IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

Droit Discussion :

Elon Musk envisagerait de retirer X de l'Europe en raison d'une enquête de conformité avec la DSA de l'UE


Sujet :

Droit

  1. #1
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Traductrice Technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    906
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Traductrice Technique

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 906
    Points : 63 536
    Points
    63 536
    Par défaut Elon Musk envisagerait de retirer X de l'Europe en raison d'une enquête de conformité avec la DSA de l'UE
    L'Europe donne 24 heures à Mark Zuckerberg pour réagir au conflit entre Israël et le Hamas et à la désinformation électorale

    Le régulateur européen Thierry Breton a envoyé mercredi une lettre au PDG de Meta, Mark Zuckerberg, pour l'exhorter à être "vigilant" dans la lutte contre la désinformation. Breton a déclaré que l'UE avait constaté une augmentation des contenus illégaux et de la désinformation sur "certaines plateformes" à la suite de l'attaque du Hamas contre Israël. Meta est responsable de la surveillance de la désinformation et des contenus illégaux en vertu de la loi sur les services numériques de l'UE, et Breton a demandé à Zuckerberg de répondre dans les 24 heures.

    Le régulateur européen Thierry Breton a envoyé mercredi une lettre au PDG de Meta, Mark Zuckerberg, pour lui demander d'être "vigilant" et de supprimer la désinformation sur les plateformes de son entreprise pendant le conflit entre Israël et le Hamas et à l'approche des prochaines élections. Thierry Breton, commissaire européen chargé du marché intérieur, a déclaré que l'Union européenne avait constaté une augmentation des contenus illégaux et de la désinformation sur "certaines plateformes" à la suite de l'attaque du Hamas contre Israël. Meta possède des plateformes de médias sociaux populaires comme Instagram et Facebook, ainsi que Threads, son concurrent pour X, anciennement connu sous le nom de Twitter.

    En vertu de la loi sur les services numériques récemment adoptée par l'UE, Meta est responsable de la surveillance et de la suppression des contenus illégaux, tels que les contenus terroristes ou les discours haineux illégaux. L'entreprise doit également détailler ses protocoles en la matière. Le non-respect de la réglementation européenne en matière de contenus illicites est passible d'amendes représentant 6 % du chiffre d'affaires annuel de l'entreprise.

    "Je vous invite instamment à vous assurer que vos systèmes sont efficaces", a écrit Breton dans sa lettre, demandant à Zuckerberg de répondre dans les prochaines 24 heures. "Après les attaques terroristes du Hamas contre Israël samedi, nous avons rapidement mis en place un centre d'opérations spéciales composé d'experts, dont des personnes parlant couramment l'hébreu et l'arabe, pour surveiller de près et répondre à cette situation qui évolue rapidement", a déclaré un porte-parole de Meta à CNBC. "Nos équipes travaillent 24 heures sur 24 pour assurer la sécurité de nos plateformes, prendre des mesures à l'égard des contenus qui enfreignent nos politiques ou la législation locale, et se coordonner avec des vérificateurs de faits tiers dans la région pour limiter la propagation de la désinformation. Nous poursuivrons ce travail au fur et à mesure de l'évolution du conflit."


    Mardi, Breton a partagé une lettre similaire adressée à Elon Musk, le propriétaire de X, qui comprenait un avertissement sévère pour Musk. Thierry Breton a écrit que son bureau disposait d'"indications" selon lesquelles des groupes diffusaient des informations erronées et des contenus "violents et terroristes" sur le conflit entre Israël et le Hamas sur la plateforme.

    En plus de la désinformation entourant le conflit en Israël, Breton a écrit que l'UE avait reçu des rapports sur des contenus manipulés et des "deepfakes" sur les plateformes de Meta avant les récentes élections en Slovaquie. Il a déclaré que la désinformation concernant les élections était prise "extrêmement au sérieux" dans le cadre de l'ASD. Breton a demandé à Zuckerberg de partager des détails sur la manière dont Meta traite les "deepfakes" et a noté que des élections approchaient également en Pologne, en Roumanie, en Autriche, en Belgique et dans d'autres pays.

    "L'ASD est là pour protéger la liberté d'expression contre les décisions arbitraires, tout en protégeant nos citoyens et nos démocraties", a écrit Breton dans un message sur Bluesky, un autre concurrent de X.

    Source : Thierry Breton

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Selon vous, comment Meta va réagir à cette situation ?
    Faut-il laisser la liberté d'expression sur les plateformes en ligne quitte à s'attendre au pire ou alors renforcer les contrôles, la modération et les suppressions de comptes quitte à ce que ça puisse être vu comme une forme de censure par certains ?


    Voir aussi :

    Une étude montre que la désinformation se propage six fois plus vite sur Facebook qu'il y a un an, la société aurait tenté de nuire à l'étude en bannissant les chercheurs de la plateforme

    Google, Meta et d'autres plateformes de médias sociaux proposent une alliance pour lutter contre la désinformation, mais l'initiative ne fait pas l'unanimité dans la communauté

    Désinformation : des associations alertent sur le risque posé par une exemption de modération pour les médias, estimant qu'elle pourrait profiter à des acteurs malveillants se déclarant « médias »
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Anthony
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Novembre 2022
    Messages
    919
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Gironde (Aquitaine)

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2022
    Messages : 919
    Points : 15 172
    Points
    15 172
    Par défaut L'UE met en garde Elon Musk contre des sanctions pour la désinformation sur X
    L'UE menace Elon Musk de sanctions pour la désinformation sur X concernant la guerre entre Israël et le Hamas, "Nous agissons au grand jour. Pas d'accords en coulisses", répond M. Musk

    Des fonctionnaires européens ont averti X que la société anciennement connue sous le nom de Twitter semble avoir hébergé des informations erronées et des contenus illégaux sur la guerre entre le Hamas et Israël, en violation potentielle de la loi sur la modération des contenus signée par l'Union européenne.

    Dans une lettre adressée au propriétaire de X, Elon Musk, Thierry Breton, l'un des principaux commissaires européens, a déclaré que X était soumise à des "obligations très précises en matière de modération de contenu" et que la manière dont l'entreprise avait traité le conflit en cours soulevait jusqu'à présent des doutes quant à son respect de ces obligations.

    En tant que plateforme soumise à la loi européenne sur les services numériques (Digital Services Act ou DSA), X pourrait se voir infliger des milliards d'euros d'amendes si les régulateurs concluaient à des violations.

    La lettre d'avertissement met en évidence le risque juridique potentiellement important auquel est exposée la société X alors qu'elle lutte contre une vague de fausses allégations liées à la guerre qui ont été attribuées à toutes sortes de choses, des faux communiqués de presse de la Maison Blanche aux fausses nouvelles, en passant par des vidéos hors contexte de conflits sans rapport avec la guerre ou même des jeux vidéo.


    Une grande partie du contenu problématique semble provenir de changements apportés à la plateforme sous la supervision de M. Musk, a suggéré M. Breton dans la lettre, qu'il a partagée sur X.

    Par exemple, a-t-il écrit, X a annoncé au cours du week-end qu'il était plus facile pour les comptes de se qualifier pour les exceptions aux règles de la plateforme en matière d'intérêt public. La modification de la politique d'intérêt public de X a fait en sorte que les comptes n'aient plus besoin d'un minimum de 100 000 followers pour être éligibles ; il suffit qu'il s'agisse de comptes "à haut profil" qui, comme auparavant, représentent des fonctionnaires actuels ou potentiels, des partis politiques ou des candidats politiques.

    La suppression du seuil d'adeptes et son remplacement par un critère de célébrité laissent "incertains" les contenus qui seront retirés, en particulier "les contenus violents et terroristes qui semblent circuler sur votre plateforme", a écrit M. Breton.

    Dans le cadre du DSA, qui est devenu exécutoire pour les grandes plateformes en août, les entreprises doivent également agir rapidement lorsque des fonctionnaires mettent en évidence un contenu qui viole les lois européennes, ce que X ne fait peut-être pas, a averti M. Breton.

    "Nous disposons, de sources qualifiées, de rapports sur des contenus potentiellement illégaux circulant sur votre service malgré les drapeaux des autorités compétentes", a écrit M. Breton.

    "Je vous rappelle qu'à la suite de l'ouverture d'une enquête potentielle et d'un constat de non-conformité, des sanctions peuvent être imposées", a-t-il ajouté.

    Dans un échange sur X, Musk a répondu à Breton. "Notre politique est que tout soit open source et transparent, une approche que je sais que l'UE soutient", a écrit Musk. "Veuillez énumérer les violations auxquelles vous faites allusion sur X, afin que le public puisse les voir".

    M. Breton a répondu : "Vous êtes bien conscient des rapports de vos utilisateurs - et des autorités - sur les faux contenus et l'apologie de la violence. C'est à vous de montrer que vous passez de la parole aux actes. Mon équipe reste à votre disposition pour veiller au respect du DSA, que l'UE continuera à faire respecter rigoureusement".

    La lettre de l'UE intervient alors que la désinformation sur le conflit continue à se répandre largement sur X.

    Mardi 10 octobre, le groupe de journalisme d'investigation Bellingcat a déclaré qu'une fausse vidéo conçue pour ressembler à un reportage de la BBC News circulait sur les médias sociaux.

    Cette vidéo prétend à tort que Bellingcat a trouvé des preuves que l'Ukraine a fait passer des armes au Hamas. Elliot Higgins, fondateur de Bellingcat, a déclaré que le rapport était "100 % faux".

    Pour que la vidéo ressemble à un vrai reportage de la BBC, ses créateurs ont utilisé des graphiques presque identiques à ceux que la BBC utilise dans ses propres reportages vidéo en ligne.

    La vidéo a circulé sur Telegram et a été partagée par au moins un compte vérifié sur X.

    X n'a pas supprimé la fausse vidéo de BBC News, mais a ajouté une petite étiquette sous la vidéo indiquant qu'il s'agissait d'un "média manipulé".

    En réponse à une question sur la fausse vidéo, un porte-parole de la BBC a déclaré : "Dans un monde où la désinformation est de plus en plus répandue, nous demandons instamment à chacun de s'assurer qu'il reçoit des informations d'une source fiable."

    Shayan Sardarizadeh, un journaliste de BBC News, a écrit sur X mardi : "La vidéo est fausse à 100 %."

    Depuis qu'il a pris les rênes de l'entreprise, M. Musk a licencié une grande partie des équipes chargées de la modération du contenu et de la politique de X, ce qui a suscité des réactions négatives de la part de groupes de la société civile, qui ont mis en garde contre une menace accrue de désinformation et de discours haineux.

    Dans le but de décourager la création de comptes automatisés, M. Musk a également supprimé les badges de vérification traditionnels qui rassuraient les utilisateurs quant à l'authenticité d'un compte, en les remplaçant par un système payant qui permet à tout utilisateur de recevoir un badge de vérification sans avoir à subir de contrôle d'identité. Les experts en désinformation ont déclaré que cette mesure compromettait la capacité des utilisateurs à déterminer la crédibilité d'un compte donné, en particulier lors d'un événement d'actualité à évolution rapide.

    Mais Musk lui-même a directement contribué au chaos, en partageant à un moment donné - puis en supprimant - un message recommandant aux utilisateurs de suivre un compte connu pour diffuser des informations erronées, notamment un faux rapport au début de l'année sur une explosion au Pentagone.

    Source : Lettre adressée à Elon Musk

    Et vous ?

    Faut-il laisser la liberté d'expression sur les plateformes en ligne quitte à s'attendre au pire ou alors renforcer les contrôles, la modération et les suppressions de comptes quitte à ce que ça puisse être vu comme une forme de censure par certains ?


    Voir aussi

    Elon Musk retire Twitter du code de bonnes pratiques de l'UE contre la désinformation, mais Thierry Breton rappelle au réseau qu'il sera tenu de lutter contre la désinformation à partir du 25 août

    La plateforme X d'Elon Musk, anciennement Twitter, est le plus grand pourvoyeur de désinformation, selon la vice-présidente de la Commission européenne
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  3. #3
    Membre expert
    Homme Profil pro
    ingénieur qualité
    Inscrit en
    Mars 2015
    Messages
    1 118
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : ingénieur qualité
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2015
    Messages : 1 118
    Points : 3 424
    Points
    3 424
    Par défaut
    Nous le disons régulièrement, la censure privée n'est jamais une bonne solution.
    Ma position est toujours la même, vous condamnez la désinformation? Faites mieux :
    Informez mieux
    débunkez
    Communiquez mieux
    Citation Envoyé par Anthony Voir le message
    La suppression du seuil d'adeptes et son remplacement par un critère de célébrité laissent "incertains" les contenus qui seront retirés, en particulier "les contenus violents et terroristes qui semblent circuler sur votre plateforme", a écrit M. Breton.
    Enfin on passe d'un seuil de merde à un autre seuil de merde.
    Il ne faut se rejouir d'aucun des deux, ils ne protègent en rien de la désinformation, ils la freine à peine.
    Citation Envoyé par Anthony Voir le message
    Dans le cadre du DSA, qui est devenu exécutoire pour les grandes plateformes en août, les entreprises doivent également agir rapidement lorsque des fonctionnaires mettent en évidence un contenu qui viole les lois européennes, ce que X ne fait peut-être pas, a averti M. Breton.
    Je n'aime pas beaucoup Musk et Twitter mais fait tout un foin en accusant qu'il est possible que... Soyez un peu conséquents dans vos déclarations.
    Citation Envoyé par Anthony Voir le message
    M. Breton a répondu : "Vous êtes bien conscient des rapports de vos utilisateurs - et des autorités - sur les faux contenus et l'apologie de la violence. C'est à vous de montrer que vous passez de la parole aux actes. Mon équipe reste à votre disposition pour veiller au respect du DSA, que l'UE continuera à faire respecter rigoureusement".
    L'Europe amplifie le problème de la censure privée avec cette réponse! Il ne dit rien d'autre que "on t'a à l'oeil et prouve que tu fait le max"
    Ce gars ne sait pas de qui il parle mais tient la posture en continu.
    La réponse est pourtant simple : "nous vous avons envoyé la réclamation 12345 à date du xx/10, vous n'avez ni agi ni répondu, PS : on en a 10 comme ça, bisous"
    Citation Envoyé par Anthony Voir le message
    Mardi 10 octobre, le groupe de journalisme d'investigation Bellingcat a déclaré qu'une fausse vidéo conçue pour ressembler à un reportage de la BBC News circulait sur les médias sociaux.
    Cette vidéo prétend à tort que Bellingcat a trouvé des preuves que l'Ukraine a fait passer des armes au Hamas. Elliot Higgins, fondateur de Bellingcat, a déclaré que le rapport était "100 % faux".
    La vidéo a circulé sur Telegram et a été partagée par au moins un compte vérifié sur X.
    X n'a pas supprimé la fausse vidéo de BBC News, mais a ajouté une petite étiquette sous la vidéo indiquant qu'il s'agissait d'un "média manipulé".
    En réponse à une question sur la fausse vidéo, un porte-parole de la BBC a déclaré : "Dans un monde où la désinformation est de plus en plus répandue, nous demandons instamment à chacun de s'assurer qu'il reçoit des informations d'une source fiable."
    Shayan Sardarizadeh, un journaliste de BBC News, a écrit sur X mardi : "La vidéo est fausse à 100 %."
    Voilà des faits, des actions prises et des actions qui n'ont pas été prises. Et on peut enfin taper sur Musk et Twitter
    Citation Envoyé par Anthony Voir le message
    Dans le but de décourager la création de comptes automatisés, M. Musk a également supprimé les badges de vérification traditionnels qui rassuraient les utilisateurs quant à l'authenticité d'un compte, en les remplaçant par un système payant qui permet à tout utilisateur de recevoir un badge de vérification sans avoir à subir de contrôle d'identité. Les experts en désinformation ont déclaré que cette mesure compromettait la capacité des utilisateurs à déterminer la crédibilité d'un compte donné, en particulier lors d'un événement d'actualité à évolution rapide.
    Ce qui n'a pas l'effet déclaré parce que ce n'était pas l'objectif réel.
    Celui qui penses que faire payer un abonnement un prix raisonnable pour MonsieurToutLeMonde va empêcher les diffuseurs de fakenews de le faire est naïf.
    Citation Envoyé par Anthony Voir le message
    Mais Musk lui-même a directement contribué au chaos, en partageant à un moment donné - puis en supprimant - un message recommandant aux utilisateurs de suivre un compte connu pour diffuser des informations erronées, notamment un faux rapport au début de l'année sur une explosion au Pentagone.
    Mais rien que ça est ridicule, combien de média fiables se sont transformer en torchons?
    Combien de zetéticiens trop sûr d'eux ont lentement mais surement glissés vers le complotisme?
    Aucune source n'est éternellement fiable.

  4. #4
    Membre régulier
    Profil pro
    Inscrit en
    Août 2006
    Messages
    78
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : Août 2006
    Messages : 78
    Points : 122
    Points
    122
    Par défaut
    Ca veux dire quoi "fake news" ?
    information non validé par le gouvernement ?

    tout est dit...

  5. #5
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Mai 2018
    Messages
    2 135
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Âge : 33
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2018
    Messages : 2 135
    Points : 158 434
    Points
    158 434
    Par défaut L'Europe donne 24 heures au PDG de TikTok pour réagir à la désinformation sur la guerre Israël-Hamas
    L'Europe donne 24 heures au PDG de TikTok pour réagir à la désinformation sur la guerre Israël-Hamas, une demande similaire a également été envoyée à Elon Musk et Mark Zuckerberg

    Le régulateur européen Thierry Breton a adressé jeudi une lettre sévère au PDG de TikTok, Shou Zi Chew, lui demandant d'intensifier ses efforts pour supprimer les contenus choquants et les fausses informations concernant la guerre entre Israël et le Hamas. TikTok est responsable de la surveillance de la désinformation et des contenus illégaux en vertu de la loi sur les services numériques de l'Union européenne, et M. Breton a demandé à M. Chew de répondre dans les 24 heures. M. Breton a envoyé des lettres similaires à Elon Musk et Mark Zuckerberg cette semaine.

    Le régulateur européen Thierry Breton a envoyé une lettre sévère au PDG de TikTok, Shou Zi Chew, jeudi, affirmant que son bureau avait des "indications" selon lesquelles la plateforme était utilisée pour diffuser de la désinformation et du contenu illégal autour de la guerre actuelle entre Israël et le Hamas.

    M. Breton est commissaire européen chargé du marché intérieur. Il a déclaré que TikTok devait faire preuve de "rapidité, de diligence et d'objectivité" dans la suppression des informations erronées, d'autant plus que les mineurs se tournent souvent vers la plateforme comme source d'information.

    M. Breton a envoyé des lettres similaires à Elon Musk, propriétaire de X, et à Mark Zuckerberg, PDG de Meta

    Mark Zuckerberg :

    "Tout d'abord, étant donné que votre plateforme est largement utilisée par des enfants et des adolescents, vous avez une obligation particulière de les protéger contre les contenus violents décrivant des prises d'otages et d'autres vidéos graphiques qui circuleraient largement sur votre plateforme, sans garanties appropriées", a écrit M. Breton dans sa lettre.

    Le non-respect de la réglementation européenne en matière de contenu illégal peut entraîner des amendes représentant 6 % du chiffre d'affaires annuel d'une entreprise.

    M. Breton a demandé à TikTok d'intensifier ses efforts et de contacter les autorités compétentes chargées de l'application de la loi. Il a demandé à M. Chew de répondre à sa lettre dans les 24 heures.

    "TikTok a l'obligation particulière de protéger les enfants et les adolescents des contenus violents et de la propagande terroriste, ainsi que des défis de mort et des contenus potentiellement mortels", a déclaré M. Breton dans un message publié sur Bluesky Social, un concurrent de X, anciennement connu sous le nom de Twitter.

    Nom : tiktok-b003064e1dfa4459bd31c37e7db390a1.jpg
Affichages : 2846
Taille : 10,3 Ko

    Source : Thierry Breton, régulateur européen

    Et vous ?

    Que pensez-vous de ces avertissements adressés à TikTok ?
    Croyez-vous que TikTok se pliera aux exigences européennes ?

    Voir aussi :

    L'UE menace Elon Musk de sanctions pour la désinformation sur X concernant le conflit entre Israël et le Hamas, "Nous agissons au grand jour. Pas d'accords en coulisses", répond M. Musk

    L'Europe donne 24 heures à Mark Zuckerberg pour réagir à la désinformation sur le conflit entre Israël et le Hamas et à la désinformation électorale
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  6. #6
    Membre expérimenté
    Homme Profil pro
    retraité
    Inscrit en
    Septembre 2014
    Messages
    605
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : retraité

    Informations forums :
    Inscription : Septembre 2014
    Messages : 605
    Points : 1 446
    Points
    1 446
    Par défaut
    Et donc, ils en sont où le 15/10/2023 à 21h03 heure locale française ???

  7. #7
    Membre expert
    Homme Profil pro
    ingénieur qualité
    Inscrit en
    Mars 2015
    Messages
    1 118
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : ingénieur qualité
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2015
    Messages : 1 118
    Points : 3 424
    Points
    3 424
    Par défaut
    Citation Envoyé par Sandra Coret Voir le message
    [...] M. Breton a demandé à M. Chew de répondre dans les 24 heures.
    Il attend quoi comme réponse? "OK, bisous"
    Je trouve sa demande d'augmenter l'attention autour de la guerre entre Israël et Palestine pertinente mais il ne demande visiblement rien de concret donc ces PDG peuvent ne rien changer et dire qu'ils ont fait des choses comme les PDG peuvent réagir et Breton leur reprocher de ne pas avoir fait assez.
    Dans mes souvenirs les plateformes doivent répondre en 24h au demande de suppression de contenu des gouvernements (ou des autorités reconnues?) mais Thierry Breton n'a pas du tout la capacité de faire cette chasse, il la délègue donc de la façon la plus vague possible.
    A la fin personne n'est responsable de rien mais tout le monde reproche à son voisin de l'être. Le bal des lâches.

  8. #8
    Futur Membre du Club
    Homme Profil pro
    Chargé d'affaire
    Inscrit en
    Octobre 2023
    Messages
    2
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 23
    Localisation : France, Eure (Haute Normandie)

    Informations professionnelles :
    Activité : Chargé d'affaire

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2023
    Messages : 2
    Points : 7
    Points
    7
    Par défaut
    La désinformation présente sur les réseaux est un réel fléau pour ceux qui souhaitent s'informer simplement !

  9. #9
    Expert confirmé
    Homme Profil pro
    Développeur
    Inscrit en
    Août 2003
    Messages
    1 264
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 37
    Localisation : France, Charente Maritime (Poitou Charente)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur

    Informations forums :
    Inscription : Août 2003
    Messages : 1 264
    Points : 4 061
    Points
    4 061
    Par défaut
    Citation Envoyé par totozor Voir le message
    Il attend quoi comme réponse? "OK, bisous"
    Je trouve sa demande d'augmenter l'attention autour de la guerre entre Israël et Palestine pertinente mais il ne demande visiblement rien de concret donc ces PDG peuvent ne rien changer et dire qu'ils ont fait des choses comme les PDG peuvent réagir et Breton leur reprocher de ne pas avoir fait assez.
    Dans mes souvenirs les plateformes doivent répondre en 24h au demande de suppression de contenu des gouvernements (ou des autorités reconnues?) mais Thierry Breton n'a pas du tout la capacité de faire cette chasse, il la délègue donc de la façon la plus vague possible.
    A la fin personne n'est responsable de rien mais tout le monde reproche à son voisin de l'être. Le bal des lâches.
    Si on était plus sévère avec des blocages DNS (même si c'est facilement contournable, la majorité de la population ne sait pas comment procéder), les GAFAM & co seraient plus réactifs aux demandes.

  10. #10
    Expert éminent
    Avatar de frenchsting
    Homme Profil pro
    multitâches-multifonctions
    Inscrit en
    Juin 2003
    Messages
    5 202
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Meurthe et Moselle (Lorraine)

    Informations professionnelles :
    Activité : multitâches-multifonctions
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2003
    Messages : 5 202
    Points : 9 190
    Points
    9 190
    Par défaut
    Citation Envoyé par John27000 Voir le message
    La désinformation présente sur les réseaux est un réel fléau pour ceux qui souhaitent s'informer simplement !
    Heu... Il y a un trèèèès vieux truc qui s'appelle la télé et un truc encore plus vieux qui s'appelle la radio. Et je ne parle même pas des journaux papier...
    Commencez toujours appuyer sur la touche F1 et puis n'hésitez à passer par un moteur de recherche...
    Le forum est fait pour répondre aux questions : pas la peine de me les envoyer par MP. Merci.

    Sur internet, tout est vrai ! Honoré de Balzac
    Make it real not fantasy... Herman Rarebell

  11. #11
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    527
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 527
    Points : 9 659
    Points
    9 659
    Par défaut Elon Musk envisagerait de retirer X de l'Europe en raison d'une enquête de conformité avec la DSA de l'UE
    Un rapport affirme qu'Elon Musk envisage de retirer X de l'Europe en raison d'une enquête de conformité avec la loi sur les services numériques de l'UE
    mais l'homme d'affaires dément la nouvelle

    Elon Musk, propriétaire de X, semble être agacé par les exigences de la loi de l'UE sur les services numériques (Digital Services Act - DSA). Un récent rapport allègue que l'entrepreneur de 52 ans a suggéré que X, ex-Twitter, pourrait cesser d'être accessible en Europe pour éviter de se conformer aux règles de la DSA. La mesure envisagée par l'homme d'affaires serait semblable à la façon dont Meta bloque actuellement l'utilisation de sa nouvelle application Threads en Europe. Le rapport est intervenu après des avertissements répétés de l'UE, mais dans un message publié aujourd'hui sur X, Musk a dénoncé le rapport et a nié avoir suggéré de fermer la plateforme dans l'UE.

    Les fonctionnaires de l'UE sont mécontents de la façon dont Musk gère le réseau social X depuis qu'il a racheté la plateforme à la fin de l'année dernière. Selon l'UE, les changements apportés par Musk au personnel et au code de X font qu'il est difficile, voire impossible, pour les utilisateurs d'obtenir des "informations correctes" et sont d'une désinformation sans précédent. Musk a reçu au cours des onze derniers mois de nombreux avertissements de la part de la Commission européenne et de Thierry Breton, commissaire européen au marché intérieur, sur sa gestion de X. Mais l'homme d'affaires s'est montré réticent à l'idée de satisfaire les exigences de l'UE.

    Selon un rapport publié mercredi par Insider Musk est de plus en plus frustré par les exigences et les accusations répétées de l'UE. Le rapport, qui cite une source connaissant bien l'entreprise, indique que le milliardaire serait surtout agacé par la loi sur les services numériques (DSA) de l'UE. Ainsi, afin d'éviter de s'y conformer, Musk aurait envisagé de supprimer purement et simplement la disponibilité de la plateforme de médias sociaux dans la région, ou de bloquer l'accès des utilisateurs de l'UE. Il précise que la source a déclaré que Musk devrait s'inspirer de la façon dont Meta bloque l'accès à Threads, une alternative à X, pour les utilisateurs localisés dans l'UE.


    Dans les commentaires, les internautes semblent se réjouir de l'annonce. Les internautes regrettent l'ancien Twitter et beaucoup ont émis l'idée selon laquelle le retrait de X du marché européen permettra à une application concurrente, notamment Mastodon, d'émerger rapidement. Cependant, dans un message posté aujourd'hui sur X, l'entrepreneur a dénoncé le rapport d'Insider, affirmant qu'il s'agit d'une déclaration sans fondement et totalement fausse. Musk a déclaré dans son message : « encore un Business Insider totalement faux. Il ne s'agit pas d'une véritable publication ». Il est en effet connu pour être un critique virulent de la publication.

    La DSA est entrée en vigueur en août et dont l'objectif principal est de favoriser des plateformes en ligne plus sûres. En vertu des nouvelles règles, les plateformes en ligne doivent mettre en œuvre des moyens de prévenir et de supprimer les messages contenant des biens, des services ou des contenus illégaux, tout en donnant aux utilisateurs les moyens de signaler ce type de contenu. Ainsi, avec une vague de désinformation concernant la guerre entre Israël et le Hamas qui est rapidement devenue virale sur X, la plateforme est probablement déjà en violation de la DSA. L'UE a menacé Musk de sanctions en raison de la désinformation sur le conflit.

    Dans une lettre adressée à Musk la semaine dernière, Breton a déclaré que X était soumis à des obligations très précises en matière de modération de contenu et que la manière dont la plateforme avait traité le conflit en cours soulevait jusqu'à présent des doutes quant à son respect de ces obligations. Selon le commissaire européen, une grande partie du contenu problématique semble provenir de changements apportés au site sous la supervision de Musk. « Nous disposons, de sources qualifiées, de rapports sur des contenus potentiellement illégaux circulant sur votre service malgré les drapeaux des autorités compétentes », a-t-il écrit dans sa lettre.


    Et d'ajouter : « je vous rappelle qu'à la suite de l'ouverture d'une enquête potentielle et d'un constat de non-conformité, des sanctions peuvent être imposées ». Il a déclaré que la Commission enquêtait officiellement sur la conformité de X avec les nouvelles règles et qu'elle demandait officiellement à la plateforme des informations détaillées sur les mesures qu'elle prend pour atténuer et supprimer les informations nuisibles ou toxiques. X pourrait se voir infliger une amende s'il s'avère qu'elle a enfreint la DSA. Selon les dispositions de la loi, la Commission peut imposer des amendes pouvant aller jusqu'à 6 % du chiffre d'affaires global d'une entreprise.

    En cas de sanctions, X pourrait avoir des difficultés pour s'acquitter de l'amende, car la plateforme perd de l'argent depuis l'arrivée de Musk. Les recettes publicitaires mensuelles de X auraient baissé d'au moins 55 % en glissement annuel chaque mois depuis que Musk a racheté l'entreprise. La débâcle qui a suivi l'arrivée de Musk à la tête de la société a poussé des centaines d'annonceurs vers la sortie et la plateforme peine toujours à les convaincre de revenir. Notons que les données disponibles concernent les États-Unis et indiquent que les recettes publicitaires du site ont baissé de 60 % en glissement annuel rien qu'au cours du mois d'août.

    Par ailleurs, Musk a licencié la plupart des membres de l'équipe de confiance et de sécurité de X, réduisant considérablement les capacités de l'entreprise à faire face au flux incessant de désinformation sur sa plateforme. L'équipe comptait autrefois des centaines de personnes chargées de modérer et de superviser les propos tenus sur la plateforme. De plus, ce ne serait pas la première fois que Musk émet l'idée de limiter la portée de l'application. Des personnes au fait des discussions au sein de l'entreprise ont rapporté que juste après le rachat, Musk a suggéré, par mesure de réduction des coûts, de limiter les activités de Twitter aux seuls États-Unis.

    « C'est en partie pour cette raison qu'il a supprimé les équipes internationales dès qu'il en a eu l'occasion », a déclaré l'une des sources, faisant référence aux milliers d'employés que Musk a licenciés ou renvoyés depuis qu'il a pris les rênes de l'entreprise. Cette question est revenue sur le tapis au début de l'année, lorsque Musk a décidé de fermer la quasi-totalité des bureaux internationaux de l'entreprise, dont la plupart en Europe et en Inde, ainsi qu'en Australie, en Afrique et en Corée du Sud. Il avait suggéré que la plateforme ne soit plus exploitée que dans les pays où elle était la plus populaire, à savoir les États-Unis, le Royaume-Uni et le Japon.

    Selon l'une des sources du rapport, bien que Musk n'ait pas encore retiré X d'un pays, il ne reste pratiquement plus d'employés en Europe. Les bureaux de Paris, Madrid et Berlin sont fermés. Dublin, en revanche, reste ouvert. Selon Apptopia, l'Europe représente environ 9 % de la base mondiale d'utilisateurs actifs mensuels de X, bien que l'utilisation quotidienne ait chuté de manière significative au cours des trois derniers mois, avec une baisse comprise entre 10 % et 40 % dans l'ensemble de la région. Les téléchargements et l'utilisation sont en baisse dans presque tous les pays où l'application est utilisée, ce qui constitue un échec cuisant pour Musk.

    Source : Insider

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Que pensez-vous d'un potentiel retrait de X du marché européen ?
    Selon vous, Elon Musk est-il en mesure de prendre une telle décision ?
    Quels seraient les impacts de ce retrait sur la plateforme de médias sociaux ?
    Quel concurrent serait en mesure de remplacer X en Europe si cela arrivait ?
    Doit-on prendre au sérieux le démenti de l'homme d'affaires ? Pourquoi ?
    Quelles sont vos prédictions sur l'avenir du réseau social X ? Sera-t-il encore longtemps ?

    Voir aussi

    Un an après l'acquisition d'Elon Musk, le trafic et les utilisateurs actifs mensuels sont en baisse sur X, selon un rapport. Point positif : la page Twitter/X de Musk n'a jamais autant été consultée

    Les recettes publicitaires de X, ex-Twitter, auraient baissé chaque mois aux États-Unis depuis qu'Elon Musk a racheté l'entreprise, ce qui remet en cause les prévisions de rentabilité pour 2024

    X commence à facturer aux nouveaux utilisateurs 1 dollar par an pour l'envoi de tweets, le programme "Not a Bot" est testé en Nouvelle-Zélande et aux Philippines

  12. #12
    Expert éminent Avatar de marsupial
    Homme Profil pro
    Retraité
    Inscrit en
    Mars 2014
    Messages
    1 762
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Autre

    Informations professionnelles :
    Activité : Retraité

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2014
    Messages : 1 762
    Points : 7 187
    Points
    7 187
    Par défaut
    Que pensez-vous d'un potentiel retrait de X du marché européen ?
    Qu'il se retire, on n'a que faire d'un outil toxique.


    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Les réseaux dits 'sociaux' peuvent tous se retirer d'Europe. On vivait très bien, mieux, sans avant.
    Repeat after me
    Le monsieur lutte pour la défense des libertés individuelles et collectives

    Repeat after me...

  13. #13
    Membre confirmé
    Inscrit en
    Octobre 2005
    Messages
    242
    Détails du profil
    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2005
    Messages : 242
    Points : 543
    Points
    543
    Par défaut YESSSSSSSS!
    Bon débarras !

  14. #14
    Expert confirmé
    Avatar de Doksuri
    Profil pro
    Développeur Web
    Inscrit en
    Juin 2006
    Messages
    2 451
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Âge : 54
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur Web

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2006
    Messages : 2 451
    Points : 4 600
    Points
    4 600
    Par défaut
    meilleur news de l'annee ! =)
    La forme des pyramides prouve que l'Homme a toujours tendance a en faire de moins en moins.

    Venez discuter sur le Chat de Développez !

  15. #15
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Traductrice Technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    906
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Traductrice Technique

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 906
    Points : 63 536
    Points
    63 536
    Par défaut Un cadre de Microsoft déclare que le secteur technologique israélien pourrait souffrir de la guerre
    Un cadre de Microsoft déclare que le secteur technologique israélien pourrait souffrir de la guerre avec le Hamas, avertissant de l'impact sur l'activité de recherche et de développement du pays.

    Un haut responsable de Microsoft Israël a exprimé son inquiétude quant à l'avenir du secteur de la haute technologie en Israël en raison de la guerre du pays avec le groupe islamiste Hamas, avertissant que les multinationales pourraient mettre fin à leurs activités de recherche et de développement.

    Tomer Simon, responsable scientifique du centre de recherche et développement de Microsoft Israël, a déclaré avoir fait part de ses préoccupations dans une lettre adressée à Tzachi Hanegbi, chef du Conseil national de sécurité israélien, mais n'avoir jamais reçu de réponse. En conséquence, Simon a publié sa lettre dans le quotidien financier Calcalist mercredi, en précisant qu'il s'agissait de son opinion personnelle et non de celle de Microsoft, l'une des centaines de multinationales opérant en Israël.

    "Le pays doit créer un horizon positif pour que les multinationales continuent à se développer", a déclaré Simon, en soulignant que pour chaque emploi dans le secteur technologique, cinq autres emplois sont créés, ce qui stimule l'économie israélienne. "Il y a là un grand danger. Israël ne peut pas redevenir un simple producteur d'oranges. Sans la haute technologie, nous redeviendrons une économie du tiers monde".


    Simon, qui a également reconnu le coût humain de la guerre, a appelé les dirigeants à envoyer un message clair à leurs partenaires internationaux et à la communauté mondiale des affaires, à savoir qu'Israël s'engageait à assurer un avenir prospère et stable. Des centaines de milliers de réservistes de l'armée ont été appelés sous les drapeaux, laissant un trou béant dans la main-d'œuvre et perturbant les chaînes d'approvisionnement, des ports maritimes aux supermarchés.

    "La guerre a créé un vide important dans la main-d'œuvre du secteur de la haute technologie. Ce scénario est particulièrement visible dans les multinationales implantées en Israël, où le pourcentage d'employés recrutés dans les réserves est nettement plus élevé que la moyenne nationale", a déclaré Simon. Simon n'a pas cité de chiffres, mais le gouvernement a estimé que jusqu'à 15 % des travailleurs du secteur technologique ont été appelés au service militaire. Selon lui, leur absence nuit aux projets en cours et "envoie un message inquiétant à leur siège mondial quant à la fiabilité et à la stabilité de leurs opérations en Israël, et d'Israël en général".

    Simon a également évoqué les dix mois d'agitation politique qui ont précédé, dans le cadre d'un plan de réforme judiciaire qui a nui aux investissements étrangers et entraîné quelques fermetures de centres de recherche et de développement. Il a averti que "les multinationales pourraient geler ou réduire leurs investissements après le conflit, et même fermer leurs activités de R&D ici", ce qui aurait des conséquences néfastes pour l'économie israélienne et "l'avenir de l'innovation, affaiblirait notre position mondiale et saperait encore plus notre stabilité interne".

    Source : Tomer Simon, scientifique en chef au centre de R&D de Microsoft Israël

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi :

    L'Europe donne 24 heures au PDG de TikTok pour réagir à la désinformation sur la guerre Israël-Hamas, une demande similaire a également été envoyée à Elon Musk et Mark Zuckerberg

    L'Europe donne 24 heures à Mark Zuckerberg pour réagir à la désinformation sur le conflit entre Israël et le Hamas et à la désinformation électorale

    L'UE menace Elon Musk de sanctions pour la désinformation sur X concernant le conflit entre Israël et le Hamas, "Nous agissons au grand jour. Pas d'accords en coulisses", répond M. Musk
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  16. #16
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    Octobre 2017
    Messages
    1 785
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Suisse

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2017
    Messages : 1 785
    Points : 5 732
    Points
    5 732
    Par défaut
    "le secteur technologique israélien pourrait souffrir de la guerre avec le Hamas"???????

    Noooooooooon... Qui pourrait le croire?

    Pour information, l'armée israélienne comme l'armée suisse est une armée de milice... A part un noyau de professionnels, l'armée est constituée des citoyens du pays (en Israël, l'armée est obligatoire pour les hommes et les femmes) qui après avoir fait une période dans l'armée rejoignent le monde civil mais peuvent être rappeler par l'armée en cas de crise.

    L'armée israélienne vient de rappeler presque 400 000 civils, c'est à dire 400 000 hommes et femmes dans la force de l'age qui ont dû quitter du jour au lendemain leur emploi!!!

    Israël, c'est environ 4 millions de personnes actives. Il y a donc 10% de travailleurs en moins et donc TOUS les secteurs économiques vont souffrir et pas seulement le secteur technologique!

  17. #17
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Traductrice Technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    906
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Traductrice Technique

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 906
    Points : 63 536
    Points
    63 536
    Par défaut X va faire l'objet d'une enquête par la Commission européenne pour violation de la DSA
    X, ex-Twitter, va faire l'objet d'une enquête pour non-respect de la DSA, législation européenne sur les discours haineux et les "fake news", la Commission européenne ouvre une procédure formelle

    L'UE s'attaque à X d'Elon Musk dans sa première enquête sur les contenus illégaux. L'enquête porte en partie sur des messages postés à la suite d'attaques du Hamas. Il s'agit de la première enquête menée dans le cadre de la nouvelle loi sur les services numériques (Digital Services Act, DSA). Elle se concentrera sur la lutte contre la diffusion de contenus illégaux. L'enquête portera également sur le système de notes communautaires. De son coté, X affirme qu'elle s'engage à se conformer à la DSA.

    L'Union européenne enquête sur l'entreprise de médias sociaux X, soupçonnée d'avoir manqué à ses obligations, notamment en ce qui concerne les messages postés à la suite des attaques du Hamas contre Israël. Il s'agit de sa première enquête en vertu de la loi sur les services numériques (Digital Services Act, DSA). La DSA est entrée en vigueur en novembre de l'année dernière et exige des très grandes plateformes en ligne et des moteurs de recherche qu'ils fassent davantage pour lutter contre les contenus illégaux et les risques pour la sécurité publique.

    L'enquête portera sur la lutte contre la diffusion de contenus illégaux dans l'UE et sur l'efficacité des mesures prises pour combattre la manipulation de l'information, notamment le système des "notes de la communauté", a déclaré la Commission. Au début de l'année, X a lancé sa fonction "Community Notes", qui permet aux utilisateurs de commenter les messages pour signaler les contenus faux ou trompeurs, ce qui revient à confier la vérification des faits aux utilisateurs plutôt qu'à une équipe de vérificateurs de faits.

    L'enquête portera également sur différents aspects des activités de l'entreprise, notamment sur l'accès aux données que X fournit aux chercheurs. Les chercheurs en médias sociaux ont annulé, suspendu ou modifié plus de 100 études sur X, anciennement Twitter, en raison des mesures prises par son propriétaire Elon Musk qui limitent l'accès à la plateforme. "La mesure que nous prenons aujourd'hui ne déclare pas X coupable d'une infraction, ni ne conclut que X a effectivement enfreint la DSA, mais indique simplement que nous disposons d'un motif important pour examiner ces questions en détail", a déclaré un haut fonctionnaire de l'UE.


    La société X reste déterminée à se conformer à la DSA et coopère avec le processus réglementaire, a-t-elle déclaré dans un communiqué. "Il est important que ce processus reste libre de toute influence politique et qu'il respecte la loi."

    À la suite des attaques du Hamas contre Israël le 7 octobre, X, anciennement connu sous le nom de Twitter, et d'autres entreprises de médias sociaux ont été inondés de fausses images et d'informations trompeuses. Thierry Breton, chef de l'industrie européenne, a envoyé des lettres à X, Meta, TikTok et Alphabet pour leur rappeler les obligations qui leur incombent en vertu de la DSA en matière de lutte contre les contenus préjudiciables et illégaux. Les plateformes ont répondu en soulignant les mesures qu'elles ont prises pour mettre fin à la désinformation sur leurs plateformes, mais M. Musk a contesté l'accusation de désinformation portée par M. Breton.

    X fait partie d'un groupe de grandes entreprises technologiques qui font l'objet d'une surveillance accrue dans le cadre de la DSA. Seule X a reçu jusqu'à présent une demande formelle d'informations dans le cadre de la DSA. Certains hommes politiques italiens ont défendu M. Musk et critiqué la Commission européenne. M. Musk a passé le week-end à Rome, où il s'est exprimé lors d'un rassemblement politique de droite organisé par le parti du Premier ministre italien Giorgia Meloni. "@elonmusk a raison : la liberté d'expression n'a de sens que si elle permet aux gens que vous n'aimez pas de dire les choses que vous n'aimez pas ", a tweeté le vice-premier ministre italien et leader d'extrême droite Matteo Salvini.

    La Commission a déclaré qu'elle allait maintenant mener une enquête approfondie en envoyant des demandes d'informations supplémentaires et en menant des entretiens et des inspections. Elle examinera également les mesures prises par X pour accroître la transparence et les abonnements au contrôle bleu, a-t-elle déclaré. La Commission a indiqué que l'enquête préliminaire menée jusqu'à présent comprenait une analyse d'un rapport soumis par X en septembre, le rapport de transparence de X publié en novembre, et les réponses de X à une demande formelle d'informations sur le contenu illégal en rapport avec les attaques du Hamas contre Israël.

    La DSA impose de nouvelles règles en matière de modération des contenus, de respect de la vie privée des utilisateurs et de transparence. Toute entreprise prise en défaut s'expose à une amende pouvant aller jusqu'à 6 % de son chiffre d'affaires global.

    Nom : 1.jpg
Affichages : 1093
Taille : 14,1 Ko

    La Commission européenne ouvre une procédure formelle contre X en vertu de la loi sur les services numériques

    La Commission européenne a ouvert une procédure formelle pour déterminer si la société X pourrait avoir enfreint la loi sur les services numériques (DSA) dans des domaines liés à la gestion des risques, à la modération du contenu, aux schémas sombres, à la transparence de la publicité et à l'accès aux données pour les chercheurs.

    Sur la base de l'enquête préliminaire menée jusqu'à présent, notamment sur la base d'une analyse du rapport d'évaluation des risques soumis par X en septembre, du rapport de transparence de X publié le 3 novembre, et des réponses de X à une demande formelle d'information, qui, entre autres, concernait la diffusion de contenu illégal dans le contexte des attaques terroristes du Hamas contre Israël, la Commission a décidé d'ouvrir une procédure formelle d'infraction contre X en vertu de la loi sur les services numériques.

    La procédure portera sur les points suivants :

    • Le respect des obligations de la DSA relatives à la lutte contre la diffusion de contenus illicites dans l'UE, notamment en ce qui concerne l'évaluation des risques et les mesures d'atténuation adoptées par X pour lutter contre la diffusion de contenus illicites dans l'UE, ainsi que le fonctionnement du mécanisme de notification et d'action pour les contenus illicites dans l'UE mandaté par la DSA, y compris à la lumière des ressources de modération des contenus de X.

    • L'efficacité des mesures prises pour lutter contre la manipulation de l'information sur la plateforme, notamment l'efficacité du système de "notes communautaires" de X dans l'UE et l'efficacité des politiques connexes visant à atténuer les risques pour le discours civique et les processus électoraux.

    • Les mesures prises par X pour accroître la transparence de sa plateforme. L'enquête porte sur des lacunes présumées dans l'accès des chercheurs aux données accessibles au public de X, conformément à l'article 40 de la DSA, ainsi que sur des lacunes dans le dépôt d'annonces de X.

    • La conception de l'interface utilisateur est soupçonnée d'être trompeuse, notamment en ce qui concerne les coches liées à certains produits d'abonnement, les "Blue checks".


    S'ils sont prouvés, ces manquements constitueraient des infractions à l'article 34, paragraphes 1 et 2, à l'article 35, paragraphe 1, à l'article 16, paragraphes 5 et 6, à l'article 25, paragraphe 1, à l'article 39 et à l'article 40, paragraphe 12, de la loi sur les services de paiement. La Commission va maintenant procéder en priorité à une enquête approfondie. L'ouverture d'une procédure formelle d'infraction ne préjuge pas de son issue.

    Il s'agit de la première procédure formelle lancée par la Commission pour faire appliquer le premier cadre horizontal européen relatif à la responsabilité des plateformes en ligne, trois ans seulement après sa proposition.

    Prochaines étapes

    Après l'ouverture officielle de la procédure, la Commission continuera à recueillir des preuves, par exemple en envoyant des demandes d'informations supplémentaires, en menant des entretiens ou des inspections.

    L'ouverture d'une procédure formelle permet à la Commission de prendre d'autres mesures d'exécution, telles que des mesures provisoires et des décisions de non-conformité. La Commission est également habilitée à accepter tout engagement pris par X de remédier aux problèmes faisant l'objet de la procédure.

    La DSA ne fixe pas de délai légal pour mettre fin à la procédure formelle. La durée d'une enquête approfondie dépend d'un certain nombre de facteurs, dont la complexité de l'affaire, le degré de coopération de l'entreprise concernée avec la Commission et l'exercice des droits de la défense.

    L'ouverture d'une procédure formelle d'infraction ne préjuge pas de son issue. Elle libère les coordinateurs des services numériques, ou toute autre autorité compétente des États membres de l'UE, de leurs pouvoirs de surveillance et d'exécution de la DSA en ce qui concerne les infractions présumées aux articles 16, paragraphes 5 et 6, et à l'article 25, paragraphe 1.

    Contexte

    X (anciennement connu sous le nom de Twitter) a été désigné comme une très grande plateforme en ligne (Very Large Online Platfor, VLOP) le 25 avril 2023 en vertu de la loi sur les services numériques de l'UE, après avoir déclaré avoir 112 millions d'utilisateurs actifs mensuels dans l'UE, comme indiqué à la Commission le 17 février 2023.

    En tant que VLOP, depuis quatre mois à compter de sa désignation, X a dû se conformer à une série d'obligations énoncées dans la loi sur les services numériques. En particulier :

    • En vertu de l'article 34, paragraphes 1 et 2, et de l'article 35, paragraphe 1, les VLOP sont tenus d'identifier, d'analyser et d'évaluer avec diligence tout risque systémique dans l'Union découlant de la conception ou du fonctionnement de leur service et de ses systèmes connexes, ou de l'utilisation qui est faite de leurs services. Lors de l'évaluation des risques, les VLOP doivent tenir compte d'un certain nombre de facteurs qui influencent les risques systémiques, notamment les systèmes de recommandation, les systèmes publicitaires ou la manipulation intentionnelle du service, y compris par une utilisation inauthentique ou une exploitation automatisée du service, ainsi que l'amplification et la diffusion potentiellement rapide et large de contenus illégaux et d'informations incompatibles avec leurs conditions générales d'utilisation. Les VLOP sont tenus de mettre en place des mesures d'atténuation raisonnables, proportionnées et efficaces, adaptées aux risques systémiques spécifiques identifiés.

    • Conformément à l'article 16, paragraphes 5 et 6, les plateformes en ligne doivent notifier sans retard injustifié aux particuliers ou aux entités la décision de modération du contenu, en fournissant des informations sur les possibilités de recours concernant cette décision ; les plateformes prennent ces décisions en temps utile, avec diligence, de manière non arbitraire et objective.

    • Conformément à l'article 25, paragraphe 1, les plateformes en ligne ne conçoivent, n'organisent ni n'exploitent leurs interfaces en ligne d'une manière qui trompe ou manipule leurs utilisateurs ou d'une manière qui fausse ou entrave de manière significative la capacité des utilisateurs de leur service à prendre des décisions libres et éclairées.

    • En vertu de l'article 39, les VLOP doivent compiler et mettre à la disposition du public, au moyen d'un outil fiable et consultable, un répertoire contenant les publicités diffusées sur leurs plateformes, jusqu'à un an après la dernière présentation de la publicité, de manière à ce que les informations soient exactes et complètes.

    • Conformément à l'article 40, paragraphe 12, les VLOP doivent fournir aux chercheurs un accès effectif aux données des plateformes.


    Source : Commission européenne

    Et vous ?

    Pensez-vous que cette procédure de la Commission européenne est crédible ou pertinente ?
    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi :

    Un rapport affirme qu'Elon Musk envisage de retirer X de l'Europe en raison d'une enquête de conformité avec la loi sur les services numériques de l'UE, mais l'homme d'affaires dément la nouvelle

    L'UE menace Elon Musk de sanctions pour la désinformation sur X concernant le conflit entre Israël et le Hamas. "Nous agissons au grand jour. Pas d'accords en coulisses", répond M. Musk

    La plateforme X d'Elon Musk, anciennement Twitter, est le plus grand pourvoyeur de désinformation, selon la vice-présidente de la Commission européenne
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  18. #18
    Membre éprouvé Avatar de der§en
    Homme Profil pro
    Chambord
    Inscrit en
    Septembre 2005
    Messages
    762
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Loir et Cher (Centre)

    Informations professionnelles :
    Activité : Chambord
    Secteur : Transports

    Informations forums :
    Inscription : Septembre 2005
    Messages : 762
    Points : 957
    Points
    957
    Par défaut
    Bof, comme d’hab, c’est l’hôpital qui se fout de la charité.

    Une fois de plus la liberté d’expression est attaquée, chez X, les pôv, ils n’ont pas encore compris que seul big brother détient la vérité…

  19. #19
    Membre habitué
    Homme Profil pro
    Développeur Web
    Inscrit en
    Septembre 2011
    Messages
    106
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur Web
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Septembre 2011
    Messages : 106
    Points : 151
    Points
    151
    Par défaut
    La commission devrait pousser les plateformes à éduquer les gens à l'esprit critique. C'est ce que fait la fonction "Community Notes" de X en pointant les erreurs

  20. #20
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Anthony
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Novembre 2022
    Messages
    919
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Gironde (Aquitaine)

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2022
    Messages : 919
    Points : 15 172
    Points
    15 172
    Par défaut Une plainte RGPD a été déposée par NOYB contre X (anciennement Twitter)
    Une plainte RGPD a été déposée par NOYB contre X (Twitter), pour avoir illégalement utilisé les opinions politiques et les croyances religieuses de ses utilisateurs à des fins de publicité ciblée

    Aujourd'hui 14 décembre, NOYB a déposé une plainte contre X (Twitter) pour utilisation illégale des opinions politiques et des croyances religieuses de ses utilisateurs à des fins de publicité ciblée. L'entreprise a utilisé ces données spécialement protégées pour déterminer si les gens devraient ou non voir une campagne publicitaire de la direction générale de la migration et des affaires intérieures de la Commission européenne, qui tentait de rallier des soutiens en faveur du projet de "contrôle du chat" aux Pays-Bas. En novembre, cette utilisation illégale du microciblage avait déjà incité NOYB à déposer une plainte contre la Commission européenne elle-même. Aujourd'hui, NOYB poursuit en déposant une plainte contre X. En permettant cette pratique en premier lieu, l'entreprise a violé à la fois le RGPD et le règlement DSA.

    X utilise abusivement des données sensibles pour des publicités ciblées. X (Twitter) collecte des données sensibles telles que les opinions politiques et les croyances religieuses en surveillant le comportement des utilisateurs, notamment les clics, les mentions "j'aime" et les réponses aux messages publiés sur la plateforme. En septembre 2023, la Commission européenne a utilisé ces mêmes informations pour promouvoir la proposition très controversée de règlement sur le contrôle des chats sur X. Le système de ciblage de la plateforme a permis à la Commission de cibler les utilisateurs en fonction de leurs opinions politiques et de leurs croyances religieuses. Plus précisément, la campagne publicitaire en question visait les utilisateurs de X qui n'étaient pas intéressés par des mots-clés tels que brexit, Nigel Farrage ou Giorgia Meloni.


    Une interdiction qui n'a pas de sens. En théorie, cette violation ne devrait même pas être possible : X indique dans ses lignes directrices en matière de publicité que l'affiliation politique et les croyances religieuses ne doivent pas être utilisées à des fins de ciblage publicitaire. En réalité, il semble que X n'applique en aucune façon cette interdiction, ce qui la rend pratiquement dénuée de sens. La campagne de la Commission européenne a été diffusée à au moins plusieurs centaines de milliers d'utilisateurs néerlandais de X.

    Selon Maartje de Graaf, avocate spécialisée dans la protection des données chez NOYB : "Sur le papier, X interdit l'utilisation de données sensibles pour des publicités politiques, mais en réalité, ils profitent toujours de techniques que nous savons nocives depuis le scandale Cambridge Analytica en 2018."

    Une violation à la fois du RGPD et du DSA. Les opinions politiques et les croyances religieuses des personnes sont spécifiquement protégées par le RGPD. Bien que cela signifie que ces catégories de données ne peuvent être traitées légalement que dans certaines circonstances, elles ont été utilisées pour cibler les utilisateurs de X dans la campagne publicitaire de la Commission. Cela ne viole pas seulement le RGPD, mais aussi la loi sur les services numériques (DSA). NOYB a donc déposé une plainte auprès de l'autorité néerlandaise de protection des données. Compte tenu de la gravité des violations et du grand nombre d'utilisateurs X concernés, NOYB suggère également que l'autorité compétente impose une amende.

    "Après le dépôt de notre première plainte dans cette affaire, la Commission européenne a déjà confirmé l'arrêt de la publicité sur X. Cependant, pour mettre un terme à cette situation en général, nous avons besoin d'une application de la loi contre X en tant que plateforme utilisée par beaucoup d'autres.", déclare Felix Mikolasch, avocat spécialisé dans la protection des données chez NOYB.

    À propos de NOYB
    NOYB utilise les meilleures pratiques des groupes de défense des droits des consommateurs, des militants de la protection de la vie privée, des hackers et des initiatives de legal tech et les fusionne dans une plateforme européenne stable d'application de la loi. Avec les nombreuses possibilités d'application du règlement européen sur la protection des données (RGPD), NOYB est en mesure de soumettre des cas de protection de la vie privée d'une manière beaucoup plus efficace qu'auparavant. En outre, NOYB suit l'idée de litiges ciblés et stratégiques afin de renforcer votre droit à la vie privée. Elle utilise également des initiatives de relations publiques et médiatiques pour souligner et garantir le droit à la vie privée sans avoir à aller devant les tribunaux. En fin de compte, NOYB est conçu pour unir ses forces avec les organisations, les ressources et les structures existantes afin de maximiser l'impact du RGPD, tout en évitant les structures parallèles.

    Source : "GDPR complaint against X (Twitter) over illegal micro-targeting for chat control ads" (NOYB)

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi

    NOYB dépose une plainte contre la Commission européenne concernant une campagne publicitaire ciblée sur le Contrôle des chats

    La Commission européenne fait une campagne publicitaire controversée pour son projet de loi CSAM, visant à scanner les messages privés à la recherche de contenu pédopornographique

    X fait l'objet d'une enquête pour non-respect des lois de l'UE sur les discours de haine et les fakes news, la Commission européenne ouvre une procédure formelle contre l'ex Twitter
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

Discussions similaires

  1. Réponses: 0
    Dernier message: 13/06/2023, 08h12
  2. Réponses: 26
    Dernier message: 08/10/2015, 14h38
  3. Mark Zuckerberg plaide pour un internet pour tous
    Par Stéphane le calme dans le forum Actualités
    Réponses: 5
    Dernier message: 09/07/2014, 19h08
  4. Bill Gates tacle le projet d’Internet pour tous de Mark Zuckerberg
    Par Hinault Romaric dans le forum Actualités
    Réponses: 64
    Dernier message: 09/11/2013, 15h52

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo