IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

Actualités Discussion :

Google accusé de tromperie sur le respect de la vie privée avec un bouton trompeur

  1. #1
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Mai 2019
    Messages
    1 887
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2019
    Messages : 1 887
    Points : 36 942
    Points
    36 942
    Par défaut Google accusé de tromperie sur le respect de la vie privée avec un bouton trompeur
    Le mode Incognito ou « navigation privée » de Google n'est pas vraiment privé,
    Google est soupçonnée de pratiques trompeuses, selon une plainte

    Le moteur de recherche Google recueille des données sur les utilisateurs qui pensent pouvoir rester anonymes s'ils utilisent un mode de « navigation privée », a déclaré jeudi le procureur général du Texas, Ken Paxton, en déposant une plainte modifiée pour atteinte à la vie privée contre l'unité d'Alphabet Google.

    Google a déclaré jeudi que la plainte de Paxton était à nouveau « fondée sur des affirmations inexactes et dépassées concernant nos paramètres. Nous avons toujours intégré des fonctionnalités de confidentialité dans nos produits et fourni des contrôles robustes pour les données de localisation. » « Nous contestons fermement ces affirmations et nous nous défendrons vigoureusement pour rétablir la vérité », a-t-elle ajouté.

    Nom : googleeeBB.png
Affichages : 9221
Taille : 233,0 Ko

    Certains navigateurs Web disposent d'une fonction de confidentialité appelée mode Incognito. Lorsqu'il est dans ce mode, le navigateur génère une session temporaire qui est séparée de la session principale et des données de l'utilisateur. Lorsque la session est fermée, toutes les données locales associées à la session, telles que les cookies et le cache Web, sont supprimées.

    Ces modes sont principalement destinés à empêcher que les données et l'historique liés à une session de navigation spécifique ne restent sur l'appareil ou ne soient découverts par un autre utilisateur du même appareil. Il pourrait être utilisé dans le cadre du développement Web pour évaluer rapidement la façon dont les pages apparaissent aux nouveaux utilisateurs.

    Pour cet internaute qui se fait appeler DukkyDrake, « lorsqu’un utilisateur navigue en privé, Chrome n'enregistre pas l’historique de navigation, les cookies et les données du site, ni les informations saisies dans les formulaires. Les fichiers que vous téléchargez et les signets que vous créez sont conservés. Votre activité n'est pas cachée aux sites Web que vous visitez, à votre employeur ou à votre école, ni à votre fournisseur d'accès à Internet. »

    Les utilisateurs ne sont pas toujours protégés contre la surveillance par d'autres sites Web ou par leur fournisseur d'accès à Internet lorsqu'ils utilisent des modes de navigation privée. De plus, des traces d'activité identifiables peuvent échapper à des sessions de navigation privée par le biais du système d'exploitation, de failles de sécurité du navigateur ou d'extensions de navigateur malveillantes.

    Il aurait été découvert que seules certaines API HTML5 pouvaient être utilisées pour indiquer la présence de modes de navigation privée en raison de différences de comportement. C'est pourquoi certaines personnes confondent la navigation privée avec un VPN.

    « Une entreprise qui gagne de l'argent en collectant des données sur les utilisateurs collecte donc des données sur les utilisateurs ? », déclare un internaute. Le Texas, l'Indiana, l'État de Washington et le District de Columbia ont intenté des procès distincts contre Google en janvier devant des tribunaux d'État pour ce qu'ils appellent des pratiques trompeuses de localisation qui portent atteinte à la vie privée des utilisateurs.

    Le dépôt de Paxton s’ajoute à ces précédents. Le mode Incognito ou « navigation privée » est une fonction du navigateur Web qui, selon Paxton, implique que Google ne suivra pas l'historique des recherches ou les activités de localisation.

    Selon l'action en justice, Google offre l'option de « navigation privée », qui peut inclure « la consultation de sites Web très personnels qui peuvent indiquer, par exemple, leurs antécédents médicaux, leurs convictions politiques ou leur orientation sexuelle. Ou peut-être veulent-ils simplement acheter un cadeau surprise sans que le destinataire du cadeau soit averti par un barrage de publicités ciblées. »

    Paxton avait précédemment allégué que Google a trompé les consommateurs en continuant à suivre leur localisation même lorsque les utilisateurs ont cherché à l'empêcher. Google dispose d'un paramètre « Historique de localisation » et informe les utilisateurs qui le désactivent que « les endroits où vous allez ne sont plus stockés », a déclaré le Texas.

    En janvier, un juge de l'Arizona a statué que les allégations selon lesquelles Google aurait trompé les utilisateurs par le manque de clarté des paramètres de localisation des smartphones devraient être examinées par un jury, refusant de rejeter une action en justice intentée par le procureur général de l'État.

    Et vous ?

    Partagez-vous l'avis selon lequel Google tromperait les utilisateurs sur son mode de navigation privée ?

    Voir aussi :

    « Google a fermé mon compte pour avoir partagé des archives historiques qu'ils ont qualifiées "d'activités terroriste" », un éditeur indique qu'il risque de perdre des années de recherches

    86 % des comptes Google Cloud piratés sont utilisés pour du cryptomining illégal, les autres attaques consistant à effectuer un balayage des ports d'autres cibles sur Internet, selon AtlasVPN

    Google dévoile Logica, un nouveau langage de programmation logique open source, qui compile SQL et peut fonctionner sur Google BigQuery
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Patrick Ruiz
    Homme Profil pro
    Redacteur web
    Inscrit en
    Février 2017
    Messages
    1 886
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Redacteur web
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : Février 2017
    Messages : 1 886
    Points : 52 402
    Points
    52 402
    Par défaut Des ingénieurs de Google plaisantent sur le fait que le mode incognito de Google Chrome ne l’est pas
    Des ingénieurs de Google plaisantent sur le fait que le mode incognito de Google Chrome ne l’est pas
    Et déclenchent un débat autour du contrat d’utilisateur du navigateur

    Depuis 2021, un tribunal a ordonné un recours collectif contre l’entreprise pour avoir suivi les activités des utilisateurs dans le mode incognito ou de navigation dite privée. L’affaire prend un coup de neuf avec une plaisanterie d’une équipe d’ingénieurs de l’entreprise selon laquelle « le mode incognito n’est pas incognito. » Le contenu qui a filtré du lot mis à disposition du tribunal divise l’opinion. Les observateurs qui estiment que le terme incognito est trompeur font face à ceux qui sont d’avis que le contrat d’utilisateur est clair sur les attentes que l’on doit en avoir en tant qu’utilisateur.

    « Vous êtes passé en mode navigation privée. Vous pouvez désormais naviguer de façon privée. Les autres utilisateurs de cet ordinateur ne verront pas votre activité. Toutefois, les téléchargements, les favoris et les éléments de la liste de lecture seront enregistrés. Les informations suivantes ne seront pas enregistrées par Chrome : votre historique de navigation, les cookies et les données de sites, les informations saisies dans les formulaires », indique Google lors du lancement d’une session de navigation privée. L’entreprise précise en sus que : « votre activité peut rester visible : les sites Web que vous consultez, votre employeur ou votre établissement scolaire, votre fournisseur d’accès Internet. »

    Nom : 1.jpg
Affichages : 8484
Taille : 360,2 Ko

    « En utilisant Chrome ou ChromeOS, vous acceptez les conditions d'utilisation de Google, disponibles à l'adresse https://policies.google.com/terms, ainsi que les présentes conditions d'utilisation supplémentaires de Google Chrome et ChromeOS. Les présentes conditions d'utilisation supplémentaires de Google Chrome et ChromeOS s'appliquent à la version du code exécutable de Chrome et ChromeOS », ajoute Google. La somme de ces éléments mis ensemble permet à des observateurs d’affirmer que Google est clair sur les attentes que l’on doit avoir en tant qu’utilisateur du mode incognito.

    Certains campent néanmoins sur la position selon laquelle le terme incognito est trompeur. Ceux-ci citent certains pans du recours collectif qui soulignent que : « le fait que Google soit un tiers qui vous espionne sur 70 % des sites Web qui utilisent Google Analytics n'est pas divulgué de manière adéquate par le message d'avertissement en mode Incognito. Il n'y a pas d'avertissement du type " nous vous désanonymisons et vous géolocalisons et nous avons tout votre historique de navigation dans nos serveurs". La grande majorité des internautes s'attendent à ce que leur adresse IP soit naturellement divulguée au site pornographique qu'ils visitent et c'est ce que semble indiquer l'avertissement. Il ne suggère pas du tout à l'utilisateur moyen que Google surveille toute son activité sur tous les sites qu’il visite. »

    Google pour sa défense entend faire valoir qu'il indique clairement aux utilisateurs que le mode Incognito n'est pas totalement privé et que les utilisateurs ont déjà consenti à ce que leurs données soient traquées par l'entreprise. Le débat intervient dans un contexte où Statista indique qu’environ 97 % des personnes de 18 à 34 ans ne lisent pas les conditions d’utilisation des plateformes en ligne. Motif : la longueur des documents et la complexité du jargon utilisé.

    Nom : 2.jpg
Affichages : 2991
Taille : 103,3 Ko

    L'une des conditions générales les plus courtes appartient à Instagram, et elle contient 2451 mots au total. À une vitesse de lecture moyenne d'environ 240 mots par minute, il vous faudrait environ dix minutes pour parcourir l'ensemble du document. Ce n'est pas beaucoup, mais cela peut le paraître lorsque vous essayez simplement de créer un compte Instagram.

    De plus, Instagram est un peu une exception à cet égard. Facebook, par exemple, a une page de conditions générales d'environ 4100 mots, ce qui prendrait au moins dix-sept minutes à lire à une vitesse de lecture moyenne. C'est beaucoup de temps à passer sur un tel document, mais une fois encore, il s'agit d'une valeur basse, car de nombreuses autres entreprises exigent des temps de lecture beaucoup plus longs.

    Le pire exemple en la matière est sans doute Microsoft. L'entreprise possède une page de conditions générales absolument gigantesque qui contient plus de 15 000 mots, soit la taille d'un petit roman. Il faudrait bien plus d'une heure pour lire ces conditions générales, et il est inutile de préciser que personne n'a l'intention de passer une heure à faire quelque chose de ce genre.

    Source : recours

    Et vous ?

    Qui est le plus à blâmer dans des cas litigieux de ce type ? La plateforme en ligne ou l’utilisateur qui ne prend pas le temps de bien lire les conditions d’utilisation ?
    Prenez-vous le temps de lire les conditions générales des plateformes que vous utilisez ?

    Voir aussi :

    La plupart des termes et conditions d'utilisation des sites sont incompréhensibles pour des adultes, d'après une étude

    Les conditions générales d'utilisation de 13 applications les plus populaires prendraient 17 heures pour toutes les lire, rapporte Thinkmoney après avoir analysé ces conditions

    La haute Cour déclare qu'Uber ne peut pas lier les utilisateurs par des termes de contrat qu'ils n'ont probablement pas lus, les entreprises ne devraient pas se limiter à un lien vers ces conditions
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  3. #3
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Mai 2019
    Messages
    1 887
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2019
    Messages : 1 887
    Points : 36 942
    Points
    36 942
    Par défaut Google accusé de tromperie sur le respect de la vie privée avec un bouton trompeur
    Google accusé de tromperie sur le respect de la vie privée avec un bouton trompeur,
    une action en justice est intentée

    Dans un procès de longue haleine sur le suivi de ses utilisateurs par Google, une déposition vidéo récemment publiée affirme que même le PDG Sundar Pichai ne comprend pas bien ce qui se passe en dessous de lui. Depuis trois ans, Google fait l’objet d’une action en justice selon laquelle l’entreprise propose un produit trompeur qui promet le respect de la vie privée, mais ne l’assure pas. Il s'agit d'un paramètre appelé Web & App Activity (WAA) et d'un sous-ensemble appelé sWAA qui étend la prétendue protection de la vie privée pour « inclure l'historique de Chrome et l'activité des sites, des applications et des appareils qui utilisent les services de Google ». Le bouton de menu correspondant est disponible sur la page web des comptes Google.

    Jonathan Hochman, témoin expert pour les plaignants, a fourni une analyse technique de la collecte de données par Google, mais son rapport reste sous scellé. Toutefois, la transcription de la déposition vidéo de Hochman, publiée dans le registre du tribunal, apporte des éclaircissements sur les allégations. Cela permet à Google de connaître les amis des utilisateurs, leurs loisirs, leurs plats préférés, leurs habitudes d'achat et même les « choses les plus intimes et potentiellement embarrassantes » qu'ils recherchent en ligne, selon la plainte.

    Nom : google.png
Affichages : 1829
Taille : 529,4 Ko

    En 2020, Google a été poursuivi dans le cadre d'une proposition de recours collectif accusant la société de porter atteinte à la vie privée de millions d'utilisateurs en suivant de manière omniprésente leur utilisation d'Internet par l'intermédiaire de navigateurs configurés en mode « privé ». La plainte réclamait au moins 5 milliards de dollars, accusant l'entreprise Alphabet de collecter subrepticement des informations sur ce que les internautes consultent en ligne et sur l'endroit où ils naviguent, même s'ils utilisent ce que Google appelle le mode « Incognito ».

    Les allégations de collecte de données trompeuse contre Google se multiplient

    L'année dernière, le procureur général du Texas, Ken Paxton, a déclaré que le moteur de recherche Google recueille des données sur les utilisateurs qui pensent pouvoir rester anonymes s'ils utilisent un mode de « navigation privée ». Paxton a déposé une plainte pour atteinte à la vie privée contre l'unité d'Alphabet Google. L'entreprise a déclaré que la plainte de Paxton était « fondée sur des affirmations inexactes et dépassées concernant nos paramètres. Nous avons toujours intégré des fonctionnalités de confidentialité dans nos produits et fourni des contrôles robustes pour les données de localisation. » « Nous contestons fermement ces affirmations et nous nous défendrons vigoureusement pour rétablir la vérité », avait-elle ajouté.

    La plainte souligne que des allégations similaires ont été formulées dans le cadre de récents procès intentés par le gouvernement à l'encontre de Google. Elle cite des documents produits par Google dans le cadre d'un procès intenté en 2020 par le procureur général de l'Arizona, qui mentionnent nommément Web & App Activity. Google a réglé cette affaire l'année dernière pour 85 millions de dollars.

    « Lorsque les utilisateurs désactivaient leur historique de localisation dans les paramètres, Google continuait à collecter subrepticement leur localisation par le biais d'autres paramètres tels que Web & App Activity et l'entreprise utilisait ces informations pour vendre des publicités », a déclaré le bureau du procureur général de l'Arizona lors de l'annonce de l'accord.

    Citation Envoyé par Mark Brnovich, procureur général de l'Arizona
    Lorsque j'ai été élu procureur général, j'ai promis aux habitants de l'Arizona de me battre pour eux et de demander des comptes à tout le monde, y compris aux entreprises comme Google. Je suis fier de cet accord historique qui prouve qu'aucune entité, pas même les grandes entreprises technologiques, n'est au-dessus de la loi.
    Selon la plainte déposée devant le tribunal fédéral de San Jose, en Californie, Google recueille des données par l'intermédiaire de Google Analytics, de Google Ad Manager et d'autres applications et plug-ins de sites web, y compris des applications pour smartphones, indépendamment du fait que les utilisateurs cliquent ou non sur les publicités soutenues par Google.

    Plutôt cette année, Google a de nouveau fait l'objet d'une action en justice de grande envergure qui accuse le géant technologique de récupérer les données de millions d'utilisateurs sans leur consentement et de violer les lois sur le droit d'auteur pour former et développer ses produits d'intelligence artificielle (IA). Le recours collectif proposé, déposé devant un tribunal fédéral de Californie par le cabinet d'avocats Clarkson, vise Google, sa société mère Alphabet et DeepMind, la filiale de Google spécialisée dans l'intelligence artificielle.

    Selon un rapport de CNN, la plainte allègue que Google s'est engagé dans un vol de données secret, affirmant que l'entreprise a illégalement extrait et utilisé tout ce qui a été créé et partagé sur Internet par des millions d'Américains. La plainte affirme également que Google a exploité ces données pour former ses produits d'intelligence artificielle, notamment le chatbot Bard, et a pris possession de l'intégralité des empreintes numériques des utilisateurs, y compris les œuvres créatives et protégées par le droit d'auteur, pour le développement de ses technologies d'intelligence artificielle.

    La plainte met en évidence une récente mise à jour de la politique de confidentialité de Google, qui stipule explicitement que l'entreprise peut utiliser des informations accessibles au public pour former ses modèles et outils d'IA, tels que Bard.

    Citation Envoyé par Google
    Lorsque vous utilisez nos services, vous nous confiez vos informations. Nous sommes conscients qu'il s'agit d'une grande responsabilité et nous travaillons dur pour protéger vos informations et vous donner le contrôle. Nous souhaitons que vous compreniez les types d'informations que nous recueillons lorsque vous utilisez nos services

    Nous recueillons des informations afin de fournir de meilleurs services à tous nos utilisateurs, qu'il s'agisse d'informations de base telles que la langue que vous parlez ou d'informations plus complexes telles que les annonces qui vous seront les plus utiles, les personnes qui comptent le plus pour vous en ligne ou les vidéos YouTube que vous pourriez aimer. Les informations collectées par Google et leur utilisation dépendent de la manière dont vous utilisez nos services et dont vous gérez vos paramètres de confidentialité.

    Lorsque vous n'êtes pas connecté à un compte Google, nous stockons les informations collectées à l'aide d'identifiants uniques liés au navigateur, à l'application ou à l'appareil que vous utilisez. Cela nous permet notamment de conserver vos préférences au fil des sessions de navigation (langue préférée, affichage de résultats de recherche ou d'annonces plus pertinents en fonction de votre activité, etc.

    Lorsque vous êtes connecté, nous recueillons également des informations stockées dans votre compte Google, que nous traitons comme des informations personnelles.

    Lorsque vous créez un compte Google, vous nous fournissez des informations personnelles, notamment votre nom et un mot de passe. Vous pouvez également choisir d'ajouter un numéro de téléphone ou des informations de paiement à votre compte. Même si vous n'êtes pas connecté à un compte Google, vous pouvez décider de nous fournir des informations, telles qu'une adresse e-mail, pour communiquer avec Google ou recevoir des mises à jour sur nos services.

    Nous collectons également le contenu que vous créez, téléchargez ou recevez d'autres personnes lors de l'utilisation de nos services. Il s'agit notamment des e-mails que vous écrivez et recevez, des photos et des vidéos que vous enregistrez, des documents et des feuilles de calcul que vous créez et des commentaires que vous faites sur les vidéos YouTube.
    Jonathan Hochman, témoin expert pour les plaignants, a fourni une analyse technique de la collecte de données par Google, mais son rapport reste sous scellé. Comme c'est souvent le cas dans ce genre d'affaires, Google aurait fait pression pour que les documents sensibles obtenus au cours de la procédure de découverte soient expurgés ou mis sous scellés. Ce problème s'est posé dans le cadre du procès antitrust intenté par le gouvernement américain contre Google, où une grande partie des témoignages et des documents n'ont pas été rendus publics.

    Toutefois, la transcription de la déposition vidéo de Hochman, publiée dans le registre du tribunal, apporte des éclaircissements sur les allégations. « J'ai appelé le commutateur WAA/sWAA un faux contrôle, car il ne fait pas - techniquement - ce qu'il semble devoir faire », a-t-il expliqué.

    Sundar Pichai, PDG de Google, mal informé sur la commande WAA

    Dans sa déposition, Hochman soutient que même les initiés de Google, y compris le PDG d'Alphabet Sundar Pichai, comprennent mal la commande WAA. « Il semble que même Sundar Pichai ne sache pas comment fonctionne ce contrôle parce qu'il a témoigné devant le Congrès et leur a dit quelque chose qui est tout simplement faux d'un point de vue technique... », a-t-il déclaré.

    Ce point est expliqué de manière plus explicite dans un document judiciaire plus récent : Par exemple, Sundar Pichai, PDG de Google, a déclaré au Congrès que, dans « Mon compte », l'utilisateur peut « voir clairement quelles informations sont collectées et stockées ». Ce supposé "bouton clair" auquel Pichai faisait référence ne pouvait être que WAA. »

    Ce document poursuit : « Contrairement au témoignage de Pichai au Congrès, le fondateur du Bureau de la protection de la vie privée et des données de Google a témoigné dans cette affaire qu'il n'était "au courant d'aucun paramètre" que les utilisateurs pouvaient utiliser pour empêcher Google de collecter des données liées à l'activité de leur application. »

    Le problème viendrait en grande partie du fait que l'application WAA, au lieu de sauvegarder les données lorsqu'elle est activée et de ne pas les sauvegarder lorsqu'elle est désactivée, sauvegarde simplement les données à un endroit différent - pas dans l'ensemble des données du compte Google. En réponse à la confusion concernant les limites des comptes Google, Hochman a déclaré : « Je suis donc conscient que Google peut enregistrer des données à différents endroits, en fonction de la position de l'interrupteur WAA/sWAA. Il collecte toujours les mêmes données et les enregistre toujours, mais il peut les enregistrer à des endroits différents ».


    Google maintient que le paramètre sWAA, par lequel les applications tierces reçoivent des données, permet aux développeurs de comprendre le comportement des applications et n'est pas sauvegardé dans les profils marketing des utilisateurs de Google. En substance, Google maintient que toute collecte de données est divulguée de manière adéquate et que les développeurs d'applications qui utilisent Google Analytics sont liés par les conditions d'utilisation de l'entreprise.

    Hochman a été très critique dans son évaluation de la commande WAA, n’hésitant pas à la qualifier de “faux contrôle” car elle ne fait pas ce qu’elle est censée faire. « La situation que j'ai trouvée lors de l'enquête technique était contre-intuitive, ce n'était pas ce que je m'attendais à trouver, et c'est, franchement, une sorte d'Orwellien, c'est tout simplement très étrange que vous ayez un interrupteur de confidentialité qui, lorsque vous l'actionnez, signifie simplement que nous ne vous disons pas que nous vous espionnons », a-t-il déclaré.

    Sources : Transcript of Hochman's video deposition, Dépôt de plainte, Arizona Attorney General's Office

    Et vous ?

    Comment Google peut-il améliorer la transparence de ses pratiques de collecte de données ?

    Quelles sont les conséquences potentielles pour Google si l’entreprise est reconnue coupable de tromperie ?

    Les utilisateurs peuvent-ils protéger leur vie privée en ligne ? Comment ?

    Comment les gouvernements peuvent-ils mieux réglementer la collecte de données par les entreprises technologiques ?

    Voir aussi :

    Le mode Incognito ou « navigation privée » de Google n'est pas vraiment privé, Google est soupçonnée de pratiques trompeuses, selon une plainte

    Des plaintes accusent Siri, Alexa et Google d'écouter quand ils ne sont pas censés le faire et Apple devrait faire face à un procès concernant la confidentialité de Siri

    Google est visé par de nouvelles plaintes de groupes de consommateurs européens, suite à l'immense quantité de données personnelles des utilisateurs collectées via leurs comptes Google, selon la BEUC
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  4. #4
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    Octobre 2017
    Messages
    1 824
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Suisse

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2017
    Messages : 1 824
    Points : 5 862
    Points
    5 862
    Par défaut
    Dans un procès de longue haleine sur le suivi de ses utilisateurs par Google, une déposition vidéo récemment publiée affirme que même le PDG Sundar Pichai ne comprend pas bien ce qui se passe en dessous de lui.
    Roooooooooooooooooooooooh! Comme un certain coureur cycliste français bien connu V...que qui se dopait mais... A l'insu de son plein gré!

Discussions similaires

  1. Réponses: 7
    Dernier message: 19/03/2022, 12h37
  2. Réponses: 6
    Dernier message: 27/11/2017, 14h20
  3. Réponses: 2
    Dernier message: 23/11/2016, 21h46
  4. Réponses: 8
    Dernier message: 18/01/2015, 22h07

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo