IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Voir le flux RSS

r0d

Problème de synchronisation: une allégorie numérique de l'anarchisme.

Note : 2 votes pour une moyenne de 5,00.
par
r0d
, 22/02/2016 à 15h47 (536 Affichages)
Bonjour.

Je vais vous raconter une allégorie qui s'est développée graduellement dans mon esprit depuis quelques jours. Depuis qu'un ami développeur m'a conté comment il a résolu un problème de façon simple, élégante et efficace, en sortant des standards établis. À partir de ce matériau brut, un bel exploit technique, mon esprit a travaillé, modelé, extrapolé, pour finalement élaborer cette petite essence symbolique. J'ai finalement décidé de mettre cette pensée par écrit parce que je la trouve particulièrement intéressante. Elle permet d'ouvrir de nombreuses portes que nous préférons usuellement garder fermées, par oubli ou désintérêt, mais qui peuvent déboucher sur des jardins fertiles.

Avant de me lancer dans le récit, je me dois de prendre une précaution préliminaire. Elle paraîtra certainement futile ou absconse pour certains, mais pour les dialecticiens, elle est fondamentale et inévitable: ce texte n'est pas une comparaison, mais une allégorie. Il ne faut pas le lire comme un élément de démonstration dans un essai de philosophie axiomatique, mais comme une illustration dans un argumentaire d'éthique politique.

Voyons maintenant ce problème de synchronisation.

Mon ami voulait implémenter un petit système de synchronisation entre plusieurs appareils. Pour des raisons techniques qu'il est inutile d'aborder ici, il ne souhaitait pas utiliser un outil existant, mais il préférait l'implémenter lui-même. Les appareils en question étaient des Raspberries, et le problème était le suivant:
En entrée, nous avons une vidéo. Cette vidéo doit être divisée en plusieurs, disons en 6 pour l'exemple (3x2), puis chaque partie de la vidéo doit être affichée sur un écran différent. Chaque écran étant contrôlé par un Raspberry (chaque écran a son propre Raspberry).

Nom : lenna.png
Affichages : 122
Taille : 92,7 Ko

Le découpage de la vidéo en 6 vidéos est une question triviale que résout la première API de traitement d'image venue. En revanche, et ce fut inattendu, le problème que rencontra mon ami fut au niveau de la synchronisation. Puisque chaque appareil est exactement identique, et que chacun d'entre eux ne fait rien d'autre que de lire sa propre vidéo, il paraissait évident que chacun lirait sa vidéo à la même vitesse que les autres. Et pourtant, il n'en fut rien. Pour des raisons que les électroniciens doivent connaître, certains lisent plus vite que d'autres, et au cours de la lecture des vidéos, ils se désynchronisent entre eux.

Pour résoudre ce problème, l'approche standard consiste à utiliser une architecture maître/esclaves, dans laquelle le maître se charge de synchroniser les esclaves. Cette architecture posait de nombreux problèmes, alors l'ingénieux tenta une autre approche: pas de maître, pas d'esclave. De temps en temps, et à intervalle régulier, chaque appareil envoie à tous les autres son avancement dans la lecture (identifiant de la frame en cours), et ceux qui sont en avance attendent ce dernier.

C'est tout.
C'est aussi simple que cela, et ça marche parfaitement.

Quelles réflexions peut-on développer à partir de ce petit exploit technique? Elles sont nombreuses, mais dans ce texte je voulais en aborder deux.

La première, c'est une variation sur un très vieil argument de la pensée anarchiste. L'idée c'est qu'un Léviathan, un maître qui coordonne le tout, est nettement moins efficace qu'une méthode simple et intelligente, une éthique, appliquée à chaque individu. On retrouve cet argument par exemple chez Victor Hugo, qu'il a immortalisé dans le célèbre bon mot: "l'ordre sans le pouvoir". L'idée c'est qu'il est plus efficace de mettre en place des règles simples que chacun respecte, plutôt que d'ériger une machinerie complexe dans laquelle chaque modification aura des effets de bord imprévisibles et souvent ingérables.

La seconde est une considération sur l'égalité. Malgré le fait que ce mot soit gravé au fronton de tous les monuments français, ce concept n'est pas dans l'air du temps. Et je crois que c'est une erreur, peut-être la plus grande erreur politique de nos sociétés modernes. Oxfam nous informe que 1% de la population possède plus de la moitié des richesses mondiale, mais cela n'émeut aucuns responsables politiques. Un ministre d'un gouvernement socialiste souhaite des milliardaires, cela ne choque personne. Or il s'agit là implicitement d'un éloge de l'inégalité, puisque l'échec séculaire de la théorie du ruissellement a démontré que pour qu'il y ait des riches, il faut des pauvres.

Mais qu'est-ce que l'égalité? Pour répondre à cette question, nous pourrions nous engager dans des constructions sémantiques, faire appel à l’étymologie. Nous pourrions nous noyer dans des études pragmatiques des étants, ou dans une historiographie de l'ayant été. Moi je vous propose une définition éthique, basée sur mon petit problème de synchronisation: l'égalité, c'est que ceux qui sont devant attendent ceux qui sont à la traine.

Car à quoi sert d'arriver vite quelque part si on y arrive seul? L'Homme n'est rien sans l'Homme. Même le plus individualiste d'entre nous ne peux réfuter le fait qu'il a besoin d'agriculteurs, d'artisans, de services divers et variés. Sans tous ces gens qui travaillent pour nous, de façon plus ou moins directe, nous ne serions même pas capables de survivre. Et si c'est évident pour la survie, c'est aussi le cas pour l'épanouissement intellectuel. Nous avons besoin des autres, à tous les niveaux.

J'aime bien pousser encore un peu plus loin cette idée et proposer le bon mot suivant: l'important ce n'est pas où on va, mais qu'on y aille ensemble.



Edité le 23/06/2016: une petite erreur s'était glissée dans ma description de l'ingénieuse solution trouvée par mon ami.

Envoyer le billet « Problème de synchronisation: une allégorie numérique de l'anarchisme. » dans le blog Viadeo Envoyer le billet « Problème de synchronisation: une allégorie numérique de l'anarchisme. » dans le blog Twitter Envoyer le billet « Problème de synchronisation: une allégorie numérique de l'anarchisme. » dans le blog Google Envoyer le billet « Problème de synchronisation: une allégorie numérique de l'anarchisme. » dans le blog Facebook Envoyer le billet « Problème de synchronisation: une allégorie numérique de l'anarchisme. » dans le blog Digg Envoyer le billet « Problème de synchronisation: une allégorie numérique de l'anarchisme. » dans le blog Delicious Envoyer le billet « Problème de synchronisation: une allégorie numérique de l'anarchisme. » dans le blog MySpace Envoyer le billet « Problème de synchronisation: une allégorie numérique de l'anarchisme. » dans le blog Yahoo

Mis à jour 23/02/2016 à 09h39 par r0d

Catégories
Sans catégorie

Commentaires