IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

Cloud Computing Discussion :

Les révisions de Microsoft concernant le cloud computing excluent Google, Amazon et Alibaba


Sujet :

Cloud Computing

  1. #1
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    mai 2019
    Messages
    1 016
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : mai 2019
    Messages : 1 016
    Points : 20 660
    Points
    20 660
    Par défaut Les révisions de Microsoft concernant le cloud computing excluent Google, Amazon et Alibaba
    Microsoft met la dernière main à ses plans pour remédier aux problèmes de licences déloyales dans l'UE,
    avec des nouvelles options pour transférer les licences vers le cloud d'un partenaire

    Le 1er octobre 2022, Microsoft mettra en œuvre d'importantes mises à niveau de ses conditions d'externalisation et d'hébergement qui profiteront aux clients du monde entier. Les avantages supplémentaires pour les clients permettront de nouveaux scénarios sur la façon dont ils peuvent obtenir des licences et exécuter des charges de travail avec des fournisseurs de cloud, y compris avec des partenaires du programme Cloud Solution Provider.

    Microsoft fait l'objet d'une plainte antitrust en Europe concernant ses services de cloud computing. En début d'année, la société française OVHcloud a déposé une plainte selon laquelle Microsoft abuse de sa position pour nuire à la concurrence, ajoutant aux récentes critiques sur les pratiques concurrentielles d'une société qui a largement évité l'examen réglementaire récent visant les géants technologiques rivaux.

    Nom : Microsoft cloud.jpg
Affichages : 118239
Taille : 24,4 Ko

    OVHcloud avait déclaré avoir déposé une plainte auprès de la Commission européenne, le principal régulateur de la concurrence de l'Union européenne. La plainte porte sur la manière dont Microsoft concède des licences pour ses produits, tels que sa suite de productivité Office, ce qui pourrait rendre plus coûteuse l'utilisation de services cloud qui concurrencent le cloud Azure de Microsoft, ont déclaré des personnes au fait de la plainte.

    En réponse à la plainte d'OVH, un porte-parole de Microsoft déclare : « le marché du cloud est en pleine croissance et les fournisseurs de cloud européens ont construit des modèles économiques performants en utilisant les logiciels et services Microsoft. Les fournisseurs de cloud bénéficient de nombreuses options pour fournir des services de cloud à leurs clients en utilisant les logiciels Microsoft, qu'ils soient achetés par le client ou le partenaire. Nous évaluons en permanence la manière dont nous pouvons soutenir au mieux les partenaires et mettre les logiciels Microsoft à la disposition des clients dans tous les environnements, y compris ceux des autres fournisseurs de cloud. »

    En mai de cette année, Microsoft a promis d'atténuer les pratiques déloyales de l'Europe en matière de cloud computing. Les concessions représentent probablement la réponse de Microsoft aux plaintes des fournisseurs de services européens selon lesquelles il a été plus coûteux d'héberger Windows Server et SQL Server sur leurs infrastructures que sur l'infrastructure Microsoft Azure.

    Cette concurrence déloyale (selon la pensée réglementaire de la Commission européenne, du moins) a apparemment commencé avec les changements de licence d'externalisation que Microsoft a apportés en 2019.

    Bien que l'annonce de Smith ait juste fait référence à la réglementation européenne et aux fournisseurs de services européens, les aspects anticoncurrentiels des licences de Microsoft peuvent affecter les fournisseurs de services d'hébergement dans d'autres pays qui font partie du programme Microsoft Cloud Solution Provider. Un porte-parole de Microsoft répond à la question de savoir si Microsoft avait l'intention de modifier ses pratiques de licence pour les fournisseurs de services sur d'autres marchés :

    « Bien que l'annonce d'aujourd'hui se concentre sur l'Europe, les changements apportés aux programmes Microsoft Cloud Solution Provider et Software Assurance sont mondiaux. Dans les jours à venir, nous communiquerons directement avec nos partenaires et clients de l'informatique dématérialisée pour les informer des détails de cette annonce et de son impact sur eux. »

    L'annonce de Smith comprenait un engagement de Microsoft à répondre aux besoins de l'Europe et à « s'adapter et à soutenir » les réglementations technologiques européennes. Microsoft a également promis que ses services cloud contribueraient à assurer le succès des développeurs de logiciels européens. Microsoft a également affirmé qu'elle s'efforçait de simplifier ses licences en suivant les principes des licences de logiciels équitables. Les licences seront rédigées plus clairement et les coûts seront plus faciles à déterminer, a suggéré Smith. Microsoft prévoit également d'ajouter une fonction de mobilité des licences logicielles à son programme Software Assurance.

    La Software Assurance est un programme d'annuités qui garantit des mises à jour logicielles, mais il s'agit d'un coût supplémentaire payé en plus du coût des licences logicielles de Microsoft. Les changements annoncés pour le 1er octobre 2022 permettront aux clients de déplacer leurs licences vers le cloud d'un partenaire, d'exploiter le matériel partagé et de bénéficier d'une plus grande souplesse dans les options de déploiement de leurs licences logicielles.

    Voici, ci-dessous, ce que fourni Microsoft pour faciliter la collaboration avec les partenaires pour le cloud hébergé, que les clients apportent leurs licences ou les obtiennent d'un partenaire.

    • Microsoft annonce l’arrivé d’un nouvel avantage de virtualisation flexible pour les clients qui élargira considérablement le choix des clients en matière d'externalisation. Dans le cadre de cet avantage, les clients disposant d'une assurance logicielle ou de licences d'abonnement pourront utiliser leurs propres logiciels sous licence pour créer et/ou installer des solutions et les exécuter sur l'infrastructure de n'importe quel fournisseur de cloud, dédiée ou partagée. Les clients disposeront ainsi d'une plus grande souplesse pour exécuter leurs logiciels sur des clouds multitenant. Cet avantage sera disponible à partir du 1er octobre ;
    • Les clients disposant d'une Assurance logicielle ou de licences d'abonnement pourront obtenir une licence Windows Server sur la base d'un noyau virtuel. Selon ce modèle, les clients peuvent acheter des licences pour les seuls cœurs virtuels dont ils ont besoin (sous réserve d'un minimum par VM), sans être liés à un nombre physique de cœurs sur le serveur. Avec l'option de licence pour les cœurs virtuels, les clients peuvent obtenir une licence pour Windows Server en fonction du nombre de cœurs virtuels qu'ils utilisent dans les machines virtuelles, ce qui facilite l'octroi de licences pour Windows Server en cas de virtualisation ou d'externalisation ;
    • Microsoft facilite la virtualisation de Windows 10 ou de Windows 11 en supprimant l'exigence de la licence complémentaire Virtual Desktop Application (VDA) pour les utilisateurs de Microsoft 365 F3, Microsoft 365 E3 et Microsoft 365 E5 qui souhaitent virtualiser Windows 10 ou Windows 11 sur des serveurs et qui ne disposent pas d'un périphérique Windows Pro principal ;
    • Dans le cadre du nouvel avantage de virtualisation flexible, les clients peuvent travailler avec des partenaires du programme Cloud Solution Provider pour obtenir des solutions de bureau et de serveur hébergées préconstruites et soit apporter leur propre licence, soit obtenir la licence auprès du partenaire. Un contrat client Microsoft avec le partenaire participant et une preuve de licence seront nécessaires pour exécuter ces solutions hébergées ;
    • Les clients auront le choix entre des abonnements d'un an et de trois ans pour de nombreux produits, dont Windows Server, Remote Desktop Services (RDS) et SQL Server, par l'intermédiaire des partenaires du programme Cloud Solution Provider, afin d'offrir une stabilité des prix avec des abonnements à long terme.
    Pour trouver un fournisseur de services cloud représentant Microsoft, l'outil AppSource peut être utilisé pour rechercher l’emplacement.

    Source : Microsoft

    Et vous ?

    Que pensez-vous de cet engagement de Microsoft à remédier aux problèmes de licences déloyales dans l'UE ?

    Trouvez-vous justifié la mise à niveau des conditions d'externalisation et d'hébergement de Microsoft ?

    Voir aussi :

    Microsoft révise ses politiques en matière de licences logicielles et de cloud computing dans le contexte de l'examen des autorités européennes et a la suite d’une plainte OVHcloud et Nextcloud

    Slack porte plainte contre Microsoft auprès de Bruxelles pour pratiques anticoncurrentielles, l'accusant d'avoir illégalement lié son produit Teams à sa suite Office pour éliminer ses concurrents
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    mai 2018
    Messages
    1 612
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Âge : 32
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : mai 2018
    Messages : 1 612
    Points : 119 645
    Points
    119 645
    Par défaut Amazon et Google critiquent les changements apportés par Microsoft en matière de cloud computing
    Amazon et Google critiquent les changements apportés par Microsoft en matière de cloud computing, affirmant qu'elles limitent la concurrence et découragent les clients de changer de fournisseur

    Le géant américain des logiciels a annoncé lundi des accords de licence modifiés et d'autres changements qui entreront en vigueur le 1er octobre et qui, selon eux, faciliteront la concurrence entre les fournisseurs de services cloud.

    Amazon, Google, Alibaba et les propres services de cloud de Microsoft seront exclus de ces accords.

    La décision de Microsoft est intervenue après que de petits concurrents de l'Union européenne ont fait part de leurs griefs concernant ses pratiques en matière de services de cloud aux autorités antitrust de l'UE, qui ont ensuite interrogé les acteurs du marché sur cette question et sur l'impact qu'ils ont eu.

    Amazon, le principal fournisseur de services de cloud computing, suivi de Microsoft et de Google, s'est montré cinglant dans ses critiques.

    "Microsoft redouble maintenant les mêmes pratiques néfastes en mettant en œuvre encore plus de restrictions dans une tentative déloyale de limiter la concurrence à laquelle il est confronté - plutôt que d'écouter ses clients et de rétablir des licences de logiciels équitables dans le cloud pour tout le monde", a déclaré un porte-parole de son unité de services cloud AWS dans un courriel.

    Nom : DrXowHGW4AA1BtC.jpg
Affichages : 1027
Taille : 22,2 Ko

    Marcus Jadotte, vice-président de Google chargé des affaires gouvernementales et de la politique de Google Cloud, s'est montré tout aussi critique.

    "La promesse du cloud est une informatique flexible et élastique sans verrouillage contractuel", a-t-il déclaré dans un tweet.

    "Les clients devraient pouvoir se déplacer librement d'une plateforme à l'autre et choisir la technologie qui leur convient le mieux, plutôt que celle qui convient le mieux à Microsoft", a ajouté M. Jadotte.

    Sources : Amazon, Google

    Et vous ?

    Qu'en pensez-vous ?

    Voir aussi :

    Microsoft met la dernière main à ses plans pour remédier aux problèmes de licences déloyales dans l'UE, avec des nouvelles options pour transférer les licences vers le cloud d'un partenaire

    Microsoft lance un cloud « souverain » pour les gouvernements et ses clients du secteur public en Europe, baptisé Microsoft Cloud for Sovereignty

    Microsoft dévoile les postes de travail Dev Box pour le développement à distance, les développeurs peuvent maintenant créer de nouveaux environnements de développement dans le cloud
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  3. #3
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    mai 2019
    Messages
    1 016
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : mai 2019
    Messages : 1 016
    Points : 20 660
    Points
    20 660
    Par défaut Les révisions de Microsoft concernant le cloud computing excluent Google, Amazon et Alibaba
    Les révisions de Microsoft concernant le cloud computing excluent Google, Amazon et Alibaba,
    elles limiteraient la concurrence en découragent les clients de changer de fournisseur

    Microsoft a annoncé qu’elle mettra en œuvre le 1er octobre 2022 d'importantes mises à niveau de ses conditions d'externalisation et d'hébergement qui profiteront aux clients du monde entier. Ces changements ne seraient pas du goût de ces concurrents directs à savoir : Amazon, Google ou Alibaba. « Microsoft croit en la valeur de l'écosystème des partenaires, et en réponse aux commentaires des partenaires, le 1er octobre 2022, Microsoft mettra en œuvre des révisions et des mises à niveau majeures de ses conditions d'externalisation et d'hébergement qui profiteront aux partenaires et aux clients du monde entier », a déclaré Nicole Dezen, Directrice générale des partenaires et vice-présidente de l'entreprise, Global Partner Solutions, dans un billet de blog.

    Rappelons que Microsoft a fait l'objet d’un grief antitrust en Europe concernant ses services de cloud computing. En début d'année, la société française OVHcloud a déposé une plainte selon laquelle Microsoft abuse de sa position pour nuire à la concurrence, ajoutant aux récentes critiques sur les pratiques concurrentielles d'une société qui a largement évité l'examen réglementaire récent visant les géants technologiques rivaux.

    Selon le billet de Nicole Dezen, les nouvelles conditions de licence permettront aux entreprises clientes de Microsoft d'intégrer plus facilement les logiciels Microsoft dans une infrastructure non Microsoft et de faire évoluer le coût et la taille de leurs systèmes Microsoft ou de ceux de leurs clients sur leur propre matériel.

    Nom : Microsoft Licence.jpg
Affichages : 1419
Taille : 25,3 Ko

    Toutefois, Microsoft tient à préciser une chose : son contrat de licence pour fournisseurs de services (SPLA) était destiné aux clients qui proposent un hébergement « à partir de leurs propres centres de données », et non à l'achat de licences Microsoft pour « héberger sur les centres de données d'autres personnes ». Pour « renforcer l'écosystème des hébergeurs. » Microsoft va supprimer la possibilité d'externaliser vers Alibaba, Amazon Web Services, Google, le cloud Azure de Microsoft, ou toute autre personne utilisant ces sociétés dans le cadre de son hébergement.

    Voici précisément ce à quoi les hébergeurs et les clients peuvent s'attendre plus tard cette année :

    Plus de flexibilité et d'options pour l'externalisation des logiciels : Microsoft introduira un nouvel avantage de virtualisation flexible pour les clients qui élargira considérablement leur choix en matière d'externalisation. Dans le cadre de cet avantage, les clients disposant de licences d'assurance logicielle ou d'abonnement pourront utiliser leurs propres logiciels sous licence pour créer et/ou installer des solutions et les exécuter sur n'importe quelle infrastructure d'externalisation « à l'exception d’Alibaba, Amazon Web Services, Google ».

    Cela donne aux partenaires qui proposent l'externalisation de l'infrastructure la possibilité d'héberger les solutions des clients sur des configurations matérielles plus flexibles, et permet aux partenaires d'hébergement qui vendent de l'hébergement avec licence incluse (comme Windows Server dans le cadre de contrats de licence de fournisseur de services, ou SPLA) de permettre à leurs clients d'installer des produits sous licence du client, comme SQL Server, Microsoft 365 Apps, et plus, sur leurs solutions hébergées.

    Introduction de nouvelles licences de noyau virtuel Windows Server : inclus dans l'avantage de la virtualisation flexible, Microsoft souhaite également proposer Windows Server dans un modèle de licence compatible avec l'externalisation de serveurs partagés. À cet effet, elle annonce l’introduction d’une option de licence pour Windows Server sur la base d'un noyau virtuel.

    Aujourd'hui, Windows Server est concédé sous licence par cœur physique, ce qui signifie que les clients doivent avoir accès au matériel du serveur physique pour s'assurer qu'ils ont suffisamment de licences Windows Server pour couvrir tous les cœurs physiques de la machine. Avec l'option de licence par cœur virtuel, les clients peuvent choisir de concéder des licences Windows Server en fonction du nombre de cœurs virtuels qu'ils utilisent dans les machines virtuelles, ce qui facilite la concession de licences Windows Server en cas de virtualisation ou d'externalisation.

    Selon Microsoft, ce changement aidera les fournisseurs de cloud à attirer les clients ayant des charges de travail Windows Server héritées en leur permettant de déplacer ces charges de travail des serveurs sur site vers le cloud.

    Simplification de la manière dont les clients peuvent virtualiser Windows 10 ou Windows 11 avec Microsoft 365 : Tout utilisateur disposant d'une licence Microsoft 365 F3, Microsoft 365 E3 ou Microsoft 365 E5 pourra virtualiser Windows 10 ou Windows 11 sur ses propres serveurs ou sur ceux de ses sous-traitants (à l'exception des fournisseurs répertoriés), que le périphérique principal de l'utilisateur dispose ou non d'un système d'exploitation qualifiant, les utilisateurs doivent toujours disposer d'un périphérique principal équipé d'un système d'exploitation éligible pour exécuter Windows 10/Windows 11 Enterprise en local sur leurs PC (QOS), par exemple Windows 11 Pro et sans avoir besoin de licences supplémentaires.

    Aujourd'hui, les utilisateurs de Microsoft 365 qui ne disposent pas d'un appareil principal avec un QOS doivent également acquérir une licence complémentaire VDA pour virtualiser Windows 10 ou Windows 11. Après le 1er octobre 2022, nous supprimons cette exigence pour les utilisateurs de Microsoft 365 F3, Microsoft 365 E3 et Microsoft 365 E5, simplifions nos règles de licence et offrons aux clients plus de choix et de flexibilité pour virtualiser Windows 10 ou Windows 11.

    Windows VDA est un abonnement basé sur les appareils conçu pour aider les les organisations à obtenir des licences pour les périphériques qui ne sont pas éligibles pour Windows Client SA, tels que les clients légers et les PC appartenant aux entrepreneurs, afin que ces appareils puissent accéder à un bureau virtuel. Windows VDA est disponible pour 100 dollars/an/appareil par le biais de tous les principaux programmes Microsoft Volume Licensing (VL).

    Les concurrents de Microsoft se sont exprimés

    Amazon et Google se sont exprimés et ne pensent pas que Microsoft montre un nouveau visage, moins anticoncurrentiel. « Microsoft redouble maintenant les mêmes pratiques néfastes en mettant en œuvre encore plus de restrictions dans une tentative déloyale de limiter la concurrence à laquelle il est confronté - plutôt que d'écouter ses clients et de rétablir des licences de logiciels équitables dans le cloud pour tout le monde », a déclaré un porte-parole d'Amazon.

    Marcus Jadotte, vice-président chargé des affaires gouvernementales et de la politique chez Google Cloud, a tweeté : « La promesse du cloud est une informatique flexible et élastique, sans contraintes contractuelles. Les clients doivent pouvoir passer librement d'une plateforme à l'autre et choisir la technologie qui leur convient le mieux, plutôt que celle qui convient le mieux à Microsoft. »

    Nom : Marcus.jpg
Affichages : 1098
Taille : 32,2 Ko

    « Chez Google Cloud, nous sommes convaincus de l'importance de l'ouverture et nous continuons à gagner la confiance de nos clients en faisant valoir la sécurité, le coût et les avantages de l'utilisation de plusieurs fournisseurs de services cloud. Nous invitons tous les fournisseurs de services cloud à éviter de verrouiller leurs clients et à se faire concurrence sur les mérites de leurs technologies », poursuit-il.

    Microsoft décrit ses changements de licence à venir comme étant « une réponse aux griefs de ses partenaires », sans mentionner les changements de licence qu'elle a effectués précédemment et qui ont suscité un examen antitrust de l'UE. Cette concurrence déloyale (selon la pensée réglementaire de la Commission européenne, du moins) a apparemment commencé avec les changements de licence d'externalisation que Microsoft a apportés en 2019.

    Les modifications apportées aux conditions de licence de Microsoft en octobre 2019 ont augmenté le prix de l'exécution des services Microsoft sur une infrastructure « hyperscale » non Microsoft. Le fournisseur Azure de Microsoft était inclus dans la liste des prix plus élevés, mais les clients auraient reçu souvent un rabais distinct qui compensait une grande partie de l'augmentation.

    En mai de cette année, Microsoft a promis d'atténuer les pratiques déloyales de l'Europe en matière de cloud computing. Les concessions représentent probablement la réponse de Microsoft aux plaintes des fournisseurs de services européens selon lesquelles il a été plus coûteux d'héberger Windows Server et SQL Server sur leurs infrastructures que sur l'infrastructure Microsoft Azure.

    Microsoft apporte des changements au programme SPLA, à partir d'octobre 2022

    Le SPLA est un contrat de licences Microsoft que l'hébergeur peut utiliser dès lors qu'il souhaite proposer un service en ligne payant, dans un environnement d'hébergement mutualisé Microsoft (Windows server, par exemple) ou pour fournir des applications hébergées Microsoft (Office, Exchange ou Lync par exemple). À sa création, le programme SPLA était destiné à permettre aux partenaires d'offrir des services hébergés à partir de leurs propres centres de données, et non aux fournisseurs de services gérés qui achètent par le biais du programme SPLA pour héberger sur les centres de données des autres.

    Microsoft a annoncé qu’elle apporte des changements au programme SPLA, à partir d'octobre 2022. Afin de renforcer l'écosystème des hébergeurs en concentrant le programme sur les hébergeurs d'envergure et d'encourager les outsourcers et fournisseurs de centres de données traditionnels, Microsoft modifie les termes du programme SPLA dans le but de supprimer la possibilité d'externaliser les licences SPLA sur les centres de données des fournisseurs répertoriés.

    Les outsourcers et fournisseurs de centres de données traditionnels bénéficieront de ce changement, qui contribuera à renforcer l'écosystème des partenaires d'hébergement. Tout partenaire SPLA affecté par ce changement a jusqu'au 30 septembre 2025 pour passer d'un fournisseur listé pour l'hébergement externalisé SPLA ou pour obtenir une licence directement du fournisseur listé en dehors de son SPLA.

    Sources : Microsoft ( 1, 2)

    Et vous ?

    Que pensez-vous des nouvelles conditions Microsoft pour transférer les licences vers le cloud d'un partenaire ?

    Google, Amazon seraient contrariés, quel est votre avis la dessus ? Simple frustration ou grognement logique ?

    Trouvez-vous ces nouvelles mesures Microsoft à la hauteur de la demande présentée par des fournisseurs tels qu'OVH ?

    Voir aussi :

    Microsoft met la dernière main à ses plans pour remédier aux problèmes de licences déloyales dans l'UE, avec des nouvelles options pour transférer les licences vers le cloud d'un partenaire

    Le géant américain de la technologie Microsoft fait face à une plainte antitrust déposée par trois rivaux européens, dont OVHcloud, concernant ses activités de cloud computing

    Microsoft révise ses politiques en matière de licences logicielles et de cloud computing dans le contexte de l'examen des autorités européennes, et a la suite d'une plainte OVHcloud et Nextcloud
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  4. #4
    Membre éclairé
    Homme Profil pro
    Consultant en Business Intelligence
    Inscrit en
    décembre 2021
    Messages
    445
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant en Business Intelligence

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2021
    Messages : 445
    Points : 728
    Points
    728
    Par défaut
    Bonjour,

    Les révisions de Microsoft concernant le cloud computing excluent Google, Amazon et Alibaba, elles limiteraient la concurrence en découragent les clients de changer de fournisseur

    Que pensez-vous des nouvelles conditions Microsoft pour transférer les licences vers le cloud d'un partenaire ?
    Dans l'univers du PC, Microsoft essaye de tirer à son avantage la couverture. Ce qui n'est pas du gout de Google et Amazon

    Google, Amazon seraient contrariés, quel est votre avis la dessus ?
    Des jérémiades de façaces car Google & Amazon perdent des % de marchés ^^

    Simple frustration ou grognement logique ?
    Grognement logique ^-^

    Trouvez-vous ces nouvelles mesures Microsoft à la hauteur de la demande présentée par des fournisseurs tels qu'OVH ?
    Cela rend OVH juste encore plus dépendant . Vu "tout" doit passer par Microsoft maintenant (et un peu plus encore au file du temps ... )

  5. #5
    Membre confirmé
    Profil pro
    Inscrit en
    novembre 2003
    Messages
    111
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2003
    Messages : 111
    Points : 596
    Points
    596
    Par défaut
    Que pensez-vous des nouvelles conditions Microsoft pour transférer les licences vers le cloud d'un partenaire ?
    Etonnant mais appréciable.
    La facturation au core virtuel (au lieu de physique) est particulièrement bien venue.

    L'explication reste claire vis-à-vis de leur stratégie de licence SPLA (bien expliqué dans l'article).
    Après, la complexité des licences et contrat Microsoft gagnerait largement à être ultra-simplifié.

    Google, Amazon seraient contrariés, quel est votre avis la dessus ? Simple frustration ou grognement logique ?
    grognement logique de principe et de façade.
    ça les défavorise légèrement par rapport aux clouds plus petits (bon, dans ces clouds plus petits, ya du Oracle/IBM/Orange/cie donc bon)

    L'impact ici est uniquement d'aspect financier.
    Si le client a des licences microsoft (windows server/cal) pour son on-premise, il peut aller dans un cloud partenaire privé sans surcoût, tant qu'il reste propriétaire de ses centres de données.

    OVH dont le coeur de métier est de proposer du centre de donnée privé était impacté de la même façon que Google/Amazon.

    Avant,
    - le cloud (public comme privé) était considéré comme cloud public et demandait de racheter toutes les licences.
    - sauf partiellement pour le cloud Azure (bénéfice interne Azure)

    Maintenant
    - cloud privé valable
    - cloud Azure valable partiellement
    - cloud public pas valable

    Vous l'avez avec OVH (cloud privé).
    Vous ne l'avez pas avec Google/Amazon/Alibaba (cloud public).

    Et j'imagine bien que si OVH/cie peuvent tailler des parts de marché dans la croupe de Google, Microsoft n'en sera que plus ravi

    Trouvez-vous ces nouvelles mesures Microsoft à la hauteur de la demande présentée par des fournisseurs tels qu'OVH ?
    A la hauteur non. Mais un premier geste vers eux, oui, très certainement.

    Clairement, aucune raison de donner encore des avantages financiers à Google/Amazon alors que je suis pratiquement sûr qu'ils n'auraient pas répercuté la baisse de prix sur les instances de leurs clients.

    D'autant plus que certains termes de licences (notamment chez Amazon) sont très limites, notamment sur la gestion des serveurs/cal serveurs :
    Un windows server chez aws force des licences CAL infinies sans surcoût.
    Si vous avez besoin de monter un env Windows le moins couteux, c'est clairement chez eux.

    Bref, ça n'est ni Google ni Amazon qui auraient fait ça.

Discussions similaires

  1. Réponses: 0
    Dernier message: 21/12/2021, 08h48
  2. Réponses: 9
    Dernier message: 03/11/2021, 11h59
  3. Réponses: 2
    Dernier message: 13/05/2020, 19h50
  4. Réponses: 12
    Dernier message: 14/11/2018, 22h56
  5. Réponses: 125
    Dernier message: 27/12/2010, 10h35

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo