Les régulateurs de l'UE appellent à une action rapide pour rattraper le retard en matière de finance numérique, à mesure que le secteur se numérise et que les "Big Tech" jouent un rôle accru

Les régulateurs de l'Union européenne ont déclaré lundi qu'une action rapide était nécessaire pour actualiser la manière dont les services financiers transfrontaliers sont contrôlés et les consommateurs protégés, à mesure que le secteur se numérise et que les "Big Tech" jouent un rôle accru.

Les utilisateurs se tournent vers les médias sociaux et utilisent des smartphones pour acheter et vendre des actions, déplacer de l'argent sur des comptes bancaires et effectuer des paiements, une tendance accélérée par la pandémie de COVID-19, laissant les régulateurs en situation de rattrapage.

"La finance numérique a débloqué de nouvelles synergies entre les activités financières et non financières qui peuvent introduire un risque systémique sur le marché des services financiers", indique un rapport conjoint des organismes de surveillance des banques, des assurances et des marchés de l'UE.

L'informatique dématérialisée, c'est-à-dire le recours par les banques et autres entreprises financières à des prestataires de services externalisés, est en plein essor, selon le rapport.

Les règles existantes ne permettent pas toujours de classer clairement certains services financiers numériques, ce qui crée des incertitudes quant à la confidentialité des données, aux garanties en matière de lutte contre le blanchiment d'argent et au montant des fonds propres qu'ils doivent détenir, indique le rapport.

Il appelle la Commission européenne, qui a ouvert une consultation publique sur la finance numérique, à adopter une vision "holistique" de la supervision des services financiers.

De nouvelles "structures de surveillance" pourraient être nécessaires pour appréhender les transactions réparties entre des groupes d'"activités mixtes" ou MAG, tels qu'Amazon, Google, Facebook, Apple et d'autres grandes entreprises technologiques offrant des services financiers et non financiers.

Nom : UE.png
Affichages : 494
Taille : 122,7 Ko

Le crash de la société de paiement allemande Wirecard a démontré que les arrangements complexes au sein d'un groupe fournissant à la fois des services financiers et non financiers créent des défis spécifiques pour les superviseurs, indique le rapport.

"La numérisation et la datafication croissantes des services financiers nécessitent une coopération plus étroite entre les autorités financières et les autorités non financières concernées", indique le rapport.

Le rapport indique également qu'une action réglementaire peut être justifiée étant donné que certaines publications sur les médias sociaux sont effectivement des publicités.

"Sur les marchés des valeurs mobilières en particulier, la croissance des plateformes de négociation numériques a coïncidé avec de nouvelles tendances, telles que le "trading social", ou les conseils d'investissement partagés sur les médias sociaux - ce qui apporte de nouvelles opportunités mais aussi des risques."

Source : Les régulateurs de l'Union Européenne

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi :

La Commission européenne annonce l'Alliance européenne pour les données et le cloud, elle contribuera à façonner la prochaine génération de services, d'infrastructures et de cloud sécurisé

Les réglementations en Europe pèseraient sur les entreprises IT du continent et ne lui permettent pas d'atteindre la souveraineté numérique, selon Bert Hubert, entrepreneur et développeur de logiciels

L'Europe va lancer un fonds de plusieurs milliards d'euros pour stimuler les investissements dans le secteur technologique, afin de lui permettre de concurrencer ses rivaux américains et asiatiques