IBM va suspendre l'embauche dans le cadre de son plan de remplacement de 7 800 emplois par l'IA,
le PDG Krishna dit qu'IBM suspendra l'embauche pour des rôles remplaçables

IBM a annoncé qu’elle allait suspendre le recrutement pour les emplois de back-office qui pourraient être remplacés par l’intelligence artificielle dans un avenir proche. La décision fait partie d’un plan visant à réduire les coûts et à accroître l’efficacité de l’entreprise, qui a connu une baisse de ses revenus au cours des cinq dernières années.

Le PDG d'International Business Machines Corp., Arvind Krishna, a déclaré que la société prévoyait de suspendre l'embauche pour des postes qui, selon l'entreprise, pourraient être remplacés par l'intelligence artificielle dans les années à venir.

L'embauche dans les fonctions de back-office (telles que les ressources humaines) sera suspendue ou ralentie, a déclaré Krishna dans une interview. Ces rôles non liés aux clients représentent environ 26 000 travailleurs, a déclaré Krishna. « Je pouvais facilement voir 30% de ces ressources être remplacées par l'IA et l'automatisation sur une période de cinq ans ».

Cela signifierait environ 7 800 emplois perdus. Une partie de toute réduction inclurait le non-remplacement des postes laissés vacants par attrition, a déclaré un porte-parole d'IBM.

Alors que les outils d'intelligence artificielle ont captivé l'imagination du public pour leur capacité à automatiser le service client, à écrire du texte et à générer du code, de nombreux observateurs se sont inquiétés de leur potentiel à perturber le marché du travail. Le plan de Krishna marque l'une des plus importantes stratégies de main-d'œuvre annoncées en réponse à l'évolution rapide de la technologie.

Des tâches plus banales telles que la fourniture de lettres de vérification d'emploi ou le déplacement d'employés entre les départements seront probablement entièrement automatisées, a déclaré Krishna. Certaines fonctions RH, telles que l'évaluation de la composition de la main-d'œuvre et de la productivité, ne seront probablement pas remplacées au cours de la prochaine décennie, a-t-il ajouté.

IBM affirme qu’elle investit dans la formation et le développement de ses employés pour les aider à acquérir les compétences requises par le marché du travail. L’entreprise propose notamment des programmes d’apprentissage en ligne et des certifications dans des domaines tels que l’IA, le cloud, la cybersécurité et la blockchain. IBM affirme également qu’elle crée de nouveaux emplois dans des domaines tels que le conseil, la conception et la recherche.

IBM espère que sa stratégie lui permettra de renouer avec la croissance et de se positionner comme un leader dans le domaine de l’IA et du cloud. L’entreprise prévoit de scinder sa division des services informatiques gérés en une entité distincte d’ici la fin de cette année, afin de se concentrer sur ses activités à plus forte marge. IBM vise également à atteindre une croissance annuelle moyenne du chiffre d’affaires ajusté d’environ 2 % entre 2021 et 2023.

Une entreprise qui a déjà décidé de s'alléger pour se concentrer sur les services comme le cloud hybride

IBM emploie actuellement environ 260 000 personnes et continue d'embaucher pour le développement de logiciels et les rôles en contact avec les clients. Trouver des talents est plus facile aujourd'hui qu'il y a un an, a déclaré Krishna. L'entreprise a annoncé des suppressions d'emplois plus tôt cette année, qui pourraient s'élever à environ 5 000 travailleurs une fois terminées. Pourtant, Krishna a déclaré qu'IBM avait augmenté ses effectifs dans l'ensemble, attirant environ 7 000 personnes au premier trimestre.

Krishna, qui est PDG depuis 2020, a travaillé pour concentrer l'entreprise centenaire sur les logiciels et les services tels que le cloud hybride.

Aussi, en octobre 2020, IBM a indiqué son intention de se concentrer sur le marché porteur du cloud et de l'intelligence artificielle. Cent neuf ans après sa naissance (IBM a été créée en 1911), la structure a pris la décision de séparer son unité Managed Infrastructure Services de sa division Global Technology Services en une nouvelle société publique désignée pour l’instant sous le nom « NewCo ». Le groupe américain explique sa décision par l’accélération de sa stratégie de cloud hybride, s’appuyant en particulier sur la technologie acquise avec la plateforme Red Hat OpenShift, pour accompagner la transformation numérique de ses clients. D’ailleurs, à ce propos, l’entreprise a déclaré :

« IBM se concentre sur l'opportunité du cloud hybride de 1 billion de dollars (NDLR 1000 milliards de dollars) », a déclaré Arvind Krishna, PDG d'IBM. « Les besoins d'achat des clients pour les services d'application et d'infrastructure divergent, tandis que l'adoption de notre plateforme de cloud hybride s'accélère. Le moment est venu de créer deux entreprises leaders du marché, axées sur ce qu'elles font de mieux. IBM se concentrera sur sa plateforme de cloud hybride ouverte et ses capacités d'intelligence artificielle. NewCo aura une plus grande agilité pour concevoir, gérer et moderniser l'infrastructure des organisations les plus importantes du monde. Les deux sociétés seront sur une trajectoire de croissance améliorée avec une plus grande capacité à s'associer et à saisir de nouvelles opportunités - créant de la valeur pour les clients et les actionnaires ».

IBM a également cédé d'autres entreprises à faible croissance comme l'unité d'infrastructure gérée Kyndryl Inc. et une partie de l'activité Watson Health. L'entreprise envisage actuellement de vendre son unité météorologique.

IBM, basé à Armonk, à New York, a dépassé les estimations de bénéfices au cours de son dernier trimestre en raison de la gestion des dépenses, y compris les suppressions d'emplois annoncées précédemment. De nouvelles étapes de productivité et d'efficacité devraient générer 2 milliards de dollars d'économies par an d'ici la fin de 2024, a déclaré le directeur financier James Kavanaugh le jour des résultats.

Jusqu'à la fin de 2022, Krishna a déclaré qu'il croyait que les États-Unis pourraient éviter une récession. Maintenant, il voit le potentiel d'une récession « peu profonde et courte » vers la fin de cette année. Bien que le solide portefeuille de logiciels de la société, y compris l'unité acquise Red Hat, devrait l'aider à maintenir une croissance stable malgré l'aggravation des préoccupations macroéconomiques selon les analystes.

Nom : red.png
Affichages : 14744
Taille : 372,6 Ko

Red Hat entraîné dans la vague de licenciements d'IBM

Fin avril, Red Hat a annoncé lundi qu’elle allait supprimer près de 4 % de ses effectifs mondiaux, soit environ 760 personnes (d'après le site Web de Red Hat, ils ont 19 000 employés). Dans une lettre adressée aux employés, le PDG Matt Hicks a expliqué que cette décision était nécessaire pour s’adapter au nouvel environnement concurrentiel et aligner les ressources de l’entreprise sur sa stratégie.

Red Hat est une filiale d’IBM depuis 2019, lorsque la grande enseigne de l'informatique a racheté la société pour 34 milliards de dollars. À l’époque, IBM s’était engagé à respecter l’indépendance et la neutralité de Red Hat, qui bénéficie d’une forte réputation dans le domaine de l’open source.

Les licenciements annoncés par Red Hat interviennent après ceux d’IBM, qui a confirmé en janvier qu’il allait supprimer entre 1 et 1,5 % de ses effectifs mondiaux, soit environ 3 900 personnes. IBM a justifié ces coupes par la scission de sa division services informatiques Kyndryl et la cession de son activité santé Watson Health.

Ces licenciements témoignent des difficultés rencontrées par IBM et Red Hat face à la concurrence accrue des autres acteurs du marché du numérique, notamment les géants du cloud comme Amazon Web Services, Microsoft ou Google. Ils illustrent également les défis liés à l’intégration de deux cultures d’entreprise différentes et à la préservation de l’identité de Red Hat au sein du groupe IBM.

Hicks a exprimé ses regrets pour cette mesure difficile et a remercié les employés concernés pour leur contribution à Red Hat. Il a également assuré que l’entreprise continuerait à investir dans la croissance, l’innovation et la culture qui font sa force.

Nom : combien.png
Affichages : 1526
Taille : 41,5 Ko

De plus en plus d'entreprise remplacent ou envisagent de remplacer des travailleurs humains par des machines

IBM n’est pas la seule entreprise à envisager de remplacer les travailleurs humains par des machines. Selon une étude du Forum économique mondial publiée en octobre dernier, plus de la moitié des tâches effectuées par les employés pourraient être automatisées d’ici 2025, ce qui pourrait entraîner la suppression de 85 millions d’emplois dans le monde. En revanche, l’étude prévoit également la création de 97 millions de nouveaux emplois nécessitant des compétences adaptées à la nouvelle économie numérique.

Une autre étude, qui nous vient de la plateforme de conseil en recrutement ResumeBuilders.com, indique que ChatGPT aurait déjà commencé à remplacer les humains sur les lieux de travail, de nombreuses entreprises ayant fait appel au chatbot d'IA d'OpenAI pour s'occuper le travail effectué auparavant par les employés. Les entreprises qui utilisent déjà ChatGPT ont déclaré avoir économisé de l'argent grâce au chatbot d'IA, 48 % d'entre elles ayant économisé plus de 50 000 dollars et 11 % plus de 100 000 dollars. Ces organisations ont fait fi des nombreux problèmes de ChatGPT tels que le manque de fiabilité, le plagiat, la désinformation, etc. Elles ont également ignoré les avertissements selon lesquels il ne faut pas s'y fier pour « quoi que ce soit d'important ».

« Dans l'ensemble, la plupart des chefs d'entreprise sont impressionnés par le travail de ChatGPT. Cinquante-cinq pour cent d'entre eux affirment que la qualité du travail produit par ChatGPT est "excellente", tandis que 34 % disent qu'elle est "très bonne" », écrit ResumeBuilder.com dans un communiqué de presse. En outre, une entreprise sur deux (48 %) a remplacé des travailleurs par ChatGPT depuis novembre. Les dirigeants estiment qu'à l'avenir, ChatGPT pourrait conduire à davantage de licenciements. Lorsqu'on leur a demandé si le ChatGPT entraînera des licenciements d'ici à la fin de 2023, 33 % des chefs d'entreprise répondent "certainement".

Environ 26 % ont répondu "probablement". Soixante-trois pour cent (63 %) des chefs d'entreprise dont les organisations utilisent le chatbot d'IA d'OpenAI ont déclaré à ResumeBuilder.com que ChatGPT entraînera des licenciements dans les cinq prochaines années. Les chefs d'entreprise dont les sociétés n'ont pas encore commencé à utiliser ChatGPT, mais prévoient de le faire dans les prochains mois sont moins nombreux à penser que cela entraînera des licenciements. Seuls 9 % d'entre eux affirment que l'utilisation de ChatGPT par leur entreprise entraînera "certainement" des licenciements, tandis que 19 % répondent "probablement".

Source : entretien avec Arvind Krishna

Et vous ?

Quelle lecture faites-vous de cette situation ?
Êtes-vous surpris de voir cette tournure étant donné le succès fulgurant de ChatGPT ?
Quelles pourraient en être les conséquences sur le marché de l'emploi ?
Quels sont les avantages et les inconvénients de l’automatisation des emplois de back-office pour IBM et ses clients ?
Quelles sont les alternatives possibles à la suspension du recrutement pour IBM ?
Quelles sont les implications éthiques et sociales de l’utilisation de l’IA pour remplacer les travailleurs humains ?