à juste titre dérangé les gens aux États-Unis et dans le monde. Nous avons supprimé ces déclarations hier parce que nous avons estimé que leur effet - et probablement leur intention - serait de provoquer de nouvelles violences.

    « Suite à la certification des résultats des élections par le Congrès, la priorité pour l'ensemble du pays doit désormais être de faire en sorte que les 13 jours restants et les jours après l'investiture se déroulent dans le calme et conformément aux normes démocratiques établies.

    « Au cours des dernières années, nous avons permis au président Trump d'utiliser notre plateforme conformément à nos propres règles, supprimant parfois du contenu ou étiquetant ses publications lorsqu'elles enfreignent nos politiques. Nous l'avons fait parce que nous croyons que le public a le droit d'accéder le plus largement possible au discours politique, même controversé. Mais le contexte actuel est maintenant fondamentalement différent, impliquant l'utilisation de notre plateforme pour inciter à une insurrection violente contre un gouvernement démocratiquement élu.

    « Nous pensons que les risques de permettre au président de continuer à utiliser nos services pendant cette période sont tout simplement trop grands. Par conséquent, nous étendons le blocage que nous avons placé sur ses comptes Facebook et Instagram indéfiniment et pendant au moins les deux prochaines semaines jusqu'à ce que la transition pacifique du pouvoir soit terminée ».

    Zuckerberg a reconnu qu’au fil des années Facebook a parfois retiré le contenu publié par Trump ou étiqueté ses publications lorsqu'elles violaient ses politiques, tout en précisant que Trump pouvait « utiliser notre plateforme conformément à nos propres règles ». « Nous avons fait cela parce que nous pensons que le public a le droit d'avoir le plus large accès possible au discours politique, même controversé », a écrit Zuckerberg. « Mais le contexte actuel est maintenant fondamentalement différent, impliquant l'utilisation de notre plateforme pour inciter à une insurrection violente contre un gouvernement démocratiquement élu ».

    « La haine, la division et le sectarisme que Trump et son administration ont enflammés ne se dissiperont pas immédiatement avec le prochain changement de pouvoir », selon la déclaration. « Facebook doit bannir définitivement Trump et prendre des mesures contre ses facilitateurs et alliés qui continuent à utiliser la plateforme pour inciter à la violence et diffuser des informations dangereuses ».

    Nom : zuckerberg.png
Affichages : 1350
Taille : 20,7 Ko

    Comme Twitter, Facebook pourrait ne pas rétablir le compte de Donald Trump

    De son côté, Twitter a décidé de suspendre définitivement le compte de Donald Trump. Dans un billet, le réseau social indique :

    « Après un examen attentif des récents Tweets du compte @realDonaldTrump et du contexte qui les entoure – en particulier la manière dont ils sont reçus et interprétés sur et hors de Twitter – nous avons suspendu définitivement le compte en raison du risque d'incitation à la violence.

    « Dans le contexte des évènements horribles de cette semaine, nous avons clairement indiqué mercredi que des violations supplémentaires des règles de Twitter entraîneraient potentiellement cette ligne de conduite. Notre cadre d’intérêt public existe pour permettre au public d’entendre directement les représentants élus et les dirigeants mondiaux. Il repose sur le principe que le peuple a le droit de demander des comptes au pouvoir.

    « Cependant, nous avons clairement indiqué il y a des années que ces comptes ne sont pas entièrement au-dessus de nos règles et ne peuvent pas utiliser Twitter pour inciter à la violence, entre autres. Nous continuerons de faire preuve de transparence concernant nos politiques et leur application ».

    Comment Twitter en est parvenu à cette conclusion ? Le réseau social explique :

    « Nous avons évalué les deux Tweets mentionnés ci-dessus dans le cadre de notre politique de glorification de la violence, qui vise à empêcher la glorification de la violence qui pourrait inspirer d'autres personnes à reproduire des actes de violence et avons déterminé qu'ils étaient très susceptibles d'encourager et d'inspirer les gens à reproduire les actes criminels qui ont eu lieu au Capitole américain le 6 janvier 2021.

    « Cette détermination repose sur un certain nombre de facteurs, notamment :
    • La déclaration du président Trump selon laquelle il ne participera pas à l'inauguration est reçue par un certain nombre de ses partisans comme une confirmation supplémentaire que l'élection n'était pas légitime et est considérée comme un refus de sa revendication précédente faite via deux tweets par son chef de cabinet adjoint, Dan Scavino, qu'il y aurait une « transition ordonnée » le 20 janvier.
    • Le deuxième Tweet peut également servir d'encouragement à ceux qui considèrent potentiellement des actes de violence à l'inauguration seraient « sûrs » dans la mesure où Donald Trump ne sera pas présent.
    • L'utilisation des mots « American Patriots » pour décrire certains de ses partisans est également interprétée comme un soutien à ceux qui commettent des actes de violence au Capitole américain.
    • La mention de ses partisans ayant une « voix géante qui va retentir longtemps dans le futur » et « qu'ils ne seront ni méprisés ni traités injustement de quelque manière ! » est interprété comme une indication supplémentaire que le président Trump ne prévoit pas de faciliter une « transition ordonnée » et qu'il envisage plutôt de continuer à soutenir, autonomiser et protéger ceux qui croient qu'il a remporté l'élection.
    • Les plans de futures manifestations armées ont déjà commencé à proliférer sur et hors de Twitter, y compris une proposition d'attaque secondaire contre le Capitole américain et les bâtiments du Capitole de l'État le 17 janvier 2021.

    « En tant que telle, notre détermination est que les deux Tweets ci-dessus sont susceptibles d'inspirer d'autres personnes à reproduire les actes de violence qui ont eu lieu le 6 janvier 2021, et qu'il existe de nombreux indicateurs indiquant qu'ils sont reçus et compris comme un encouragement à le faire ».

    Récemment, des sources proches des projets de l'entreprise ont déclaré que Facebook n'a pas de plan en place pour lever la suspension indéfinie du compte Facebook du président Donald Trump après son départ de la Maison Blanche ce mercredi 20 janvier. La suspension du compte de Trump sera définitive, ont déclaré les sources, et aucun plan n'est actuellement en place pour la lever.

    Source : NBC News

    Et vous ?

    Que pensez-vous de la décision de Facebook ?

    Voir aussi :

    « Ici ce n'est pas la Chine », des experts indiquent que Trump n'a aucune autorité légale pour fermer Twitter. « Il est clair qu'il est en train d'intimider Twitter pour diffuser ce qu'il veut »
    Un ingénieur de Facebook décide de démissionner en guise de protestation. Il accuse la société de « profiter de la haine aux États-Unis et dans le monde » et indique ne plus vouloir y contribuer
    Le compte Twitter de Donald Trump piraté ! Victor Gevers, un chercheur néerlandais, affirme avoir eu accès au compte du président américain, mais Twitter et la Maison Blanche nient ces allégations
    Le président US a menacé de « réglementer » ou de « fermer » des plateformes de réseaux sociaux, après que ses tweets ont été marqués comme véhiculant des informations non vérifiées
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #162
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    décembre 2008
    Messages
    7 861
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 32
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2008
    Messages : 7 861
    Points : 13 786
    Points
    13 786
    Par défaut
    Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
    Que pensez-vous de la décision de Facebook ?
    Facebook, Twitter, Wikipedia, bannissent certaines personnes, mais d'habitude ils font ça discrètement.
    Il y a une stratégie qui consiste à rendre quelqu'un invisible, plus personne n'en parle, on l'empêche de s'exprimer, en espérant que les gens l'oublient. Je crois que ça s'appelle "omerta médiatique".

    Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
    « Sa décision d'utiliser sa plateforme pour tolérer plutôt que condamner les actions de ses partisans au Capitole a à juste titre dérangé les gens aux États-Unis et dans le monde. Nous avons supprimé ces déclarations hier parce que nous avons estimé que leur effet - et probablement leur intention - serait de provoquer de nouvelles violences.
    J'aimerais bien voir les messages en question, parce que ça ne colle pas cette histoire :
    Donald Trump condamne l'attaque du Capitole et promet une transition sans accrocs

    Trump n'a aucun intérêt à ce que des gens foutent le bordel, c'est contre productif. Ceux qui ont attaqués le Capitol ont renforcés le parti démocrate.
    Les gens sont contents parce que Trump s'en va, mais on verra ce que ça va donner 4 ans de Biden, ça ne risque pas d'être génial.
    Keith Flint 1969 - 2019

  3. #163
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    octobre 2017
    Messages
    901
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Suisse

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : octobre 2017
    Messages : 901
    Points : 3 244
    Points
    3 244
    Par défaut
    Si par hasard Trump revenait au pouvoir dans 4 ans, les courageux dirigeants de Facebook et Instagram se dépêcheront de transformer leur décision "définitive" en un "on s'excuse Monsieur le président, ce sont ces horribles démocrates qui nous ont imposé cette horrible décision"

  4. #164
    Membre actif
    Homme Profil pro
    CAO/DAO/Ingé Electrotechnique
    Inscrit en
    décembre 2014
    Messages
    154
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 43
    Localisation : France, Bouches du Rhône (Provence Alpes Côte d'Azur)

    Informations professionnelles :
    Activité : CAO/DAO/Ingé Electrotechnique

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2014
    Messages : 154
    Points : 260
    Points
    260
    Par défaut
    De toute façon c'est de l'intox h24, ce matin encore sur CNEWS un mec disait que TRump avait soutenu les White Supremacist j'avais une vidéo ou on a les dates chronologiques de ces communiqués il n'a jamais soutenu et mieux à chaque interview il s'est dissocié mais l'interview d'après comme les chroniques politiques faisaient semblant qu'il ne l'avait pas fait. En fait c'est le même mensonge martelé à l'envi, pour en faire une vérité. Et quand on possède des journaux, des réseaux sociaux on arrive très bien à manipuler comme ça. Pas besoin d'ingérence de la Chine ou des USA.

    Je reviens aussi sur cette manière de faire "disparaitre" les gens, ça a été mon cas quand j'ai voulu reprendre mon anonymat sur FB, il a détecté en un temps record, moins de 48h et m'a d'abord rendu invisible le compte et des mois plus tard me l'a sucré, je voulais faire progressivement ma transition. En effet historiquement j'étais sous le même pseudo quand j'avais créé mon premier compte c'est lui qui m'a obligé à mettre ma réelle identité, FB avait fait sa crise à un moment. Il était revenu dessus mais les gens qui ont été forcés, reçoivent un message d'erreur dès qu'ils veulent modifier leur identité pour un pseudo. Il y a ce flicage permanent, le pire c'est que je ne fait que publier en plus de ma vie, des articles de la presse mainstream sur de l'insécurité au quotidien, du Onfray.. pas des trucs du fin fond du Mississipi. J'ai aussi raconté la censure d'un post récent sur le covid alors que c'était la publication directe de la directrice du CDC.... En passant on reproche à Trump la gestion du Covid mais ce sont les démocrates qui ont gueulé quand il a commencé à vouloir bloquer certains pays touchés au niveau des frontières, ils ont gueulé contre le confinement y'a même Munsk (bon il était démocrate là il me semble mais en fait il change une année sur deux je crois) qui a piqué sa crise. Donc je me suis rendu compte qu'ils m'avaient fait ça sur une autre étude, en 2018 sans me prévenir.. Et renvoyant vers un "fact chek" du journal le monde. Juste le monde qui a de nombreuses reprises s'est ridiculisé en balançant des infox... donc il y a aussi un peu une connivence quelque part, pourquoi renvoyer vers un organe de presse précis, en cas de "fake news" (et ça n'en est pas une c'est une étude sur Lancet). Donc quelque part il y a des arrangements aussi sachant que le monde se charge de détruire les opposants de Facebook et Twitter en les affiliant régulièrement aux actes que certains membres ont fait. Si on regarde FB et Twitter, ne serait ce que mécaniquement en fait ils sont forcément associables alors à beaucoup de tueurs, violeurs, sans parler des terroristes, simplement parce que c'est là où il y a la masse... Mais la presse en parle bien moins quand en revanche elle adore bien le faire pour Télégram, Signal, Gab (bon gab je connais mal j'y suis depuis une semaine mais j'ai rien vu en fait), suppute pour Parler... etc.

    Mais bref, pour FB hier je me suis rendu compte en fait que dans mes publications de 2018 plus d'une dizaine avaient été éviscérées. Il n'y a rien dedans.. des gens m'ont répondu, certains ont liké, donc il y a bien eu quelque chose... Mais Facebook a vidé le contenu tout en laissant le post, et n'a jamais prévenu. Tout ce contenu est en prime "privé", je ne suis pas du genre à faire des appels à la haine ou l'apologie de crimes, donc vraiment .... Mystère. Mais voilà donc ce que se permet de faire fb des données, des gens, en toute impunité... Quelque part il y a arnaque car celui qui vient dans son espace privé s'attend à conserver ce qu'il y poste, comme un marqueur dans sa vie, et ça a toujours été avancé ainsi et non comme éphémère.

  5. #165
    Membre confirmé
    Profil pro
    curiosité
    Inscrit en
    novembre 2003
    Messages
    196
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : curiosité

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2003
    Messages : 196
    Points : 617
    Points
    617
    Par défaut
    ça va bientôt être difficile de critiquer le système de censure sociale en Chine depuis l'occident.

    - média non politiquement correct ou qui ne plait pas aux GAFAM : chute dans le classement des résultats puis coupure de l'app et du serveur
    - expression d'une pensée non mainstream sur (twitter, facebook, autre) : mise en invisibilité du compte ou bannissement à vie, même pour un président, alors un justiciable de base...
    - suspicion de ressemblance à quelqu'un sur une manifestation non autorisée : bannissement de tous les comptes numériques notamment les sites de rencontre.

    Non en fait tout va bien, il suffit de devenir Amish pour retrouver une vie normale.

  6. #166
    Membre éprouvé
    Profil pro
    Inscrit en
    juin 2009
    Messages
    344
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : juin 2009
    Messages : 344
    Points : 1 164
    Points
    1 164
    Par défaut
    Citation Envoyé par Fagus Voir le message
    ça va bientôt être difficile de critiquer le système de censure sociale en Chine depuis l'occident.

    - média non politiquement correct ou qui ne plait pas aux GAFAM : chute dans le classement des résultats puis coupure de l'app et du serveur
    - expression d'une pensée non mainstream sur (twitter, facebook, autre) : mise en invisibilité du compte ou bannissement à vie, même pour un président, alors un justiciable de base...
    - suspicion de ressemblance à quelqu'un sur une manifestation non autorisée : bannissement de tous les comptes numériques notamment les sites de rencontre.

    Non en fait tout va bien, il suffit de devenir Amish pour retrouver une vie normale.
    Je trouve l'exemple de Trump peu pertinent, son comportement sur Twitter peut largement entraîné des sanctions.

    https://www.buzzworthy.com/gallery/3...-trump-tweets/

    Je pense que si je balance ne serait-ce qu'un tweet à la Trump sur les femmes sur Twitter en France, je pourrais avoir de sacrés ennuis. Et largement plutôt que le bannissement du compte de Trump.

    Pour le manque de discrétion de FB/TWitter : s'il avaient invisibilisé le compte, ce serait vu tout de suite, et ça aurait été encore plus critiqué, autant assumer et bannir le compte directement. On pourrait discuter du bannissement du compte de Trump, mais sur la manière, je leur donne raison.

    Ensuite on pourrait discuter de "expression d'une pensée non mainstream". Genre quoi ? La terre plate ? Etre pour ou contre le capitalisme ? L'existence ou non du réchauffement climatique ? Des comptes de propagations de fake news a but politique ?
    Je peux mettre tellement de case dans ton "non mainstream" que je peux juste pas considéré cet argument comme pertinent.

    Pour le politiquement correct je suis d'accord en revanche.

  7. #167
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Consultant informatique
    Inscrit en
    avril 2018
    Messages
    1 302
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Côte d'Ivoire

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant informatique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : avril 2018
    Messages : 1 302
    Points : 31 253
    Points
    31 253
    Par défaut Un juge refuse de rétablir Parler après sa fermeture par Amazon Web Services
    Un juge refuse de rétablir Parler après sa fermeture par Amazon Web Services,
    Amazon n'a pas à héberger de « contenu abusif et violent »

    Parler, une plateforme de médias sociaux populaire auprès de l'extrême droite, ne sera pas immédiatement rétablir en ligne - en tout cas pas via Amazon Web Services (AWS) - après sa fermeture il y a plus d’une dizaine de jours. Un juge fédéral a rejeté jeudi la demande d'injonction préliminaire de Parler contre Amazon Web Services, faisant échouer la tentative du réseau social de revenir rapidement sur la plateforme d'hébergement d'Amazon. L'entreprise a poursuivi Amazon pour son interdiction, en alléguant que la suspension de la plateforme était en violation de la loi antitrust et enfreignait un accord contractuel.

    Parler, qui se présente comme une alternative conservatrice à Twitter et Facebook, avait demandé une ordonnance du tribunal exigeant qu'Amazon rétablisse son service d'hébergement Web en attendant un procès complet. Mais « Parler est loin d'avoir démontré, comme il le devrait, qu'il a soulevé de sérieuses questions quant au bien-fondé de ses revendications » et il n'a pas réussi à prouver « que la balance des actions penche en sa faveur, et encore moins fortement ; ou que l'intérêt public réside dans l'octroi de l'injonction », a déclaré la décision de la juge Barbara Jacobs Rothstein au tribunal de district américain pour le District Ouest de Washington.

    Parler pourrait encore l'emporter dans cette affaire, mais il ne sera pas réintégré au service d'Amazon dans l'intervalle. Parler a également accusé Amazon de conspiration dans la restriction du commerce et d'interférence délictueuse avec l'attente des entreprises. Dans une déclaration, Jeffrey Wernick, le COO de Parler, a déclaré que le fait que Rothstein n'ait pas rejeté l'affaire d'emblée était remarquable. « Nous restons confiants que nous allons finalement l'emporter dans l'affaire principale », a-t-il déclaré.

    Nom : p01.png
Affichages : 1513
Taille : 110,1 Ko

    Parler a attiré les partisans de l'ancien président Donald Trump, qui a fait l’objet de suspension puis de retrait définitif sur les grands sites comme Facebook et Twitter après les événements du Capitole. Mais peu après l'attaque du 6 janvier, Parler a commencé à ressentir la pression. Tout d'abord, Google et Apple l'ont banni de leurs magasins d'applications, ce qui a rendu le téléchargement de l'application presque impossible. Ensuite, le service d'hébergement d'Amazon, Amazon Web Services, a fermé le compte de Parler, après avoir averti la société à plusieurs reprises, d’après Amazon. C’est alors que la société a poursuivi Amazon.

    AWS a riposté un jour après. On peut lire dans le dossier d’Amazon : « Cette affaire n'a pas pour but de supprimer des discours ou d'étouffer des points de vue. Il ne s'agit pas d'une conspiration visant à restreindre le commerce. Il s'agit plutôt de la réticence et de l'incapacité démontrées de Parler à retirer des serveurs d'Amazon Web Services les contenus qui menacent la sécurité publique, par exemple, en incitant et en planifiant le viol, la torture et l'assassinat d'agents publics et de citoyens. Il n'existe aucune base juridique dans les accords avec les clients d'AWS ou autre pour obliger AWS à héberger des contenus de cette nature ».

    « AWS conteste les plaintes, affirmant que c'est Parler, et non AWS, qui a violé les termes de l'accord des parties, et en particulier la politique d'utilisation acceptable d'AWS, qui interdit l'utilisation "illégale, nuisible ou offensive" des services d'AWS », a écrit Rothstein dans sa décision.

    En se défendant contre le procès, Amazon a considéré qu'il s'agissait d'un simple cas de rupture de contrat. La société a signalé des dizaines de posts prônant la violence, ce qui est contraire à sa politique, et Parler n'a pas supprimé ces posts, selon les avocats d'Amazon. Parmi les messages cités par Amazon figurent des menaces violentes à l'encontre de Jack Dorsey de Twitter et de Mark Zuckerberg de Facebook. Certains messages souhaitaient activement une guerre raciale et le meurtre de personnes noires et juives ; prônaient le meurtre de plusieurs activistes et politiciens tels que Stacey Abrams, la représentante démocrate Alexandria Ocasio-Cortez, et l'ancien président Barack Obama.

    Les affirmations de Parler sont faibles et l'argument de la rupture du contrat « a échoué »

    En défendant sa décision d'exclure Parler de ses services Web, Amazon a fait référence à la section 230 du Communications Decency Act, la loi fédérale de 1996 très controversée qui empêche les gens de poursuivre les sociétés d’Internet pour ce que les utilisateurs publient. La loi permet également aux entreprises technologiques de créer et de faire respecter des règles sur ce qui est autorisé et interdit sur leurs sites. « C'est précisément ce qu'AWS a fait ici : il a supprimé l'accès à des contenus qu'il considérait comme "excessivement violents" et "harcelants" », ont écrit les avocats d'Amazon dans une soumission au tribunal.

    La décision de rejet par Rothstein de la motion de Parler dit que « Bien que Parler n'ait pas encore eu l'occasion de procéder à une enquête, les preuves qu'il a présentées à l'appui de la demande [loi Sherman] sont à la fois de plus en plus légères et contestées par AWS. Il est important de noter que Parler n'a soumis aucune preuve qu'AWS et Twitter ont agi ensemble intentionnellement - ou même pas du tout - pour restreindre le commerce ».

    Parler a affirmé qu'« en mettant fin à l'activité de Parler mais en laissant Twitter tranquille malgré le comportement identique des utilisateurs des deux sites, AWS révèle que les raisons qu'elle a exprimées pour suspendre le compte de Parler ne sont qu'un prétexte ». Mais Rothstein a souligné que « Parler et Twitter ne sont pas dans la même situation, car AWS ne fournit pas de services d'hébergement en ligne à Twitter ».

    La plainte pour rupture de contrat de Parler est tout aussi faible, a écrit Rothstein. Parler n'a pas nié qu'il était en violation de son accord avec Amazon au moment de la résiliation du service, et l'accord avec le client « donne à AWS le droit de suspendre ou de résilier, immédiatement après notification, en cas de violation de Parler », a écrit Rothstein.

    En ce qui concerne la plainte pour ingérence délictuelle, « Parler n'a pas réussi à alléguer des faits de base qui soutiendraient plusieurs éléments de cette plainte » et « n'a pas réussi à soulever plus que la moindre spéculation sur le fait que les actions d'AWS ont été prises dans un but ou par des moyens inappropriés », a écrit le juge.

    Si Amazon était obligé de rétablir les services de Parler maintenant, avant que Parler ne déploie un système de modération plus efficace, le résultat serait « la poursuite de la publication du type de contenu abusif et violent qui a causé la fermeture de Parler par AWS en premier lieu », a retenu le jugement avant de poursuivre :

    « La Cour rejette explicitement toute suggestion selon laquelle l'équilibre des actions ou l'intérêt public favorise l'obligation pour AWS d'héberger le type de contenu abusif et violent en cause dans cette affaire, en particulier à la lumière des récentes émeutes au Capitole américain. Cet événement a été un rappel tragique que la rhétorique incendiaire peut - plus rapidement et plus facilement que beaucoup d'entre nous ne l'auraient espéré - transformer une manifestation légale en une insurrection violente ».

    Parler, qui est financé en partie par Rebekah Mercer, une donatrice majeure de l'ancien président Donald Trump, a discuté de l'hébergement de ses propres serveurs et de la prise en charge de son propre hébergement Web, a rapporté NPR. Trump a également lancé l'idée de lancer son propre service de médias sociaux après que Twitter l'ait définitivement suspendu.

    David Groesbeck, un avocat représentant Parler, a déclaré au tribunal que l'espoir de la société de trouver rapidement un nouveau service d'hébergement Web ne s'est pas réalisé, créant une situation désastreuse qui, selon le PDG de Parler, pourrait entraîner la mort du site. « La notoriété et les retombées de la rupture ont chassé les partenaires commerciaux actuels et potentiels, frustrant totalement les plans de pré-résiliation de Parler pour remplacer et récupérer rapidement d'AWS », a écrit Groesbeck.

    L’affaire Parler a fait sortir de l'ombre le contrôle des hébergeurs Web sur Internet

    Les chercheurs en désinformation ont déclaré que la fermeture de Parler par Amazon a éliminé un lieu de rassemblement essentiel pour le partage et la discussion des conspirations liées aux élections que Trump a souvent attisés, a rapporté NPR.

    « La raison pour laquelle nous connaissons ce déni de service de la part des entreprises est qu'il n'y a vraiment pas d'autres leviers possibles pour empêcher ce groupe de personnes de se rassembler et de tenter de nouveau ceci ou de tenter quelque chose d'autre qui est tout aussi dangereux », a déclaré Joan Donovan, une experte en extrémisme en ligne à Harvard. « Il sera très important que lorsqu'ils prendront ces décisions, ils s'y tiendront et qu'ils ne les feront pas revenir en arrière une fois que le feu sera éteint ».

    Toutefois, pour les experts qui étudient la parole et l'infrastructure en ligne, la situation difficile dans laquelle se trouve Parler révèle à quel point le contrôle d'Internet est confié aux hébergeurs Web, une partie des acteurs du Web hors de vue qui a le pouvoir de décider quels sites vivent ou meurent. « Les entrailles du Web que personne ne veut jamais voir, ni traiter, ni penser », c'est ainsi que Greg Falco, chercheur en gestion des risques informatiques à l'Université de Stanford, décrit ces fournisseurs de services. « C'est une infrastructure essentielle pour notre société, mais elle a été poussée derrière un rideau ».

    Ces derniers mois, les plus grandes sociétés de médias sociaux ont tracé des lignes plus claires autour des limites de la liberté d'expression en ligne. Et à la suite de l'attaque du Capitole, elles ont pris des mesures inhabituellement agressives contre des groupes et des comptes qui glorifiaient la violence. Mais, comme le montre le cas de Parler, la pression exercée sur les sociétés de médias sociaux pour qu'elles contrôlent le contenu sur leurs plateformes est partagée par les sociétés d'hébergement de sites Web.

    « La question devient délicate : quand peut-on réellement mettre quelqu'un à terre ? C'est vraiment un territoire gris », a déclaré Falco. « La réalité est que cela revient à comprendre quand cela attire l'attention du public, quand il y a réellement des implications physiques ».

    Et il est difficile de trouver un exemple plus frappant que l'insurrection au Capitole, lorsque des hordes d'émeutiers se sont tournées vers Parler et d'autres sites alternatifs pour poster des vidéos de vandalisme, de dommages matériels et d'autres violences, comme les médias l'ont longuement documenté récemment.

    « Lorsque vous avez quelque chose qui est apparemment violent ou qui provoque une autre crise ou tragédie dans le monde, c'est là que l'infrastructure du Web a tendance à sortir de l'ombre », a déclaré Dave Temkin, un ancien cadre de Netflix qui a supervisé la gestion des serveurs de la société.

    Evelyn Douek, professeur à la faculté de droit de Harvard, prédit que de nouvelles batailles pour la parole en ligne vont éclater entre les sites qui choisissent une approche non interventionniste et les hébergeurs qui exigent une position plus agressive. Et cela l'inquiète. « Est-ce le bon endroit pour que la modération du contenu ait lieu ? » demande Douek. « Il est plus difficile de rendre ces choix responsables quand on ne sait même pas qui les fait ou pourquoi ils sont faits ».

    L'avenir de Parler reste incertain, bien qu'une grande partie de son contenu utilisateur ait été sauvegardée par des archivistes avant d'être supprimée. Le PDG John Matze a déclaré à Fox News que la plateforme s’apprêtait à « revenir en force », et sa page d'accueil a été relancée avec la promesse de « résoudre tout défi qui se présente à nous et de vous accueillir tous à nouveau bientôt ». Cependant, le réseau lui-même reste hors ligne.

    Source : La décision du juge

    Et vous ?

