IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

Mobiles Discussion :

L'utilisation de X (Twitter) provoque la solitude, l'ennui et une diminution globale du bien-être personnel


Sujet :

Mobiles

  1. #1
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Anthony
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Novembre 2022
    Messages
    894
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Gironde (Aquitaine)

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2022
    Messages : 894
    Points : 14 782
    Points
    14 782
    Par défaut L'utilisation de X (Twitter) provoque la solitude, l'ennui et une diminution globale du bien-être personnel
    L'utilisation de X (Twitter) provoque la solitude, l'ennui, une diminution du bien-être personnel et empire la vie en servant de stratégie d'évitement pour fuir les vrais problèmes, selon une étude

    L'idée que l'utilisation des médias sociaux est mauvaise pour la santé mentale est une idée à laquelle beaucoup de gens ont tendance à croire, mais des études montrent qu'il ne s'agit pas d'une simple hypothèse. L'une de ces études, récemment publiée dans Communications Psychology, a révélé quelques détails sur la manière dont Twitter (désormais X) peut avoir un impact négatif sur le bien-être mental.

    Dans le débat public, on dit souvent que Twitter (désormais X) a des effets néfastes sur les utilisateurs et la société. Cette question de recherche a été abordée en interrogeant 252 participants, d'un échantillon représentatif d'utilisateurs américains de Twitter, 5 fois par jour pendant 7 jours (6 218 observations).

    Les résultats ont révélé que l'utilisation de Twitter est liée à une diminution du bien-être et à une augmentation de la polarisation politique, de l'indignation et du sentiment d'appartenance au cours des 30 minutes qui suivent. L'ampleur de l'effet était comparable à l'effet des interactions sociales sur le bien-être. Ces effets sont restés constants même en tenant compte des traits démographiques et de personnalité.

    Différentes utilisations présumées de Twitter ont été liées à différents résultats : l'utilisation passive a été associée à un bien-être plus faible, l'utilisation sociale à un sentiment d'appartenance plus élevé et l'utilisation de la recherche d'informations à une augmentation de l'indignation, et la plupart des effets ont été induits par des changements intra-personnels.

    Le nombre d'utilisateurs de médias sociaux augmentant chaque année, il est essentiel d'évaluer l'impact de ces derniers sur les individus et la société. Dans la présente étude, les effets de l'utilisation de Twitter (aujourd'hui X), une plateforme de médias sociaux susceptible de façonner l'opinion publique et la prise de décision, ont été estimés. En utilisant la technique de l'échantillonnage par expérience sur une période d'une semaine, il a été constaté que l'utilisation de Twitter était liée à une diminution globale du bien-être et à une augmentation du sentiment d'appartenance, de la polarisation, de l'indignation et de l'ennui au niveau personnel.


    Des comportements spécifiques sur Twitter ont également été associés à des résultats différents : le fait de faire défiler le fil d'actualité ou d'utiliser Twitter pour se distraire des problèmes (utilisations passives) a été associé à des baisses de bien-être au sein d'une même personne, ce qui est cohérent avec l'idée que l'utilisation passive des médias sociaux est plus préjudiciable pour les personnes.

    L'utilisation des médias sociaux pour entrer en contact avec d'autres personnes sur la plateforme (en répondant à d'autres personnes, en vérifiant les sujets en vogue ou en consultant les profils d'autres personnes) était liée à une augmentation du sentiment d'appartenance ; l'utilisation des médias sociaux pour le divertissement était liée à une augmentation de la polarisation ; et l'utilisation des médias sociaux pour la recherche d'informations était liée à une augmentation de l'indignation.

    Toutes les estimations ont été comparées à une référence (l'effet d'une interaction sociale sur le bien-être) et étaient d'une ampleur comparable : l'effet le plus faible représentait un cinquième de la référence, tandis que l'effet le plus important était supérieur de 25 %.

    La décomposition des variances en composantes intra-personnelles et inter-personnelles a mis en lumière des associations spécifiques propres à chaque niveau, ce qui pourrait clarifier des débats persistants dans la littérature. Par exemple, un lien entre la solitude et l'utilisation de Twitter est apparu uniquement au niveau inter-personnel. Cette absence d'association au niveau intra-personnel pourrait signifier que l'utilisation de Twitter n'exacerbe pas intrinsèquement la solitude. Au contraire, des facteurs externes contribuant à la solitude pourraient simultanément pousser les individus à utiliser Twitter, bien que des processus de causalité potentiels à long terme ne puissent être écartés.

    En ce qui concerne les autres variables de résultats, certaines associations n'ont été discernées qu'au niveau intra-personnel, comme l'impact de l'utilisation de Twitter sur le bien-être, la polarisation, l'indignation et le sentiment d'appartenance. Ces résultats peuvent indiquer que si les fluctuations des états émotionnels et l'utilisation de Twitter peuvent coïncider, ces corrélations ne persistent pas dans le temps au point d'être observables dans les analyses inter-personnelles.

    Au niveau inter-personnel, les personnes qui utilisaient beaucoup Twitter étaient plus solitaires et s'ennuyaient davantage ; les personnes qui retweetaient beaucoup étaient plus polarisées ; les personnes qui utilisaient Twitter pour éviter leurs problèmes (évasion) avaient un bien-être plus faible et des niveaux d'indignation plus élevés ; et les personnes qui utilisaient Twitter pour des interactions sociales avaient un sentiment d'appartenance plus élevé. Le fait que les personnes qui retweetent plus souvent soient plus polarisées est cohérent avec les conclusions précédentes selon lesquelles la plupart des données Twitter sont produites par une minorité d'utilisateurs qui ont tendance à être plus engagés politiquement que l'utilisateur moyen.

    La relation entre l'interaction sociale sur Twitter et le sentiment d'appartenance était également conforme aux attentes : les personnes qui ressentent généralement un sentiment de communauté plus fort sont plus susceptibles de faire des activités qui impliquent des interactions sociales.

    Enfin, étant donné que les stratégies d'évitement ont tendance à échouer et à provoquer une détresse émotionnelle, et que le bien-être et l'indignation ont été opérationnalisés en fonction d'expériences émotionnelles négatives, les personnes qui utilisent généralement Twitter pour échapper à leurs problèmes se sont probablement senties moins heureuses et plus indignées en raison des conséquences émotionnelles négatives de l'utilisation de stratégies d'évitement pour faire face à leurs problèmes.

    Nom : utoronto-twitter-1.PNG
Affichages : 6884
Taille : 136,3 Ko

    Pourquoi le fait d'utiliser ou non Twitter est-il lié à des changements d'état psychologique ? L'une des explications réside dans la manière dont les gens utilisent Twitter. En ce qui concerne le bien-être, par exemple, la prédominance de types d'utilisation passifs ou réactifs, tels que faire défiler le fil d'actualité, aimer un tweet et vérifier les sujets en vogue, laisse les utilisateurs sensibles aux types de contenu qu'ils rencontrent sur Twitter, ce qui pourrait les amener à s'engager dans des comparaisons sociales négatives et à consommer des nouvelles, comportements qui sont potentiellement liés à des conséquences émotionnelles négatives. La conception de l'étude n'a toutefois pas permis de déduire le sens des relations, de sorte qu'il est possible que ce que les gens ressentent influence leur probabilité d'utiliser Twitter de manière spécifique.

    De même, la relation entre l'utilisation de Twitter et l'augmentation de l'indignation peut s'expliquer par la recherche d'informations sur Twitter. Étant donné que les gens sont plus susceptibles d'être confrontés à des violations morales sur les médias sociaux, ils sont plus susceptibles de s'indigner lorsqu'ils sont sur les médias sociaux, et l'effet pourrait être particulièrement important lorsque les utilisateurs se rendent sur la plateforme avec l'intention de rechercher des nouvelles ou des informations.

    Bien que les effets de la rencontre avec des violations morales semblent particulièrement importants dans le domaine de la politique, il est probable qu'ils se produisent également dans des contextes non politiques. La direction de l'effet ne pouvant être déterminée, il est également possible que les participants utilisent Twitter lorsqu'ils ressentent de l'indignation.

    Ce résultat suggère également que les expressions d'indignation sur les médias sociaux ne sont pas simplement performatives - comme certains pourraient le supposer -, puisque les participants déclarent ressentir ces émotions dans des enquêtes que seuls les chercheurs verraient.

    Il a également été constaté que non seulement Twitter est associé à un sentiment d'appartenance plus élevé, mais que des types d'utilisation spécifiques, tels que l'utilisation de Twitter pour des interactions sociales, la réponse aux tweets des autres, la visite des profils des autres et la consultation des sujets en vogue, sont particulièrement liés à un sentiment d'appartenance plus élevé, ce qui corrobore l'hypothèse des auteurs selon laquelle la manière dont les gens utilisent Twitter a de l'importance.

    Les trois premiers types d'utilisation ne sont pas surprenants : ils font référence aux interactions avec d'autres personnes sur la plateforme, qui peuvent générer un sentiment de communauté et d'amitié. La relation entre la consultation des "trending topics" et le sentiment d'appartenance est en revanche plus surprenante. Les auteurs supposent qu'étant donné que les trending topics sur Twitter contiennent des informations sur des sujets qui concernent des groupes culturels importants, tels que la politique ou la culture pop, les utilisateurs pourraient avoir un sentiment d'appartenance accru lorsqu'ils les consultent.

    La relation entre l'utilisation de Twitter et la polarisation est plus déroutante. Il est surprenant de constater que l'utilisation des médias sociaux à des fins de divertissement est liée à une augmentation de la polarisation au sein d'une même personne. Bien que l'explication ne soit pas évidente, les auteurs de l'étude spéculent sur les directions possibles de cette relation.

    Il est possible que lorsque les participants vivent des événements qui augmentent la polarisation, ils se tournent vers les médias sociaux pour se changer les idées. Cette hypothèse est cohérente avec le fait que la plupart des participants qui ont déclaré aller sur Twitter pour se divertir ont surtout fait défiler le fil d'actualité (Fig. 5), ce qui confirme l'idée que Twitter sert de distraction.

    Une autre explication est que les personnes qui utilisent les médias sociaux pour se divertir peuvent trouver de la satisfaction à s'engager dans des contenus qui les divisent. Cela pourrait s'apparenter à la manière dont les "trolls" aiment provoquer les autres en ligne. Néanmoins, il n'est pas évident que la façon dont les gens utilisent Twitter ait un impact sur leur niveau de polarisation. Les auteurs suggèrent plutôt que des influences plus systémiques, telles que l'existence d'écho-chambres (dans lesquelles les utilisateurs s'autosélectionnent pour former des groupes ayant des visions du monde similaires), contribuent à une polarisation accrue. Cette hypothèse est également cohérente avec le fait que la plupart des contenus publics sont produits par une minorité d'utilisateurs qui sont, en moyenne, plus polarisés et avec le constat que les utilisateurs polarisés retweetent plus souvent.

    Nom : utoronto-twitter-2.PNG
Affichages : 965
Taille : 99,2 Ko

    Dans l'ensemble, ces résultats suggèrent que de nombreux effets de l'utilisation de Twitter s'expliquent par des processus psychologiques qui se déroulent au sein d'une même personne et qu'ils ont une importance pratique dans la vie des gens. Une mise en garde importante s'impose toutefois. Bien que les effets globaux aient une importance pratique, ils sont hétérogènes parmi les participants. Cela signifie, par exemple, qu'un nombre significatif de participants ont vu leur bien-être s'accroître avec une utilisation accrue de Twitter.

    En raison de la grande variabilité des effets, les auteurs ont cherché à identifier les différences individuelles susceptibles de modérer ces effets, mais ils n'ont trouvé aucune preuve que la personnalité, l'âge ou le sexe modèrent ces effets. Il est possible que les effets du sexe soient plus prononcés dans les échantillons d'adolescents, de sorte qu'un échantillon plus représentatif ne détecterait pas ces effets. Ces résultats suggèrent que les facteurs individuels pourraient ne pas être aussi pertinents pour les médias sociaux qu'on le pensait auparavant ou que des différences individuelles autres que celles mesurées dans cette étude modèrent ces relations.

    Limites de l'étude
    Cette étude fait progresser les recherches antérieures sur les effets psychologiques de l'utilisation de Twitter en utilisant un modèle longitudinal intensif naturaliste et un échantillon plus représentatif. Bien que les résultats des analyses intra-personnelles suggèrent que certains processus se produisent au niveau intra-individuel, il n'est pas possible d'exclure complètement la possibilité de facteurs de confusion variables dans le temps (par exemple, peut-être que lorsque les gens vivent des événements stressants, ils utilisent davantage Twitter et sont de moins bonne humeur) ou d'établir la direction des relations intra-individuelles (par exemple, est-ce que j'utilise Twitter lorsque je m'ennuie ou est-ce que je m'ennuie lorsque je suis sur Twitter ?) Des études permettant des inférences causales plus solides (par exemple, des études expérimentales) sont nécessaires.

    En essayant d'estimer précisément l'influence de l'utilisation de Twitter sur les états psychologiques au fil du temps, les auteurs ont fini par analyser la relation entre des variables qui étaient séparées de quelques heures. Si la compréhension de ces relations étroites constitue une première étape dans l'estimation de l'impact de Twitter, il est plausible qu'elles ne s'étendent pas à des périodes plus longues (par exemple, si j'utilise Twitter pendant un mois, dans quelle mesure cela m'affecte-t-il un an plus tard ?)

    Alors que des études antérieures ont exploré ces effets sur des plateformes telles que Facebook, les recherches en cours devraient explorer ces relations en tenant compte de fenêtres temporelles plus larges sur Twitter.

    En outre, les recherches futures devraient tenir compte de l'impact potentiel des biais de sélection. Les participants de l'échantillon de cette étude étaient exclusivement des utilisateurs actifs de Twitter, ce qui soulève la possibilité que ceux qui ont subi les effets les plus néfastes de l'utilisation de Twitter aient déjà quitté la plateforme. Par conséquent, il est possible que les résultats de cette étude sous-estiment l'influence négative de Twitter.

    Enfin, si cette étude fournit une analyse complète des effets de l'utilisation de Twitter, l'impact comparatif par rapport à d'autres plateformes de médias sociaux reste inexploré. Par conséquent, les auteurs suggèrent de procéder à des examens systématiques de diverses plateformes, ce qui constituerait une piste de recherche intéressante pour l'avenir.

    Source : "Twitter (X) use predicts substantial changes in well-being, polarization, sense of belonging, and outrage" (étude de l'université de Toronto publiée dans Communications Psychology)

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Trouvez-vous les conclusions de cette étude de l'université de Toronto crédibles ou pertinentes ?

    Voir aussi :

    La réduction de l'utilisation des médias sociaux à une demi-heure diminue les problêmes de santé mentale chez les jeunes adultes, selon une étude de l'université de l'Iowa

    L'utilisation des médias sociaux est liée au développement de la dépression ceci indépendamment de la personnalité, d'après une récente étude
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre extrêmement actif Avatar de nikau6
    Homme Profil pro
    Inscrit en
    Février 2008
    Messages
    402
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Etats-Unis

    Informations forums :
    Inscription : Février 2008
    Messages : 402
    Points : 726
    Points
    726
    Par défaut
    Je dis que cette étude c'est de la foutaise. Que le systeme fait tout pour tenir un maximum de personnes a l'écart de X parce que ce qui s'y dit, l'information qui y circule est une menace pour eux.

    Ce sont des méthodes Staliniennes, c'est la direction que prend le systeme, il psychologise tout, il psychologise ses opposants en tentant de les faire passer pour des gens dérangés, qui ont des problemes, bref qui seraient fous. Alors que ce sont les moins fous d'entre tous et ils le savent bien.

    Par contre il est vrai que les personnes ayant accès à des infos, auxquelles la majorité de la population n'a pas accès, se sentent seules. Comme un dissident soviétique pouvait se sentir seule au temps de l'URSS.

  3. #3
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Graphic Programmer
    Inscrit en
    Mars 2006
    Messages
    1 544
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Graphic Programmer
    Secteur : High Tech - Multimédia et Internet

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2006
    Messages : 1 544
    Points : 3 938
    Points
    3 938
    Par défaut
    c'est le cas pour tout les reseaux sociaux. pas que twitter

  4. #4
    Membre éclairé
    Homme Profil pro
    Analyste d'exploitation
    Inscrit en
    Juin 2022
    Messages
    255
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 39
    Localisation : France, Puy de Dôme (Auvergne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Analyste d'exploitation

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2022
    Messages : 255
    Points : 899
    Points
    899
    Par défaut
    Citation Envoyé par nikau6 Voir le message
    Je dis que cette étude c'est de la foutaise. Que le systeme fait tout pour tenir un maximum de personnes a l'écart de X parce que ce qui s'y dit, l'information qui y circule est une menace pour eux.

    Ce sont des méthodes Staliniennes, c'est la direction que prend le systeme, il psychologise tout, il psychologise ses opposants en tentant de les faire passer pour des gens dérangés, qui ont des problemes, bref qui seraient fous. Alors que ce sont les moins fous d'entre tous et ils le savent bien.

    Par contre il est vrai que les personnes ayant accès à des infos, auxquelles la majorité de la population n'a pas accès, se sentent seules. Comme un dissident soviétique pouvait se sentir seule au temps de l'URSS.
    Honnêtement, en passant 10 minutes sur Twitter, tu peux te rendre compte qu'il y a beaucoup de gens névrosés dessus.
    Peut-être que c'est en rapport avec le fait que le réseau rémunère en fonction de la visibilité d'un post, plutôt que le contenu promu dans celui-ci. (La façon la plus facile d'être visible est d'être populiste ou controverse donc)

  5. #5
    Membre émérite
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Novembre 2021
    Messages
    1 017
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Drôme (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2021
    Messages : 1 017
    Points : 2 750
    Points
    2 750
    Par défaut
    Citation Envoyé par Prox_13 Voir le message
    Honnêtement, en passant 10 minutes sur Twitter, tu peux te rendre compte qu'il y a beaucoup de gens névrosés dessus.
    Peut-être que c'est en rapport avec le fait que le réseau rémunère en fonction de la visibilité d'un post, plutôt que le contenu promu dans celui-ci. (La façon la plus facile d'être visible est d'être populiste ou controverse donc)
    Je suis assez d'accord. A titre personnel, je ne peu pas consulter X/Twitter plus de cinq minute sans me sentir mal (voir même désespérer de la nature humaine), tant je trouve les avis polarisés et haineux. Si je tombe sur un compte où je me retrouve politiquement dans une catégorie, il suffit dans 90% des cas que je défile le compte pour trouver des tweets qui appellent limites à la haine (donc bien plus que simplement un propos avec lequel je ne suis pas d'accord). Finalement, il n'y a que certains petits comptes que je trouve modéré (ou des gros compte qui prennent soin de ne pas faire trop de politique).

    Autant je me méfie souvent des "études" sur les méfaits des RS, autant là l'étude me semble sérieuse, déjà car elle n'enfonce pas des portes ouvertes, ne fait pas de moraline et ne cible pas un camp politique en particulier (y compris implicitement).

  6. #6
    Membre extrêmement actif Avatar de nikau6
    Homme Profil pro
    Inscrit en
    Février 2008
    Messages
    402
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Etats-Unis

    Informations forums :
    Inscription : Février 2008
    Messages : 402
    Points : 726
    Points
    726
    Par défaut
    Citation Envoyé par Prox_13 Voir le message
    Honnêtement, en passant 10 minutes sur Twitter, tu peux te rendre compte qu'il y a beaucoup de gens névrosés dessus.
    Peut-être que c'est en rapport avec le fait que le réseau rémunère en fonction de la visibilité d'un post, plutôt que le contenu promu dans celui-ci. (La façon la plus facile d'être visible est d'être populiste ou controverse donc)
    Tu pourrais approfondir ta pensée et décrir précisement ce qu'est pour toi un névrosé et en quoi certains utilisateurs de X le seraient ?

    Google fut comme ca. A une époque ou le référencement principal était le contenu qui était le plus consulté, les idées dérangeantes pour le pouvoir arrivaient en tete des résultats. Pour X c'est pareil. La majorité des utilisateurs de X sont des personnes qui vomissent les médias et qui sont révoltés par l'état de nos sociétés, et qui ont bien conscience que les dirigeants actuels ne sont pas nos amis, loins s'en faut. C'est la seule raison pour laquelle les postes de ce genre de personnes sont plus visibles, parce qu'ils sont la majorité. Franchement X pour beaucoup de personnes est le seul endroir ou partager des infos qui dérangent. Apres il faut apprendre à penser par sois meme pour juger ces infos, ce que les gens qui écoutent les médias semblent avoir beaucoup de mal à faire. Ils ont besoin d'un expert qui leur dit quoi penser. Ils ne peuvent pas gérer l'information par eux meme, ils sont perdus sur X.

  7. #7
    Membre extrêmement actif Avatar de nikau6
    Homme Profil pro
    Inscrit en
    Février 2008
    Messages
    402
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Etats-Unis

    Informations forums :
    Inscription : Février 2008
    Messages : 402
    Points : 726
    Points
    726
    Par défaut
    Citation Envoyé par OrthodoxWindows Voir le message
    Je suis assez d'accord. A titre personnel, je ne peu pas consulter X/Twitter plus de cinq minute sans me sentir mal (voir même désespérer de la nature humaine), tant je trouve les avis polarisés et haineux. Si je tombe sur un compte où je me retrouve politiquement dans une catégorie, il suffit dans 90% des cas que je défile le compte pour trouver des tweets qui appellent limites à la haine (donc bien plus que simplement un propos avec lequel je ne suis pas d'accord). Finalement, il n'y a que certains petits comptes que je trouve modéré (ou des gros compte qui prennent soin de ne pas faire trop de politique).

    Autant je me méfie souvent des "études" sur les méfaits des RS, autant là l'étude me semble sérieuse, déjà car elle n'enfonce pas des portes ouvertes, ne fait pas de moraline et ne cible pas un camp politique en particulier (y compris implicitement).

    Et oui, beaucoup de vérités sont tres dérangeantes, elle mettent mal à l'aise. C'est plus simple de les fuir, de se mettre la tete dans un trou, et de retourner à son quotidien. On aimerait tous pouvoir faire ca, on aimerait tous que ces vérités soit fausses, on aimerait tous que ces vérités soit fausses, on aimerait tous ne pas avoir à se préoccuper de tous ces faits dérangeants. Personne n'y prend du plaisirs. Les médias eux sont plus rassurants. Tout va bien brave gens, vous pouvez faire confiance au pouvoir il ne vous veut que du bien.
    Oui les pouvoirs occidentaux aujour'hui sont terrifiant, mais il faut y faire face. Parce qu'ils n'ont plus de limites. On a juste de la chance d'avoir hérité d'une constitution qui nous protege, sinon ils se lacheraient complétement.

    EDIT: Apres moi je passe tres, tres peu de temps sur X. Je n'y vais meme pas tous les jours. Parceque j'ai plein de marques pages vers plein de sites ou je peux m'informer correctement. Mais ces sites ne sont plus référencés par Google depuis quelques années. Sauf si on tape éxplicitement le nom du site. Goolge est devenu une farce, on y tourne en rond, quelque soit le sujet. Il n'y a plus que du main-stream. Les résultats, tous sujets confondus, te font tourner en rond sur quelques centaines de sites, pas plus. On ne peur plus aller au dela de la dizieme page de recherche, meme si il t'indique que ta recherche a généré des centaines de milliers de résultats, ils éffacent le net.
    Et tous les autres moteurs sont des dérivés de Bing ou Goofle, donc ce sont tous les memes.
    Plus de surprises, plus rien qui puisse déranger, ils ont tous supprimé de leurs résultats de recherche. Donc quelqu'un qui débarque sur le net aujourd'hui n'a que X pour avoir accès à certaines infos. Donc X est devenu le rendez-vous des contestataires sérieux, que le pouvoir appel , d'une facon tres méprisante, des conspirationnistes. C'est tellement plus facile que de répondre aux questions qui sont posées.

  8. #8
    Membre émérite
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Novembre 2021
    Messages
    1 017
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Drôme (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2021
    Messages : 1 017
    Points : 2 750
    Points
    2 750
    Par défaut
    Citation Envoyé par nikau6 Voir le message
    Et oui, beaucoup de vérités sont tres dérangeantes, elle mettent mal à l'aise. C'est plus simple de les fuir, de se mettre la tete dans un trou, et de retourner à son quotidien. On aimerait tous pouvoir faire ca, on aimerait tous que ces vérités soit fausses, on aimerait tous que ces vérités soit fausses, on aimerait tous ne pas avoir à se préoccuper de tous ces faits dérangeants. Personne n'y prend du plaisirs. Les médias eux sont plus rassurants. Tout va bien brave gens, vous pouvez faire confiance au pouvoir il ne vous veut que du bien.
    Ce ne sont pas des vérités très dérangeantes qui me mettent mal à l'aise. J'ai plutôt l'habitude de consulter du "non mainstream". Le problème c'est que je déteste les propos irréfléchis, violents voir haineux.
    Et je ne parle pas de la haine contre des gouvernements ou des entreprises, mais contre des groupe de personnes, où encore de défenses de lois totalement anti-libertés. Je ne suis donc pas surpris par le résultat de cette étude.
    Pour avoir pris le temps d'analyser les réactions politiques sur X, je n'y tiendrai pas longtemps ; je serait très vite considéré comme un troll par a peu près toute les opinions politiques (de l'extrême-droite à l'extrême-gauche, du mouton jusqu'au conspirationniste...). Et si j'étais connu médiatiquement (ce qui n'est pas le cas) je ferait peut-être même l'objet de tentatives de cyberharcèlement. Car il n'y a que très peu de comptes avec lequel je pourrais exprimer toute mes opinions sans me prendre au mieux un profond mépris.

    Oui les pouvoirs occidentaux aujour'hui sont terrifiant, mais il faut y faire face. Parce qu'ils n'ont plus de limites. On a juste de la chance d'avoir hérité d'une constitution qui nous protege, sinon ils se lacheraient complétement.
    Je suis d'accord ; il n'y a qu'a voir le cas de l'Australie, qui n'a pas de constituions pour protéger les citoyens (1,2,3)
    Désormais, la dérive autoritaire n'a effectivement aucune limite : Il s'agit du 2ème pays le plus covidiste au monde après la Chine (tentative de rendre obligatoire les applis de tracage, objectif zéro covid avec confinement d'une ville pour un cas, des manifestation anti-confinement et anti-pass on été réprimé dans le sang, tous les moyens de surveillances automatisés on été déployés...), le chiffrement est presque totalement interdit, le gouvernement peut modifier (légalement) des données privées, des militants écologistes doivent présenter chaque semaine aux autorités leurs smartphones, la reconnaissance faciale est largement déployé, les aborigènes ont toujours aussi peu de droits, le gouvernement peu décider de l'expulsion de migrants sous le secret...

    EDIT: Apres moi je passe tres, tres peu de temps sur X. Je n'y vais meme pas tous les jours. Parceque j'ai plein de marques pages vers plein de sites ou je peux m'informer correctement. Mais ces sites ne sont plus référencés par Google depuis quelques années. Sauf si on tape éxplicitement le nom du site. Goolge est devenu une farce, on y tourne en rond, quelque soit le sujet. Il n'y a plus que du main-stream. Les résultats, tous sujets confondus, te font tourner en rond sur quelques centaines de sites, pas plus. On ne peur plus aller au dela de la dizieme page de recherche, meme si il t'indique que ta recherche a généré des centaines de milliers de résultats, ils éffacent le net.
    Et tous les autres moteurs sont des dérivés de Bing ou Goofle, donc ce sont tous les memes.
    Plus de surprises, plus rien qui puisse déranger, ils ont tous supprimé de leurs résultats de recherche. Donc quelqu'un qui débarque sur le net aujourd'hui n'a que X pour avoir accès à certaines infos. Donc X est devenu le rendez-vous des contestataires sérieux, que le pouvoir appel , d'une facon tres méprisante, des conspirationnistes. C'est tellement plus facile que de répondre aux questions qui sont posées.
    Je suis assez d'accord, d'ailleurs développez.net en est un bon exemple ; sans avoir été effacé des moteurs de recherches il faut taper une recherche précise pour le trouver. C'est comme ça pour de nombreux sites : si l'on ne tape pas le terme exact, il n'apparais pas. J'ai aussi remarqué les résultats qui reviennent plusieurs pages de suite.
    Mais concernant X, je voit en effet beaucoup de contestataires, mais peu de contestataires sérieux...

  9. #9
    Membre éclairé
    Homme Profil pro
    Analyste d'exploitation
    Inscrit en
    Juin 2022
    Messages
    255
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 39
    Localisation : France, Puy de Dôme (Auvergne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Analyste d'exploitation

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2022
    Messages : 255
    Points : 899
    Points
    899
    Par défaut
    Citation Envoyé par nikau6 Voir le message
    Tu pourrais approfondir ta pensée et décrire précisément ce qu'est pour toi un névrosé et en quoi certains utilisateurs de X le seraient ?
    Les personnes qui cherchent la confrontation sans arrêt avec d'autres utilisateurs du réseau notamment, allant de la simple insulte jusqu'à harceler complètement son interlocuteur. Ce qui étaye cette vision, c'est surtout la quantité massive de posts qui correspondent à cette description. C'est comme s'il y avait un besoin impératif de représentation poussant les gens à surenchérir sur la personne précédente pour avoir une minute de gloire.

    C'est simple, je me suis mis a X il y a à peine un mois et les seuls posts à peu près positifs que je vois passer sont généralement des publicités ou des posts d'entreprise. D'un autre côté, je ne suis sur pratiquement aucun autre réseau social mis à part Instagram que je conserve uniquement pour garder mes contacts Facebook, donc peut-être que cette névrose généralisée ou ce besoin de confrontation n'est pas propre a X.
    D'autant que la plupart des posts haineux sont des posts de politiques identitaires, qui, a terme, divisent les gens en petites catégories, chacun jouant des coudes pour dépasser l'autre. En partant d'un tel constat, j'ai beaucoup de mal à croire que X puissent avoir vocation à un soulèvement populaire, si l'effet de bord est justement la division.

    J'ajouterais que X se plie à toutes les politiques de censure gouvernementales locales, donc ce semblant de transparence/liberté d'expression n'est que de la poudre aux yeux.

    Je rentre peut-être dans une tonalité de vieux con en disant ceci, mais initialement Facebook me semblait relativement libre et surtout était propice aux rassemblements et non aux confrontations; Logique puisqu'étant pionnier, c'était tout à leur intérêt de propager le site par le bouche a oreille. J'ai quitté le réseau pour ce changement de direction.

  10. #10
    Membre éclairé
    Homme Profil pro
    Analyste d'exploitation
    Inscrit en
    Juin 2022
    Messages
    255
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 39
    Localisation : France, Puy de Dôme (Auvergne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Analyste d'exploitation

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2022
    Messages : 255
    Points : 899
    Points
    899
    Par défaut
    Citation Envoyé par nikau6 Voir le message
    Et oui, beaucoup de vérités sont tres dérangeantes, elle mettent mal à l'aise. C'est plus simple de les fuir, de se mettre la tete dans un trou, et de retourner à son quotidien. On aimerait tous pouvoir faire ca, on aimerait tous que ces vérités soit fausses, on aimerait tous que ces vérités soit fausses, on aimerait tous ne pas avoir à se préoccuper de tous ces faits dérangeants. Personne n'y prend du plaisirs. Les médias eux sont plus rassurants. Tout va bien brave gens, vous pouvez faire confiance au pouvoir il ne vous veut que du bien.
    Oui les pouvoirs occidentaux aujour'hui sont terrifiant, mais il faut y faire face. Parce qu'ils n'ont plus de limites. On a juste de la chance d'avoir hérité d'une constitution qui nous protege, sinon ils se lacheraient complétement.

    EDIT: Apres moi je passe tres, tres peu de temps sur X. Je n'y vais meme pas tous les jours. Parceque j'ai plein de marques pages vers plein de sites ou je peux m'informer correctement. Mais ces sites ne sont plus référencés par Google depuis quelques années. Sauf si on tape éxplicitement le nom du site. Goolge est devenu une farce, on y tourne en rond, quelque soit le sujet. Il n'y a plus que du main-stream. Les résultats, tous sujets confondus, te font tourner en rond sur quelques centaines de sites, pas plus. On ne peur plus aller au dela de la dizieme page de recherche, meme si il t'indique que ta recherche a généré des centaines de milliers de résultats, ils éffacent le net.
    Et tous les autres moteurs sont des dérivés de Bing ou Goofle, donc ce sont tous les memes.
    Plus de surprises, plus rien qui puisse déranger, ils ont tous supprimé de leurs résultats de recherche. Donc quelqu'un qui débarque sur le net aujourd'hui n'a que X pour avoir accès à certaines infos. Donc X est devenu le rendez-vous des contestataires sérieux, que le pouvoir appel , d'une facon tres méprisante, des conspirationnistes. C'est tellement plus facile que de répondre aux questions qui sont posées.
    Je suis d'accord avec 90% de ce que tu dis, seulement, je pense que les réseaux sociaux ne servent plus la plèbe de nos jours En tout cas les réseaux sociaux majeurs, pour sur.
    Et je partage entièrement ce constat de dégradation de la qualité de l'information sur Google.

Discussions similaires

  1. Réponses: 13
    Dernier message: 17/10/2014, 16h06
  2. [Débutant] Utiliser l'api twitter
    Par kevsss dans le forum C#
    Réponses: 9
    Dernier message: 21/05/2014, 10h59
  3. Réponses: 0
    Dernier message: 15/03/2013, 13h12
  4. utiliser bootstarp pour twitter locallement
    Par k_boy dans le forum Mise en page CSS
    Réponses: 5
    Dernier message: 29/12/2011, 23h14

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo