Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #121
    Membre expérimenté
    Citation Envoyé par 23JFK Voir le message
    @Astraya
    Tiens !? Du mondial vous vous êtes restreint aux USA... Je connais des gens aux USA qui avaient des Apple (par patriotisme économique et parce que c'était hype) mais : Ils en sont revenus ; en clair, ils avaient l'impression d'être au pays de cocos (communistes). Vu que la tendance globale concernant les iPhones, aux USA, est à la baisse, je présume que ce sentiment doit être de plus en plus répandu (même là-bas le patriotisme éco a ses limites). Quant à la théorie des gens fortunés qui achètent des iPhones, elle ne tient pas vraiment, l'on s’achetait un iPhone comme faire valoir social, le client paie parce qu'il n'a pas le choix et les dev font des applis payantes sur iPhone parce qu'ils n'ont pas le choix (du matériel à la licence dev en passant par les incitations d'Apple à rendre les Apps payantes, développer sur Apple pour rien semble déraisonnable) de là à dire que les dev se rémunèrent mieux avec les clients Apple en incluant des commissions Apple incontournables on peut en douter.


    Concernant le move d'Apple, l'on peut espérer que des clients se regroupent pour déposer une class-actions contre cette mesure qui pénalise gratuitement des clients qui n'y sont pour rien. Il n'est même pas certain que ce soit légal du point de vue des propres CGU d'Apple.
    Les USA sont un exemple... ou iOS est plus présent que Android...
    Et quoi que tu puisses dire, iOS rapporte plus que Androïd sur les marchés.
    Que les gens au le choix ou pas, iOS rapporte plus et c'est infiné tout ce qui compte.
    Homer J. Simpson


  2. #122
    Membre chevronné
    @Astraya
    J'ai pas regardé mais il me semble que la tendance du rendement est à la baisse chez Apple tandis que sur Android le volume tend à compenser un rendement plus faible de plus, Google est peut-être plus généreux au niveau de la régis publicitaire en plus de laisser ouverte plusieurs alternatives d'installation et de paiement.

  3. #123
    Chroniqueur Actualités

    « Sign in with Apple va continuer à fonctionner malgré tout », annonce Epic Games
    « Sign in with Apple va continuer à fonctionner malgré tout », annonce Epic Games
    Qui recommande néanmoins aux gamers de se préparer à la désactivation du système de connexion

    Epic Games a fait une mise à jour sur la situation du service « Sing in with Apple » qui permet la connexion des gamers à leurs comptes. L’éditeur annonce que le système de connexion va continuer de fonctionner. Apple lui accorde une « extension indéfinie. » Après avoir supprimé le compte développeur Epic Games et donc empêché les utilisateurs sur iOS et macOS de télécharger des jeux Epic Games ainsi que de recevoir des mises à jour, Apple en avait annoncé la désactivation. C’est donc un revirement, mais Epic Games joue la carte de la prudence.


    Epic continue de recommander aux gamers de préparer leurs comptes à une éventuelle suppression du service de connexion proposé par Apple. L’éditeur poursuit avec la promotion de son site explicatif destiné à montrer aux utilisateurs comment modifier leurs identifiants de connexion. « Pour maintenir l'accès à votre compte, vous devez mettre à jour votre adresse e-mail avec Epic Games », explique l’éditeur qui ajoute que pour atteindre cet objectif il faut : se connecter à la page des paramètres généraux d'Epic Games avec son identifiant Apple et mettre à jour son adresse électronique pour qu'elle corresponde à la véritable adresse électronique du possesseur du compte. « L'adresse électronique que vous voyez actuellement sur votre compte peut apparaître sous la forme xxx@privaterelay.appleid.com. Ne vous inquiétez pas lorsqu'on vous demande d'entrer un code de sécurité envoyé à cet e-mail avant de le modifier - il suffit de vérifier votre boîte de réception réelle et vous y trouverez le code de sécurité », ajoute Epic Games.


    L’étape suivante consiste en la mise à jour du mot de passe du compte. L’éditeur précise à ce sujet que ceux qui faisaient usage de « Sign in with Apple » vont devoir définir un mot de passe pour leur compte Epic Games. La procédure est disponible sur la page dédiée.

    Fortnite, qui est disponible sur de nombreuses plateformes, est très populaire sur iOS. Dans une récente déposition légale, Epic a déclaré qu'il a 116 millions d'utilisateurs enregistrés sur iOS, ce qui représente près d'un tiers des 350 millions d'utilisateurs enregistrés de Fortnite. Ainsi, dans le cas une fraction seulement de ces utilisateurs ne changent pas leurs identifiants de connexion à temps, il y a un risque que de nombreuses personnes perdent l'accès à leurs comptes.

    Apple a interdit Fortnite sur l'App Store le 13 août dernier lorsque Epic a introduit un système de paiement in-app qui violait les règles du constructeur de la marque à la pomme. Depuis lors, les deux sociétés se livrent une bataille juridique sur l'avenir de Fortnite dans le magasin ainsi que sur la position d'Epic aux côtés d'Apple en tant que développeur. Le 25 août, Epic a obtenu une ordonnance de restriction temporaire qui empêche Apple de supprimer le compte de développeur d'Epic utilisé en conjonction avec son moteur Unreal, mais Apple a mis sa menace à exécution.

    À date, Fortnite est divisé en deux jeux différents en raison de cette bataille légale*: la saison 4 du chapitre 2 sur Android, Xbox, PC et la précédente sur iPhone, iPad et Mac. Les gamers sur iPhone, iPad et Mac sont sevrés de la nouvelle mouture.

    Sources : Epic Games

    Et vous ?

    Qu’en pensez-vous ?

    Voir aussi :

    Face au Congrès américain, Jeff Bezos déclare qu'il ne peut pas garantir que les employés d'Amazon n'ont pas accès aux données des vendeurs tiers pour favoriser les produits de son entreprise
    Fortnite aurait fait exploser les bénéfices d'Epic Game en 2018 jusqu'à 3*milliards de dollars grâce notamment à la vente de contenus additionnels
    Après un bras de fer qui aura duré près de deux ans, Epic abandonne le combat et publie Fortnite sur PlayStore, regrettant que Google rende extrêmement mince la possibilité d'éviter le Play Store
    Google assure que Fortnite ne bénéficiera d'aucun traitement de faveur sur le Play Store s'il veut revenir et que sa taxe de 30 % est valable pour tous, Epic dénonce un abus de position dominante
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  4. #124
    Membre chevronné
    Sérieusement, va falloir qu'Apple revoit son recrutement pour le département juridique ; c'était tellement évident qu'ils allaient poser le pied sur une Claymore juridique. Même un nigaud comme moi l'avait vu venir.

  5. #125
    Chroniqueur Actualités

    Apple affirme que Fortnite était en perte de vitesse sur iOS, l'intérêt de Fortnite ayant diminué de 70 %
    Apple affirme que Fortnite était en perte de vitesse sur iOS, l'intérêt de Fortnite ayant diminué de 70 % sur un an.
    Cette bataille juridique serait plutôt un coup médiatique

    Apple a répondu aux demandes d'Epic visant à ce que le fabricant d'iPhone rétablisse Fortnite sur l'App Store dans de nouveaux dépôts juridiques, affirmant que les blessures de l'entreprise sont « entièrement auto-infligées » et que Fortnite peut revenir sur iOS à tout moment, à condition qu’Epic supprime le système de paiement intégré à l'application qui a déclenché la suppression du jeu en premier lieu.

    Apple n’utilise pas de nouveaux arguments. Depuis que l’éditeur a supprimé Fortnite de l'App Store en août, le fabricant d'iPhone a clairement indiqué qu'il serait heureux de revenir au statu quo. Mais ces dépôts offrent plus de détails sur les arguments juridiques sur lesquels Apple s'appuiera dans sa réponse à la demande d'Epic d'une injonction préliminaire et de la restauration de Fortnite aux utilisateurs d'iOS. Une audience complète du tribunal pour trancher cette question est prévue pour le 28 septembre.

    Tout au long du dépôt, Apple réitère son argument principal : que la société fournit un service précieux en maintenant l'App Store, et qu'en contournant les règles de l’App Store, Epic a rompu son contrat avec Apple et l'entreprise est libre de lui refuser l’accès à ses services. Mais Apple ajoute également de nouveaux détails. Apple suggère, par exemple, qu'Epic a entamé cette bataille juridique en partie pour attirer l'attention sur une franchise en déclin.

    « Pour des raisons n'ayant rien à voir avec les allégations d'Epic contre Apple, la popularité de Fortnite est en déclin. En juillet 2020, l'intérêt pour Fortnite avait diminué de près de 70 % par rapport à octobre 2019. Ce procès (et les gros titres qu'il a générés) semble faire partie d'une campagne de marketing conçue pour redynamiser l'intérêt pour Fortnite. »

    Ailleurs, Apple note qu'iOS ne représente pas une grande partie des revenus de Fortnite. Il cite des révélations d'Epic selon lesquelles seulement 10% des consommateurs de Fortnite jouent régulièrement sur l'iPhone, et affirme qu'Epic a déclaré qu'Apple était le « plus petit morceau du gâteau» en matière de revenus. Encore une fois, cela implique qu'Epic ne subit pas de « préjudice irréparable » (comme la société l'a affirmé dans ses propres documents), mais fait tout un plat pour d'autres raisons personnelles.

    Parallèlement à cet argument, Apple maintient que l'affirmation d'Epic selon laquelle il a subi un « préjudice à la réputation » en raison de la suppression de Fortnite de l'App Store est également trompeuse. Le fabricant d'iPhone affirme que le « Blitzkrieg média préplanifié » d'Epic montre qu'il s'agit en fait d'une attention accueillante créée par cette affaire (le Blitzkrieg - « guerre éclair » - est une tactique à visée opérationnelle militaire offensive visant à emporter une victoire décisive par l'engagement localisé et limité dans le temps d'un puissant ensemble de forces motorisées, terrestres et aériennes dans l'optique de frapper en profondeur la capacité militaire, économique ou politique) :

    « Si Epic craignait vraiment de subir une atteinte à sa réputation en raison de ce différend, elle ne s'engagerait pas dans ces efforts élaborés pour en faire la publicité. De toutes les apparences (y compris la campagne #freefortnite), Epic pense que sa conduite ici engendrera de la bonne volonté, renforcera sa réputation et conduira les utilisateurs à Fortnite, et non l'inverse. Ce n’est pas un mal. »


    Les arguments d'Apple pour justifier que la Cour ne devrait pas accéder à la demande d'Epic de l'obliger à restaurer Fortnite sur l'App Store

    L’éditeur fait valoir que :

    « Depuis que Fortnite a fait ses débuts sur l'iPhone en 2018, Apple a fourni à Epic une gamme exceptionnelle d'avantages. Apple a concédé une licence à Epic pour sa suite complète d'outils de développement, qu'Epic a utilisée pour effectuer plus de 200 modifications revues par Apple; à la demande d'Epic, Apple a proposé plus de 140 mises à jour uniques aux utilisateurs finaux et a apporté des modifications systémiques pour améliorer le jeu dans Fortnite. Apple a fourni un énorme soutien marketing en faisant la promotion de Fortnite dans l'App Store, en présentant Fortnite lors d'événements principaux, en envoyant plus de 500 millions de communications marketing sur Fortnite aux utilisateurs finaux et en plaçant même des panneaux d'affichage Fortnite à Times Square aux frais d'Apple. Peut-être plus important encore, Apple a donné à Epic l'accès à son milliard de clients iPhone et a facilité les transactions avec eux à l'aide de l'App Store sûr et sécurisé. Plus de 130 millions de personnes ont téléchargé Fortnite sur l'iPhone, rapportant à Epic plus de 550 millions de dollars grâce à iOS uniquement. Pour tout cela, Epic a payé à Apple seulement 99 $ par an pour une licence de développeur, plus une commission de 30 % sur les achats numériques par les utilisateurs finaux.

    « Epic veut maintenant jouer selon des règles différentes - il veut continuer à profiter de ces avantages étendus et coûteux de l'écosystème d'Apple, y compris un accès continu aux clients iPhone d'Apple - gratuitement. Pour éviter de payer Apple, Epic a introduit en contrebande dans Fortnite un ‘correctif’ qui contournait la fonctionnalité de paiement de l'App Store, en violation délibérée de ses promesses contractuelles qui interdisent de tromper le système. Simultanément, le PDG d'Epic, Tim Sweeney, a déclaré la guerre à Apple ‘sur une multitude de fronts: créatif, technique, commercial et juridique’. Apple a raisonnablement répondu en exerçant son droit absolu de supprimer Fortnite de l'App Store et en mettant fin aux privilèges de développeur d'Epic et de ses affiliés, à moins et jusqu'à ce qu'Epic revienne en conformité avec les politiques d'Apple. Epic refuse de le faire et demande à la place à la Cour de rendre une ordonnance extraordinaire portant sur les accords des parties afin qu’Epic puisse utiliser les services d’Apple sans payer de commissions.

    « La requête d'Epic devrait être rejetée, car elle n'a pas réussi à répondre à l'un des quatre facteurs traditionnels d'équité nécessaires pour justifier une injonction préliminaire :


    « Apple n'est pas en situation de monopole et Epic ne réussira probablement pas sur le fond de son argument selon lequel le modèle commercial intégré de l'iPhone viole les lois antitrust. En effet, aucun tribunal n’a jamais accepté une réclamation comme celle-ci, et la pure nouveauté de la position d’Epic empêche une injonction préliminaire. L'App Store connecte les développeurs d'applications aux utilisateurs d'iPhone pour des transactions commerciales. Apple facture aux développeurs, en plus de frais annuels nominaux, une commission sur les applications payantes et les achats numériques intégrés aux applications par les utilisateurs finaux. Cette approche et cette structure de commission, qui sont courantes dans l'industrie, fournissent à Apple un retour financier sur ses investissements importants dans la création, la sauvegarde et la maintenance de l'écosystème iPhone - qui a alimenté une augmentation exponentielle de la production d'appareils mobiles et d'applications, qui a considérablement bénéficié aux utilisateurs et développeurs, apportant un choix considérablement accru des consommateurs. En termes simples, le modèle économique de l'iPhone est résolument concurrentiel. En conséquence, les théories d’Epic sur le ‘maintien du monopole’ échoueront sur le fond.

    « Epic ne peut pas non plus démontrer de préjudice irréparable, ce qui est une raison suffisante pour rejeter sa requête en injonction préliminaire. Epic a allumé un incendie et a versé de l'essence dessus, et demande maintenant à la Cour une aide d'urgence pour l'éteindre, même si Epic peut le faire elle-même en un instant en adhérant simplement aux conditions contractuelles qui ont régi avec profit sa relation avec Apple depuis des années. Cette Cour avait raison lorsqu'elle avait précédemment jugé que ‘les blessures auto-infligées ne sont pas des blessures irréparables’. Epic a créé la situation actuelle en déclenchant son ‘correctif’, sachant qu'Apple invoquerait ses droits contractuels pour protéger les clients iPhone. Apple est légalement et équitablement en droit de rompre les liens avec un parti qui persiste à enfreindre les règles et les affiliés de ce parti; en conséquence, Apple a supprimé Fortnite de l'App Store et expulsé Epic du programme pour développeurs. Apple a adopté cette approche des milliers de fois avec d'autres développeurs et leurs affiliés. Il n'y a aucune raison pour que cette Cour accorde une réparation extraordinaire lorsque Epic lui-même peut éviter tout autre préjudice - à lui-même, aux joueurs de Fortnite ou à des tiers - en appuyant sur une touche, et "maintenir ses accords avec Apple ... pendant que ce litige se poursuit."

    « L'équilibre des difficultés favorise Apple. Le ‘correctif’ d’Epic n’était pas simplement une rupture de contrat ouverte, mais un abus de confiance fondamental. Apple promet à ses clients que l'App Store sera un endroit sûr et digne de confiance pour que les clients découvrent et téléchargent des applications. En insérant des fonctionnalités secrètes et non examinées dans une application, Epic menace la relation entre les clients Apple et iPhone. Permettre à Epic de continuer à offrir Fortnite et Unreal Engine sans se conformer aux exigences d'Apple mettrait en danger la confidentialité et la sécurité des clients iPhone, ainsi que la stabilité et l'intégrité de l'écosystème iPhone.

    « Enfin, l'intérêt public justifie le refus d'une injonction parce qu'Epic est responsable de nuire à la communauté même qu'elle prétend protéger. Si Epic était vraiment préoccupé par la préservation de l'accès des utilisateurs d'iPhone à Fortnite ou de l'accès des développeurs à Unreal Engine, il désactiverait le ‘correctif’ et se conformerait aux politiques d'Apple en attendant la résolution de ses réclamations. Au lieu de cela, Epic tient ses propres clients en otage pour obtenir un effet de levier dans un différend commercial. En revanche, Apple protège un milliard d'utilisateurs d'iPhone menacés par les actions d'Epic (et l'injonction demandée). Cette Cour devrait sanctionner une telle activité non autorisée et dangereuse et ne devrait pas priver Apple de la capacité de protéger ses utilisateurs contre de telles attaques, en particulier étant donné le stade très précoce de ce litige ».

    Source : Apple

    Et vous ?

    Que pensez-vous des arguments avancés par Apple ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  6. #126
    Chroniqueur Actualités

    Apple demande à la Cour de l'autoriser à bloquer le compte développeur Epic derrière Unreal Engine
    Apple demande à la Cour de l'autoriser à bloquer le compte développeur derrière Unreal Engine,
    l'éditeur indique qu'il craint qu'Epic puisse s'en servir comme « cheval de Troie »

    Alors que la bataille juridique entre Epic Games et Apple se dirige vers une audience le 28 septembre, le fabricant d'iPhone s’oppose à la demande d'Epic d'une injonction préliminaire qui ramènerait Fortnite sur l'App Store iOS. Dans une motion de 37 pages déposée mardi, Apple affirme qu'elle doit conserver la capacité de punir « l'un des actes de sabotage les plus flagrants qu'Apple ait connus avec n'importe quel développeur ».

    « Epic a allumé un incendie et a versé de l'essence dessus, et demande maintenant à la Cour une aide d'urgence pour l'éteindre, même si Epic peut le faire lui-même en un instant en adhérant simplement aux conditions contractuelles qui ont régi avec profit sa relation avec Apple pendant des années », indique Apple qui précise « Epic est un saboteur, pas un martyr ».

    Le raisonnement d'Apple pour garder Fortnite hors de l'App Store sans modifications repose en grande partie sur des arguments autour de la protection de la sécurité de l'iPhone. Lorsque Apple a créé l'App Store iOS pour la première fois, indique l’éditeur, « plutôt que de recréer Internet, Apple a choisi de créer un endroit sûr et fiable pour que ses clients iPhone découvrent et téléchargent des applications, convaincus qu'elles fonctionneront de manière transparente et sécurisée ».

    Selon Apple, Epic a sapé cette approche sécurisée en violant les termes contractuels de son accord de développement et en insérant sa propre option de paiements directs dans la version iOS de Fortnite via un «correctif», qu'Apple n'a pas pu examiner avant sa mise en ligne. Pour cette raison, Apple déclare qu'il n'a pas été en mesure de garantir qu'Epic « n'avait pas apporté de modifications au système de paiement ou contourné les fonctions de sécurité de l'iPhone ou les protections de la vie privée », comme il le fait habituellement.

    « Apple promet à ses clients que l'App Store sera un endroit sûr et digne de confiance pour que les clients découvrent et téléchargent des applications », écrit la société. « En insérant des fonctionnalités secrètes et non examinées dans une application, Epic menace la relation entre les clients Apple et iPhone ».

    Si Epic réussit ici, avertit Apple, rien n'empêchera les autres développeurs de saper également la commission de 30 % des achats intégrés d'Apple. « Epic insiste sur le fait que les autres développeurs ne suivront pas son exemple parce qu'ils craindront des ‘représailles’. Mais personne ne craindra la réponse d'Apple si cette Cour accorde l'injonction qu'Epic demande et déclare que tous les développeurs peuvent faire fi des règles d'Apple sans conséquence tant qu'ils prétendent que les règles d'Apple sont anticoncurrentielles ».


    Apple s’attaque toujours à Unreal Engine

    Fortnite mis à part, Apple fait également valoir qu'il doit conserver le droit de fermer tous les comptes de développeur iOS d'Epic. Cela inclut les comptes derrière le développement d'Unreal Engine sur iOS, qui sont actuellement protégés par une ordonnance d'interdiction.

    En effet, Apple avait menacé de couper l’accès à Epic à tous les outils de développement iOS et Mac, un abonnement nécessaire pour distribuer des applications sur des appareils iOS ou utiliser des outils de développement Apple, si l'entreprise ne « remédie pas à vos violations » de l'accord dans un délai de deux semaines (le délai prenait fin le 28 août). Mais une décision de justice en faveur d’Epic l’en a empêché. Apple s’est donc « contenté » de fermer uniquement le compte développeur Epic Games, laissant le compte Epic International derrière Unreal Engine toujours en activité.

    Bien résolu à infliger la « punition » jusqu’au bout, Apple déclare vouloir fermer tous les comptes d'Epic en partie pour empêcher ce qu'il appelle un « jeu shell » d'applications transférées d'un compte développeur à un autre. Apple déclare également voir désormais Unreal Engine d'Epic comme une « menace potentielle » : « comme indiqué, Unreal Engine est l’un des autres secteurs d’activité d’Epic qu’Epic contrôle et propose aux développeurs. Unreal Engine se présente comme un deuxième ‘cheval de Troie’ potentiel qui permettrait à Epic de mettre à exécution ses menaces pour saper l'App Store et insérer d'autres fonctionnalités non autorisées. La suppression de l'accès d'Epic à ces outils de développement réduit ce risque ».

    Grâce à Unreal Engine, Apple fait valoir qu'Epic pourrait « insérer des logiciels malveillants ou d'autres fonctionnalités non autorisées telles que des mécanismes de paiement direct alternatifs » dans « les applications non Epic disponibles sur l'App Store et reposant sur Unreal Engine... Il est facile de voir qu’une application malveillante affectant le fonctionnement d’une fraction importante des iPhone dans le monde pourrait considérablement perturber les systèmes de téléphonie locaux ou même mondiaux, ainsi que de larges segments d’Internet lui-même ». Et de préciser que « Ces risques signifient qu'Apple, en tant que gestionnaire de logiciels fonctionnant sur environ un milliard d'appareils dans le monde, a besoin de politiques et de pratiques qui protègent contre de telles attaques potentielles sans entraver inutilement le flux des logiciels d'application vers les téléphones de ses clients. »

    Aussi farfelues que puissent être ces affirmations de sabotage mondial d'Internet via le moteur de jeu, le point principal d'Apple est qu'il ne peut plus donner à Epic le bénéfice du doute en ce qui concerne la sécurité de son iPhone et les obligations du contrat de développement iOS. « Apple n'attend pas d'être dupé une seconde fois avant de mettre fin à ses échanges avec une filiale pour les mauvaises actions de ses dirigeants », écrit la société.

    Source : Apple
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  7. #127
    Membre expérimenté
    Apple est probablement dans son bon droits mais abuse de sa position. Nombre de développeurs d'application fustigent le prix a payer pour entrer sur AppleStore. Tout d'abord il faut développé un jeu dans un langage Apple (il existe des systme multi-plateforme mais pour un jeu on atteint les limites), ensuite il faut se payer un compte développeur mais en soit cela se comprends. Le problème est qu'Apple vire les applications comme bon lui semble sans prévenir, sans possibilité de négociation ou de correction et cela s'ajoute à une taxe de 30% largement abusive. Rien de tout ça sur Androïd qui pourtant ne semble pas en difficulté financière... Alors quand Apple se plains comme s'il perdait de l'argent. Epic galère certainement plus a joindre les 2 bouts et pourtant on ne parle pas d'une PME.
    Alors Epic a décidé de monter au créneau et c'est courageux de leur part. Ils le font sans doute pour plusieurs raison dont une question d'argent et cela se comprends.
    Tout ce que j'écris est libre de droits (Licence CC0) et je vous incite à faire de même.

  8. #128
    Membre confirmé
    Lol Android c'est une vrai passoire justement chose qu'Apple ne veut pas, tu peux publier n'importe quel APK directement sur le store public ça en dit long ...

  9. #129
    Membre régulier
    Cette affaire m’inspire la question suivante: Une commission de 30% est-elle si déraisonnable que cela?

    Apple gère le cahier des charges et procure aux développeurs des outils logiciels (de mémoire un compte vaut 70 à 80€) ainsi que des tarifs préférentiels sur le matériel.
    Ils référencent, hébergent, modèrent (forensic et technique, dont l’aspect sécurité) les applis de leur repos.
    Ils offrent aussi aux éditeurs une visibilité sans commune mesure vis à vis de ce que les médias de la publicité «traditionnelle» pourraient offrir.

    A quel moment un éditeur de logiciel peut-il raisonnablement concevoir que les services sus-cités devraient être gratuits ou low-cost?

    Sauf erreur d’autres éditeurs majeurs, proposant des applis payantes (ou activables sous licence «corporate») sur l’Apple store, n’ont jamais reproché à Apple sa politique d’hébergement (Microsoft, Vmware, SAP, Garmin, etc.).

    Alors pourquoi Epic Games*?

    Les achats «in-app», au cœur de cette polémique, doivent-ils passer sous le radar d'un fabriquant d'ordinateurs (au sens large) dont la politique est de veiller scrupuleusement à la fiabilité de ses lignes de produits, adressés à des usagers dont l'une des préoccupations est de ne pas être acteurs de la sécurité de leurs équipements?

    Si l'on souhaite toucher un large public disposé à dépenser de l’argent dans des achats de licences ou des achats «in-app» on édite sur l’Apple Store; ou bien on s'y refuse. Point barre.

    J’aimerai beaucoup disposer de Lightroom et Excel sur ma Debian mais la réponse des éditeurs sera toujours: Non! On se moque de ton OS et des repos afférents. Probablement un exemple affligeant justifiant l’absence de Fortnite sous les ditros Linux.

    Il appartiens donc à Epic Games de savoir si oui ou non ils souhaitent être présents sur l’Apple Store. Car au final il ne gagnerons rien à être giclés de l'Apple Store, si ce n'est un coup de pub.

  10. #130
    Membre actif
    Citation Envoyé par P_Avril Voir le message
    Cette affaire m’inspire la question suivante: Une commission de 30% est-elle si déraisonnable que cela?

    Apple gère le cahier des charges et procure aux développeurs des outils logiciels (de mémoire un compte vaut 70 à 80€) ainsi que des tarifs préférentiels sur le matériel.
    Ils référencent, hébergent, modèrent (forensic et technique, dont l’aspect sécurité) les applis de leur repos.


    A quel moment un éditeur de logiciel peut-il raisonnablement concevoir que les services sus-cités devraient être gratuits ou low-cost?

    Sauf erreur d’autres éditeurs majeurs, proposant des applis payantes (ou activables sous licence «corporate») sur l’Apple store, n’ont jamais reproché à Apple sa politique d’hébergement (Microsoft, Vmware, SAP, Garmin, etc.).

    Alors pourquoi Epic Games*?

    Les achats «in-app», au cœur de cette polémique, doivent-ils passer sous le radar d'un fabriquant d'ordinateurs (au sens large) dont la politique est de veiller scrupuleusement à la fiabilité de ses lignes de produits, adressés à des usagers dont l'une des préoccupations est de ne pas être acteurs de la sécurité de leurs équipements?

    Si l'on souhaite toucher un large public disposé à dépenser de l’argent dans des achats de licences ou des achats «in-app» on édite sur l’Apple Store; ou bien on s'y refuse. Point barre.

    J’aimerai beaucoup disposer de Lightroom et Excel sur ma Debian mais la réponse des éditeurs sera toujours: Non! On se moque de ton OS et des repos afférents. Probablement un exemple affligeant justifiant l’absence de Fortnite sous les ditros Linux.

    Il appartiens donc à Epic Games de savoir si oui ou non ils souhaitent être présents sur l’Apple Store. Car au final il ne gagnerons rien à être giclés de l'Apple Store, si ce n'est un coup de pub.
    Citation Envoyé par P_Avril Voir le message
    ainsi que des tarifs préférentiels sur le matériel.
    J'ai jamais entendu parler de ça. Tu as des liens ?

    Citation Envoyé par P_Avril Voir le message
    Ils référencent, hébergent, modèrent (forensic et technique, dont l’aspect sécurité) les applis de leur repos.
    Choses que n'importe quel plateforme un peu financer peut faire.

    Citation Envoyé par P_Avril Voir le message
    Ils offrent aussi aux éditeurs une visibilité sans commune mesure vis à vis de ce que les médias de la publicité «traditionnelle» pourraient offrir.
    La visibilité est un argument souvent avancée mais totalement bidon. La majorité des apps ne sont pas mises en avant, Faut passer par la recherche, donc y a pas de "visibilité sans commune mesure".

    Citation Envoyé par P_Avril Voir le message
    Sauf erreur d’autres éditeurs majeurs, proposant des applis payantes (ou activables sous licence «corporate») sur l’Apple store, n’ont jamais reproché à Apple sa politique d’hébergement (Microsoft, Vmware, SAP, Garmin, etc.).
    Bah si, Microsoft, Spotify, Facebook, Match Group(Tinder, Meetic), ProtonMail, etc....

    Citation Envoyé par P_Avril Voir le message
    Les achats «in-app», au cœur de cette polémique, doivent-ils passer sous le radar d'un fabriquant d'ordinateurs (au sens large) dont la politique est de veiller scrupuleusement à la fiabilité de ses lignes de produits, adressés à des usagers dont l'une des préoccupations est de ne pas être acteurs de la sécurité de leurs équipements?
    AppStore est tellement efficace sur la sécurité qu'il a laisse passer la MaJ problématique de Fornite. Faut arrêter de croire que Apple veut juste protéger les utilisateurs. L'affaire Wordpress illustre très bien ce propos. Wordpress a du supprimer la mention indiquant que l'on pouvait acheter des domaines via le site internet de WP. Pourquoi ? Parce qu'Apple veut recevoir une partie des gains des achats (en obligeant a passer par l'AppStore). La décision d'Apple n'est nullement lie a la sécurité.

    Citation Envoyé par P_Avril Voir le message
    J’aimerai beaucoup disposer de Lightroom et Excel sur ma Debian mais la réponse des éditeurs sera toujours: Non! On se moque de ton OS et des repos afférents. Probablement un exemple affligeant justifiant l’absence de Fortnite sous les ditros Linux.
    Ici, le problème est différent. Le portage vers plusieurs plateformes nécessite des investissements en temps et en argent. Les portages sur Linux ne sont pas rentables car il y a très peu de joueurs. Le ROI est extrêmement mauvais pour Linux.

    Citation Envoyé par P_Avril Voir le message
    Il appartiens donc à Epic Games de savoir si oui ou non ils souhaitent être présents sur l’Apple Store. Car au final il ne gagnerons rien à être giclés de l'Apple Store, si ce n'est un coup de pub.

    Le problème de ton raisonnement, c'est que tu occultes la grande majorité de l'histoire. Tu résumes l'histoire par "Epic veut faire ce qu'il veut sur l'AppStore." alors que ce n'est pas ca. Epic dénonce les pratiques anticoncurrentiels de d'Apple qui obligent les développeurs a passer par l'AppStore, sans laisser le choix. Apple interdit le marche des iphones et autres matériels a d'autres stores que le sien. Il utilise alors sa place de monopole pour contraindre les développeurs a accepter des clauses et pratiques aberrantes.

  11. #131
    Responsable Systèmes

    Je pense que la solution c'est que tous les gros d'Internet ne fournissent plus de façon commune d'appli pour IOS. Mais faut pas rêver ....
    Ma page sur developpez.com : http://chrtophe.developpez.com/ (avec mes articles)
    Mon article sur la création d'un système : http://chrtophe.developpez.com/tutor...s/minisysteme/
    Mon article sur le P2V : http://chrtophe.developpez.com/tutoriels/p2v/
    Consultez nos FAQ : Windows, Linux, Virtualisation

  12. #132
    Membre chevronné
    Sérieux Apple, arrêtez de recruter des gens en faisant passer les critères diversitaires avant la compétence parce que là, la ligne de défense qu'ils vous ont construite, même un avocat commis d'office peut la faire exploser en une phrase.

  13. #133
    Membre régulier
    Citation Envoyé par intelligide Voir le message
    Le problème de ton raisonnement, c'est que tu occultes la grande majorité de l'histoire. Tu résumes l'histoire par "Epic veut faire ce qu'il veut sur l'AppStore." alors que ce n'est pas ca. Epic dénonce les pratiques anticoncurrentiels de d'Apple qui obligent les développeurs a passer par l'AppStore, sans laisser le choix. Apple interdit le marche des iphones et autres matériels a d'autres stores que le sien. Il utilise alors sa place de monopole pour contraindre les développeurs a accepter des clauses et pratiques aberrantes.
    Bonsoir,

    Tu ne m'a pas compris. Rien n'oblige un éditeur de logiciel d'adopter le modèle imposé par Apple. C'était mon propos.

    Tu me parle d'Histoire, j'ai connu et exploite toujours des technos dont tu ne serais même pas capable, sans formation, d'afficher ne serais-ce que le système de fichier d'une machine par le biais d'une commande "exotique" (ex: IBM z/OS).

    Ne me parle pas d'Histoire de l'informatique. Je la connait très bien pour l'avoir vécue. J'avais probablement un clavier sous les doigts lorsque tu étais enfant.

    Renseignes-toi par exemple sur la naissance de MS-DOS. Et tu auras du grain à moudre.

    OK pour te répondre concernant tes autres questions mais je dois me mettre au lit... Y'a du boulot demain.

  14. #134
    Membre actif
    Citation Envoyé par P_Avril Voir le message
    Tu ne m'a pas compris. Rien n'oblige un éditeur de logiciel d'adopter le modèle imposé par Apple. C'était mon propos.
    Si un éditeur doit s’étendre afin de toucher un plus grand public, il est oblige d'adopter les modalités d'Apple. Si tu développes un application mobile, je doutes que tu puisses te permettre de mettre les personnes possédant un iphone ou autre produit a la pomme sur le carreau (Les ventes mobiles d'Apple représente 15% de PdM, ce qui fait environ 40 millions de ventes par trimestre). De ce fait, si des utilisateurs sont mécontents a cause d'un manque de support pour leur device, c'est la responsabilité de l’éditeur que l'on met en cause et jamais celle d'Apple. De part cette pression exerce par les demandes utilisateurs, les éditeurs se voit contraints d’éditer sur Apple. Et ça, la marque a la pomme en profite. Imagines-tu l'AppStore sans Spotify, Deezer, Meetic, Netflix ?

    Citation Envoyé par P_Avril Voir le message
    Tu me parle d'Histoire, j'ai connu et exploite toujours des technos dont tu ne serais même pas capable, sans formation, d'afficher ne serais-ce que le système de fichier d'une machine par le biais d'une commande "exotique" (ex: IBM z/OS).

    Ne me parle pas d'Histoire de l'informatique. Je la connait très bien pour l'avoir vécue. J'avais probablement un clavier sous les doigts lorsque tu étais enfant.

    Renseignes-toi par exemple sur la naissance de MS-DOS. Et tu auras du grain à moudre.
    1. Je ne parle pas d'histoire de l'informatique, mais de l'histoire du proces Apple vs Epic
    2. L'argument d’autorité et d'ancienneté sont tous deux des arguments fallacieux.

  15. #135
    Chroniqueur Actualités

    Fortnite : Save the World ne sera plus jouable sur macOS dès le 23 septembre. Epic va rembourser les joueurs
    À partir du 23 septembre 2020, Fortnite : Save the World ne sera plus jouable sur macOS
    Epic Games indique qu'il va procéder à des remboursements et précise les conditions d'éligibilité aux joueurs

    En août, Epic a noté que lorsqu'il a donné aux utilisateurs de son application Fortnite le choix de la façon dont ils pouvaient faire des achats, Apple a répliqué en supprimant Fortnite de son App Store. Puis, quand Epic a poursuivi Apple pour s’attaquer à son abus supposé de position dominante sur les magasins d'applications et les paiements intégrés, Apple a riposté avec férocité. Apple a donné à Epic jusqu'au 28 août pour remédier à la situation sous peine de se voir couper son accès à tous les outils de développement nécessaires pour créer des logiciels pour les plateformes d'Apple, y compris pour les offres Unreal Engine Epic aux développeurs tiers.

    Epic a décidé de solliciter la cour à ces sujets, lui demandant notamment d'exiger qu'Apple rétablisse Fortnite sur sa vitrine de téléchargement, mais de lui interdire de révoquer son accès aux outils de développement iOS et macOS en représailles de l’introduction de l’introduction d’une nouvelle option de paiement dans Fortnite. Le juge lui a donné gain de cause sur le second volet, mais pas sur le premier, interdisant donc à Apple de bloquer Unreal Engine.

    Une fois le délai du 28 août arrivé, Apple a officiellement résilié le compte Epic Games sur l'App Store vendredi 28 août. Cela signifie que l'application n'est plus disponible sur l'iPhone ou l'iPad, même si vous l'avez déjà téléchargée une fois auparavant - et d'autres jeux Epic comme Infinity Blade ne sont plus téléchargeables.

    Les utilisateurs sur macOS ont eu un petit sursis. Epic se dit maintenant contraint de désactiver la version macOS de Fortnite: Save the World, la version PvE de Fortnite, distincte du Battle Royale. PvE, l'acronyme de Player Versus Environment, désigne un système où le joueur s'engage dans le combat contre des PNJ (Personnage non-joueur ou personnage non jouable) ; combat contre des monstres, résolutions d'enquêtes, exploration, etc.

    Epic explique que Fortnite ne sera bientôt plus jouable sur ce système d'exploitation. En plus de rejeter ouvertement la faute sur Apple, l’éditeur s’est engagé à rembourser les joueurs privés de Fortnite : Save the World alors qu’ils ont dépensé quelques euros pour en profiter. La condition est d'y avoir joué entre le 17 septembre 2019 et le 17 septembre 2020. Les concernés n’auront rien à faire, simplement à attendre que la procédure soit effectuée (d’ici le 2 octobre) :

    « Apple empêche Epic de signer des jeux et des correctifs pour une distribution sur Mac, ce qui met fin à notre capacité à développer et à proposer Fortnite: Save the World pour la plateforme. Plus précisément, notre prochaine version v14.20 entraînera des bogues pour les joueurs sur la version 13.40, ce qui entraînera une très mauvaise expérience. Étant donné que nous ne sommes plus en mesure de signer des mises à jour et de publier des correctifs pour ces problèmes, à partir du 23 septembre 2020, Fortnite: Save the World ne sera plus jouable sur macOS.


    « Nous émettons un remboursement pour tous les joueurs qui ont acheté des packs Starter ou Founder’s de Save the World (y compris les mises à niveau) et ont joué à Save the World sur macOS entre le 17 septembre 2019 et le 17 septembre 2020. De plus, tout V-Bucks acheté dépensé sur les lamas sur macOS au cours de cette période sera également remboursé. À partir d'aujourd'hui, 17 septembre 2020, les packs de démarrage Save the World ne seront plus disponibles à l'achat sur macOS.

    « Notez que cela peut prendre jusqu'au 2 octobre 2020 pour recevoir le remboursement sur votre compte bancaire.

    « Aucune action n'est requise de votre part pour recevoir le remboursement et vous conserverez tous les V-Bucks et articles déjà achetés sur votre compte. Les joueurs pourront toujours jouer à Save the World sur PC, PlayStation et Xbox, et grâce à la progression croisée, vos héros, schémas et tout le reste de votre Homebase seront automatiquement transférés sur les plateformes prises en charge.

    « Fortnite : Battle Royale reste jouable pour les utilisateurs de Mac pour le moment sur la version v13.40, mais ne reçoit plus de mises à jour de version en raison des actions d'Apple. La dernière version de Fortnite: Battle Royale est disponible sur PlayStation 4, Xbox One, Nintendo Switch, PC, GeForce Now et sur Android via l'application Epic Games sur epicgames.com et le Samsung Galaxy Store ».

    Fortnite : Save the World continue donc d’être accessible et mis à jour sur les autres plateformes (Xbox One, PS4, PC). Grâce à la fonctionnalité cross-progression, les joueurs sur macOS peuvent facilement retrouver leur compte sur un autre appareil.

    Quant au mode Battle Royale classique, il reste disponible, « mais ne reçoit plus de mises à jour de version en raison des actions d'Apple », explique Epic Games.

    Source : Epic
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  16. #136
    Membre régulier
    Citation Envoyé par intelligide Voir le message
    Si un éditeur doit s’étendre afin de toucher un plus grand public, il est oblige d'adopter les modalités d'Apple. Si tu développes un application mobile, je doutes que tu puisses te permettre de mettre les personnes possédant un iphone ou autre produit a la pomme sur le carreau (Les ventes mobiles d'Apple représente 15% de PdM, ce qui fait environ 40 millions de ventes par trimestre).
    15%... Merci pour les pouces rouges mais quel éditeur investirait des efforts R&D pour atteindre 15% des utilisateurs de smartphone? Le feriez vous sur vos propres deniers?

    C'est un bel exemple de syndrome de Stockholm, que de croire que servir à Apple des applications rubis sur ongle assurera sa pérennité, et par extension celle des développeurs tiers.

    A moins de développer des apps "premium" (ex: Tesla), c'est à dire pour cibler un public disposé à débourser entre 500€ (pour un iphone très bas de gamme) et 1300€ (pour un smartpone de luxe) le reste de la population n'en a rien à foutre. Donc grosso merdo 85% des utilisateurs de smartphone se moquent des "caprices" d’Apple.

  17. #137
    Membre actif
    Citation Envoyé par P_Avril Voir le message
    15%... Merci pour les pouces rouges mais quel éditeur investirait des efforts R&D pour atteindre 15% des utilisateurs de smartphone? Le feriez vous sur vos propres deniers?
    Les 15% de PdM représente 40 millions de ventes par trimestre, ce qui n'est absolument pas négligeable. Fornite a réalisé 100 millions de dollars de recette sur iOS sur trois mois en 2018, avec 125 millions d'installations au total sur iOs. Les applications mobiles sont l'un (voir le) marche du numérique le plus rentable.

  18. #138
    Membre régulier
    Citation Envoyé par intelligide Voir le message
    Les 15% de PdM représente 40 millions de ventes par trimestre, ce qui n'est absolument pas négligeable. Fornite a réalisé 100 millions de dollars de recette sur iOS sur trois mois en 2018...
    Ce sacro saint PdM... La preuve. Tu parles de 2018 tandis que le revenu d'Epic s'est effondré, concernant les ventes sous les OS Apple ces derniers mois.

    C'est justement la preuve qu'Apple n'est pas fiable, à moins de jouer selon ses règles.

  19. #139
    Membre éclairé
    Apple viens de prouvé que cela , n 'est plus une société de créatif , interdire Fortnite , pas de soucis , s ' interdire UE5 par contre ...

  20. #140
    Membre régulier
    Apple vient de se tirer une balle dans le pied et la plaie restera ouverte jusqu'à agonie complète car qui joue à FortNite ? Sa prochaine génération de clients qu'Apple vient de perdre...

###raw>template_hook.ano_emploi###