Google condamné à payer une amende de plus de 30 millions d'euros pour avoir abusé de sa position dominante
et favorisé son service de comparaison de prix pour l'hébergement en Turquie

Le Conseil turc de la concurrence a condamné Google à une amende de plus de 296 millions de livres (30,68 millions d’euros) pour avoir abusé de sa position dominante dans les services de moteur de recherche, a annoncé mercredi le régulateur. Dans un communiqué, il a déclaré que Google avait favorisé sa propre comparaison de prix pour l'hébergement et ses services de recherche par rapport à ceux de ses concurrents.

Google doit s'assurer dans un délai de six mois que les concurrents ne sont pas désavantagés et faire rapport au conseil chaque année pendant cinq ans sur la question, a ajouté le régulateur.

Google a répondu que ses services de recherche étaient conçus pour répondre efficacement à la demande d'informations des consommateurs et que l'offre de plus d'options de voyage et d'hébergement avait en fait stimulé la concurrence. « Nous évaluerons la décision (du conseil d'administration) et continuerons à travailler avec l'Autorité de la concurrence en maintenant notre approche constructive habituelle », a déclaré la société dans un communiqué.

L’autorité turque de la concurrence a infligé une amende à Google pour avoir abusé de sa position sur le marché sur diverses questions. L'année dernière, il a infligé à la société une amende de près de 200 millions de livres (20,73 millions d’euros) pour accès abusif à l'espace publicitaire.

Nom : google.png
Affichages : 758
Taille : 386,2 Ko

Des actions antitrust contre Google lancées un peu partout dans le monde cette année

La Commission européenne ouvre une procédure d'examen contre Google relative à ses pratiques de collecte de données et de publicité

En janvier, l’Union européenne a confirmé l’envoi de questionnaires aux acteurs du secteur dans le cadre de son enquête sur les pratiques de collecte de données et de publicité de Google. Cette décision intervient « dans le contexte de l’enquête de la Commission sur la manière dont Google collecte et utilise les données », selon un communiqué envoyé par courrier électronique de la Commission européenne. « Cette enquête couvre tous les services de Google, y compris la publicité numérique et la chaîne de technologie publicitaire. »

Les gendarmes de la concurrence, dans plusieurs pays, ont intensifié leur examen de la manière dont les grandes entreprises technologiques collectent et utilisent les informations des personnes et des entreprises utilisant leurs services. L'UE examine les pratiques de Google en matière de données depuis 2019 et examine également comment Amazon.com Inc. utilise les données de vente de ses concurrents. L’utilisation potentielle par Google des données issues de l’acquisition du traceur de santé Fitbit a été examinée par l’UE avant d’autoriser le rachat avec conditions le mois dernier.

Margrethe Vestager, vice-présidente exécutive chargée de la politique de concurrence, s'est exprimée en ces termes: «Nous sommes en mesure d'autoriser l'acquisition envisagée de Fitbit par Google, car les engagements garantiront que le marché des appareils de technologie portable et l'espace naissant des services de santé numériques resteront ouverts et concurrentiels. Ces engagements détermineront la manière dont Google peut utiliser les données récoltées à des fins publicitaires, dont l'interopérabilité entre les appareils de technologie portable concurrents et Android sera préservée et dont les utilisateurs pourront continuer à partager leurs données relatives à la santé et à la forme physique s'ils en font le choix.»

Google revient dans le collimateur de l'UE cette fois-ci au sujet de sa technologie publicitaire.

Google a déclaré qu'il coopérait avec la Commission, dont le questionnaire de 13 pages envoyé aux annonceurs demandait l'impact de l'utilisation du paramètre par défaut « Inclure le Réseau Display de Google » introduit en 2018 pour les campagnes de recherche sur Google Ads.

« Nous sommes en concurrence avec de nombreux autres acteurs du secteur et donnons aux gens des contrôles précis sur la façon dont leurs informations sont utilisées pour personnaliser les annonces et limiter le partage de données personnelles afin de protéger la vie privée des gens », a déclaré une porte-parole de Google.

Nom : code.png
Affichages : 700
Taille : 125,7 Ko

L'Australie adopte une nouvelle loi sur les médias qui obligera Google et Facebook à payer pour les actualités

Fin février , le Parlement australien a adopté une version finale de la législation visant à forcer Google et Facebook à payer pour créer des liens vers des articles de presse. L'adoption du code de négociation des médias d'information marque la fin d'une négociation controversée de plusieurs mois entre le gouvernement australien et les deux géants de la technologie, qui sont mentionnés dans le code.

Google et Facebook soutiennent depuis longtemps qu'ils ne devraient pas avoir à payer un sou pour créer des liens vers des articles de presse, car les liens envoient un trafic précieux vers les sites d'informations. Au cours de la dernière décennie, Google a réussi à repousser les efforts visant à saper le principe des liens gratuits.

Mais au cours des deux dernières années, l'Australie et l'Europe sont devenues plus déterminées à forcer les géants américains de la technologie à soutenir financièrement leurs industries d'information nationales.

La version initiale de la loi australienne était encore plus agressive. Elle allait non seulement obliger les géants de la technologie à négocier avec les sites d'information, mais elle a proposé un processus d'arbitrage où chaque partie (un éditeur australien et un géant de la technologie, respectivement) présenterait une proposition, puis un arbitre indépendant déciderait quelle proposition était plus « raisonnable ». Cela a été largement considéré comme augmentant le pouvoir de négociation des sites d'information.

En janvier, Google a menacé de fermer son moteur de recherche australien si la loi entrait en vigueur. Mi-février, Facebook est allé encore plus loin en empêchant les utilisateurs de partager des articles de presse australiens. Microsoft a saisi l'opportunité de saper ses rivaux, approuvant fortement l'approche australienne et soutenant le concept de paiement pour le contenu d'actualités. Dans un billet de blog, Brad Smith, responsable des affaires juridiques de Microsoft, a déclaré qu'il estimait que la règle australienne « méritait une considération sérieuse, y compris aux États-Unis » :

« Au début du XXIe siècle, Internet a érodé le secteur de l'information, car des dotcoms comme Craigslist ont perturbé les revenus publicitaires, les agrégateurs d'actualités ont attiré les lecteurs et les moteurs de recherche et les géants des médias sociaux ont dévoré les deux. De nombreux autres facteurs sont à l'œuvre et il existe un besoin urgent d'innovation dans le secteur de l'information. Mais une chose est claire : Internet et les médias sociaux n'ont pas été gentils avec la presse libre.

« Alors que quelques-uns des plus gros journaux ont résisté à la tempête, la plupart des médias ont été durement touchés. Depuis 2000, les revenus des salles de rédaction aux États-Unis ont chuté de 70 % et l'emploi a été réduit de moitié. Plus de 2000 journaux ont été entièrement fermés. Dans de nombreux endroits, les nouvelles locales ont été décimées. Les déserts d'actualités (des communautés sans journal local du tout) se sont répandus à travers le pays, avec des effets terribles. Comme un citoyen l'a dit avec émotion à propos de sa ville de Floride qui n'avait plus de journal : "Après des années sans voix locale forte, notre communauté ne se connaît pas".

« La démocratie a toujours commencé au niveau local. Aujourd'hui, beaucoup trop de communautés locales doivent entretenir la démocratie sans quatrième pouvoir ».

Après plusieurs jours d'intenses négociations, Facebook et l'Australie ont conclu un accord qui leur a permis de sauver la face. Facebook a accepté de réactiver le partage d'articles de presse. En échange, le gouvernement australien a autorisé Facebook à se retirer du processus d'arbitrage forcé s'il pouvait convaincre le gouvernement qu'il avait déjà « apporté une contribution significative à la durabilité de l'industrie australienne de l'information en concluant des accords commerciaux avec les entreprises de médias d'information ». Google et Facebook ont tous deux conclu des accords avec des sociétés de médias australiennes dans le but de montrer que des mesures plus coercitives n'étaient pas nécessaires.

La loi révisée donne aux entreprises technologiques un délai plus long pour conclure des accords volontaires avant d'être contraintes à un processus d'arbitrage.

Bien que ces changements aient été des gains tactiques pour Facebook et Google par rapport à la proposition originale sévère de l'Australie, il est clair que les géants de la technologie ont abandonné leur position antérieure selon laquelle ils ne devraient pas avoir à payer du tout. À ce stade, il semble y avoir peu de chances que Google soit en mesure de résister à des propositions similaires dans les États membres de l'UE, bien qu'ils puissent obtenir des accords édulcorés sur les bords.

Source : Conseil turc de la concurrence

Voir aussi :

Vivaldi, Brave, DuckDuckGo et l'EFF se rebiffent contre FLoC, le nouveau projet de tracking publicitaire de Google
Google a manipulé son système d'enchères publicitaires pour favoriser ses propres annonces, ce qui lui aurait rapporté 213 millions de dollars
Le W3C rejette la proposition de Google de traiter plusieurs domaines comme appartenant à la même organisation déclarant que cela est nuisible à l'architecture d'origine du Web