    Que pensez-vous de la décision du juge ?
    Pensez-vous que Parler pourrait gagner dans le procès principal ?
    Quel avenir imaginez-vous pour le réseau social ?

    Voir aussi :

    Bumble, Tinder, Match et d'autres applications de rencontre bannissent les comptes des émeutiers du Capitole, notamment des comptes qui ont été signalés par d'autres utilisateurs
    Parler poursuit Amazon, alléguant des violations de la législation antitrust, après que le géant du e-commerce a interdit l'application de médias sociaux d'extrême droite d'AWS
    Le vol de 2 ordinateurs lors de l'attaque du Capitole soulève des inquiétudes quant à la sécurité des informations, « L'ordinateur portable doit avoir au moins un accès qui pourrait être exploité »
    L'émeute du Capitole est un cauchemar en matière de cybersécurité, le « pire des scénarios » pour la cybersécurité du gouvernement américain, selon un expert en sécurité
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  8. #168
    Membre confirmé
    Homme Profil pro
    Analyste programmeur
    Inscrit en
    juin 2015
    Messages
    103
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Puy de Dôme (Auvergne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Analyste programmeur
    Secteur : Industrie Pharmaceutique

    Informations forums :
    Inscription : juin 2015
    Messages : 103
    Points : 537
    Points
    537
    Par défaut
    Je suis pas un expert dans le domaine, mais pour ce que j'en sais, un hébergeur n'est pas responsable du contenu qu'il héberge, a condition qu'il ne traite aucun de ses hébergés différemment l'un de l'autre notamment en matière de référencement (Auquel cas, il n'est pas simple hébergeur, mais éditeur de contenu)

    Alors, AWS ? Éditeur ou hébergeur ? Youtube n'a pas été sanctionné pour les contenus nocifs sur sa plateforme, ce sont les régies publicitaires qui contrôlent ce sur quoi on voit leurs annonces, et qui ont fait pression. Pas de matière légale, ici, que du pognon.

  9. #169
    Chroniqueuse Actualités

    Femme Profil pro
    Rédacteur Web
    Inscrit en
    mars 2020
    Messages
    227
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur Web

    Informations forums :
    Inscription : mars 2020
    Messages : 227
    Points : 3 811
    Points
    3 811
    Par défaut PayPal clôt le compte d’un agent immobilier accusé d'avoir participé aux émeutes du Capitole
    PayPal ferme le compte de l’agent immobilier, Jenna Ryan, accusé d'avoir participé à l’émeute au Capitole,
    elle collectait des fonds pour couvrir les frais de justice occasionnés par son arrestation

    Un agent immobilier du Texas qui a pris un jet privé pour se rendre à l'émeute au Capitole américain est empêché d'utiliser PayPal pour accepter des dons. Jennifer Ryan, qui se fait appeler Jenna Ryan sur les médias sociaux, a été inculpée la semaine dernière après que les autorités fédérales ont déclaré qu'elle avait pénétré dans le Capitole le 6 janvier avec d'autres partisans de Donald Trump, alors président des États-Unis. L'agent immobilier basé à Dallas a été accusé de conduite inappropriée sur les terrains du Capitole et d'avoir pénétré ou séjourné sciemment dans un bâtiment ou un terrain interdit sans y avoir pénétré légalement.

    Jenna Ryan, qui a été arrêtée la semaine dernière, a demandé de l'aide à ses followers de Twitter jeudi après-midi, partageant un lien vers un compte PayPal où les supporters pouvaient offrir un don. Dans un tweet, Ryan a déclaré : « J'accepte des dons pour payer les frais de justice et les pertes dues à mon arrestation et aux accusations portées par le FBI » et a ensuite affirmé avoir récolté 1000 dollars.

    Nom : Screenshot_2021-01-23 PayPal shuts down account of Texas real estate agent charged in Capitol ri.png
Affichages : 39867
Taille : 118,4 Ko

    Jeudi soir, PayPal avait fermé le compte, selon Kim Eichorn, un porte-parole de PayPal. « PayPal a une politique qui permet de collecter des fonds à des fins de défense juridique. PayPal examine minutieusement les comptes et si nous apprenons que des fonds sont utilisés à d'autres fins que la défense juridique, le compte sera soumis à une fermeture immédiate. Nous pouvons confirmer que le compte en question a été fermé », a déclaré Eichorn dans un courriel. PayPal permet également de collecter des fonds pour des organismes de bienfaisance enregistrés et vérifiés sur sa plateforme PayPal Giving Fund.

    Ryan est l'un des 125 manifestants qui ont été arrêtés pour des crimes fédéraux pour avoir participé aux émeutes du Capitole. Selon les documents d'accusation, Ryan a posté sur Facebook une vidéo de 21 minutes la montrant en train de marcher avec un groupe vers le bâtiment du Capitole. Dans un message maintenant supprimé, Ryan s'est filmée entrant dans le bâtiment par la rotonde et disant : « La vie ou la mort, cela n'a pas d'importance. C'est parti ». Après l’attaque, Ryan a tweeté : « Nous venons de prendre d'assaut la capitale. C'était l'un des meilleurs jours de ma vie ». Cinq personnes sont mortes pendant la brèche, dont un officier de police du Capitole.

    Lors d'une interview, Ryan a déclaré qu'elle était allée au Capitole parce qu'elle pensait que l'élection était truquée, mais a nié avoir pris part à la violence. « Je me suis dit : je ne veux pas être ici et je suis sortie du Capitole. Ils ont continué et je me suis dit que je n'allais pas faire partie de ça, quoi que ce soit. D’ailleurs, j'étais juste là pour documenter à partir de ce moment parce que je voyais vraiment ça comme une protestation », a-t-elle déclaré. Dans une autre interview accordée en début de semaine, Ryan a demandé en vain à l'ancien président Donald J. Trump de lui accorder sa grâce, affirmant qu'elle était allée à Washington D.C parce qu'elle « faisait ce qu'il nous demandait ». « J'avais l'impression de suivre mon président. Je suivais ce que nous étions appelés à faire. Il nous a demandé de prendre l'avion pour y aller. Il nous a demandé d'être là », a déclaré Ryan.

    Dans un courriel, Ryan a dit qu'elle était « stupéfaite » et qu'elle était cliente de PayPal depuis 20 ans. « Mon compte a été annulé sans aucun avertissement ni rien », a déclaré Ryan, ajoutant que « les gens qui ont des croyances patriotiques différentes de celles d'endroits comme PayPal auront besoin de leur propre système d'argent et de commerce ». La société avait auparavant fermé le compte d'un site web de droite et d'une plateforme de collecte de fonds qui acceptait les dons des personnes qui se rendaient à Washington, DC, pour les événements du 6 janvier.

    Nom : Screenshot_2021-01-23 PayPal boots Jenna Ryan, the Texas real estate agent who flew a private je.png
Affichages : 3310
Taille : 727,4 Ko
    Une photo de Jenna Ryan posant devant le Capitole.


    PayPal rejoint d'autres entreprises de technologie qui ont fait tomber les comptes des politiciens et des gens ordinaires impliqués dans les émeutes du Capitole. Facebook, Twitter, YouTube et d'autres plateformes de médias sociaux ont suspendu des comptes appartenant à l'ancien président Donald Trump, car ils craignaient qu'il n'ait toléré la violence au Capitole. Amazon a suspendu ses services d'hébergement web pour la plateforme de médias sociaux Parler en raison de la violence des messages postés sur l'application, et Shopify a retiré son soutien aux magasins en ligne vendant des marchandises pour la campagne de Donald Trump et l'organisation commerciale.

    Sources : Déclaration FBI, Twitter

    Et vous ?

    Qu’en pensez-vous?  ?
    Selon vous cette décision est-elle justifiée ?
    À votre avis, dans cette affaire, les conditions d’utilisations de PayPal ont-elles été violées ?


    Voir aussi :

    La suspension des comptes Facebook et Instagram de Donald Trump serait définitive Facebook n'aurait pas l'intention de les rétablir après son départ de la Maison Blanche

    Twitter suspend définitivement le compte de Donald Trump. Le réseau social estime que les messages qu'il a publiés récemment représentent un risque d'incitation à la violence

    La suspension définitive du compte de Donald Trump par Twitter oppose la France et l'Allemagne à la plateforme, qui se justifie par la nécessité de lutter contre l'incitation à la violence

    « Ici ce n'est pas la Chine », des experts indiquent que Trump n'a aucune autorité légale pour fermer Twitter. « Il est clair qu'il est en train d'intimider Twitter pour diffuser ce qu'il veut »
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  10. #170
    Membre émérite

    Profil pro
    activité : oui
    Inscrit en
    janvier 2014
    Messages
    1 091
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : activité : oui

    Informations forums :
    Inscription : janvier 2014
    Messages : 1 091
    Points : 2 845
    Points
    2 845
    Par défaut
    Aux USA, il n'y a pas de présemption d'inocence, et vous êtes jugé par les fournisseurs de services ...ensuite seulement il est possible d'attenter un procès. ^^'
    Elle le découvre à ses dépends.
    Pensez à utiliser les pouces d’appréciation, pour participer à la visibilité de l'apport d'un propos, ou l'intérêt que vous y prêtez... qu'il soit positif ou négatif.

  11. #171
    Membre habitué
    Femme Profil pro
    Webmarketer
    Inscrit en
    janvier 2021
    Messages
    65
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : France, Seine et Marne (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Webmarketer

    Informations forums :
    Inscription : janvier 2021
    Messages : 65
    Points : 128
    Points
    128
    Par défaut
    C'est drôle de voir comment le capitalisme travaille contre vous quand vous essayez de renverser votre gouvernement

  12. #172
    Membre éprouvé
    Profil pro
    Inscrit en
    juin 2009
    Messages
    344
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : juin 2009
    Messages : 344
    Points : 1 164
    Points
    1 164
    Par défaut
    Aux USA les amendes sont beaucoup plus salés qu'en France aussi, s'ils se faisaient poursuivre pour avoir "supporter une insurrection" les plateformes paieraient des amendes probablement en milliards.

  13. #173
    Membre habitué
    Femme Profil pro
    Webmarketer
    Inscrit en
    janvier 2021
    Messages
    65
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : France, Seine et Marne (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Webmarketer

    Informations forums :
    Inscription : janvier 2021
    Messages : 65
    Points : 128
    Points
    128
    Par défaut
    N'oubliez pas, mesdames et messieurs, que PayPal n'est PAS une banque. Vois ne bénéficiez pas des même protections des consommateurs, comme je semble m'en souvenir.

  14. #174
    Expert confirmé

    Profil pro
    Inscrit en
    février 2006
    Messages
    2 254
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : février 2006
    Messages : 2 254
    Points : 4 184
    Points
    4 184
    Par défaut
    Citation Envoyé par Arya Nawel Voir le message
    N'oubliez pas, mesdames et messieurs, que PayPal n'est PAS une banque. Vois ne bénéficiez pas des même protections des consommateurs, comme je semble m'en souvenir.
    il y a déjà eu des cas de banques qui ont viré leurs clients à cause de positions politiques, et je ne parle même pas de boite genre visa ou mastercard qui ont déjà plusieurs casseroles au cul.
    de plus, je n'ai pas connaissance aux usa de protections des consommateurs telles qu'elles existent en france.

  15. #175
    Expert éminent sénior
    Profil pro
    Inscrit en
    décembre 2007
    Messages
    6 491
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2007
    Messages : 6 491
    Points : 30 346
    Points
    30 346
    Par défaut
    Citation Envoyé par Steinvikel Voir le message
    Aux USA, il n'y a pas de présemption d'inocence, et vous êtes jugé par les fournisseurs de services ...ensuite seulement il est possible d'attenter un procès. ^^'
    Elle le découvre à ses dépends.
    Je ne pleurerais pas sur ces rigolos qui ont cru qu'ils pouvaient renverser un gouvernement impunément - et la culpabilité est superfacile à prouver (il suffit d'avoir une image ou une vidéo qui les montre dans le capitole, et hop, le délit de pénétration dans un bâtiment fédéral est prouvé. Juste ça, ça risque jusqu'à 180 jours).

    Mais ce n'est pas à des opérateurs privés d'arriver à cette conclusion. On leur demande de le faire quand c'est des adversaires politiques, et pas quand c'est des amis politique (et ça marche dans les deux sens, hein). On arrive là aux limites de l'économie "disruptive" prônée par les startups californiennes depuis pas loin de 20 ans, et qui se vante de faire fi des réglementations en vigueur. D'une certaine manière, les évènements du 6 janvier sont aussi leur enfant (alors que la plupart de ces boites étaient opposées à Trump...)

    C'est le serpent qui se mord la queue. Les républicains ont poussé à la déréglementation et à la concentration des médias, ce qui a créé une nouvelle caste de nouveaux médias, qui a d'abord servi sans vraiment le vouloir les intérêts des républicains (sans médias sociaux, Trump n'avait aucune chance en 2016 - mais il a su les utiliser mieux que quiconque, ce qui lui a donné un avantage décisif), et qui ont ensuite servi à leur corps défendant des gens encore plus à droite que les républicains (Tea party d'abord, QAnon ensuite), qui ont poussé le parti républicain à presque gagner l'élections de 2020 (ça se joue à rien, alors que la situation était très mauvaise pour les tenants, covid oblige), mais l'ont ensuite poussé à commettre une erreur historique, en s'écharpant sur la validité des élections (avec comme point d'orgue la mi-décembre, quand le tout puissant Mitch McConnell lâche Trump et reconnait Biden comme vainqueur), puis en poussant ses partisans à une tentative de coup d'état aussi insensée que désorganisée. Qui a finalement poussé tous ces gens, qui sont devenus riches et puissants grâce au laxisme législatif des républicains, à taper violemment sur ce qu'est devenu le parti républicain. Ce qui est d'une moralité discutable (même si les républicains ont eux aussi beaucoup à se reprocher), et d'une légalité hasardeuse.

    Les démocrates ont eu beaucoup de chance. Si Trump avait ne serait-ce que décidé d'imprimer des masques "MAGA" au lieu de faire mourir ses partisans en grand nombre, il aurait été réélu facilement, et Joe Biden aurait suivi Al Gore dans les poubelles de l'histoire. Maintenant qu'ils ont les pleins pouvoirs (majorités raduc, mais majorités quand même, au sénat et à la chambre), il leur appartient de mettre de l'ordre dans tout ça...et de brider les boites de tech qui viennent de leur faire un sacré cadeau. Pas simple.
    Les 4 règles d'airain du développement informatique sont, d'après Michael C. Kasten :
    1)on ne peut pas établir un chiffrage tant qu'on a pas finalisé la conception
    2)on ne peut pas finaliser la conception tant qu'on a pas complètement compris toutes les exigences
    3)le temps de comprendre toutes les exigences, le projet est terminé
    4)le temps de terminer le projet, les exigences ont changé
    Et le serment de non-allégiance :
    Je promets de n’exclure aucune idée sur la base de sa source mais de donner toute la considération nécessaire aux idées de toutes les écoles ou lignes de pensées afin de trouver celle qui est la mieux adaptée à une situation donnée.

  16. #176
    Chroniqueuse Actualités

    Femme Profil pro
    Rédacteur Web
    Inscrit en
    mars 2020
    Messages
    227
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur Web

    Informations forums :
    Inscription : mars 2020
    Messages : 227
    Points : 3 811
    Points
    3 811
    Par défaut Le site web Faces of the Riot affiche les visages des vidéos publiées sur Parler suite aux émeutes du Capitole
    Le site web Faces of the Riot affiche les visages des vidéos publiées sur Parler suite aux émeutes du Capitole,
    le site utilise des logiciels open source pour détecter et extraire chaque visage

    Un site web conçu pour aider à identifier les personnes ayant participé aux émeutes du Capitole du 6 janvier a discrètement été mis en ligne au début du mois, affichant des milliers de photos de personnes qui auraient participé au siège meurtrier. Le site web, appelé Faces of the Riot, comprend près de 6000 images provenant de vidéos téléchargées sur Parler, un site de médias sociaux populaire auprès des conservateurs. Parler, a récemment été mis hors ligne pour avoir autorisé des messages sur l'insurrection qui a conduit à la mort de cinq personnes. Les images proviennent d'une archive de Parler que les pirates ont créée en grattant les postes et les données de localisation des images et des vidéos avant qu'elle ne soit mise hors ligne. Les créateurs du site ont utilisé un logiciel open source de détection faciale pour extraire les images de 827 vidéos qui ont été postées sur Parler à l'intérieur et à l'extérieur du bâtiment du Capitole américain.

    Lorsque les pirates ont exploité un bug dans Parler pour télécharger tous les contenus de la plateforme de médias sociaux, la semaine dernière, ils ont constaté que de nombreuses photos et vidéos contenaient des métadonnées de géolocalisation révélant exactement combien d'utilisateurs du site avaient pris part à l'invasion du bâtiment du Capitole américain quelques jours auparavant. Le site web Faces of the Riot est apparu en ligne, ne montrant rien d'autre qu'une vaste grille de plus de 6000 images de visages, chacune d'entre elles étant uniquement marquée par une chaîne de caractères associée à la vidéo de Parler dans laquelle elle apparaît.

    Nom : Screenshot_2021-01-25 This Site Published Every Face From Parler's Capitol Riot Videos – Recherc.png
Affichages : 1625
Taille : 436,5 Ko

    Le créateur du site raconte qu'il a utilisé un simple logiciel open source d'apprentissage automatique et de reconnaissance faciale pour détecter, extraire et dupliquer chaque visage des 827 vidéos qui ont été postées sur Parler à l'intérieur et à l'extérieur du Capitole le 6 janvier, le jour où des partisans de Trump ont pris d'assaut le bâtiment lors d'une émeute qui a fait cinq morts. Le créateur de Faces of the Riot dit que son but est de permettre à quiconque de faire le tri facilement parmi les visages extraits de ces vidéos pour identifier quelqu'un qu'il pourrait connaître ou reconnaître qui a pris part aux émeutes, ou même de comparer les visages recueillis avec les avis de recherche du FBI et d'envoyer un tuyau aux forces de l'ordre s'ils repèrent quelqu'un.

    « Tous ceux qui participent à cette violence, qui constitue en réalité une insurrection, devraient être tenus pour responsables. Il est tout à fait possible que beaucoup de personnes qui étaient sur ce site web maintenant devront faire face aux conséquences de leurs actes dans la vie réelle », déclare le créateur du site, qui a demandé l'anonymat pour éviter les représailles.

    Outre les problèmes évidents de protection de la vie privée que soulève la publication des visages, Faces of the Riot ne fait pas de distinction entre les contrevenants (c’est-à-dire ceux qui ont franchi les barrières, pénétré dans le bâtiment du Capitole et pénétré dans les salles législatives) et les personnes qui ont simplement assisté aux manifestations à l'extérieur. Une mise à jour du site ajoute aujourd'hui des hyperliens entre les visages et la source vidéo, de sorte que les visiteurs peuvent cliquer sur n'importe quel visage et voir ce que la personne filmée fait sur Parler. Le créateur de Faces of the Riot, qui dit être un étudiant dans la "zone du grand Washington", a l'intention d'ajouter cette fonctionnalité pour aider à contextualiser l'inclusion de chaque visage sur le site et différencier les spectateurs, les manifestants pacifiques et les insurgés violents.

    Il concède que lui et un cocréateur travaillent toujours à nettoyer les visages des "non-émeutiers", y compris ceux des policiers et des journalistes présents. « Nous avons passé environ 5 heures à retirer manuellement des photos d'enfants et de non-électeurs avant de publier la base de données », a déclaré le créateur du site. Un message en haut du site met également en garde contre les enquêtes personnelles, suggérant plutôt aux utilisateurs de signaler au FBI ceux qu'ils reconnaissent, avec un lien vers une page de conseils du FBI.

    Nom : Screenshot_2021-01-25 This Site Published Every Face From Parler's Capitol Riot Videos – Recherc.png
Affichages : 1562
Taille : 415,3 Ko

    Malgré ces avertissements, Faces of the Riot représente les graves dangers pour la vie privée que constitue la technologie envahissante de reconnaissance faciale, déclare Evan Greer, directeur de la campagne pour les libertés civiles numériques de l'association Fight for the Future. « Qu'elle soit utilisée par un individu ou par le gouvernement, cette technologie a de profondes implications pour les droits de l'homme et la liberté d'expression », explique Greer, dont l'organisation s'est battue pour une interdiction législative des technologies de reconnaissance faciale. « Je pense que ce serait une énorme erreur si nous sortions de ce moment en glorifiant ou en se faisant les champions d'une technologie qui, de manière générale, nuit de façon disproportionnée aux communautés de couleur, aux communautés à faibles revenus, aux communautés d'immigrants, aux communautés musulmanes, aux militants... les mêmes personnes que celles dont les visages sur ce site web ont pris d'assaut le Capitole dans le but de les réduire au silence et de les priver de leurs droits », ajoute-t-il.

    Le développeur du site rétorque que Faces of the Riot ne s'appuie pas sur la reconnaissance faciale, mais sur la détection faciale. Bien qu'il ait utilisé l'outil open source d'apprentissage automatique Tensor Flow et le logiciel de reconnaissance faciale Dlib pour analyser les vidéos de Parler, il dit avoir utilisé ce logiciel uniquement pour détecter et "regrouper" les visages des 11 heures de vidéo des émeutes du Capitole. Dlib lui a permis de dupliquer les 200 000 images de visages extraites des images vidéo en environ 6000 visages uniques. Il concède qu'il y a néanmoins quelques duplications et que les images des visages sur les panneaux de protestation sont également incluses. Même le chiffre "45" sur certains panneaux a été dans certains cas identifié comme un visage humain.

    Il souligne également qu'il n'y a pas d'outil de recherche sur le site et qu'il n'essaie pas de relier les visages à des noms ou autres détails d'identification. Il n'y a pas non plus de fonctions permettant de télécharger une image et de la faire correspondre avec des images de la collection du site, ce qui, selon lui, pourrait conduire à de dangereuses erreurs d'identification. « Il est très difficile de permettre à un utilisateur de prendre une photo d'une affiche recherchée et de la rechercher. Cela n'arrivera jamais », explique le créateur du site.

    Les quelque 42 gigaoctets de vidéos de Parler que Faces of the Riot a analysés ont été téléchargés avant la décision d'Amazon, au début de la semaine dernière, de couper l'hébergement web de Parler, laissant le site largement hors ligne depuis. Les pirates ont profité d'une faille de sécurité dans Parler pour télécharger et archiver chaque message du service.

    Sources : Twitter, Faces of the Riot

    Et vous ?

    Qu’en pensez-vous ?

    Partagez-vous l’avis de Evan Greer qui pense que les sites comme Faces of the Riot, qui utilisent la technologie de reconnaissance faciale, présentent de graves dangers pour la vie privée ?

    Quelle différence faites-vous entre la reconnaissance faciale et la détection faciale ?

    Voir aussi :

    Le site web de Parler est de nouveau en ligne, mais l'application n'est toujours pas disponible dans les app stores, Le site a été rétabli dimanche par un message du PDG John Matze

    AWS déconnecte les serveurs de Parler suite à son implication supposée dans l'organisation des émeutes du Capitole. Le réseau social utilisé par les partisans de Trump n'est plus accessible

    Des militants retournent les outils de reconnaissance faciale contre la police, « Nous approchons du seuil technologique où les petits peuvent faire la même chose que les grands »

    Des agents de la police de New York utilisent l'application de reconnaissance faciale de Clearview AI, Twitter a demandé à la société de cesser d'utiliser des photos de son site, d'après un rapport

    Reconnaissance faciale : le chef de la police de Detroit admet un taux d'erreur de 96 %, la police de Detroit croule sous les critiques pour une arrestation par erreur en usant de cette technologie
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  17. #177
    Membre confirmé
    Homme Profil pro
    Analyste programmeur
    Inscrit en
    juin 2015
    Messages
    103
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Puy de Dôme (Auvergne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Analyste programmeur
    Secteur : Industrie Pharmaceutique

    Informations forums :
    Inscription : juin 2015
    Messages : 103
    Points : 537
    Points
    537
    Par défaut Politique ? Non, juste de l'argent.
    Je ne pense pas qu'il s'agisse d'un acte politique de la part de PayPal de bouter un compte d'un riche mendiant de sa plateforme;

    Jenna Ryan a admis avoir volontairement incité à faire des dons sans en avoir le réel besoin. Preuve à l'appui, on peut retrouver de ses tweets disant explicitement que le but des dons est de donner de l'espoir et "bénir ses bienfaiteurs".
    Jenna Ryan a également admis avoir volé jusqu'au Capitole en jet privé, avant d'attaquer le bâtiment.
    Elle a également avoué connaître les conséquences de ses actes préalablement à l'attaque du Capitole, et pourtant elle demande la grâce de Donald Trump pour échapper à ces conséquences EN PLUS des dons pour couvrir les frais judiciaires, outre le jet privé.

    Alors je suis vraiment désolé, je comprends que la politique, c'est chaud bouillant en ce moment, mais qu'on ne me fasse pas croire qu'un agent immobilier capable de payer des jets privés et d'avoir connaissance du droit pénal puisse venir se faire plaindre et mendier quand on lui réclame de réparer ses boulettes.
    De plus, PayPal a justifié en soulignant que les dépenses sur les dons n'étaient pas liées au procès, appuyant sur la malhonnêteté de la personne quand il s'agit d'utiliser ses followers.

  18. #178
    Futur Membre du Club
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    janvier 2021
    Messages
    5
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 24
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : janvier 2021
    Messages : 5
    Points : 5
    Points
    5
    Par défaut
    Quelle continue à "suivre son président" et à "faire ce qu'il nous a dit de faire". C'est fou de savoir que les gens sont encore aussi cons en 2021. Suivre quelqu'un à l'aveugle par ce qu'il est "mon president". Eh bien... Ton président t'a bien foutu dans la merde madame.

  19. #179
    Membre émérite
    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    décembre 2008
    Messages
    830
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2008
    Messages : 830
    Points : 2 604
    Points
    2 604
    Par défaut
    Citation Envoyé par Empereur Chinois Voir le message
    Eh bien... Ton président t'a bien foutu dans la merde madame.
    Non. Elle s'y est mise elle-même. Faut arrêter un peu, s'il avait dit qu'il faudrait sauter du haut d'un building, ils (cette personne et les autres) ne l'auraient pas fait, *donc* ils ont un esprit critique, donc ils sont responsables de leurs actes.
    Trump est ce qu'il est, mais c'est pas une raison pour lui coller sur le dos tout ce que les autres font. Les gens qui savent que parler, et qui n'agissent pas, on en connaît tous. Quand quelqu'un fait ce qu'ils ont dit, on ne les tiens pas responsables il me semble...

  20. #180
    Expert éminent

    Profil pro
    Fabricant et casseur d'avions
    Inscrit en
    avril 2004
    Messages
    3 723
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France, Tarn (Midi Pyrénées)

    Informations professionnelles :
    Activité : Fabricant et casseur d'avions
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : avril 2004
    Messages : 3 723
    Points : 7 205
    Points
    7 205
    Par défaut
    Citation Envoyé par Freem Voir le message
    Les gens qui savent que parler, et qui n'agissent pas, on en connaît tous. Quand quelqu'un fait ce qu'ils ont dit, on ne les tiens pas responsables il me semble...
    1 an et 45 000 € en France (source :https://www.service-public.fr/partic...sdroits/F32575, et voir Lalanne en ce moment qui pourrait être concerné par ce genre de poursuites mais sous le 413-3 vu qu'il essaie de soudoyer l'armée). Donc dire qu'on ne les tient pas pour responsable, non, mais est-ce que ça va jusqu'à des condamnations appliquées... à voir...
    Aux USA, c'est plus subtil. Mais vu les évènements du Capitole, ça l'est devenu un peu moins!
    "Errare humanum est, sed perseverare diabolicum"

    Ma page sur DVP.com

Discussions similaires

  1. L'ennemi juré du programmeur est de retour!
    Par oldfox dans le forum C++
    Réponses: 3
    Dernier message: 15/03/2006, 15h04

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo