IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

Actualités Discussion :

Sam Altman et non OpenAI est propriétaire du fonds de capital-risque d'OpenAI

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 420
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 420
    Points : 197 151
    Points
    197 151
    Par défaut Sam Altman et non OpenAI est propriétaire du fonds de capital-risque d'OpenAI
    Sam Altman est le propriétaire du fonds de capital-risque d'OpenAI. Lancé fin 2021 pour investir dans d'autres startups et projets d'IA,
    il n'est ni la propriété d'OpenAI, ni celle de sa fondation à but non lucratif affilié

    Sam Altman n’est pas seulement le PDG d’OpenAI, la société qui développe ChatGPT. Il est aussi le propriétaire du fonds de capital-risque d’OpenAI, qui investit dans d’autres startups et projets liés à l’IA. Ce fonds, qu’Altman a qualifié de « fonds de capital-risque d’entreprise » dans des documents officiels, est une structure inhabituelle dans le monde des affaires.

    OpenAI a lancé en mai 2021 un fonds d’investissement dédié aux startups qui ont de grandes idées sur l’IA. Le fonds, baptisé OpenAI Startup Fund, dispose d’une enveloppe de 175 millions de dollars et vise à aider les entreprises qui peuvent avoir un impact positif et profond sur le monde grâce à l’IA.

    Le fonds est géré par une équipe dédiée, composée d’experts en investissement, en apprentissage automatique, en ingénierie, en talent et en opérations. Parmi les investisseurs du fonds, on trouve Microsoft et d’autres partenaires d’OpenAI, bien que OpenAI lui-même ne soit pas un investisseur.

    Le fonds s’intéresse aux startups en phase de démarrage, qui opèrent dans des domaines où l’IA peut avoir un effet transformateur, comme la santé, le droit, l’éducation, l’énergie et les infrastructures, les sciences, et plus encore. Le fonds cherche également à soutenir des startups qui utilisent des outils d’IA pour augmenter la productivité et l’autonomie des personnes.

    Les startups sélectionnées pour le fonds bénéficieront d’un accès privilégié aux futurs systèmes d’IA développés par OpenAI, ainsi que d’un accompagnement de la part de l’équipe d’OpenAI et de crédits sur la plateforme cloud Microsoft Azure.

    Le fonds a déjà annoncé ses premiers investissements, parmi lesquels on trouve :
    • Descript : un éditeur vidéo puissant qui modifie la façon dont les créateurs s'engagent avec le contenu en utilisant l'IA pour rendre l'édition vidéo aussi simple que l'édition d'un document texte. Notre investissement intervient au moment où Descript lance Storyboard, un nouveau framework de travail pour la réalisation de vidéos, aussi intuitif que la création d'un diaporama. « En discutant avec les clients, il est clair que Descript fait tomber les barrières entre l'idée et la création, et étend les capacités d'édition vidéo à une toute nouvelle catégorie de créateurs », a déclaré Brad Lightcap, directeur de l'exploitation d'OpenAI Startup Fund.
    • Harvey : qui développe une interface intuitive pour tous les flux de travail juridiques grâce à de puissants modèles de langages génératifs. Sa technologie élargit les capacités des avocats en exploitant l'IA pour faciliter et rendre plus efficaces les tâches fastidieuses telles que la recherche, la rédaction, l'analyse et la communication. Les avocats gagnent ainsi du temps, ce qui leur permet en fin de compte de fournir un service de meilleure qualité à un plus grand nombre de clients.
    • Mem : Mem est en train de construire le premier espace de travail auto-organisé au monde. À partir de notes personnelles, Mem utilise une intelligence artificielle avancée pour organiser, comprendre et prédire quelles informations seront les plus pertinentes pour un utilisateur à un moment donné ou dans un contexte donné. La mission de Mem est de construire des produits qui inspirent les humains à créer davantage, à mieux penser et à passer moins de temps à chercher et à organiser.
    • Speak : Speak a pour mission d'aider un plus grand nombre de personnes à parler couramment de nouvelles langues, à commencer par l'anglais. L'entreprise s'est d'abord lancée en Asie de l'Est, en particulier en Corée du Sud, et compte aujourd'hui près de 100 000 abonnés payants. Speak est en train de créer un tuteur IA qui peut avoir des conversations ouvertes avec les apprenants sur n'importe quel sujet, en fournissant un retour en temps réel sur la prononciation, la grammaire, le vocabulaire, et plus encore.

    Toutefois, le fonds de capital-risque d’OpenAI n’appartient pas à OpenAI, ni même à sa fondation à but non lucratif affiliée. Il appartient légalement à Altman, ce qui pose des questions sur sa gouvernance et sa transparence. Un porte-parole d’OpenAI a déclaré que cette situation était temporaire, et qu’elle était due à la structure complexe d’OpenAI.

    Lancé en mai 2021, cela fait donc bientôt 3 ans que la situation est « temporaire » et il s'agit d'un risque important. Par exemple, que se serait-il passé si la décision de licencier Altman chez OpenAI avait été maintenue ? Aurait-il pu conserver le fonds ? Y avait-il quelque chose de contractuel pour l'en empêcher ? Il n'y a pas de réponse à cette dernière question, mais la société ajoute : « Nous savons maintenant que nous pourrions avoir besoin de réexaminer notre structure de gouvernance, ce qui devrait précéder tout changement dans le fonds, mais notre priorité est d'établir d'abord un nouveau conseil d'administration ».

    Musk ravive sa querelle avec Sam Altman au sujet de l'abandon de la promesse d'OpenAI d'être une organisation à but non lucratif

    Elon Musk s'en est pris une nouvelle fois au PDG d'OpenAI, Sam Altman, vendredi, à propos de la décision de l'entreprise d'abandonner son modèle original à but non lucratif et de gagner de l'argent, ravivant ainsi une querelle de longue date avec son collègue fondateur d'OpenAI, alors que l'entreprise dévoilait un nouvel outil puissant d'IA texte-vidéo, Sora.

    Nom : musk.png
Affichages : 4962
Taille : 26,1 Ko

    Musk a partagé une capture d'écran d'un utilisateur X répondant à la demande d'Altman qui voulait montrer les capacités du nouvel outil d'IA d'OpenAI, Sora, qui peut générer des vidéos à partir d'une simple invite textuelle. L'utilisateur, un compte avec lequel Musk échange parfois et qui prétend appartenir à un concepteur de Dogecoin, une entreprise de crypto-monnaie basée sur des mèmes, a déclaré en citation à Altman : « Un gars qui transforme une entreprise open source à but non lucratif en une entreprise source fermée à but lucratif ».

    Ce message fait référence au rôle joué par Altman dans la transformation d'OpenAI en entreprise après que Musk a quitté l'entreprise, apparemment en raison de conflits d'intérêts et de désaccords sur le financement.

    Depuis, Musk s'en prend régulièrement à Altman, accusant la société d'être passée d'un « contrepoids à Google » à une « société fermée à profit maximum contrôlée par Microsoft », qui est étroitement liée à OpenAI et y a investi des milliards de dollars.

    Dans le même ordre d'idées, Musk a utilisé un emoji- monocle, généralement synonyme de scepticisme, pour répondre à un autre message faisant référence à un rapport sur Altman, qui affirmait qu'il était propriétaire du fonds de capital-risque d'OpenAI.

    L'origine du conflit

    Après trois ans, Elon Musk était prêt à abandonner l'entreprise de recherche sur l'intelligence artificielle qu'il avait contribué à fonder, OpenAI. L'organisation à but non lucratif avait été lancée en 2015 en grande pompe avec le soutien de sommités technologiques milliardaires comme Musk et Reid Hoffman, qui s'étaient collectivement engagés à verser un milliard de dollars. Elle avait attiré certains des plus grands cerveaux du domaine, qui avaient quitté les grandes entreprises technologiques et le monde universitaire.

    Mais début 2018, Musk a dit à Sam Altman, un autre fondateur d'OpenAI, qu'il pensait que l'entreprise s'était fatalement laissée distancer par Google, ont déclaré des personnes familières avec le sujet.

    Musk a proposé une solution possible : Il prendrait le contrôle d'OpenAI et la dirigerait lui-même.

    Altman et les autres fondateurs d'OpenAI ont rejeté la proposition de Musk. Musk, à son tour, s'est éloigné de l'entreprise - et a renoncé à une donation massive qu'il avait prévue. Les retombées de ce conflit, qui ont culminé avec l'annonce du départ de Musk le 20 février 2018, allaient façonner l'industrie qui est en train de changer le monde, et l'entreprise qui est au cœur de cette industrie.

    Le conflit créera également un fossé public entre les deux acteurs les plus importants de la technologie aujourd'hui, Musk et Altman.

    Greg Brockman, cofondateur d'OpenAI et directeur de la technologie à l'époque, s'est également opposé à la prise de contrôle de Musk, tout comme d'autres membres d'OpenAI. Une lutte de pouvoir s'en est suivie, selon des personnes au fait de l'affaire. Altman, qui dirigeait également le puissant accélérateur de startups YCombinator, est intervenu. Selon les documents fiscaux, il a ajouté le titre de président à son titre en 2018, en plus d'être directeur.

    Musk s'est ensuite retiré du conseil d'administration d'OpenAI. Publiquement, lui et OpenAI ont déclaré que la raison de son départ était un conflit d'intérêts. Tesla, qui développait sa propre intelligence artificielle pour la conduite autonome, serait en concurrence avec OpenAI pour le recrutement de talents.

    Cette rivalité n'est pas sans fondement

    Tesla avait déjà débauché l'un des meilleurs cerveaux d'OpenAI, Andrej Karpathy, qui est devenu l'architecte du programme Autopilot de Tesla. Mais peu de gens à OpenAI croyaient que Musk partait pour cette raison, et un discours qu'il a prononcé dans les bureaux d'OpenAI au moment de son départ, qui se concentrait principalement sur le conflit d'intérêts potentiel, n'a pas été bien reçu par la plupart des employés, qui n'ont pas tout à fait cru à l'histoire.

    Un communiqué d'OpenAI indiquait que Musk continuerait à financer l'organisation, mais ce n'est pas ce qu'il a fait, selon des personnes au fait de l'affaire. Il avait promis de donner environ 1 milliard de dollars sur plusieurs années (il avait déjà contribué à hauteur de 100 millions de dollars), mais ses paiements ont cessé après son départ, selon des personnes au fait de l'affaire. L'organisation à but non lucratif n'a donc pas été en mesure de payer les frais astronomiques liés à l'entraînement des modèles d'IA sur des superordinateurs.

    Cet automne-là, il est devenu encore plus évident pour certaines personnes de l'OpenAI que les coûts pour devenir une entreprise d'IA de pointe allaient augmenter. Le "transformateur" de Google Brain avait ouvert une nouvelle frontière, où l'IA pouvait s'améliorer à l'infini. Mais pour cela, il fallait l'alimenter en données à l'infini pour l'entraîner - une entreprise coûteuse.

    OpenAI a pris la décision de s'orienter vers ces modèles transformateurs

    Le 11 mars 2019, OpenAI a annoncé qu'elle créait une entité à but lucratif afin de pouvoir collecter suffisamment d'argent pour payer la puissance de calcul nécessaire à la poursuite des modèles d'IA les plus ambitieux. « Nous voulons augmenter notre capacité à lever des capitaux tout en continuant à servir notre mission, et aucune structure juridique préexistante que nous connaissons ne permet d'atteindre le bon équilibre », a écrit l'entreprise à l'époque. OpenAI a indiqué qu'elle plafonnait les bénéfices des investisseurs, tout excédent étant reversé à l'organisation à but non lucratif d'origine.

    Altman a également pris une décision inhabituelle pour un patron d'entreprise technologique : Il ne prendrait aucune participation dans la nouvelle entité à but lucratif, selon des personnes familières de l'affaire. Altman était déjà extrêmement riche, puisqu'il avait investi dans plusieurs start-ups technologiques à succès, et il n'avait pas besoin d'argent.

    Il pensait également que la société devait devenir une entreprise pour poursuivre son travail, mais il a expliqué que le projet n'était pas conçu pour gagner de l'argent. En renonçant à toute participation au capital, il pouvait rester fidèle à sa mission initiale. Mais cette décision a en fait rebuté certains investisseurs potentiels d'OpenAI, qui craignaient qu'Altman ne voie pas l'intérêt du projet.

    Moins de six mois plus tard, OpenAI a obtenu un milliard de dollars de Microsoft, qui pouvait lui apporter non seulement un financement, mais aussi un savoir-faire en matière d'infrastructure. Ensemble, ils ont construit un superordinateur pour entraîner des modèles massifs qui ont finalement créé ChatGPT et le générateur d'images DALL-E. Le dernier modèle de langage, GPT-4, compte 1 000 milliards de paramètres.

    Lorsque ChatGPT a été lancé en novembre 2022, OpenAI est instantanément devenue la nouvelle startup technologique la plus en vogue, obligeant Google à faire des pieds et des mains pour rattraper son retard. Musk était furieux, selon des personnes familières de l'affaire.

    En décembre, un mois après le lancement de ChatGPT, Musk a retiré à OpenAI l'accès au "fire horse" des données de Twitter - un contrat qui avait été signé avant que Musk ne rachète Twitter.

    Nom : fire.png
Affichages : 945
Taille : 14,0 Ko

    Le 15 mars, il a tweeté : « Je ne comprends toujours pas comment une organisation à but non lucratif à laquelle j'ai fait un don de 100 millions de dollars est devenue une entreprise à but lucratif avec une capitalisation boursière de 30 milliards de dollars. Si c'est légal, pourquoi tout le monde ne le fait-il pas ? ».

    Sources : annonce OpenAI, OpenAI Fund

    Et vous ?

    Que pensez-vous du fait que Sam Altman et non OpenAI soit le propriétaire du fonds de capital-risque d’OpenAI ?
    Quelle lecture faites-vous des rapports entre Elon Musk et OpenAI depuis son départ de la société ?
    Que pensez-vous des réflexions d'Elon Musk sur OpenAI ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Anthony
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Novembre 2022
    Messages
    894
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Gironde (Aquitaine)

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2022
    Messages : 894
    Points : 14 782
    Points
    14 782
    Par défaut OpenAI retire à Sam Altman sa qualité de propriétaire du Startup Fund
    OpenAI retire à Sam Altman sa qualité de propriétaire du Startup Fund, après que la détention de l'OpenAI Startup Fund par Sam Altman ait suscité des soupçons en raison de sa structure inhabituelle

    OpenAI a modifié la structure de gouvernance de son fonds de capital-risque qui soutient les startups dans le domaine de l'IA, de sorte que son directeur général Sam Altman ne possède ni ne contrôle plus le fonds, selon un document déposé auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis.

    Le changement, documenté dans le dépôt du 29 mars, est intervenu après que la propriété d'Altman sur l'OpenAI Startup Fund ait suscité des froncements de sourcils en raison de sa structure inhabituelle - tout en étant commercialisé comme une société de capital-risque, le fonds a été levé par Altman auprès de partenaires limités extérieurs et c'est lui qui a pris les décisions d'investissement. OpenAI a déclaré qu'Altman n'avait pas d'intérêt financier dans le fonds malgré sa participation.


    Dans un communiqué, un porte-parole d'OpenAI a déclaré que la structure initiale du fonds en tant que General Partner (GP) était un arrangement temporaire, et que "ce changement apporte plus de clarté".

    L'OpenAI Startup Fund investit 175 millions de dollars collectés auprès de partenaires d'OpenAI tels que Microsoft, bien qu'OpenAI elle-même ne soit pas un investisseur.

    Le contrôle du fonds a été transféré à Ian Hathaway, un partenaire du fonds depuis 2021, selon la déclaration. Altman ne sera donc plus un General Partner du fonds.

    OpenAI a déclaré que M. Hathaway avait supervisé le programme d'accélération du fonds et dirigé les investissements dans des entreprises telles que Harvey, Cursor et Ambience Healthcare.

    Altman, ancien président de l'accélérateur de startups Y Combinator, a déjà attiré l'attention sur ses intérêts d'investissement tentaculaires en dehors d'OpenAI, de la startup de cryptomonnaie Worldcoin à la société de fusion Helion Energy, ainsi que sur ses activités de collecte de fonds au Moyen-Orient.

    OpenAI a déclaré qu'une enquête indépendante menée à la suite de l'éviction spectaculaire de M. Altman de la société en novembre dernier a conclu qu'il n'avait commis aucun acte répréhensible en ce qui concerne la sécurité des produits ou les finances d'OpenAI.

    Source : Dépôt du 29 mars auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC)

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Trouvez-vous que la décision d'OpenAI est pertinente et judicieuse ?

    Voir aussi :

    Sam Altman est le propriétaire du fonds de capital-risque d'OpenAI. Lancé pour investir dans d'autres projets IA, il n'est ni la propriété d'OpenAI, ni celle de sa fondation à but non lucratif affilié

    Sam Altman cherche des milliers de milliards de dollars pour financer des puces d'IA, et discute de projets "extrêmement ambitieux" avec des investisseurs, dont les Émirats arabes unis
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

Discussions similaires

  1. Réponses: 3
    Dernier message: 14/02/2024, 15h42
  2. Réponses: 4
    Dernier message: 06/02/2024, 12h17
  3. Réponses: 8
    Dernier message: 16/05/2023, 11h33
  4. Réponses: 3
    Dernier message: 03/02/2023, 07h55
  5. Réponses: 12
    Dernier message: 31/03/2021, 10h13

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo