Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Patrick Ruiz
    Homme Profil pro
    Redacteur web
    Inscrit en
    février 2017
    Messages
    816
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Redacteur web
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : février 2017
    Messages : 816
    Points : 27 991
    Points
    27 991
    Par défaut La Quadrature du Net s'attaque au décret autorisant la création de l’application mobile intitulée ALICEM
    En dépit de l’opposition de la CNIL, la France s’apprête à lancer un programme d’identité numérique par reconnaissance faciale
    Avant la fin d’année

    La France est en passe de se positionner en Europe en pionnier de l’utilisation de la reconnaissance faciale pour donner aux citoyens une identité numérique « sécurisée. » Le projet dénommé Alicem pour « authentification en ligne certifiée sur mobile » est piloté par le ministère de l’Intérieur et l’Agence nationale des titres sécurisés (ANTS). C’est le résultat d’un décret publié mi-mai pour instaurer un nouveau moyen d’identification numérique qui permettra de se connecter à différents sites du service public.

    « L'application Alicem est en phase de test sur FranceConnect depuis juin 2019 », lit-on sur la page dédiée au projet. Elle n’est pour le moment disponible que sur la plateforme Android.

    « Une fois l’application chargée, il s’agira de procéder à une lecture de la puce du [titre d’identité] avec le téléphone. L’application récupérera un certain nombre de données qui seront ensuite vérifiées. La vérification portera notamment sur l’authenticité et l’intégrité du document ainsi que sur la validité en cours de ce dernier. Une reconnaissance faciale poussée via un selfie sera ensuite effectuée. Une fois ces démarches complétées, le serveur central d’Alicem situé au ministère validera la création de l’identité numérique », explique le ministère de l’Intérieur qui ajoute que l’identité numérique est ensuite stockée dans le téléphone. « Les données d’état civil seront chiffrées et disponibles uniquement dans le téléphone. L’utilisateur pourra alors les utiliser pour effectuer ses démarches en ligne auprès de fournisseurs de services administratifs publics comme les impôts ou la CAF, ou privés comme les banques et les assurances », indique-t-il en sus.

    Nom : alicem.png
Affichages : 11108
Taille : 472,1 Ko

    Le problème avec Alicem saute alors à l’oeil : pas d’alternative à la reconnaissance faciale. La Quadrature du Net, association de défense des libertés numériques, a récemment attaqué ce décret devant le Conseil d'État en mettant en avant cet aspect. « L’ouverture d’un compte Alicem nécessite l’utilisation d’un dispositif de reconnaissance faciale, fondé sur le consentement de l’utilisateur ou de l’utilisatrice. [Or], il n’existe aucun autre moyen pour l’utilisateur ou l’utilisatrice de l’application Alicem d’activer son compte sans passer par un dispositif de reconnaissance faciale », fait-elle valoir.

    L’an dernier, la CNIL émettant un avis sur le dossier précisait qu’elle « relève que le ministère ne propose pas, en l’occurrence et à l’heure actuelle, d’alternative à la reconnaissance faciale pour créer une identité numérique de niveau élevé au sens du règlement e-IDAS. Il en résulte que la création d’une identité numérique Alicem est subordonnée à un processus de reconnaissance faciale sans qu’aucune autre alternative équivalente ne soit prévue pour permettre la délivrance d’une identité numérique par cette application. Au regard des principes rappelés ci-dessus, le consentement au traitement des données biométriques ne peut être regardé comme libre et comme étant par suite susceptible de lever l’interdiction posée par l’article 9.1 du RGPD. » En guise de possibilités autres que la reconnaissance faciale, elle proposait un face-à-face en préfecture ou en mairie, ou un appel vidéo en direct avec un agent.

    Mais il semble que la messe soit dite malgré les oppositions. En effet, le déploiement final serait prévu pour le mois de novembre de l’année en cours. Mais, le ministère de l’Intérieur se veut rassurant en précisant que le système d'identification ne sera pas utilisé pour surveiller les résidents. Contrairement à la Chine et à Singapour, le pays n'intégrera pas la biométrie de reconnaissance faciale dans les bases de données d'identité des citoyens. En fait, le ministère de l'Intérieur affirme que les données de reconnaissance faciale recueillies seront supprimées lorsque le processus d'inscription sera terminé. Mais cela n’empêche pas les observateurs d’émettre des réserves additionnelles, notamment, en ce qui concerne l’aspect sécurité. En effet, plus tôt dans l’année, il n’a fallu qu’une heure à un pirate pour pénétrer le système.

    Si les comparatifs avec la dictature chinoise n’ont pas manqué de fuser, il faut dire que la création d’un compte Alicem n’est pas obligatoire.

    Nom : alicem1.png
Affichages : 2366
Taille : 444,0 Ko

    Les utilisateurs restent libres de faire usage des alternatives mises à leur disposition :

    • la création d’un compte spécifique sur le service en ligne choisi ;
    • les autres moyens d’identification électronique disponibles sur FranceConnect ;
    • les procédures administratives « physiques » traditionnelles.

    Sources : Intérieur, Quadrature

    Et vous ?

    Qu’en pensez-vous ?

    Le parallèle avec la "dictature" chinoise est-il justifié dans le contexte du lancement de cette application ?

    Envisagez-vous de procéder à la création d'un compte Alicem ? Si oui, pour quelles raisons ?

    Voir aussi :

    Des actionnaires demandent à Amazon d'arrêter de vendre son IA de reconnaissance faciale aux forces de l'ordre

    Amazon : un employé demande à son patron d'arrêter de vendre le système de reconnaissance faciale à la police évoquant des dérives

    La technologie de reconnaissance faciale d'Amazon identifie à tort 28 membres du Congrès US comme des criminels quels dangers pour les Américains ?

    USA : des associations s'érigent contre la technologie de reconnaissance faciale d'Amazon craignant une surveillance de masse par la police
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre averti
    Femme Profil pro
    Inscrit en
    juillet 2012
    Messages
    105
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : Italie

    Informations forums :
    Inscription : juillet 2012
    Messages : 105
    Points : 372
    Points
    372
    Par défaut
    Si on te vole une password tu peux la changer, si on te vole les données biometriques qu'est ce qu'on fait?
    En plus une password c'est dans ta tete et c'est "difficile" a extraire... le visage: une petite video, un algoritme de Structure-from-motion et fin des jeux

  3. #3
    Membre chevronné Avatar de SofEvans
    Homme Profil pro
    Développeur C
    Inscrit en
    mars 2009
    Messages
    1 006
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 30
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur C

    Informations forums :
    Inscription : mars 2009
    Messages : 1 006
    Points : 1 911
    Points
    1 911
    Par défaut
    Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
    Les utilisateurs restent libres de faire usage des alternatives mises à leur disposition :

    • la création d’un compte spécifique sur le service en ligne choisi ;
    • les autres moyens d’identification électronique disponibles sur FranceConnect ;
    • les procédures administratives « physiques » traditionnelles.
    Oui enfin, c'est optionnel au début ...

    Un peu comme le projet Aadhaar en Inde : complètement optionnel et n'était là que pour faciliter les démarches.
    Maintenant, il faut un compte Aadhaar pour recevoir des subventions du gouvernement.

    Alors l'aspect "c'est optionnel, vous pouvez faire autrement", je le sens bien comme étant une grosse en***ade.
    Ça sera optionnel au début, puis obligatoire pour certains aspect non-vitaux, puis obligatoire pour tous ...

  4. #4
    Membre à l'essai
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    août 2019
    Messages
    8
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Marne (Champagne Ardenne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : août 2019
    Messages : 8
    Points : 23
    Points
    23
    Par défaut
    Je crois que je vais à nouveau regarder '1984' pour me faire à ma nouvelle vie future.

  5. #5
    Membre actif
    Homme Profil pro
    Développeur Web
    Inscrit en
    janvier 2016
    Messages
    77
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Isère (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur Web

    Informations forums :
    Inscription : janvier 2016
    Messages : 77
    Points : 255
    Points
    255
    Par défaut
    Ils ont déjà nos photos de carte d'identité/passeport de toutes manières

  6. #6
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    octobre 2017
    Messages
    416
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Suisse

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : octobre 2017
    Messages : 416
    Points : 1 752
    Points
    1 752
    Par défaut
    Mais c'est super!

    Et quand les données d'identification se feront hackées... Parce que cela soit clair, elles seront hackées... Il s'agit juste d'une question de temps!

    Que se passera-t-il?

    Comme d'habitude... Une excuse en annonçant qu'il s'agit d'une erreur humaine et que la sécurité reste assurée?

    Est-ce que l'Etat français compte prendre à sa charge les frais de chirurgie esthétique pour changer de tête?


    Petite pensée émue pour les lecteurs de médias suisses qui ont appris ces derniers jours que:

    l'un des plus importants acteurs de l'e-commerce suisse s'était fait voler les données de ses clients https://www.tdg.ch/high-tech/comptes...story/17770110

    ou encore

    que les données médicales des patients des HUG (Hopitaux Universitaires Genevois), l'un des plus gros hôpitaux du pays, se promenaient librement sur le web https://www.ictjournal.ch/news/2019-...s-sur-internet


    PS: Mais il n'y a pas de problème, cela concerne toujours que quelques dizaines de victimes (oui parce, sachez bon peuple, le hacker est frugal... Il sait de limiter... Quand il a accès à la base de données des clients comptant des dizaines de milliers de profils, il en copie juste un ou deux )

  7. #7
    Membre averti
    Profil pro
    maçon
    Inscrit en
    novembre 2004
    Messages
    198
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France, Haute Loire (Auvergne)

    Informations professionnelles :
    Activité : maçon

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2004
    Messages : 198
    Points : 309
    Points
    309
    Par défaut
    Ce qui me rend le plus triste dans tout ça, c'est que mis à part quelques personnes informées il n' y aura pas de levée de bouclier populaire ...
    Facebook , twitter, instagram ... ont déjà formaté les populations à accepter , de leur plein grès , de rendre leur vie sociale publique et de stocker des données personnels pour faire du business .
    Il sera maintenant bien difficile de reprocher aux pouvoirs publics de vouloir utiliser les même méthodes , pour fliquer les gens.

  8. #8
    Membre averti
    Homme Profil pro
    Technicien de maintenance / Developpeur PHP
    Inscrit en
    mai 2015
    Messages
    117
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Loire (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Technicien de maintenance / Developpeur PHP
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : mai 2015
    Messages : 117
    Points : 349
    Points
    349
    Par défaut
    Qu’en pensez-vous ?
    Que ça sens le sapin pour la liberté/démocratie.
    Que techniquement, ainsi qu'éthiquement, il y a bien d'autres moyens de faire.
    Qu'il est désespérant de constater, décisions après décisions, qu'ils ne font pas les choses pour notre bien.
    Mais bon ça va, j'ai l'habitude, je suis Européen/Français.

    Le parallèle avec la "dictature" chinoise est-il justifié dans le contexte du lancement de cette application ?
    Dans l'immédiat non, mais au vue des choix/mentalités de nos dirigeants, du contexte sociétale à venir et à terme dans un avenir plus ou moins lointain, je pressens que oui.

    Envisagez-vous de procéder à la création d'un compte Alicem ? Si oui, pour quelles raisons ?
    Je ne le prévoit pas, mais j'ai dans l'idée que s'ils ce sont emmerdés à créer ce système, c'est bien pour nous l'imposé à l'avenir.

  9. #9
    Membre du Club
    Homme Profil pro
    Analyse système
    Inscrit en
    septembre 2019
    Messages
    32
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 46
    Localisation : France, Seine Saint Denis (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Analyse système

    Informations forums :
    Inscription : septembre 2019
    Messages : 32
    Points : 58
    Points
    58
    Par défaut
    En même temps la France et plus globalement l'Europe c'est bien le dernier endroit ou il faut aller si tu veux être libre et bien rémunérer...

    C'est devenu l'attrape pigeon par excellence. Quand je vois qu'aux US, en tant que Développeur je gagne 110k par ans et qu'en France pour le même poste mon meilleur salaire malgré mes nombreuses années d'expérience ça a été 30k.

    Et l'argument de jean-kevin le bien pensant que je vois arriver à des kilomètres de me dire, "ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii maiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiis, en France, on a la sécurité sociale, pole emploi, ..." c'est clairement de la connerie, combien de fois par ans allez-vous au médecin ? combien de fois par ans profitez vous des avantages prélevé sur vos salaires ?

    Bah oui, quasi zéro, ici tu n'es pas remboursé du médecin, mais premièrement ça ne coûte pas un bras d'y aller et deuxièmement compte tenu des salaires c'est dérisoire d'y aller...

    la France a été une grande Nation, l'Europe à pigeonner tout le monde. Et pire, désormais même le droit à l'oubli ne s'applique qu'en Europe... C'est ridicule.

    Quand j'ai entendu parler des gilets jaunes je me suis dit "Enfin, les gens se réveilles", et quand j'ai vu comment la France les a tournés en ridicule je me suis dit "Ok... il n'y a aucun espoir"

  10. #10
    Membre actif
    Profil pro
    Inscrit en
    février 2007
    Messages
    141
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : Suisse

    Informations forums :
    Inscription : février 2007
    Messages : 141
    Points : 275
    Points
    275
    Par défaut la chine a juste 20 ans d avance sur nous
    tout a fait.
    Une fois que l etat aura une belle base de donnees avec les photos et des cameras de "video-protection" deployees partout, il sera plus que tentant de faire communiquer les 2 non ?
    au debut bien sur, ca sera pour lutter contre les terroristes (ou pour un enlevement d enfant) et puis petit a petit se fera pour tout (ex les prelevement ADN se font maintenant plus pour les delinquants sexuels mais pour toute personne arrete (a part les delits financiers quand meme ;-) on melange pas les torchons et les serviettes)

    Cerise sur le gateau on peut faire comme aux USA ou la police sponsorise les sonnettes ring d amazon pour pouvoir avoir acces aux camera integres dans les sonnettes ...

    PS: je suis alle en chine recement, c est vraiment flippant ce qu ils font. Par ex, vous prenez le train, vous devez fournir votre carte d identite et hop on vous scanne pour etre sur que c est vous. Comme ca non seulement on trace vos deplacements mais en plus on peut vous interdire d aller ou vous voulez si vous etes pas dans la ligne du parti (ou simplement avez fait cocu le commissaire politique du coin)

  11. #11
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    4 794
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 4 794
    Points : 124 726
    Points
    124 726
    Par défaut La Quadrature du Net s'attaque au décret autorisant la création de l’application mobile intitulée ALICEM
    La Quadrature du Net s'attaque au décret autorisant la création de l’application mobile intitulée ALICEM,
    craignant une généralisation de la reconnaissance faciale en France

    La France est en passe de se positionner en Europe en pionnier de l’utilisation de la reconnaissance faciale pour donner aux citoyens une identité numérique « sécurisée. » Le projet dénommé Alicem pour « authentification en ligne certifiée sur mobile » est piloté par le ministère de l’Intérieur et l’Agence nationale des titres sécurisés (ANTS). C’est le résultat d’un décret publié mi-mai pour instaurer un nouveau moyen d’identification numérique qui permettra de se connecter à différents sites du service public.

    « L'application Alicem est en phase de test sur FranceConnect depuis juin 2019 », lit-on sur la page dédiée au projet. Elle n’est pour le moment disponible que sur la plateforme Android.

    « Une fois l’application chargée, il s’agira de procéder à une lecture de la puce du [titre d’identité] avec le téléphone. L’application récupérera un certain nombre de données qui seront ensuite vérifiées. La vérification portera notamment sur l’authenticité et l’intégrité du document ainsi que sur la validité en cours de ce dernier. Une reconnaissance faciale poussée via un selfie sera ensuite effectuée. Une fois ces démarches complétées, le serveur central d’Alicem situé au ministère validera la création de l’identité numérique », explique le ministère de l’Intérieur qui ajoute que l’identité numérique est ensuite stockée dans le téléphone. « Les données d’état civil seront chiffrées et disponibles uniquement dans le téléphone. L’utilisateur pourra alors les utiliser pour effectuer ses démarches en ligne auprès de fournisseurs de services administratifs publics comme les impôts ou la CAF, ou privés comme les banques et les assurances », indique-t-il en sus.

    Nom : alcem.png
Affichages : 1258
Taille : 349,6 Ko

    Alicem est donc un projet d'application mobile lancé par le ministère de l'Intérieur et l'Agence nationale des titres sécurisés (ANTS). Elle vise à permettre aux détenteurs d’un passeport biométrique (ou d’un titre de séjour électronique) de se créer une identité numérique pour faciliter l’accès à certains services sur Internet, administratifs ou commerciaux. Comme l’explique la notice même du décret qui en autorise la création, « ce traitement automatisé de données à caractère personnel vise à permettre une identification électronique et une authentification pour l’accès à des services en ligne en respectant les exigences relatives au niveau de garantie requis par le service en ligne concerné au sens du règlement européen « eIDAS » (…). Le moyen d’identification électronique peut être utilisé prioritairement pour l’accès à des services dont les fournisseurs sont liés par convention à FranceConnect »

    Il est donc question de permettre à tout utilisateur de « prouver son identité sur internet de manière sécurisée » sur son téléphone. Le projet prévoit un « niveau de sécurité élevé », qui contribuera à « la lutte contre l'usurpation d'identité en ligne ».

    La promesse d'Alicem est de simplifier les démarches administratives en ligne. « L'utilisateur n'a plus besoin de mémoriser plusieurs identifiants et plusieurs mots de passe », détaille le ministère de l'Intérieur. L'application donnera par exemple accès au site des impôts, au compte d'assurance-maladie ou encore à l'ANTS, qui gère notamment la création des cartes d'identité et des permis de conduire.

    En tout, plus de 500 services publics seront disponibles via Alicem, assure place Beauvau. Une application qui s'inscrit dans le programme Action publique 2022, dont l'ambition est d'assurer l'accès dématérialisé à tous les services publics d'ici trois ans.

    Nom : patri.png
Affichages : 1164
Taille : 292,6 Ko

    Comment cela fonctionne ?

    Pour créer un profil Alicem, une personne détenant un titre avec une puce biométrique (passeport ou titre de séjour) télécharge l’application sur son smartphone (pour l’instant seulement sur les téléphones Android équipé d'une puce NFC, qui permet par exemple à un téléphone de se transformer en carte de paiement sans contact).

    Une fois l'application téléchargée, l'utilisateur entre son numéro de téléphone, accepte les conditions générales d'utilisation et saisit son adresse e-mail. Jusqu'ici, rien de révolutionnaire. Après avoir scanné la bande optique et la puce du titre d'identité, il choisit un code secret. L’application a alors accès aux données qui y sont stockées, hors les empreintes digitales (notons que le décret du fichier TES est donc modifié pour permettre la lecture des informations stockées sur la puce électronique).

    C'est là qu'intervient la particularité d'Alicem. En effet, pour activer le compte, il faut se subordonner à un dispositif de reconnaissance faciale (dit « statique » et « dynamique », c’est-à-dire une photo et une vidéo avec des gestes à accomplir devant la caméra) pour vérifier l’identité. Alors seulement, l’identité numérique est générée et la personne peut utiliser ALICEM pour s’identifier auprès de fournisseurs de services en ligne.

    L'usager est soumis à une série de « challenges », pour « prouver » qu'il est bien « le détenteur du titre d'identité », comme le montre une vidéo de présentation de l'application, partagée par Baptiste Robert, chercheur en informatique. Ces « défis » invitent l'usager à sourire, cligner des yeux et tourner la tête. Les images sont alors comparées avec la photo présente sur le titre d'identité. Une fois cette ultime étape passée, l'identité numérique est créée et l'accès à Alicem se fait uniquement par code. La reconnaissance faciale n'intervient donc qu'au moment de la création du compte.

    La Quadrature du Net s'y oppose

    Alors pourquoi l’attaquer ? La Quadrature explique que l’application ALICEM oblige, au moment de l’activation du compte, de recourir à ce dispositif de reconnaissance faciale, sans laisser aucun autre choix à l’utilisatrice ou l’utilisateur. L’article 13 du décret énonce ainsi que l’ANTS informe l’usager « concernant l’utilisation d’un dispositif de reconnaissance faciale statique et de reconnaissance faciale dynamique et au recueil de son consentement au traitement de ses données biométriques ». Or, au sens du règlement général sur la protection des données (RGPD), pour qu’un consentement soit valide, il doit être libre, c’est-à-dire qu’il ne peut pas être contraint : « le consentement ne devrait pas être considéré comme ayant été donné librement si la personne concernée ne dispose pas d’une véritable liberté de choix » (Considérant 42). Ici, la personne voulant utiliser ALICEM n’a pas le choix de passer ou non par ce dispositif de reconnaissance faciale et le consentement dont se revendique le gouvernement n’est donc pas valable.

    Nom : cnil.png
Affichages : 1170
Taille : 185,6 Ko

    Cette analyse est d’ailleurs celle de la CNIL qui a rendu un avis sur ce décret, préalablement à sa publication. Dans cet avis, elle énonce clairement que, vu que la reconnaissance faciale est obligatoire et qu’il n’existe aucune autre alternative pour se créer une identité via ALICEM, « le consentement au traitement des données biométriques ne peut être regardé comme libre et comme étant par suite susceptible de lever l’interdiction posée par l’article 9.1 du RGPD ».

    En effet, l'an dernier, la CNIL émettant un avis sur le dossier précisait qu’elle « relève que le ministère ne propose pas, en l’occurrence et à l’heure actuelle, d’alternative à la reconnaissance faciale pour créer une identité numérique de niveau élevé au sens du règlement e-IDAS. Il en résulte que la création d’une identité numérique Alicem est subordonnée à un processus de reconnaissance faciale sans qu’aucune autre alternative équivalente ne soit prévue pour permettre la délivrance d’une identité numérique par cette application. Au regard des principes rappelés ci-dessus, le consentement au traitement des données biométriques ne peut être regardé comme libre et comme étant par suite susceptible de lever l’interdiction posée par l’article 9.1 du RGPD. » En guise de possibilités autres que la reconnaissance faciale, elle proposait un face-à-face en préfecture ou en mairie, ou un appel vidéo en direct avec un agent.

    Malgré cet avis et les alternatives imaginées par la CNIL au dispositif de reconnaissance faciale, le gouvernement n’a pas modifié son décret en le publiant.

    « À l’heure où les expérimentations de reconnaissance faciale se multiplient sans qu’aucune analyse ou débat public ne soit réalisé sur les conséquences d’un tel dispositif pour notre société et nos libertés, en général dans une large illégalité, et alors que des villes aux États-Unis en interdisent explicitement l’utilisation pour les services municipaux, le gouvernement français cherche au contraire à l’imposer à tous les citoyens via des outils d’identification numérique. Et même s’il ne s’agit ici pas de reconnaissance faciale "en temps réel" par des caméras de surveillance, il s’agit néanmoins bien de normaliser la reconnaissance faciale comme outil d’identification, en passant outre la seule condition qui devrait être acceptable pour son utilisation : notre consentement libre et explicite. Le gouvernement révèle par ailleurs son mépris pour la CNIL, dont l’influence semble diminuer de plus en plus. Fléchissant il y a quelques mois devant les publicitaires en leur laissant encore un an de plus pour respecter le RGPD, elle apparaît ici plus faible que jamais quand elle alerte le gouvernement sur la violation du consentement d’une personne quant au traitement de ses données biométriques et que le gouvernement ne la respecte clairement pas ».

    Nom : quadrature.png
Affichages : 1133
Taille : 7,3 Ko

    Pour la Quadrature, « attaquer ce décret est d’autant plus nécessaire quand on voit les dangereux liens que tisse le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner entre anonymat, haine et identité numérique. Il écrit ainsi, en tête de son rapport "État de la menace liée au numérique en 2019" : "La liberté, justement, voilà tout le paradoxe d’internet. L’anonymat protège tous ceux qui répandent des contenus haineux et permet à des faux comptes de se multiplier pour propager toutes sortes de contenus. Nous ne pouvons pas laisser les publications illicites se multiplier. Nous devons donc relever le défi de l’identité numérique pour que chaque Français, dès 2020, puisse prouver son identité et savoir avec qui il correspond vraiment". Et quand il parle, plus loin, d’identité numérique, c’est pour directement mentionner le dispositif ALICEM. Le débat sur l’identité numérique arrive donc à grande vitesse et l’utilisation que souhaite en faire le gouvernement ne peut qu’alerter : un outil non pas au service du citoyen, mais contre lui, pour lutter contre l’anonymat en ligne, pourtant fondamental pour l’exercice de nos droits sur Internet ».

    Autant d'éléments qui l'ont poussé à déposer un recours devant le Conseil d’État pour demander l’annulation du décret autorisant la création de l’application mobile intitulée « ALICEM ». L'association estime qu'en y conditionnant la création d’une identité numérique à un traitement de reconnaissance faciale obligatoire, le gouvernement participe à la banalisation de cette technologie, et cela au mépris de l’avis préalable de la CNIL qui avait pourtant souligné son illégalité. Selon elle, les récentes déclarations de Christophe Castaner qui a mis en avant cette application pour lutter contre l’anonymat et la haine sur Internet ne peuvent qu’alerter.

    Source : Quadrature du Net

    Et vous ?

    Que pensez-vous des préoccupations de la Quadrature du Net ? Défense des droits ou obstruction contre le progrès ?

    Voir aussi :

    Des chercheurs en intelligence artificielle gagnent parfois plus d'un million de dollars chaque année, même dans des organisations à but non lucratif
    Partage du spectre : l'intelligence artificielle à la rescousse ? Pour le défi SC2 de la DARPA, l'apprentissage par renforcement semble bien positionné
    L'intelligence artificielle, la nouvelle arme de la gendarmerie contre les Gilets jaunes
    « On peut voir l'humanité comme une sorte de chargeur d'amorçage biologique pour l'intelligence artificielle », d'après Elon Musk
    Intelligence artificielle : Amazon, Microsoft ou Intel seraient en bonne place pour la création potentielle de "Skynet", d'après une étude
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  12. #12
    Membre chevronné

    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    octobre 2013
    Messages
    726
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique
    Secteur : Conseil

    Informations forums :
    Inscription : octobre 2013
    Messages : 726
    Points : 1 885
    Points
    1 885
    Par défaut
    Baptiste Robert, chercheur en informatique. Ces «*défis*» invitent l'usager à sourire, cligner des yeux et tourner la tête. Les images sont alors comparées avec la photo présente sur le titre d'identité. Une fois cette ultime étape passée, l'identité numérique est créée et l'accès à Alicem se fait uniquement par code. La reconnaissance faciale n'intervient donc qu'au moment de la création du compte.
    Ca va être problématique pour les non-voyants comme moi.
    Quand il s'agit de faire la photo ça ne va jamais, ps de lunettes, avoir les yeux ouverts ce n'est pas possible pour tous.
    Consultez mes articles sur l'accessibilité numérique :

    Comment rendre son application SWING accessible aux non voyants
    Créer des applications web accessibles à tous

    YES WE CAN BLANCHE !!!

    Rappelez-vous que Google est le plus grand aveugle d'Internet...
    Plus c'est accessible pour nous, plus c'est accessible pour lui,
    et meilleur sera votre score de référencement !

  13. #13
    Expert éminent
    Avatar de Matthieu Vergne
    Homme Profil pro
    Consultant IT, chercheur IA indépendant
    Inscrit en
    novembre 2011
    Messages
    2 023
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant IT, chercheur IA indépendant
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2011
    Messages : 2 023
    Points : 6 549
    Points
    6 549
    Billets dans le blog
    3
    Par défaut
    Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
    La promesse d'Alicem est de simplifier les démarches administratives en ligne. « L'utilisateur n'a plus besoin de mémoriser plusieurs identifiants et plusieurs mots de passe », détaille le ministère de l'Intérieur. L'application donnera par exemple accès au site des impôts, au compte d'assurance-maladie ou encore à l'ANTS, qui gère notamment la création des cartes d'identité et des permis de conduire.
    Argument vendeur, mais fallacieux. Il existe certes plusieurs sites de service public (assurance maladie, impôts, etc.) qui se basent chacun sur leurs propres identifiants (n° sécurité sociale, n° fiscal, etc.), mais le système FranceConnect, déjà en place depuis plusieurs années, permet de se connecter à tous ces sites en utilisant les identifiants de n'importe lequel de ces sites. On peut par exemple se connecter au site de l'assurance maladie en passant par FranceConnect et en demandant à se faire identifier au travers du site des impôts, et ainsi de se connecter à l'assurance maladie via son n° fiscal. De fait, il est d'ores et déjà possible, depuis plusieurs années, de se connecter à n'importe quel site de service public en utilisant 1 seul identifiant et mot de passe, à savoir celui qu'on préfère parmi tous ces sites.

    Alicem n'apporte qu'une seule chose : un nouveau moyen d'identification dans la liste. Ce n'est pas elle qui offre l'identifiant unique, mais le système FranceConnect. Du coup, pour ce qui me concerne, je n'ai nullement besoin d'augmenter la surface d'attaque des fraudeurs. Les moyens de connexion existant déjà sur FranceConnect me suffisent. Donc mon téléphone ne fera pas la connaissance d'Alicem.
    Site perso
    Recommandations pour débattre sainement

    Références récurrentes :
    The Cambridge Handbook of Expertise and Expert Performance
    L’Art d’avoir toujours raison (ou ce qu'il faut éviter pour pas que je vous saute à la gorge {^_^})

  14. #14
    Membre expérimenté

    Profil pro
    Inscrit en
    janvier 2014
    Messages
    746
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : janvier 2014
    Messages : 746
    Points : 1 719
    Points
    1 719
    Par défaut
    j'ajouterais que : si l'identité numérique est chiffré et stocké dans le téléphone... l'immense majorité de ces appareils sont sous Android, un logiciel made in Google. Nul doute que la violation de cette donnée par ce dernier (volontaire ou non) n'est qu'une question de temps. Tellement de choses sont faites avec tant d'impunité... =,='
    Pensez à utiliser les pouces d’appréciation, pour participer à la visibilité de l'apport d'un propos, ou l'intérêt que vous y prêtez... qu'il soit positif ou négatif.

  15. #15
    Membre actif
    Profil pro
    curiosité
    Inscrit en
    novembre 2003
    Messages
    105
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : curiosité

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2003
    Messages : 105
    Points : 272
    Points
    272
    Par défaut
    je me demande comment leur techno géniale biométrique fait pour savoir si elle filme un utilisateur, ou un écran qui projette une photo de l'utilisateur (chose beaucoup plus dure à trouver pour l'attaquant grâce à internet qu'un mot de passe ou un certificat...).
    Grâce aux défis ?
    Mais c'est moisi à l'époque du deep-fake. Si on crée une image en temps réel aussi bonne qu'aucun humain n'arrive à savoir que c'est un faux, ça va pas être trop dur d'entrainer un réseau de neurone à abuser au autre réseau.

    Si on me vole un mot de passe, je le change ; un certificat, je le révoque. Si on me prend en photo, je change de visage ?

    Quel idée leur est venue sérieusement ?

    La quadrature du net se bat habituellement sur des bases légales assez solides face aux dérives du système ; je leur fais confiance.

Discussions similaires

  1. Lancer un programme a la Fermeture de Windows
    Par sali dans le forum Windows
    Réponses: 2
    Dernier message: 01/07/2004, 23h54
  2. [LG]lancer un programme extérieur
    Par dsr57 dans le forum Langage
    Réponses: 3
    Dernier message: 07/01/2004, 19h41
  3. Lancer un programme au démarrage
    Par ludo_7 dans le forum Windows
    Réponses: 7
    Dernier message: 09/10/2003, 17h29
  4. Lancer un programme, mais sur une autre machine
    Par GOUGOU1 dans le forum Réseau
    Réponses: 12
    Dernier message: 08/12/2002, 21h36
  5. Réponses: 8
    Dernier message: 05/06/2002, 12h55

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo