Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #21
    Membre confirmé
    C'est pour ca qu'il faudrait une grande alliance énergétique inter pays .

    Dans un sens plus large, l'énergie solaire comprend aussi l'énergie hydraulique, l'énergie éolienne, une part des énergies marine et la biomasse (bois-énergie, biogaz, biocarburant) car c'est le soleil, par les transferts de chaleur ou la photosynthèse, qui les génère. Dans ce cas, l'exploitation de l'énergie solaire est plus importante, surtout à travers la biomasse, qui est en outre facilement stockable.
    “Cookie : Anciennement petit gâteau sucré, qu’on acceptait avec plaisir. Aujourd’hui : petit fichier informatique drôlement salé, qu’il faut refuser avec véhémence.”
    N'oubliez pas le si un message vous à aider a résoudre votre problème !

  2. #22
    Membre éclairé
    Citation Envoyé par Superzest 76 Voir le message
    C'est pour ca qu'il faudrait une grande alliance énergétique inter pays .
    la biomasse et les bio-carburants ont quand même des problemes: il faut de la place et ont besoins d'eau.

    dois t'on allouer des champs pour en faire de l'huile végétale pour alimenter le 4*4 ou bien de nourriture pour nourrir les hommes ?
    dois t'on raser des forets pour produire du carburant ?
    il faut aussi arroser ces plantations pour que cela pousse si il n'ya pas assez d'eau.

    reste la production d'énergie avec des algues, la mer est vaste et on pourrais créer des immenses champs marin d'algues.

  3. #23
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par Superzest 76 Voir le message
    C'est pour ca qu'il faudrait une grande alliance énergétique inter pays .
    On le fait déjà ça, par exemple par moment la France vend de l’électricité à l'Allemagne et parfois l'Allemagne vend de l’électricité à la France. (normalement la France affiche un solde exportateur positif)

    Mais on ne peut pas faire ça avec des pays lointain car il y a trop de perte sur les lignes. Sinon on pourrait mettre des panneaux solaires dans le désert et ce serait bon :
    Projet Desertec
    Le concept Desertec repose sur le fait que chaque km2 de désert reçoit annuellement « une énergie solaire équivalent à 1,5 million de barils de pétrole. La surface totale des déserts sur la planète entière fournirait plusieurs centaines de fois l'énergie utilisée actuellement dans le monde » ; couvrir 0,3 % des 40 millions de km2 de déserts de la planète en centrales solaires thermiques permettrait de couvrir les besoins électriques de la planète en 2009 (environ 18 000 TWh/an).
    Bon après ils disent qu'avec un nouveau type de ligne à haute tension il y a moyen d'avoir moins de perte :
    Les concepteurs du projet espèrent pouvoir utiliser de nouveaux types de lignes Haute Tension (lignes de transmission modernes en Courant Continu Haute Tension ou CCHT ou HVDC) devant permettre de transporter l'électricité sur de grandes distances avec beaucoup moins de pertes en ligne (3 % pour 1 000 km) qu'avec les lignes classiques à courant alternatif, et presque sans pollution électromagnétique.
    Keith Flint 1969 - 2019

  4. #24
    Chroniqueur Actualités

    Le nouveau projet "Planetary Computer" de Microsoft utilisera les données environnementales mondiales
    Le nouveau projet "Planetary Computer" de Microsoft utilisera les données environnementales mondiales
    Pour soutenir la durabilité

    Microsoft a annoncé mercredi de nouveaux efforts de développement durable pour l’année 2020, axée sur la préservation et la protection de la biodiversité et de la santé des écosystèmes du monde. Il s’agit de la deuxième étape de l’initiative carbone lancée par la société en janvier dernier, avec pour objectifs de devenir négative en carbone d'ici la fin de la décennie. Le projet "Planetary Computer", comme l’appelle Microsoft, va consister en une initiative informatique qui utilisera comme données d'entrée des données environnementales mondiales agrégées collectées auprès de plusieurs sources pour fournir, en fin de compte, des réponses aux clients de Microsoft et aux scientifiques sur la manière de planifier la durabilité.

    « La nouvelle initiative de Microsoft en matière de biodiversité comporte de multiples facettes. Peut-être plus important encore, elle vise à mettre les données et la technologie numérique au service de la biodiversité, notamment par le biais d'un ambitieux programme visant à rassembler les données environnementales du monde entier et à les mettre à profit dans un nouvel "ordinateur planétaire". Nous combinerons cette démarche avec de nouveaux travaux afin de permettre aux partenaires et aux clients d'utiliser les résultats obtenus pour améliorer la prise de décision en matière d'environnement dans leurs activités organisationnelles. Nous l'utiliserons également pour nous exprimer sur les questions de politique publique liées à l'écosystème et pour assumer la responsabilité de la propre empreinte écologique de Microsoft ». C’est ainsi que Microsoft, par la voix de son président Brad Smith, explique le nouveau projet.

    Autrement expliqué par M. Smith dans son billet de blog, il s'agit notamment de fournir à l’ordinateur planétaire des images satellites interrogeables, de l'apprentissage automatique et des données provenant des utilisateurs sur les limites réelles des forêts sur le terrain pour une utilisation dans les enquêtes sur les sites de construction industrielle ou les efforts de préservation des forêts ; pour fournir une mesure précise de l'impact du sable sur l'utilisation de l'eau pour la planification agricole; pour fournir aux biologistes de la faune des informations sur l'habitat des espèces mondiales pour soutenir les efforts de préservation ; et bien d'autres choses encore.


    Selon Microsoft, l’une des étapes les plus importantes dans le défi collectif qui a été franchie vient de la plateforme intergouvernementale scientifique et politique des Nations unies sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES), qui est chargée de surveiller la santé de la planète et qui a publié l'année dernière son premier rapport d'évaluation mondiale sur la biodiversité et les services écosystémiques.

    Selon le rapport de la plateforme, un quart des espèces de la planète sont menacées d'extinction. Les zones humides qui purifient et stockent l'eau et fournissent des habitats à des milliers d'espèces ont été réduites de 87 %. Les récifs coralliens qui fournissent des habitats aquatiques, de la nourriture, des barrières naturelles contre les inondations, des médicaments et des millions d'emplois dans le tourisme ont diminué de 50 % à l'ère moderne. Les populations de mammifères, d'oiseaux et d'autres espèces sauvages ont diminué de près de 60 % au cours des 40 dernières années, et le nombre d'espèces menacées d'extinction continue d'augmenter rapidement.

    Des principes de Microsoft pour guider le projet "Planetary Computer"

    Le président de Microsoft a énuméré quatre principes pour guider le travail de l’entreprise en vue d'atteindre les objectifs mondiaux en matière de biodiversité. Ces principes sont les suivants :

    Mettre les données et la technologie numérique au service de la biodiversité. « Nous ne pouvons pas résoudre un problème que nous ne comprenons pas entièrement. C'est pourquoi nous allons rassembler des données environnementales du monde entier et les mettre en pratique par l'informatique et l'apprentissage machine dans un nouvel ordinateur planétaire ».

    Donner du pouvoir à nos partenaires et clients dans le monde entier. « Nous utiliserons l'ordinateur planétaire pour développer et déployer la technologie numérique qui aide nos partenaires et clients à prendre des décisions environnementales dans leurs activités organisationnelles ».

    Utiliser notre voix sur les questions de politique publique liées à l'écosystème. « Nous soutiendrons et défendrons les initiatives de politique publique qui mesurent et gèrent les écosystèmes à l'échelle nationale et mondiale ».

    Assumer la responsabilité de notre empreinte écologique. « Nous assumerons la responsabilité des impacts de nos activités directes sur les écosystèmes en protégeant plus de terres que nous n'en utilisons d'ici 2025 ».

    "Planetary Computer" est une évolution du programme "AI for Earth" de Microsoft, qui a été lancé en 2017. L’AI for Earth fournit la technologie d’intelligence artificielle et des logiciels de cloud à ceux qui œuvrent à la résolution des problèmes climatiques mondiaux. AI for Earth octroie des subventions pour soutenir des projets qui changent la façon dont les personnes et les organisations surveillent, modélisent et enfin gèrent les écosystèmes.

    Le développement réel de l'ordinateur planétaire impliquera des investissements supplémentaires dans les infrastructures, ainsi que la participation des bénéficiaires actuels de l'AI for Earth pour construire des analyses sur les données collectées. Il y a également une nouvelle subvention AI for Earth, d'une valeur d'un million de dollars, accordée au réseau d'observation de la biodiversité du Groupe d'observation de la Terre pour servir de pierre angulaire à la collecte de données sur la biodiversité dans le cadre du projet.

    Pour soutenir le projet, Microsoft s'est également associé à Esri, une société de cartographie et d'information géographique qui soutient de nombreux instituts technologiques connexes dans ce domaine, a expliqué M. Smith. Des ensembles de données géospatiales seront mis à disposition par Azure et Esri dans le courant de l'année pour être utilisés par les clients et les institutions, et d'autres ensembles de données pourraient également être mis à disposition.

    La consommation électrique des entreprises comme Microsoft représente une grosse source d’émission de carbone dans la nature. Toutefois, elles comptent désormais adopter des pratiques énergétiques saines en exploitant des énergies 100 % renouvelables. « D'ici à 2030, Microsoft sera négative en carbone, et d'ici 2050, Microsoft éliminera de l'environnement tout le carbone que l’entreprise a émis soit directement, soit par sa consommation électrique depuis qu’elle a été créée en 1975 », a écrit l’entreprise en janvier dernier lors du lancement de la première partie de son initiative carbone.

    Les travailleurs des géants américains de la technologie Microsoft, Amazon, Facebook et Google ont quitté les bureaux l’année dernière pour s’associer à la « grève » internationale pour le climat, afin d’exiger de leur employeur l’objectif zéro émission de gaz à effet de serre d'ici 2030. Les entreprises comme Apple se vantent d’être neutres en carbone depuis quelques années déjà, mais la nouvelle initiative de Microsoft va plus loin et s'étale sur plusieurs décennies. « Nous devons travailler ensemble pour déterminer comment maximiser les avantages que la nature offre aux gens tout en minimisant les dommages environnementaux de nos activités. Ce ne sera pas facile, mais c'est possible si nous assemblons les pièces », a dit Microsoft. Attendons de voir.

    Sources : Microsoft, Ai for Earth, IPBES

    Et vous ?

    Que pensez-vous du nouveau projet de durabilité de Microsoft ?
    Quelle analyse faites-vous des principes énumérés pour guider le projet ?
    « D'ici à 2030, Microsoft sera négative en carbone. » Qu’en pensez-vous ?

    Lire aussi

    Microsoft annonce qu'il veut être négatif en émission de carbone d'ici 2030, et éliminer autant de carbone qu'il en a émis au cours de son histoire d'ici 2050
    Microsoft voudrait participer à la sauvegarde du patrimoine culturel mondial grâce à l'IA, et annonce cet objectif dans son projet « AI for Good »
    Les travailleurs d'Amazon, Google, Facebook, et de Microsoft se sont engagés à faire la grève du climat le 20 Septembre, tandis qu'Apple s'apprête à lancer l'iPhone 11 le même jour
    L'ancien dirigeant de Microsoft voudrait que les USA redeviennent un leader de l'énergie nucléaire, cette énergie est-elle idéale pour la planète ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  5. #25
    Membre éprouvé
    Les "experts de la fin du monde climatique" ont un gros problème avec leur propagande.: Le corovirus a fermé la majorité des usines du monde. Et le niveau de carbone actuel est comparable à celui de la pré-industrielle du 19ième siecle. Impact sur le climat: Zéro pointé !
    intel i7
    OpenSuse Leap 42.2
    Plasma et Cinnamon

  6. #26
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par Madmac Voir le message
    Les "experts de la fin du monde climatique" ont un gros problème avec leur propagande.: Le corovirus a fermé la majorité des usines du monde. Et le niveau de carbone actuel est comparable à celui de la pré-industrielle du 19ième siecle. Impact sur le climat: Zéro pointé !
    Niveau total dans l'atmosphère, ou niveaux émis ? Parce que c'est pas pareil, hein... Et les niveaux totaux n'ont pas baissé... pas à eux du 19e, et surtout pas en 2 mois.

  7. #27
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par Madmac Voir le message
    Les "experts de la fin du monde climatique" ont un gros problème avec leur propagande.: Le corovirus a fermé la majorité des usines du monde. Et le niveau de carbone actuel est comparable à celui de la pré-industrielle du 19ième siecle. Impact sur le climat: Zéro pointé !
    On n'a pas les chiffres pays par pays mais à l'observatoire de Hawaii, la tendance haussière est cassée : le confinement mondial semble avoir eu un impact sur les taux de gaz carbonique


    Par contre, je ne vois pas l'impact sur le climat : il parait que nous vivons "le mois de mars le plus chaud de l'histoire de l'humanité blah blah"
    La joie de l'âme est dans la planification -- Louis Hubert Liautey

  8. #28
    Chroniqueur Actualités

    Microsoft teste les piles à hydrogène comme l'alimentation de secours dans ses centres de données
    Ces piles pourraient-elles relancer une économie d'énergie propre à long terme ?

    En janvier dernier, Microsoft, l'un des principaux acteurs du cloud, prend ses responsabilités en annonçant un gros plan qui se tiendra sur la nouvelle décennie. La société s’engage à effacer son empreinte carbone d’ici 2030 et à éliminer de 2030 à 2050 autant de carbone qu'elle en a émis au cours de son histoire. La réduction des émissions de gaz à effet de serre se retrouve de plus en plus dans les principaux objectifs des entreprises technologiques. La consommation électrique de ces entreprises représente une grosse source d’émission de carbone dans la nature. Toutefois, elles comptent désormais adopter des pratiques énergétiques saines en exploitant des énergies 100 % renouvelables. Les entreprises comme Apple se vantent d’être neutres en carbone depuis quelques années déjà, mais l’idée de Microsoft va plus loin et s'étale sur plusieurs décennies.

    Le lundi dernier, Microsoft a annoncé dans un billet de blog que les piles à hydrogène ont alimenté une rangée de serveurs d'un de ses centres de données pendant 48 heures consécutives, une première qui pourrait relancer une économie d'énergie propre à long terme construite autour de l'élément le plus abondant de l'univers. L'entreprise annonce que cet exploit est la dernière étape dans l'engagement de l'entreprise à être négatif en carbone d'ici 2030. Pour aider à atteindre cet objectif et accélérer la transition mondiale loin des combustibles fossiles, Microsoft vise également à éliminer sa dépendance au diesel d'ici 2030.

    Microsoft déclare que le carburant diesel représente moins de 1 % des émissions globales de l'entreprise. Son utilisation est principalement limitée aux centres de données Azure, où, comme chez la plupart des fournisseurs de cloud dans le monde, les générateurs diesel prennent en charge des opérations continues en cas de panne de courant et d'autres interruptions de service. « Ils sont chers. Et ils ne font rien pendant plus de 99 % de leur vie », a déclaré Mark Monroe, un ingénieur d'infrastructure principal de l'équipe de Microsoft pour le développement avancé des centres de données.


    Ces dernières années, les coûts des piles à hydrogène ont chuté au point de devenir une alternative économiquement viable aux générateurs de secours alimentés au diesel. « Et l'idée de les faire fonctionner à l'hydrogène vert s'inscrit parfaitement dans nos engagements globaux en matière de carbone », a déclaré Monroe. De plus, a-t-il ajouté, un centre de données Azure équipé de piles à combustible, d'un réservoir de stockage d'hydrogène et d'un électrolyseur qui convertit les molécules d'eau en hydrogène et en oxygène pourrait être intégré au réseau électrique pour fournir des services d'équilibrage de charge.

    « Toute cette infrastructure représente une opportunité pour Microsoft de jouer un rôle dans ce qui sera sûrement un cadre global d'optimisation énergétique plus dynamique que le monde déploiera dans les années à venir », a déclaré Lucas Joppa , directeur de l'environnement de Microsoft. Pour explorer davantage comment Microsoft peut tirer parti de son investissement dans les piles à hydrogène et les infrastructures associées, la société a nommé Joppa comme son représentant au Conseil de l'hydrogène, une initiative mondiale d'entreprises de premier plan dans les secteurs de l'énergie, des transports et de l'industrie pour stimuler l'économie de l'hydrogène.

    Jpppa a déclaré que les scientifiques ont déjà prouvé que les piles à hydrogène peuvent être utilisées pour générer de l'énergie sans gaz à effet de serre à partir de l'élément le plus abondant de l'univers. « Nous savons comment le faire. Le conseil existe parce que nous ne savons pas nécessairement comment mettre à l'échelle la production d'hydrogène, le transport de l'hydrogène, l'approvisionnement en hydrogène et ensuite la consommation de celui-ci de différentes manières. Il y a encore beaucoup de travail à faire », dit-il.

    Microsoft s'efforce de fournir aux clients du centre de données Azure une disponibilité de service « cinq neuf », ce qui signifie que le centre de données est opérationnel 99,999 % du temps. Les générateurs de secours sont allumés pendant les pannes du réseau électrique et autres interruptions de service. « Nous n'utilisons pas beaucoup les générateurs diesel », a déclaré Monroe. « Nous les démarrons une fois par mois pour nous assurer qu'ils fonctionnent et leur faisons un test de charge une fois par an pour nous assurer que nous pouvons leur transférer correctement la charge, mais en moyenne, ils couvrent une panne de courant moins d'une fois par an ».

    Selon Brian Janous, directeur général de l'équipe de Microsoft pour la stratégie énergétique et de développement durable des centres de données, Microsoft recherche des technologies de remplacement du diesel qui maintiendraient ou amélioreraient la disponibilité des services et voient des promesses dans les piles à hydrogène et les batteries. « Le travail que l'équipe effectue aujourd'hui consiste vraiment à essayer d'évaluer la faisabilité de différentes solutions », a-t-il déclaré.

    Les batteries fournissent déjà une alimentation de secours à court terme, comblant l'écart de 30 secondes entre une panne sur le réseau et le temps nécessaire pour alimenter les générateurs diesel. Les batteries plus avancées ont des durées plus longues. Pour rappel, les germes de l'utilisation de piles à hydrogène pour l'alimentation de secours ont été plantés au printemps 2018, lorsque des chercheurs du National Renewable Energy Laboratory de Golden, au Colorado, ont alimenté un rack d'ordinateurs avec une membrane échangeuse de protons, ou PEM, pile à hydrogène. Monroe et ses collègues étaient sur place pour la démonstration.

    Source : Microsoft

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Que pensez-vous de l'utilisation des piles à hydrogène comme source d'énergie secours ?

    Voir aussi

    Microsoft annonce qu'il veut être négatif en émission de carbone d'ici 2030 et éliminer autant de carbone qu'il en a émis au cours de son histoire d'ici 2050

    Les travailleurs d'Amazon, Google, Facebook, et de Microsoft se sont engagés à faire la grève du climat le 20 Septembre, tandis qu'Apple s'apprête à lancer l'iPhone 11 le même jour

    Green IT : GreenPeace félicite Philips, HP, Sony et Nokia, mais donne une mauvaise note à Apple et Microsoft

    Le nouveau projet "Planetary Computer" de Microsoft utilisera les données environnementales mondiales pour soutenir la durabilité
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  9. #29
    Membre éprouvé
    Encore du bon greenwashing comme on l'aime.
    Microsoft ne dit pas comment il va produire l’hydrogène ! Pour rappel l’hydrogène n'existe pas à l'état naturel sur terre, pou obtenir ce précieux hydrogène, il faut dépenser de l’énergie, et plusieurs possibilités existent : peut l’extraire d’hydrocarbures, le produire par électrolyse de l’eau, mais alors… il aura fallu produire de l’électricité ou le produire par thermolyse de l’eau en la portant à très haute température. Il faut bien sûr aussi de l’énergie disponible.

    Donc même si l'hydrogène n'émet pas de gaz à effet de serre, la production de l'hydrogène lui en émet. Microsoft nous sert du bon greenwashing.

  10. #30
    Expert éminent sénior
    C'est possible de créer de l’hydrogène à partir d’électricité, donc en théorie à partir de provenance éolienne ou panneaux solaire, mais le processus de conversion est encore très coûteux.
    Cependant des recherches et des projets en cours sont très encourageants sur la possibilité de produire de l’hydrogène avec de l'énergie renouvelable de façon plus performante.

    « L’hydrogène vert devrait croître rapidement dans les années à venir”
    Pour autant, l’hydrogène vert semble promis à un bel avenir : « l’hydrogène vert, produit avec de l’électricité renouvelable, devrait croître rapidement dans les années à venir. De nombreux projets en cours et prévus vont dans cette direction. L’hydrogène issu d’énergies renouvelables est techniquement viable aujourd’hui et se rapproche rapidement de la compétitivité économique » expose ainsi l’IRENA.
    Donc c'est vrai dans la situation actuelle c'est pas encore une solution idéale, mais ça pourrais le devenir.
    Quand on voie que l’utilisation massives des automobiles électriques est en train de motiver des recherches pour avoir de nouvelles batteries non seulement non polluantes, faites avec des matériaux communs et pas des métaux rares, et de 2 à 10 fois plus puissante, on voie que cela vaux le coup d'investir dans les nouvelles technologies car cela motive la recherche qui va rendre ces technologies bien plus acceptables.

    Donc ici le projet va dans le bon sens, plus on va utiliser d’hydrogène, plus cela motivera les recherches sur les solutions pour le produire de façon verte.
    Ne prenez pas la vie au sérieux, vous n'en sortirez pas vivant ...

  11. #31
    Membre éprouvé
    Citation Envoyé par Pierre Louis Chevalier Voir le message

    L’hydrogène vert devrait croître rapidement dans les années à venir”
    Pour autant, l’hydrogène vert semble promis à un bel avenir : « l’hydrogène vert, produit avec de l’électricité renouvelable, devrait croître rapidement dans les années à venir. De nombreux projets en cours et prévus vont dans cette direction.
    Toute activité humaine a un impact environnemental. L'hydrogène « verte » n'existe pas. Toute énergie a des avantages et des inconvénients. L'électricité « renouvelable » n'existe pas non plus (à par la foudre peut-être). Il existe des énergies dites « renouvelables », mais les collecteurs comme les éoliennes ou les panneaux solaires ne sont pas renouvelables, et dépendent de nombreux métaux et des énergies fossiles pour être fabriqués et installés.

    Citation Envoyé par Pierre Louis Chevalier Voir le message

    Donc c'est vrai dans la situation actuelle c'est pas encore une solution idéale, mais ça pourrais le devenir.
    Pour rappel, les accords de Paris prévoient de faire baisser nos émissions à effet de serre par trois d'ici 2050, donc 5 % tous les ans à partir de demain. Donc nous ne pouvons pas compter sur d'éventuelles « innovations » technologiques pour atteindre cet objectif ambitieux.


    Citation Envoyé par Pierre Louis Chevalier Voir le message

    Quand on voie que l’utilisation massives des automobiles électriques est en train de motiver des recherches pour avoir de nouvelles batteries non seulement non polluantes, faites avec des matériaux communs et pas des métaux rares, et de 2 à 10 fois plus puissante, on voie que cela vaux le coup d'investir dans les nouvelles technologies car cela motive la recherche qui va rendre ces technologies bien plus acceptables.
    Comme dit plus haut, toute activité humaine a un impact environnemental, donc des batteries « non polluantes » ça n'existera jamais. Une voiture électrique peut même émettre plus de gaz à effet de serre qu'une voiture thermique si l'électricité est produite au charbon (40 % de l'électricité produite dans le monde provient du charbon). L’électricité comme l'hydrogène n'est pas une énergie primaire, donc il faut dire comment est produite l'électricité. Croire qu'il y aura assez de lithium pour produire assez de batteries pour un milliard de voitures est totalement utopique. Sans parler des dizaines d'années qu'il faudrait pour remplacer le parc existant.

    Citation Envoyé par Pierre Louis Chevalier Voir le message

    Donc ici le projet va dans le bon sens, plus on va utiliser d’hydrogène, plus cela motivera les recherches sur les solutions pour le produire de façon verte.
    Le projet va dans le mauvais sens (ce n'est pas un projet d'ailleurs, juste du greenwashing) puisqu'il liasse croire qu'on va pouvoir gérer la crise climatique en produisant de l'hydrogène via des éoliennes ou panneaux solaires pour alimenter les centre de données. Ce qui est bien sûr totalement faux, l'énergie fournie par les éoliennes et les panneaux solaires ne pourront jamais remplacer les 80 % de la production d'énergie qui est encore fossile à l'heure actuelle.

    La seule solution pour vaincre la crise climatique est la décroissance, produire moins, consommer moins, se serrer la ceinture. Et non pas poursuivre cette fuite en avant en pensant que la technologie nous sauvera. La croissance verte est juste une utopie.

  12. #32
    Expert éminent sénior
    L'un n’empêche pas l'autre, c'est pertinent de diminuer la consommation, comme par exemple les projets du gouvernement pour encourager l'isolation des logements, tout en essayant de produire de l'énergie d'une autre façon. Troisième facteur : ne plus encourager la croissance de la population.
    Ne prenez pas la vie au sérieux, vous n'en sortirez pas vivant ...

  13. #33
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par FatAgnus Voir le message
    Donc nous ne pouvons pas compter sur d'éventuelles « innovations » technologiques pour atteindre cet objectif ambitieux.
    On ne peut pas rester avec les technologies actuelles, parce que le pétrole finira par se raréfier donc le prix va augmenter, donc il faut développer des alternatives au pétrole.
    À force d'injecter des milliards et des milliards dans les énergies renouvelable des solutions efficace vont probablement voir le jour. (sinon peut-être qu'on aura la fusion nucléaire avec le projet Iter et là on sera bien )

    Citation Envoyé par FatAgnus Voir le message
    La seule solution pour vaincre la crise climatique est la décroissance, produire moins, consommer moins, se serrer la ceinture. Et non pas poursuivre cette fuite en avant en pensant que la technologie nous sauvera. La croissance verte est juste une utopie.
    Le problème c'est qu'on a besoin de croissance pour rembourser la dette.
    Tant qu'on sera dans un monde capitaliste aucun gouvernement ne va viser la décroissance.
    Keith Flint 1969 - 2019

  14. #34
    Membre éprouvé
    Citation Envoyé par Pierre Louis Chevalier Voir le message
    L'un n’empêche pas l'autre,
    En réponse, je cite Philippe Bihouix auteur de « L'Âge des low-tech » et de « Le bonheur était pour demain » :
    La recette acutelle :une fuite en avant, la plus rapide possible à base d'innovations high tech - ne résoudra pas les problèmes dans lesquels nous sommes enferrés. Au mieux, il s'agit de bonnes idées, mais que nous ne mettrons pas en œuvre à la vitesse et aux ordres de grandeur nécessaires, tant s'en faut. Au pire, il s'agit de nouvelles technologies et de tendances néfastes, qui ne font et ne feront qu'accélérer le système qui nous a conduits à l'impasse. Entre les deux, quelques tartes à la crème technologiques, sans intérêt, font la joie des médias, des conseillers en développement durable et des économistes et sociologues propectives faussement ou réellement naïfs?

    Citation Envoyé par Pierre Louis Chevalier Voir le message

    c'est pertinent de diminuer la consommation, comme par exemple les projets du gouvernement pour encourager l'isolation des logements, tout en essayant de produire de l'énergie d'une autre façon.
    Il est nettement moins coûteux d'isoler et de couvrir le corps, que d'isoler et chauffer la pièce entière ! Pour se protéger du froid, il existe aujourd'hui des vêtements et des matières particulièrement effficaces, en comparaison des « nippes » de nos arrières-grands-parents.

    Citation Envoyé par Pierre Louis Chevalier Voir le message

    Troisième facteur : ne plus encourager la croissance de la population.
    Même si la question démographique ne peut être éludée, il est évident qu'elle ne permet pas de résoudre nos problèmes à brève échéance.

  15. #35
    Membre éprouvé
    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    On ne peut pas rester avec les technologies actuelles, parce que le pétrole finira par se raréfier donc le prix va augmenter, donc il faut développer des alternatives au pétrole
    L'AIE a annoncé en 2010 que la production de pétrole conventionnel avait atteint son pic en 2006 et prévoit un pic tout pétrole probable d'ici 2025. Il n'existe aucune élasticité prix volume du prétrole, dit autrement, ce n'est pas parce-que le pétrole est cher qu'on en manque, et ce n'est pas parce-que le pétrole n'est pas cher qu'on en a beaucoup. Donc nous ne verrons pas venir la pénurie du pétrole par son prix. Il n'existe aujourd'hui aucune alternative aussi efficace que le pétrole et il est peu probable qu'on en trouve une.

    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    À force d'injecter des milliards et des milliards dans les énergies renouvelable des solutions efficace vont probablement voir le jour. (sinon peut-être qu'on aura la fusion nucléaire avec le projet Iter et là on sera bien )
    Le fait d'injecter des milliards dans la recherche ne changera pas grand chose aux limitations de la physique, on ne peut pas aller contre les lois de la physique, et l'énergie ne peut-être extraite que de l'environnement. Les énergies renouvelables comme le vent et le solaire sont trop diffuses et intermittentes pour pouvoir un jour remplacer le pétrole et les énergies fossiles qui assurent la production de 80 % de l'énergie mondiale. La fusion nucléaire, n'est pas prête et ne sera peut-être jamais au point, mais mettre le Soleil en boîte quand on a pas la boîte n'est pas facile. On annonce une mise en production en 2100 donc même si la fusion nucléaire est un jour au point elle arrivera bien trop tard. Mieux vaudrait dépenser notre temps et nos moyens dans des technologies qui ont une chance de voir le jour, comme les réacteurs de quatrième génération, mais qui de toute façon arriveront eux aussi trop tard.

    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    Le problème c'est qu'on a besoin de croissance pour rembourser la dette.
    Tant qu'on sera dans un monde capitaliste aucun gouvernement ne va viser la décroissance.
    La dette ne sera jamais remboursée, elle sera annulée ou les alors les banques iront se servir dans les économies des épargnants, comme les assurances vie ou autre. Pour la décroissance nous avons deux options, la décroissance choisie, donc la sobriété ou bien la décroissance subie (car la décroissance arrivera de toute façon), c'est à dire la pauvreté.

  16. #36
    Membre confirmé
    Citation Envoyé par FatAgnus Voir le message


    Le projet va dans le mauvais sens (ce n'est pas un projet d'ailleurs, juste du greenwashing) puisqu'il liasse croire qu'on va pouvoir gérer la crise climatique en produisant de l'hydrogène via des éoliennes ou panneaux solaires pour alimenter les centre de données. Ce qui est bien sûr totalement faux, l'énergie fournie par les éoliennes et les panneaux solaires ne pourront jamais remplacer les 80 % de la production d'énergie qui est encore fossile à l'heure actuelle.

    La seule solution pour vaincre la crise climatique est la décroissance, produire moins, consommer moins, se serrer la ceinture. Et non pas poursuivre cette fuite en avant en pensant que la technologie nous sauvera. La croissance verte est juste une utopie.
    Pas forcément.
    Croire qu'on fera de l'hydrogène avec des panneaux solaires et de l'éolien c'est juste une blague, pour des questions de rendement. Enfin si, on pourrait le faire comme on le fait maintenant, c'est à dire en utilisant du charbon et du pétrole pour fabriquer de l'éolien et des panneaux et la centrale à hydrogène. Mais si un jour on veut fabriquer le cycle complet sans apport fossile ça ne passera plus car l'éolien et le solaire ont un ROI (return on investissement) trop faible (le solaire ça a un ROI à 3,9 sans stockage et à 1,6 avec le stockage, l'éolien à 16 et 3,9, le nucléaire à 75). ça veut dire que le solaire photovoltaïque c'est juste du green -washing car il ne peut même pas produire assez pour se générer lui même et faire des excédents (le seuil de rentabilité du ROI c'est 4 à 7 selon les sources). Sans compter que rien que l'hydrolyse à basse température c'est 50% de rendement je crois (sans compter toutes les pertes liées au cycle complet de l'hydrogène : distribution, pile...) donc c'est mort, ça ne marchera jamais. D'autant plus que les catalyseurs utilisés à basse température sont je crois des éléments rares et coûteux.

    Le pas forcément, c'est que le gouvernement actuel a tué le futur de la France. Ils ont arrêté le nucléaire et les réacteurs de 4e génération, ils ont vendu Alstom ; la compétence se perd. Alors que la 4e génération, c'était la solution au problème des actinides mineurs, la possibilité de ne pas manquer de combustible nucléaires pour quelques milliers d'années (le temps de voir venir...), et surtout, la possibilité de co-générer l'hydrogène par électrolyse à chaud en utilisant ce déchet nucléaire qu'est la chaleur, avec un rendement de 70% je crois , ce qui rend la filière hydrogène viable grâce au ROI énorme du nucléaire (qui peut encore monter si on diminue le minage comme on n'a plus besoin des mines pour quelques siècles rien qu'avec les réserves sur le sol français vu que le réacteur 4G est un surgénérateur (produit plus de combustible qu'il n'en consomme, ce qui est juste unique).

    Et pourquoi cet arrêt ? Réponse officielle : car le cours actuel de l'uranium de justifie pas les investissements. C'est sûr que si on attend que le cours monte pour lancer une technologie qui met 20 ans à être lancée, on sera prêt le jour du problème, le jour où les décideurs du monde arrêteront de copiner avec les pseudo-écolos et se rendront compte que sans pétrole, gaz ou charbon, les éoliennes et panneaux ne peuvent plus être fabriqués, les turbines à gaz ne pourront plus produire les jours sans vent ni soleil, les moteurs thermiques à l'arrêt, et qu'il faut du nucléaire (comme le préconise largement le GIEC). Et on aura le choix entre revenir à la pauvreté (ie. l'ère pré-industrielle), ou la richesse apportée par l'énergie quasi-illimitée du nucléaire. Sauf que ce jour là, on devra acheter le surgénérateur russe ou chinois (car eux ont lancé l'industrialisation), s'ils veulent bien nous le vendre (vu le sentiment nationaliste chinois qui attend le jour de la revanche sur l'occident, je ne parierais pas dessus.)

  17. #37
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par FatAgnus Voir le message
    ce n'est pas parce-que le pétrole est cher qu'on en manque
    Aujourd'hui le pétrole est quasiment "gratuit" le prix n'est composé que de taxe.
    Mais quand il faudra dépenser plus d'énergie pour l'extraire le prix du baril va monter et comme il doit y avoir 900% de taxes, on va le sentir.
    Quand 1L de diesel coûtera 10€, les gens rouleront moins.

    Citation Envoyé par FatAgnus Voir le message
    Il n'existe aujourd'hui aucune alternative aussi efficace que le pétrole et il est peu probable qu'on en trouve une.
    Si on maîtrisait la fusion nucléaire on aurait assez d'énergie pour produire de l'hydrogène.
    Mais c'est vrai que pour le moment l’électrique c'est nul à chier, les batteries sont des catastrophes écologiques.
    Les éoliennes produisent que dalle et coûtent hyper cher à produire, à maintenir, à démonter, etc. (mais il existe des projets d'éolienne sans hélice)

    Citation Envoyé par FatAgnus Voir le message
    Les énergies renouvelables comme le vent et le solaire sont trop diffuses et intermittentes pour pouvoir un jour remplacer le pétrole
    Ouais mais d'un autre côté si il y avait moyen de stocker de l'énergie ou de la transporter sur des milliers de km, on pourrait remplir le dessert algérien de panneaux solaires.
    Projet Desertec
    Le concept Desertec repose sur le fait que chaque km2 de désert reçoit annuellement « une énergie solaire équivalent à 1,5 million de barils de pétrole. La surface totale des déserts sur la planète entière fournirait plusieurs centaines de fois l'énergie utilisée actuellement dans le monde » ; couvrir 0,3 % des 40 millions de km2 de déserts de la planète en centrales solaires thermiques permettrait de couvrir les besoins électriques de la planète en 2009 (environ 18 000 TWh/an).
    Citation Envoyé par FatAgnus Voir le message
    La fusion nucléaire, n'est pas prête et ne sera peut-être jamais au point
    Ou peut-être que la fusion nucléaire sera prête en 2060 ou avant.

    Citation Envoyé par FatAgnus Voir le message
    La dette ne sera jamais remboursée, elle sera annulée ou les alors les banques iront se servir dans les économies des épargnants
    L'un n'empêche pas l'autre, les états préparent des lois pour aller piocher l'argent directement dans les comptes des épargnants, mais ça ne suffira pas à sauver les banques.

    Citation Envoyé par FatAgnus Voir le message
    Pour la décroissance nous avons deux options, la décroissance choisie, donc la sobriété ou bien la décroissance subie (car la décroissance arrivera de toute façon), c'est à dire la pauvreté.
    Et ben ce sera la pauvreté, car aucun gouvernement ne choisira la décroissance. C'est pas dans le logiciel.
    Il faut formater et réinstaller un autre OS. Dans le monde réel ça veut dire : crise économique, famines, épidémies, guerres et après des centaines de millions de morts on verra.
    Keith Flint 1969 - 2019

  18. #38
    Membre confirmé
    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message

    Ou peut-être que la fusion nucléaire sera prête en 2060 ou avant..
    Ou peut être que personne n'en sait rien. La fusion, c'est la grande inconnue.
    - La théorie n'est pas au point. Dans les tokamaks on doit stabiliser le plasma. La physique des plasmas c'est l'équation de Navier-Stokes qui date de bien un siècle et dont on ignore si elles sont solubles. ça veut dire que le réacteur est construit sur une physique inconnue. En pratique ça veut dire que de temps en temps, le plasma devient instable et sort du confinement, ce qui est embêtant pour les parois.
    - l'autre problème, c'est qu'un réacteur à fusion ça crée un gros flux de neutrons qui a la fâcheuse tendance à transmuter le réacteur qui devient friable.

    Tout ça ça veut dire qu'il faut une percée théorique et une percée en physique des matériaux (parce que si le réacteur est tout le temps en maintenance ce sera pas rentable).

    Une percée ça peut aussi vouloir constater que c'est pas possible.

    il y a 10 ans, bien des gens dans le mini-monde des physiciens du plasma pensait que le confinement inertiel, c'était super-prometteur. L'idée, c'est que comme on ne connaît pas la physique du confinement, ben on ne confine pas le plasma. On faisait imploser des billes de combustible avec des tirs de laser et en gros c'était des mini-bombes et ça semblait beaucoup plus facile à maîtriser. Sauf que l'expérimentation a montré un phénomène physique imprévu non linéaire et en fait ça ne peut pas marcher. Du coup, tous les projets ont été arrêtés et les équipes sont parties ailleurs.

    Donc peut être qu'iter donnera des idées sur les solutions encore à trouver, ou peut être qu'on découvrira de nouveaux problèmes...

  19. #39
    Membre éprouvé
    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    Aujourd'hui le pétrole est quasiment "gratuit" le prix n'est composé que de taxe.
    Tu confonds pétrole et carburant. Si le prix du carburant est effectivement composé de 60 % de taxes en France, il n'existe pas à ma connaissance de taxe sur le prix du pétrole brut.

    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    Mais quand il faudra dépenser plus d'énergie pour l'extraire le prix du baril va monter et comme il doit y avoir 900% de taxes, on va le sentir. Quand 1L de diesel coûtera 10€, les gens rouleront moins.
    Si tu avais pris le temps de lire l'article « Le pétrole est-il élastique ? », Jean-Marce Jancovici écrit « l’observation du passé montre donc que nous avons pu avoir plus de pétrole avec un prix qui monte, plus de pétrole avec un prix qui descend, ou la même quantité de pétrole avec un prix qui fait n’importe quoi. ». Comme dit plus haut tu confonds carburant et pétrole, carburant qui comprend 60 % de taxes en France et non pas 900 % ! Alors qu'il fallait dans les années 1930 « investir » que 2 ou 3 barils de pétrole pour en produire 100, on atteint le ratio époustouflant de 1 baril pour en produire 3 dans le cas des sables asphaltiques de l'Athabasca au Canada. Donc il n'y a pas vraiment d'incidence sur le prix.

    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    Si on maîtrisait la fusion nucléaire on aurait assez d'énergie pour produire de l'hydrogène.
    On ne maîtrise pas la fusion nucléaire, aujourd'hui la fusion nucléaire est juste une tarte à la crème technologique. On ne peut compter que sur les technologies qu'on maîtrise et qui sont déployées. Parier sur la fusion nucléaire c'est comme parier son avenir sur une grille à la loterie transnationale EuroMillions.

    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    Ouais mais d'un autre côté si il y avait moyen de stocker de l'énergie ou de la transporter sur des milliers de km, on pourrait remplir le dessert algérien de panneaux solaires. Projet Desertec
    Comme l'écrit Philippe Bihoux : « Certes un quadrilatère de quelques dizaines ou centaines de kilomètres de côté pourrait fournir toute l'électricité mondiale [attention toute l'électricité, pas toute l'énergie mondiale]. Cependant les calculs de coin de table ne veulent rien dire. Pour produire les 22 000 TWh de la consommation électrique mondiale (en 2011), il faudrait installer l'équivalent de cinq cent années de production actuelle de panneaux solaires ! Sans oublier qu'au bout de quarante ans ou plus il faudrait tout recommencer, étant donnée la durée de vie des panneaux photovoltaïques. Et qui passerait le balai à chaque tempête de sable sur les dizaines de milliers de kilomètres carrés de panneaux ? »
    Autant dire que le projet que le projet Desertec est totalement infaisable.

    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    Ou peut-être que la fusion nucléaire sera prête en 2060 ou avant.
    Ou peut-être gagneras-tu au prochain tirage de la loterie transnationale EuroMillions qui sait ? Investir dans la fusion nucléaire est juste une perte de temps et d'argent, il y a bien plus urgent à faire.

  20. #40
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par FatAgnus Voir le message
    carburant qui comprend 60 % de taxes en France et non pas 900 % !
    Ça dépend de quelque côté on regarde. Si t'as un produit qui totalement sans taxe coûte x et que en TTC il coûte 10x, ça veut dire qu'il y a 900% de taxe, parce qu'il y a 9x de taxe. Mais si on regarde de l'autre côté on dit que le prix est composé de 90% de taxe. Il me semblait qu'à l'époque quand les gens disaient "la TVA est à 19,6%" ça voulait dire qu'on prenait le prix HT et qu'on le multipliait par 1,196, donc ça va plutôt dans mon sens. (on ne disait pas la TVA représente 16,39% (ou un truc comme ça) du prix total).
    En TTC 1L de Diesel coûte 1,22€. Il doit y avoir des coins dans le monde où il coûte 0,12€. Ou un peu près.
    C'est comme le paquet de cigarette qui coûte 10€ en France (voir plus je sais pas) et qui coûte moins de 1€ dans certains pays du monde.

    Au Venezuela, au Soudan, en Iran, au Koweït, en Algérie, etc, le prix de l'essence est plus bas qu'en France (bon ils ont moins de frais de port aussi). Mais en tout cas ça veut dire que sans toutes les taxes l'essence coûterait beaucoup moins cher. Est-ce qu'au Soudan ils vendent l'essence à perte ?
    La France aurait moyen de s'arranger avec l'Arabie Saoudite, le Qatar, l'Iran, la Russie, pour avoir des barils à bon prix.

    Citation Envoyé par FatAgnus Voir le message
    Tu confonds pétrole et carburant.
    C'est parce que le pétrole est la matière première qui sert à produire l'essence et le diesel.
    Un baril de pétrole coûte un peu près 40$ aujourd'hui, dans un baril de pétrole il doit y avoir 159L, avec un baril de pétrole tu peux produire :

    Essence 73,8
    Carburant distillé carburant diesel et de chauffage domestique 34,8
    Carburéacteur de type kérosène 15,2
    Coke de pétrole 7,2
    Fuel résiduel utilisé dans l'industrie, le transport maritime et la production d'électricité 5,8
    Gaz de raffinage liquéfiés 7
    Gaz de distillation, propane ; butane 7,2
    Asphalte et bitumes 4,9
    Charges pétrochimiques 4,5
    Lubrifiants 1,9
    Kérosène ou pétrole lampant 0,7
    Autres 1,1
    Bon après il faudrait voir combien coûte l'extraction, mais depuis le temps la technologie doit être au point.
    Bref aujourd'hui les énergies à base de pétrole sont pas cher (surtout si on enlève les taxes qui représentent au moins 60% du prix).
    Le truc marrant c'est que quand le prix du baril baisse, le prix à la pompe ne baisse pas (il y a des taxes fixes et des taxes en pourcentage, donc quand le prix monte, on paie plus de taxe).

    Citation Envoyé par FatAgnus Voir le message
    Investir dans la fusion nucléaire est juste une perte de temps et d'argent, il y a bien plus urgent à faire.
    C'est un projet pour la paix mondiale, c'est un symbole.
    L’assemblage du réacteur du projet international ITER est lancé, près de 15 ans après ses débuts
    « ITER est une promesse de paix et de progrès », a insisté le chef de l’Etat au sujet de ce projet international lancé par un traité de 2006 et réunissant 35 pays, soit toute l’Union européenne (avec le Royaume-Uni), la Suisse, la Russie, la Chine, l’Inde, le Japon, la Corée du Sud et les Etats-Unis.

    Des représentants de sept des partenaires d’ITER se sont exprimés lors de cette cérémonie, tous à distance dans des vidéo préenregistrées. Le chef de l’Etat sud-coréen, Moon Jae-In, a salué « le plus grand projet scientifique de l’histoire de l’humanité » et cette recherche de « nouvelles frontières scientifiques et technologiques », avec ce « rêve partagé de créer une énergie propre et sûre d’ici à 2050 ».
    De toute façon on ne baissera pas notre niveau de vie par choix, les gouvernements ne parle que de lancer la croissance (la croissance vient principalement de la consommation, les produits sont fabriqué en Chine, donc les cargos de marchandise vont continuer de voyager).
    Il vaut mieux essayer de réussir la fusion nucléaire que de ne rien faire. En plus c'est pas si cher que ça, on a gaspillé beaucoup plus de milliards dans des choses beaucoup moins utile.
    Bon alors ok si à la fin les scientifiques ne découvrent rien du tout, ça fera cher comme erreur.

    Citation Envoyé par FatAgnus Voir le message
    il y a bien plus urgent à faire.
    Ah ouais c'est quoi votre délire que des gens répètent tout le temps ?
    Si on ne réduit pas les émissions de X% chaque année, dans Y années, la température globale augmentera de Z°.

    Écoutez, il y a un krach économique mondial qui approche, il va avoir des conséquences cataclysmiques, il va y avoir des guerres, des famines, des épidémies, etc, donc la production de gaz à effet de serra va diminuer.
    Ce sera fini de commander des objets fabriqué en Chine, les gens n'auront plus d'argent.

    Personnellement je pense qu'il y a des pollutions bien plus grave que la production humaine de CO2 et je pense que la production humaine de CO2 n'est pas le facteur principal du changement climatique.
    Mais après chacun est libre de penser ce qu'il veut.

    Si votre truc c'est : «Il faut vite que le monde entier réduise son niveau de vie, sinon dans 5 ans le CO2 aura détruit les humains et des milliers d'autres espèces», c'est très bien pour vous.
    Bon après si c'est la thèse officielle du GIEC ça ne rigole pas
    Keith Flint 1969 - 2019

###raw>template_hook.ano_emploi###