Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #21
    Membre confirmé
    C'est pour ca qu'il faudrait une grande alliance énergétique inter pays .

    Dans un sens plus large, l'énergie solaire comprend aussi l'énergie hydraulique, l'énergie éolienne, une part des énergies marine et la biomasse (bois-énergie, biogaz, biocarburant) car c'est le soleil, par les transferts de chaleur ou la photosynthèse, qui les génère. Dans ce cas, l'exploitation de l'énergie solaire est plus importante, surtout à travers la biomasse, qui est en outre facilement stockable.
    “Cookie : Anciennement petit gâteau sucré, qu’on acceptait avec plaisir. Aujourd’hui : petit fichier informatique drôlement salé, qu’il faut refuser avec véhémence.”
    N'oubliez pas le si un message vous à aider a résoudre votre problème !

  2. #22
    Membre éclairé
    Citation Envoyé par Superzest 76 Voir le message
    C'est pour ca qu'il faudrait une grande alliance énergétique inter pays .
    la biomasse et les bio-carburants ont quand même des problemes: il faut de la place et ont besoins d'eau.

    dois t'on allouer des champs pour en faire de l'huile végétale pour alimenter le 4*4 ou bien de nourriture pour nourrir les hommes ?
    dois t'on raser des forets pour produire du carburant ?
    il faut aussi arroser ces plantations pour que cela pousse si il n'ya pas assez d'eau.

    reste la production d'énergie avec des algues, la mer est vaste et on pourrais créer des immenses champs marin d'algues.

  3. #23
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par Superzest 76 Voir le message
    C'est pour ca qu'il faudrait une grande alliance énergétique inter pays .
    On le fait déjà ça, par exemple par moment la France vend de l’électricité à l'Allemagne et parfois l'Allemagne vend de l’électricité à la France. (normalement la France affiche un solde exportateur positif)

    Mais on ne peut pas faire ça avec des pays lointain car il y a trop de perte sur les lignes. Sinon on pourrait mettre des panneaux solaires dans le désert et ce serait bon :
    Projet Desertec
    Le concept Desertec repose sur le fait que chaque km2 de désert reçoit annuellement « une énergie solaire équivalent à 1,5 million de barils de pétrole. La surface totale des déserts sur la planète entière fournirait plusieurs centaines de fois l'énergie utilisée actuellement dans le monde » ; couvrir 0,3 % des 40 millions de km2 de déserts de la planète en centrales solaires thermiques permettrait de couvrir les besoins électriques de la planète en 2009 (environ 18 000 TWh/an).
    Bon après ils disent qu'avec un nouveau type de ligne à haute tension il y a moyen d'avoir moins de perte :
    Les concepteurs du projet espèrent pouvoir utiliser de nouveaux types de lignes Haute Tension (lignes de transmission modernes en Courant Continu Haute Tension ou CCHT ou HVDC) devant permettre de transporter l'électricité sur de grandes distances avec beaucoup moins de pertes en ligne (3 % pour 1 000 km) qu'avec les lignes classiques à courant alternatif, et presque sans pollution électromagnétique.
    Keith Flint 1969 - 2019

  4. #24
    Chroniqueur Actualités

    Le nouveau projet "Planetary Computer" de Microsoft utilisera les données environnementales mondiales
    Le nouveau projet "Planetary Computer" de Microsoft utilisera les données environnementales mondiales
    Pour soutenir la durabilité

    Microsoft a annoncé mercredi de nouveaux efforts de développement durable pour l’année 2020, axée sur la préservation et la protection de la biodiversité et de la santé des écosystèmes du monde. Il s’agit de la deuxième étape de l’initiative carbone lancée par la société en janvier dernier, avec pour objectifs de devenir négative en carbone d'ici la fin de la décennie. Le projet "Planetary Computer", comme l’appelle Microsoft, va consister en une initiative informatique qui utilisera comme données d'entrée des données environnementales mondiales agrégées collectées auprès de plusieurs sources pour fournir, en fin de compte, des réponses aux clients de Microsoft et aux scientifiques sur la manière de planifier la durabilité.

    « La nouvelle initiative de Microsoft en matière de biodiversité comporte de multiples facettes. Peut-être plus important encore, elle vise à mettre les données et la technologie numérique au service de la biodiversité, notamment par le biais d'un ambitieux programme visant à rassembler les données environnementales du monde entier et à les mettre à profit dans un nouvel "ordinateur planétaire". Nous combinerons cette démarche avec de nouveaux travaux afin de permettre aux partenaires et aux clients d'utiliser les résultats obtenus pour améliorer la prise de décision en matière d'environnement dans leurs activités organisationnelles. Nous l'utiliserons également pour nous exprimer sur les questions de politique publique liées à l'écosystème et pour assumer la responsabilité de la propre empreinte écologique de Microsoft ». C’est ainsi que Microsoft, par la voix de son président Brad Smith, explique le nouveau projet.

    Autrement expliqué par M. Smith dans son billet de blog, il s'agit notamment de fournir à l’ordinateur planétaire des images satellites interrogeables, de l'apprentissage automatique et des données provenant des utilisateurs sur les limites réelles des forêts sur le terrain pour une utilisation dans les enquêtes sur les sites de construction industrielle ou les efforts de préservation des forêts ; pour fournir une mesure précise de l'impact du sable sur l'utilisation de l'eau pour la planification agricole; pour fournir aux biologistes de la faune des informations sur l'habitat des espèces mondiales pour soutenir les efforts de préservation ; et bien d'autres choses encore.


    Selon Microsoft, l’une des étapes les plus importantes dans le défi collectif qui a été franchie vient de la plateforme intergouvernementale scientifique et politique des Nations unies sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES), qui est chargée de surveiller la santé de la planète et qui a publié l'année dernière son premier rapport d'évaluation mondiale sur la biodiversité et les services écosystémiques.

    Selon le rapport de la plateforme, un quart des espèces de la planète sont menacées d'extinction. Les zones humides qui purifient et stockent l'eau et fournissent des habitats à des milliers d'espèces ont été réduites de 87 %. Les récifs coralliens qui fournissent des habitats aquatiques, de la nourriture, des barrières naturelles contre les inondations, des médicaments et des millions d'emplois dans le tourisme ont diminué de 50 % à l'ère moderne. Les populations de mammifères, d'oiseaux et d'autres espèces sauvages ont diminué de près de 60 % au cours des 40 dernières années, et le nombre d'espèces menacées d'extinction continue d'augmenter rapidement.

    Des principes de Microsoft pour guider le projet "Planetary Computer"

    Le président de Microsoft a énuméré quatre principes pour guider le travail de l’entreprise en vue d'atteindre les objectifs mondiaux en matière de biodiversité. Ces principes sont les suivants :

    Mettre les données et la technologie numérique au service de la biodiversité. « Nous ne pouvons pas résoudre un problème que nous ne comprenons pas entièrement. C'est pourquoi nous allons rassembler des données environnementales du monde entier et les mettre en pratique par l'informatique et l'apprentissage machine dans un nouvel ordinateur planétaire ».

    Donner du pouvoir à nos partenaires et clients dans le monde entier. « Nous utiliserons l'ordinateur planétaire pour développer et déployer la technologie numérique qui aide nos partenaires et clients à prendre des décisions environnementales dans leurs activités organisationnelles ».

    Utiliser notre voix sur les questions de politique publique liées à l'écosystème. « Nous soutiendrons et défendrons les initiatives de politique publique qui mesurent et gèrent les écosystèmes à l'échelle nationale et mondiale ».

    Assumer la responsabilité de notre empreinte écologique. « Nous assumerons la responsabilité des impacts de nos activités directes sur les écosystèmes en protégeant plus de terres que nous n'en utilisons d'ici 2025 ».

    "Planetary Computer" est une évolution du programme "AI for Earth" de Microsoft, qui a été lancé en 2017. L’AI for Earth fournit la technologie d’intelligence artificielle et des logiciels de cloud à ceux qui œuvrent à la résolution des problèmes climatiques mondiaux. AI for Earth octroie des subventions pour soutenir des projets qui changent la façon dont les personnes et les organisations surveillent, modélisent et enfin gèrent les écosystèmes.

    Le développement réel de l'ordinateur planétaire impliquera des investissements supplémentaires dans les infrastructures, ainsi que la participation des bénéficiaires actuels de l'AI for Earth pour construire des analyses sur les données collectées. Il y a également une nouvelle subvention AI for Earth, d'une valeur d'un million de dollars, accordée au réseau d'observation de la biodiversité du Groupe d'observation de la Terre pour servir de pierre angulaire à la collecte de données sur la biodiversité dans le cadre du projet.

    Pour soutenir le projet, Microsoft s'est également associé à Esri, une société de cartographie et d'information géographique qui soutient de nombreux instituts technologiques connexes dans ce domaine, a expliqué M. Smith. Des ensembles de données géospatiales seront mis à disposition par Azure et Esri dans le courant de l'année pour être utilisés par les clients et les institutions, et d'autres ensembles de données pourraient également être mis à disposition.

    La consommation électrique des entreprises comme Microsoft représente une grosse source d’émission de carbone dans la nature. Toutefois, elles comptent désormais adopter des pratiques énergétiques saines en exploitant des énergies 100 % renouvelables. « D'ici à 2030, Microsoft sera négative en carbone, et d'ici 2050, Microsoft éliminera de l'environnement tout le carbone que l’entreprise a émis soit directement, soit par sa consommation électrique depuis qu’elle a été créée en 1975 », a écrit l’entreprise en janvier dernier lors du lancement de la première partie de son initiative carbone.

    Les travailleurs des géants américains de la technologie Microsoft, Amazon, Facebook et Google ont quitté les bureaux l’année dernière pour s’associer à la « grève » internationale pour le climat, afin d’exiger de leur employeur l’objectif zéro émission de gaz à effet de serre d'ici 2030. Les entreprises comme Apple se vantent d’être neutres en carbone depuis quelques années déjà, mais la nouvelle initiative de Microsoft va plus loin et s'étale sur plusieurs décennies. « Nous devons travailler ensemble pour déterminer comment maximiser les avantages que la nature offre aux gens tout en minimisant les dommages environnementaux de nos activités. Ce ne sera pas facile, mais c'est possible si nous assemblons les pièces », a dit Microsoft. Attendons de voir.

    Sources : Microsoft, Ai for Earth, IPBES

    Et vous ?

    Que pensez-vous du nouveau projet de durabilité de Microsoft ?
    Quelle analyse faites-vous des principes énumérés pour guider le projet ?
    « D'ici à 2030, Microsoft sera négative en carbone. » Qu’en pensez-vous ?

    Lire aussi

    Microsoft annonce qu'il veut être négatif en émission de carbone d'ici 2030, et éliminer autant de carbone qu'il en a émis au cours de son histoire d'ici 2050
    Microsoft voudrait participer à la sauvegarde du patrimoine culturel mondial grâce à l'IA, et annonce cet objectif dans son projet « AI for Good »
    Les travailleurs d'Amazon, Google, Facebook, et de Microsoft se sont engagés à faire la grève du climat le 20 Septembre, tandis qu'Apple s'apprête à lancer l'iPhone 11 le même jour
    L'ancien dirigeant de Microsoft voudrait que les USA redeviennent un leader de l'énergie nucléaire, cette énergie est-elle idéale pour la planète ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  5. #25
    Membre éprouvé
    Les "experts de la fin du monde climatique" ont un gros problème avec leur propagande.: Le corovirus a fermé la majorité des usines du monde. Et le niveau de carbone actuel est comparable à celui de la pré-industrielle du 19ième siecle. Impact sur le climat: Zéro pointé !
    intel i7
    OpenSuse Leap 42.2
    Plasma et Cinnamon

  6. #26
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par Madmac Voir le message
    Les "experts de la fin du monde climatique" ont un gros problème avec leur propagande.: Le corovirus a fermé la majorité des usines du monde. Et le niveau de carbone actuel est comparable à celui de la pré-industrielle du 19ième siecle. Impact sur le climat: Zéro pointé !
    Niveau total dans l'atmosphère, ou niveaux émis ? Parce que c'est pas pareil, hein... Et les niveaux totaux n'ont pas baissé... pas à eux du 19e, et surtout pas en 2 mois.

  7. #27
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par Madmac Voir le message
    Les "experts de la fin du monde climatique" ont un gros problème avec leur propagande.: Le corovirus a fermé la majorité des usines du monde. Et le niveau de carbone actuel est comparable à celui de la pré-industrielle du 19ième siecle. Impact sur le climat: Zéro pointé !
    On n'a pas les chiffres pays par pays mais à l'observatoire de Hawaii, la tendance haussière est cassée : le confinement mondial semble avoir eu un impact sur les taux de gaz carbonique


    Par contre, je ne vois pas l'impact sur le climat : il parait que nous vivons "le mois de mars le plus chaud de l'histoire de l'humanité blah blah"
    La joie de l'âme est dans la planification -- Louis Hubert Liautey