IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #321
    Expert confirmé Avatar de AoCannaille
    Inscrit en
    Juin 2009
    Messages
    1 416
    Détails du profil
    Informations forums :
    Inscription : Juin 2009
    Messages : 1 416
    Points : 4 748
    Points
    4 748
    Par défaut
    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    Il est malheureusement trop tard pour développer des réacteurs nucléaires couplés à des usines de production d'hydrogène.
    C'est dommage parce que c'est la méthode de production d'hydrogène la plus efficace et rentable.
    Les véhicules à hydrogène n'ont pas les défauts des véhicules à batterie géante.
    Une pompe a essense, c'est 10000€, une pompe a hydrogene, c'est 1 million. Il y a donc aussi un investissement vraiment non négligeable a faire en pompe...

    La batterie ne doit pas non plus aimer quand la voiture est coincé dans des bouchons sur l'autoroute, pendant la canicule, avec la climatisation allumée.
    A vrai dire, une batterie préfère se décharger doucement et pas avec des pics de charges. Donc le ralenti moteur avec une climatisation est 100x préférable au 0 à 100 départ arréter pour tenter les 3secondes promises par musk.



    Pour moi la voiture electrique est au point pour les transports quotidiens d'habitants pavillonnaires, mais effectivement pas pour les longs voyages. Mais c'est pas grave, ça n'arrive pas si souvent à la majorité des gens.

    Le plan idéal : les trajets de moins de 5km devraient être à vélo, moins de 15 à vélo electrique, moins de 50 voiture electrique, et au dessus une hybride. Et tout ce qui est possible en transport en commun doit être fait en transport en commun.


    Sur les voitures pas cher, pour recharger sans que ce soit cher, La recharge est lente. Mais ce n'est pas grave, celui qui a sa dacia spring et qui fait 50km par jour, met sa spring dans son garage et elle sera rechargé le lendemain

    L'idéal serait de s'orienter vers 2 voitures, la petite electrique à 200km d'autonomie théorique, et une routière roulant encore à l'essence. Si c'est nécessaire.

    Mais bon, on devrait ralentir la consommation de ressources naturelles, pas forcer tout le monde a avoir 2 voitures...

  2. #322
    Membre expert
    Homme Profil pro
    ingénieur qualité
    Inscrit en
    Mars 2015
    Messages
    1 162
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : ingénieur qualité
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2015
    Messages : 1 162
    Points : 3 577
    Points
    3 577
    Par défaut
    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    Les véhicules à hydrogène n'ont pas les défauts des véhicules à batterie géante.
    Défendre l'hydrogène en parlant du stockage est maladroit parce que faire un réservoir étanche à l'hydrogène pour une utilisation "civile" est l'un des challenge de ces véhicules.
    Citation Envoyé par AoCannaille Voir le message
    L'idéal serait de s'orienter vers 2 voitures, la petite electrique à 200km d'autonomie théorique, et une routière roulant encore à l'essence. Si c'est nécessaire.
    C'est là où ça devient compliqué, multiplier les véhicules ne devrait jamais être la solution idéale (et c'est quelqu'un qui a 4 vélos qui vous dit ça)
    L'idéal serait de changer radicalement nos mode de consommation et d'avoir un véhicule adapté à notre mode de consommation du moment : une citadine électrique en semaine pour aller au boulot puis une routière hybride le weekend pour aller voir papy et mamy et finalement un un monospace thermique pour aller en vacances à la mer. Et avec la démocratisation du leasing que je perçois ça ne devrait pas être si infaisable.
    A un détail pres : nos rythmes de vie sont très synchronisés donc nous avons globalement les mêmes besoins au même moment.

    Voir révolutionner notre consommation et utiliser le train pour les longs voyages (mais quand je vois les prix de la SNCF on est mal parti) avec des voitures en libre service à destination. Dans les 2000's La Rochelle proposait des citadines électriques (106 et saxo si mes souvenirs sont bons) à un tarif défiant toute conccurence (je payais environ 50€/mois tout compris les gros mois) . Les limites étaient inadaptées à une semaine de vacances là bas mais 15 ans ont passé depuis et des solutions plus larges devraient être possibles.

  3. #323
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    599
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 599
    Points : 10 926
    Points
    10 926
    Par défaut Un ingénieur de Tesla affirme que le terme "Full Self-Driving" n'implique pas l'autonomie
    Un ingénieur de Tesla affirme que le terme "Full Self-Driving" n'implique pas l'autonomie et ne constitue pas une exagération des capacités du logiciel
    mais cette déclaration est controversée

    Un ingénieur de Tesla a réfuté les allégations selon lesquelles les noms "Autopilot" et "Full Self-Driving" pouvaient induire les conducteurs en erreur. Il a ajouté que la décision de baptiser ainsi le système n'était pas une tentative d'exagérer ses capacités. Ses déclarations interviennent dans le cadre d'un procès visant à déterminer si l'Autopilot était impliqué dans un accident mortel de 2019. Cependant, son argument a rapidement été rejeté par des "locuteurs natifs de l'anglais" qui affirment que ces termes sont suffisamment explicites. Les critiques affirment que ces appellations rendent les conducteurs moins vigilants, causant la mort de plusieurs d'entre eux.

    L'Autopilot, le système avancé d'aide à la conduite de Tesla, fait actuellement l'objet d'un examen minutieux en raison d'un procès en cours aux États-Unis. Le procès découle d'une action en justice alléguant que l'Autopilot a fait dévier un conducteur de Model 3 d'une autoroute et l'a fait entrer en collision avec un arbre. La voiture a heurté un palmier et pris feu, le tout en l'espace de quelques secondes. L'accident, survenu en 2019, a entraîné la mort du conducteur, Micah Lee, et causé de graves blessures à deux passagers. Les proches de Lee ont poursuivi Tesla en justice, alléguant que l'Autopilot a causé sa mort. Le procès a commencé le mois dernier.

    La plainte affirme que Tesla a sciemment vendu des véhicules équipés de systèmes Autopilot et Full Self-Driving (FSD) défectueux. En 2019, Lee, 37 ans, a payé 6 000 $ pour le pack FSD. À l'époque, le FSD était capable de maintenir la voiture dans sa voie tout en gardant une distance de sécurité avec le véhicule qui la précédait. Le constructeur automobile a par la suite ajouté des fonctions plus avancées au système. (Tesla a augmenté les prix de l'Autopilot et du FSD au cours des trois dernières années.) Tesla nie les allégations de la famille Lee, affirmant qu'il n'est même pas clair si l'Autopilot était engagé au moment où la voiture de Lee s'est écrasée.


    Appelé à témoigner dans le cadre du procès, Eloy Rubio Blanco, ingénieur chez Tesla, a réfuté les allégations de l'avocat de la famille Lee selon lesquelles le nom "Full Self-Driving" (conduite autonome complète) avait été choisi pour tromper le public. Selon Blanco, les conducteurs de Tesla sont conscients du fait que les véhicules Tesla sont autonomes. « Est-ce que je pense que nos conducteurs pensent que nos véhicules sont autonomes ? Non », a déclaré Rubio, selon une transcription du procès. Tesla avait initialement demandé à ce que le témoignage de son ingénieur reste confidentiel en raison de préoccupations liées aux secrets commerciaux.

    Bien que le juge ait rejeté cette demande, il a ordonné de couper le flux audio en direct du tribunal pendant les déclarations de Blanco. Lors de son témoignage, Blanco a néanmoins reconnu que les véhicules Tesla vendus en 2019 pouvaient présenter des "défauts latents" en raison de la complexité du logiciel du véhicule. Il a déclaré que le système d'aide à la conduite de Tesla avait certaines limites. Par exemple, Blanco a indiqué que l'Autopilot pouvait identifier de manière imprécise un objet, ce qui conduisait la voiture à décélérer. En outre, il a admis que dans certaines situations, le freinage automatique peut s'avérer insuffisant pour éviter une collision.

    L'affirmation de Blanco selon laquelle l'appellation "Full Self-Driving" n'implique pas l'autonomie a été vivement critiquée. « Il ne dit nulle part ailleurs comment il pense que le public est censé interpréter "Full Self-Driving". En tant que locuteur natif de l'anglais, je suis déconcerté de penser à ce que cela pourrait signifier d'autre », lit-on dans les commentaires. Un autre critique a écrit : « si "Full Self-Driving" et "Autopilot" n'impliquent pas l'autonomie, quel terme de l'art pourrait l'impliquer ? Ces termes impliquent l'autonomie. Ils sont suffisamment explicites et ne souffrent d'aucune ambiguïté. Et l'on ne pourrait les comprendre autrement ».

    On peut lire aussi : « ce qu'ils prétendent avoir voulu dire n'a aucune importance. "Full Self-Driving" (conduite autonome complète) et Autopilot (pilote automatique) sont deux termes de science-fiction qui font référence à un comportement autonome. Le fait que Tesla dit qu'ils n'impliquent pas l'autonomie est presque certainement de mauvaise foi et même si ce n'est pas le cas, cela devrait toujours être de la publicité mensongère simplement parce qu'ils ont choisi ces termes. Tesla n'a aucune porte de sortie en ce qui concerne la signification de ces deux termes. Le mensonge n'a que trop duré et il est temps que Tesla réponde de cela ».

    Pour démontrer que Tesla a toujours été dans l'optique de susciter l'euphorie des consommations avec ces termes, d'autres critiques ont rappelé les noms choisis par les concurrents pour leurs systèmes d'aide à la conduite. « Au sein de l'industrie, pratiquement tous les autres constructeurs automobiles ont réussi à trouver des noms plutôt génériques pour leurs implémentations de l'autonomie de niveau 2-3 : Ford BlueCruise, GM Super Cruise, BMW Driving Assistance Professional, Mercedes Drive Pilot (le premier système certifié de niveau 3 aux États-Unis), Toyota Safety Sense 3.0, Rivian Highway Assist, etc. », peut-on lire dans les commentaires.

    « Ces noms impliquent tous que la voiture fait quelque chose pour vous aider à conduire, mais aucun d'entre eux n'implique de signification supplémentaire sur leurs capacités ou ne suggère quoi que ce soit sur leur autonomie. Tesla est pratiquement la seule entreprise à adopter des noms - Autopilot, et plus tard, "Full Self-Driving" - qui sont chargés d'une signification culturelle et linguistique. Cela a permis à Tesla d'emprunter l'excitation et le prestige des développements : il ne s'agit pas tant de regarder où nous sommes, mais où nous allons et comment certains petits éléments de ce futur sont présents dans le système actuel », ajoute le critique.

    Selon les experts, les termes choisis par Tesla ont bien fonctionné pour les efforts de publicité, mais pas pour éduquer les conducteurs sur ce que leurs voitures étaient réellement capables de faire ou sur ce qu'elles faisaient. « En tant que pilote, cela m'irrite qu'ils [Tesla] aient donné une nouvelle définition. Les pilotes automatiques existent depuis longtemps et ont une signification très spécifique. Ils nécessitent une formation, une connaissance de leurs limites, une surveillance constante et des interventions manuelles fréquentes. Je ne suis pas sûr de ce que Tesla pensait faire en présentant ce terme comme "sans intervention », indique un pilote.

    On retrouve toutefois des commentaires qui viennent soutenir les déclarations de Blanco. « Même si je déteste Musk et le désordre que Tesla a créé avec le FSD, je ne pense pas que nous ne pouvions pas blâmer le marketing de Tesla pour l'idée fausse que le public se fait de ce que fait le pilote automatique d'un avion. En effet, la fonction Autopilot de Tesla est en fait assez similaire à celle d'un simple pilote automatique d'avion, avec des limitations très similaires. À la base, il s'agit simplement d'une aide à la conduite pour le suivi des voies, combinée à un régulateur de vitesse adaptatif. Mais les choses sont parties en vrille après », note un critique.

    Mais dans le débat dans la communauté, un critique a réfuté l'argument précédent en rappelant une ancienne déclaration de Musk : « on se souvient tous il y a quelques années que Musk poussait l'idée selon laquelle les propriétaires de Tesla pourraient gagner des revenus passifs en laissant leurs voitures équipées du FSD agir comme des taxis autonomes. Musk a fait ces déclarations entre 2018 et 2019 et s'attendait à ce que cela se concrétise en à peine cinq ans. Musk a même évoqué l'idée selon laquelle les robots taxis Tesla pouvaient concurrencer Uber et Lyft ». Mais à ce jour, l'Autopilot et le FSD restent des systèmes d'aide à la conduite de niveau 2.

    Le témoignage de Blanco s'est déroulé à huis clos, ce qui nous empêche de le consulter dans son intégralité et dans son contexte. Selon d'autres experts, Blanco parlait peut-être du fait que le FSD était étiqueté comme un "logiciel expérimental" et qu'il fallait donc s'attendre à des bogues. « Tesla utilise en effet le futur dans toutes ses campagnes de marketing et cet ingénieur n'a peut-être pas pris en compte les attentes dues à un nom par rapport à des affirmations explicites sur les performances. D'après les autres extraits du témoignage, il ne semble pas qu'il couvre Tesla en général, donc un contexte supplémentaire serait utile », a écrit un critique.

    L'année dernière, Tesla a été poursuivi en justice dans le cadre d'une proposition de recours collectif accusant le constructeur de voitures électriques de Musk d'avoir trompé le public en faisant une publicité mensongère pour ses fonctions Autopilot et FSD. La plainte accuse Tesla et Musk d'avoir fait de la publicité mensongère. Selon la plainte, Tesla a présenté l'Autopilot comme étant pleinement fonctionnel alors qu'ils savaient que la technologie ne fonctionnait pas ou était inexistante, et qu'elle rendait les véhicules peu sûrs. Selon les plaignants, Tesla n'a encore rien produit qui s'approche, ne serait-ce que de loin, d'une voiture entièrement autonome.

    Source : Témoignage d'Eloy Rubio Blanco, ingénieur chez Tesla, devant la Cour supérieure du comté de Riverside, en Californie

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Que pensez-vous des déclarations de l'ingénieur de Tesla ?
    Tesla s'est-il livré à une publicité mensongère avec ces appellations ?
    Selon vous, les termes "Autopilot" et Full Self-Driving" impliquent-ils ou non l'autonomie ?
    Tesla devrait-il être contraint à changer les noms de ses systèmes d'aide à la conduite ?
    Selon vous, le constructeur électrique pourrait-il gagner ce procès ?
    Que pensez-vous des nombreuses critiques à l'égard de l'Autopilot et le Full Self-Driving ?
    L'Autopilot et le Full Self-Driving peuvent-ils être considérés comme des technologies fiables ?

    Voir aussi

    Le mode Full Self-Driving de Tesla a tellement énervé cet homme qu'il se présente au Sénat, Dan O'Dowd est mécontent du fait que le logiciel bêta de Tesla soit testé sur la voie publique

    Tesla se prépare à son premier procès impliquant un accident mortel lié à l'Autopilot, dans ce qui sera probablement un test majeur des affirmations d'Elon Musk au sujet de la technologie

    Une Tesla en mode Autopilot a percuté des voitures de police malgré les gyrophares, selon un procès

  4. #324
    Expert éminent Avatar de kain_tn
    Homme Profil pro
    Inscrit en
    Mars 2005
    Messages
    1 580
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Suisse

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2005
    Messages : 1 580
    Points : 7 362
    Points
    7 362
    Par défaut
    Citation Envoyé par Mathis Lucas Voir le message
    Que pensez-vous des déclarations de l'ingénieur de Tesla ?
    S'il croit vraiment ce qu'il dit, alors peut-être qu'il devrait ouvrir un dictionnaire, de temps en temps.

    Citation Envoyé par Mathis Lucas Voir le message
    Tesla s'est-il livré à une publicité mensongère avec ces appellations ?
    Bien sûr que oui. On a même les témoignages sur la vidéo faite par Tesla avec les fausses affirmations comme quoi le passager à côté ne touche pas au volant, et qui a percuté le parking de Tesla, depuis les Tesla Files... Qu'est-ce qu'il faut de plus?
    Copier c'est copier; voler c'est vendre un CD une vingtaine d'euros!


    Code C : Sélectionner tout - Visualiser dans une fenêtre à part
    1
    2
    3
    4
    5
    6
    7
    #include <stdio.h>
     
    int main(int argc, char **argv) {
     
        printf("So long, and thanks for the fish, Dennis...\n");
        return 0;
    }

  5. #325
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Décembre 2008
    Messages
    9 651
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 36
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2008
    Messages : 9 651
    Points : 18 593
    Points
    18 593
    Par défaut
    Citation Envoyé par kain_tn Voir le message
    alors peut-être qu'il devrait ouvrir un dictionnaire
    Ben justement...

    Pilote automatique
    Il s'agit plus précisément d’un système utilisé pour contrôler la trajectoire d'un véhicule sans qu’un contrôle constant par un opérateur humain soit nécessaire. Les pilotes automatiques ne remplacent pas un opérateur humain, mais permettent de les aider à contrôler le véhicule, ce qui leur permet de se concentrer sur des aspects plus généraux de fonctionnement, comme la surveillance de la trajectoire, de la météo ou des systèmes. Les pilotes automatiques sont utilisés dans les avions, les bateaux, les véhicules spatiaux, les missiles et plus récemment les automobiles. Les pilotes automatiques ont considérablement évolué au fil du temps : les plus anciens ne réalisaient qu’un maintien de trajectoire tandis que les plus récents sont capables d'effectuer des atterrissages automatiques sous la supervision d'un pilote humain. Le pilote automatique est souvent désigné sous le prénom de Georges (George en anglais).
    Autopilot ça ne veut pas dire que ça se conduit tout seul.
    Keith Flint 1969 - 2019

  6. #326
    Expert éminent Avatar de kain_tn
    Homme Profil pro
    Inscrit en
    Mars 2005
    Messages
    1 580
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Suisse

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2005
    Messages : 1 580
    Points : 7 362
    Points
    7 362
    Par défaut
    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    Ben justement...

    Pilote automatique


    Autopilot ça ne veut pas dire que ça se conduit tout seul.
    Tu mets la définition de "autopilot", mais pourquoi pas la définition de "Full Self-Driving"?
    Non, parce qu'il parle de ça aussi. Littéralement "Conduite autonome complète/totale"...

    Tesla aurait appelé ça "Self-driving", encore, on aurait pu chipoter, et faire comme tous les constructeurs et parler de niveau 1, 2, 3, 4, 5. Mais là, c'est du foutage de gueule.
    Je ré-itère: cet ingénieur est soit un menteur, soit quelqu'un qui devrait ouvrir un dictionnaire.
    Copier c'est copier; voler c'est vendre un CD une vingtaine d'euros!


    Code C : Sélectionner tout - Visualiser dans une fenêtre à part
    1
    2
    3
    4
    5
    6
    7
    #include <stdio.h>
     
    int main(int argc, char **argv) {
     
        printf("So long, and thanks for the fish, Dennis...\n");
        return 0;
    }

  7. #327
    Candidat au Club
    Homme Profil pro
    Technicien réseaux et télécoms
    Inscrit en
    Mars 2012
    Messages
    1
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : Technicien réseaux et télécoms
    Secteur : Transports

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2012
    Messages : 1
    Points : 4
    Points
    4
    Par défaut Full Self-Driving ce n'est pas autopilot
    Anglais Français facile de jouer sur les mots.

    full self driving google dit conduite entièrement autonome.

    Ce n'est pas autopilote anglais autopilot.

  8. #328
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Décembre 2008
    Messages
    9 651
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 36
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2008
    Messages : 9 651
    Points : 18 593
    Points
    18 593
    Par défaut
    Citation Envoyé par Mathis Lucas Voir le message
    Un ingénieur de Tesla a réfuté les allégations selon lesquelles les noms "Autopilot" et "Full Self-Driving" pouvaient induire les conducteurs en erreur.
    Ça ne parle pas que de Full Self-Driving ça parle aussi d'Autopilot !
    Et autopilot ça ne veut pas dire que ça se conduit tout seul.

    Comme ils disent là :
    Citation Envoyé par Mathis Lucas Voir le message
    On retrouve toutefois des commentaires qui viennent soutenir les déclarations de Blanco. « Même si je déteste Musk et le désordre que Tesla a créé avec le FSD, je ne pense pas que nous ne pouvions pas blâmer le marketing de Tesla pour l'idée fausse que le public se fait de ce que fait le pilote automatique d'un avion. En effet, la fonction Autopilot de Tesla est en fait assez similaire à celle d'un simple pilote automatique d'avion, avec des limitations très similaires. À la base, il s'agit simplement d'une aide à la conduite pour le suivi des voies, combinée à un régulateur de vitesse adaptatif. Mais les choses sont parties en vrille après », note un critique.
    Pour Full Self-Driving je ne sais pas.
    Bon après Tesla aurait du choisir des expressions plus précise pour que les gens comprennent que la voiture ne se conduit pas toute seule.
    Keith Flint 1969 - 2019

  9. #329
    Expert éminent Avatar de kain_tn
    Homme Profil pro
    Inscrit en
    Mars 2005
    Messages
    1 580
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Suisse

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2005
    Messages : 1 580
    Points : 7 362
    Points
    7 362
    Par défaut
    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    Ça ne parle pas que de Full Self-Driving ça parle aussi d'Autopilot !
    Et autopilot ça ne veut pas dire que ça se conduit tout seul.
    C'est un dialogue de sourds

    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    Pour Full Self-Driving je ne sais pas.
    Bon après Tesla aurait du choisir des expressions plus précise pour que les gens comprennent que la voiture ne se conduit pas toute seule.
    Quand une entreprise te vend son accès bêta sous le nom de Full Self-Driving, je pense que c'est fait exprès.
    Copier c'est copier; voler c'est vendre un CD une vingtaine d'euros!


    Code C : Sélectionner tout - Visualiser dans une fenêtre à part
    1
    2
    3
    4
    5
    6
    7
    #include <stdio.h>
     
    int main(int argc, char **argv) {
     
        printf("So long, and thanks for the fish, Dennis...\n");
        return 0;
    }

  10. #330
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Mai 2019
    Messages
    1 887
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2019
    Messages : 1 887
    Points : 36 952
    Points
    36 952
    Par défaut Tesla remporte une affaire judiciaire sur Autopilot liée à un décès tragique
    Tesla remporte une affaire judiciaire sur Autopilot liée à un décès tragique,
    c'est la deuxième grande victoire d'Autopilot devant un jury en Californie cette année

    Tesla a gagné un procès aux États-Unis contre la famille d’un conducteur tué dans un accident impliquant son système Autopilot. C’est la deuxième fois cette année que Tesla est acquitté de toute faute dans l’utilisation de sa technologie de conduite assistée. Dans cette nouvelle affaire, le jury a estimé que le conducteur était responsable de sa conduite et que le véhicule n’avait pas de défaut. Le procès a été marqué par des détails choquants sur les blessures des victimes.

    Selon certains experts, l’Autopilot de Tesla, une fonction d’assistance à la conduite contestée, a obtenu un nouveau sursis. Un jury de Californie a jugé que l’Autopilot n’avait pas causé l’accident qui a eu lieu en 2019 dans le comté de Riverside et qui a coûté la vie au conducteur et blessé grièvement sa femme et son fils. Les deux rescapés de l’accident de Riverside avaient porté plainte contre Tesla en accusant l’Autopilot d’avoir fait sortir la Tesla Model 3 de Micah Lee de l’autoroute à 105 km/h avant qu’elle ne heurte un arbre et ne prenne feu.

    Nom : TeslaB.jpg
Affichages : 2336
Taille : 57,1 Ko

    Lee a succombé à ses blessures, et sa femme et son fils, âgé de 8 ans à l’époque, ont été sérieusement blessés ; les plaignants réclamaient donc 400 millions de dollars et des dommages-intérêts exemplaires. Mais Tesla a nié que le système Autopilot était défectueux et a affirmé que Lee avait bu de l'alcool avant l'accident. Neuf membres du jury ont donné raison à Tesla après quatre jours de délibération.

    En avril, un jury de Los Angeles a estimé que l'Autopilot n'était pas responsable de la sortie de route à grande vitesse de la Model S de Justine Hsu en 2019, avant qu'elle ne percute le terre-plein central et ne la blesse au visage dans la foulée. Jonathan Michaels, l'un des avocats des plaignants, s'est dit déçu par le verdict, mais a déclaré dans un communiqué que Tesla avait été « poussée dans ses derniers retranchements » pendant le procès. « Les délibérations prolongées du jury suggèrent que le verdict laisse encore planer une ombre d'incertitude », a-t-il déclaré.

    Tesla se dit juste et sécuritaire malgré les accidents mortels

    Tesla a réaffirmé la qualité de ses voitures et leur contribution à la sécurité routière. « Le verdict du jury était juste », a annoncé l’entreprise dans un communiqué. D’après un rapport de 2019 de Teslarati, un média de Californie qui couvre Tesla, SpaceX et les autres initiatives d’Elon Musk, les voitures Tesla se distinguent par leur sécurité, due à leur batterie de dispositifs de sécurité actifs et passifs. Selon la société de médias, des capacités du pilote automatique aux caractéristiques de base comme le freinage d'urgence automatique, les voitures électriques Tesla sont conçues pour éviter les accidents ou protéger leurs occupants en cas d'accident inévitable.

    D’après le constructeur, c’est un fait indéniable. En 2018, la Tesla Model 3 a passé les tests de collision de la National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA) avec brio. L’entreprise a affirmé que sa voiture était « la plus sécurisée de l’histoire, avec le risque de blessure le plus bas parmi tous les véhicules évalués par la NHTSA ». Tesla a remporté un précédent procès à Los Angeles en avril, avec une stratégie consistant à dire qu'elle informe les conducteurs que sa technologie nécessite une surveillance humaine, malgré les appellations Autopilot et Full Self-Driving.

    Un ingénieur de Tesla a réfuté les allégations selon lesquelles les noms Autopilot et Full Self-Driving pouvaient induire les conducteurs en erreur. Il a ajouté que la décision de baptiser ainsi le système n'était pas une tentative d'exagérer ses capacités. Ses déclarations interviennent dans le cadre d'un procès visant à déterminer si l'Autopilot était impliqué dans un accident mortel de 2019. Certains analystes ont affirmé que ces appellations rendent les conducteurs moins vigilants, causant la mort de plusieurs d'entre eux.

    Au cours du procès Riverside, un avocat des plaignants a montré aux jurés une analyse de sécurité interne de Tesla datant de 2017 qui identifiait une « commande de direction incorrecte » comme un défaut, impliquant un angle « excessif » du volant. Un avocat de Tesla a déclaré que l'analyse de sécurité n'identifiait pas un défaut, mais visait plutôt à aider l'entreprise à résoudre tout problème qui pourrait théoriquement survenir avec le véhicule. Le constructeur automobile a par la suite conçu un système qui empêche Autopilot d'exécuter le virage à l'origine de l'accident.

    Après le verdict, les jurés ont affirmé qu’ils croyaient que Tesla avait informé les conducteurs de son système et que la faute revenait au conducteur distrait. Bryant Walker Smith, professeur de droit à l’université de Caroline du Sud, a dit que ces deux affaires révélaient que « nos jurys croient toujours que c’est à l’humain qui est au volant de répondre de ses actes ». Certains plaignants ont accusé Autopilot d’être mal conçu, ce qui a incité les conducteurs à l’utiliser de façon incorrecte. Le jury de Riverside, toutefois, devait seulement juger si un vice de fabrication affectait la conduite. Les titres de Tesla ont terminé en hausse de 1,76 % après avoir gagné plus de 2 %.

    À la barre, Eloy Rubio Blanco, ingénieur chez Tesla, a rejeté la suggestion d'un avocat plaignant selon laquelle l'entreprise avait baptisé sa fonction d'aide à la conduite Full Self-Driving (conduite autonome complète) parce qu'elle voulait faire croire que ses systèmes avaient plus de capacités que ce n'était réellement le cas. « Est-ce que je pense que nos conducteurs pensent que nos véhicules sont autonomes ? Non », a déclaré Rubio, selon une transcription du procès consultée.

    Tesla face à la justice pour la mort d’un ingénieur d’Apple tué par sa Tesla

    La famille de Walter Huang, un ingénieur d’Apple qui a perdu la vie en mars 2018 dans un accident de sa Tesla Model X, poursuit également Tesla. Huang, âgé de 38 ans, a été tué quand sa voiture de 2017 a quitté la route et percuté un muret en béton sur l’autoroute 101 à Mountain View. Tesla doit encore répondre à cette plainte.

    Après avoir dit que l’Autopilot de Tesla était activé pendant l’accident, le conducteur a succombé à ses blessures à l’hôpital. La famille de Huang a porté plainte pour homicide involontaire devant la Cour supérieure de Californie, comté de Santa Clara. Elle affirme que le système d’assistance à la conduite de Tesla a fait des fautes qui ont provoqué l’accident mortel du propriétaire de la berline accidentée.

    La poursuite allègue que le système d'aide à la conduite du pilote automatique de Tesla a mal interprété les lignes de voie, n'a pas détecté la glissière de sécurité en béton, a échoué dans le freinage et a plutôt accéléré dans la médiane. En effet, la berline en mode pilotage automatique a percuté la glissière après que Huang ait accéléré jusqu’à 71 mi/h (114 km/h). Dans un communiqué, B. Mark Fong, associé chez Minami Tamaki LLP, l'une des sociétés représentant la famille avait déclaré :

    « Huang a perdu son mari et deux enfants ont perdu leur père parce que Tesla est en train de tester son logiciel Autopilot sur des pilotes actifs ». « La famille Huang veut empêcher cette tragédie d'arriver à d'autres conducteurs utilisant des véhicules Tesla ou des véhicules semi-autonomes », a-t-il ajouté.

    Tesla doit faire face d’autres enquêtes

    Tesla est aussi poursuivi en justice par des clients qui accusent Tesla d’avoir exagéré les performances de ses aides à la conduite. La National Highway Traffic Safety Administration mène plusieurs enquêtes, ainsi que le ministère de la Justice, sur plus de 12 accidents, dont certains fatals, où l’Autopilot de Tesla était en marche, selon les sources.

    Comme dit précedemment, Tesla a remporté une victoire juridique importante aux États-Unis, en échappant à toute responsabilité dans un accident mortel impliquant son système Autopilot. C’est la deuxième fois cette année que Tesla s’en sort sans faute dans l’usage de sa technologie de conduite assistée. Le jury a considéré que le conducteur était le seul coupable de sa conduite et que le véhicule n’avait aucun vice. Le procès a révélé des détails horrifiants sur les blessures des victimes.

    Toutefois, cette victoire de Tesla soulève plusieurs questions éthiques et juridiques sur l’avenir de la conduite autonome. D’une part, elle laisse croire que Tesla a mis en place des avertissements suffisants pour informer les conducteurs des limites de son système Autopilot, qui n’est pas un mode de conduite entièrement autonome, mais une aide à la conduite qui nécessite une vigilance constante. D’autre part, elle soutient que les conducteurs peuvent être tentés de faire une confiance excessive au système Autopilot, au point de se distraire ou de se déresponsabiliser. Cela pose un risque pour la sécurité routière et la protection des usagers.

    Tesla devrait donc continuer à améliorer son système Autopilot, en le rendant plus fiable, plus performant et plus sûr. Tesla devrait aussi renforcer ses mesures de prévention et d’éducation, en sensibilisant les conducteurs aux bonnes pratiques et aux dangers potentiels de la conduite assistée. Tesla devrait enfin se préparer à faire face à d’autres procès, car il est probable que d’autres accidents impliquant son système Autopilot se produisent à l’avenir.

    Sources : WGMT, HT Auto

    Et vous ?

    À votre avis, ces victoires du constructeur Tesla confirment-elles que Tesla a mis en place des avertissements suffisants pour informer les conducteurs des limites de son système Autopilot ?

    Partagez-vous l'avis selon lequel la faute reviendrait aux conducteurs qui sont tentés de faire une confiance excessive au système Autopilot ?

    Quels sont selon vous, les avantages et les inconvénients de la technologie Autopilot de Tesla pour la mobilité, l’environnement et la société ?

    Comment Tesla peut-elle garantir la sécurité et la fiabilité de son système Autopilot face aux imprévus et aux aléas de la circulation ?

    Êtes-vous pour ou contre la conduite autonome ? Pourquoi ?

    Voir aussi :

    Tesla poursuivi en justice dans le cadre d'une poursuite pour mort injustifiée, qui allègue que le pilote automatique a causé l'accident

    Tesla manque la liste des « voitures les plus sûres » d'une compagnie d'assurance parce que ses véhicules électriques ne s'écrasent pas assez souvent, selon un rapport de Teslarati

    Tesla fait face à une enquête criminelle aux États-Unis pour des allégations de conduite autonome à la suite d'accidents, dont certains mortels, impliquant Autopilot
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  11. #331
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Traductrice Technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    1 075
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Traductrice Technique

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 1 075
    Points : 75 292
    Points
    75 292
    Par défaut Un juge trouve des preuves que Tesla et Musk étaient au courant du défaut de l'Autopilot
    Un juge trouve des preuves que Tesla et Musk étaient au courant du défaut de l'Autopilot, les déclarations de Musk auraient eu un effet significatif sur la croyance concernant les capacités du produit.

    Un juge de Floride a trouvé des "preuves raisonnables" que le directeur général de Tesla, Elon Musk, et d'autres responsables savaient que les véhicules du constructeur automobile avaient un système Autopilot défectueux, mais qu'ils ont quand même permis que les voitures soient conduites de manière dangereuse, selon un jugement.

    Le juge Reid Scott, de la Cour de circuit du comté de Palm Beach, a statué la semaine dernière que le plaignant dans un procès concernant un accident mortel pouvait aller jusqu'au procès et déposer des demandes de dommages-intérêts punitifs contre Tesla pour faute intentionnelle et négligence grave. L'ordonnance n'a pas fait l'objet d'un rapport antérieur. Cette décision constitue un revers pour Tesla après que l'entreprise a remporté deux procès en responsabilité du fait des produits en Californie au début de l'année concernant le système d'aide à la conduite Autopilot.

    Le procès en Floride est né d'un accident survenu en 2019 au nord de Miami, dans lequel la Model 3 du propriétaire Stephen Banner est passée sous la remorque d'un gros camion de 18 roues qui avait tourné sur la route, cisaillant le toit de la Tesla et tuant Banner. Le procès qui devait avoir lieu en octobre a été reporté et n'a pas été reprogrammé.

    Bryant Walker Smith, professeur de droit à l'université de Caroline du Sud, a qualifié le résumé des preuves par le juge d'important parce qu'il suggère des "incohérences alarmantes" entre ce que Tesla savait en interne et ce qu'elle disait dans son marketing. "Cet avis ouvre la voie à un procès public dans lequel le juge semble enclin à admettre un grand nombre de témoignages et d'autres preuves qui pourraient être très gênantes pour Tesla et son PDG", a déclaré Smith. "Le résultat de ce procès pourrait être un verdict prévoyant des dommages-intérêts punitifs."


    Le juge de Floride a trouvé des preuves que Tesla "s'est engagée dans une stratégie de marketing qui a présenté les produits comme étant autonomes" et que les déclarations publiques de Musk sur la technologie "ont eu un effet significatif sur la croyance concernant les capacités des produits". Le juge Scott a également estimé que la plaignante, l'épouse de Banner, devrait être en mesure de faire valoir auprès des jurés que les avertissements de Tesla figurant dans ses manuels et dans l'accord "clickwrap" étaient inadéquats.

    Le juge a déclaré que l'accident est "sinistrement similaire" à un accident mortel de 2016 impliquant Joshua Brown, dans lequel le système Autopilot n'a pas détecté les camions qui se croisaient, ce qui a conduit les véhicules à passer sous un camion semi-remorque à grande vitesse. "Il serait raisonnable de conclure que le défendeur Tesla, par l'intermédiaire de son PDG et de ses ingénieurs, était parfaitement conscient du problème lié au fait que le système 'Autopilot' ne détectait pas le trafic transversal", a écrit le juge.

    L'avocat de Banner, Lake "Trey" Lytal III, a déclaré qu'ils étaient "extrêmement fiers de ce résultat basé sur la preuve d'une conduite punitive".

    Le juge a également cité une vidéo de 2016 montrant un véhicule Tesla conduisant sans intervention humaine comme un moyen de commercialiser l'Autopilot. Au début de la vidéo, un avertissement indique que la personne assise sur le siège du conducteur n'est là que pour des raisons juridiques. "La voiture se conduit toute seule", est-il précisé. Cette vidéo montre des scénarios "pas différents" de ceux rencontrés par Banner, a écrit le juge. "Il n'est pas indiqué dans cette vidéo qu'il s'agit d'une vidéo d'aspiration ou que cette technologie n'existe pas actuellement sur le marché", a-t-il écrit.

    Source : Le juge Reid Scott, de la Cour de circuit du comté de Palm Beach

    Et vous ?

    Pensez-vous que les déclarations de ce juge soit crédible ou pertinente ?
    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi :

    Tesla se prépare à son premier procès impliquant un accident mortel lié à l'Autopilot, dans ce qui sera probablement un test majeur des affirmations d'Elon Musk au sujet de la technologie

    17 morts, 736 accidents : le bilan alarmant d'Autopilot et Full Self-Driving de Tesla indique-t-il une course à l'innovation au mépris de la sécurité ? Les statistiques de la NHTSA inquiètent

    Tesla remporte une affaire judiciaire sur Autopilot liée à un décès tragique, c'est la deuxième grande victoire d'Autopilot devant un jury en Californie cette année
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  12. #332
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Patrick Ruiz
    Homme Profil pro
    Redacteur web
    Inscrit en
    Février 2017
    Messages
    1 883
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Redacteur web
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : Février 2017
    Messages : 1 883
    Points : 52 354
    Points
    52 354
    Par défaut Un dénonciateur de Tesla qualifie les voitures équipées d'Autopilot "d'expériences sur la voie publique"
    Un dénonciateur de Tesla qualifie les voitures équipées d'Autopilot d'expériences sur la voie publique qui menacent la vie des usagers :
    Le véhicule entièrement autonome va-t-il rester une utopie ?

    Le Département chargé des véhicules motorisés de Californie a autorisé les entreprises Cruise et Waymo à tester des véhicules sans conducteurs derrière le volant dès 2021. Le moins qu’on puisse dire à date est que ces derniers sont sujets à controverse. Les rapports d’accidents impliquant lesdits engins se succèdent. La situation est désormais telle que les populations font usage de cônes pour les saboter et ainsi marquer leur désapprobation à un feu vert des autorités pour un déploiement à plus grande échelle. Le tableau reprend un coup de neuf avec une sortie d’un ex employé de Tesla qui qualifie les voitures équipées d’Autopilot comme des expériences sur la voie publique qui menacent la vie des usagers. De quoi donner raison à certains experts selon lesquels le véhicule entièrement autonome restera une utopie ?

    Une utopie ? Non, étant donné que chez Tesla les noms des systèmes mis à contribution indiquent que l’on y est déjà

    Le fait est que les noms Autopilot et Full Self-Driving dont Tesla fait usage donnent aux utilisateurs un faux sentiment de sécurité. C’est ce que confirme une récente sortie d’un ex employé du constructeur automobile qui, en dépit de l’utilisation de ces termes, qualifie les voitures équipées d’Autopilot « d’expériences sur la voie publique qui menacent la vie des usagers. »

    Lukasz Krupski, ancien technicien de Tesla, s’est d’ailleurs vu décerner le prix Blueprint Europe Whistleblowing pour le courage dont il a fait preuve en divulguant une masse de données qui jettent le doute sur la viabilité et la sécurité de la technologie de conduite autonome du constructeur automobile.

    Nom : 1.png
Affichages : 1205
Taille : 192,0 Ko

    La sortie de l’ex employé de Tesla est une redite d’autres selon lesquelles cette technologie n'aurait jamais dû être autorisée sur la route. Ryan Cooper, éditeur en chef d'un magazine, note par exemple que : « les régulateurs devraient examiner de plus près les fonctions d'assistance à la conduite en général, obligeant les fabricants à prouver qu'ils améliorent réellement la sécurité, plutôt que de faire confiance à la parole d'un oligarque fourbe ».

    Il continue en disant que :

    « La principale défense de FSD est l'hypothèse technologique utopique selon laquelle, quels que soient ses problèmes, elle ne peut pas être pire que les conducteurs humains. Tesla a affirmé que le taux d'accident FSD est un cinquième de celui des conducteurs humains, et Musk a fait valoir qu'il est donc moralement obligatoire de l'utiliser : "Au point où vous pensez que l'ajout d'autonomie réduit les blessures et la mort, je pense que vous avez une obligation morale de le déployer même si vous allez être poursuivi et blâmé par beaucoup de gens.

    « Pourtant, si les propres données de Musk sur l'utilisation du FSD sont exactes, cela ne peut pas être vrai. En avril, il a affirmé qu'il y avait eu 150 millions de miles parcourus avec FSD lors d'un appel à un investisseur, un chiffre raisonnable étant donné que ce ne serait que 375 miles pour chacune des 400 000 voitures dotées de la technologie. En supposant que tous ces accidents impliquaient des FSD - une hypothèse plausible étant donné que les FSD ont été considérablement étendus au cours de la dernière année et que les deux tiers des accidents dans les données se sont produits pendant cette période - cela implique un taux d'accidents mortels de 11,3 décès pour 100 millions de kilomètres parcourus. Le taux global d'accidents mortels pour les voyages en voiture, selon la NHTSA, était de 1,35 décès pour 100 millions de kilomètres parcourus en 2022.

    « En d'autres termes, le système FSD de Tesla est probablement de l'ordre de dix fois plus dangereux en matière de conduite que les humains ».

    Pour nuancer ses propos, il faut rappeler que la NHTSA n'en est encore qu'aux études préliminaires, donc les chiffres exacts d'accidents impliquant les logiciels de Tesla seront quelque peu différents.

    Toutefois, le même internaute estime que « même si seulement la moitié des décès découverts par la NHTSA étaient dus au FSD, cela le rendrait encore beaucoup plus meurtrier que les humains. En effet, le chiffre réel pourrait être plus élevé, car il n'y a aucun moyen de savoir si Tesla rapporte chaque crash avec précision ».

    Tesla pour sa part n’en démord pas et continue de se vanter de disposer de la meilleure intelligence artificielle pour la résolution d’un des problèmes du monde réel, à savoir, la conduite automobile.

    Sur le terrain par contre, les plaintes se multiplient à l’encontre des véhicules dits autonomes de Tesla et autres Waymo

    « Ces engins s’arrêtent souvent devant nos bases et empêchent nos équipes de se rendre sur le terrain pour des interventions. Ils ont constitué des obstacles de diverses manières pour nos équipes et même pour des ambulances », rapporte le chef des pompiers de San Francisco qui rejoint des observateurs selon lesquels « les robotaxis ne sont pas encore prêts à partager les routes avec les humains. »


    Le tableau relance la question de savoir quand les équipes de recherche atteindront le stade de véhicules entièrement autonomes

    Les start-up de véhicules autonomes ont levé des dizaines de milliards de dollars sur la base des promesses de développer des voitures véritablement autonomes. Néanmoins, les dirigeants et les experts de l'industrie affirment que des superviseurs humains à distance pourraient être nécessaires en permanence pour aider les conducteurs en difficulté sur de nombreuses années encore. Dans une interview sur YouTube, Musk a déclaré que le développement de voitures autonomes était « de loin plus difficile que je ne le pensais au départ ». C’est une sortie qui rejoint celle du PDG de Cruise selon laquelle l’on n’obtiendra pas de véhicules entièrement autonomes même dans des décennies. »

    Tesla, Waymo, Cruise, Honda, etc. ont tous promis que 2020 ne passerait pas sans l’atteinte du stade de véhicule autonome de niveau 5. Le fait est que c’est plus difficile que non l’ont initialement pensé les constructeurs automobiles. Elon Musk résume l’étendue du problème en une phrase : « Pour résoudre le problème de la conduite autonome, il faut en premier résoudre celui de la mise à contribution de l'intelligence artificielle dans le monde réel. »

    Source : Lukasz Krupski

    Et vous ?

    Qu'en pensez-vous ?
    Avez-vous déjà utilisé l’Autopilot ou le FSD dans une Tesla ? Si oui, quelle a été votre expérience ?
    Full Self-Driving étant encore en bêta, devrait-il néanmoins être autorisé sur les routes ? Pourquoi ?
    Que pensez-vous du nom “Full Self-Driving” ? Trouvez-vous qu’il est approprié ou trompeur ?
    Que pensez-vous du calcul de Ryan Cooper ayant conduit à 10 fois plus de morts pour les systèmes de conduite autonome de Tesla que pour une voiture ordinaire ? Êtes-vous d'accord avec sa façon de calculer ? Pourquoi ?

    Voir aussi :


    L'Autopilot d'une Tesla Model 3, impliquée dans un accident, était activé lorsque le véhicule s'est écrasé contre un camion, indique le NTSB
    Une Tesla Model 3 heurte un camion renversé en raison d'une défaillance apparente de l'« Autopilot », le système n'ayant pas pu détecter l'obstacle qui couvrait deux voies d'autoroute
    Elon Musk annonce une augmentation du prix de l'option « conduite entièrement autonome » des voitures de Tesla, la fonctionnalité coûtera 1000 dollars supplémentaires dans quelques mois
    Le nom de système "Autopilot" peut conduire les conducteurs à surestimer les capacités réelles des Tesla, selon une enquête
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  13. #333
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Patrick Ruiz
    Homme Profil pro
    Redacteur web
    Inscrit en
    Février 2017
    Messages
    1 883
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Redacteur web
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : Février 2017
    Messages : 1 883
    Points : 52 354
    Points
    52 354
    Par défaut Les conducteurs de Tesla s’abandonnent à l’Autopilot sans tenir compte des instructions au sein des manuels
    Les conducteurs de Tesla s’abandonnent à l’Autopilot sans tenir compte des instructions au sein des manuels d’utilisation de leurs véhicules
    Ce qui conduit aux multiples désastres sur les routes

    Le dénominateur commun est le même dès qu’on parle d’un véhicule Tesla qu’il soit du modèle S, X, 3 ou Y : le manuel d’utilisation est clair quant à ce que « l’Autopilot est un ensemble de fonctionnalités d’assistance conducteur destinées à rendre la conduite plus sûre et sereine et qui ne sont en aucun cas conçues pour rendre le véhicule entièrement autonome ou pour remplacer le conducteur. Néanmoins, l’approche marketing du constructeur automobile est susceptible d’inciter les conducteurs à ne pas en tenir compte, ce qui conduit aux multiples désastres sur les routes.

    Alexander Samek, membre de la commission de planification de Los Altos a été arrêté pour conduite en état d'ébriété. Il a été intercepté à bord de sa Tesla Model S qui roulait sur la route 101 à Palo Alto. Il s'était endormi au volant de son véhicule Tesla et avait échoué à un test de sobriété très tôt dans la matinée du vendredi dernier à Redwood City. Alexander Samek, âgé de 45 ans, dormait dans le siège du conducteur vers 3 h 30 du matin, selon un rapport de police. Sa Tesla Model S grise roulait à 112 km/h dans une zone limitée à 100 km/h. Rien de ce qu'ils ont fait ne réveillait l'homme - ni les feux de police clignotants ni la sirène assourdissante. Finalement, l’un des officiers a fini par se placer devant le véhicule pour essayer de le ralentir.

    La tendance à dormir au volant de son véhicule Tesla a fait l’objet de rapports sur plusieurs routes de par le monde au point d’être qualifiée par certains « d’épidémie de conducteurs dormant au volant de leurs Tesla. »


    La section « limites et utilisation » des manuels d’utilisation des véhicules Tesla liste pourtant divers avertissements :

    « Lors de l'utilisation du Régulateur de vitesse dynamique, il relève de la responsabilité du conducteur de rester alerte, de conduire prudemment et de rester maître de son véhicule à tout moment. Ne quittez pas la route des yeux lorsque vous conduisez et tenez-vous prêt à intervenir si nécessaire.

    En outre, le conducteur doit toujours rouler à une vitesse raisonnable et maintenir une distance de sécurité en fonction de l'état de la route et des limites de vitesse en vigueur. Tenez compte des limites suivantes lorsque le Régulateur de vitesse dynamique est actif. »

    « La fonction d'Assistance au maintien de cap nécessite de garder les mains sur le volant. Gardez les mains sur le volant à tout moment, soyez attentif à l'état de la route et à la circulation environnante, et soyez toujours prêt à prendre des mesures immédiates. Le non-respect de ces instructions peut entraîner des dommages et des blessures graves, voire mortelles. »

    « Lors du changement de voie à l'aide du Changement de voie auto, il est de la responsabilité du conducteur de déterminer s'il peut changer de voie en toute sécurité et de manière appropriée. Par conséquent, avant d'amorcer un changement de voie, vérifiez toujours les angles morts, les lignes au sol et la route autour de vous pour vous assurer que vous pouvez changer de voie en toute sécurité. »

    « Ne vous fiez jamais totalement à la Navigation Autopilot pour déterminer une voie appropriée au moment de la sortie. Restez alerte et effectuez des contrôles visuels afin de vous assurer que la voie de circulation est sûre et appropriée. »

    « Navigation Autopilot ne permet pas une conduite autonome. Vous devez faire attention à la route, garder les mains sur le volant en permanence et demeurer pleinement conscient de votre itinéraire. »

    L’Autopilot reste donc de l’aide à la conduite pour le moment même si le constructeur fait croire le contraire via sa politique publicitaire

    Jouer à un jeu vidéo au sein d’un véhicule Tesla nécessitait que ce dernier soit en stationnement. La donne a changé avec la diffusion de la mise à jour 2021.12.25.6. La manœuvre ouvrait ainsi la possibilité au conducteur de jouer pendant que la voiture est en mouvement. Résultat : renforcement de la confusion autour du terme Autopilot qui, suite à cette décision, était encore plus susceptible d’amener les conducteurs à penser que le véhicule est entièrement autonome. En effet, la police a porté plainte contre un homme de Caroline du Nord qui regardait un film sur son téléphone lorsque sa voiture équipée du système Autopilot a percuté une voiture de police.


    La possibilité de jouer aux jeux vidéo ou de visionner des contenus vidéo est susceptible de s’interpréter « vous pouvez être distrait au volant car le véhicule Tesla s’occupe de tout. » Or, la distraction au volant est une cause majeure de l'augmentation du nombre de décès sur la route aux États-Unis. Au cours des six premiers mois de l’année 2021, 20 160 personnes sont mortes dans des accidents de la route, selon les estimations du ministère des Transports. Il s'agissait d'une augmentation de 18,4 % par rapport au premier semestre de 2020 et du chiffre le plus élevé depuis 2006. L'inattention du conducteur avait été officiellement citée comme la cause d'environ 10 % des décès sur la route, selon un cadre supérieur de General Motors qui dirige également une fondation dédiée à la lutte contre la distraction au volant.

    Sources : manuels d’utilisation Tesla

    Et vous ?

    Partagez-vous l’avis selon lequel le terme Autopilot est le plus à blamer dans les incidents qui impliquent les véhicules Tesla ?
    Les conducteurs ne partagent-ils pas la responsabilité des incidents impliquant les véhicules Tesla sachant que les manuels d'utilisation sont disponibles pour consultation ?

    Voir aussi :

    Tesla commence enfin à déployer la version bêta 9 du Full Self-Driving après un long retard, elle apporte la surveillance du conducteur et améliore la visualisation de la route

    Tesla admet que le "Full Self-Driving Beta" actuel sera toujours le niveau 2, « Il y a des circonstances et des événements que le système n'est pas capable de reconnaître »

    Tesla annonce aux régulateurs que les voitures entièrement autonomes ne seront peut-être pas disponibles d'ici la fin de l'année, en contradiction avec les indications d'Elon Musk

    Tesla abandonne le radar et s'en remet aux caméras pour le système Autopilot de certaines voitures, les capteurs radar restent pour l'instant sur ses modèles les plus chers
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  14. #334
    Expert confirmé Avatar de AoCannaille
    Inscrit en
    Juin 2009
    Messages
    1 416
    Détails du profil
    Informations forums :
    Inscription : Juin 2009
    Messages : 1 416
    Points : 4 748
    Points
    4 748
    Par défaut
    ça alors, les gens ne lisent pas la documentation? Quelle surprise! Et parmi ceux qui la lisent, peu en tiennent compte ?


    Mais ça doit être une spécificité du monde automobile, je ne constate absolument pas ça au quotidien.

  15. #335
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    599
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 599
    Points : 10 926
    Points
    10 926
    Par défaut Tesla affirme que la plainte de la Californie contre l'Autopilot viole ses droits à la liberté d'expression
    Tesla affirme que l'action en justice de la Californie contre l'Autopilot viole ses droits à la liberté d'expression
    l'entreprise est accusée d'exagérer les capacités du système dans ses publicités

    Tesla conteste les allégations du DMV (Department of Motor Vehicles) californien selon lesquelles les noms Autopilot et Full Self-Driving constituent des appellations trompeuses. Dans un document déposé la semaine dernière auprès du California Office of Administrative Hearings (OAH), Tesla affirme que la Constitution des États-Unis l'autorise à appeler ainsi ses systèmes d'aide à la conduite et que les accusations du DMV californien constituent une atteinte à sa liberté d'expression. Tesla a également ajouté que l'agence avait implicitement approuvé les termes lorsqu'elle n'avait pas pris de mesures lors de ses précédentes enquêtes à leur sujet.

    Elon Musk, PDG de Tesla, a évoqué publiquement l'Autopilot pour la première il y a environ une dizaine d'années. Et bien que l'Autopilot ait fait l'objet de nombreuses améliorations au fil du temps, il demeure un système de conduite autonome de niveau 2 et est entouré de nombreuses controverses. L'une d'elles concerne notamment le nom "Autopilot". Selon certains régulateurs et experts de l'industrie, ce terme induit les consommateurs en erreur en leur faisant croire que le système permet à leurs véhicules de se conduire tout seul. Et pour ne rien arranger au problème, Tesla a décidé de nommer la version avancée de l'Autopilot : Full Self-Driving (FSD).

    En juillet de l'année dernière, le DMV californien a accusé Tesla d'avoir fait de la publicité mensongère pour ses systèmes Autopilot et FSD en affirmant qu'ils permettent de contrôler les véhicules de manière autonome. Selon le DMV, Tesla a trompé ses clients potentiels avec une publicité qui surestimait les capacités de fonctionnement de ses systèmes avancés d'aide à la conduite. Le site Web de Tesla qui fait leur promotion indique que ces systèmes nécessitent une supervision active du conducteur, avec un conducteur pleinement attentif dont les mains sont sur le volant. Et malgré leurs noms, Tesla affirme qu'ils ne rendent pas ses véhicules autonomes.


    Le DMV cherche à obtenir des réparations qui pourraient inclure la suspension de la licence de Tesla pour vendre des véhicules en Californie, le plus grand marché de la société aux États-Unis, et l'obligation pour l'entreprise de dédommager les conducteurs. Selon le DMV, "la clause de non-responsabilité de Tesla contredit les étiquettes et les affirmations fausses ou trompeuses d'origine, ce qui est trompeur et ne remédie pas à l'infraction". Mais Tesla conteste ces allégations. Dans un dossier déposé le 5 décembre auprès de l'OAH, publié par l'État vendredi, Tesla a déclaré que le DMV avait enquêté sur son utilisation de la marque Autopilot en 2014 et en 2017.

    Tesla se défend en utilisant des arguments étranges, notamment en faisant appel à la Constitution américaine. Les avocats de Tesla n'ont pas directement contesté les allégations spécifiques du DMV selon lesquelles Tesla aurait exagéré les capacités ou l'autonomie de l'Autopilot. Au lieu de cela, ils ont déclaré que "l'affaire du DMV devrait être rejetée parce qu'elle est invalide en vertu du premier amendement de la Constitution des États-Unis et de l'article I, section 2, de la Constitution de la Californie". « Ces lois et règlements, tels qu'ils sont appliqués à Tesla dans cette procédure, sont inconstitutionnels », ont fait valoir les avocats du constructeur automobile.

    Les avocats ont poursuivi : « cela restreint de manière inadmissible le discours véridique et non trompeur de Tesla sur ses véhicules et leurs caractéristiques ». Il n'est pas clair si "le discours véridique et non trompeur" fait référence aux capacités de l'Autopilot. Toutefois, outre l'argument du premier amendement, Tesla a également déclaré que le DMV de Californie violait son droit à un procès avec jury, en vertu du 7e amendement de la Constitution des États-Unis et de l'article I, section 16, de la Constitution californienne. Ils couvrent tous deux le droit à un procès avec jury. Selon l'entreprise, l'action en justice devait être portée devant un panel de citoyens.

    « Les actions du DMV violent ce droit parce que l'affaire est portée devant un juge administratif et non devant un panel de citoyens », affirment les avocats de Tesla. La société ajoute en outre que le DMV n'a pas le droit de la poursuivre pour publicité mensongère sur les capacités de l'Autopilot parce qu'il savait parfaitement comment l'entreprise l'avait décrit, mais n'a pas agi avant. « Le demandeur savait que Tesla utilisait les noms de marque Autopilot et Full Self-Driving Capability depuis que Tesla a commencé à utiliser ces noms en 2014 et 2016 respectivement », a déclaré Tesla. L'entreprise suggère en effet que les poursuites du DMV arrivent trop tard.

    « Avant que le demandeur ne dépose l'accusation initiale en juillet 2022, le demandeur n'avait jamais dit à Tesla d'arrêter d'utiliser ces noms de marque ou indiqué à Tesla que ces noms de marque ou sa publicité posaient problème de quelque manière que ce soit », affirme l'entreprise. Tesla estime que le fait que le DMV n'a pas pris des mesures à l'encontre de l'entreprise après les enquêtes de 2014 et de 2017 signifie que le régulateur avait implicitement approuvé les termes Autopilot et Full Self-Driving. Pour l'instant, le DMV californien n'a pas commenté les déclarations des avocats de Tesla et n'a pas répondu aux demandes de commentaires.

    Les arguments des avocats de Tesla ont interloqué de nombreux critiques et certains s'interrogent sur ce que signifie "la liberté d'expression" pour Musk. « Elon pense que la liberté d'expression signifie qu'il peut dire ou faire tout ce qu'il veut et que si quelqu'un le critique ou essaie de réglementer quelque chose, c'est illégal », note un critique. Un autre a écrit : « ce n'est pas nouveau. Dans l'esprit d'Elon, seul lui peut s'exprimer librement. Mais Elon continue de démontrer qu'il n'a absolument aucune idée de ce que signifie "la liberté d'expression". Ses avocats le savent, mais ils sont gracieusement payés pour maquiller les dérives d'un milliardaire mégalomane ».

    Un autrement commentaire indique : « la publicité mensongère est peut-être l'exercice de la liberté d'expression, mais le vol est le vol. Il faut l'inculper pour fraude au lieu de se contenter de reformuler ses conneries. En outre, selon moi, la liberté d'expression est un droit individuel, pas un droit d'entreprise. Elon aimerait dire ce qu'il veut. Toutefois, il n'est pas prêt à faire face aux potentielles conséquences négatives de ses propos. C'est totalement scandaleux et honteux de la part d'un homme qui dit avoir acheté Twitter pour en faire le fief de la liberté d'expression ». Sur la toile, de nombreux internautes critiquent les déclarations des avocats de Tesla.

    Par ailleurs, Tesla a également déclaré dans son document que la Californie avait choisi de supprimer les termes "self-driving", "automated" et "autopilot" de la déclaration de l'État sur la réglementation des technologies de conduite autonome, ce qui signifie qu'il n'est pas interdit d'utiliser ces termes dans une publicité. La déclaration mentionne toutefois que "l'utilisation de termes qui inciteront probablement une personne raisonnablement prudente à croire qu'un véhicule est autonome constitue une publicité selon laquelle le véhicule est autonome aux fins de la présente section", ce qui ne permet pas de savoir si l'argument de Tesla tiendrait la route.

    Tesla demande une audience pour que l'affaire soit rejetée avec préjudice. Entre-temps, plusieurs organismes de réglementation américains ont lancé des enquêtes sur le battage médiatique autour des capacités de l'Autopilot, y compris le département américain de la Justice (DoJ). Le DoJ a assigné Tesla dans cette affaire en octobre, demandant des informations supplémentaires sur les capacités de l'Autopilot. La NHTSA (National Highway Traffic Safety Administration) des États-Unis cherche aussi à savoir si la commercialisation de l'Autopilot a incité les conducteurs à faire trop confiance aux capacités du système, exacerbant ainsi les risques pour la sécurité.

    De même, des clients ont intenté un procès à Tesla après avoir déboursé entre 8 000 et 15 000 dollars pour la fonction avancée FSD qui, de l'avis de plusieurs experts indépendants en matière de voitures sans conducteur, ne peut pas se conduire toute seule. La NHTSA enquête également sur les problèmes de sécurité persistants de l'Autopilot. Certaines de ces enquêtes portent sur des accidents mortels dans lesquels l'Autopilot serait impliqué et sur des incidents dans lesquels des véhicules Tesla sont entrés en collision avec des voitures de police et des ambulances stationnées malgré le fait que les gyrophares de ces véhicules d'urgence étaient allumés.

    Si le DMV californien obtient gain de cause, sa requête juridique indique que la licence de Tesla pourrait être révoquée dans l'État et que l'entreprise pourrait être tenue de dédommager "les personnes ou les institutions qui ont subi des pertes ou des dommages financiers".

    Source : Tesla (PDF)

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Que pensez-vous de la réponse de Tesla à la plainte du DMV californien ? Ses arguments tiennent-ils la route ?
    Tesla a-t-il le droit de nommer ses produits comme il l'entend en vertu de la liberté d'expression ?

    Voir aussi

    La métropole de Toulouse essaie de tourner la page après le fiasco du projet Hyperloop d'Elon Musk : « le train du futur » abandonné après une facture de plusieurs millions d'euros

    Tesla ferait l'objet d'une enquête du procureur général de Californie sur la sécurité de l'Autopilot et la publicité autour du logiciel, plusieurs clients accusent la société de publicité mensongère

    Tesla remporte une affaire judiciaire sur Autopilot liée à un décès tragique, c'est la deuxième grande victoire d'Autopilot devant un jury en Californie cette année

  16. #336
    Membre chevronné Avatar de petitours
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement matériel électronique
    Inscrit en
    Février 2003
    Messages
    1 946
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 44
    Localisation : France, Savoie (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement matériel électronique
    Secteur : Industrie

    Informations forums :
    Inscription : Février 2003
    Messages : 1 946
    Points : 2 057
    Points
    2 057
    Par défaut
    Que Tesla utilise l'argument de la liberté d'expression pour se défendre sur un dossier d'escroquerie dangereuse comme cela est sidérant mais ce n'est pas la première fois qu'ils nous montrent que les gens les intéressent bien peu.
    Il y a 10 sortes de personnes dans le monde : ceux qui comprennent le binaire et les autres

  17. #337
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Anthony
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Novembre 2022
    Messages
    996
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Gironde (Aquitaine)

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2022
    Messages : 996
    Points : 16 468
    Points
    16 468
    Par défaut Tesla rappelle plus de 2 millions de véhicules pour réparer un système de surveillance défectueux d'Autopilot
    Tesla rappelle plus de 2 millions de véhicules pour réparer un système de surveillance défectueux d'Autopilot, la méthode pour s'assurer que les conducteurs restent attentifs peut être "inadéquate"

    Tesla rappelle plus de 2 millions de véhicules sur l'ensemble de sa gamme pour corriger un système défectueux censé s'assurer que les conducteurs sont attentifs lorsqu'ils utilisent le système Autopilot.

    Des documents publiés le mercredi 13 décembre par les régulateurs américains de la sécurité indiquent que l'entreprise enverra une mise à jour logicielle pour résoudre les problèmes.

    Ce rappel intervient après une enquête de deux ans menée par la National Highway Traffic Safety Administration sur une série d'accidents survenus alors que le système de conduite partiellement automatisée Autopilot était utilisé. Certains se sont révélés mortels.

    L'agence indique que son enquête a révélé que la méthode d'Autopilot pour s'assurer que les conducteurs sont attentifs peut être inadéquate et "peut conduire à une mauvaise utilisation prévisible du système."


    Le rappel couvre la quasi-totalité des véhicules vendus par Tesla aux États-Unis et inclut ceux produits entre le 5 octobre 2012 et le 7 décembre de cette année.

    La mise à jour du logiciel comprend des contrôles et des alertes supplémentaires "pour encourager davantage le conducteur à adhérer à sa responsabilité de conduite continue", selon les documents.

    La mise à jour du logiciel a été envoyée à certains véhicules concernés mardi, les autres la recevant à une date ultérieure, selon les documents.

    Autopilot comprend des fonctions appelées Autosteer et Traffic Aware Cruise Control, Autosteer étant destiné à être utilisé sur les autoroutes à accès limité lorsqu'il ne fonctionne pas avec une fonction plus sophistiquée appelée Autosteer on City Streets.

    La mise à jour du logiciel limitera apparemment l'utilisation d'Autosteer.

    "Si le conducteur tente d'activer l'Autosteer alors que les conditions ne sont pas réunies pour le faire, la fonction lui signalera qu'elle n'est pas disponible par des alertes visuelles et sonores, et l'Autosteer ne s'activera pas", indiquent les documents de rappel.

    Les documents de rappel indiquent que les enquêteurs de l'agence ont rencontré Tesla à partir d'octobre pour expliquer les "conclusions provisoires" concernant la réparation du système de surveillance. Tesla n'était pas d'accord avec l'analyse de l'agence, mais a accepté le rappel le 5 décembre dans le but de résoudre l'enquête.

    Depuis des années, les défenseurs de la sécurité automobile réclament une réglementation plus stricte du système de surveillance du conducteur, qui détecte principalement si les mains du conducteur sont sur le volant.

    Autopilot peut diriger, accélérer et freiner automatiquement dans sa voie, mais il s'agit d'un système d'aide à la conduite et ne peut pas se conduire lui-même, malgré son nom. Des tests indépendants ont révélé que le système de surveillance est facile à tromper, à tel point que des conducteurs ont été pris en flagrant délit de conduite en état d'ébriété ou même assis sur le siège arrière.

    Dans son rapport de défaut déposé auprès de l'agence de sécurité, Tesla a déclaré que les contrôles d'Autopilot "pourraient ne pas être suffisants pour empêcher une mauvaise utilisation par le conducteur".

    Un message a été laissé tôt mercredi pour obtenir d'autres commentaires de la part de l'entreprise d'Austin, au Texas.

    Tesla précise sur son site internet que le système Autopilot et le système Full Self Driving, plus sophistiqué, ne peuvent pas conduire de manière autonome et sont destinés à aider les conducteurs qui doivent être prêts à intervenir à tout moment. Le système Full Self Driving est actuellement testé par des propriétaires de Tesla sur des routes publiques.

    Dans un communiqué publié le lundi 11 décembre sur X, anciennement Twitter, Tesla a déclaré que la sécurité est plus forte lorsque le système Autopilot est activé.

    La NHTSA a dépêché des enquêteurs sur 35 accidents de Tesla depuis 2016 dans lesquels l'agence soupçonne que les véhicules fonctionnaient avec un système automatisé. Au moins 17 personnes ont été tuées.

    Les enquêtes font partie d'une enquête plus large menée par la NHTSA sur de multiples cas où des Teslas utilisant l'Autopilot ont percuté des véhicules d'urgence stationnés qui s'occupaient d'autres accidents. La NHTSA est devenue plus agressive dans la poursuite des problèmes de sécurité des Teslas au cours de l'année écoulée, annonçant de multiples rappels et enquêtes, y compris un rappel du logiciel Full Self Driving.

    En mai, le secrétaire aux transports Pete Buttigieg, dont le département comprend la NHTSA, a déclaré que Tesla ne devrait pas appeler le système Autopilot parce qu'il ne peut pas se conduire lui-même.

    Dans sa déclaration de mercredi, la NHTSA a indiqué que l'enquête sur Tesla restait ouverte "alors que nous surveillons l'efficacité des remèdes apportés par Tesla et que nous continuons à travailler avec le constructeur automobile pour garantir le plus haut niveau de sécurité".

    Et vous ?

    Quelle lecture faites-vous de cette situation ?

    Voir aussi

    Tesla affirme que l'action en justice de la Californie contre l'Autopilot viole ses droits à la liberté d'expression, l'entreprise est accusée d'exagérer les capacités du système dans ses publicités

    Les conducteurs de Tesla s'abandonnent à l'Autopilot sans tenir compte des instructions au sein des manuels d'utilisation de leurs véhicules, ce qui conduit aux multiples désastres sur les routes

    Un dénonciateur de Tesla qualifie les voitures équipées d'Autopilot d'expériences sur la voie publique qui menacent la vie des usagers : Le véhicule entièrement autonome va-t-il rester une utopie ?

    Tesla ferait l'objet d'une enquête du procureur général de Californie sur la sécurité de l'Autopilot et la publicité autour du logiciel, plusieurs clients accusent la société de publicité mensongère
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  18. #338
    Modérateur
    Avatar de grunk
    Homme Profil pro
    Lead dév - Architecte
    Inscrit en
    Août 2003
    Messages
    6 691
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 39
    Localisation : France, Côte d'Or (Bourgogne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Lead dév - Architecte
    Secteur : Industrie

    Informations forums :
    Inscription : Août 2003
    Messages : 6 691
    Points : 20 227
    Points
    20 227
    Par défaut
    Rappel c'est un bien grand mot , il vont juste pousser une màj sur les véhicule comme il le font en permanence.
    Pry Framework php5 | N'oubliez pas de consulter les FAQ Java et les cours et tutoriels Java

  19. #339
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 547
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 547
    Points : 199 568
    Points
    199 568
    Par défaut Tesla a blâmé les conducteurs pour les pannes de pièces défectueuses
    Tesla a blâmé les conducteurs pour les pannes de pièces dont elle savait depuis longtemps qu'elles étaient défectueuses,
    l'Autopilot n'est pas la seule source de problème avec le véhicule

    Contrairement aux constructeurs automobiles traditionnels, qui font appel à des concessionnaires indépendants pour vendre et réparer leurs véhicules, Tesla vend directement aux clients et possède et exploite une grande partie de ses centres de service. Cela donne au constructeur automobile une visibilité en temps réel extraordinairement détaillée sur les pannes de pièces, les réparations et les demandes de garantie, que les ingénieurs de Tesla ont méticuleusement suivis et analysés pendant des années, selon les dossiers de l'entreprise.

    Pourtant, la société a nié certains des problèmes de suspension et de direction dans des déclarations aux régulateurs américains et au public – et, selon les dossiers de Tesla, a cherché à transférer une partie des coûts de réparation qui en résultent sur les clients.


    Tesla a imputé les pannes fréquentes de plusieurs pièces aux propriétaires de Tesla, alléguant qu'ils avaient abusé des voitures, selon des entretiens avec d'anciens directeurs de service, des dossiers de l'entreprise et une lettre de Tesla de 2020 adressée à la National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA) des États-Unis. Dans d’autres cas, le constructeur automobile a facturé à ses clients des voitures hors garantie pour remplacer des pièces que les ingénieurs de Tesla qualifiaient en interne de défectueuses ou dont ils savaient qu’elles présentaient des taux de défaillance élevés. Les ingénieurs ont ordonné des refontes répétées de plusieurs pièces et ont discuté de la possibilité de demander un remboursement aux fournisseurs en raison des défauts.

    Au moins 11 conducteurs ont déclaré à Tesla qu'un accident avait été causé par une défaillance de la suspension, de la direction ou de la roue, selon les dossiers de l'entreprise consultés par Reuters. Ces réclamations d'accidents, qui n'ont pas été rapportées auparavant par les médias, ont été enregistrées par le personnel de Tesla entre 2018 et 2021 et confiées à des ingénieurs ou des techniciens pour examen.

    En avril 2021, le propriétaire d'une Model 3 2020 avec moins de 24 140 kilomètres au compteur s'est rendu dans un centre de réparation Tesla à Brooklyn, New York, après un accident. Résumé du technicien : « La roue avant est tombée lors d’une conduite en Autopilot à 96 km/h », faisant référence au système d'assistance à la conduite de Tesla. La voiture accidentée a été vendue, sans la roue avant, en novembre 2021, selon les archives des enchères.

    Le mois suivant, un autre propriétaire d'un Model X 2020 à Madrid a signalé qu'une roue était tombée en conduisant, selon les archives. Aucun des deux conducteurs n’est identifié dans les dossiers, qui ne détaillent pas non plus la manière dont Tesla a réagi.


    Tesla aurait imposé une politique interne visant à éviter de consigner par écrit les plaintes des clients

    Plus tôt cette année, le média allemand Handelsblatt a reçu environ 100 gigaoctets de données provenant d’un lanceur d’alerte de Tesla sous la forme d’au moins 23 000 fichiers comprenant des PDF, des tableurs et des courriels. La fuite comprend des données d’employés et de clients, ainsi que des milliers de plaintes impliquant des Tesla qui accélèrent toutes seules, des rapports d’accidents et des allégations de freinage d’urgence (baptisés « freinage fantôme) causé par des avertissements de collision défectueux.

    Les fichiers contiendraient également un document détaillant la politique de Tesla à l’égard de ses employés, qui leur demandait de communiquer uniquement verbalement avec les clients sur les détails de leurs plaintes, en leur interdisant notamment de mettre les rapports par écrit dans des courriels ou de laisser des détails sur les messageries vocales.

    Les fichiers comprennent également des tableaux contenant plus de 100 000 noms d’anciens et actuels employés, y compris le numéro de sécurité sociale du chef de la direction de Tesla, Elon Musk, ainsi que des adresses e-mail privées, des numéros de téléphone, salaires des employés, coordonnées bancaires des clients et détails secrets de la production. Les plaintes les plus anciennes dont dispose le Handelsblatt datent de 2015, la plus récente de mars 2022. Au cours de cette période, Tesla a livré environ 2,6 millions de véhicules avec le logiciel Autopilot. La plupart des incidents ont eu lieu aux États-Unis, mais il y a aussi des plaintes de l’Europe et de l’Asie dans les documents — y compris de nombreux conducteurs allemands de Tesla. Le journal Handelsblatt a contacté des dizaines de clients de plusieurs pays. Tous ont confirmé les informations des fichiers Tesla. Au cours des discussions, ils ont donné un aperçu de leurs expériences avec le pilote automatique. Certains ont révélé leur communication avec le constructeur automobile américain, d’autres ont montré des vidéos de l’accident des journalistes de Handelsblatt.

    « Ils n’envoyaient jamais d’e-mails, tout était toujours verbal », aurait déclaré à Handelsblatt un médecin californien. Le médecin aurait signalé un incident en 2021 affirmant que sa voiture avait accéléré toute seule et s’était écrasée contre des piliers en béton.

    Dans une partie traduite du reportage de Handelsblatt, les employés de Tesla auraient été informés de marquer les avis et les plaintes comme étant « à usage interne uniquement » et de ne correspondre verbalement qu’avec les clients.

    « Chaque entrée contient également la mention en caractères gras que l’information, si elle doit être transmise, ne peut l’être que ‘VERBALEMENT au client’ », indique la traduction. « Ne copiez pas et ne collez pas le rapport ci-dessous dans un e-mail, un message texte ou ne le laissez pas dans une messagerie vocale au client », est-il mentionné. Les données du véhicule ne doivent pas non plus être divulguées sans autorisation. Si, malgré le conseil, « une implication d’un avocat ne peut être évitée », alors « cela doit être consigné ».

    Le rédacteur en chef de Handelsblatt, Sebastian Matthes, a publié une note accompagnant le reportage expliquant la décision du média de publier le contenu des données divulguées, qui pourrait violer le droit à la vie privée de l’Union européenne, après des mois d’enquête sur les fichiers et d’interviews de clients mécontents.

    Tesla n’a pas répondu aux demandes de commentaires de Handelsblatt ni aux demandes ultérieures d’autres médias. La société dirigée par Elon Musk fait l’objet d’une enquête du National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA) aux États-Unis sur plus d’une douzaine d’accidents impliquant son système d’assistance à la conduite Autopilot.

    Nom : tesla.png
Affichages : 1031
Taille : 418,8 Ko

    Plusieurs plaintes d'utilisateurs

    Steve Wozniak, le cofondateur d’Apple qui a possédé plusieurs modèles de Tesla déclare également avoir fait les frais de ce pilote automatique qui a eu un comportement dangereux à plusieurs reprises. Sur une autoroute par exemple, il rapporte que la voiture a freiné de 120 km/h à 40 km/h sur une autoroute « sans rien autour, pas de voitures, rien du tout ». Heureusement pour lui, il n’y avait pas non plus d’obstacles derrière lui, sinon il aurait pu provoquer un accident. C’est pourquoi il s’est montré très amer au mois de mai dernier lorsqu’il a été interrogé sur l’intelligence artificielle qui soutient ce système de conduite autonome des véhicules Tesla. Steve Wozniak n’y est pas allé de main morte et a vertement fustigé la conduite autonome mise en avant par l’entreprise d’Elon Musk. Selon le cofondateur d’Apple, l’IA des véhicules Tesla essayera de vous tuer dès qu’elle en a l’occasion.

    Jeremy Banner, un conducteur d’un véhicule Tesla modèle 3 n’a pas eu la même chance que Wozniak et a heurté un camion-tracteur en combinaison avec une semi-remorque sur l’autoroute 441 à Delray Beach, Palm Beach County, en Floride au mois de au mars 2019. Selon le rapport d’enquête du NTSB, Jeremy Banner, qui est décédé environ un an plus tard à Delray Beach, avait activé la fonction Autopilot de sa berline Model 3 10 secondes avant l’accident, puis a retiré ses mains du volant. La voiture est alors passée sous la semi-remorque qui traversait devant lui, faisant une embardée sur le toit de la voiture et tuant Banner. Cet accident était étrangement similaire à un autre survenu en Floride en 2016 dans lequel un véhicule Tesla sur pilote automatique est passé sous une semi-remorque. Dans un rapport préliminaire, le NTSB a toutefois précisé que les causes de l’accident mortel de Banner n’ont pas encore été élucidées.

    Malgré ces rapports et les plaintes des utilisateurs concernant la conduite entièrement autonome (abrégé FSD en anglais) des véhicules Tesla, l’entreprise n’a pas manqué de mettre ce système à la disposition du public en version bêta depuis le mois de novembre dernier. Il faut souligner qu’une fois activé, ce système active toutes les fonctionnalités fournies avec les fonctionnalités de pilote automatique et de pilote automatique amélioré de Tesla, y compris les changements de voie automatiques, l’autoguidage, le stationnement automatique, etc. Pour éviter des pertes en vies humaines ainsi que des dégâts matériels, la National Highway Traffic Safety Administration a commencé à mener des investigations dans le logiciel FSD de Tesla en janvier après que le PDG de Tesla, Elon Musk, a tweeté que la société donnerait aux utilisateurs la possibilité de désactiver le volant de direction. Environ un mois plus tard, l’agence a considéré que cette possibilité de désactiver le volant de direction constituait un risque de collision, ce qui a conduit au rappel de 362 758 voitures équipées de FSD et mis un coup d’arrêt au déploiement du FSD dans les véhicules.

    Conclusion

    « Nous fabriquons les meilleures voitures », a déclaré Elon Musk à propos de Tesla lors d'un événement du New York Times le mois dernier. « Que vous me détestiez, m'aimiez ou que vous soyez indifférent, la question est : "voulez-vous la meilleure voiture ou ne voulez-vous pas la meilleure voiture ?" »

    La manière dont Tesla a traité les plaintes concernant les suspensions et les systèmes de direction reflète une tendance au sein de l’empire corporatif de Musk à rejeter les préoccupations concernant la sécurité ou d’autres préjudices soulevées par les clients, les travailleurs et d’autres personnes alors qu’il se précipite pour déployer de nouveaux produits ou augmenter ses ventes, a constaté Reuters.

    Source : Reuters

    Et vous ?

    Que pensez-vous de la responsabilité de Tesla dans les accidents l’Autopilot ?
    Croyez-vous que Tesla a trompé les consommateurs sur les capacités et les limites de l’Autopilot ?
    Pensez-vous que l’Autopilot devrait être interdit ou restreint jusqu’à ce qu’il soit prouvé qu’il est fiable et sûr ?
    Quelles mesures de sécurité supplémentaires devraient être mises en place pour empêcher les abus du système ?
    Quels sont les avantages et les inconvénients de la conduite assistée par rapport à la conduite humaine ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  20. #340
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    599
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 599
    Points : 10 926
    Points
    10 926
    Par défaut La solution proposée par Tesla pour s'assurer que les conducteurs restent attentifs est "insuffisante"
    La solution proposée par Tesla pour s'assurer que les conducteurs restent attentifs lorsque l'Autopilot est enclenché est "insuffisante"
    selon Consumer Report

    Tesla n'en finit pas avec les problèmes de l'Autopilot. Le constructeur automobile avait été contraint au début du moins de rappeler plus de 2 millions de véhicules, car le système censé surveiller l'attention des conducteurs au volant lorsque l'Autopilot est enclenché était défectueux. Cependant, Consumer Reports indique que ses tests préliminaires révèlent que "la solution de Tesla est insuffisante" et que les conducteurs peuvent neutraliser le système et utiliser l'Autopilot de manière abusive, ce qui constitue un risque de sécurité. Les tests de Consumer Reports ne sont pas exhaustifs, mais montrent que des questions restent sans réponses après la mise à jour de Tesla.

    Plus tôt ce mois-ci, Tesla a publié une mise à jour logicielle de son système d'aide à la conduite active (ADAS) Autopilot pour plus de deux millions de véhicules concernés après qu'une enquête fédérale sur la sécurité a déterminé qu'il était trop facile pour les conducteurs d'utiliser la fonction de façon abusive. Le rappel intervient plus de deux ans après que la NHTSA (National Highway Traffic Safety Administration) des États-Unis a ouvert une enquête sur l'Autopilot de Tesla, à la suite de onze accidents dans lesquels il a été déterminé que les conducteurs de Tesla avaient activé Autopilot avant d'entrer en collision avec des véhicules de premiers secours à l'arrêt.

    L'enquête a révélé que Tesla ne fait pas assez pour empêcher les conducteurs d'utiliser l'Autopilot dans des situations où ils ne contrôlent pas le véhicule, ou lorsque le système n'est pas conçu pour être utilisé. L'agence indique que son enquête a révélé que la méthode d'Autopilot pour s'assurer que les conducteurs sont attentifs peut être inadéquate et peut conduire à une mauvaise utilisation prévisible du système. Selon la NHTSA, le constructeur n'a pas souscrit à l'analyse de l'agence, mais a accepté d'administrer volontairement un rappel et de fournir une mise à jour logicielle dans l'intérêt de la résolution de l'enquête. Ce qui explique le rappel de Tesla.


    Le rappel concerne spécifiquement l'Autosteer d'Autopilot, qui est une fonction d'assistance au centrage dans la voie (LCA) qui maintient un véhicule entre les lignes de voie peintes. La version 2023.44.30 du logiciel est déjà en cours de déploiement sur les véhicules concernés. Dans les documents fournis à la NHTSA, le constructeur indique que le nouveau logiciel augmentera la proéminence des alertes visuelles, simplifiera l'activation et la désactivation d'Autosteer et mettra en œuvre de nouvelles vérifications concernant l'utilisation du logiciel en dehors des autoroutes à accès contrôlé et à l'approche des feux de circulation et des panneaux d'arrêt.

    Le rappel couvre la quasi-totalité des véhicules vendus par Tesla aux États-Unis et inclut ceux produits entre le 5 octobre 2012 et le 7 décembre de cette année. Cette mise à jour logicielle augmente la taille du texte sur les alertes visuelles (pour les Model Y et 3 uniquement), ajoute un paramètre permettant d'activer Autopilot en tapant une seule fois sur la manette au lieu de deux sur les véhicules équipés d'une manette au volant, et crée une pénalité de cinq coups qui désactive Autopilot pour les conducteurs qui ignorent à plusieurs reprises les avertissements d'actionner la direction ou de regarder la route. Mais Consumer Reports juge cela insuffisant.

    Kelly Funkhouser, directrice associée de la technologie des véhicules au Centre d'essais automobiles de Consumer Reports, a déclaré : « bien que nous saluions certains des changements apportés par Tesla dans le cadre de la dernière mise à jour logicielle, notamment un texte d'avertissement plus facile à lire, le nouveau logiciel ne va pas assez loin pour empêcher une mauvaise utilisation ou s'attaquer aux causes profondes de l'inattention du conducteur ». Les experts de Consumer Reports estiment que la correction est insuffisante, expliquant qu'il est encore trop facile pour les conducteurs de contourner la surveillance de Tesla afin d'utiliser l'Autopilot.

    Tesla indique aux conducteurs qu'ils doivent être attentifs à la route et garder les mains sur le volant lorsqu'ils utilisent la fonction Autosteer, et surveille cette situation grâce à un capteur de couple situé dans le volant et sur les voitures les plus récentes, grâce à la caméra installée dans l'habitacle. Toutefois, la NHTSA a déclaré dans des documents publiés la semaine dernière qu'elle considérait ces contrôles comme "insuffisants" pour empêcher toute utilisation abusive. De nombreux rapports ont révélé que les conducteurs de Tesla ont tendance à s'abandonner à l'Autopilot et surveillent peu la route. Une situation qui est à l'origine de nombreux accidents.

    Consumer Reports a découvert que les conducteurs peuvent échapper aux contrôles de Tesla en couvrant la caméra de l'habitacle lors de l'utilisation d'Autopilot. Selon Consumer Reports, cela leur permet de continuer à faire une mauvaise utilisation de l'Autopilot. De plus, Funkhouser rapporte n'avoir remarqué aucune différence lors de l'activation ou de l'utilisation de la fonction Autosteer, en dehors des autoroutes à accès contrôlé où, selon Tesla, le logiciel est conçu pour être utilisé. Ainsi, les conclusions de Consumer Reports suggèrent que Tesla a encore du progrès à faire en matière de surveillance des conducteurs : la technologie au cœur du rappel.

    L'association, qui évalue depuis longtemps de manière critique à la fois la technologie et les véhicules de Tesla, prévoit d'effectuer des tests plus approfondis dans les semaines à venir. Funkhouser explique que Consumer Reports n'a pas encore évalué les autres changements. Tesla a également ajouté une fonction de suspension qui désactivera l'Autopilot pendant une semaine si une "utilisation inappropriée" est détectée, ce que Funkhouser a déclaré ne pas avoir rencontré au cours de deux trajets d'une durée de 24 à 32 km chacun. Par le passé, Consumer Reports avait déjà affirmé que l'Autopilot était moins sûr par rapport aux systèmes concurrents.

    Tesla ne limite pas l'utilisation d'Autosteer aux autoroutes à accès contrôlé. Les conducteurs peuvent activer l'Autosteer sur d'autres routes, à condition que certaines conditions de base soient remplies (comme la visibilité des lignes de démarcation). Certains propriétaires craignaient que Tesla limite Autosteer aux autoroutes à accès contrôlé, à l'instar de ce que font Ford et General Motors avec leurs systèmes Blue Cruise et Super Cruise. Lorsque la mise à jour a commencé à être diffusée au cours du week-end, certains ont même partagé des idées sur des forums en ligne sur la façon de l'éviter en déconnectant les radios cellulaires ou Wi-Fi de Tesla.

    Source : Consumer Reports

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Que pensez-vous des problèmes rencontrés par l'Autopilot de Tesla ?

    Voir aussi

    Tesla rappelle plus de 2 millions de véhicules pour réparer un système de surveillance défectueux d'Autopilot, soit quasiment tous les véhicules vendus au USA, encore un désastre pour Elon Musk

    Tesla a blâmé les conducteurs pour les pannes de pièces dont elle savait depuis longtemps qu'elles étaient défectueuses, l'Autopilot n'est pas la seule source de problèmes avec ses véhicules

    Tesla rappelle plus de 360 000 véhicules et affirme que la version bêta du Full Self-Driving peut provoquer des accidents, le logiciel de Tesla agit parfois de manière dangereuse aux intersections

Discussions similaires

  1. Réponses: 0
    Dernier message: 15/04/2021, 09h36
  2. Hewlett Packard Enterprise remporte un contrat de plus de 160 millions de dollars pour un supercalulateur
    Par Sandra Coret dans le forum Programmation parallèle, calcul scientifique et de haute performance (HPC)
    Réponses: 0
    Dernier message: 22/10/2020, 09h10
  3. Réponses: 9
    Dernier message: 26/09/2013, 21h34
  4. Plus d'un million d'utilisateurs pour Microsoft Dynamics CRM
    Par Marc Lussac dans le forum Microsoft Dynamics CRM
    Réponses: 1
    Dernier message: 21/09/2009, 14h14
  5. Plus d'un million d'utilisateurs pour Microsoft Dynamics CRM
    Par Marc Lussac dans le forum Actualités
    Réponses: 0
    Dernier message: 14/07/2009, 03h31

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo